Version classiqueVersion mobile

Le rituel des cérémonies

 | 
Jean Duma

Cérémonies et pouvoir

De l’entremets médiéval aux festins louis-quatorziens : propagande politique et faste royal

Sandrine Krikorian

Résumé

Les repas sont depuis très longtemps un lieu de communication par excellence, d’ailleurs souvent ritualisé. En France, les banquets officiels des princes et rois en sont un exemple : sur un même territoire, à l’époque médiévale composé de plusieurs cours puissantes (France, Berry, Bourgogne), et qui, sous le règne des Bourbons, était devenu un royaume unifié, on constate une certaine permanence dans une volonté communication propagandiste.
L’époque médiévale est celle des entremets, a priori scènes de divertissement jouées devant les convives, qui animent le repas, dont les xive et xve siècles marquent l’apogée. Quant au xviie siècle, avec le règne de Louis XIV qui en est le point culminant, on assiste à des repas de fêtes somptueux dans lesquels le faste est prépondérant.
Le but est donc ici de montrer l’évolution du discours dans ces repas officiels entre le xive siècle et le xviie siècle, quels sont les points convergents et les aspects divergents ainsi que les outils et les langages employés.

Texte intégral

1Les banquets officiels des rois et des princes constituent un lieu privilégié de communication propagandiste. En effet, que ce soit dans les différentes cours de l’Europe médiévale sur le « territoire français » ou bien dans le royaume unifié sous l’égide du souverain qui a régné le plus longtemps sur la population française, le faste est un puissant outil de communication propagandiste.

2L’iconographie et les sources écrites contemporaines (manuscrites ou imprimées) sont un précieux support d’analyse. Cependant, ces relations et/ou images conservées des banquets apportent des informations qu’il est difficile de mettre totalement sur un pied d’égalité, car ces repas sont différents. En effet, la typologie est variée : visite d’un souverain étranger, banquet précédent une croisade, collation lors du sacre de la reine ou encore fêtes dans les jardins du château de Versailles sont les festins dans lesquels on peut trouver un langage propagandiste. Par ailleurs, il n’y a pas qu’une seule cour, mais plusieurs durant le Moyen Âge, tandis qu’à l’époque moderne, surtout sous Louis XIV, nous avons affaire à un royaume unifié. L’intention pour laquelle les banquets sont faits n’a pas la même portée selon les repas et les messages diffèrent donc. Il n’est donc pas possible de retracer de façon linéaire une évolution chronologique de ce lieu de communication. Aussi, le choix a été fait de réaliser des effets de loupe sur les principaux festins dont nous conservons un souvenir, du xive siècle au xviie siècle, afin de noter les éléments les plus importants pour chaque période et de voir les aspects convergents et divergents qui sont notables au fil du temps. Il s’agit ici non pas d’une étude exhaustive, mais seulement d’un aperçu général permettant d’envisager le sujet dans une vision globale pouvant être par la suite développée et approfondie.

3Lors d’un repas public, il existe de nombreuses codifications et de nombreux rituels pouvant faire appel à un langage précis dans une volonté de communication particulière. En effet, chaque élément des banquets officiels étant à lui seul un outil de communication, car tout est soumis à codification, à un rituel et donc à un langage. Dans les repas les plus officiels, le cérémonial et l’étiquette en sont un exemple. L’ensemble de ces éléments ne pouvant être abordé ici, la question a été centrée uniquement sur les repas dans lesquels rentrent en compte un langage visuel décoratif et des divertissements joués entraînant donc une représentation scénique.

4Dans cet enjeu de communication propagandiste, on peut noter l’importance de la destination des témoignages que nous conservons. La plupart sont justement officiels et destinés à conserver en mémoire le souvenir du déroulement des repas. La seule exception ici est le repas du faisan relaté par Olivier de la Marche, maître d’hôtel de Charles le Téméraire. Cette question de la destination de ces témoignages est importante car elle est au cœur de la problématique de communication et du langage utilisé pour communiquer : le discours (textuel ou visuel) utilisé n’est pas le même selon qu’il s’agit d’un témoignage destiné à être conservé et/ou lu par un public large ou d’un témoignage à usage privé voire strictement personnel.

