Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écriture et communication

 | 
Dominique Briquel
, 
Françoise Briquel Chatonnet

Aspects symboliques de l'écriture

Du rébus au point d’altérité

Nicole Pradalier

Résumé

« Du rébus au point d’altérité » ou « d’une image à l’autre ». Présentation du titre d’une revue dont l’objectif est d’innover en abolissant le principe du masculin généralisateur, perçu comme formant et désinformant.

La réflexion nous amène à introduire une marque typographique pour signaler le « genre commun » en complément ou en remplacement de l’ancien accord de proximité aujourd’hui réintroduit. Cette marque est le « point surélevé » que nous avons nommé « point d’altérité ».

Texte intégral

  • 1 Nous employons ce terme suite à la lecture de l’article documenté de Aurore Evain qui en signale l’ (...)

1Le titre de cet article synthétise une démarche argumentée dans la langue française. Elle s’illustre graphiquement par un rébus, en tant que titre d’une revue, et, graphiquement encore, par un signe typographique du langage mathématique (pour le signe de la multiplication) mais peu usité encore dans l’écriture française, bien qu’attesté chez des auteurs et autrices1 universitaires en particulier et dans la population qui s’en empare. Nous avons appelé ce signe « point d’altérité » parce qu’il permet la reconnaissance systématique de la présence de l’autre dans l’écrit grammatical en français.

2Nous présentons dans un premier temps le titre de la revue et son décodage puis nous développerons la démarche qui fut en amont de la création de cette revue. Cette démarche se scinde en trois temps. D’abord la création d’un périodique local à vertu « thérapeutique villageoise », puis la remise en question d’une pratique grammaticale désinformante, enfin la recherche d’une nouvelle pratique éclairée par une réflexion linguistique dont les différentes étapes ont été régulièrement présentées depuis 2007 à la Société Internationale de Linguistique Fonctionnelle.

3Nous justifierons ensuite notre positionnement, depuis 2011, en sciences de l’information et de la communication, la revue présentée étant le fruit d’accompagnement d’une thèse sur la parité communicationnelle. Son titre premier, « Femmes, hommes et parité communicationnelle », est complété par le sous-titre : « Germination d’un nouveau genre ».

Le Rébus du titre

4Le décodage du premier mot, qui est l’article homophone de la note du diapason, nécessite des notions en lecture de portée musicale. La suite, composée de deux syllabes, forme un mot qui se dit et s’écrit le plus souvent en tant que masculin dans la désignation humaine mais dont l’actualisation au féminin ne pose aucun problème dans la mesure où c’est l’article ici qui détermine le genre. Nous avons proposé à plusieurs personnes de jouer au décodage du titre devant nous et la diversité des réactions est enrichissante à plus d’un titre ( !)

5Il y a d’abord celles qui, connaissant la clé de sol, pensent que « clé » ou « clé de sol » est le début de la traduction. Je dois alors signaler que cette clé est juste l’outil qui permet de lire la note. Alors, bien sûr, « la » arrive tout de suite. (Cette première interprétation m’a donné l’idée pour le prochain numéro d’écrire la note « la » en clé de fa.)

  • 2 Je dois signaler cependant que, pour avoir proposé ce jeu du décodage dans les couloirs de l’UQAM ( (...)

6Il y a ensuite les personnes qui ne savent pas lire une partition, mais toutes jusqu’à présent connaissaient la suite des notes : do, ré, mi, fa, sol, la, si, do, Il suffit alors de leur expliquer où est le sol à partir de l’indication donnée par la clé et de leur laisser dérouler la suite. Aucune d’entre elles n’a, jusqu’à présent, pris la peine de dire chaque note en plaçant consciencieusement son doigt sur la ligne et l’interligne. La recherche se fait en énonçant les notes en suivant. Or, j’ai été frappée par une certaine régularité dans la diction très rapide du la qui fait qu’aucune de ces personnes n’a trouvé au premier essai. J’ai à peine le temps de les entendre dire la qu’elles sont déjà à si !2

7La lecture de vingt se fait facilement. Celle de cœur aussi. J’ai cependant noté une différence de réaction entre lecteur et lectrice au décodage final. En dehors des personnes qui attendent d’ajouter un e et auxquelles je réponds qu’il n’en est nul besoin en leur signalant les mots féminins terminés par « eur » (peur, couleur, verdeur, fleur, sœur, etc.), je note une plus grande difficulté chez les hommes à dire eux-mêmes le mot alors que, chez les femmes, il arrive au contraire comme une réponse évidente et qui éclaire leur visage. Il faudrait prolonger l’expérience pour voir si la différence relève vraiment d’un systématisme. Et, si oui, est-ce l’assimilation d’un cœur et de vainqueur qui brouille l’automatisme chez les hommes, ou bien de penser « vainqueur » au féminin ? Cependant, la remise en question de la règle d’accord en genre étant à l’œuvre, les réactions sont appelées à évoluer de toute façon. Mais cette création graphique vient en continuité d’une réflexion sur la langue dans un cadre informatif et éthique que je me propose de présenter.

Démarche en amont

8En 2002, j’ai été à l’initiative d’un périodique créé dans un village de l’Aveyron où régnait une atmosphère délétère de rumeurs propagées par des « sous-marins non identifiés » Tout était dans les propos et les informations formées ou déformées. La création du périodique répondait à un souci d’éclaircissement et d’assainissement des relations villageoises. L’objectif était d’offrir aux différentes associations un espace d’information et aux individus un espace d’expression. L’idée était d’entretenir la convivialité dans un village et, par le biais de l’écrit, permettre aux passions conflictuelles de s’apaiser.

