Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Montures armées : protéger et magnifier le cheval de guerre au Moyen Âge et à la Renaissance

Résumé

Le développement de la charge à la lance couchée à la fin du xie siècle par la chevalerie transforme l’utilisation du cheval sur le champ de bataille. Lorsqu’il le peut, le chevalier protège sa monture en utilisant la même technologie que pour sa propre défense, et les solutions adoptées témoignent de ces recherches et du compromis toujours délicat entre, d’une part, la protection de l’animal et, de l’autre, sa mobilité et son confort. Les éléments défensifs arborés par les chevaux à la guerre ou lors des tournois se chargent souvent d’un usage visuel ou symbolique important. Par la suite, exposées comme des trésors dans les salles d’armes et arsenaux personnels des princes, ces armures deviennent les personnifications intemporelles de la puissance et des vertus militaires de leur propriétaire. En se surimposant à la symbolique déjà forte du cheval de guerre, bardes et caparaçons pouvaient ainsi participer activement à la mise en scène politique et chevaleresque de leurs utilisateurs.


Texte intégral

1En Europe, l’apparition de la chevalerie au milieu du Moyen Âge et le développement de nouveaux types de combats spécifiques aux chevaliers, comme la charge à la lance couchée, correspond également à l’apparition en occident des premières armures de chevaux depuis l’Antiquité. Dès lors, du xiie au xviie siècle, l’armure équine évolue en parallèle de l’armure humaine, avec cependant le compromis toujours délicat entre, d’une part, la protection de l’animal et de l’autre sa mobilité et son confort. Au-delà de leurs fonctions protectrices, les éléments défensifs arborés par les chevaux à la guerre ou lors des tournois possédaient bien souvent un usage visuel ou symbolique important lié aux vertus ou au prestige de leurs cavaliers.

2Les premières armures de chevaux occidentales semblent apparaître vers la fin du xiie siècle, période où l’on en relève les premiers témoignages, notamment à travers les textes de la troisième croisade1. Elles consistent alors en de longs caparaçons de maille, en plusieurs pièces, couvrant la tête, le cou, le corps et descendant plus ou moins bas le long des membres. La maille (inventée par les Gaulois) est depuis longtemps la protection optimale pour les combattants, car elle protège le corps sans entraver les mouvements. Mais elle est cependant longue et chère à produire, et au xiie siècle s’équiper de la sorte, et a fortiori son cheval, demandait un certain investissement financier.

3Malgré le surcoût d’un tel équipement pour sa monture, un chevalier ayant les moyens suffisants pour protéger ainsi son cheval ne s’en privait pas, même si cela représentait un poids conséquent (aucun caparaçon de maille n’a été conservé, mais le poids d’une cotte humaine avoisinant les 13 à 15 kg, il faut imaginer au moins multiplier par trois ou quatre ce chiffre). En effet, au Moyen Âge un bon cheval de guerre était très coûteux, en particulier à partir du xiie siècle où celui-ci devait être entrainé pour le combat à la lance. En dehors de certaines caractéristiques physiques recherchées (comme une grande taille ou une certaine conformation), un dressage particulier était essentiel pour obtenir une monture de guerre adéquate, et cela ajoutait de la valeur à l’animal2.

4Comme évoqué dans notre introduction, l’apparition de ces caparaçons de maille correspond au développement de la charge à la lance couchée, dangereuse pour les animaux, mais surtout au combat chevaleresque en général. Cependant, la maille est surtout efficace contre les armes tranchantes comme les épées. Un coup de lance à pleine puissance pouvait ainsi la transpercer. Les montures étaient ainsi très exposées même si dans les faits, les chevaliers adverses tentaient de ne pas viser les chevaux avec l’espoir de les récupérer comme butin.