L’entremets médiéval

Charles V reçoit Charles IV et son fils Venceslas (6 janvier 1378)

  • 1 L’empereur Charles IV et le roi de France Charles V assistent à la représentation d’une croisade, v (...)
  • 2 Jean Fouquet, Les Grandes Chroniques de France, Banquet offert par Charles V à l’empereur Charles I (...)

5Monarque important, du point de vue qui nous concerne, car il est à l’origine du cérémonial qui va influencer la cour de France et la cour de Bourgogne, Charles V (1338-1380) est l’un des premiers souverains de la dynastie des Valois. En novembre 1377, il reçoit son oncle, l’empereur germanique Charles IV en compagnie de son fils Venceslas IV, roi de Bohème, fils de l’empereur et donc cousin du roi de France. Le 6 janvier 1378, jour de l’Épiphanie, un festin a été organisé dans la grande salle du Palais de la Cité à Paris et le souvenir en est conservé dans l’un des volumes des Grandes Chroniques de France qui relatent et illustrent cet événement. Deux enluminures représentant le même sujet ont été réalisées à un siècle d’intervalle ; la première, contemporaine de l’événement (manuscrit français 2813)1 et la seconde réalisée au xviie siècle par Jean Fouquet (manuscrit français 6465)2.

6Correspondant à la problématique de cette présentation, seule l’analyse de l’enluminure du manuscrit le plus ancien (et du texte qu’elle illustre) est pertinente ici ; la seconde occultant totalement la figuration de l’entremets.

7Les convives, assis à une table, sont en train de discuter. Si au premier plan, des gentilshommes servants sont debout, les bras croisés, ou à genoux, affairés au service, le reste des personnages composent l’entremets. En bas à gauche de la composition, Pierre l’Ermite est debout dans une nef, alors que la droite de la composition est occupée par la représentation d’une bataille avec les croisés à l’assaut de Jérusalem défendue par les Sarrasins.

8La description suivante peut être lue dans le manuscrit des Grandes Chroniques de France :

« L’ystoire et l’ordenance fu comment Godefroy de Buillon conquist la sainte cité de Jherusalem. Et fist le Roy faire à propos ceste hystoire, que il li sembloit que devant plus grans en la Chrestienté ne povoit on ramentevoir, ne donner exemple, de plus notable fait, ne à gens qui mieulx peussent, deussent et fussent tenus tele chose faire et entreprendre, ou service de Dieu. Et, pour mieulx figurer la besoigne et plus plainement la cognoistre, fu fait ce qui s’ensuit. Ou bout de la sale du Palais, qui estoit entreclos telement que on n’en povoit riens veoir par dehors, avoit une nef bien façonnée, à forme d’une nave de mer garnie de voille et de mast, chastel devant et derrière, et de tous autres abillemens et ordenances, qui appartiennent à nef pour aler sur mer, et estoit si joliement painte et abilliée, et très richement et plaisanment. Et dedenz estoit garnie de genz par semblance armez bien joliement, et estoient leurs cotes d’armes, leurs escuz et banieres des armes de Jherusalem, que Godefroy de Buillon portoit ; et jusques à douze estoient, corne dit est, armez des armes des notables chevetaines, qui furent à la dite conqueste de Jherusalem, avecques le dit Godefroy. Et estoit au devant, sur le bout de la dite nef, Pierre l’Ermite, en l’ordenance et manière et au plus près qu’il se povoit faire, selon ce que l’ystoire raconte. Et fu la dite nef mise hors à gens qui couver- tement estoient dedenz, et fu menée très legierement par le costé senestre du dit Palais, et si legierement tournée, que il sembloit que ce fust une nef flotant sur l’eaue, et ainsi fu amenée jusques au grant dayz, ou dit costé de l’autre part, qui fu le destre costé de la dite sale. Et après ce, fu mis, hors de la place d’encosté où la dite nef estoit partie, un entremés fait à la façon et semblance de la cité de Jherusalem, et y estoit le temple bien contrefait selon l’espace, et là avoit une tour haulte, assise delez le temple, ainsi comme les Sarrazins ont de coustume, où ilz crient leur loy. Là avoit un vestu en habit de Sarrazin très proprement, et qui, en langue arrabique, crioit la loy, en la manière que font les Sarrazins. Et estoit la dite tour si haute que celui qui estoit dessus joignoit bien près des trefs de la dite sale. Et le bas, tout entour de la dite cité, où il avoit forme de créneaux et de murs et de tours, estoit garny de Sarrazins, armez à leur manière, et banieres et panons, et ordenez à combatre pour deffendre la cité. Ainsi fu amené à force de gens, qui estoient dedenz si couvers que on ne les povoit veoir, jusques devant le dit grant dayz, à la destre partie. Et lors se mistrent les deux entremés l’un contre l’autre et descendirent ceuls de la nef, et par belle et bonne ordenance vindrent donner assault à la dite cité et longuement l’assaillirent, et y ot bon esbatement de ceuls qui montoient à l’assault à eschielles, qui en estoient ravalez et abatuz à terre. Et fînablement montèrent des- sus ceuls de la nef et conquistent la dite cité, et getoient hors ceuls qui estoient en habit de Sarrazins, en mectant sus les banieres de Godefroy et des autres. Et mieulx et plus proprement fu fait et veu que en escript ne se puet mectre. Et, quant l’esbatement fu parfait, les diz entremés furent remenez tous entiers en leurs places premières. »