9Il était admis que quiconque pouvait donner un texte, y compris qui mettait en cause une personnalité du village mais, qu’en ce cas, le texte ne serait publié qu’avec la réponse de la personne mise en cause. Or, aucun texte publié n’a jamais attaqué personne en particulier. En revanche, il y eut des publications de textes drôles et/ou poétiques qui mettaient en scène leur propre auteur. Les comptes rendus des réunions municipales étaient également publiés et faisaient l’objet d’une attention particulière de la population et de la municipalité elle-même. Je me chargeais moi-même de leur élaboration en mettant en scène, si besoin, les différentes personnalités et leur réplique. Une vie souterraine faisait ainsi surface par la vertu de l’écrit.

10La précision à laquelle je m’obligeais dans tout ce qui touchait l’information m’a amenée à remettre en cause l’application grammaticale du masculin dominant et à revoir mes principes orthographiques. Il s’agissait seulement d’appliquer le principe de l’accord différent en fonction du sexe. Éliminer la présence des femmes au pluriel quand des hommes étaient concernés allait à l’encontre de cette transparence revendiquée par la création du périodique.

11Dans un premier temps, j’utilisais, à l’instar des documents administratifs, les parenthèses pour entourer le e du féminin quand il s’agissait d’individus au pluriel. Cependant, ces parenthèses ne me satisfaisaient guère puisqu’elles semblaient présenter soit la marque du féminin comme moins importante que la masculine, soit le respect de l’accord comme subsidiaire.

À la recherche d’un signe

12Je découvris un jour, dans un journal dont je n’ai pas noté le titre, l’écriture du tiret à la place de la première parenthèse. J’adoptai aussitôt cette écriture qui permettait de donner à la marque de l’accord une place de plein droit. Cependant, le tiret étant réservé à l’addition de deux mots qui n’en font qu’un, il n’était pas non plus satisfaisant dans le cas de l’accord puisque ce qui suit le tiret dans ce cas n’est pas un mot au même titre que ce qui précède, mais juste un signe, un graphème pour utiliser un terme technique créé par Nina Catach.

13Dans la recherche que je poursuivais de la juste marque je me souvins enfin de ce jour où, à l’occasion d’un colloque, j’avais été frappée par le signe « et/ou » écrit au tableau. La fonctionnalité de la barre oblique m’avait séduite comme si ce fut une révélation. Elle remplaça dorénavant le tiret dans mon écriture. Elle avait en effet le pouvoir de signifier deux propositions en une. Je l’adoptais comme la panacée du sens, celui de l’alternance synthétisée.

14Mais l’écriture de ce périodique se faisait en concertation avec d’autres et, pour ce qui est de l’orthographe, elle bénéficiait des lumières d’une lectrice dont le bilinguisme français allemand permettait des échanges fructueux dans les débats que nous pouvions avoir sur la grammaire et l’orthographe. Or cette lectrice me confia que la barre oblique gênait l’œil dans la linéarité de sa lecture.

  • 3 N. Pradalier, Expression de la diversité sexuée, p. 255.

15Il fallait donc poursuivre ma recherche. Je présentai cette année-là un poster sur les différents signes qui permettaient d’exprimer la diversité sexuée. Je l’avais intitulé « Expression de la diversité sexuée » et ce qui était mis en avant était l’existence de différents points de vue : de l’androcentré à l’anthropocentré en passant par le gynocentré. C’est dans la partie « point de vue anthropocentré »3 que je présentai les différents signes graphiques utilisés pour l’accord des deux sexes avec leurs particularités significatives. Je ne connaissais alors que les parenthèses, le tiret, la barre oblique et la majuscule que je n’avais pas signalée parce qu’elle ne fonctionne qu’en opposition avec son entourage. Depuis, j’ai vu que lorsque l’entourage est en lettres capitales, le e s’écrit en lettre minuscule. Quoi qu’il en soit, c’est encore faire une distinction hiérarchique entre la marque du masculin et celle du féminin, que ce soit dans un sens ou dans l’autre.

  • 4 N. Catach, La Ponctuation, p. 13.

16Et c’est à l’occasion de la présentation de ce poster à Corfou qu’Eric Weider dans un premier temps, puis Anne-Marie Houdebine tout de suite après, me signalèrent le point qu’avait présenté Daniel Elmiger dans sa thèse. Ce point, que les un·es appellent colon et que Nina Catach évoque comme l’une des premières ponctuations des Grec [·que] s d’Alexandrie4, m’était alors totalement inconnu. Mais je l’ai introduit dans l’article publié dans les Actes.

17Ce point est une réduction du tiret en quelque sorte puisqu’il se place au même niveau. Il a en outre la particularité d’exister déjà dans le langage mathématique, pour désigner la multiplication. Il est d’une discrétion exemplaire et n’a pas d’autre fonction dans l’écriture de la langue française.

18Il restait à trouver le moyen de l’écrire à partir du traitement de texte informatisé. Une technicienne de l’informatique trouva la formule pour le faire apparaître et je le découvris également dans la fenêtre des symboles. Il est aujourd’hui présent, en accès direct, sur les grilles de signes des derniers téléphones portables.