5Le caparaçon de maille continua à être utilisé jusqu’au xvie siècle, même si d’autres types de protection se développent en parallèle à la fin du Moyen Âge. Cependant, dès le xiiie siècle leurs représentations sont ponctuelles et pas systématiques, il est ainsi difficile de savoir dans quelle mesure ces protections étaient utilisées. Dans tous les cas, leur usage se marginalise au cours du xve siècle lorsque se développent les bardes rigides.

6On remarque cependant de nombreuses représentations de chevaux bardés de maille en Espagne à la fin du xiiie siècle, notamment en Catalogne3. Étaient-elles plus utilisées dans cette région ou est-ce le hasard des représentations ? Il est possible en effet que les caparaçons textiles, qui se développent en Europe au cours du xiiie siècle, puissent dans certains cas dissimuler de la maille.

7Peut-être aussi son utilisation n’était pas aussi systématique que l’on pourrait le penser. En effet, en dehors de son poids et de son coût, l’un des inconvénients de la maille est aussi l’un de ses atouts, c’est-à-dire sa souplesse. Si elle résiste aux armes tranchantes, elle n’arrête cependant pas les coups sous lesquels elle s’enfonce, et est vulnérable aux armes perçantes (d’où l’utilisation d’un bouclier chez les chevaliers, même couverts de mailles). Ainsi, vers la fin du xiiie siècle commencent à se développer des protections rigides en cuir ou baleines pour les genoux et les cuisses des cavaliers, de même qu’apparaissent les premiers chanfreins (protections de tête) rigides pour chevaux. La tête du cheval de guerre médiéval était très exposée, car elle se trouvait dans l’axe de la lance adverse et souvent placée entre les deux combattants. Il semble donc logique que le premier élément de protection rigide créé pour le cheval soit le chanfrein, réalisé en cuir bouilli (un cuir épais durci sur forme) avec de grandes œillères pour protéger le dessus des yeux (on voit d’ailleurs souvent dans l’iconographie ces œillères dépasser des caparaçons textiles, permettant ainsi de les repérer). Ils étaient parfois renforcés de ferrures clouées. Ils pouvaient ainsi être associés à des caparaçons de maille ou de textile.

8Dès les premières décennies du xive siècle, des plaques de cuir bouilli sont élégamment utilisées pour protéger des parties du corps du cheval, et en particulier le poitrail (là encore partie très vulnérable aux lances). De très bons exemples de ces poitrails de cuirs sont visibles sur les enluminures du Roman d’Alexandre conservé à la Bodleian Library4. Sur cet exemple, sa forme générale est déjà celle que l’on trouvera jusqu’à la Renaissance, avec deux bosses creuses à l’avant aménagées pour dégager le mouvement des épaules. Il y a donc, dès l’élaboration de ces premières pièces d’armures rigides, une réelle attention à la mobilité de l’animal, garantissant ainsi son efficacité optimale au combat. Ces poitrails en cuir bouilli étaient notamment très utilisés dans les tournois germaniques sur haute selle appelés hohenzeuggestech5. Ces tournois, qui se combattaient principalement à la lance, sur une selle très élevée qui rendait la précision difficile et sans barrière séparant les cavaliers, étaient aussi risqués pour les chevaux. Chanfreins à œillères et grands poitrails de cuir étaient donc obligatoires pour éviter les blessures. Cependant, alors qu’au cours du xive siècle le corps des chevaliers se couvre progressivement de plaques rigides en métal, les armuriers médiévaux n’ont pas encore la technologie pour façonner dans le fer l’équivalent de ces grandes plaques de cuir bouilli protégeant le corps des chevaux.

9Ce n’est qu’au tournant du xve siècle que l’on voit se développer les premiers chanfreins intégralement en métal. Réalisés en plusieurs pièces rivetées entre elles, ils couvrent l’intégralité de l’avant et des côtés de la tête du cheval, avec œillères et garde oreilles complets percés de trous pour la vision et l’ouïe. Le bout du nez est lui aussi protégé et percé de trous. Plusieurs manuscrits de cette période nous montrent ces chanfreins, comme sur la très belle enluminure figurant saint Victor à cheval d’un Bréviaire à l’usage de Paris6 ou encore sur une pièce d’échecs en ivoire conservée au Metropolitan Museum à New York (fig. 1). Le seul exemplaire conservé connu à ce jour est visible au Royal Armouries Museum de Leeds, en Angleterre (fig. 2).

