Version classiqueVersion mobile

L’animal et l’homme : de l’exploitation à la sauvegarde

 | 
Anne-Marie Flambard-Héricher
, 
François Blary

L’habitat de l’animal conçu par l’homme

Le rôle des faubourgs dans l’élevage porcin au Moyen Âge : étude de cas amiénoise

Mathieu Béghin

Résumé

Les différentes formes d’élevage urbain de la fin du Moyen Âge sont le plus souvent rejetées par les édiles hors de l’espace intra muros pour cause de salubrité publique. Cet article se propose d’étudier les conséquences d’une telle mesure sur l’élevage porcin qui, par les désagréments qu’il engendre, est le premier visé par cette politique prophylactique. Alors qu’une frange de la population transgresse les interdits, plusieurs membres issus de corporations liées à l’alimentation et au monde paysan décident de perpétuer légalement cette pratique en menant une entreprise immobilière d’envergure dans les faubourgs. L’accent est ici mis sur les répercussions de cette action qui permet le développement d’un élevage porcin intensif, avec notamment un intérêt pour la transformation du paysage suite à l’installation massive de structures d’élevage, ainsi que pour la manière dont est vécue la mixité homme-animal dans un contexte où s’intensifie l’urbanisation des faubourgs.

Texte intégral

  • 1 R. Delort, Les animaux ont une histoire, p. 7.
  • 2 Ibid., p. 10 ; O. Zeller, « L’animal dans la ville d’Ancien Régime : quelques (...)
  • 3 B. Clavel et J.-H. Yvinec, « L’archéozoologie du Moyen Âge au début de (...)
  • 4 P. Boucheron et D. Menjot, Histoire de l’Europe urbaine, t. 2. La (...)
  • 5 Dans les années 1990, la recherche considérait que les connaissances (...)

1L’étude des animaux est un champ historiographique ancien1, mais qui souffre encore aujourd’hui de nombreuses lacunes au rang desquelles figure l’élevage dans la ville préindustrielle2. Cependant, la multiplication des études archéozoologiques3 et des travaux portant sur la gouvernementalité urbaine4 tendent progressivement à combler ces carences5.

  • 6 A. Derville, L’agriculture du Nord au Moyen Âge : Artois, Cambrésis, Flandre wallo (...)
  • 7 P. Van Ossel, « La croissance d’une ville : création et développement (...)

2La documentation des xive-xvie siècles atteste de l’importante pratique de l’élevage porcin en ville qui contribua à faire du porc un animal domestique, c’est-à-dire une bête élevée par l’homme et dans l’environnement de ce dernier6. Ce phénomène n’est cependant que rarement confirmé par l’archéozoologie car « tout étant bon dans le cochon », la quasi-totalité du corps de l’animal est soit consommée en tant que denrée alimentaire soit transformée pour un autre usage, contribuant ainsi à ne laisser que peu de vestiges à analyser7.

  • 8 D. Menjot, « Conclusions : Périurbain, marges et périphéries urbaines », p. 327.
  • 9 F. Loyer et D. Hervier, « Présentation », p. 7-8 ; J.-P. Leguay, Terres urbaines. (...)

3Complément du centre urbain et lieu de transition entre la ville et la campagne, le faubourg posséda plusieurs atouts qui contribuèrent à lui attribuer une place importante dans la pratique de l’élevage8. L’éloignement du cœur de ville contribua à ce que les zones périphériques disposent d’une occupation plus lâche et d’espaces semi-ruraux plus nombreux qu’intra muros. Cette configuration fit de ce territoire un lieu d’accueil pour les activités incompatibles avec une société fortement urbanisée tel l’élevage porcin, et offrit une certaine proximité avec les aires de pâturage, évitant ainsi aux troupeaux de suidés s’y rendant d’encombrer les rues intra muros9.

  • 10 A. Demurger, Nouvelle histoire de la France médiévale, t. 5. Temps de crises, temp (...)

4Les riches fonds archivistiques de la cité picarde d’Amiens rendent possible l’observation du rôle croissant des faubourgs dans la pratique de cet élevage entre les xive et xvie siècles. Face à la récurrence des crises, des conflits et des épidémies qui marquèrent la période, une importante migration d’hommes et d’animaux se réfugièrent en ville10. Ces déplacements se déroulant dans un contexte sanitaire rendu difficile par l’arrivée de la peste, la présence du porc devint une gêne moins tolérée. Son rejet en périphérie urbaine changea alors les modalités de son élevage et le paysage des faubourgs.

5Pour saisir au mieux le cheminement de cette affaire, l’analyse de la réglementation de la présence du porc en ville retiendra tout d’abord notre attention, qui se portera ensuite sur la transformation des faubourgs en zone d’élevage porcin, puis sur le vécu de la cohabitation homme-animal dans un contexte de forte urbanisation de ces espaces.

La réglementation de la présence porcine en ville

Lutter contre la divagation

  • 11 J.-P. Leguay, La pollution au Moyen Âge, p. 22.
  • 12 Le seuil de tolérance chez l’être humain est un fait culturel qui résulte (...)
  • 13 M. Pastoureau, « Histoire naturelle et culturelle du (...)
  • 14 Bibl. mun. Amiens, BB 5, 11 octobre 1445, fol 247v ; (...)
  • 15 Bibl. mun. Amiens, BB 9, 2 juillet 1464, fol 155r-v.
  • 16 Bibl. mun. Amiens, AA 12, s. d. [xive siècle], fol (...)
  • 17 Ibid.

6L’utilisation de l’animal-éboueur est une coutume ancienne11 qui fut plus au moins tolérée selon les villes jusqu’au xive siècle12. Cette pratique qui visait à débarrasser les rues de leurs ordures ménagères tout en engraissant les porcs à moindre coût se révélait contre-productive face aux nuisances, dégradations et accidents qui en résultaient13. Il était en effet fréquemment reproché aux suidés de s’en prendre aux marchandises et aux hommes14, de gratter la terre fraîchement retournée des cimetières15, de souiller les rues ou encore d’endommager les fossés défensifs et les cultures16. Pour remédier à l’errance – principal problème auquel les édiles durent faire face avec cet animal –, il fut défendu aux Amiénois de laisser leurs porcs circuler sans surveillance dans la cité et ses faubourgs dès le xive siècle17.

  • 18 R. Jussiau, L. Montméas et J.-C. Parot, L’élevage en France : 10 000 ans (...)
  • 19 B. Descamps, « Fenêtre sur abattoir », p. 137.
  • 20 Bibl. mun. Amiens, AA 12, s. d. [xive siècle], fol 14r-v ; (...)