9Avec cette dernière phrase, on voit que si, généralement, on parle d’un seul entremets, en réalité il y a deux entremets qui se rejoignent et qui, à la fin, regagnent leurs places respectives.

10La figuration de l’entremets sur l’enluminure ainsi que la longue description qui en est faite montre son importance lors du repas dans les esprits contemporains. En effet, si l’on observe l’enluminure que Fouquet a réalisée un siècle plus tard, l’entremets n’est aucunement présent et l’accent est plutôt mis sur le service du rôt en lui-même, autour duquel a généralement lieu l’entremets à l’époque médiévale, montrant ainsi une diminution de l’intérêt porté pour celui-ci d’un point de vue artistique, alors que dans la réalité, son importance est toujours là.

11Mais plus importante encore est l’utilisation, à travers l’entremets, d’un langage visuel scénique en tant qu’outil de communication propagandiste représenté à travers la commémoration d’un événement, permettant ainsi une certaine continuité chronologique et une filiation avec les périodes antérieures.

Le banquet du faisan (17 février 1454)

12Le 17 février 1454, le duc de Bourgogne Philippe le Bon et son fils, le futur Charles le Téméraire, réunissent la cour et les chevaliers de la Toison d’or pour le banquet du faisan, banquet précédant une croisade (qui n’eut finalement jamais lieu) afin de délivrer Constantinople que les Turcs avaient prise l’année précédente.

  • 3 Mémoires d’Olivier de La Marche, maître d’hôtel et capitaine des gardes de Charles le Téméraire, to (...)

13Ce banquet, sans doute le plus réputé de cette période de par son faste, était composé d’un gigantesque entremets. Dans cet entremets, ou dans ces entremets regroupés plus exactement, on note nombre de constructions éphémères, que l’on peut considérer comme les ancêtres des spectaculaires surtouts et dormants des xviiie et xixe siècles, ainsi que des jeux scéniques animés par des acteurs qui racontent et/ou participent à une histoire. Son souvenir est conservé dans les Mémoires d’Olivier de La Marche, maître d’hôtel de Charles le Téméraire3.

14Trois tables composaient ce banquet : une grande, une moyenne et une petite. Sur la plus grande des trois tables étaient neuf entremets : un pâté avec des personnages jouant d’instruments de musique, un château « à la façon de Lusignan », un moulin à vent, un tonneau « mis en vignoble », un désert dans lequel se trouve un tigre combattant un serpent, un homme « sauvage monté sur un chameau », un verger avec une dame et un chevalier et à côté un homme battant un buisson rempli d’oiseaux, un fou sur un ours et enfin un lac environné de plusieurs villes et châteaux sur lequel voguait une nef.

