Introduction

Jean Duma

1Dire que les formes de communication sont extrêmement diverses, c’est énoncer une évidence, voire émettre une banalité ou une platitude. Elles utilisent différents vecteurs. L’écrit ou la parole y apparaissent comme des éléments fondamentaux et l’image également joue un rôle précoce. Mais la communication non verbale, surtout dans les sociétés qui ne maîtrisent que partiellement l’écrit et qui sont peu alphabétisées, a une très grande importance et prend des chemins très divers : association du geste, volontaire ou non, à la parole ; usage des codes : couleurs, musique, bruits, gestes, signaux à distance ; usage des symboles dont il est intéressant de suivre à la fois l’origine et le devenir et comment ils ont pu être réappropriés par des sociétés différentes de celles qui les ont mises en circulation.

2Parmi les formes de communication, les cérémonies occupent une place particulière. Lorsque Furetière, dans son dictionnaire, les définit en 1690 comme un « assemblage de plusieurs actions, pompes & manières d’agir, qui servent à rendre une chose plus magnifique et plus solennelle », il met d’emblée l’accent sur un double aspect qui les caractérise.

3Tout d’abord leur dimension rituelle qui se manifeste aussi bien dans leur forme, avec un assemblage de règles invariables, que dans leur fonction, donner à voir une certaine image du pouvoir, de son détenteur, une image lisible et souvent immédiatement compréhensible par ceux à qui elle est destinée. Ces pratiques réglées donnent aux phénomènes concernés un caractère sacré et symbolique fort.

4Ensuite, c’est une pratique que l’on pourrait qualifier de globale. Les cérémonies concernées sont aussi bien politiques que religieuses. Mais la ritualisation cérémonielle peut aussi concerner fêtes et jeux. Ce rituel met en œuvre toutes les techniques déjà évoquées, usage des images et des symboles, recours à des codes de toutes sortes y compris vestimentaires, communications non verbales, usage de lieux spécifiques ou mise en scène dans des lieux usuels.

5Les cérémonies contribuent à donner une certaine image et du pouvoir et de leurs détenteurs. Ce sont des discours qui se déclinent dans des lieux divers, des lieux de la parole publique, de l’affirmation de l’autorité mais aussi de sa contestation. Elles jouent un rôle important dans les comportements individuels et collectifs. Elles sont investies de significations symboliques variables selon les sociétés. Tantôt elles sont accessibles à tous, tantôt seulement à des élites, seules capables de les « décrypter ».

6Le congrès de Nîmes du CTHS a consacré une session au rituel des cérémonies et les communications présentées à cette occasion couvrent un champ chronologique très large, de l’Antiquité à aujourd’hui et ont exploré, de façon très diverse et à travers des sources nombreuses, quelques-unes de ces questions. Trois grands axes se dégagent de leur présentation.

Cérémonies et pouvoir

7Un certain nombre de contributions se sont intéressées aux cérémonies et à leur rituel de façon globale en s’interrogeant sur les rapports qu’elles entretiennent avec le ou les pouvoirs.

8Nicole Boëls-Janssen, en analysant le rituel nuptial dans la Rome antique a une approche globale de la cérémonie avec ses dimensions privée, religieuse, festive. Elle souligne les multiples langages utilisés lors de ce rite d’intégration, parole juridique et religieuse, mais aussi images signifiantes, gestuelle théâtrale, cris, acclamations, chants qui se succèdent ou s’associent à cette occasion changeant selon les lieux privés ou publics investis et les publics auxquels s’adressent ces messages.

9En présentant la communication du consulat lyonnais lors des entrées princières (1656-1789), Françoise Bayard met en évidence une spécificité lyonnaise : la persistance, après 1656, sous la responsabilité des autorités municipales de la réception des souverains et des princes français ou étrangers et des ambassadeurs. Dans ces cérémonies, organisées à l’image des entrées royales, se manifeste l’affirmation, parfois coûteuse, des élites urbaines.

10Sandrine Krikorian analyse comment propagande politique et faste royal sont étroitement imbriqués à l’occasion de certains repas royaux organisés à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne. Les banquets officiels des rois et des princes constituent un lieu privilégié de cette propagande. Elle souligne les mutations qui se manifestent dans ce qui est aussi un discours sur le pouvoir et met notamment en évidence, comment, à travers la typologie très variée de ces repas, on assiste à un dédoublement des langages, et on passe du souverain serviteur de Dieu aux représentations allégoriques des Dieux qui servent les souverains.

11Fernando Suárez Golán se penche sur les entrées des archevêques dans la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle aux xviie et xviiie siècles et montre qu’elles constituent une mise en scène du pouvoir. Les différentes procédures mises en œuvre par la communauté urbaine visent à perpétuer et, éventuellement, modifier l’ordre de gouvernement établi dans la ville. Elles sont un reflet des conflits sociaux et politiques dans l’espace urbain.

Gestes, mise en scène et représentation

12D’autres contributions sont davantage centrées sur des aspects plus spécifiques et abordent la question des gestes et de la théâtralisation des cérémonies.

