Version classiqueVersion mobile

Faux bruits, rumeurs et fake news

 | 
Philippe Bourdin

Les fausses nouvelles et leurs conséquences en Révolution : le cas des massacres de septembre 1792 en province

Côme Simien

Résumé

Du 2 au 4 septembre 1792, d’importants massacres ensanglantent Paris, à l’issue d’un processus de « préparation mentale collective » dans lequel les rumeurs ont joué un rôle majeur, mieux connu des historiens depuis les travaux récents de Timothy Tackett et Lindsay Porter. Il a moins souvent été noté, en revanche, que ces massacres parisiens s’inscrivent dans une vague plus générale de violences collectives meurtrières qui traverse la France du mois de juillet au début du mois d’octobre 1792. Prendre en considération cette « saison des massacres de septembre » par le biais des bruits et fausses nouvelles qui travaillaient alors la province apparaît pourtant comme un moyen de saisir d’un peu plus près le climat général d’un pays qui vivait alors le dernier été de la monarchie. C’est ce à quoi s’emploie le présent article.

Texte intégral

  • 1 P. Caron, Les massacres de septembre 1792. Plus récemment, H. Burstin, L’invention (...)
  • 2 T. Tackett, « Rumor and Revolution: The Case of the September Massacres », p. 54-6 (...)
  • 3 P. Caron, Les massacres de septembre 1792, p. 24.

1Du 2 au 4 septembre 1792, d’immenses massacres ensanglantent Paris. En trois jours et trois nuits, quelque 1 100 à 1 400 victimes perdent la vie, essentiellement des prisonniers tirés de leurs geôles par des foules émeutières s’abandonnant à un déchaînement de violences collectives. Fruits d’une « préparation mentale collective » dont les rouages principaux sont mieux connus des historiens depuis le maître ouvrage de Pierre Caron1, ces événements macabres sont rendus possibles par l’état d’émotivité permanent dans lequel évolue alors Paris, et la conviction que de multiples complots contre la Révolution sont sur le point de se déclencher dans la capitale. Dans la montée des peurs collectives qui préparent ainsi le massacre, les rumeurs – entendues comme des nouvelles sans certitude se répandant en semant de l’inquiétude – jouent un rôle essentiel, que les recherches de T. Tackett et L. Porter sont récemment venues rappeler2. Une, en particulier, s’avère décisive dans le déclenchement des massacres, celle d’un complot des prisons, que l’on disait alors pleines de détenus (15 000 à 30 000, quand on n’y trouve en réalité guère plus de 2 500 à 2 600 prisonniers3) prêts à se soulever pour livrer la ville aux ennemis austro-prussiens de la nation révolutionnaire.

  • 4 Selon le recensement qu’en propose, ibid.
  • 5 T. Tackett est parmi les rares à intégrer ces violences provinciales à l’analyse d (...)
  • 6 De même qu’il y avait eu, naguère, une « saison des Saint-Barthélemy ». J. Garriss (...)

2Il a moins souvent été noté, en revanche, que les violences meurtrières qui frappent la capitale s’inscrivent dans le contexte plus large d’une vague de massacres (soixante-cinq au moins4) traversant la France de la mi-juillet au début du mois d’octobre 1792. Si ces événements provinciaux n’atteignent jamais l’ampleur du drame parisien (onze victimes à Lyon, six à Marseille, quarante-quatre à Versailles…), ils n’en touchent pas moins près de quatre départements sur dix et sont directement responsables de la mort d’une centaine de personnes à travers le pays5. Prendre en considération cette « saison des massacres de septembre6 » par le biais des bruits et fausses nouvelles qui travaillent alors la province, à l’aide de documents produits « à chaud » (correspondance privée, rapports administratifs, presse…), apparaît pourtant comme un moyen de saisir d’un peu plus près le climat général d’un pays qui vit alors le dernier été de la monarchie.

Un enchevêtrement rumoral

  • 7 C. Simien, Les massacres de septembre 1792 à Lyon, p. 40 et suivantes.
  • 8 Ibid., p. 64.