7Présente dans diverses villes d’Occident dès la fin du xiie siècle18, cette mesure n’interdisait en rien leur possession, mais cherchait plutôt à restreindre leur circulation pour réduire les nuisances qui en découlaient19. Pour faciliter sa bonne application, Amiens – comme bien d’autres villes – institua un porcher communal pour mener paître, chaque jour, la harde des pourceaux de la ville au-dehors de celle-ci20.

  • 21 La défense du bien commun fut un prétexte couramment invoqué par (...)

8Malgré l’instauration de restrictions, les pourceaux gyrovagues continuèrent à multiplier leurs méfaits comme en attestent les nombreuses amendes relevées entre 1387 et 1436. L’échevinage profita alors de cette situation pour poursuivre son ingérence dans la sphère privée – toujours sous couvert de la défense du bien commun21 – en établissant des quotas et des interdictions d’élevage.

Limiter la possession

  • 22 J.-P. Leguay, La pollution au Moyen Âge, p. 53-54.
  • 23 La prévention fut un aspect important de la politique prophylactique des v (...)
  • 24 L. Mazière et S.-M. Bécu, « Bans et statuts des métiers de la ville et com (...)
  • 25 Le statut des bouchers (1317) interdit l’achat de porcs auprès de (...)

9Dès la seconde moitié du xive siècle, les Amiénois n’eurent plus le droit de détenir le moindre porc dans le périmètre fortifié, prohibition commune à bien d’autres villes à l’époque22. Dans un contexte marqué par la récurrence des épidémies, la peur de l’épizootie et de la zoonose amena les autorités urbaines à cibler certaines corporations parmi lesquelles figurait tout particulièrement celle des barbiers23. Il leur était souvent reproché de favoriser la vitesse d’engraissement de leurs suidés en les nourrissant de sang humain, les rendant ainsi impropres à la consommation. Pour empêcher cette pratique, les conseils échevinaux leur interdirent de posséder et d’élever des pourceaux24, comme cela fut fait à Amiens dès 131725.

  • 26 Bibl. mun. Amiens, BB 7, 22 août 1454, fol 186v-187r.
  • 27 J.-P. Leguay, La pollution au Moyen Âge, p. 53 ; C. Vandamme-Boussemart, « (...)
  • 28 L. Mazière et S.-M. Bécu, « Bans et statuts des mé (...)

10Les dérogations d’élevage existaient, mais étaient toujours réduites. Dès 1454, les cabaretiers amiénois ne purent plus ainsi posséder que deux grands pourceaux, contre cinq ou six auparavant26. Cette mesure qui s’appliquait aussi aux boulangers lillois et à l’ensemble des Rémois en 138927 était différente à Noyon où les boulangers résidant autour du grand marché ne pouvaient pas posséder de porc, alors que leurs autres confrères y étaient autorisés entre la saint Barthélémy et Pâques28. L’élevage porcin se faisant au détriment du voisinage de ceux qui s’y adonnaient, l’autorité amiénoise durcit sa politique de rejet à l’égard du porc dès 1454.

Le rejet vers les faubourgs

  • 29 Bibl. mun. Amiens, BB 7, 30 avril 1454, fol 170v-171r.
  • 30 Bibl. mun. Amiens, CC 4, 1386-1387, fol 100r ; CC 7, 1391-1392, (...)
  • 31 M. Béghin, « Amiens face à ses pollutions à la fin du (...)

11L’interdiction de détenir des porcs entre les IIII portes de la cité29 fut rappelée par plusieurs actes en 1454 et s’accompagna d’un alourdissement des sanctions en cas de manquement. L’amende de 3 à 5 sous passa ainsi à 40 sous et fut assortie d’une peine de prison pour le propriétaire de l’animal30. Ce durcissement résulta de la combinaison de l’éloignement de la guerre et du retour des épidémies qui provoqua un essor de la législation prophylactique à Amiens dès 144031.

  • 32 Cette pratique continua en plusieurs lieux du périmètre fortifié (Bibl. mu (...)

12Bien que certains Amiénois aient négligé ces interdictions en continuant d’élever des suidés dans l’espace intra muros32, une majorité d’entre eux, surtout les corporations liées à l’alimentation et au monde paysan, mena une vaste entreprise immobilière dans les faubourgs afin d’y continuer légalement cet élevage.

Le rôle croissant du faubourg dans l’élevage porcin

Une présence ancienne remise à l’ordre du jour

  • 33 Arch. dép. Somme, F 500, 1277, fol 10r.
  • 34 Un tel équipement explique la forte présence de cet (...)
  • 35 Bibl. mun. Amiens, AA 2, 10 janvier 1378 (n. st.), (...)
  • 36 Bibl. mun. Amiens, CC 4, 1386-1387, fol 113r.
  • 37 P. Jourdan, « Édition et commentaires d’argenterie de la ville de Saint-Qu (...)

13Mentionné dès 127733, le markié as pourchiaus (marché aux porcs34) témoigne d’une pratique ancienne de l’élevage porcin dans les faubourgs méridionaux (fig. 1). Le signalement d’un élevage dépassant les 26 suidés (1378)35 et d’une prison as pourcheaux (1387)36 atteste de la continuité de cette pratique. Le recours à une prison-fourrière réservée aux porcs gyrovagues n’était pas une spécificité locale, car elle se retrouvait à la même époque de la Flandre au Maine37. Sa localisation dans la porte de la Hotoie – au faubourg Saint-Jacques – tenait très certainement à la proximité des zones de pâturage (fig. 2).

Fig. 1. – Réseau paroissial amiénois au xve siècle.

Fig. 1. – Réseau                             paroissial amiénois au xve siècle.

Doc. M. Beghin.

Fig. 2. – Carte de localisation des structures d’élevage faubouriennes (1390-1520).

Fig. 2. – Carte de                             localisation des structures d’élevage faubouriennes                             (1390-1520).

Doc. M. Beghin.

  • 38 La promulgation dut intervenir après le coup de main navarrais de 1358 qui (...)

14Bien que non daté, le premier texte contraignant à l’élevage faubourien présente les caractéristiques d’un acte de la seconde moitié du xive siècle, qui fut très certainement édicté entre 1358 et 141438.

La conquête des espaces libres

  • 39 De nombreux bourgeois, religieux et artisans de toutes (...)

15Ce n’est qu’à partir de 1400, avec la multiplication des actes notariés, qu’il est possible d’observer certains comportements attestant d’une forte pratique de l’élevage porcin aux portes de la cité. Les métiers de l’alimentation (boulangers, fourniers, pâtissiers, bouchers, tripiers et hôteliers) et les paysans (laboureurs, vignerons et éleveurs) se démarquent en représentant près de la moitié des 472 éleveurs39 attestés ou supposés entre 1390 et 1520 (fig. 2).

  • 40 P. Van Ossel, « La croissance d’une ville : création et développement (...)