19Et là, il semble que nous soyons arrivé·es enfin à la quintessence de la fonctionnalité graphique qui permet un bouleversement épistémologique, si l’utilisation de ce signe aide à l’écriture du genre commun : passer du point de vue « androcentré » au point de vue « anthropocentré ».

  • 5 H. Walter écrit, en 2001, à propos du français, qu’il « partage avec l’anglais le privilège d’être (...)

20C’est peut-être ici que réside la véritable originalité du processus : dans le fait qu’un signe graphique entraîne un changement de paradigme philosophique. Trois éléments sont en effet à considérer dans la révolution à l’œuvre : la réalité d’une civilisation de l’écrit, la technicité qui permet la diffusion instantanée de cet écrit et la présence encore importante de la langue française « aux quatre coins du monde, dans les cinq continents5 ».

  • 6 Pradalier Nicole, Proposition d’actualisation de l’accord en français, dans La diversité linguistiq (...)

21Cependant, alors que j’en étais encore à l’écriture de l’accord entre parenthèses et dans la mesure où mon exigence éthique m’obligeait de déroger à la règle du masculin pluriel, j’avais soumis ma réflexion à la Société internationale de linguistique fonctionnelle (SILF) au colloque de Lugo en 2007 dans une communication intitulée Proposition d’actualisation de l’accord en français6. C’est à cette occasion que me fut proposé d’écrire un article sur le sujet à soumettre à la revue La Linguistique, en insistant sur la fonction informative du genre.

À la recherche d’un accord

  • 7 A. Martinet, Genre et sexe, p. 6.

22André Martinet avait commencé à s’intéresser au sujet à la fin de sa vie. C’est l’année même de sa disparition qu’il avait préparé l’article intitulé Genre et sexe où, à partir d’un article de journal, il comptabilise l’emploi informatif du genre. Cependant, dans la comparaison qu’il fait, au préalable, entre la langue française et la langue anglaise, il dit, à propos de celle-ci, qu’elle « a su se débarrasser des genres ».7

23Nul doute que s’il avait eu l’occasion de prolonger son travail, il serait revenu sur cet implicite à la fois subjectif, pour ce qui est du jugement porté sur la langue, et quelque peu caricatural, pour ce qui est de la notion de « genre ». En fait, dans le développement qui suit, nous verrons que le jugement négatif est porté uniquement sur le genre grammatical dans sa manifestation orthographique. Voici les deux extraits qui attestent de ce jugement :

  • 8 Ibid., p. 8.

« (…) L’arsenal formel qu’entraîne le genre masculin est superfétatoire. »
« L’arsenal des accords est donc inutile dans le cas des féminins. »8

24Cependant, notre auteur et maître reconnaît la « valeur distinctive » du genre « dans le cas de l’homonymie orale, le père, la paire », « comme dans le voile, la voile ».

25Et son objectif était plutôt de questionner la valeur distinctive de l’accord des participes passés et leur respect dans l’usage oral en rapport avec les « prescriptions orthographiques ».

26Notre point de vue ne pouvait que différer du maître puisque nous appartenons au sexe qui est effacé dans la désignation du pluriel (y compris adjectival ou participial) quand il est en présence de l’autre sexe. Et nous avons bien conscience que l’information sur le sexe donnée par l’accord est perdue dans bien des cas. C’est précisément la base de notre réflexion débouchant sur la mise en acte d’une expression sinon égalitaire, du moins paritaire, qui nous a finalement conduite à découvrir la richesse non exploitée de la langue française dans sa dimension grammaticale. Ainsi, nous dirions plutôt de notre côté :

« La langue française a la chance d’avoir conservé les genres ».

  • 9 Ibid., p. 7.

27En effet, André Martinet a fait l’étude sur 261 substantifs qui apparaissaient dans « un article paru dans le supplément Télévision du Monde du lundi 12 avril, p. 4 et 5, intitulé « Laure Adler impose son style » et consacré à sa désignation à la direction de France-Culture par Jean-Marie Cavada, président de Radio-France. »9 Sur ces 261 substantifs, 129 sont masculins et 132 féminins. Parmi ceux-là, écrit-il,

« On en compte 5 qui désignent un homme ou un mâle et 7 qui désignent une femme, dont 3 fois directrice en référence à Laure Adler, donc au total 12. »

Il continue ainsi :

  • 10 Ibid., p. 8.

« Les masculins sont président, homme, adjoint, singe et père. Parmi eux, homme, adjoint et singe désignent nécessairement des mâles. »10

28Pour ma part, je n’aurais pas été aussi catégorique dans l’assertion, sachant que le mot singe est un générique employé pour désigner indifféremment une femelle ou un mâle. En revanche, j’aurais classé père dans la liste de ceux qui « désignent nécessairement des mâles ». L’article ayant été écrit en 1999, la notion de père féminin ou de mère masculine qui pourrait s’immiscer dans l’actualité médiatique d’aujourd’hui n’avait pas encore cours.

29Or c’est la référence à l’oral qui est ici convoquée par André Martinet. Père se disant comme paire, c’est le genre qui fait la différence. Mais c’est au singulier seulement. Et, comme il le dit lui-même, « les contextes pourraient, sans doute, suffire à maintenir la distinction. » Par ailleurs père et pair sont tous deux masculins et ici c’est l’écriture qui fait la distinction, de même qu’entre la maire et la mère.