3À l’instar de Paris, les espaces provinciaux qui connaissent des massacres entre juillet et septembre 1792 paraissent tous avoir été traversés par une accumulation de rumeurs, la plupart pessimistes quant à l’avenir de la Révolution et de ses partisans. Parmi elles, une, en particulier, finit par dominer toutes les autres, par son intensité comme par son potentiel anxiogène, contribuant alors de manière décisive à la saturation des tensions qui précède de peu le déclenchement des massacres. Ainsi en va-t-il à Lyon, où onze prisonniers perdent la vie le 9 septembre 1792. La rumeur qui finit par précipiter les événements concerne les officiers nobles du régiment Royal-Pologne, en stationnement depuis peu dans la ville et sur le point de la quitter, le 22 août, pour rejoindre le poste qui leur a été indiqué par le général en chef de l’armée du Midi7. Loin de cette réalité, somme toute banale, d’un mouvement de troupes par temps de guerre, le bruit public accuse ces officiers de vouloir rejoindre le royaume sarde, afin de s’engager, avec leurs soldats, aux côtés de son roi et du comte d’Artois (alors à Turin), contre la Révolution. Placés pour cette raison en détention dans la prison de Pierre-Scize par les autorités municipales et militaires de la ville, c’est là que la foule les trouve le 9 septembre, et les passe par les armes. C’est de là, ensuite, que les émeutiers décideront de se porter dans les deux autres prisons de la ville, y faisant trois victimes supplémentaires, toutes prêtres réfractaires, semble-t-il regardés comme impliqués dans un complot contre-révolutionnaire de plus grande envergure lié aux officiers du régiment de cavalerie8.

  • 9 Arch. mun. Lyon, 784 WP 034 1, Pétition de la société populaire de Pierre-Sciz (...)
  • 10 Procès-verbaux des délibérations des séances des Corps municipaux de la ville (...)
  • 11 Bibl. mun. Lyon, 116 252, Journal de Lyon ou Moniteur du département de Rhône- (...)
  • 12 Arch. mun. Lyon, 1401 WP 133, Lettres de Vitet aux procureurs (...)
  • 13 Arch. nat., F7457510, Lettre de Saint-Charles au ministre des Affaires étrangè (...)
  • 14 Journal de Lyon ou Moniteur du département du Rhône et Loire, édition du (...)

4À cette date, et depuis un mois au moins, quatre grandes catégories de rumeurs avaient toutefois déjà largement travaillé la ville de Lyon. Des rumeurs frumentaires, tout d’abord : alors que le prix des céréales double sur les marchés en quelques jours, les bruits d’un accaparement orchestré par les ennemis de la Révolution dans le but d’affamer le peuple lyonnais se répandent dans toute la ville dès la fin du mois d’août9. Des rumeurs concernant le front militaire, ensuite : dans les derniers jours du même mois, la ville croit par exemple savoir (il n’en était en fait rien) que les Piémontais et les Suisses s’apprêtaient à attaquer de concert la France, en prenant d’abord le chemin de Lyon10. Des rumeurs à répétition impliquant un hypothétique complot de l’intérieur, également : vers la mi-août, on murmure que les ennemis du nouvel ordre des choses sont sur le point de s’emparer de l’arsenal et des principaux postes militaires de la ville11, tandis qu’un autre bruit annonce la formation d’une légion contre-révolutionnaire de mille cinq cents hommes armés et vêtus de l’uniforme national, dont le chef se cacherait à Lyon12. Durant la première semaine de septembre, une nouvelle rumeur enfle selon laquelle des conjurés devaient se voir remettre des signes de reconnaissance, avant de se soulever contre la Révolution et ses partisans lyonnais13. Enfin, les rumeurs de collusion des autorités avec les ennemis de la Révolution se multiplient : le fait même d’avoir placé les officiers du régiment Royal-Pologne non dans les prisons de la ville, sous la surveillance populaire, mais dans le fort de Pierre-Scize, à l’écart du centre, est interprété par toute une partie au moins des patriotes comme une preuve manifeste de la volonté de faciliter leur évasion14.

  • 15 F. Ploux, De bouche à oreille. Naissance et propagation des rumeurs dans la Fr (...)
  • 16 Id., « La ville des “libelles parlés”. Rumeurs et bruits publics à Paris sous (...)
  • 17 T. Tackett, « Rumor and Revolution: The Case of the September Massacres », p.  (...)
  • 18 La solution monarchique est condamnée, de même que la famille régnante. La (...)

5L’intensité et la multitude des rumeurs qui traversent ainsi le pays durant l’été 1792 ne doit pas surprendre. Si l’on admet, à la suite des travaux sur les phénomènes rumoraux, que les moments les plus favorables à l’épanouissement et à la propagation des rumeurs sont les périodes de crise, ces instants particuliers où « le sentiment de la proximité du danger crée une atmosphère d’attente inquiète » qui voit « la population réagir au moindre signal15 », si l’on admet également que l’incertitude politique, mêlée à l’attention au politique et à la défiance vis-à-vis des autorités est de nature à les stimuler16, alors force est d’admettre que l’été 1792 fut un moment particulièrement propice à la naissance et à la diffusion rapide des fausses nouvelles. Car, comme le remarque Tackett, il n’y eut sans doute guère, durant toute la Révolution, de période plus effrayante et plus troublante que ces trois mois de juillet, août et septembre 179217. À la suite d’une colère de moins en moins contenue contre la monarchie (qui traverse l’ensemble du pays) le trône a été renversé le 10 août. Pour la première fois depuis plus de mille ans, la France se trouve sans roi. Des élections ont été convoquées afin qu’une assemblée puisse donner une nouvelle Constitution à la France et une autre forme à l’État. Pour l’heure, la patrie avance dans une voie inconnue18, tandis que la Révolution tout entière apparaît (à raison) en péril, face à l’avancée rapide et, semble-t-il, inexorable des armées austro-prussiennes qui, dès juillet, ont promis aux patriotes les pires tourments et une subversion totale s’il était touché à la famille royale. La patrie est alors bel et bien « en danger ».