16L’investissement des métiers de bouche dans les infrastructures faubouriennes d’élevage est un fait déjà identifié chez les boulangers de Leipzig (Allemagne) et de Paris, chez les bouchers de Meaux et chez les tripiers parisiens40. Principalement fixés au faubourg Saint-Jacques, les bouchers amiénois étaient les éleveurs les plus importants des deux premières décennies du xve siècle, puis furent rapidement supplantés par les boulangers.

  • 41 M. Pastoureau, Le cochon. Histoire d’un cousin mal aimé, p. 33 ; C. Gurvil (...)
  • 42 E. Maugis, « Documents inédits concernant la ville et (...)

17Financièrement plus accessible que la vache, beaucoup plus facile à nourrir puisqu’il est omnivore et peu regardant sur la qualité de son alimentation, le porc représenta un investissement intéressant pour qui voulait dégager un profit à la revente ou produire une grande quantité de viande grâce un faible coût d’entretien41. L’importance des déchets d’abattage et de préparation de la viande permettait au boucher d’engraisser un porc à moindre coût, alors que le boulanger utilisait du son, du pain rassis ou des restes de farines et de céréales tombés au sol pour le nourrir42.

  • 43 Un jardin avec granges, étables et franc à pourceaux du faubourg Saint-Jac (...)
  • 44 Bibl. mun. Amiens, FF 10, 18 janvier 1480 (n. st.), fol 106r-v.
  • 45 B. Descamps, « Fenêtre sur abattoir », p. 137.

18Les parcelles dédiées à l’élevage porcin s’échangeaient généralement entre les membres d’un même secteur d’activité43. Cette promiscuité donna lieu à des partenariats comme en 1480 lorsqu’un boulanger et un pâtissier occupèrent la même parcelle, ce qui suggère que l’un amenait la matière pour engraisser le porc que l’autre utilisait dans ses préparations culinaires44. Ce type d’accord a déjà pu être observé à Paris entre un boucher et un boulanger45.

  • 46 A. Derville, L’agriculture du Nord au Moyen Âge : (...)
  • 47 Constat qui se retrouve à Paris où le laboureur représente jusqu’à 90 % de (...)
  • 48 Bibl. mun. Amiens, BB 16, 20 mai 1492, fol 180v ; BB 17, 17 mars 1494 (n. (...)

19Moins importants que le secteur de l’alimentation, les paysans représentent toutefois le second groupe socioprofessionnel possédant le plus de structures en lien avec l’élevage porcin (fig. 3). Disposant également de déchets, de légumineuses et de grains issus de leur activité, ils purent nourrir un porc à peu de frais46. Avec près de la quasi-totalité des mentions relevées, le laboureur apparaît comme le paysan le mieux représenté47. À la fin du xive siècle, son importance numérique et économique lui permit d’obtenir plusieurs dérogations pour poursuivre l’élevage porcin intra muros, alors que cette pratique y était interdite48.

Fig. 3. – Répartition des propriétaires de structures d’élevage dans les faubourgs (1390-1520).

Fig. 3. – Répartition des                             propriétaires de structures d’élevage dans les                             faubourgs (1390-1520).

Doc. M. Beghin.

Les structures d’élevage

  • 49 M. Pastoureau, Le cochon. Histoire d’un cousin mal (...)
  • 50 J.-P. Leguay, La pollution au Moyen Âge, p. 53 ; C (...)

20Les premières porcheries n’apparaissant en Occident qu’au tournant des xve et xvie siècles, les structures d’élevage furent longtemps hétérogènes. Encore au xve siècle, le logement du porc correspondait souvent à un simple appentis relégué au fond d’une cour ou d’un terrain vague, voire à une dépendance dont l’usage initial avait été détourné à cet effet49. À Amiens, on peut observer une évolution des pratiques au cours de ce siècle, puisque les jardins voués à l’élevage furent progressivement additionnés de dépendances qui revêtirent la forme de francs, de granges et d’étables à pourceaux (fig. 3). Ces trois types de structures étant très souvent associées, voire assimilées, la grange put accueillir un élevage porcin, mais il n’est pas toujours possible de l’affirmer avec certitude50. Le terme spécifique de francq a pourcheaux ne se développa à Amiens que vers 1440 et fut progressivement remplacé par celui d’estable a pourcheaux vers 1500.

  • 51 Le bail de location d’un jardin avec porcheries précisa que le propriétair (...)
  • 52 V. Lascour, Amiens, « Avenue Charles de Gaulle », vol. 1, p. 51-53.
  • 53 L’autarcie qu’apportait ce modèle d’occupation séduit les riches propriéta (...)

21Les 485 infrastructures identifiées se concentrèrent majoritairement dans les faubourgs Saint-Jacques et Saint-Rémi (fig. 2) pour les raisons précédemment évoquées (marché aux porcs, réglementation, pâturage). Aux côtés des jardins aménagés de structures légères vouées à l’élevage, se développa progressivement, dès la seconde moitié du xive siècle, le modèle d’occupation rural de bâtiments (maisons et dépendances) s’organisant autour d’une cour (tabl. 1). L’analyse des actes notariés montre un fort développement de ce modèle après 1450 à Amiens, ce qui donna lieu à des clauses très détaillées concernant le droit de servitude pour l’accès et l’utilisation de la cour51. Observé par l’archéologie pour les xive et xve siècles à Amiens52 ainsi qu’à plusieurs reprises en Île-de-France, ce modèle d’occupation et son évolution apparaissent communs tant au milieu rural qu’urbain de la fin du Moyen Âge53. Cette configuration s’avéra problématique à mesure que l’urbanisation des faubourgs progressait au xve siècle.

Tabl. 1. – Évolution des mentions de cours dans les faubourgs (1358-1520).

Tabl. 1. – Évolution des                             mentions de cours dans les faubourgs                             (1358-1520).

Doc. M. Beghin.

Une cohabitation difficile

Des pratiques d’élevage désastreuses

  • 54 Le phénomène fut tel qu’un tronçon de la rue du Four Descamps fut nommé «  (...)
  • 55 Les habitants du faubourg Saint-Jacques reprochaient aux éleveurs de possé (...)
  • 56 Plusieurs dizaines de squelettes de suidés mis au jour (...)

22Le développement important54 des infrastructures d’élevage dans les faubourgs méridionaux fut responsable d’une pratique qui s’avéra très dérangeante à mesure que l’urbanisation progressait. Le surnombre55 et l’entassement des suidés furent responsables d’une pratique de l’élevage où la mortalité des animaux était fréquente, comme en attestent les textes et l’archéozoologie56.

  • 57 G. Gemehl, Amiens, Somme, « 16, rue du Grand Vidame », p. 29-31 ; V. Lasco (...)
  • 58 Les cadavres devaient être enterrés dans la parcelle du propriétaire ou da (...)

