Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écriture et communication

 | 
Dominique Briquel
, 
Françoise Briquel Chatonnet

L’écriture d'une autre langue

Le discutable et l’indiscutable dans l’adoption de la graphie latine pour écrire le kabyle

Chérif Sini

Résumé

Les arguments ayant trait à la scientificité, l’économie, la technicité, l’employabilité et l’universalité de la graphie latine pour écrire le kabyle en comparaison avec les graphies arabe et tifinagh sont aussi discutables que l’est celui lié aux risques de francisation/ occidentalisation du kabyle écrit avec cette graphie. Le travail d’adaptation et de production en kabyle au moyen de la graphie latine est un fait historique, vérifiable et indiscutable.

Texte intégral

  • 1 En plus de l’actualité du débat sur la formation endogène ou exogène de cette écriture, il existe a (...)

1La généralisation progressive de l’adoption de la graphie latine pour écrire le kabyle rencontre une opposition se prévalant d’une objectivité dans le traitement de cette adoption lui préférant, maladroitement, la graphie arabe, et, discrètement, l’écriture originelle des Berbères, les tifinaghs1. Que reproche-t-on au juste à cette adoption ? Quels arguments les utilisateurs de cette écriture mettent-ils en avant ? Qu’est-ce qu’il y a de discutable et d’indiscutable dans cette adoption ?

Le kabyle, principal parler berbère d’Algérie

  • 2 Le nombre de berbérophones en Algérie est un enjeu de politique linguistique et culturelle. Les don (...)
  • 3 J. Lanfry 1986, p. 41.
  • 4 L. Galand 1989, p. 330.
  • 5 S. Chaker 1999, p. 11.
  • 6 S. Chaker, 2004: 4056.

2Aussi bien du point de vue de leur nombre que de leur dynamisme revendicatif et productif, les kabylophones constituent le principal groupe berbérophone d’Algérie. Les estimations2 de J. Lanfry3, de L. Galand4 et de S. Chaker5 indiquent que deux tiers des berbérophones d’Algérie sont kabylophones. En 2004, S. Chaker6 évaluait leur nombre à 5,5 millions.

3Leur densité démographique, sur un périmètre géographique réduit et limitrophe de la capitale politique du pays, et le travail de conscientisation politique mené, d’abord par les militants nationalistes et combattants pour l’indépendance algérienne, ensuite par les activistes berbéristes de l’Académie berbère de Paris (1966-1978) et les culturalistes-universitaires locaux, pourraient expliquer partiellement leur dynamisme revendicatif et productif en faveur de la revalorisation politique et sociale de leur langue, en exigeant pour elle le statut de langue officielle au même titre que l’arabe. Cette exigence se traduit par un long travail, d’une part, de mobilisation sociale autour de la berbérité et, d’autre part, sur la berbérité, en utilisant comme moyen de communication le kabyle, la forme actuelle du berbère en voie de devenir le référent national, voire transnational aux berbérophones justement en raison de ce dynamisme culturel et politique.

4Leur dynamisme revendicatif date donc du mouvement nationaliste et indépendantiste algérien dont les kabylophones les plus influents se sont opposés à la conception arabo-islamique de l’Algérie, lui préférant celle d’une Algérie algérienne. Dès le recouvrement de la souveraineté nationale, la Kabylie entre en conflit armé avec l’administration centrale, à laquelle elle s’oppose depuis. Ce sentiment de kabylité, nourri des soulèvements populaires d’avril 1980 et d’avril 2001 et des innombrables grèves générales – dont la plus spectaculaire (celle du cartable) s’est soldée par une année blanche dans les établissements scolaires et universitaires de Kabylie – prend une forme de plus en plus nationalitaire. Ce mouvement revendicatif au plan politique est épaulé par celui d’acteurs culturels et intellectuels soucieux de créer les conditions d’une culture écrite à même de se valoriser par son propre produit, et de rivaliser avec l’arabe qui menace de phagocyter le kabyle et le berbère partout en Afrique du Nord. Lorsque le moment est venu pour expérimenter l’enseignement du berbère dans les régions berbérophones d’Algérie, seule la Kabylie dispose réellement des supports didactiques et pédagogiques nécessaires : des romans et autres produits de l’écrit, tous écrits en caractères latins. Ce qui donne à voir donc le kabyle comme une langue dotée d’une écriture qui rappelle, à bien des égards, celle du français et que les adversaires de la berbérité confondent volontairement avec la langue française, justement dans la perspective, à peine voilée, de désaffection des locuteurs kabyles qui s’y identifieraient.