  • 19 T. Tackett, « Rumor and Revolution : The Case of the September Massacres », p. (...)
  • 20 Procès-verbaux des délibérations des séances des Corps municipaux de la ville (...)
  • 21 SHD, B32, Lettre de Vitet à Servan, ministre de la guerre, 9 septembre 1792.

6Dans ces moments de tensions extrêmes, les rumeurs ont à vrai dire d’autant plus aisément proliféré que les informations sûres et officielles sont devenues très rares, une rareté qui alimente elle-même de manière décisive la montée de l’inquiétude. Elle crée en effet un vide que le besoin de comprendre et de savoir nourrit aussitôt de « on dit ». Si le phénomène n’est pas propre aux mois de juillet à septembre 1792, mais constitue l’un des substrats les plus favorables à l’épanouissement des rumeurs19, force est en revanche d’admettre qu’il est particulièrement affirmé durant cet arc chronologique. À Lyon, toujours, le maire, Louis Vitet, rapporte au Conseil général de la commune, le 2 septembre 1792, une semaine tout juste avant les massacres qui ensanglantèrent sa ville, que « plusieurs gens malintentionnés avoient répandu le bruit de différents échecs » essuyés par les armées françaises20. S’il condamne ces rumeurs, force lui est surtout de constater qu’elles surviennent dans une ville qui n’a nulle « connaissance par lettre ou par courrier extraordinaire de nouvelles qui put y donner lieu ». Et pour cause ! Vitet lui-même, pourtant premier édile de la ville, est bien obligé d’admettre, pour le regretter, qu’aucune « nouvelle certaine sur les mouvements de nos armées et ceux des armées combinées de Prusse et d’Autriche » ne parvient entre Saône et Rhône21. Devant le manque total d’information et face à l’évidence des périls que l’on imagine fondre de toutes parts, la ville cède alors aux rumeurs les plus inquiétantes.

  • 22 Il faudrait également prendre en compte des ingrédients qui prolongent l’effet (...)

7Lorsque la nouvelle des premières victoires militaires arrivera, au début de l’automne 1792, et que la Convention commencera à exercer ses fonctions, levant ainsi quelques-unes des incertitudes qui pesaient sur le devenir politique du pays et l’exercice de la souveraineté, le contexte favorable à l’éclosion de ces rumeurs disparaîtra et, avec lui, pour un temps, les bruits les plus alarmants. La vague rumorale de l’été 1792 doit donc bien être comprise, d’abord, comme le symptôme d’une période de peurs, d’angoisses et de ressentiments collectifs déjà là, que les rumeurs ont tout à la fois cristallisés et amplifiés. À ce titre, elles ne peuvent être présentées comme le seul ingrédient, ni même comme l’ingrédient premier, qui devait conduire au déclenchement de la geste massacrante22.

  • 23 Réimpression de l’Ancien Moniteur, vol. 13, p. 460 (numéro du 26 août (...)
  • 24 Sont principalement concernés par les massacres, outre Paris, les abords de la (...)

8Le cas de rumeurs sans massacre permet de le confirmer. Car s’il n’y eut pas de massacre sans rumeur durant l’été 1792, force est en revanche d’admettre que les six dixièmes des départements qui ne connaissent pas de violences populaires meurtrières n’en furent pas moins traversés de fausses nouvelles inquiétantes. À Rennes par exemple, le bruit d’un « complot qui fait frissonner » se répand à la fin août. Selon les interlocuteurs locaux du Moniteur, il serait fomenté par des « monstres » qui, pour plusieurs d’entre eux, trameraient leurs noirs desseins depuis les prisons de la ville23. Tel bruit, qui devait apporter leur justification à tant de violences, ne se transforme pourtant pas, ici, en expédition punitive. Si de multiples facteurs peuvent expliquer ce massacre qui n’eut pas lieu, remarquons surtout que les départements touchés par les violences, entre juillet et octobre 1792, ne sont pas distribués de manière aléatoire dans l’espace national. Soit ils se situent à proximité immédiate de la guerre ou des frontières (donc de la possibilité de la guerre), soit au cœur ou au voisinage de zones agitées par des conspirations royalistes bien réelles (Ardèche, Cévennes), soit enfin, aux abords de la capitale et de ses combats à très haute implication émotionnelle24. Dès lors qu’on s’éloigne de Paris, du bruit de la guerre et des prises d’armes, et même si des volontaires s’engagent au même moment dans toute la France pour sauver la Révolution, le degré de tensions et de peurs qui travaillent le tissu social est peut-être moindre, et donc moins propice à transformer en pulsions paniques les fausses nouvelles en circulation.