23Deux opérations archéologiques, une située au faubourg Saint-Jacques et une autre en périphérie intra muros de la paroisse Saint-Pierre, ont en effet pu mettre au jour plusieurs cadavres de cochons, de truies et de porcelets, dont les squelettes encore en connexion anatomique suggèrent une mort violente, très certainement due à une maladie ou à une pathologie osseuse57. Ces découvertes corroborent ainsi la législation du xve siècle qui voulait que le propriétaire enfouisse l’animal mort en pareil cas. Les textes rapportent aussi d’autres habitudes fort contraignantes dans un secteur en pleine urbanisation, telles celles de certains boulangers, de jeter les cadavres de porcs à même la chaussée58.

Le problème de l’urbanisation grandissante

  • 59 Bibl. mun. Amiens, CC 31, 1442-1443, fol 170r.

24L’urbanisation croissante des faubourgs méridionaux se heurta aux désagréments de l’élevage porcin qui furent dénoncés dès 144259, mais ce n’est vraiment qu’à partir du milieu du siècle que les griefs ne cessèrent de se multiplier.

  • 60 L’installation et le curage de fosses à lisier n’é (...)
  • 61 La clôture du cimetière Saint-Denis (faubourg Sain (...)
  • 62 Le curé et les paroissiens du faubourg Saint-Jacques (...)
  • 63 En dégradant l’espace public, l’animal errant fut perçu comme un perturbat (...)
  • 64 M. Pastoureau, « Histoire naturelle et culturelle du porc dans les société (...)
  • 65 Bibl. mun. Amiens, CC 46, 1462-1463, fol 44r.

25Les odeurs nauséabondes qui émanaient des élevages60 ainsi que les problèmes inhérents à la divagation des suidés dans les cimetières61 et les églises où les porcs souillaient les enclos et perturbaient les offices divins62 furent les plus dénoncés63. Ces profanations étaient d’ailleurs fréquemment évoquées à Paris, à York, à Bruges ou à Nuremberg depuis le xiie siècle64. Les faubourgs septentrionaux n’échappèrent pas non plus à ce problème, puisque le cas d’un enfant dévoré par un porc gyrovague fut signalé au faubourg Saint-Pierre en 146365.

  • 66 Les marguilliers du faubourg Saint-Jacques se plaignaient de la grant corr (...)
  • 67 M. Béghin, « Amiens face à ses pollutions à la fin du Moyen Âge. Approche (...)
  • 68 L’ordonnance de 1457 qui réitérait l’interdiction de (...)

26Les odeurs nauséabondes émanant de l’élevage, des déjections et des cadavres d’animaux inquiétèrent beaucoup les Amiénois66. Les croyances de l’époque voulant que la maladie soit véhiculée par le malvais air67, l’échevinage prit de nouvelles mesures pour éloigner davantage le danger68.

Le rejet dans la banlieue

  • 69 Bibl. mun. Amiens, BB 10, 29 juin 1467, fol 168r-v ; BB 10, 21 octobre 146 (...)
  • 70 Bibl. mun. Amiens, BB 12, 7 août 1475, fol 18r.

27L’épisode de peste qui toucha très sévèrement Amiens de juin à octobre 146769 déclencha une vague épidémique qui accompagna le dernier quart du xve siècle et tout le xvie siècle. Ce fut dans ce contexte, et face à la gronde croissante des faubouriens, que les autorités décidèrent d’interdire l’élevage porcin dans les faubourgs méridionaux le 7 août 147570.

  • 71 Dès 1480, celle-ci se traduisit par une interdiction (...)
  • 72 Bibl. mun. Amiens, BB 12, 22 avril 1476, fol 47v ; BB 12, 27 mai 1476, fol (...)
  • 73 Bibl. mun. Amiens, AA 12, 8 mai 1480, fol 89r ; BB 13, 15 mai 1480, (...)
  • 74 Plusieurs paroissiens de Saint-Sulpice et de Saint (...)

28Cette ordonnance qui annonça les prémices du profond durcissement de la politique sanitaire menée par l’échevinage71 se heurta à la résistance de la puissante corporation des boulangers, dont les membres ne cessèrent d’être rappelés à l’ordre72 jusqu’à mai 148073. Après cette ultime dérogation qui leur fut accordée, les amendes et les plaintes de voisinage à leur encontre furent beaucoup moins nombreuses74 et plus aucune dérogation n’apparaît dans les rapports de conseils municipaux.

29L’interdiction de 1475 donne l’impression d’avoir été majoritairement respectée, car on observe une multiplication des infrastructures d’élevage au-dehors du périmètre fortifié après 1480. Celles-ci se concentrèrent particulièrement dans les faubourgs Saint-Jacques et Saint-Pierre, où elles se groupèrent (entre deux et cinq unités) autour d’une cour commune (fig. 2).

 

  • 75 L’archéozoologie a observé une augmentation de la stature du porc au xvie  (...)
  • 76 M. Pastoureau, Le cochon. Histoire d’un cousin mal aimé, p. 68-69.

30La présence porcine apparaît comme un mal nécessaire à la survie alimentaire de la cité que les autorités essayèrent d’encadrer jusqu’à ce que l’amplification des dangers exige des mesures fermes et radicales. Le rejet de l’élevage porcin vers les faubourgs se présenta cependant comme une aubaine pour le développement de cette activité et la réoccupation de ce territoire ravagé et délaissé. L’entreprise immobilière d’envergure qui accompagna cette délocalisation contribua à remodeler le paysage qui se couvrit progressivement d’infrastructures d’élevage qui, en grande partie, tendirent à s’organiser autour d’une cour, créant ainsi des espaces clos et spécialisés. Ce modèle d’occupation continua à se développer après le second déplacement de l’élevage un peu plus en périphérie. Ce rejet renforça le rôle de « garde-manger » de la ville, attribué à la banlieue, et la concentration des structures témoigne de l’intensification et de la spécialisation de l’élevage porcin75, qui annoncent les prémices de l’industrialisation que connut cette activité au début du xixe siècle76.

Bibliographie

Béghin Mathieu, « Amiens face à ses pollutions à la fin du Moyen Âge. Approche historique et archéologique », Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie, t. LXX no 709-710, 2015, p. 361-387.

Béghin Mathieu, « De la répression à la grâce royale : le sort des Amiénois au lendemain de la sédition de 1358 », Urbanités, Éd. numérique, no 5, mai 2015, consulté le 27 avril 2016.
[URL : http://www.revue-urbanites.fr/5-de-la-repression-a-la-grace-royale-le-sort-des-amienois-au-lendemain-de-la-sedition-de-1358/]

Blanc Nathalie, Les animaux et la ville, Paris, O. Jacob, 2000.