Fig. 1. – Pièce d’échecs en ivoire, fin du xive siècle. Metropolitan museum of Art, New York, inv. 68.95.

Image

Photo © Metropolitan Museum of Art.

Fig. 2. – Chanfrein de Warwick, vers 1400. Royal Armouries museum, Leeds, inv. VI.446.

Image

Cliché M. Viallon.

10Ces chanfreins sont souvent représentés associés avec des caparaçons en maille. Il est intéressant de noter que cette association rend visuellement l’armure du cheval très semblable à l’armure de son cavalier. En effet, autour de 1400, malgré le développement de plates en métal pour couvrir certains endroits du corps, le chevalier est encore partiellement protégé par une cotte de mailles. Sa défense de tête, appelée bacinet « à bec de passereau », à cause de son mézail en pointe (fig. 3), ne laisse, fermé, que deux fines fentes pour la vision et quelques trous pour la respiration. L’armure humaine inspire donc directement l’armure du cheval. Mais ce type de chanfrein, bien que très protecteur, est aussi très contraignant pour la vision et surtout pour la respiration de l’animal. Et si le chevalier peut ouvrir la visière de son bacinet entre deux charges pour mieux voir et respirer, cela est impossible pour le cheval. Ainsi, sur les représentations, on s’aperçoit très vite que l’on ouvre puis supprime complètement la protection autour de la bouche. Les œillères ne sont plus totales, et s’inspirent de celles des chanfreins en cuir. Les garde-oreilles complets sont abandonnés aussi, car très gênants pour le cheval.

Fig. 3. – Bacinet « à bec de passereau », 1380-1400, musée de Cluny, Paris (dépôt du musée de l’Armée), cat. H 19.

Image

Photo © RMN-Grand Palais (musée de Cluny – musée national du Moyen Âge)/Jean-Gilles Berizzi.

11De plus, depuis le xive siècle, on voit progressivement se développer depuis l’arrière du chanfrein plusieurs plaques articulées pour la nuque, d’abord en cuir puis en métal, qui vont par la suite descendre le long du cou du cheval, une partie très vulnérable aux coups d’épée de l’adversaire monté, voire à ceux que peut donner par inadvertance le cavalier lui-même. Cette pièce, appelée crinière ou encreignère restera la seule véritable pièce articulée de l’armure équine, jusqu’à sa disparition au début du xviie siècle.

12Au xve siècle, les chanfreins en cuir bouilli ne sont pas abandonnés, et sont surtout utilisés dans des contextes de tournois même s’ils peuvent parfois être employés à la guerre pour raisons économiques. Cependant, c’est le chanfrein en métal, à présent plus pratique, qui va désormais dominer.

13Concernant le reste du corps, alors que les chevaliers abandonnent la cotte de mailles et revêtent les premières armures entièrement en plates métalliques, les chevaux se couvrent aussi de plaques rigides. Ces armures équines sont appelées bardes (fig. 4). D’abord réalisées en cuir bouilli, comme les premiers poitrails du xivsiècle, ces premières bardes complètes apparaissent dans le second quart du xve siècle7. Elles se composent pour le corps, d’un poitrail ou picière, d’une croupière ou culière et parfois d’une paire de flançois protégeant les flancs en dessous de la selle. Elle est complétée par un chanfrein et une crinière qui sont le plus souvent réalisés en métal.

Fig. 4. – Éléments d’une barde complète du xvie siècle.

Image

Doc. Marina Viallon.

