Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écriture et communication

 | 
Dominique Briquel
, 
Françoise Briquel Chatonnet

L’écriture d'une autre langue

La diffusion de l’alphabet chez les Étrusques : une fonction qui va au-delà de la notation de la langue

Dominique Briquel

Résumé

Les Étrusques utilisaient une écriture de type alphabétique, qu’ils avaient créée sur le modèle de l’écriture des colons grecs de Chalcis, établis en Campanie, avec qui ils étaient en contact dès le viiie siècle av. J.-C. Comme dans tout processus de transmission d’un alphabet de la notation d’une langue à une autre se sont posés des problèmes d’adaptation, le principe de l’adéquation du système à la phonologie de la langue qu’on voulait transcrire se heurtant au poids persistant du modèle, se traduisant par la présence de « lettres mortes », inutiles à la notation de l’étrusque, et inversement l’absence de notation satisfaisante de phonèmes n’existant pas en grec ([f], sifflante marquée [ś]). En outre l’aristocratie qui dominait la société étrusque d’alors a utilisé l’écriture comme signe de prestige social, ses membres se posant comme des lettrés, capables de maîtriser ce nouvel outil de communication et le faisant servir à leurs échanges de dons et de contre-dons.

Texte intégral

1Au début du viiie siècle av. J.-C., des Grecs s’installent en Italie : Cumes, la première des colonies qu’ils fondent vers 750 av. J.-C., après une phase préalable où ils avaient occupé, vingt-cinq ans auparavant, face à la côte, l’île de Pithécusses, l’actuelle Capri, est située en Campanie. Ils étaient ainsi loin de la région la plus directement accessible depuis la Grèce : mais c’est parce qu’ils cherchaient à entrer en contact avec les sources de matières premières qui les attiraient vers l’Occident. Or les Étrusques possédaient d’importantes ressources métalliques, notamment en fer, et apparaissaient ainsi comme des partenaires naturels dans un système d’échanges qui permettait de troquer le précieux métal contre les multiples productions de l’Orient méditerranéen, culturellement bien plus avancé – objets en or, argent ou ivoire, céramiques fines et décorées, pièces de prestige en bronze qu’ont livrés les grandes tombes orientalisantes. Le contact s’est fait au niveau de la Campanie, non plus au nord. Cela mérite explication : à la différence de ce qu’il advint plus au sud, les Étrusques tinrent à distance les nouveaux venus, établissant les bases d’un commerce dans lequel ils traitaient avec leurs partenaires sur un pied d’égalité. Les Grecs trouvaient certes alors des Étrusques en Campanie, mais, pour les Étrusques, cela restait une zone périphérique, où la fondation de villes purement helléniques ne présentait pas pour eux les mêmes inconvénients que s’il s’était agi de la Toscane.

  • 1 Sur les inscriptions de Pithécusses, A. Bartonek, G. Buchner, « Die ältesten Inschriften », p. 146- (...)
  • 2 Le texte (Ta 3.1 dans H. Rix, Etruskische Texte) se lit mi velelθus kacriqu numesiesi putes kraitil (...)
  • 3 Nous n’aborderons pas ici le problème posé par un flacon de la nécropole d’Osteria dell’Osa, de 770 (...)
  • 4 En 1969, M. Cristofani (dans « Appunti sull’epigrafia ») signalait 82 inscriptions de provenance co (...)
  • 5 Données dans D. F. Maras, « Caratteri dell’epigrafia latina arcaica », p. 435.