Blondel Sylvie, « La municipalité d’une bonne ville : Douai à la fin du Moyen Âge (1384-1531) », thèse de doctorat en histoire, Lille, Université de Lille 3 - Charles de Gaulle, 2008, (3 vol.).

Boucheron Patrick et Menjot Denis, Histoire de l’Europe urbaine, t. 2. La ville médiévale, 2e éd., Paris, Seuil, 2011.

Boissavit-Camus Brigitte et Volti Panayota, « La configuration architecturale de la ville et de sa périphérie au Moyen Âge : la dynamique des limites », dans Barry Bergdoll et alii (dir.), Repenser les limites : l’architecture à travers l’espace, le temps et les disciplines. Actes du colloque de Paris (31 août-3 septembre 2005), Éd. numérique, Paris, INHA, 2005.
[URL : http://inha.revues.org/1034]

Clavel Benoît, L’animal dans l’alimentation médiévale et moderne en France du Nord (xiie-xviie siècles), Amiens, Éd. Revue archéologique de Picardie (Revue archéologique de Picardie, no spécial 19), 2001.

Clavel Benoît et Yvinec Jean-Hervé, « L’archéozoologie du Moyen Âge au début de la période moderne dans la moitié nord de la France », dans Jean Chapelot (dir.), Trente ans d’archéologie médiévale en France. Un bilan pour un avenir. Actes du IXe congrès international de la Société d’archéologie médiévale (Vincennes, 16-18 juin 2006), Caen, Publications du CRAHM, 2010, p. 71-87.

Clavel Benoît et Robin Opale, « Les animaux en ville. Des squelettes médiévaux et modernes à Amiens », Archéopages, no 35, 2012, p. 48-51.

Delort Robert, « Les animaux dans la ville occidentale à la fin du Moyen Âge », dans Monique Bourin (dir.), Villes, bonnes villes, cités et capitales. Études d’histoire urbaine (xiie-xviiie siècle). Mélanges offerts à Bernard Chevalier, Caen, Paradigme, 1993, p. 343-350.

Delort Robert, Les animaux ont une histoire, Paris, Seuil, 1984.

Demurger Alain, Nouvelle histoire de la France médiévale, t. 5. Temps de crises, temps d’espoirs : xive-xve siècles, Paris, Seuil, 1990.

Derville Alain, L’agriculture du Nord au Moyen Âge : Artois, Cambrésis, Flandre wallonne, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1999.

Descamps Benoît, « Fenêtre sur abattoir », Histoire urbaine, no 24, 2009, p. 123-138.

Dufour Jean-Yves, « Étables à bovins, écuries, bergeries, porcheries. Manuels agronomiques et vestiges médiévaux et modernes en Île-de-France », Archéopages, no 35, 2012, p. 60-67.

Espinas Georges, La vie urbaine de Douai au Moyen Âge, Paris, Picard, 1913, 4 vol.

Esquieu Yves, « La maison médiévale urbaine en France : état de la recherche », Bulletin monumental, vol. 153, no 2, 1995, p. 109-142.

Ferrières Madeleine, Histoire des peurs alimentaires du Moyen Âge à l’aube du xxe siècle, Paris, Éd. du Seuil, 2002.

Gemehl Dominique, Amiens, Somme, « 16, rue du Grand Vidame », document final de synthèse de sauvetage urgent, Amiens, DRAC/SRA Picardie, 1998.

Gurvil Clément, Les paysans de Paris du milieu du xve au début du xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2010.

Jussiau Roland, Montméas Louis et Parot Jean-Claude, L’élevage en France : 10 000 ans d’histoire, Dijon, Educagri éditions, 1999.

Kacki Sacha, « Les zoonoses en archéologie. L’interaction homme-animal et la santé des populations anciennes », Archéopages, no 35, 2012, p. 68-75.

Lascour Vincent, Amiens, « Avenue Charles de Gaulle », document final de synthèse de fouille, Amiens, DRAC/SRA Picardie, 2012, (2 vol.).

Leguay Jean-Pierre, La pollution au Moyen Âge, Paris, Gisserot, 1999.

Leguay Jean-Pierre, Terres urbaines. Places, jardins et terres incultes dans la ville au Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

Loyer François et Hervier Dominique, « Présentation », Histoire urbaine, no 8, 2003, p. 5-8.

Mathieu Isabelle, Les justices seigneuriales en Anjou et dans le Maine à la fin du Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

Maugis Edmond, « Documents inédits concernant la ville et le siège du baillage d’Amiens : extraits des registres du Parlement de Paris et du trésor des Chartes, t. 3 : xve siècle (1397-1471) », Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie, t. XX, 1921.

Mazière Léon et Bécu Sainte-Marie, « Bans et statuts des métiers de la ville et commune de Noyon (1398) », Comité archéologique et historique et de Noyon, t. IX, 1889, p. 27-108.

Menjot Denis, « Conclusions : Périurbain, marges et périphéries urbaines », dans Sophie Bouffier, Claude-Isabelle Brelot et Denis Menjot (dir.), Aux marges de la ville. Paysages, sociétés, représentations, Paris, L’Harmattan, 2015, p. 323-328.

Naegle Gisela, « Bien commun et chose publique : traités et procès à la fin du Moyen Âge », dans Histoire de l’intérêt général. Actes de la journée d’étude du 8 novembre 2005, Paris, H. Champion, 2007 (Histoire et Archives, vol. 19, janvier-juin 2006), p. 87-111.

Pastoureau Michel, Le cochon. Histoire d’un cousin mal aimé, Paris, Gallimard, 2009.

Pastoureau Michel, « Histoire naturelle et culturelle du porc dans les sociétés européennes », Annuaire de l’École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, no 143, 2012, p. 198-206.

Jourdan Philippe, « Édition et commentaires d’argenterie de la ville de Saint-Quentin au xive siècle », mémoire de maîtrise en histoire, Amiens, Université de Picardie, 1976.

Ronnefeldt Christian, « Stadtplanung in der Vorstadt. Zur Genese der Grimmaischen Vorstadt in Leipzig », Mitteilungen der Deutschen Gesellschaft für Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit, vol. 15, 2004, p. 139-146.

Thierry Augustin, Recueil des monuments inédits de l’histoire du tiers état. Première série. Chartes, coutumes, actes municipaux, statuts des corporations d’arts et métiers des villes et communes de France. Région Nord, t. 1 : Les pièces relatives à l’histoire de la ville d’Amiens, depuis l’an 1057, date de la plus ancienne de ces pièces, jusqu’au xve siècle, Paris, Firmin Didot, 1850.

Touati François-Olivier, « Un mal qui répand la terreur ? Espace urbain, maladie et épidémies au Moyen Âge », Histoire urbaine, no 2, 2000, p. 9-38.