15Sur la deuxième table, d’une taille moyenne, on pouvait voir une église avec une cloche sonnante et quatre chantres, un deuxième entremets composé d’un « petit enfant tout nu sur une roche, qui pisssoit eaue rose continuellement » et un troisième entremets qui était « une caraque ancree, garnie de toute marchandise, et de personnages de mariniers ».

16Sur la dernière et la plus petite des tables, enfin, se trouvaient également trois entremets. Le premier était une forêt avec des animaux ; le deuxième était un lion attaché et, devant lui, un homme battant un chien ; le troisième était un marchand de merceries.

17On constate donc, à travers ces différents éléments, la profusion d’un langage visuel qui est notable, le vœu du faisan semblant être l’apogée de ce type de banquets.

18En dehors de ces entremets décoratifs, néanmoins mouvants, a eu lieu une sorte de pièce de théâtre, mise en scène et du même type que la prise de Jérusalem par Godefroy de Bouillon dans l’entremets du 6 janvier 1378, lors de la réception de l’empereur Charles IV et son fils Venceslas par le roi de France Charles V. La différence, ici, se situe dans le fait que les convives participent également à la mise en scène. Une femme, allégorie de l’Église prononce les paroles suivantes :

« Loué soit Dieux que je suis cy venue :
Car avis m’est que j’ay fait le voyage
Pour racheter mon ennuyeux dommage.
O toy, ô toy, noble duc de Bourgongne,
Fils de l’Eglise, et frére à ses enfans,
Enten à moy, et pense à ma besongne.
Pein en ton cueur la honte et la vergongne,
Les friefs remords, qu’en moy je porte et sens
Infidelles, par milliers et par cens,
Sont triomphans en leur terre damnee ;
Là où jadis souloye estre honnoree.
Et vous, princes puissants et honorés,
Plorez mes maux, larmoyez ma douleur.
Ma joye n’est, s’emprendre ne voulez,
En moy vengeant (ce que faire devez),
En servant Dieu, et acquerant honneur.
Par mes enfants je suis en ce mesheur :
Par eux seray (si Dieu plaist) secourue ;
Si requier Dieu, de conseil estre acreue.
Vous, chevalier qui portez la Toison,
N’oubliez pas le très divin service :
Et vous aussi, nés de bonne maison,
Gentilshommes, voicy belle ochasion
Pour acquerir de los le bénéfice. »

19Une fois, ces paroles prononcées, relate toujours Olivier de La Marche :

« Mondict signeur le duc (qui savoit à quelle intention il avoit fait ce banquet) regarda l’Eglise : et ainsi comme ayant pitié d’elle, tira de son seing un brief contenant qu’il vouloit qu’il secourroit la chrestienté, comme il sera dict cy-apres : dont l’Eglise fit maniére de soy réjouir : et voyant que mondict signeur avoit baillé à Toison d’or son voeur, et que ledict Toison d’or le lisit, elle s’escria tout haut, et dît :
Dieu soit loué, et servi hautement
De toy, mon fils, doyent des pers de France !
Ton treshaut vœu m’est tel enrichiment,
Qu’il me semble que je suis clérement,
De tous mes maux à peint délivrance.
Par tout m’en vois requerir aliance,
Et prie à Dieu qu’il te donne la grâce
Que ton desir à son plaisir se face.
O vous princes, chevaliers, nobles hommes,
Voyez patron pour hauts faicts entreprendre.
Rompez votre aise, acoursissez vos sommes,
Levez vos mains, tandis que nous y sommes.
Offrez à Dieu ce que luy devez rendre.
Je prend congé : car cy ne puis descendre,
Mais vois tirant la terre chrestienne,
Pour Dieu servir et abreger ma peine. »

20On le constate donc, ce qu’on appelle un entremets à l’époque médiévale se décompose en deux aspects : celui décoratif, dans lequel le langage visuel est de prime importance et celui, plus expressif, fait de pièces de théâtre avec des tableaux dont la musique entrecoupe souvent les scènes jouées, comme cela est indiqué dans le témoignage que présente Olivier de La Marche pour le banquet du faisan.