Le discutable

  • 7 H. Venture de Paradis 1848.
  • 8 J. B. Creusat 1873.
  • 9 A. Hanoteau 1858, 1867, 1886.
  • 10 A. Letourneux 1893.
  • 11 R. Basset 1920.
  • 12 A. Basset 1938, 1948, 1969.
  • 13 L. Galand 1960, 1979, 1989.
  • 14 J. M. Dallet 1982.
  • 15 Delheure1979.
  • 16 Cid Kaoui 1900.
  • 17 S. Boulifa 1897, 1904.
  • 18 M. Féraoun 1960.
  • 19 B. Ait Ali 1964.

5Ce sont, en fait, des arguments que les producteurs culturels en kabyle mettent en avant pour justifier leur adhésion à l’adoption de la graphie latine pour écrire leur langue, entamée avec les premiers travaux de description réalisés par Venture de Paradis7, suivi en cela par les missionnaires et autres militaires de la colonisation française (Creusat8, Hanoteau9, Letourneux10…). Cette adoption sera également le fait des (premiers) scientifiques européens, en général, et français, en particulier (R. Basset11, A. Basset12, L. Galand13, J.-M. Dallet14, J. Delheure15…), avant d’être aussi celle des premiers lettrés kabyles formés à l’école française (Cid Kaoui16, Saïd Boulifa17, Ben Sdira et plus tard Mouloud Feraoun18 et surtout Bélaïd Nat Ali19…).

  • 20 M. Mammeri 1967, 1973, 1976, 1980, 1986…
  • 21 S. Chaker 1991, 1994, 1995, 2004.
  • 22 R. Achab 1996, 1998.
  • 23 K. Nait Zerrad 1994, 2000, 2005, 2010.
  • 24 À ce sujet, la loi de 1991 sur la généralisation de l’emploi de l’arabe passe de tout commentaire : (...)

6En usage restreint jusque-là, puisque même à l’aube de l’indépendance de l’Algérie c’est l’écriture tifinagh qui symbolise la berbérité, elle connaîtra une certaine audience, associée à l’activité de grammatisation de l’écrivain et anthropologue Mouloud Mammeri20, relayée, dans un premier temps, par le linguiste Salem Chaker21 et, dans un second temps, par une nouvelle génération d’universitaires, dont Ramdane Achab22, Kamel Nait Zerrad23… et à des travaux de vulgarisation, de par leur audience auprès des utilisateurs et des enseignants, notamment Tajerrumt n tmaziγt (Précis de grammaire berbère, 1986), publié pour la première fois durant les années soixante-dix par M. Mammeri dont le nom sert encore pour qualifier cette adaptation. Tamamrit est, en effet, le nom que donnent beaucoup à cette écriture. C’est probablement pour signifier qu’elle est acclimatée aux données phonologiques berbères et pour se prémunir des attaques de ses adversaires. Ceux-ci sont en fait les adversaires de la berbérité et partisans des implications culturelles et civilisationnelles de la politique d’arabisation car ils y voient un relais de la francophonie, voire de la francisation. Mais, dans la logique de leur démarche, ils ne se soucient pas de leur incohérence idéologique quand ils adoptent le français comme langue de communication aussi bien dans des conseils de souveraineté nationale que dans la rédaction même de la première législation du pays en français pour la traduire ensuite en arabe et rendre caduc tout écrit en cette langue au nom de cette loi écrite avec cette même langue24 ! Cependant, ce ne sont pas des « arguments » de ces adversaires dont il s’agit ici, mais de ceux des défenseurs de l’adoption de cette graphie qui sont, en réalité, les défenseurs du kabyle, voire de la « kabylité » dont la langue et la culture qu’elle exprime paraissent en être la base, pour ne pas dire le seul paramètre d’identification.