Vandamme-Boussemart Carole, « La pollution à Lille aux xive-xve siècles », dans La pollution au Moyen Âge et à l’époque moderne, 2es rencontres internationales de Liessies, 1999 (actes non publiés, mais l’article est consultable à la bibliothèque universitaire de Lille 3).

Van Ossel Paul, « La croissance d’une ville : création et développement d’un quartier du faubourg Saint-Honoré », dans Van Ossel Paul (dir.), Les jardins du Carrousel (Paris). De la campagne à la ville : la formation d’un espace urbain, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1998, p. 205-260.

Voisenet Jacques, « L’animal malade au Moyen Âge. Bilan et perspectives de recherche », dans Mireille Mousnier (éd.), Les animaux malades en Europe occidentale (vie-xixe siècle). Actes des XXVes Journées Internationales d’histoire de l’Abbaye de Flaran (12 au 14 septembre 2003), Toulouse, Presses universitaires du Mirail (Flaran, no 25), 2005, p. 57-85.

Wilmart Mickaël, Meaux au Moyen Âge. Une ville et ses hommes du xiie au xve siècle, Montceaux-lès-Meaux, Éd. Fiacre, 2013.

Zeller Olivier, « L’animal dans la ville d’Ancien Régime : quelques réflexions », Cahiers d’Histoire, no 3-4, 1997, p. 543-554.

Notes

1 R. Delort, Les animaux ont une histoire, p. 7.

2 Ibid., p. 10 ; O. Zeller, « L’animal dans la ville d’Ancien Régime : quelques réflexions », p. 544.

3 B. Clavel et J.-H. Yvinec, « L’archéozoologie du Moyen Âge au début de la période Moderne dans la moitié nord de la France », p. 71-87.

4 P. Boucheron et D. Menjot, Histoire de l’Europe urbaine, t. 2. La ville médiévale, p. 430-433.

5 Dans les années 1990, la recherche considérait que les connaissances concernant l’animal en milieu urbain au Moyen Âge et à l’époque moderne n’étaient pas suffisantes pour mener à bien une synthèse (R. Delort, « Les animaux dans la ville occidentale à la fin du Moyen Âge », p. 344 ; O. Zeller, « L’animal dans la ville d’Ancien Régime : quelques réflexions », p. 553).

6 A. Derville, L’agriculture du Nord au Moyen Âge : Artois, Cambrésis, Flandre wallonne, p. 119, 147, 167 ; R. Jussiau, L. Montméas et J.-C. Parot, L’élevage en France : 10 000 ans d’histoire, p. 17.

7 P. Van Ossel, « La croissance d’une ville : création et développement d’un quartier du faubourg Saint-Honoré », p. 252-256, 259 ; B. Clavel, L’animal dans l’alimentation médiévale et moderne en France du Nord (xiie-xviie siècles), p. 76, 81-83, 101 ; M. Pastoureau, « Histoire naturelle et culturelle du porc dans les sociétés européennes », p. 198.

8 D. Menjot, « Conclusions : Périurbain, marges et périphéries urbaines », p. 327.

9 F. Loyer et D. Hervier, « Présentation », p. 7-8 ; J.-P. Leguay, Terres urbaines. Places, jardins et terres incultes dans la ville au Moyen Âge, p. 100-101 ; M. Wilmart, Meaux au Moyen Âge. Une ville et ses hommes du xiie au xve siècle, p. 312.

10 A. Demurger, Nouvelle histoire de la France médiévale, t. 5. Temps de crises, temps d’espoirs : xive-xve siècles, p. 239-243.

11 J.-P. Leguay, La pollution au Moyen Âge, p. 22.

12 Le seuil de tolérance chez l’être humain est un fait culturel qui résulte de différents facteurs (N. Blanc, Les animaux et la ville, p. 51). Pour exemple, à Lille les porcs pouvaient déambuler librement en dehors des jours de fêtes, alors qu’à Amiens les pourceaux de Saint-Antoine étaient les seuls habilités à le faire jusqu’en 1445 (Bibl. mun. Amiens, BB 5, 11 octobre 1445 ; C. Vandamme-Boussemart, « La pollution à Lille aux xive-xve siècles », p. 8).

13 M. Pastoureau, « Histoire naturelle et culturelle du porc dans les sociétés européennes », p. 201-202.

14 Bibl. mun. Amiens, BB 5, 11 octobre 1445, fol 247v ; BB 9, 16 juillet 1464, fol 157r.

15 Bibl. mun. Amiens, BB 9, 2 juillet 1464, fol 155r-v.

16 Bibl. mun. Amiens, AA 12, s. d. [xive siècle], fol 10r.

17 Ibid.

18 R. Jussiau, L. Montméas et J.-C. Parot, L’élevage en France : 10 000 ans d’histoire, p. 191 ; M. Pastoureau, « Histoire naturelle et culturelle du porc dans les sociétés européennes », p. 202.

19 B. Descamps, « Fenêtre sur abattoir », p. 137.

20 Bibl. mun. Amiens, AA 12, s. d. [xive siècle], fol 14r-v ; M. Pastoureau, Le cochon. Histoire d’un cousin mal aimé, p. 35-36.

21 La défense du bien commun fut un prétexte couramment invoqué par l’autorité pour imposer une conduite qui se heurtait à l’intérêt privé (G. Naegle, « Bien commun et chose publique : traités et procès à la fin du Moyen Âge », p. 89-100).

22 J.-P. Leguay, La pollution au Moyen Âge, p. 53-54.

23 La prévention fut un aspect important de la politique prophylactique des villes préindustrielles. Il s’agissait de protéger l’homme de la maladie transmise par l’animal ou de ce dernier à ses semblables (F.-O. Touati, « Un mal qui répand la terreur ? Espace urbain, maladie et épidémies au Moyen Âge », p. 29 ; J. Voisenet, « L’animal malade au Moyen Âge. Bilan et perspectives de recherche », p. 84-85 ; S. Kacki, « Les zoonoses en archéologie. L’interaction homme-animal et la santé des populations anciennes », p. 71-72).

24 L. Mazière et S.-M. Bécu, « Bans et statuts des métiers de la ville et commune de Noyon (1398) », p. 62-63 ; G. Espinas, La vie urbaine de Douai au Moyen Âge, vol. 3, p. 197-199 ; M. Ferrières, Histoire des peurs alimentaires du Moyen Âge à l’aube du xxe siècle, p. 55-56.

