Version classiqueVersion mobile

Jean Jacquart : un serviteur de l’Histoire

 | 
Nicole Lemaitre

Jean Jacquart, le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) et les sociétés savantes : témoignage d’un président de section

Bruno Delmas

Résumé

Jean Jacquart, viscéralement attaché aux sociétés savantes locales, ne dissociait pas son action au sein du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) du rôle qu’il jouait en particulier auprès des sociétés savantes d’Île-de-France. Il veillait à la diversité des compétences des membres de la section d’histoire moderne et contemporaine qu’il présidait et à l’implication de ceux-ci dans la vie de celles-ci. Il considérait que la science professionnelle avait toujours besoin de l’apport de la science collaborative des bénévoles.

Texte intégral

1Je n’ai pas été un élève de Jean Jacquart et je ne puis en parler qu’à travers ce que j’ai vécu au Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) et au titre des sociétés savantes. Mon témoignage, fait de souvenirs est forcément incomplet, voire imprécis. Familier dès ma jeunesse des sociétés savantes, il ne m’a fait connaître ni les sociétés savantes ni le Comité des travaux historiques et scientifiques. C’est au cours du congrès de Dijon en 1984, alors que j’étais professeur à l’École des chartes, que Jean Jacquart, président de la section d’histoire moderne et contemporaine depuis 1981, m’apprit que Jacques Monfrin, directeur de l’École, lui avait conseillé de me solliciter pour participer aux travaux de la section qu’il présidait. C’est ainsi que je suis entré au CTHS où je l’ai côtoyé pendant une quinzaine d’années. Dès lors, j’ai assisté très régulièrement aux séances qu’il animait avec jovialité et bonhomie, compétence et autorité. De tempérament sanguin, son visage s’empourprait parfois quand, pour la bonne cause, il se mettait en colère. Il s’impliquait dans les congrès et les publications. Une vice-présidence de la section étant devenue vacante, il me demanda de me présenter. En 1996, je lui succédai à la tête de la section. Sa soudaine et implacable maladie en 1998 nous laissait peu d’espoir et sa mort, qui précéda de quelques jours une réunion de la section, nous retrouva nombreux. À notre assemblée bouleversée, je rappelais son importante œuvre scientifique d’historien et tout ce qu’il avait réalisé au cours de sa vie pour le CTHS et les sociétés savantes où il occupait une place considérable.

2Ruraliste, le Parisien Jean Jacquart, alors qu’il préparait sa thèse sur l’histoire des campagnes du Hurepoix à l’époque moderne, avait apprécié la richesse humaine des sociétés savantes, la diversité de leurs travaux et l’importance de leurs publications : il était président d’honneur de la Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Provins et membre de la Société historique et archéologique de l’Essonne et du Hurepoix. Il présidait depuis 1972 la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France qui comprenait une centaine de sociétés. Totalement à leur service, toujours prêt à répondre à une demande de conférence, il se démultipliait sans compter aux quatre coins de la région, les conseillant, valorisant leurs manifestations, organisant le congrès triennal de la Fédération et la publication de ses actes.

3Il ne dissociait pas son action auprès des sociétés savantes de son action au sein du CTHS. Il considérait, à raison selon moi, qu’elles ne faisaient qu’un, et que l’animation des sociétés n’était pas une mission du CTHS parmi d’autres, mais en quelque sorte leur émanation, ce qui était particulièrement vrai pour sa section. Ainsi, il avait accompagné la Société de Provins présidée par le chanoine Veyssière pour la publication dans la collection des « Documents inédits » des quatre volumes des Mémoires de Claude Haton. Aujourd’hui encore, certains des derniers volumes édités de la collection des « Mémoires des intendants » l’ont été par des présidents ou membres de sociétés savantes locales.