Scientificité et économie de la graphie latine

  • 25 Ch. Sini 2007.

7Prise l’une pour l’autre, chacune de ces notions renvoie, dans les discours des acteurs culturels (romanciers, universitaires, étudiants, enseignants et lycéens), interrogés pour les besoins d’une recherche universitaire consacrée à la question25, à des référents concrets témoignant d’un besoin de les quantifier et de les personnaliser en y associant les noms de Mammeri, Chaker, Achab et autres institutions de formation et de recherche scientifique ayant adopté cette écriture à l’instar des départements de langue et culture berbères des universités de Tizi-Ouzou, de Béjaia, de Bouira et de l’Institut national de langues et civilisations orientales de Paris (Inalco).

  • 26 Ch. Sini 2011, pp. 611-622.
  • 27 M. Mammeri 1989, p. 158.

8Ce qu’il y aurait de scientifique dans l’adoption de cette graphie y est systématiquement évalué en comparaison d’abord avec la graphie arabe et, à un degré moindre, avec l’écriture tifinagh. En plus, ce sont les référents culturels de l’arabe, langue et civilisation, qui se profilent derrière cette équation de rejet de celui-ci, c'est-à-dire de tout ce qui serait arabe et de toute proposition émanant de l’autorité de l’État, car arabisant, entraînant de la sorte celui de la graphie arabe. La difficulté de définition des termes du débat, qui se trouve au cœur de la question sur la scientificité de la graphie latine26, oriente alors vers d’autres aspects de la question, comme le fait qu’avec cette graphie sont écrites les langues les plus utilisées dans les productions scientifiques dont le français, l’anglais, l’allemand, etc. Dans cette logique, la scientificité de la graphie latine trouve une illustration dans l’usage qu’ont fait les premiers descripteurs européens du berbère, sans s’interroger bien sûr sur les raisons d’un tel choix : parce que ces derniers n’avaient pas d’autres possibilités ? parce qu’il fallait utiliser la graphie la plus connue (le latin) pour la communication entre scientifiques, mais aussi avec les autorités coloniales ? parce qu’ils ne connaissaient pas les tifinaghs ? ou parce qu’ils n’en voulaient pas ? pourquoi ? parce qu’ils ignoraient – peut-être volontairement ? – l’usage de la graphie arabe dans certains cercles, notamment religieux comme le montrent certains travaux de M. Mammeri27 ?

9Bref, il apparaît ainsi que, pour les défenseurs de l’adoption de la graphie latine, le choix de celle-ci est effectué à ce moment-là et qu’il s’agit pour eux d’une espèce d’adhésion à une pratique initiée d’abord par les premiers lettrés kabyles en français, dont des écrivains de renommée internationale à l’image de Jean-El Mouhoub Amrouche, M. Feraoun et M. Mammeri, auxquels les nouvelles générations formées essentiellement en arabe emboîteront le pas (la plupart des écrivains, romanciers, nouvellistes kabyles en kabyle). Et c’est à ce niveau qu’intervient l’autre facette de l’argument de la scientificité de la graphie latine, à savoir son adaptation aux spécificités kabyles et berbères, en général. Un argument directement lié à l’activité de grammatisation indiscutable du fait qu’il relève d’un fait historique vérifiable, en continuité et en accélération depuis la fin du xxe siècle, donnant naissance à une littérature de fiction mais aussi de description, de pédagogie et de didactique (manuels d’enseignement de langue, de mathématiques, ouvrages de vulgarisation…) de plus en plus importante qui, à son tour, fait que le kabyle est de plus en plus perçu comme une langue écrite avec tout ce que cela implique en termes de valorisation auprès des utilisateurs non avertis, c'est-à-dire du grand public.

10Qu’en est-il de l’argument de l’économie de cette écriture comparativement à l’arabe et au tifinagh ? Autrement dit, qu’est-ce qu’il y aurait d’économique dans l’adoption de la graphie latine et qui ne le serait pas avec les graphies arabe et tifinagh ?