Des rumeurs descriptives et prescriptives

  • 25 T. Tackett, « Rumor and Revolution : The Case of the September Massacres », (...)

9L’efficacité des rumeurs qui travaillent les zones de massacre durant l’été 1792 tient à ce qu’elles sont tout autant descriptives que prescriptives25. Elles désignent en effet des coupables clairement identifiés, qui non seulement donnent un sens aux difficultés que l’on suppose, à tort ou à raison, éprouvées par la patrie, mais qui rendent aussi possible leur résolution par l’élimination des responsables désignés de la peur ressentie.

  • 26 Arch. nat., F1CIII Marne 4, Rapport des commissaires du po (...)
  • 27 C’est là une dimension essentielle et durable des foules émeutières, comme le (...)
  • 28 Arch. nat. F736911, Procès verbal, dressé par les administrateurs du départeme (...)
  • 29 C’est en tout cas ce qu’avance A. Combes, Histoire de la ville de Castres et (...)

10À Châlons-sur-Marne, par exemple, les émeutiers, en procédant à la mise à mort d’un détenu, prévenu d’assassinat, le 10 septembre, entendent châtier ceux dont la rumeur dit qu’ils complotent dans l’ombre des prisons de la ville26. Ils acceptent en revanche la remise en liberté d’un humble détenu, proposée par Prieur de la Marne. Retenu dans les geôles châlonnaises pour une modique dette de 50 livres, ce malheureux échappe d’évidence aux contours de la rumeur et donc aux périls guettant ceux qu’elle désigne. Il peut même, par la suite, être porté en triomphe dans la ville par une foule qui manifeste ainsi sa conviction d’avoir rétablit une justice qui avait momentanément fait défaut27. À Castres, les tensions de l’été 1792, elles aussi nourries par les bruits de multiples conjurations, sont plus particulièrement avivées par la question primordiale des vivres, dont le cours ne cesse de croître28. Alors que les gardes nationaux volontaires sont sur le point de quitter la ville pour rejoindre les frontières envahies, la rumeur se répand qu’un marchand de blé spécule à la hausse sur les prix des grains au détriment du peuple. Les mesures prises pour protéger cet homme qui, soudain, donne sens aux maux populaires, ne suffisent pas : le corps de garde où il a été placé en détention préventive est forcé, avant que la foule ne se livre sur lui à un déchaînement spectaculaire de brutalités dont la nature exprime, à elle seule, l’ampleur du ressentiment éprouvé. Défenestré, le marchand est ensuite assommé de coups de bâtons et traîné mort dans les rues. Son corps est finalement jeté dans l’Agout, la rivière traversant la ville. Nulle autre victime n’est à déplorer par la suite. L’affameur supposé du peuple, qui n’aurait pourtant jamais spéculé sur les céréales29, n’est plus. Cédant à la rumeur née des inquiétudes planant sur la survie des classes populaires, la foule a agi dans le sens que la fausse nouvelle lui prescrit afin d’assurer ses lendemains, et pas plus que cela.

Des rumeurs cloisonnées et toujours en lien avec le réel

  • 30 On retrouve de semblables phénomènes au cours du siècle suivant. (...)
  • 31 Malouët rapporte en ces termes le propos que lui aurait tenu un paysan de (...)
  • 32 Voir par exemple la réaction perplexe du pasteur genevois Étienne Dumont à la (...)

11Les rumeurs qui participent à la « préparation mentale collective » des massacres ont encore une autre particularité essentielle : leur ancrage local. Celui-ci regarde tant leur objet (le complot qu’elles mettent en jeu) que son rayon d’action. Le foisonnement intense des bruits qui traversent le pays durant l’été 1792, s’il décline sans cesse des thèmes identiques (complot de famine, complot des prisons, avancée des armées ennemies), n’en met pas moins en jeu des rumeurs cloisonnées, sans articulation entre elles30. Quoique les bruits qui prennent naissance à Paris soient d’ordinaire de ceux qui se propagent le plus aisément sur l’ensemble du territoire national, la rumeur d’un complot des prisons de la capitale n’a d’effet que dans d’étroits horizons géographiques, limités à Paris et à ses environs immédiats31. Qu’on s’en éloigne et alors, soit un épais silence l’emporte, soit les observateurs s’étonnent du crédit dont a bénéficié ce bruit étrange jusque sur les âmes d’ordinaires les plus pondérées de la capitale32.