30Quoi qu’il en soit, ce conditionnel ou irréel du présent, « pourraient suffire », renvoie à une virtualité du français où n’existeraient plus les genres. Or, ce ne serait plus du français. Le masculin et le féminin sont consubstantiels à la langue française en tant que langue romane, la répartition quasi égalitaire des féminins et masculins relevés dans l’article en question en est une illustration.

31Quant à président qui est aussi enlevé de la liste, c’est parce que certain·es « emploient le président en référence à une dame », selon le même auteur, ce que l’on ne conteste pas en effet, mais alors, l’on peut enlever aussi adjoint qui peut renvoyer d’autant plus facilement « à une dame » que l’article déterminé s’élide devant ce mot, et nous pouvons attester de cette pratique dans certaine commune. Nous sommes là, en effet, dans le cadre des fonctions officielles pour lesquelles les hommes se sont longtemps réservés le monopole et auxquelles certaines femmes accèdent tout en craignant d’y imposer leur sexe avec la même légitimité que les hommes ont imposé le leur.

  • 11 Dans la note 1 de mon article Sexe et genre en français, p. 113, j’ai malencontreusement daté de 19 (...)

32Mais, encore une fois, c’était un début de réflexion de la part d’André Martinet11 et nous nous devions de la poursuivre en reconsidérant d’une part la distinction écrit/oral ou graphie/phonie, d’autre part la distinction pôle arbitraire/pôle motivé et enfin celle des points de vue qui peut transformer du tout au tout la lecture du monde.

33Et c’est par cette mise en avant du point de vue que nous avons commencé en inversant les termes du titre dans l’article demandé. Sexe et genre en français place en effet le sexe avant le genre. La précision en français est également indispensable dans la mesure où elle donne à genre la dénotation grammaticale qui est alors la sienne en tant que contrainte morphosyntaxique.

  • 12 P. Aroneanu, Le Maître des Signes, p. 27.

34Il n’est pas indifférent que le Dieu des monothéismes soit nommé au masculin de même qu’Adam fut celui qui a nommé les animaux dans la genèse biblique et auquel toujours ce même Dieu a voulu donner une compagne, autrement dit la femme est présentée comme le second sexe dans la mythologie biblique. Mais il en est de même avec la réécriture de la Genèse selon Pierre Aroneanu. En l’occurrence Dieu est remplacé par un Poète qui, de mille ans en mille ans, dessine un élément, une notion ou un concept puis quand il arrive à l’humain, c’est encore l’homme qu’il dessine en premier et, après l’avoir fait grand, il lui donne une compagne. Et nous voici encore avec cette femme qui arrive en seconde position et dans laquelle « il enferma le secret de la fécondité »12. Une lecture des idéogrammes chinois est ainsi présentée comme l’évidence de la primauté de l’homme sur la femme et, qui plus est, de la fonction génitrice exclusivement détenue par celle-ci.

35Nous pourrions bien sûr imaginer l’inverse : une poète se mirant dans l’océan qu’elle a peint et décidant de donner corps à cette image et puis comment elle ferait se lever cette image jusqu’au ciel, autre reflet de l’océan. Et puis, sous la découpe de l’arc-en-ciel, la marche viendrait et la solitude. Et la poète dessinerait alors un compagnon à son image. Et « le secret de la fécondité » serait entre elle et lui, à l’air libre.

  • 13 E. Burr « Planification linguistique et féminisation », p. 37.

36Car nulle obligation n’existe pour donner à l’homme la première place dans la création, si ce n’est sa propre narration. De même que nulle obligation n’existe pour donner au genre masculin la primeur sinon la règle édictée par Vaugelas du « masculin qui l’emporte » parce qu’il serait « plus noble », selon la formulation latine « Maior dignitas est in sexu virili »13 qui contrait peut-être une formulation inverse et possible « Major dignitas est in sexu muliebri ».

37C’est en effet au moment qu’ont été édictées les règles du pluriel de la conjugaison et de ses accords que la formulation du genre masculin comme étant le plus noble a été avancée pour justifier l’élimination de la trace des femmes dans la langue.

  • 14 J. Butler, Trouble dans le genre, p. 73.

« Irigaray suggère que le sujet et l’Autre sont tous deux des piliers masculins d’une économie de la signification, fermée sur elle-même et phallogocentrique, et qui parvient à ses fins totalisantes en excluant totalement le féminin. »14

  • 15 N. Pradalier, « Femmes, hommes et parité communicationnelle : germination d’un nouveau genre » p. 8 (...)

38Mais la Commission générale de terminologie et de néologie d’octobre 1998 affirme de son côté que « La langue n’est pas un complot ourdi dans les coulisses du pouvoir contre les femmes » (1998 : 50). Si les deux assertions sont vraies, c’est qu’il faut juste tempérer la première en avançant que si « ce totalitarisme est en effet réel, il n’est pas programmé, et qu’il est plus un effet d’impuissance à penser la différence que celui d’une volonté de l’éliminer »15, y compris par les femmes elles-mêmes. Il faut ajouter également que différence et égalité sont parfaitement compatibles. La différence renvoie à une morphologie, l’égalité renvoie à une éthique. La différence existe entre chaque être vivant et c’est bien ce qui fait la richesse de l’ensemble.

39Cependant, nous ne pouvons ignorer la masculinisation à marche quelque peu forcée de la langue française et, en particulier quand elle touchait à l’être humain. L’échange entre le poète Ménage et Madame de Sévigné que cite Sneyders de Vogel, repris par Grevisse est là pour en témoigner :

  • 16 M. Grevisse, Le Bon Usage, p. 551, note 18.