11Si on appelle économie le fait d’utiliser en combinaison le moins de caractères pour rendre le maximum de sons fonctionnels, alors c’est l’arabe qui serait la graphie la plus économique du fait, d’une part, des aspects internes communs au kabyle et à l’arabe, tous les deux étant des langues chamito-sémitiques structurellement proches, et, d’autre part, des diacritiques arabes qui servent notamment pour noter les voyelles brèves. Mais du fait que ces diacritiques surchargent l’écriture, pourrait-on qualifier cela d’économie à proprement parler ? Non, parce que cela ralentit la pratique de l’écriture et encore plus la saisie au digital ; ce qui fait perdre à la fois de l’espace et du temps sans parler de l’illisibilité du texte. En plus du fait que la notation vocalique est très peu appréciée par les voisins de langue arabe, pourrait-on s’en passer au risque de tomber dans le piège de l’écriture de la langue arabe où il faut connaître la langue pour pouvoir la lire, à la différence des écritures alphabétiques occidentales dont le principe phonétique/phonologique (parfois associé à l’étymologie comme en français) est d’apprendre à lire des langues sans que cela n’implique leur connaissance préalable ?

12Poser la question d’économie exclusivement en termes de quantité de sons fonctionnels à rendre sans prendre en considération les paramètres de lisibilité, de souplesse et surtout de facilité d’acquisition (car il faut de la motivation pour apprendre à écrire et à lire une langue dont on ne voit pas toujours l’importance sinon qu’elle sert de support d’identification anthropologique et culturelle, d’autant plus qu’elle est socio-économiquement largement dominée aussi bien par le français que par l’arabe sur son propre terrain sociologique), c’est précipiter le devenir déjà incertain du kabyle du fait qu’il n’est pas évident que ce genre d’économie soit compatible aussi bien avec les moyens de communication digitale, qui n’admettent pas la surcharge, la lourdeur et la multiplicité des tâches à accomplir, qu’avec l’urgence de récupérer cette langue en danger… L’économie des sentiments des locuteurs coûtera plus cher que celle d’une écriture adoptée sans leur adhésion.

L’universalité de la graphie latine

13Récurrente dans les discours des défenseurs de l’adoption de la graphie latine, l’universalité de celle-ci suppose que, de par son usage universel, c’est-à-dire dominant dans le monde et donc lue presque partout, elle conférerait au kabyle la possibilité d’être aussi lu. Au-delà de ce désir inconscient d’élargir l’espace d’usage du kabyle (et du berbère en général), qualifiable d’irrationnel compte tenu de la réalité de la déperdition que connaît cette langue, il se profile une idée, difficilement soutenable, qui ferait croire que connaître un alphabet impliquerait la lecture d’un texte écrit dans n’importe quelle langue avec cet alphabet ! Même quand on se situe exclusivement au niveau de l’apprentissage scolaire, c'est-à-dire sans prendre en compte les paramètres/facteurs intervenant dans le processus de socialisation dans une langue, quelqu’un qui apprend l’allemand, par exemple, ne lira pas un texte d’italien et même de français ou d’anglais sinon en lui appliquant les règles d’orthographe qu’il connaît et qui sont ici celles de l’allemand… Il en fera à peine une espèce de déchiffrage selon ses propres règles ! Cela montre que la connaissance des caractères latins n’implique pas ipso facto une possibilité d’expansion du kabyle, quand bien même cela serait possible sans ce qu’on appelle en structuralisme les éléments externes d’une langue et que les sociolinguistes situent au cœur de toute langue, d’autant plus que le kabyle apparaît dans une situation objectivement en danger de disparition.

  • 28 R. Achab 1998, p. 78.

14On ne voit donc même pas en quoi le fait que la graphie latine est utilisée par les langues les plus utilisées sur le marché de la communication mondialisée serait bénéfique pour le kabyle et le berbère, en général, à plus forte raison parce que l’urgence des locuteurs de cette langue est, semble-t-il, de nature identitaire, c'est-à-dire socioculturelle et socio-anthropologique. Car l’adoption de cet aspect universel suppose l’adoption de ses implications d’identification, contraire à la vocation identitaire de l’adoption, par exemple, des gamma et epsilon grecs pour dire qu’il ne s’agit pas du français et de certaines règles phonologiques propres afin de se démarquer de certains aspects de l’écriture française pour rendre les sons complexes, par exemple, en lui substituant un seul caractère conformément à la règle « un seul caractère écrit toujours le même son28 ».