  • 33 A. Fray-Fournier, Le département de la Haute-Vienne : sa formation territorial (...)
  • 34 A. Lapierre, Campagne des Émigrés dans l’Argonne en 1792, (...)

12En tout état de cause, les rumeurs parisiennes ne sauraient expliquer la mobilisation des foules émeutières, puis leur passage à l’acte, à Rethel, Castres, Toulon, Couches… D’autant plus que la moitié de ces massacres provinciaux ont eu lieu avant même ceux de Paris, en juillet-août 1792. Pour ceux-là aussi, la rumeur qui précipite le massacre est circonscrite dans d’étroits horizons géographiques. À Limoges, c’est le bruit selon lequel on aurait trouvé chez le prêtre Chabrol « un dépôt d’armes chargées », qu’il aurait refusé de remettre aux gardes nationaux venus les lui réclamer, qui sème la colère et la peur au sein de la population, au point qu’une foule finit par s’emparer de lui, le traînant dans les rues, l’assommant et le rouant de coups jusqu’à ce que mort s’ensuive33. À Sedan, si la foule attaque au sabre le corps du chevalier Latude de Vissec avant de promener sa tête dans la ville, le 5 septembre, c’est parce qu’on affirme qu’il se rendait clandestinement dans le camp des Autrichiens afin de leur signaler les maisons des patriotes de la ville – et non ceux d’une autre localité34.

  • 35 Arch. nat. F7368114, Lettre des administrateurs du département de la Lozère au (...)
  • 36 F. de Jouvenel, « Les camps de Jalès (1790-1792), épisodes (...)
  • 37 V. Sottocasa, Mémoires affrontées. Protestants et catholiques face à la Révolu (...)

13Cette réalité locale de la rumeur contribue sans doute à son efficacité. La peur ressentie est d’autant plus vive que le péril est perçu comme proche, concret, imminent, incarné, et le passage à l’acte d’autant plus aisé que les responsables de ces peurs vivent dans le pays, dans le quartier, dans la ville concernée par ces inquiétudes. Ces rumeurs sont d’autant plus crédibles, enfin, qu’elles entretiennent toujours un lien plus ou moins étroit avec la réalité. Celui-ci peut-être direct, comme à Florac (Lozère) où, le 9 août 1792, le sieur Giberne de La Martinerie est fusillé par un attroupement. Cet événement intervient dans un espace régional particulier, celui des Cévennes, travaillé, au début du mois d’août 1792, par la rumeur d’une conjuration des ennemis intérieurs et extérieurs de la Révolution35. Or ce bruit insistant n’est pas dénué de tout fondement, loin s’en faut, la région ayant connu au cours des deux années précédentes trois camps contre-révolutionnaires à Jalès (Ardèche), dont le dernier a été vaincu un mois seulement avant le massacre de Florac36. Il avait été convoqué par les princes émigrés qui entendaient donner au Vivarais une place de premier ordre dans la contre-révolution, en lançant durant l’été 1792 une offensive dont le but est le renversement tout entier du nouvel ordre des choses. L’entreprise, mal exécutée, échoue finalement en quelques jours, au début du mois de juillet, suite à la déroute de la petite armée contre-révolutionnaire du comte de Saillans. Des papiers sont saisis à cette occasion. Ils permettent de mettre à jour l’ensemble du projet ainsi que les ramifications du complot (authentique cette fois), en indiquant tant les noms des principaux chefs de la conjuration que l’implication de nombreuses autorités municipales de la région, dans sa partie d’obédience catholique du moins. Les rebelles sont, dans les jours et les semaines suivants, poursuivis avec acharnement par des patriotes désireux « d’en finir avec le péril royaliste et d’exorciser les peurs générées par les menaces d’une guerre civile », ainsi que l’analyse V. Sottocasa37. La conjuration n’avait toutefois plus guère de substance, en août, lorsque les patriotes cévenols lui prêtent encore un avenir.

  • 38 C. Simien, Les massacres de septembre 1792 à Lyon, p. 33-37.

14Ailleurs, le lien entre rumeur et réalité peut être un peu moins accentué, sans cesser d’exister pour autant. À Lyon, les officiers nobles qui seront exécutés le 9 septembre, après que la rumeur publique les a accusés de vouloir prendre la fuite à la tête de leur régiment, n’ont aucunement le projet de livrer la guerre à la France depuis le royaume de Piémont-Sardaigne. Force est en revanche d’admettre qu’ils ont remis leurs démissions depuis déjà deux mois, par rejet d’une Révolution à l’égard de laquelle ils n’éprouvent plus aucune espèce de sympathie38. De facto, ils ont pu paraître suspects d’émigration, quand bien même leur déplacement est en fait ordonné par l’état-major de l’armée du Midi – qui refusait depuis deux mois d’accepter les démissions desdits officiers.