4Le CTHS d’aujourd’hui est issu de la réforme de l’an 2000, il a alors beaucoup changé. Ainsi, la section d’histoire moderne et contemporaine fut scindée en deux sections : l’une d’histoire moderne de la Révolution française et des révolutions, comprenant la commission d’histoire de la Révolution française dite commission Jaurès : l’autre la section d’histoire contemporaine et du temps présent. De même, aujourd’hui la section qui préside le congrès annuel des sociétés savantes, propose à toutes les autres sections un thème unique, un appel à communication est alors élaboré avec la contribution des autres sections par une commission ad hoc. Avec l’aide du secrétariat du CTHS, elle définit et organise les séances, diffuse le programme et se charge de la publication des actes.

5À l’époque de Jean Jacquart, les sections du CTHS n’étaient pas ce qu’elles sont devenues dans leur composition et dans leurs activités. Chaque section se réunissait tous les mois pour organiser son propre congrès au sein du Congrès national des sociétés historiques et scientifiques. Elle en définissait le thème, rédigeait un appel à communications qui était plutôt un guide à l’intention des membres des sociétés savantes : il comportait un développement du thème suggérant des pistes de recherche pour des communications, un état des sources d’archives à consulter et une bibliographie générale et spécialisée. Lors de ces congrès, quelques séances étaient réservées à des communications d’histoire locale en relation avec le comité local de la région où se tenait le congrès. Ainsi, on portait une attention particulière aux érudits locaux. Ensuite, chaque section recevait les propositions de communication, constituait ses séances, organisait ses présidences. Après le congrès, elle recevait les textes des communications et préparait les volumes de ses actes à publier. Parallèlement à ce travail de fond sur le congrès, les membres de la section examinaient d’autres textes qui lui étaient soumis pour publication, par exemple les Mémoires des intendants à l’intention du duc de Bourgogne.

6Pour ce qui concerne la composition des sections, au moins pour celle d’histoire moderne et contemporaine, elle paraît assez différente de celle que nous connaissons aujourd’hui : il n’y avait aucune limite d’âge au CTHS, c’est pourquoi de nombreux retraités, dégagés de leurs charges professionnelles et toujours actifs, pouvaient assidûment participer aux travaux (par exemple parmi tant d’autres André Corvisier ou Marcel Baudot, qui âgé de 90 ans, avait trouvé le thème du congrès). Certains membres démissionnaient pour raison de santé ou de changement d’intérêt comme Daniel Roche, Alain Corbin, Étienne Taillemite ou Henri-Jean Martin. Cet équilibre entre les âges, les disponibilités et les engagements permettait des séances où les participants étaient nombreux et variés.

7Les universitaires, plus disponibles, étaient les plus nombreux, surtout les modernistes, quelques noms me reviennent en mémoire, parmi les plus assidus : Pierre Albert, spécialiste de l’histoire de la presse ; Guy Cabourdin, de l’académie Stanislas, spécialiste de démographie historique ; André Corvisier, le maître de l’histoire militaire ; Gabriel Désert, de Caen, spécialiste de l’histoire quantitative ; Gilbert Garrier, historien à Lyon de l’histoire de la vigne et du vin ; Maurice Gresset, secrétaire de la section, de l’académie de Besançon et président de la Fédération des sociétés savantes de Franche-Comté ; Jean-Pierre Gutton, de l’académie de Lyon, spécialiste de la pauvreté, de la sociabilité villageoise, qui fut plus tard un des tout premiers contributeurs à « La France savante » ; Yves Trénard de l’académie de Lyon, qui enseignait à Lille avait édité en 1966 le Mémoire des intendants de Flandre-Wallonie et avait relancé en 1978 la collection de ces mémoires ; Bernard Plongeron, directeur de recherche au CNRS, spécialiste de l’histoire religieuse de la France sous la Révolution et au xixe siècle ; Paule Lerou-Chazalet, spécialiste de saint Fiacre, le patron des maraichers, jardiniers, arboriculteurs, très honoré en Île-de-France, etc. Parmi eux Marcel Lachiver, grand ruraliste, président de la Société historique et archéologique de Pontoise, Val-d’Oise et Vexin ; Bernard Vogler, de la Société d’histoire du protestantisme français, spécialiste de l’Alsace, était d’anciens instituteurs qui avaient gravi tous les grades et fonctions de la carrière universitaire.