13Ainsi Éric Teyssier s’attache aux formes de communication dans l’arène lors des combats de gladiateurs. Il montre, à travers de multiples exemples, que tous les moyens sont bons pour communiquer : en amont par des « affiches » peintes sur les murs, des « produits dérivés », des graffitis, des programmes sans doute sur papyrus ; pendant les combats, avec les couleurs de certains combattants et le décor de leur bouclier. Des pancartes, sans doute rédigées à l’avance, sont présentées par les ministri. Des sonneries connues du public annoncent chaque moment fort à grand renfort de cuivres. Le praeco, crieur officiel à mi-chemin entre le monsieur Loyal et le « chauffeur de salle » délivre lui aussi les informations importantes. Mais surtout, la communication s’opère au moyen d’une gestuelle très codifiée des arbitres et des gladiateurs. Le public intervient également, par les cris ou par les gestes en agitant notamment sa mappa pour demander, plus souvent qu’on ne le pense, la grâce du vaincu. Il montre que, loin des stéréotypes forgés au xixe siècle, la gestuelle des gladiateurs est à la fois plus variée et moins rigide qu’on ne le pense et il apparaît que la gladiature constitue une sorte de dialogue entre les combattants, l’arbitre, le commanditaire et surtout le public.

14Chrystel Lupant, de son côté, en se livrant à une nouvelle lecture du manuscrit de la Vie de saint Maur, examine les jeux de mains et les jeux de regards dans les enluminures du manuscrit. Cette mise en scène imagée des mains et des regards souligne l’importance des gestes et des attitudes qui sont autant de moyens d’expressions des corps, des sens et des émotions, lors des rites de passage d’intégration à ou de rupture avec la communauté. Cette approche s’intéressant à la communication non-verbale conduit à revisiter l’image hagiographique du manuscrit.

15Philippe Chareyre étudie les grandes assemblées protestantes au Désert, de formidables théâtres où le pasteur est l’acteur principal et s’affiche comme le conducteur de la communauté. Bien que le message repose sur l’écrit, le geste et l’oralité jouent un rôle important à l’occasion des sermons. Le geste est peut-être le moyen le plus fort pour faire passer un message et le pasteur, usant de l’écrit, du geste et de l’oralité, apparaît surtout comme le maître d’œuvre d’une mise en scène au sein d’un cérémonial spécifique entièrement dédié à son service.

16Enfin Émeline Seignobos et Jean-Pierre Bat, en interrogeant « Le président face à ses discours (1932-2014) » développent une réflexion qui croise approches archivistiques et mémorielles et dégage la fonction de la parole présidentielle, de la IIIe à la Ve République, depuis le mandat d’Albert Lebrun jusqu’à celui de François Hollande, dans la construction et les mécanismes qui président à cette élaboration. On assiste alors à une véritable mise en scène du dire présidentiel

Lieux

17Enfin un certain nombre de contributions se sont attachées à voir comment ces cérémonies s’inscrivent dans des lieux spécifiques et s’interrogent sur la place de cet ordre cérémoniel.

18Les spectacles donnés dans l’amphithéâtre de Nîmes entre 1900 et 1937 sont analysés par Sabine Teulon Lardic. Elle montre qu’à la faveur de représentations ambitieuses (drame antique, opéra et création recensés) et d’une fréquentation populaire due aux dispositifs de l’administration municipale, un cycle de spectacles, inspiré par le militantisme de Romain Rolland, constitue un outil de communication territoriale au cœur des enjeux du spectacle de masse. Favorisant les échanges culturels et économiques entre Nîmes et Paris (Comédie-Française, Opéra de Paris), Nîmes et les grandes villes (orchestres de Marseille, de Lyon), il participe des processus de représentation et de structuration des idéologies marquantes durant l’entre-deux-guerres.

19De son côté Sonia Zerbib étudie la politique festive mise en œuvre à Florence pour les noces de 1565, le baptême d’Éléonore de Médicis en 1567, les funérailles de Michel-Ange, de Cosme Ier et de Francesco Ier. Cette politique donne du sens à des lieux bien particuliers, le « Salon des Cinq Cents » et la basilique « San Lorenzo » et contribue à leur métamorphose. Ces lieux, qui témoignent d’une théâtralisation de l’événement par une théâtralisation de l’espace, permettent à l’autorité ducale puis grand-ducale de lutter contre le « caractère imparfait » de son régime autoritaire.

20Blandine Silvestre, présentant la salle des délibérations du Conseil général de Vaucluse construite au lendemain de la loi du 10 août 1871 mettant en place les Conseils généraux, montre que la conception de la salle participe des expériences architecturales conduites depuis la fin du xviiie siècle. Le plan de cette dernière et son programme ornemental répondent aux objectifs des travaux de l’assemblée départementale et s’inscrivent dans une approche des espaces de la représentation politique.

21Ces différentes contributions constituent en fin de compte un ensemble riche et divers par la multiplicité des approches retenues. Elles autorisent une réflexion comparatiste qui souligne bien la fécondité de ce thème. Permanences et ruptures caractérisent les cérémonies présentées et cela débouche sur des approches riches et nombreuses.

Auteur

Jean Duma

Professeur émérite des universités, président de la commission des publications du CTHS