  • 39 Arch. nat F736593, Extrait du registre des délibérations de la municipalité de (...)
  • 40 Sur le rôle des autorités dans l’accréditation des rumeurs, voir (...)
  • 41 Arch. nat F736593, Extrait du registre des délibérations d (...)

15En de nombreux cas, l’attitude des autorités locales contribue de manière décisive à rattacher au réel les bruits en circulation. Ainsi en va-t-il à Marseille où la rumeur se répand, le 20 juillet, qu’un marchand drapier du nom de Boyer tramait un complot contre la municipalité, le Club et les patriotes de la ville, lesquels doivent être égorgés dans la rue, le lendemain, après que Boyer et ses partisans, vêtus de vert et de fleurs de lys, se seront emparés de toute l’artillerie de la ville et aient mis le feu au port39. Gagnée par le doute, la municipalité ordonne la fouille de la maison dudit Boyer par la garde nationale, le 20 juillet. Or, venant d’autorités que l’on peut à bon droit supposer mieux renseignées que les simples citoyens, ces investigations et l’arrestation préventive de Boyer ont surtout pour effet d’accréditer l’imminence de la conjuration40. La colère populaire peut alors enfler sans que plus rien ne puisse l’apaiser, y compris le résultat des fouilles du domicile de Boyer, qui ne révèlent pourtant rien de compromettant. Aussitôt, des rassemblements se constituent pour s’emparer de sa personne afin que « justice fût faite » au peuple41. Moins de deux heures après son placement sous les écrous, il périt sous les coups de la foule, devant sa prison, son cadavre étant peu après pendu à un réverbère.

Bibliographie

Michel Biard, Philippe Bourdin, Hervé Leuwers et Pierre Serna (dir.), 1792. Entrer en République, Paris, Armand Colin, 2013.

Haïm Burstin, L’invention du sans-culotte. Regards sur le Paris révolutionnaire, Paris, Odile Jacob, 2005.

Pierre Caron, Les massacres de septembre 1792, Paris, Maison du Livre français, 1935.

Anarchasis Combes, Histoire de la ville de Castres et de ses environs pendant la Révolution française, Castres, Lucien Granier, 1875.

Natalie Z. Davis, Les cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au xvie siècle, Paris, Aubier, 1979, p. 284.

Arlette Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, Paris, Le Seuil, 1986.

Alfred Fray-Fournier, Le département de la Haute-Vienne : sa formation territoriale, son administration, sa situation politique pendant la Révolution, Limoges, Henri Charles-Lavauzelle Imprimeur, 1908, t. 2.

Janine Garrisson, Tocsin pour un massacre : la saison des Saint-Barthélemy, Paris, Éd. d’Aujourd’hui, 1975.

Oscar Havard, Histoire de la Révolution dans les ports de guerre. Toulon, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1912-1913.

François de Jouvenel, « Les camps de Jalès (1790-1792), épisodes contre-révolutionnaires ? », Annales Historiques de la Révolution française, 2004-3, vol. 337, p. 1-20.

Steven Kaplan, Le complot de famine, histoire d’une rumeur au xviiie siècle, Paris, A. Colin-EHESS, 1982.

Antoine Lapierre, Campagne des Emigrés dans l’Argonne en 1792, Sedan, Librairie Genin, 1911.

Charles-Antoine Lourde, Histoire de la Révolution à Marseille et en Provence, t. 2, Marseille, Senès, 1839.

Pierre-Victor Malouët, Mémoires, t. 2, Paris, Plon, 1874.

Jean-Clément Martin, Violence et Révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national, Paris, Le Seuil, 2006.

François Ploux, De bouche à oreille. Naissance et propagation des rumeurs dans la France du xixe siècle, Paris, Aubier, 2003.

François Ploux, « La ville des “libelles parlés”. Rumeurs et bruits publics à Paris sous la Première Restauration », dans Philippe Bourdin et Stéphane Le Bras (dir.), Les fausses nouvelles. Un millénaire de bruits et de rumeurs dans l’espace public français, Clermont-Ferrand, PUBP, 2018, p. 83-103.

Lindsay Porter, Popular Rumour in Revolutionary Paris, 1792-1794, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2017.

Marcel Reinhard, 10 août 1792. La Chute de la Royauté, Paris, Gallimard, 1969.