14Chaque partie de la barde en cuir est constituée de plusieurs éléments lacés entre eux (fig. 5). Les petits éléments, plus faciles à faire, rendent la barde facilement démontable et entreposable pour le transport et le système de laçage apporte une certaine souplesse à l’ensemble. La barde en cuir est une protection équine très appréciée à la guerre, car elle combine beaucoup de qualités. Elle est avant tout très légère et ne fatigue pas le cheval, elle est peu chère et très rapide à mettre en œuvre par rapport au métal, et peut tout de même avoir un grand effet esthétique si elle est peinte ou recouverte de textile. Elle apporte de plus une assez bonne protection au combat.

Fig. 5. – Barde en cuir bouilli, et détail. Flandres ou Espagne, vers 1500 (plaques réelles et éléments reconstitués), musée de l’Armée, Paris, inv. 2132 PO.

Image

Photo © Paris – Musée de l’Armée, Dist. RMN-Grand Palais/Émilie Cambier/Pascal Segrette.

15À partir du xve siècle cependant, les armuriers ont la technologie pour couvrir un cheval de plates de fer, évidemment plus résistant que le cuir bouilli. La plus ancienne barde complète en métal conservée date des années 1450. Elle a été réalisée à Milan pour l’arsenal des Habsbourg à Vienne par l’armurier Pier Innocenzo da Faerno (fig. 6). Elle reprend la construction des bardes en cuir bouilli italiennes contemporaines, observables sur de très nombreuses scènes de bataille peintes. Cet ensemble présente une grande maîtrise de forge, même si l’assemblage de plusieurs plaques, rivetées entre elles, a été nécessaire, surtout pour les parties courbes.

Fig. 6. – Barde complète en fer et détail de sa crinière, Pier Innocenzo da Faerno (Milan), vers 1450. Musée historique de la ville de Vienne, inv. 127.151-127.159.

Image

Cliché M. Viallon.

16La pièce la plus impressionnante de cet ensemble est la crinière (ici une crinière complète), qui enserre complètement l’encolure. Les crinières complètes en métal sont attestées par les représentations dès la toute fin du xive siècle, mais sont exclusivement utilisées lors des tournois. Sa qualité réside dans la taille de ses pièces et surtout dans leur assemblage pour que le cou de l’animal reste mobile. Cependant, c’est dans la position et l’attache des cuirs à l’arrière et parfois sur les côtés que résidait pour une grande part la mobilité de l’ensemble. Malheureusement, les cuirs de la barde de Vienne ont été changés, il est donc difficile de se rendre compte du potentiel d’articulation originel de cette pièce. Ce type de crinière complète devait cependant être gênant et inconfortable à la longue pour le cheval, contrairement aux crinières simples, c’est certainement pourquoi elles étaient réservées au tournoi, où les chevaux les portaient moins longtemps.

17Les trois grandes pièces du poitrail de la barde de Vienne sont reliées par des charnières pliant vers l’extérieur, ajoutant un peu de souplesse à l’ensemble et permettant au cheval de marcher sans trop d’inconfort. En effet, contrairement aux poitrails de cuir contemporains aucune bosse ne facilite le mouvement des épaules, tour de force technique encore trop compliqué à réaliser dans le métal. Là encore cet inconvénient est moins dommageable pour une pièce très certainement destinée au tournoi.

18Nous ne connaissons malheureusement pas de représentations contemporaines de bardes complètes en métal qui correspondraient à l’ensemble de Vienne et les pièces survivantes elles-mêmes sont rares8. Elles sont, au milieu du xve siècle, des équipements de luxe qui comportent encore trop d’inconvénients pratiques pour être utilisés à la guerre, où la barde de cuir est au contraire courante.