2Ce contexte historique explique l’apparition de l’écriture étrusque vers 700 av. J.-C. Elle entrait dans le cadre général des transferts culturels liés à ces échanges, faisait partie des éléments de civilisation que les Grecs pouvaient offrir à leurs partenaires toscans : les colons venus de Grèce (ou au moins certains d’entre eux !) maîtrisaient le nouvel outil de communication que constituait l’écriture alphabétique. Les fouilles de Pithécusses ont livré une des plus anciennes inscriptions grecques, celle, datable de 740 av. J.-C., de la « coupe de Nestor », cotyle de style géométrique qui se trouve comparé à la coupe chantée dans l’Iliade (11, 632-641)1. Leurs interlocuteurs étrusques ne furent pas longs à adopter l’écriture : le « cotyle Jucker » de Tarquinia2 appartient encore à la fin du viiie siècle av. J.-C.3 Ils se sont rapidement mis à user du procédé : on connaît pour le viie siècle av. J.-C. 240 inscriptions étrusques4 – alors que le Latium voisin n’en a livré que cinq5.

  • 6 Sur les formes diverses de l’écriture grecque, L. H. Jeffery, The Local Scripts of Archaic Greece.

3Cette écriture étrusque est en fait une écriture grecque. Mais on connaît la diversité des alphabets qui existaient dans le monde hellénique et la répartition fondamentale entre trois types d’alphabets, se distinguant pour la partie finale de la série des lettres, après le upsilon, dernière de celles reconductibles à l’alphabet phénicien qui avait servi de modèle. Les quelques alphabets dits « verts », qui s’étaient contentés de ces lettres (Théra, Rhodes, Crète), et ceux qui avaient ajouté à la séquence trois signes supplémentaires, mais de valeurs différentes (pour deux de ces signes) pour les mêmes formes et dans un ordre qui n’était pas non plus le même, les alphabets dits « bleus » et « rouges »6. Or les Grecs de Pithécusses et Cumes, venus de deux cités de l’Eubée, Chalcis et Érétrie, se servaient d’un alphabet « rouge », non de celui, « bleu », en usage à Athènes et qui s’imposa partout à l’époque hellénistique : par conséquent, il n’avait pas à la fin (avant le oméga rajouté après coup) la séquence phi, khi, psi, avec les formes de lettres φ, χ, ψ de notre grec scolaire, mais une séquence ksi, phi, khi, avec les formes χ, φ, ψ. C’est donc cet alphabet chalcidien que les Étrusques ont emprunté – ce qui, par-delà le passage de l’écriture étrusque aux Latins, explique notre X de valeur ksi mais qui, dans l’écriture grecque de type « bleu », a une forme qui serait celle du khi.

  • 7 Voir L. H. Jeffery, Ibid., p. 240-241, n° 18-23. Sur les huit abécédaires étrusques des viie et vie(...)

4Ainsi les Étrusques ont repris l’écriture des Grecs de Cumes – au point que les abécédaires étrusques donnent une série de lettres qui est exactement celle de leur modèle chalcidien7. Cependant il ne faut pas s’arrêter à l’apparence formelle : ce n’est plus un alphabet grec, mais un alphabet étrusque, adapté aux besoins spécifiques d’étruscophones. En effet, il faut s’arrêter sur ce qu’est un alphabet : il s’agit d’un outil destiné à permettre la communication entre des individus à travers un système linguistique donné. Il doit donc rendre de la manière la plus adéquate possible la phonologie de la langue, puisqu’en théorie au moins, le principe de ce type d’écriture est qu’il corresponde exactement au système phonologique, c’est-à-dire que chacun des phonèmes de la langue soit rendu par un signe. Par conséquent, chaque alphabet est censé correspondre à la phonologie propre au parler qu’il sert à noter, ce qui pose problème en cas d’emprunt de cet alphabet par les locuteurs d’une autre langue. Or, dans le cas de l’étrusque, la distorsion est assez sensible par rapport au grec pour lequel le système d’écriture avait été élaboré : il existait à la fois des phonèmes du grec pour lesquels des lettres étaient présentes dans la série alphabétique mais n’étaient pas utilisées en étrusque et des phonèmes de l’étrusque qui n’avaient pas leur correspondant en grec. Autrement dit, dans ce cas comme dans tout cas de transmission d’un alphabet d’une langue à une autre, se posaient aussi bien des problèmes de trop-plein que de manques, que l’apparente uniformité de l’alphabet entre son usage pour l’écriture chalcidienne et pour l’écriture étrusque ne doit pas masquer.