Côme Simien, Les massacres de septembre 1792 à Lyon, Lyon, Éd. Aléas, 2011.

Valérie Sottocasa, Mémoires affrontées. Protestants et catholiques face à la Révolution dans les montagnes du Languedoc, Rennes, PUR, 2004.

Donald Sutherland, « Justice and Murder. Massacres in the Provinces. Versailles, Meaux and Reims in 1792 », Past and Present, vol. 222, 2014, p. 129-163.

Timothy Tackett, « Rumor and Revolution: The Case of the September Massacres », French History and Civilization, 2011, vol. 4, p. 54-64.

Timothy Tackett, Anatomie de la terreur. Le processus révolutionnaire, 1787-1793, Paris, Le Seuil, 2018.

Paolo Viola, « Violence révolutionnaire ou violence du peuple en révolution », dans Michel Vovelle (dir.), Recherches sur la Révolution française, Paris, La Découverte, 1991, p. 95-102.

Maurice Wahl, Les premières années de la Révolution à Lyon, 1788-1792, Paris, A. Colin, 1894.

Sophie Wahnich, La longue patience du peuple. 1792, la naissance de la République, Paris, Payot, 2008.

Notes

1 P. Caron, Les massacres de septembre 1792. Plus récemment, H. Burstin, L’invention du sans-culotte. Regards sur le Paris révolutionnaire, p. 195-226 ; ou encore J.-C. Martin, Violence et Révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national, p. 140.

2 T. Tackett, « Rumor and Revolution: The Case of the September Massacres », p. 54-64. L. Porter, Popular Rumour in Revolutionary Paris, 1792-1794.

3 P. Caron, Les massacres de septembre 1792, p. 24.

4 Selon le recensement qu’en propose, ibid.

5 T. Tackett est parmi les rares à intégrer ces violences provinciales à l’analyse des tensions extrêmes qui conduisent à une nouvelle accélération du processus révolutionnaire durant l’été 1792, Anatomie de la terreur. Le processus révolutionnaire, 1787-1793, p. 226. D. Sutherland, « Justice and Murder. Massacres in the Provinces. Versailles, Meaux and Reims in 1792 », p. 129-163 ; C. Simien, Les massacres de septembre 1792 à Lyon.

6 De même qu’il y avait eu, naguère, une « saison des Saint-Barthélemy ». J. Garrisson, Tocsin pour un massacre : la saison des Saint-Barthélemy.

7 C. Simien, Les massacres de septembre 1792 à Lyon, p. 40 et suivantes.

8 Ibid., p. 64.

9 Arch. mun. Lyon, 784 WP 034 1, Pétition de la société populaire de Pierre-Scize, 10 septembre 1792 et Adresse des citoyennes de la section Saint-Georges au ministre de l’Intérieur, s.d.

10 Procès-verbaux des délibérations des séances des Corps municipaux de la ville de Lyon, vol. 3, p. 274. Service historique de la Défense (SHD), B31, Lettre de Vitet à Servan, ministre de la Guerre, 28 août 1792.

11 Bibl. mun. Lyon, 116 252, Journal de Lyon ou Moniteur du département de Rhône-et-Loire, 15 août 1792.

12 Arch. mun. Lyon, 1401 WP 133, Lettres de Vitet aux procureurs généraux syndics des département de l’Isère et de Rhône-et-Loire, 11 août 1792.

13 Arch. nat., F7457510, Lettre de Saint-Charles au ministre des Affaires étrangères, 6 septembre 1792.

14 Journal de Lyon ou Moniteur du département du Rhône et Loire, édition du 10 septembre 1792.

15 F. Ploux, De bouche à oreille. Naissance et propagation des rumeurs dans la France du xixe siècle, p. 122.

16 Id., « La ville des “libelles parlés”. Rumeurs et bruits publics à Paris sous la Première Restauration », p. 85-86.

17 T. Tackett, « Rumor and Revolution: The Case of the September Massacres », p. 62.

18 La solution monarchique est condamnée, de même que la famille régnante. La République n’est pourtant guère évoquée avant le 22 septembre 1792. Voir M. Biard, Ph. Bourdin, H. Leuwers et P. Serna (dir.), 1792. Entrer en République.

19 T. Tackett, « Rumor and Revolution : The Case of the September Massacres », p. 56. Voir également F. Ploux, De bouche à oreille. Naissance et propagation des rumeurs dans la France du xixe siècle, p. 62, qui rappelle que la rumeur est une sorte d’interprétation collective et improvisée d’une situation de crise venant en quelque sorte combler la pénurie d’informations diffusées par les canaux institutionnels.