15Ainsi, en dehors de l’identification à la sphère de la civilisation utilisatrice de cette graphie, l’universalité d’usage de celle-ci est discutable au regard des impératifs des actions entreprises et à entreprendre en vue de récupérer le kabyle, l’équiper et le valoriser socialement, politiquement et institutionnellement.

La technicité et l’employabilité de la graphie latine

16Bien qu’en rapport avec l’argument de l’universalité de l’écriture latine, la technicité tout comme l’employabilité de celle-ci relèvent des moyens modernes de communication lui ayant fait subir des modifications/adaptations, si bien qu’elle présente des commodités techniques d’apparence meilleures par rapport aux graphies concurrentes : l’arabe et les tifinaghs. D’apparence parce qu’au fond, tout est question d’habitudes et de pratiques qui relèvent essentiellement des missions de l’institution scolaire. Théoriquement, en effet, toute écriture alphabétique pourrait servir de support à toute langue moyennant des aménagements internes et son employabilité dépend à la fois de ces aménagements, des usages institutionnels qu’on en ferait et des supports techniques mobilisés, particulièrement les appareils électroniques dont l’ordinateur et la tablette actuellement. Or la graphie arabe et la graphie tifinagh sont d’usage en communication et publication électroniques ! Ce qui signifie que la question de technicité et d’employabilité est largement surmontable, comme le montrent chaque jour l’hébreu, par exemple, mais aussi le chinois et le japonais pour parler des langues qui ont réussi avec leurs graphies qui ne sont pas toujours alphabétiques.

L’inconvénient de la francisation/occidentalisation

  • 29 S. Auroux 1994.
  • 30 J. Anis 1988, I. Gleb 1973, G.-J. Février 1948.
  • 31 J. Goody 1978, 1986,1994, 1997, 2007.

17C’est un argument des adversaires de l’adoption de la graphie latine pour écrire le kabyle. Bien que cela reste de l’ordre du non-dit, ces derniers établissent le rapport entre cette écriture et la langue, voire la culture française et occidentale en général. Pour eux, les implications idéologiques de cette adoption dépassent celles largement connues des études sur la grammatisation29 et des études sur les écritures en tant que procédé pour noter les sons fonctionnels d’une langue30 et outil de la pensée rationnelle et logique31 pour impliquer des considérations qui sont de l’ordre de la perception, c'est-à-dire idéologique. Il est, en effet, supposé que de la diffusion des caractères latins depuis l’Europe pour servir de moyen pour décrire et outiller les langues sans écriture découle une forme de description et d’outillage asservie au cadre théorique produit dans la langue européenne de l’observateur. Ce qui fait que les catégories grammaticales du kabyle seraient alignées sur celles connues en français, par exemple, si l’observateur est de formation française. Ce qui est, historiquement, loin d’être une réalité même lors de la première étape de cette description.

18En plus, comme c’est le cas en kabyle, plus cette description est faite par ceux qui sont directement concernés, c'est-à-dire les descripteurs natifs de la langue à décrire, plus elle se démarque de ces catégories et même des motivations de la description et particulièrement de l’outillage de ladite langue, comme c’est le cas dans le domaine kabyle (et berbère en général) où la venue d’autochtones dans le cercle restreint de berbérisants européens a fait évoluer l’intérêt pour les questions berbères d’une curiosité scientifique à celle de la récupération et de la promotion de la langue berbère. Ce qui fragilise l’arrière-pensée de la francisation et/ou de l’occidentalisation de la langue. En revanche, il est indéniable que l’adoption de cette écriture associée au rejet de la graphie arabe, parce que celle-ci émane de l’autorité politique arabisante, participe d’une certaine façon d’une tendance à se démarquer des référents culturels de la graphie arabe, mais aussi de l’arabe, langue et civilisation, et de se rapprocher de ceux de la graphie latine, c'est-à-dire de l’Occident.