  • 8 Voir M. Lejeune, « Sur les adaptations de l’alphabet étrusque ». Ces « lettres mortes » furent élim (...)

5L’alphabet étrusque reprenait donc les 26 lettres de l’alphabet des Grecs de Chalcis. Mais plusieurs lettres ne se rencontrent jamais dans les inscriptions étrusques. Le cas du ksi, en forme de croix de saint André, n’est, il est vrai, guère significatif : ce signe est inutile, puisqu’il transcrit non un phonème spécifique, mais un groupe de deux phonèmes, l’occlusive [k] et la sifflante [s]. Les Étrusques ont préféré user de deux signes et la lettre X n’a donc pas été utilisée dans l’écriture étrusque – sinon, nous le verrons, rarement et pour un emploi différent (notation de [s]). Mais d’autres absences sont plus importantes et répondent à la nature de la langue étrusque : celle-ci possédait, dans le domaine des voyelles d’arrière, une seule voyelle, le [u] et non le [o] : le O, présent dans l’alphabet, n’est jamais utilisé. Il en va de même pour le B et le D : les bêta et delta du modèle grec correspondent à des occlusives sonores, la labiale [b] et la dentale [d]. Or l’étrusque, s’il possédait pour les occlusives labiales, dentales et vélaires la série des sourdes [p], [t], [k] et celle des aspirées [ph], [th], [kh] (et avait donc les phonèmes répondant à ce qui était rendu par pi, tau, kappa – et à cette époque qoppa – et par phi, théta, khi), n’avait pas la série des sonores correspondantes, [b], [d], [g] : il était donc normal que l’écriture n’offre pas d’occurrences du B et du D (mais cela pose un problème pour le C, l’ancien gamma, qui est présent et sur lequel nous allons revenir). Par conséquent, si B, D, O figurent dans l’alphabet, ce sont des « lettres mortes », présentes dans la série théorique de l’alphabet mais non utilisées dans la pratique de l’écriture8.

6Cette aberration linguistique répond à un point fondamental dans toute transmission d’alphabet : le récepteur reçoit une série constituée, avec des lettres apprises dans un ordre déterminé. Cela a pour conséquence d’une part – ce que nous verrons pour la notation du [f] – la difficulté d’ajouter des lettres supplémentaires et que, quand on choisit de le faire, elles sont placées à la fin (comme c’est le cas pour le oméga du grec, ou les Y et Z de l’alphabet latin classique), pour éviter de bouleverser la série, d’autre part, on préfère conserver des lettres inutiles plutôt que modifier la séquence reçue et mémorisée. Cette question des « lettres mortes » se posait déjà au niveau du modèle chalcidien : cet alphabet « rouge », qui s’était doté d’un ksi en forme de croix de saint André dans les signes supplémentaires de la fin, avait néanmoins conservé le ksi placé entre le N et le O. Cette lettre, rendue par un signe en forme de fenêtre, qui n’a pas été utilisé par les Étrusques, ne l’avait pas davantage été par les Chalcidiens. Ils l’avaient cependant conservée dans leur série théorique : déjà là on avait affaire à un phénomène de transmission, puisqu’ils avaient maintenu à sa place le samekh du phénicien, qui avait d’autant moins d’utilité pour eux qu’ils s’étaient donné un nouveau signe, le X, pour rendre ce à quoi avait servi l’ancien samekh dans les alphabets « bleus ». Cela montre le conservatisme inhérent à tout processus de passage d’un alphabet d’une langue à une autre. Les besoins de la communication, donc l’adéquation phonologique de l’outil à la langue, ne sont pas seuls à entrer en jeu.