20 Procès-verbaux des délibérations des séances des Corps municipaux de la ville de Lyon, vol. 3, p. 278.

21 SHD, B32, Lettre de Vitet à Servan, ministre de la guerre, 9 septembre 1792.

22 Il faudrait également prendre en compte des ingrédients qui prolongent l’effet de la rumeur et rendent possible le déclenchement des mises à mort, tel que le rôle de la parole violente et de la déshumanisation rhétorique de l’adversaire, (voir N. Z. Davis, Les cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au xvie siècle, p. 284). Les imaginaires populaires pérennes de la violence souveraine et du crime de lèse-majesté, ou la patience déçue des militants patriotes à l’égard des autorités. Voir P. Viola, « Violence révolutionnaire ou violence du peuple en révolution » et S. Wahnich, La longue patience du peuple. 1792, la naissance de la République.

23 Réimpression de l’Ancien Moniteur, vol. 13, p. 460 (numéro du 26 août 1792).

24 Sont principalement concernés par les massacres, outre Paris, les abords de la capitale, la Champagne et les Ardennes, la vallée du Rhône, la Provence ainsi que le Bordelais. Voir T. Tackett, Anatomie de la terreur. Le processus révolutionnaire, 1787-1793, p. 224-227.

25 T. Tackett, « Rumor and Revolution : The Case of the September Massacres », p. 58.

26 Arch. nat., F1CIII Marne 4, Rapport des commissaires du pouvoir exécutif à Châlons au Conseil exécutif provisoire, 11 septembre 1792. Voir aussi la Réimpression de l’Ancien Moniteur, t. XIII, p. 698.

27 C’est là une dimension essentielle et durable des foules émeutières, comme le souligne Arlette Farge pour le xviiie siècle parisien, lorsque les émotions populaires étaient moins mues par une volonté de rupture qu’elles ne se pensaient comme un point de jonction entre un ordre qui faisait défaut et un avenir mal assuré. A. Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, p. 296. Sur ce sentiment de souveraineté des foules de septembre 1792, déjà identifiée par Pierre Caron, on se reportera également à P. Viola, « Violence révolutionnaire ou violence du peuple en révolution », et S. Wahnich, La longue patience du peuple. 1792, la naissance de la République.

28 Arch. nat. F736911, Procès verbal, dressé par les administrateurs du département du Tarn, des événements survenus dans la ville de Castres les 21 et 22 juillet 1792.

29 C’est en tout cas ce qu’avance A. Combes, Histoire de la ville de Castres et de ses environs pendant la Révolution française, p. 82.

30 On retrouve de semblables phénomènes au cours du siècle suivant. F. Ploux, De bouche à oreille. Naissance et propagation des rumeurs dans la France du xixe siècle, p. 116.

31 Malouët rapporte en ces termes le propos que lui aurait tenu un paysan de Gennevilliers, où il se cachait alors, le 3 septembre 1792, à propos des massacres des prisons parisiennes alors en cours : « Aussi, c’est bien terrible que ces aristocrates voulussent tuer tout le peuple en faisant sauter la ville ! ». P.-V. Malouët, Mémoires, t. 2, p. 243-244.

32 Voir par exemple la réaction perplexe du pasteur genevois Étienne Dumont à la lecture d’une lettre de son ami Cabanis, début septembre 1792, lequel affirmait que les événements dramatiques qui venaient d’ensanglanter la capitale avaient permis de déjouer une conspiration qui aurait sinon livré Paris à l’ennemi. Memoirs of the Life of sir Samuel Romilly, written by himself with a selection from his Correspondence., vol. 2, p. 7-8.

33 A. Fray-Fournier, Le département de la Haute-Vienne : sa formation territoriale, son administration, sa situation politique pendant la Révolution, p. 186-201.

34 A. Lapierre, Campagne des Émigrés dans l’Argonne en 1792, p. 40.

35 Arch. nat. F7368114, Lettre des administrateurs du département de la Lozère au ministre de l’Intérieur, 13 août 1792.

36 F. de Jouvenel, « Les camps de Jalès (1790-1792), épisodes contre-révolutionnaires ? », p. 1-20.

37 V. Sottocasa, Mémoires affrontées. Protestants et catholiques face à la Révolution dans les montagnes du Languedoc, p. 85-116.

38 C. Simien, Les massacres de septembre 1792 à Lyon, p. 33-37.

39 Arch. nat F736593, Extrait du registre des délibérations de la municipalité de Marseille, 21 juillet 1792.

40 Sur le rôle des autorités dans l’accréditation des rumeurs, voir A. Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, p. 274.

41 Arch. nat F736593, Extrait du registre des délibérations de Marseille, 21 juillet 1792.

Auteur

Maitre de conférences en Histoire moderne à l’Université université Paris I – Panthéon-Sorbonne, membre de l’Institut d’Histoire moderne et contemporaine (IMAC)

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search