L’indiscutable

19Ce ne sont pas que des arguments théoriques. Ce sont là des preuves relevant de faits vérifiables ayant trait à l’histoire de l’écriture du berbère, en particulier, et à la revendication berbérophone, en général. Des premières publications européennes, qui ont accompagné la mise en place de la colonisation, aux travaux actuels, on est passé de la description désintéressée à l’engagement impliqué d’une prise de conscience identitaire et d’une volonté de prendre part à la construction d’un univers social de démocratie participative. Cela s’est traduit d’abord par des relevés descriptifs des parlers berbères, qui ont été souvent traduits en français (R. Basset, A. Basset, Delheure, J. M. Dallet, L. Galand…). Ensuite, des autochtones réagissent à la perception de la langue et de la culture berbères diffusées dans les écrits des missionnaires et des militaires de la colonisation pour aboutir à un premier objectif : « le kabyle ça s’écrit » et « ça se défend ».

  • 32 S. Sadi 1981, R. Alliche 1981, 1986, 1988.
  • 33 R. Achab 1998.

20Ensuite est venu le temps du raisonnement et du travail de longue haleine, engagé par l’écrivain et anthropologue M. Mammeri et un cercle restreint d’étudiants de l’université de Vincennes et de Ben Aknoun, sur les hauteurs d’Alger. De ce cercle sortiront les premiers auteurs en langue kabyle32, qui serviront de référence à la généralisation de l’adoption du latin pour écrire le kabyle dans le cadre associatif berbérisant à la fin des années 1980-1990. Le mouvement connaîtra une poussée quantitative et qualitative remarquable à la fin des années 1990, lorsque l’enseignement étatique, bien que controversé, offrira à la fois des lecteurs et des écrivains en kabyle avec la graphie latine (dont A. Mezdad, S. Zénia, R. Mansour, S. Aoudia, M. Belkouas, N. Ben Amar, S. Bensaïd, K. Bouamara, Chemime, A. Nekkar, A. Uhemza, S. Hardou, T. ould-Amar…). Ce long travail d’aménagement, entamé durant les années soixante-dix, amélioré à l’Inalco et diffusé sous forme de manuels pour apprendre à écrire le kabyle33 et surtout adopté/adapté par des acteurs-symboles de la revendication berbérophone en Algérie (S. Sadi, R. Aliche, A. Mezdad, R. Achab, M. Chemime…) puis par l’institution académique et universitaire, donne à l’adaptation de cette graphie aux spécificités du kabyle une certaine crédibilité, et à l’habitude d’écrire le kabyle, par les jeunes générations, une certaine idée que le kabyle s’écrit ainsi, si bien que la proposition des tifinaghs semble être en retrait car presque tout ce qui se fait, s’écrit et se lit en kabyle, l’est dans la graphie latine. Et qui visite les librairies dans des villes comme Tizi-Ouzou, Béjaïa et même Alger ne peut pas ne pas remarquer cette production en kabyle, et ressortir avec l’idée que le kabyle s’écrit avec la graphie latine…

21Sans caricaturer le débat autour de l’écriture en tant que partie intrinsèque ou simple habillage d’une langue, il faut néanmoins admettre les faits liés justement à ce passage du statut d’habillage à celui de partie qui est en train de se faire dans le cas du kabyle. Pour le reste, tout découle de la position qu’on adopte vis-à-vis de ce passage, c'est-à-dire de l’avenir souhaité par les locuteurs et défenseurs du kabyle. Il est évident qu’il faudra qu’on se mette d’accord sur les motivations et les objectifs de l’approche en choisissant entre une position de neutralité désintéressée et celle qui assume un engagement pour la récupération et l’élargissement des fonctions sociales du kabyle. Dans cette perspective, pour la seconde approche, tous les arguments sont discutables sauf celui qui concerne les faits liés à la grammatisation en domaine kabyle, d’autant plus que celle-ci s’effectue le plus souvent en dehors des circuits étatiques et en opposition à la politique de l’État en matière de langues.