19Cependant, même durant le siècle qui suivra nous constatons que les témoignages de bardes complètes en métal en contexte militaires sont quasi inexistants9. Malgré l’augmentation du savoir-faire des armuriers, elles devaient conserver des inconvénients pratiques, en particulier leur poids, qui leur a fait préférer leurs équivalents de cuir. De plus, tous les éléments de la barde (en dehors du chanfrein et en grande partie la crinière), sont accrochés à la selle (contrairement à l’humain pour qui chaque membre porte sa propre partie d’armure, répartissant le poids) et reposent sur des parties très mobiles du cheval : les épaules pour le poitrail, les hanches pour la croupière. Ainsi une barde en métal comportait-elle peut-être des risques de faire tourner la selle, ou encore de rebondir lourdement sur la croupe au galop10 ? Au contraire, leur utilisation dans des contextes de tournois ou de parades où l’enjeu était différent et où elles étaient portées moins longtemps est largement attestée.

20À partir des environs de 1500, le savoir-faire des armuriers atteint son apogée. On observe le développement de pièces plus ergonomiques et mobiles pour les humains, mais également pour le cheval. En particulier les ateliers germaniques qui créent des pièces métalliques dont les formes révèlent une réelle connaissance de l’anatomie et de la motricité de l’animal. Ils adoptent des lignes plus courbes, ajoutent des bosses ou un poitrail très relevé pour le mouvement des épaules (fig. 7).

Fig. 7. – Armure et barde d’Otto-Henri, comte Palatin du Rhin, Hans Ringler (Nuremberg), 1533. Musée de l’Armée, cat. G 40.

Image

Photo © Musée de l’Armée, Dist. RMN-Grand Palais/Émilie Cambier.

21Pour le cuir comme pour le métal, la croupière s’arque et ne repose plus que sur deux fines lignes le long de la colonne vertébrale, créant une sorte de cloche autour de la croupe libérant le mouvement des hanches (fig. 5).

22Là encore, les crinières articulées sont de véritables prouesses techniques. La conservation de cuirs originaux sur certaines d’entre elles permet d’apprécier ce savoir-faire (fig. 8). Ces attaches de cuir peuvent présenter plusieurs configurations, mais leur importance reste primordiale. Ainsi leurs rivets de fixation sont espacés de manière étudiée pour garder un espace entre les lames et permettre au cheval une grande liberté dans l’encolure, à l’exception peut-être de pouvoir baisser la tête pour brouter, chose de toute façon exclue en plein combat.

Fig. 8. – Crinière (avers et revers), Valentin Siebenbürger (Nuremberg), vers 1535. Musée de l’Armée, Paris (dépôt du musée des Beaux-Arts de Rennes), inv. 1096 (4851 DEP).

Image

Cliché M. Viallon.

23Le chanfrein germanique aussi se courbe, peut-être pour des raisons esthétiques mais permettant aussi de dégager un espace au niveau du dessus du nez du cheval, partie sensible. Cependant, ces prouesses technologiques laissent tout même à découvert les quatre membres de l’animal, pourtant très vulnérables à la guerre (en particulier face aux piétons).

24Technologiquement, dès la fin du xve siècle, il était parfaitement possible pour les plus grands armuriers de l’époque de réaliser une barde complètement articulée descendant jusqu’aux sabots. Lorenz Helmschmid (att. 1467-1515/1516), l’armurier personnel de Maximilien Ier d’Autriche (1459-1519), serait ainsi parvenu à une telle prouesse, dont quelques représentations témoignent (fig. 9).

Fig. 9. – Médaille de commémoration de Maximilien Ier, 1509. Metropolitan Museum of Art, New York, inv, 26.261.14.

Image

Photo © Metropolitan Museum of Art.

25Cependant un tel équipement devait être bien trop gênant pour le cheval, là encore dans le cadre toujours délicat du compromis entre protection et mobilité. Ainsi, ce qui marche sur un corps humain ne peut malheureusement pas toujours être appliqué sur un cheval si l’on désire garder ce qui fait de lui un avantage sur le champ de bataille. Ces bardes d’Helmschmid étaient destinées à la parade et servaient à démontrer son savoir-faire, et mettre en valeur son maître Maximilien Ier en étonnant ses contemporains. De plus, avec les changements dans l’utilisation de la cavalerie lourde et le développement des armes à feu portatives, les bardes, même en cuir, deviennent un encombrement inutile dans la seconde moitié du xvie siècle, mais continuent cependant à être fabriquées pour le tournoi et les cérémonies.