« Ménage rapporte que Mme de Sévigné, à qui il avait dit : « Madame, je suis enrhumé », répondit : « je la suis aussi ». – « Il me semble, Madame, fit observer Ménage, que, selon les règles de notre langue, il faudrait dire : « je le suis ». - « Vous direz comme il vous plaira, ajouta Mme de Sévigné, mais pour moi je croirais avoir de la barbe si je disais autrement. »16

Masculin formant et désinformant

40C’est dire que le masculin peut être pensé, y compris de nos jours, comme une particularité qui exclut les femmes. Et c’est bien ce qui est arrivé avec :

  • 17 Commission générale de terminologie et de néologie, Rapport sur la féminisation des noms de métier, (...)

« L’interprétation que fit le Conseil d’État de l’incapacité électorale des femmes, dans ses arrêts des 15 et 22 novembre 1935, suite à la requête de Louise Weiss. Le Conseil avait considéré que [l’autorité législatrice], en donnant le droit de vote à tous les Français, n’avait pas pensé aux femmes, bien qu’[elle] n’ait jamais explicitement mentionné leur incapacité politique dans aucune loi. »17

41Or, dans la mesure où la forme des noms féminins est souvent plus longue que les masculins, et que la forme masculine est déjà écrite à l’intérieur de toutes les formes féminines des adjectifs et des participes en français, il est plus raisonnable de penser le genre commun à partir du féminin plutôt que de neutraliser le féminin en éliminant sa longueur comme on a coupé la tête à Marie-Antoinette et à son mari.

42Du temps où l’orthographe s’apprenait en classe, le féminin était donné comme référence pour connaître la lettre muette qui terminait l’adjectif ou le participe masculin : ainsi nous disions : « mis » avec un s au masculin parce que « mise » au féminin ».

43Mais ici intervient la concurrence de la langue anglaise (et étasunienne) qui fait croire qu’elle est plus économique en n’ayant qu’un pronom au pluriel pour désigner les hommes et les femmes ensemble ou encore en ne faisant pas varier les adjectifs en fonction du sexe et en n’ayant pas introduit de genres à l’intérieur de l’inanimé, cependant qu’elle oblige à connaître le sexe du sujet possesseur au singulier (her body ou his body).

44Et c’est peut-être cette idée, de possession du corps des femmes par les hommes, que traduit le pronom personnel féminin qui désigne les bateaux et parfois les automobiles à la place du neutre en anglais, dans la mesure où jusqu’à une époque récente ils pouvaient être les seuls à conduire. Une autre suggestion est possible : celle d’assimiler l’intérieur d’un habitacle de transport à une matrice, et d’autant plus que les têtes de proue des galions représentaient une tête de femme.

45Notre expérience d’automobiliste aujourd’hui peut nous faire comprendre à la fois cette sensation de sécurité de l’habitacle (dont les pneus nous protègent de la foudre par exemple) et cette régression illusoire qui ne nous met pas à l’abri de l’environnement dont nous partageons la responsabilité avec l’autre.

46En réalité, chaque langue traduit un inconscient collectif. Elle est le résultat d’une histoire et elle accompagne cette histoire. Elle évolue donc en fonction de l’évolution des sociétés qui l’utilisent.

  • 18 J-M Tixier, « La mémoire des mots », p. 111.

« Elle a l’épaisseur du temps, de la chair des hommes [et des femmes] qui l’ont nourrie. »18

  • 19 Rapport de la commission, p. 26 et 27.

47Si la langue allemande connaît aussi trois genres, comme en anglais : le féminin, le masculin et le neutre, elle fonctionne différemment de l’anglaise en utilisant ces trois genres pour les inanimés comme les animés, se rapprochant par là de la française. « Cependant, il existe en allemand un suffixe féminisant unique […] qu’il « réserve […] au genre naturel »19, c’est-à-dire au sexe femelle. Et c’est encore une fois une façon de penser les femmes comme venant dans un second temps. Or, les découvertes en biologie nous apprennent que les caractères mâles se constituent en un deuxième temps dans le fœtus. Mais la langue n’a jamais été un calque du vivant.

  • 20 E. Mélétinski « L’étude structurale et typologique du conte », p. 213.

48Nous considérons de notre côté qu’il faut chercher les moyens de s’affranchir de ce que Lévi-Strauss a énoncé comme « l’impossibilité pour l’humanité […] de reconnaître le fait […] qu’un naît de deux »20. Cette imposition de l’unique comme moteur et fin de l’humanité est le piège où notre pensée s’est enfermée, caricaturalement représenté par le masculin universel.

49Je dois ajouter cependant qu’à l’occasion du congrès à Nîmes, une participante nous a signalé que, dans une classe où elle montrait le schéma de l’évolution de l’humain traditionnellement représenté par un hominien et ses différentes postures, un enfant manifesta une incompréhension et un refus d’admettre la possibilité de cette représentation. Après plusieurs échanges et tentatives de conciliations, il apparut que c’était l’absence de l’élément femelle qui rendait la représentation inconcevable pour l’enfant. C’est dire que s’il existe, dans une tête d’enfant, la reconnaissance incontournable « qu’un naît de deux » malgré les schémas que lui assène l’autorité, une brèche est ouverte dans l’universalité du masculin.