Bibliographie

Nat Ali, 1964, Les cahiers de Bélaid ou la Kabylie d’Antan, publié par Dallet et Degezelle, Alger.

Achab R., 1998, Langue berbère. Introduction à la notation usuelle en caractères latins, Alger, éditions Hoggar.

Achab R., 1996, La néologie lexicale berbère (1945-1995) Éditions Peeters, Louvain.

Aliche R., 1981, Asfel, Mussidan, éditions Fédérop, 139 p.

Aliche R., 1986, Faffa, Mussidan, éditions Fédérop, 143 p.

Aliche R., 1988, Tasinfunit, tacaqquft umezgun, Awal, Paris, pp. 73-81.

Anis J., 1988, L’écriture, théorie et description, éditions Boeck-université, Bruxelles.

Auroux Sylvain, 1994, La révolution technologique de la grammatisation. Introduction à l'histoire des sciences du langage, Mardaga, Liège.

Basset A., 1969, La langue berbère, Londres.

Basset A., 1938, « L’avenir de la langue berbère », Entretiens sur l’évolution des pays de civilisation arabe, III, Paris, pp. 183-186.

Basset H., 1920, Essai sur la littérature des Berbères, Ancienne Maison Bastille-Jourdan. Alger.

Boulifa S. A., 1897/1913, Méthode de langue kabyle, Alger.

Boulifa S. A., 1904, Recueil de poésies kabyles, Alger.

Chaker S., 2004, « Kabylie : la langue », dans Encyclopédie berbère XXVI : judaïsme-Kabylie, Edisud, France.

Chaker S., 1999, « La langue berbère : entre marginalisation et affirmation », dans Langues du Maghreb et Sud méditerranéen, Cahiers de sociolinguistique n° 4, s/d F. Manzanot, Rouen, P.U.R., pp. 11-24

Chaker S., 1995, Linguistique berbère. Étude de syntaxe et de diachronie, éditions Peeters, Paris.

Chaker S., 1994, « Pour une notation à base tifinagh », dans Études et documents berbères n° 11, Edisud, Aix-en-Provence, pp. 31-42.

Chaker S., 1991, Manuel de linguistique berbère, Alger, éditions Bouchène.

Cid Kaoui, 1900, Dictionnaire tamachâaq-français, Éd. Jourdan, Alger.

Creusat J.B., 1873, Dictionnaire français-kabyle, Alger.

Dallet J.M., 1982, Dictionnaire kabyle-français, Paris.

Féraoun M., 1960, Les poèmes de Si Mohand, Maspero, Paris.

Février G. James, 1998 (1948), Histoire de l’écriture, Payot, Paris.

Galand L., 1989, « Les langues berbères », dans C. Hagège et I. Fodor (s.d), Language reforme, history and futur, Hambourg, Helmut Buske Verlag, pp. 330-353.

Galand L., 1979, Langue et littérature berbère. Vingt-cinq ans d’études, Paris, CNRS.

Goody J., 2007, Pouvoirs et savoirs de l'écrit, Paris, La Dispute.

Goody J., 1997, « Alphabets et écriture », dans Réseaux, n° spécial « Sociologie de la communication », Paris, CNET, p. 165-189.

Goody J., 1994, Entre l’écriture et l’oralité, Paris, Presses universitaires de France, 323 p.

Goody J. 1986, La logique de l’écriture. Aux origines des sociétés humaines, Paris, Armand Colin, 196 p.

Goody J., 1978, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Éd. de Minuit.

Hanoteau A. et Letourneux A., 1893, La Kabylie et les coutumes kabyles, Paris.

Hanoteau A., 1886, Essai de grammaire tamachek, Alger, Jourdan.

Hanoteau A., 1867, Poésie populaire de la Kabylie du Djurdjura, Paris.

Hanoteau A., 1858, Essai de grammaire kabyle, Paris.

Lanfry J., 1986, « Les Berbères, leur langue, leur culture : un renouveau contemporain », Études et documents berbères n° 1, Paris, Edisud, pp. 41-60.