26Au-delà d’un pragmatique usage militaire, le cheval de guerre avait une symbolique très forte pour le chevalier et la chevalerie en général. Il n’oubliait pas que c’était de cet animal que lui venaient à l’origine son statut et son nom. Cet aspect se renforça à la fin du Moyen Âge lorsque la noblesse eut besoin de mettre en avant de façon symbolique son rôle militaire, justifiant ses privilèges, alors que celui-ci diminuait de plus en plus dans la réalité. Cette mise en scène de la chevalerie et de ses vertus, à travers les tournois et autres célébrations courtoises, se développa particulièrement à partir du xive siècle pour s’intensifier à la veille de la Renaissance.

27La façon même d’armer son cheval participait à l’étalage des qualités de son propriétaire. Déjà, la possession d’un bon et beau cheval de guerre était à ces périodes une démonstration de sa richesse et de son pouvoir. Certains éléments défensifs, comme le caparaçon de maille, étaient très coûteux et leur possession ou non créait une hiérarchie au sein même de la chevalerie sur le champ de bataille.

28Il ne faut pas non plus oublier que l’aspect esthétique n’était pas chose futile pour la société médiévale. Ainsi la noblesse se devait de paraître noble et à la hauteur de son rang. La beauté de l’âme et l’honneur d’un chevalier devaient se transcrire dans son aspect extérieur.

29Le xiiie siècle voit ainsi le développement des caparaçons textiles, le plus souvent armoriés. Leur utilité militaire n’est pas certaine, peut-être étaient-ils destinés à l’origine à protéger les caparaçons de maille des rayons du soleil, peut-être leur ampleur apportait-elle une certaine protection au niveau des membres ? Dans tous les cas, on constate que très vite leur usage héraldique devient évident, à la guerre comme au tournoi. En plus de leur aspect somptueux, ils permettaient de déployer sur une grande surface les armoiries du chevalier, et ainsi de l’identifier de loin. De plus, l’usage de vives couleurs et de riches textiles ajoutaient à la magnificence de l’ensemble. Ces caparaçons sont abandonnés à la guerre au cours du xvsiècle (les bardes de cuir peintes ou recouvertes de textile remplissant très bien cet office), mais continuent à être utilisés dans les tournois et les cérémonies.

30À partir du xve siècle, le décor des bardes participait lui aussi à l’affichage du prestige des cavaliers. Dans des contextes non militaires, elles pouvaient aller jusqu’au déguisement, accompagnant ainsi la fantaisie de l’évènement. En effet, les tournois de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne intégraient régulièrement de somptueuses et élaborées mises en scène avec jeux de rôles et costumes. Dans ces cas-là, l’aspect pratique et durable était plus secondaire et permettait de plus grandes fantaisies dans l’équipement du cheval (ainsi beaucoup de ces bardes-costumes étaient bien trop fragiles pour être utilisées à la guerre). L’un des folios de l’album de dessin de Iacopo Bellini (1400-1470), conservé au Musée du Louvre, montre un chevalier chevauchant une monture équipée d’une étonnante barde aux allures de dragon11.

31Quand la technologie le permet, ces « costumes guerriers » deviennent de véritables prouesses techniques dans les arts du métal et des œuvres d’art faites pour être exhibées. Les commanditaires et leurs armuriers redoublent alors d’inventivité pour émerveiller et étonner leurs contemporains. C’est le cas par exemple d’un chanfrein en forme de tête de dragon, réalisé peu avant 1500, conservé aujourd’hui au musée de l’Armée (fig. 10).

Fig. 10. – Chanfrein-dragon en fer, Italie ou France, vers 1490-1500. Musée de l’Armée, inv. 2016.0.62.

Image

Cliché M. Viallon.