  • 9 On a proposé que le mot kacriqu, qui désigne le support de l’inscription dans le texte du cotyle Ju (...)
  • 10 Un tel système est même négatif, dans la mesure où il masque ce qui est important dans le fonctionn (...)

7L’alphabet étrusque offre un autre exemple du poids persistant du phénicien à travers son modèle grec. Celui-ci, comme l’ensemble des écritures grecques à cette époque, avait pour noter l’occlusive vélaire sourde [k] non seulement le kappa, le K, qui sera maintenu dans cet emploi par la suite, mais aussi le qoppa, qui donnera le Q de l’alphabet latin. Dans une langue sémitique comme le phénicien, cette dualité s’explique : cette langue possédait deux sortes de [k], un d’arrière, le qof (qui a donné le qoppa), un d’avant, le kaf (qui a donné le kappa). Ce n’était pas le cas du grec, qui possède un unique [k] : mais, au lieu de sacrifier l’une des deux lettres du modèle phénicien, ils les ont affectés à ce qui se rapprochait le plus dans leur langue du kaf et du qof, c’est-à-dire la coloration phonétique que prenait leur [k] selon qu’il était prononcé devant une voyelle d’avant ([e], [i]) ou un [a], ou devant une voyelle d’arrière ([o], [u]). Ce qui avait servi à noter des phonèmes différents servait dès lors à rendre les variétés phonétiques d’un même phonème, sans valeur phonologique. À leur tour les Étrusques ont reçu ce principe de distinction, qui était un raffinement inutile aussi pour eux : ils l’ont même aggravé puisqu’ils ont fait entrer dans le système l’ancien gamma, inutile pour eux avec sa valeur d’occlusive vélaire sonore. Au lieu de le garder comme « lettre morte » ainsi qu’ils le firent pour les bêta et delta, ils l’affectèrent à une troisième catégorie d’occlusives vélaires sourdes, à côté des K et Q – celles-ci recevant dès lors trois types de notation selon la variété phonétique dont elles relevaient, le C étant employé devant E et I, le K devant A, le Q devant U (à défaut du O, inexistant dans la langue)9. C’était là un luxe dont on pouvait se passer10 : aussi, de même que les écritures grecques abandonnèrent vite le qoppa, les Étrusques, au ve siècle av. J.-C. au plus tard, se débarrassèrent-ils de deux de ces trois lettres, le K étant choisi comme notation unique dans le Nord, le C dans le Sud.

8Ce sont là des problèmes de trop-plein, aboutissant au maintien, au moins pour un temps, de « lettres mortes » dans la série alphabétique ou à des résultats compliqués et non satisfaisants sur un plan phonologique, comme pour la triple notation de [k] par C, K, Q. Se posaient à l’inverse des problèmes de manque, puisque l’étrusque d’une part possédait un [f], qui n’existait alors pas en grec, d’autre part avait un système plus riche dans le domaine des sifflantes, où, alors que le grec avait la seule sifflante sourde [s], l’étrusque opposait une sifflante normale de type [s] à une sifflante marquée, probablement chuintante, [ś].

  • 11 Le même phénomène se produisit pour les alphabets dérivés de l’étrusque qui servirent à noter des l (...)

9Pour le [f], les Étrusques ne créèrent pas immédiatement de nouveau signe pour transcrire ce phonème inexistant en grec. Cela se produisit plus tard, au vie siècle av. J.-C., avec l’apparition d’une lettre de forme 8, qui prit place dans les alphabets réformés, débarrassés des « lettres mortes », en fin de série, place attendue pour une lettre supplémentaire. Mais dans un premier temps, les Étrusques eurent recours à une combinaison de deux lettres, le digramme FH, regroupant le F, c’est-à-dire le digamma du grec, qui rendait la semi-voyelle vélaire [w], et le H, qui à l’époque n’avait pas encore pris la valeur de héta, notation de la voyelle [e] sous sa forme longue, mais gardait sa valeur originelle de [h]. Là encore, cette solution allait être abandonnée11 : elle contrevenait au principe de base de l’écriture alphabétique, qui est qu’à un phonème corresponde une lettre.