8On comptait beaucoup d’anciens élèves de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, dont Jacquart lui-même ; comme Pierre Guillaume de Bordeaux, spécialiste d’histoire économique et sociale, de la santé, des colonies, membre du Comité d’histoire de la sécurité sociale, président de la Fédération des sociétés historiques du Sud-Ouest.

9Outre Étienne Taillemite et Henri-Jean Martin déjà cités, il y avait six archivistes paléographes, très impliqués dans les sociétés savantes locales. Mais il faut spécifier qu’à l’époque tous les archivistes départementaux, souvent aussi des archivistes municipaux et nationaux, étaient fortement actifs dans les sociétés savantes locales parfois présidents, souvent secrétaires, et éditeurs des bulletins de ces sociétés. On peut évoquer Marcel Baudot, archiviste de l’Eure, membre des Antiquaires de Normandie, spécialiste des hautes époques ; René Gandilhon, archiviste de la Marne, membre de la société d’agriculture, commerce, science et arts de ce département, continuateur de la bibliographie de l’histoire de France avec Charles Samaran ; Yves Ribault, archiviste du Cher, président de l’Association d’histoire du Berry ; Chantal Bonazzi, conservateur aux Archives nationales, très active aux Antiquaires de Picardie et Étienne Taillemite, l’incomparable historien de la marine, membre de nombreuses sociétés et académies nationales et naturellement de la Société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse dont il était originaire.

10D’autres, présidents ou responsables de sociétés savantes, savants « amateurs », étaient très actifs et compétents dans la section. J’ai déjà parlé du chanoine Veyssière de la Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Provins, érudit très actif ; le docteur Jean Fournée, président de l’Association normande pour les progrès de l’agriculture, de l’industrie et des arts, spécialiste des cultes populaires, d’histoire de l’art et de restauration d’édifices médiévaux ; Philippe Manneville, vice-président de la section, président du Centre havrais de recherche historique et secrétaire général de la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, chargé de leurs publications, et plus tard un des premiers contributeurs de « La France savante ».

11Ainsi, la très grande majorité des membres de la section était composée d’érudits et d’historiens de toutes origines et spécialités que Jean Jacquart avait eu le souci d’impliquer fortement dans la vie de sociétés savantes locales pour qu’ils puissent en être, en quelque sorte, leur porte-parole au sein du CTHS.

 

12Jean Jacquart croyait à l’importance de cette sociabilité scientifique généraliste où le professionnel rencontrait l’amateur passionné. Par sa diversité, son étendue et sa densité, ce réseau de sociétés savantes animé par le CTHS apporte une contribution considérable à la recherche nationale en particulier dans certains domaines négligés par la recherche publique (botanique) ou la précédant. Elle vient compléter les travaux des laboratoires des universités et des grands établissements de recherche publics, comme le montrent aujourd’hui le développement de la recherche participative et le partage des données, prolongement contemporain de l’esprit mutualiste du temps de Guizot. Ce réseau contribue à la diffusion de la culture scientifique auprès de la jeunesse, enjeu culturel et social fondamental. Il participe dans sa démarche d’une science participative et citoyenne à la cohésion des territoires et de la société. Telles étaient la haute idée et la conviction, que Jean Jacquart se faisait du rôle du CTHS et de sa responsabilité scientifique auprès des sociétés savantes, il était bien dans la ligne de François Guizot, dans l’esprit d’une science ouverte toujours d’actualité.

Auteur

Professeur émérite à l’École des chartes, président honoraire de l’Académie des sciences d’outre-mer, président de la Société historique du 6e arrondissement, ancien président du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) et de la section Histoire moderne et contemporaine, puis de la section Histoire contemporaine et du temps présent

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search