32Les qualités militaires d’un noble chevalier étaient très importantes. L’armure était ainsi le symbole de cette activité guerrière, réelle ou non, et le prince à cheval montrait sa supériorité sur les autres combattants. Revêtir l’armure complète d’un cheval accentue cette idée : monture et cavalier apparaissant comme un impressionnant et puissant monstre armé. Cette démonstration de pouvoir se faisait surtout en dehors du champ de bataille, devant un public à impressionner, alors qu’au xvie siècle la guerre véritable répondait déjà à des besoins plus pragmatiques et s’éloignait de l’idéal du combat chevaleresque.

33Au même moment se développent en Europe de nombreux arsenaux et armureries princières qui exposent en permanence, destinés le plus souvent à des visiteurs triés sur le volet, les collections d’armures de leurs propriétaires dont d’impressionnants mannequins équestres. C’était le cas par exemple de la collection de l’archiduc Ferdinand II d’Autriche (1529-1595) au château d’Ambras près de Vienne.

34Dans ces mises en scène guerrières, bardes et armures, parfois de grand luxe, sont comme des sculptures équestres habitables à échelle humaine. Plus encore que le marbre ou le bronze, elles sont une réelle et tangible présence du prince à cheval. Ces pièces exceptionnelles étaient souvent réalisées pour de grands évènements, rarement utilisées ensuite, mais conservaient la mémoire de cet évènement ou de la personne les ayant portées. Certains objets étaient même conçus uniquement pour l’exposition, voire la parade. C’est le cas par exemple d’une selle d’armes de l’empereur Charles Quint réalisée entièrement en métal, matelassures comprises, dans les années 1530 par Desiderius Helmschmid (doc. 1513-1579)12. Le tour de force technique de l’armurier (comme la barde complète de Maximilien Ier), qui tente parfois de transcrire dans le métal des formes compliquées ou des matériaux périssables, l’aspect artistique et décoratif, l’emploi de matériaux luxueux, faisaient que dès leur création, ces objets étaient exposés comme de véritables œuvres d’art participant à l’étalage de magnificence du prince, et véhiculant aussi sa mission guerrière. Ainsi la barde accompagnant l’armure d’Erik XIV de Suède13, l’une des plus riches jamais réalisées, qui relate en relief l’histoire d’Hercule, déploie sur le fer ciselé et couvert d’or les vertus et la richesse du prince. Ces ensembles sont de véritables objets d’art à l’échelle d’un cavalier et de son cheval, les recouvrant d’une seconde peau héroïque.

35Ainsi tout comme l’armure humaine, la barde resta un symbole guerrier même lorsque celle-ci ne fut plus utilisée. Inutiles à la guerre dès le milieu du xvie siècle, les armures de chevaux continuent pourtant à être produites jusqu’au début du xviie. À cette époque tardive, elles se réduisent le plus souvent à un simple chanfrein s’accordant avec l’armure du cavalier, utilisé pour des raisons décoratives lors de tournois, de carrousels ou de parades. Dans de rares cas, la protection va plus loin, comme pour l’ensemble réalisé pour Louis XIII dans les années 1630, remployant d’ailleurs pour l’occasion certains éléments d’une barde réalisée vers 1500 (fig. 11).

36À cette époque avancée, un tel équipement équin était devenu inutile, même en tournoi, mais véhiculait encore une impressionnante symbolique guerrière et chevaleresque.

37Cependant, leur aspect trop médiéval au goût des « modernes » du Grand Siècle et une réelle perte de savoir-faire chez les armuriers finirent néanmoins par sceller leur abandon.

Fig. 11. – Armure et barde pour Louis XIII, vers 1630 (croupière et poitrail vers 1500). Musée de l’Armée, Paris, cat. G 124.

Image

Cliché M. Viallon.