50La langue française (entre autres langues romanes) pourrait nous donner les moyens de sortir de l’impasse, à la condition que nous soyons clair·es dans nos désignations et cohérent·es dans nos discours, en donnant par exemple un sens unique au mot homme, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui malgré l’exception que représente l’affirmation de Martinet dans l’article cité.

51Une recherche à ce propos confirme la confusion de sens que génère ce mot employé pour inclure les femmes ou pour les exclure dans le même contexte.

  • 21 N. Pradalier, « L’homme et son genre », p. 126.

« Rien ne les différencie sauf l’idée qu’en a le sujet énonciateur qui peut être à l’opposé de celle qu’en a le sujet récepteur et réciproquement ! D’où la part d’interprétation subjective et parfois quasi aléatoire laissée par cet emploi. »21

52Mais la même assertion peut être faite pour tous les mots au masculin, énoncés en terme générique mais entendus différemment, ou énoncés en terme spécifique et entendus différemment, comme dans l’exemple historique donné plus haut.

53Ainsi ce masculin qui a formé des armées de générations les a aussi désinformées méthodiquement. Le pari de clarté que nous faisons nous oblige à réveiller le féminin chaque fois que sa présence est motivée soit dans l’accord grammatical, soit dans la référence sémantique et, le plus souvent, dans les deux cas à la fois, pour qu’il devienne un féminin informant du masculin également.

54L’abolition de la règle du masculin dominant, qui oblige à envisager un nouvel accord, en est la condition. Suite à la suggestion qui m’a été faite, en 2007 à Lugo, par une formatrice en IUFM de soumettre ma réflexion à l’Inspection Générale de l’Éducation Nationale, j’avais envoyé un courrier dans ce sens et sollicité une demande de rendez-vous. L’un et l’autre n’ont jamais reçu de réponse.

55Mais puisque cette réflexion était issue d’une pratique journalistique, elle trouve plus naturellement son écho sur la place publique dans l’affichage qui cherche sa cible plus que dans les cabinets ministériels d’où émane une odeur de renfermé. D’autant que cette année 2007 avait vu justement l’élection d’un homme à la Présidence de la République peut-être grâce à (ou « à cause de » suivant le camp où l’on se place) la désignation au masculin exclusif de la fonction présidentielle.

56C’est pourquoi mon travail se situe à présent en Sciences de l’information et de la communication après avoir assuré ses bases linguistiques.

Activation de la démarche

  • 22 J’en ai donné des exemples, avec le commentateur de Bel ami de Maupassant et la préface (écrite par (...)

57Cependant, nous reconnaissons également que le discours sur les femmes est méprisant autant dans l’enseignement, y compris tenu par les femmes elles-mêmes22, que dans les dictionnaires contemporains, mais les deux sont liés et c’est un discours qui n’a pas de frontières linguistiques dans la mesure où il est motivé sociologiquement (les rapports font florès à ce propos) et mythologiquement, comme nous l’avons montré plus haut, et entretenu religieusement (exclusivité masculine de la prêtrise dans la religion catholique, de l’imamat dans la musulmane, de l’honneur des femmes entre les mains des hommes, etc. )

58Nous entreprenons de déminer ce discours en procédant méthodiquement et en douceur. Si nous sommes difficilement entendue dans l’enseignement, nous avons la possibilité d’exercer notre pratique dans le cadre de la formation permanente où l’insécurité linguistique s’aggrave de la méconnaissance des principes de la langue française en particulier.

59L’affichage est également le champ où peut s’exercer la vigilance de l’information qui s’affranchit des consignes académiques dans la mesure où celles-ci sont contre-productives. Et enfin, d’un point de vue philosophique et politique, notre réflexion s’enrichit de cette pratique de l’accord double (ou genre commun) qui ouvre un autre espace de signification

60Au moment où la langue anglaise et étasunienne se spécialise dans les échanges commerciaux, où les corps humains sont des enjeux commerciaux, où la matière humaine elle-même devient matière d’échange, nous nous appliquons à faire émerger de la langue française une potentialité qui nous oblige à penser l’autre, quel·le que soit cet·te autre, comme un accompagnement vital.

61Cependant un autre mot pose problème dans sa dimension connotative, c’est celui de « féminin » qui fonctionne en couple soit avec « masculin » soit avec « viril ». Le couple « féminin versus viril » renvoie à des notions stéréotypées de caractéristiques attendues chez les femmes et les hommes dans la société sexiste.

62Le couple « féminin versus masculin » renvoie soit à la distinction femme/ homme que l’on retrouve sur des vitrines de magasin s’adressant explicitement aux unes et aux autres (salon de coiffure le plus souvent) soit à la langue et à la grammaire sans notion de caractéristiques humaines.

63Et comme dans la culture anglo-saxonne, dominante d’un point de vue commercial et international, cette dernière acception n’existe pas puisque le masculin (he, his) en anglais renvoie aux hommes, le féminin (she, her) aux femmes et le neutre (it, its) au reste, il fallait user d’un langage différent qui se coupe volontairement d’une référence possible à une autre langue que la française, pour faire émerger cette particularité grammaticale d’une égalité visible de traitement qui renvoie à la parité.

64C’est la raison pour laquelle j’ai eu recours au rébus, avec la marque déterminante nominative du féminin qu’il fallait mettre à l’honneur sans qu’elle puisse être escamotée. Son homophonie avec le la du diapason nous mettait en résonance avec ce qui est appelé la langue des oiseaux qui n’est autre que la déconstruction phonique de l’écrit pour de nouvelles significations révélatrices d’une autre portée du sens.

