Version classiqueVersion mobile

Jean Jacquart : un serviteur de l’Histoire

 | 
Nicole Lemaitre

Jean Jacquart et la Fédération des sociétés savantes de Paris et de l’Île-de-France

Michel Balard

Résumé

Michel Balard a croisé Jean Jacquart à plusieurs reprises dans leur carrière universitaire, particulièrement à l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne, mais il témoigne ici de son compagnonnage comme secrétaire général de la Fédération des sociétés savantes de Paris et de l’Île-de-France et comme président successeur désigné, de 1980 à 1998.

Texte intégral

1Vingt-trois ans déjà, presque vingt-quatre années depuis que Jean nous a quittés au terme d’une courte mais cruelle maladie. Il me faut raviver mes souvenirs du collègue de l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne et surtout du président de la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, sous sa direction entre 1972 et 1998.

2À l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne, nos routes se sont croisées. Il y arrivait en 1976 comme professeur, après avoir été chargé de cours à Amiens, au moment où je quittais Paris I pour être nommé professeur à l’Université de Reims. Je le retrouvais en 1991 quand j’eus le bonheur de revenir à l’université Paris I. Sa réputation était impeccable : des cours structurés, énoncés d’une voix forte et claire, un souci constant de ses étudiants auxquels il apportait une aide de tous les instants, sans épargner son temps, une exigence scrupuleuse auprès de ceux qui travaillaient avec lui, mais aussi pour lui-même. Comme l’écrivit Marcel Lachiver dans la nécrologie publiée dans Ruralia :

« C’est le maître-né, qui dirige, qui organise, et qui en fait toujours plus que les autres. »

3C’est dans ce cadre universitaire parisien que j’ai appris à connaître Jean Jacquart, d’autant plus qu’en tant que président de deux associations historiques, affiliées à la Fédération, je participais aux réunions que Jean organisait pour stimuler les travaux des sociétés savantes dans le cadre de l’Île-de-France.

4C’est donc au cœur de la Fédération qu’il présidait que notre collaboration s’est développée. En effet, dès mon retour à Paris I, Jean m’a appelé à le seconder comme secrétaire général de la Fédération. À la fin des années 1980, soixante-quinze sociétés historiques réparties sur Paris et sur les départements de la grande couronne parisienne étaient membres de notre groupement. Les locaux dont nous disposions n’étaient pas à la mesure de nos activités. Jean avait en effet obtenu au sein de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (BHVP), son quartier général, tout proche de sa demeure, un petit espace occupé par une table en bois, une armoire, un fauteuil, dans une salle des pas perdus où chaque lecteur de la Bibliothèque passait pour se rendre à son travail. Je pense qu’il n’a jamais osé demander davantage au maître des lieux, bien que l’ancienne chapelle, très proche, demeurât inoccupée pendant tout le temps de sa présidence de la Fédération. C’est là que Jean œuvrait, dirigeait tout et recevait les membres des sociétés fédérées, lorsqu’ils avaient à solliciter un conseil ou à présenter quelque doléance. Le travail de Jean était d’abord d’assurer la publication régulière des Mémoires Paris Île-de-France, la revue de la Fédération. Il lisait intégralement les manuscrits que lui envoyaient les membres des sociétés savantes, ne m’en laissant qu’une part minime, car il voulait tout contrôler. Il avait fait choix d’un imprimeur en qui il avait toute confiance, d’une société qui lui fournissait les clichés indispensables ; il recevait les épreuves qu’il relisait après que l’auteur de l’article y eut apporté ses corrections. Le résultat en était la publication annuelle très régulière d’un beau volume de couleur jaune pâle et de présentation très sobre, les Mémoires Paris Île-de-France, dont il se préoccupait très personnellement de le diffuser. En effet, il lui tenait à cœur de partir assister, le plus souvent le samedi, aux assemblées générales des sociétés historiques locales, avec quelques volumes dans sa serviette, qu’il allait proposer aux membres de ces sociétés, en même temps qu’il prenait connaissance de leurs activités et leur prodiguait des conseils toujours pertinents.