 

38L’élaboration d’armures pour les chevaux dans la seconde partie du Moyen Âge répondait au besoin concret de protéger ces animaux de valeur indispensables à la chevalerie. Pendant des siècles, chevaliers et armuriers ont tenté, en adaptant la technologie de leur propre armement, d’offrir à ces chevaux une protection comparable à la leur. Mais confrontés au compromis entre protection et mobilité, ils ne sont jamais parvenus à le protéger complètement, et ce malgré le degré technologique atteint par les armuriers au xvie siècle.

39Cependant, comme nous l’avons vu, en dehors de leur usage défensif, bardes et caparaçons, en se surimposant à la symbolique déjà forte du cheval de guerre, pouvaient ainsi participer activement à la mise en scène politique et chevaleresque de leurs utilisateurs. Au-delà de son efficacité sur le champ de bataille, le cheval armé a donc continué à prendre part à cette image fantasmée de chevalerie que nous possédons encore.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Breiding Dirk H., « Horse Armor in Medieval and Renaissance Europe: An overview », dans Pyhrr Stuart W., LaRocca Donald J. et Breiding Dirk H. (dir.), The Armored Horse in Europe, 1480-1620, New York, The Metropolitan Museum of Art, 2005, p. 8-18.

Renaudeau Olivier, Reverseau Jean-Pierre et Sage-Frenay Jean-Paul (dir.), Sous l’égide de Mars, armures des princes d’Europe, Paris, Éditions Nicolas Chaudun, 2011.

Soler del Campo Álvaro (dir.), The art of power, royal armor and portraits from imperial Spain, Madrid, Sociedad Estatal para la Acciόn Cultural Exterior et Tf Editores, 2009.

Viallon Marina, « Fiers destriers : images du cheval de guerre au Moyen Âge », In Situ, Ed. numérique, vol. 27, 2015.

[URL : https://journals.openedition.org/insitu/12066#article-12066]

10.4000/insitu.12066 :

Viallon Marina, « A German high tournament saddle in the Royal Armouries, Leeds », Arms & Armour, vol. 12, no 2, 2015, p. 103-123.

10.1080/17416124.2015.1130897 :

Notes de bas de page

1 D. H. Breiding, « Horse Armor in Medieval and Renaissance Europe: An overview », p. 9.

2 M. Viallon, « Fiers destriers : images du cheval de guerre au Moyen Âge ».

3 Notamment sur la fresque de la conquête de Majorque par Jacques Ier le Conquérant, conservée au musée national d’Art de Catalogne à Barcelone, réalisée entre 1285 et 1290.

4 Roman d’Alexandre, 1338-1344, Angleterre-Bodleian Library, Bodley 264.

5 M. Viallon, « A German high tournament saddle in the Royal Armouries, Leeds », p. 109.

6 Ms 2, fol. 237, v. 1410-15, Châteauroux, bibliothèque municipale.

7 De simples panneaux carrés de cuir bouilli protégeant les côtés de la croupe sont néanmoins déjà attestés sur des peintures murales d’Italie du nord dès le xive siècle, par exemple sur la fresque de la Crucifixion de l’Oratoire Santo Stefano de Lentate sul Seveso en Lombardie, vers 1370. Il est alors fort possible que la barde complète en cuir bouilli telle que développée au xve siècle ait une origine italienne.

8 Deux éléments de poitrail, datant également du milieu du xve siècle, sont conservés dans les réserves du musée de l’Armée (inv. 4696 I).

9 Il faut souvent exclure les évocations de scènes issues de la mythologie ou de l’histoire ancienne, où les combattants peuvent arborer des équipements fantaisistes plus proches de ceux d’un tournoi que de la guerre réelle contemporaine.

10 Des études de ce type ont été réalisées pour les armures humaines, mais pas encore à notre connaissance pour les armures équines.

11 1450-1470, musée du Louvre, RF1515-57, fol. 47.

12 Conservée à la Real Armería, Madrid, inv. A.150. A. Soler del Campo (dir.), The art of power, p. 112.

13 O. Renaudeau, J.-P. Reverseau et J.-P. Sage-Frenay (dir.), Sous l’Égide de Mars, armures des princes d’Europe, p. 237.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.