21Dans les deux entremets présentés, se manifestent une volonté de mise en scène du pouvoir ainsi qu’une volonté de propagande. Si pour l’entremets de 1378 les convives royaux sont seulement des spectateurs de la scène qui se joue sous leurs yeux, pour le banquet du faisan le duc participe pleinement à cette mise en scène, visant à valoriser l’image du pouvoir.

Les xvie et xviie siècles : transition et dédoublement

L’entrée à Paris d’Élisabeth d’Autriche au retour de son sacre et couronnement

  • 4 T. Godefroy, Le cérémonial françois, tome 1, p. 551-555.

22Le 29 mars 1571, Élisabeth d’Autriche, reine de France entre dans Paris. Plusieurs manifestations ont eu lieu. Celle particulièrement intéressante pour le sujet est la collation qui a eu lieu le lendemain de l’entrée. Elle est relatée dans le Cérémonial françois de Godefroy4 :

« Ladite Dame fut suppliée par lesdits Prevost des Marchands & Eschevins prendre la collation en une autre salle prochaine, où elle se rendit avec les Princesses susdites & Dames de sa suite, comme aussi il plût au Roy de s’y trouver, avec Messeigneurs ses freres, & plusieurs Princes & grands Seigneurs, lesquels admirerent toute la nouveauté de cette collation. »

23Cette collation présentait une histoire réalisée :

« Le tout de sucre, si bien ressemblant le naturel que plusieurs y furent trompez, mesmes les platz & escuelles esquels ilz estoient faitz de sucre. Davantage pour plus grande decoration, furent estremelez parmy six grandes pieces de relief aussi sucre, dont n’a semblé impertinent faire quelque mention. »

24Les six histoires évoquaient la naissance de Minerve, sa nourriture, « l’apparition de Minerve, quand elle se monstra pres du palus, ou lac Tritonien avec sa hache, & targue comme preste a executer quelque grand ouvrage, & exploit de sa main » ; deux histoires étaient consacrées, l’une, à Minerve armée avec Persée tuant la Gorgone, et l’autre, toujours avec Persée, faisant son entrée dans Athènes. La dernière des six histoires avait pour thème Neptune et Minerve débattant sur le nom de la ville.

25Dans cette collation, le sens allégorique est primordial et, pour chaque histoire, d’ailleurs, Godefroy en explique le sens : Élisabeth d’Autriche, reine de France, est représentée en Minerve pour montrer les qualités de la souveraine (vertu, justice, etc.)

26Il est intéressant de noter que, contrairement aux banquets médiévaux, surtout celui du vœu du faisan, où on avait un mélange entre entremets décoratif et entremets joué, dans cette entrée, le langage, à la fois décoratif, historié et propagandiste se trouve prioritairement dans cette collation qui n’est pourtant pas le repas le plus important de ceux qui se sont déroulés durant l’entrée de la reine à Paris lors du retour de son sacre, marqué par un degré moindre de solennité.

Les Plaisirs de l’Isle enchantée

27En 1664, voulant offrir une fête somptueuse, Louis XIV a fait organiser dans les jardins du château de Versailles, qui allait devenir son lieu résidence en 1682. Il s’agit de la première journée des Plaisirs de l’Isle enchanté, dont on conserve deux gravures d’Israël Sylvestre, ainsi qu’une description officielle.

28Les quatre Saisons chargées des mets pour le roi et la reine et les douze Signes du zodiaque dansèrent une entrée de ballet. Puis avancèrent le cortège des Saisons et leur suite composée de quarante-huit personnes. Ils portaient les bassins pour la collation. Il y avait douze personnes qui portaient des fleurs (printemps), douze moissonneurs (été), douze vendangeurs (automne) et douze vieillards (hiver). Puis venait le cortège de Pan et de Diane, suivi d’une machine en forme de montagne mouvante ombragée d’arbres. Suivaient des pages devant servir les Dames à table. Et des vers furent adressés à la reine, en commençant par le Printemps. Une fois les récits terminés, une table en forme de croissant fut découverte et derrière apparurent trente-six violonistes, tandis que les Contrôleurs Généraux, sous les allégories de l’Abondance, de la Joie, de la Propreté et de la Bonne-Chère firent couvrir la table par les Plaisirs, les Jeux, les Ris et les Délices.