25 Le statut des bouchers (1317) interdit l’achat de porcs auprès de barbiers, tandis qu’une ordonnance de 1429 défendit à ces derniers d’en détenir (Bibl. mun. Amiens, AA 12, 12 avril 1429, fol 42v ; Thierry Augustin, Recueil des monuments inédits de l’histoire du tiers état. Première série. Chartes, coutumes, actes municipaux, statuts des corporations d’arts et métiers des villes et communes de France. Région Nord, t. 1 : Les pièces relatives à l’histoire de la ville d’Amiens, depuis l’an 1057, date de la plus ancienne de ces pièces, jusqu’au xve siècle, p. 369, articles 1 et 2, 8 juillet 1317).

26 Bibl. mun. Amiens, BB 7, 22 août 1454, fol 186v-187r.

27 J.-P. Leguay, La pollution au Moyen Âge, p. 53 ; C. Vandamme-Boussemart, « La pollution à Lille aux xve-xve siècle », p. 8.

28 L. Mazière et S.-M. Bécu, « Bans et statuts des métiers de la ville et commune de Noyon (1398) », p. 88-89.

29 Bibl. mun. Amiens, BB 7, 30 avril 1454, fol 170v-171r.

30 Bibl. mun. Amiens, CC 4, 1386-1387, fol 100r ; CC 7, 1391-1392, fol 99r-v ; BB 7, 30 avril 1454, fol 170v-171r ; BB 7, 22 août 1454, fol 186v-187r.

31 M. Béghin, « Amiens face à ses pollutions à la fin du Moyen Âge. Approche historique et archéologique », p. 375-377.

32 Cette pratique continua en plusieurs lieux du périmètre fortifié (Bibl. mun. Amiens, BB 9, 16 juillet 1464, fol 157r ; AA 12, 5 avril 1472, fol 67v).

33 Arch. dép. Somme, F 500, 1277, fol 10r.

34 Un tel équipement explique la forte présence de cet animal dans les faubourgs, lieu où ce marché était souvent installé (C. Gurvil, Les paysans de Paris du milieu du xve au début du xviie siècle, p. 391).

35 Bibl. mun. Amiens, AA 2, 10 janvier 1378 (n. st.), fol 84v-85v.

36 Bibl. mun. Amiens, CC 4, 1386-1387, fol 113r.

37 P. Jourdan, « Édition et commentaires d’argenterie de la ville de Saint-Quentin au xive siècle », p. 160 ; S. Blondel, « La municipalité d’une bonne ville : Douai à la fin du Moyen Âge (1384-1531) », vol. 2, p. 292 ; I. Mathieu, Les justices seigneuriales en Anjou et dans le Maine à la fin du Moyen Âge, p. 124-130.

38 La promulgation dut intervenir après le coup de main navarrais de 1358 qui laissa les faubourgs méridionaux très endommagés et semi-désertés. L’autorité scabinale rejeta l’élevage porcin dans cet espace nouvellement libre d’occupation entre 1358 et 1414, date où un boulanger est sanctionné pour possession intra muros de porcs, ce qui estoit en alant contre les édis et estats de la ville (Bibl. mun. Amiens, AA 12, s. d. [xive siècle], fol 29r ; CC 15, 1413-1414, fol 109v ; M. Béghin, « De la répression à la grâce royale : le sort des Amiénois au lendemain de la sédition de 1358 ».

39 De nombreux bourgeois, religieux et artisans de toutes sortes s’adonnaient à l’élevage domestique afin de constituer une réserve alimentaire. Cette pratique se retrouvait aussi bien en milieu rural qu’urbain (B. Descamps, « Fenêtre sur abattoir », p. 136).

40 P. Van Ossel, « La croissance d’une ville : création et développement d’un quartier du faubourg Saint-Honoré », p. 259 ; C. Ronnefeldt, « Stadtplanung in der Vorstadt. Zur Genese der Grimmaischen Vorstadt in Leipzig », p. 141 ; B. Descamps, « Fenêtre sur abattoir », p. 137 ; M. Wilmart, Meaux au Moyen Âge. Une ville et ses hommes du xiie au xve siècle, p. 327.

41 M. Pastoureau, Le cochon. Histoire d’un cousin mal aimé, p. 33 ; C. Gurvil, Les paysans de Paris du milieu du xve au début du xviie siècle, p. 392.

42 E. Maugis, « Documents inédits concernant la ville et le siège du baillage d’Amiens extraits des registres du Parlement de Paris et du trésor des Chartes, t. 3 : xve siècle (1397-1471) », p. 164 (document du 29 janvier 1407, n. st.) ; M. Ferrières, Histoire des peurs alimentaires du Moyen Âge à l’aube du xxe siècle, p. 56 ; M. Pastoureau, « Histoire naturelle et culturelle du porc dans les sociétés européennes », p. 199.

43 Un jardin avec granges, étables et franc à pourceaux du faubourg Saint-Jacques passa entre les mains de huit boulangers et d’un pâtissier entre 1401 et 1462 (Arch. dép. Somme, 1 H 2, mars 1401 (n. st.) et 20 mai 1440 (copie du xviie siècle), fol 96r ; Bibl. mun. Amiens, CC 24, 1430-1431, fol 106r ; CC 26, 1433-1434, fol 94r ; CC 30, 1440-1441, fol 101r ; FF 3, 6 avril 1451, fol 45r-v ; CC 45, 1461-1462, fol 4v).

44 Bibl. mun. Amiens, FF 10, 18 janvier 1480 (n. st.), fol 106r-v.

45 B. Descamps, « Fenêtre sur abattoir », p. 137.

46 A. Derville, L’agriculture du Nord au Moyen Âge : Artois, Cambrésis, Flandre wallonne, p. 119 ; M. Pastoureau, Le cochon. Histoire d’un cousin mal aimé, p. 42-44. 

47 Constat qui se retrouve à Paris où le laboureur représente jusqu’à 90 % des paysans propriétaires de porcs (C. Gurvil, Les paysans de Paris du milieu du xve au début du xviie siècle, p. 382-383, 391, 393).

48 Bibl. mun. Amiens, BB 16, 20 mai 1492, fol 180v ; BB 17, 17 mars 1494 (n. st.), fol 1v.

49 M. Pastoureau, Le cochon. Histoire d’un cousin mal aimé, p. 38, 41 ; C. Gurvil, Les paysans de Paris du milieu du xve au début du xviie siècle, p. 391 ; J.-Y. Dufour, « Étables à bovins, écuries, bergeries, porcheries. Manuels agronomiques et vestiges médiévaux et modernes en Île-de-France », p. 60, 63, 65-66.

50 J.-P. Leguay, La pollution au Moyen Âge, p. 53 ; C. Gurvil, Les paysans de Paris du milieu du xve au début du xviie siècle, p. 380.

51 Le bail de location d’un jardin avec porcheries précisa que le propriétaire donnait libre accès à la cour qui permettait de s’y rendre (Bibl. mun. Amiens, FF 21, 7 janvier 1499 (n. st.), fol 58v-59r).