Mammeri M., 1989, Inna-yas ccix Muhend, Alger.

Mammeri M., 1986, Précis de grammaire berbère, Paris, Awal.

Mammeri M., 1976, Tajerrumt n tmaziγt (tantala taqbaylit), Paris, Maspéro.

Mammeri M., 1973, Amawal, tamaziγt-tafransist/tafransist-tamaziγt, Alger.

Mammeri M. (et collaborateurs), 1967, Lexique français-touareg, Paris, Arts et métiers graphiques.

Nait Zerrad K., 1994, « Un exemple de graphie usuelle du berbère », dans Études et documents berbères n° 3, Edisud, Paris, pp. 55-62.

Sadi Said, 1982, Askuti, Paris, Imdyazen.

Sini Ch., 2011, « La notion de scientificité dans le choix d’écrire le kabyle au moyen des caractères latins », Berber studies n° 33, Cologne, Rüdiger Köppe Verlag, pp. 611-622

Sini Ch., 2007, Contribution à l’analyse des raisons du choix d’une graphie pour écrire le kabyle, thèse de doctorat en sciences du langage, Rouen, 2 vol. , 607 p.

Venture de Paradis H., 1843, Dictionnaire de la langue berbère expliqué en français, (Manuscrit Volney, Bibliothèque nationale F. Mitterrand, n° 1178)

Notes

1 En plus de l’actualité du débat sur la formation endogène ou exogène de cette écriture, il existe actuellement trois types de tifinagh : les tifinaghs originels, les néo-tifinaghs et le libyco-tifinagh. Plus anciens, les tifinaghs originels sont aussi appelés, dans la littérature berbérisante, libyques, numides, libyco-puniques ou tout simplement écritures des Berbères. La création des néo-tifinagh et du libyco-tifinagh date de la seconde moitié du xxe siècle. Œuvre de militants de l’Académie berbère de Paris (1966-1978), les premiers serviront de symbole de la berbérité dans la mobilisation des masses, essentiellement kabyles, sans donner lieu à des productions culturelles notables. Le second est une proposition de S. Chaker (1994 : 31-42) à partir du libyco-berbère (tifinagh anciens) et des néo-tifinagh. Il est utilisé dans quelques enseignes d’édifices publics dans les départements de Kabylie : mairies, universités, hôpitaux…

2 Le nombre de berbérophones en Algérie est un enjeu de politique linguistique et culturelle. Les données statistiques sur ce sujet ne sont pas rendues publiques…

3 J. Lanfry 1986, p. 41.

4 L. Galand 1989, p. 330.

5 S. Chaker 1999, p. 11.

6 S. Chaker, 2004: 4056.

7 H. Venture de Paradis 1848.

8 J. B. Creusat 1873.

9 A. Hanoteau 1858, 1867, 1886.

10 A. Letourneux 1893.

11 R. Basset 1920.

12 A. Basset 1938, 1948, 1969.

13 L. Galand 1960, 1979, 1989.

14 J. M. Dallet 1982.

15 Delheure1979.

16 Cid Kaoui 1900.

17 S. Boulifa 1897, 1904.

18 M. Féraoun 1960.

19 B. Ait Ali 1964.

20 M. Mammeri 1967, 1973, 1976, 1980, 1986…

21 S. Chaker 1991, 1994, 1995, 2004.

22 R. Achab 1996, 1998.

23 K. Nait Zerrad 1994, 2000, 2005, 2010.

24 À ce sujet, la loi de 1991 sur la généralisation de l’emploi de l’arabe passe de tout commentaire : étant écrite en français, elle rend caduques les dispositions interdisant tout écrit officiel en d’autres langues que l’arabe !

25 Ch. Sini 2007.

26 Ch. Sini 2011, pp. 611-622.

27 M. Mammeri 1989, p. 158.

28 R. Achab 1998, p. 78.

29 S. Auroux 1994.

30 J. Anis 1988, I. Gleb 1973, G.-J. Février 1948.

31 J. Goody 1978, 1986,1994, 1997, 2007.

32 S. Sadi 1981, R. Alliche 1981, 1986, 1988.

33 R. Achab 1998.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access