65Le but était d’entendre le féminin sans connotation sexuée, ce qui est possible en français grâce à l’arbitraire du féminin et du masculin, celui de tous les noms qui désignent l’inanimé et parfois même les autres : la personne est féminin, l’individu est masculin et les deux termes renvoient indifféremment à l’un ou l’autre sexe. Mais le conditionnement « phallogocentrique », pour parler selon Irigaray, est parfois si prégnant qu’il faudra plusieurs numéros de revue, à raison d’une par an, pour en venir à bout ! Il n’est qu’à lire une réflexion de Roland Barthes dans L’Empire des signes pour mesurer l’ampleur du phénomène. L’auteur y relate ses impressions du Japon qu’il présente comme « le pays de l’écriture ». Et voilà que, parlant de « la Crudité » comme « divinité tutélaire de la nourriture japonaise », Barthes se prend à digresser sur « la crudité » en des termes qui laissent perplexe sur le degré de lucidité et de réflexion de leur auteur. Je cite le début de la phrase :

  • 23 R. Barthes, L’Empire des signes, p. 31.

« Ce qui est honoré dans la crudité (terme que bizarrement nous employons au singulier pour dénoter la sexualité du langage, et au pluriel pour nommer la part extérieure, anormale et quelque peu tabou de nos menus) […] »23

66Faut-il commenter ? (Qui est ce « nous » ? Et pourquoi parler de « sexualité du langage » ? Le « singulier » est-il une marque de sexualité ? Et pourquoi « bizarrement » ?) Ne sommes-nous pas ici face à un cas typique « d’économie de la signification, fermée sur elle-même » ? Avec un énonciateur dont la sexualité déborde sur le langage et qui ne peut pas penser le genre qui n’est pas le sien autrement qu’en terme sexuel, oubliant qu’il n’est qu’un élément de la moitié de l’humanité dont le langage est commun.

67Ainsi pour tenter de différencier, dans notre revue, la notion de « féminin » de celle de « femme », une consigne pour la soumission d’article est le féminin grammatical du titre. Nous demandons également 10 auteurs et 10 autrices, chacun·e apparaissant en photo dans les cœurs, au nombre de 20, qui font la page de couverture autour du rébus et entre lesquels apparaissent des mots exclusivement féminins. Ainsi nous pouvons estampiller notre revue sans paradoxe « 100 % féminin » et « 100 % paritaire ». Car le féminin dont il est question est le féminin grammatical. C’est la langue française qui est mise à l’honneur et non un sexe plus qu’un autre.

68L’autre consigne d’écriture est l’abandon du masculin hégémonique avec la proposition d’introduire le point d’altérité pour écrire le genre grammaticalement commun. C’est dire qu’un travail en amont se fait individuellement et permet souvent de belles découvertes pour les autrices en particulier.

69Dans la mesure où nous savons qu’à présent une maison d’édition demande à ses auteurs et « autrices » (c’est le terme employé) de pratiquer l’ancien accord de proximité, nous nous permettons de notre côté d’utiliser également celui-ci quand il permet de raccourcir un propos sans l’obscurcir. Il s’agit des éditions iXe, siégeant à Paris.

Le point trouvé

70Nous avons enfin trouvé ce point dans son utilisation économique pour signaler la virtualité de la présence féminine et masculine à des séances de Ki taïso à Toulouse, où la liberté créatrice s’est mise au service de la rigueur informative. (fig. 2)

« Le point surélevé, discret et lisible, présente l’avantage de n’avoir aucun autre emploi, ainsi que de pouvoir noter tant la continuité (grand·e) que l’alternance (lecteur·trice)24, et semble ainsi un bon candidat typographique. »25

71En effet, il casse la hiérarchie que représentent les parenthèses ; il se distingue du trait d’union par l’espace qu’il occupe visuellement ; il évite la capitale qui n’est signifiante que dans le cas de figure où le texte n’est pas en capitales, il est donc utilisable en affichage ; il laisse au point final sa particularité graphique d’indice syntaxique ou d’indice abréviatif ; il redonne à l’écriture la fluidité que lui enlève la barre oblique.

72Le seul inconvénient jusqu’à présent était de ne pas l’avoir en accès direct sur les claviers, mais les dernières fabrications de téléphone y ont remédié.

73Cependant si le genre grammaticalement commun peut être souhaité dans un nouveau rapport d’égalité à créer, il peut aussi déranger un système qui s’est organisé pour tirer profit des inégalités installées jusque dans l’inconscient collectif.

74Mais enfin, la langue française n’attend-elle pas de nous l’exercice de notre créativité pour révéler le « secret de sa fécondité » intellectuelle ?

Bibliographie

Abbou Julie, « Pratiques graphiques du genre » n° 24, Langues et cité, Féminin, masculin : la langue et le genre, Observatoire des pratiques linguistiques, octobre 2013, p. 4-5.

Aroneanu Pierre, Le Maître des Signes, Peintures Chen Dehong, Éditions Alternatives, 1998.

Barthes Roland, L’empire des signes, Paris, Flammarion, Les sentiers de la création dans la collection Champs, 1980.

Burr Élisabeth « Planification linguistique et féminisation » dans Baider Fabienne et Elmiger Daniel (éd.) Intersexion, Langues romanes, langues et genre, Munich, Lincom Europa, 2012, p. 29-37.