52 V. Lascour, Amiens, « Avenue Charles de Gaulle », vol. 1, p. 51-53.

53 L’autarcie qu’apportait ce modèle d’occupation séduit les riches propriétaires qui purent ainsi s’isoler du reste de la ville, alors que les artisans et les paysans compartimentèrent l’espace domestique et les zones d’activités (Y. Esquieu, « La maison médiévale urbaine en France : état de la recherche », p. 128 ; P. Van Ossel, « La croissance d’une ville : création et développement d’un quartier du faubourg Saint-Honoré », p. 219 ; B. Boissavit-Camus et P. Volti, « La configuration architecturale de la ville et de sa périphérie au Moyen Âge : la dynamique des limites » ; J.-Y. Dufour, « Étables à bovins, écuries, bergeries, porcheries. Manuels agronomiques et vestiges médiévaux et modernes en Île-de-France », p. 63, 66.

54 Le phénomène fut tel qu’un tronçon de la rue du Four Descamps fut nommé « la rue aux Porcheaux » (Bibl. mun. Amiens, BB 11, 13 juin 1474, fol 165v).

55 Les habitants du faubourg Saint-Jacques reprochaient aux éleveurs de posséder un nombre trop important de pourceaux tel le boulanger Robert Griffon qui détenait 50 à 60 porcs (Bibl. mun. Amiens, BB 12, 7 août 1475, fol 18r).

56 Plusieurs dizaines de squelettes de suidés mis au jour lors de la fouille du Carrousel l’attestent (P. Van Ossel, « La croissance d’une ville : création et développement d’un quartier du faubourg Saint-Honoré », p. 252-254).

57 G. Gemehl, Amiens, Somme, « 16, rue du Grand Vidame », p. 29-31 ; V. Lascour, Amiens, « Avenue Charles de Gaulle », vol. 1, p. 53-54, 131-132 ; B. Clavel et O. Robin, « Les animaux en ville. Des squelettes médiévaux et modernes à Amiens », p. 48-50.

58 Les cadavres devaient être enterrés dans la parcelle du propriétaire ou dans un champ au-dehors d’Amiens (Bibl. mun. Amiens, BB 12, 7 août 1475, fol 18r).

59 Bibl. mun. Amiens, CC 31, 1442-1443, fol 170r.

60 L’installation et le curage de fosses à lisier n’étaient pas réglementés (Bibl. mun. Amiens, FF 12, 25 janvier 1486 (n. st.), fol 130r ; FF 37, 23 décembre 1513, fol 19r-v).

61 La clôture du cimetière Saint-Denis (faubourg Saint-Michel) dut être réparée à plusieurs reprises, car les porcs y pénétraient (BMAM, CC 31, 1442-1443, fol 170r ; BB 7, 20 août 1454, fol 184v ; BB 10, 10 novembre 1466, fol 124v ; BB 10, 19 janvier 1467 (n. st.), fol 136v).

62 Le curé et les paroissiens du faubourg Saint-Jacques dénoncèrent la présence de pourceaux qui entravaient le bon déroulement des processions et corrompaient le cimetière par leurs grandes ordures et immondices (Bibl. mun. Amiens, BB 9, 2 juillet 1464, fol 155r-v).

63 En dégradant l’espace public, l’animal errant fut perçu comme un perturbateur de l’ordre social (N. Blanc, Les animaux et la ville, p. 40, 87-88).

64 M. Pastoureau, « Histoire naturelle et culturelle du porc dans les sociétés européennes », p. 201-202.

65 Bibl. mun. Amiens, CC 46, 1462-1463, fol 44r.

66 Les marguilliers du faubourg Saint-Jacques se plaignaient de la grant corruption de l’air régnant dans leur église au moment des offices (Bibl. mun. Amiens, BB 7, 20 août 1454, fol 184v).

67 M. Béghin, « Amiens face à ses pollutions à la fin du Moyen Âge. Approche historique et archéologique », p. 367-368.

68 L’ordonnance de 1457 qui réitérait l’interdiction de l’élevage intra muros insista sur les infeccions et périlz […] inconvéniens [qui] porroient avenir acontre de layr et corrupcions venant desdits pourceaulx (Bibl. mun. Amiens, BB 8, 2 mai 1457, fol 59r).

69 Bibl. mun. Amiens, BB 10, 29 juin 1467, fol 168r-v ; BB 10, 21 octobre 1467, fol 170r. 

70 Bibl. mun. Amiens, BB 12, 7 août 1475, fol 18r.

71 Dès 1480, celle-ci se traduisit par une interdiction quasi-annuelle de l’élevage porcin intra muros (M. Béghin, « Amiens face à ses pollutions à la fin du Moyen Âge. Approche historique et archéologique », p. 376, 377, fig. 6).

72 Bibl. mun. Amiens, BB 12, 22 avril 1476, fol 47v ; BB 12, 27 mai 1476, fol 51v ; BB 12, 13 août 1476, fol 55r ; BB 12, 27 août 1476, fol 56v ; BB 12, 27 août 1476, fol 56v.

73 Bibl. mun. Amiens, AA 12, 8 mai 1480, fol 89r ; BB 13, 15 mai 1480, fol 135v-136r.

74 Plusieurs paroissiens de Saint-Sulpice et de Saint-Germain portèrent plainte contre des boulangers qui élevaient des pourceaux dans leur cave ou leur étable (Bibl. mun. Amiens, BB 15, 3 décembre 1487, fol 131v ; BB 17, 26 mai 1495, fol 68r).

75 L’archéozoologie a observé une augmentation de la stature du porc au xvie siècle dans le Nord de la France (notamment à Amiens) qui coïncide avec le développement des manuels d’agronomie, soucieux d’améliorer les conditions de l’élevage (B. Clavel, L’animal dans l’alimentation médiévale et moderne en France du Nord (xiie-xviie siècles), p. 76, 80-81 ; J.-Y. Dufour, « Étables à bovins, écuries, bergeries, porcheries. Manuels agronomiques et vestiges médiévaux et modernes en Île-de-France », p. 60-67).

76 M. Pastoureau, Le cochon. Histoire d’un cousin mal aimé, p. 68-69.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Réseau paroissial amiénois au xve siècle.
Crédits Doc. M. Beghin.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/15595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 2. – Carte de localisation des structures d’élevage faubouriennes (1390-1520).
Crédits Doc. M. Beghin.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/15595/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 3. – Répartition des propriétaires de structures d’élevage dans les faubourgs (1390-1520).
Crédits Doc. M. Beghin.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/15595/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Titre Tabl. 1. – Évolution des mentions de cours dans les faubourgs (1358-1520).
Crédits Doc. M. Beghin.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/15595/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search