29Les rôles des quatre Saisons sont joués par des acteurs de la troupe de Molière : Mademoiselle du Parc incarne le Printemps, René Berthelot, dit Monsieur du Parc, l’Été, François Lenoir, dit Monsieur de la Thorillière, l’Automne) et Louis Béjart interprète l’Hiver. Molière et Madeleine Béjart, quant à eux, incarnent respectivement Pan et Diane.

  • 5 Les plaisirs de l’Isle enchantée, p. 15-18.

30En voici le récit détaillé5 :

« Pendant que les Saisons se chargeoient des mets délicieux qu’elles devoient porter, pour servir devant leurs Majestez la magnifique collation qui estoit préparée, les douze Signes du Zodiaque, & les quatre Saisons danserent dans le rond une des plus belles entrées de Ballet qu’on eût encore veûë.
Le Printemps parut ensuite sur un Cheval d’Espagne, représenté par Mademoiselle du Parc, qui avec le sexe & les avantages d’une femme, faisoit voir l’adresse d’un homme. Son habit estoit vert en broderie d’argent, & de fleurs au naturel.
L’Esté le suivoit, représenté par le Sieur du Parc, sur un Elephant, couvert d’une riche housse.
L’Automne aussi avantageusement vestuë, représentée par le Sieur de la Thorilliére, venoit après monté sur un Chameau.
L’Hyver suivoit sur un Ours, représenté par le Sieur Béjard.
Leur suite estoit composée de quarante-huit personnes, qui portoient toutes sur leurs testes de grands bassins pour la collation.
Les douze premiers couverts de fleurs, portoient, comme des Jardiniers, des Corbeilles peintes de vert & d’argent, garnies d’un grand nombre de porcelaines, si remplies de confitures & d’autres choses délicieuses de la Saison, qu’ils estoient courbez sous cét agréable faix.
Douze autres, comme Moissonneurs, vestus d’habits conformes à cette procession, mais fort riches, portoient des bassins de cette couleur incarnate, qu’on remarque au Soleil levant, & suivoient l’Esté.
Douze autres vestus en vendangeurs, estoient couverts de feuilles de vignes & de grappes de raisins, & portoient dans des paniers feuille-morte, remplis de petits bassins de cette même couleur, divers autres fruits & confitures à la suite de l’Automne.
Les douze derniers, estoient des Vieillards gelez, dont les fourrures & la démarche marquoient la froideur, la foiblesse, portant dans des bassins couverts d’une glace & d’une neige si bien contrefaites, qu’on les eust pris pour la chose même, ce qu’ils devoient contribuër à la Collation, & suivoient l’Hyver.
Quatorze Concertans de Pan & de Diane précedoient ces deux Divinitez, avec une agréable Harmonie de Flûtes & de Musettes.
Elles venoient en suite sur une machine fort ingenieuse en forme d’une petite montagne ou roche ombragée de plusieurs arbres ; mais ce qui estoit plus surprenant, c’est qu’on la voyoit portée en l’air, sans que l’artifice qui la faisoit mouvoir se pûst découvrir la veûë.
Vingt autres personnes les suivoient, portant des viandes de la Mênagerie de Pan, & de la Chasse de Diane.
Dix-huit Pages du Roy fort richement vestus, qui devoient servir les Dames à table, faisoient les derniers de cette troupe ; laquelle estant rangée, Pan, diane & les Saisons se presentant devant la Reine, le Printemps luy adressa le premier ces vers […].
Ces Récits achevez, une grande Table en forme de Croissant, où l’on devoit couvrir & garnir de fleurs le costé où elle estoit creuse, vint à se découvrir.
Trente-six Violons tres-bien vestus parurent derriére sur un petit Théâtre pendant que Messieurs de la Marche & Parfait Pere, Frere & Fils, Contrôlleurs Géneraux, sous les noms de l’Abondance, de la Joye, de la Propreté, & de la Bonne-Chere, la firent couvrit par les Plaisirs, par les Jeux, par les Ris, & par les Délices. »

31On le voit donc, le langage est à la fois expressif et scénique, mis d’ailleurs en valeur par le mécanisme de la table elle-même. On peut donc constater que, dans cette collation au sein d’un événement officiel auquel se mêle néanmoins un certain divertissement, la présence de figures allégoriques est notable. Par ailleurs, ces allégories sont incarnées par des acteurs de la troupe de Molière, qui est sous la protection du roi.