Butler Judith, Trouble dans le genre, Paris, Ed. La Découverte, 2005.

Catach Nina, La ponctuation, Paris, Presses Universitaires de France, Que sais-je ? 1994.

Grevisse Maurice, Le bon usage, Grammaire française avec des Remarques sur la langue française d’aujourd’hui, onzième édition revue, Paris, Duculot 1980.

Martinet André, « Genre et sexe », vol 35-2, La Linguistique, PUF, 1999, p. 5-9.

Mélétinski Evguéni, « L’étude structurale et typologique du conte » dans Propp Vladimir, Morphologie du conte, Paris, Éditions du Seuil, 1965 et 1970, p. 201- 254.

Pradalier Nicole, « Proposition d’actualisation de l’accord en français », dans La diversité linguistique, Alexandre Veiga et Marie Isabel GonzÁlez Rey (éds.), Axac, Lugo, 2008, p. 413-417.

Pradalier Nicole, « Sexe et genre en français », vol. 46-1, La linguistique, Paris, PUF, 2010, p. 113-120.

Pradalier Nicole, « L’homme et son genre », vol. 48-2, La linguistique, PUF, 2012, p. 109-130.

Pradalier Nicole, « Expression de la diversité sexuée » dans Tsigou Maria et Costaouec Denis (éd.), Traduction, Changement en syntaxe, La personne, Approches fonctionnalistes Corfou, SILF et DLETI Université ionienne, 2013, p. 253-255.

Tixier Jean-Max, « La mémoire des mots », dans Blua Gérard, Contre la réforme de l’orthographe, Marseille, collection Temps-choc, Éditions Autres Temps, 1990, p. 109-111.

Walter Henriette, Honni soit qui mal y pense, Paris, Éditions Robert Laffont, 2001.

Commission générale de terminologie et de néologie, Rapport sur la féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre, octobre 1998.

Annexes

Notes

1 Nous employons ce terme suite à la lecture de l’article documenté de Aurore Evain qui en signale l’existence dans la traduction du latin, puis sa disparition suite à un dénigrement de la capacité féminine à créer. C’est notre façon de manifester à la fois notre attachement au patrimoine et notre confiance dans la langue française et sa potentialité égalitaire.

2 Je dois signaler cependant que, pour avoir proposé ce jeu du décodage dans les couloirs de l’UQAM (Univ. du Québec à Montréal) lors du congrès féministe francophone d’aout 2015, j’ai constaté l’inverse. À savoir, toutes les personnes qui ne connaissent pas l’écriture musicale ont énoncé, silencieusement ou non, les notes et ont toutes trouvé ‘la’ au premier essai.

3 N. Pradalier, Expression de la diversité sexuée, p. 255.

4 N. Catach, La Ponctuation, p. 13.

5 H. Walter écrit, en 2001, à propos du français, qu’il « partage avec l’anglais le privilège d’être présent, en tant que langue parlée ou enseignée, vraiment aux quatre coins du monde, dans les cinq continents. » (Honni soit qui mal y pense, p. 258).

6 Pradalier Nicole, Proposition d’actualisation de l’accord en français, dans La diversité linguistique, p. 413-417.

7 A. Martinet, Genre et sexe, p. 6.

8 Ibid., p. 8.

9 Ibid., p. 7.

10 Ibid., p. 8.

11 Dans la note 1 de mon article Sexe et genre en français, p. 113, j’ai malencontreusement daté de 1985 l’article de Martinet auquel je renvoie et dont il faut corriger la date qui est 1999, l’année-même de sa mort.

12 P. Aroneanu, Le Maître des Signes, p. 27.

13 E. Burr « Planification linguistique et féminisation », p. 37.

14 J. Butler, Trouble dans le genre, p. 73.

15 N. Pradalier, « Femmes, hommes et parité communicationnelle : germination d’un nouveau genre » p. 81.

16 M. Grevisse, Le Bon Usage, p. 551, note 18.

17 Commission générale de terminologie et de néologie, Rapport sur la féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre, octobre 1998, p. 46, note 68.

18 J-M Tixier, « La mémoire des mots », p. 111.

19 Rapport de la commission, p. 26 et 27.

20 E. Mélétinski « L’étude structurale et typologique du conte », p. 213.

21 N. Pradalier, « L’homme et son genre », p. 126.

22 J’en ai donné des exemples, avec le commentateur de Bel ami de Maupassant et la préface (écrite par une professeur) de « L’art » de Yasmina Rezza publié en direction des lycées, dans la communication au colloque de 2010 à Toulouse « Formation des enseignants et enseignantes à l’égalité fille/garçon », en attente de publication.

23 R. Barthes, L’Empire des signes, p. 31.

24 Ici, je propose l’écriture « lecteur·ice » pour annuler l’effet de troncation et permettre l’éventuelle oralisation dans la perspective d’une évolution possible en « genre complexe ».

25 J. Abbou, Pratiques graphiques du genre, http://www.dglflf.culture.gouv.fr/publications/LC_24_feminin-masculin.pdf, consulté le 17/10/2013.

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/1524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 2
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/1524/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1010k

Auteur

Docteur en Sciences de l’information et de la communication
LERASS (Laboratoire d’Études et Recherches Appliquées en Sciences Sociales), Toulouse,
Membre de la Société Internationale de Linguistique Fonctionnelle (SILF)

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access