5Je me souviens de sa réflexion amusée après la lecture d’un article traitant d’une société villageoise au xviie siècle :

« C’est bath ! me dit-il, je publie cela tout de suite. »

6Il s’efforçait néanmoins de varier les thèmes traités en laissant la place à des historiens de tout bord et de toute origine. Dans le domaine des publications, il eut à cœur également de lancer une collection « Études et documents », accueillant des textes d’une certaine ampleur ou des recueils d’articles d’un même auteur. Quatre volumes ont ainsi vu le jour sous sa présidence. Enfin, Jean prenait soin de préparer des « Orientations de recherches » à destination des historiens invités à participer aux colloques de la Fédération, régulièrement organisés tous les trois ans dans une ville de banlieue accueillante.

7C’est en effet huit colloques d’histoire régionale que Jean a organisés au cours de ses vingt-six années de présidence de la Fédération. Il se rendait sur le site qu’il avait choisi, discutait avec les responsables de la société historique locale et bien souvent avec les autorités municipales, ensuite invitées à l’ouverture du colloque. Les thèmes traités ont été variés : les uns en rapport avec l’actualité comme « La Révolution en Île-de-France », au moment de la célébration du Bicentenaire de la Révolution française, d’autres en liaison avec le site d’accueil, comme « La Seine et son histoire en Île-de-France », à Conflans-Sainte-Honorine, ou « Abbayes, prieurés et communautés religieuses en Île-de-France », à Saint-Denis. À chaque fois, Jean ouvrait le colloque en justifiant le choix du thème et en donnant avec humour et précision les grandes lignes de ce que les orateurs allaient développer. Ces colloques eurent un grand succès et les actes en furent publiés dans les Mémoires Paris Île-de-France, l’année suivant leur tenue.

8Je n’aurais garde d’oublier les autres manifestations que Jean organisait. Les assemblées générales de la Fédération, d’abord, qui avaient lieu dans l’un des arrondissements parisiens. Les présidents des sociétés savantes y apportaient leurs publications qui venaient enrichir la petite bibliothèque de la Fédération. Jean les accueillait avec une grande bienveillance, teintée d’humour, et avait à cœur de demander des nouvelles de chacun, malgré le brouhaha qui accompagnait l’arrivée des participants. Complétant l’assemblée générale annuelle, une journée des présidents, à l’automne, permettait de traiter un thème particulier, par exemple la fiscalité des associations, et de visiter un nouveau site patrimonial. Il faut aussi mentionner l’excursion annuelle de printemps, toujours vers un lieu patrimonial important. Jean était toujours présent, avait choisi des guides compétents pour présenter l’histoire du site visité et se préoccupait du bien-être des visiteurs, souvent des personnes âgées, qui avaient du mal à suivre l’itinéraire proposé. Ce furent des rencontres facilitant la connaissance de beaucoup de richesses artistiques en Île-de-France et permettant des échanges fructueux entre les membres des diverses sociétés affiliées à la Fédération.

9Quelques mois après avoir reçu la Légion d’honneur des mains de Jean Favier, lors d’une cérémonie émouvante à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, qu’il aimait tant, notre président me téléphonait fin novembre 1998, pour m’annoncer qu’il allait entrer à l’Hôtel-Dieu, en raison d’un cancer du pancréas.

« Michel, me dit-il, si je n’en sors pas, tu prends la présidence de la Fédération. Je compte sur toi. »

 

10Je l’ai visité par deux fois à l’hôpital en décembre. La première, nous avons pu parler malgré l’état de faiblesse du malade. La seconde, je me suis vu refuser l’accès par le personnel, car Jean vivait ses derniers instants. Beaucoup de collègues, d’amis, de membres des sociétés historiques ont participé à ses obsèques, chacun éprouvant avec peine la disparition d’un homme qui, dans ses diverses fonctions, avec foi en Dieu et bienveillance envers autrui, avait beaucoup donné aux autres et fait de sa vie une richesse culturelle largement partagée.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search