32La présence de récits adressés à la reine n’est pas sans rappeler le banquet du faisan dans lequel nous avons pu noter une interaction entre acteurs et convives, bien que ces derniers ne participent pas de manière active à la « représentation théâtrale ». Le banquet du faisan vu précédemment semble donc être une exception en cela, et les convives semblent être plus volontiers spectateurs qu’acteurs. Il est également intéressant de noter que les Dieux et les allégories des Saisons servent le souverain et les Dames.

33En réalisant ces effets de loupe sur ces repas officiels, on constate des convergences dans l’utilisation d’un langage visuel, les mises en scène théâtrales, le lien entre acteurs et convives, ainsi que dans l’utilisation de représentations allégoriques.

34Néanmoins, des divergences sont notables : la typologie de ces repas est variée, on assiste à un dédoublement des langages, et à une inversion de celui-ci dans certains cas : du souverain serviteur de Dieu, on passe aux représentations allégoriques des Dieux qui servent les souverains.

35De plus, si l’intention affichée est différente, l’intention officieuse reste peu ou prou identique (propagande et/ou mise en valeur du souverain bien que de façon plus ou moins directe) avec néanmoins, une attention de plus en plus importante apportée au souverain (envoyé de Dieu sur terre) mais les formes des langages utilisés varient et évoluent.

36On peut également noter que les repas dans lesquels on trouve le langage visuel à travers des réalisations décoratives historiées et le langage expressif et scénique, au fur et à mesure que l’on avance dans le temps, sont de moins en moins officiels. Ce n’est que dans les repas à caractère très officiels, comme les repas de sacre par exemple, que l’on observe une permanence un peu plus présente.

Bibliographie

Grandes Chroniques de France, Paris, BnF, manuscrit français 2813.

Grandes Chroniques de France, Paris BnF, manuscrit français 6465.

Mémoires d’Olivier de La Marche, maître d’hôtel et capitaine des gardes de Charles le Téméraire, publié pour la Société de l’histoire de France par Henri Beaune et J. d’Arbaumont.

Godefroy Théodore, Le cérémonial françois contenant les ceremonies observées en France aux Sacres & Couronnemens de Roys, & Reynes, & de quelques anciens Ducs de Normandie, d’Aquitaine, & de Bretagne : Comme aussi à leurs Entrées solennelles : Et à celles d’aucuns Dauphins, Gouverneurs de Provinces, & autres Seigneurs, dans diverses Villes du Royaume. Recueilly par Théodore Godefroy, Conseiller du Roy en ses Conseils. Et mis en lumière par Denys Godefroy, Advocat en Parlement & Historiographe du Roy, chez Sébastien Cramoisy, Paris, 1649.

Les plaisirs de l’Isle enchantée, Paris, 1664.

Notes

1 L’empereur Charles IV et le roi de France Charles V assistent à la représentation d’une croisade, vers 1380, Grandes Chroniques de France, Paris, BnF, manuscrit français 2813, fol. 474.

2 Jean Fouquet, Les Grandes Chroniques de France, Banquet offert par Charles V à l’empereur Charles IV en la grande salle du Palais, vers 1455-1460, Paris BnF, manuscrit français 6465, fol. 444v.

3 Mémoires d’Olivier de La Marche, maître d’hôtel et capitaine des gardes de Charles le Téméraire, tome 2, p. 160-187.

4 T. Godefroy, Le cérémonial françois, tome 1, p. 551-555.

5 Les plaisirs de l’Isle enchantée, p. 15-18.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search