10Pour les sifflantes, le problème était plus compliqué. Le grec possédait un seul phonème de cet ordre, le [s] que les Chalcidiens, comme la plupart des Grecs, rendaient par le sigma. Mais l’alphabet grec, dans sa partie commune héritée du phénicien, avait conservé une pluralité de signes notant des sifflantes, correspondant à la richesse de la langue phénicienne en phonèmes de cette catégorie. On y comptait quatre notations différentes de sifflantes : le zayin (qui a donné le zéta), le samekh (qui a donné le ksi des alphabets « bleus »), le shin (qui a donné le sigma) et un autre signe, en forme de M, placé entre le P et le Q, le tsade, qui fut utilisé dans certaines régions du monde grec pour rendre le [s] et qui a été appelé san. L’alphabet primitif possédait donc quatre lettres entrant dans cette catégorie, aux 7e, 15e, 18e et 21e places. Parmi elles, le zayin et le samekh reçurent une affectation spécifique : la première servit, dans toutes les écritures, à rendre le groupe consonantique occlusive dentale + sifflante et passa avec cette valeur [ts] en étrusque, la seconde soit disparut de l’usage pratique et bientôt de la série théorique des lettres (cas des alphabets « rouges », suivis sur ce point par l’étrusque), soit se vit affecter une valeur spécifique (cas des alphabets « bleus », qui l’utilisèrent comme ksi, c’est-à-dire pour noter la séquence [k + s]). Mais il restait le san et le sigma, le signe de forme M et le S, 18e et 21e lettres de l’alphabet. Comme les Grecs n’avaient besoin que d’une lettre pour leur unique [s], une seule pouvait être utilisée, quand bien même l’autre était maintenue comme « lettre morte ». La notation choisie pour [s] fut généralement le sigma, de rares écritures – comme celle de Corinthe – préférant le san.

  • 12 Pour Caeré, seul cas sur lequel on soit suffisamment documenté, c’est seulement au début de la troi (...)
  • 13 L’idée naturelle que le S ait été employé pour rendre la sifflante normale, le signe en croix pour (...)

11Mais la situation se présentait différemment pour les Étrusques. Leur langue possédait deux variétés de sifflantes, la sifflante sourde normale [s] et la sifflante marquée [ś]. Ils avaient donc de quoi utiliser les deux lettres, en affectant chacune d’entre elles à la notation d’un de leurs deux phonèmes de cette catégorie, aboutissant ainsi à une notation univoque et phonologiquement adéquate. C’est bien ce à quoi ils parvinrent : mais cela ne fut pas aussi simple qu’on aurait pu le penser. Déjà on assiste à deux modes de répartition entre le san et le sigma : si dans le Sud (et corrélativement en latin et en falisque) le S servit à noter la sifflante normale, [s], et le signe en forme de M celle marquée, [ś], cela fut l’inverse dans le Nord, où le signe de forme M rendit le [s], le S le [ś]. En outre, cette solution ne s’imposa pas immédiatement. La phase où on usa du S et du signe de forme M pour distinguer les deux phonèmes fut précédée, au moins dans le Sud, d’une phase d’indistinction graphique, où une seule lettre – le S – fut utilisée12. Et on eut recours à d’autres solutions que celle consistant à jouer sur la dualité du san et du sigma. On fit parfois appel au signe en forme de croix de saint André, qu’on rencontre, à la fin du viie ou au début du vie siècle av. J.-C. à Caeré et surtout à Véies : il ne fut pas alors utilisé comme ksi, et donc pour rendre une séquence [ks], mais comme notation de la sifflante simple13. Une autre solution fut adoptée à Caeré : à partir de la fin du vie siècle av. J.-C., on eut recours à deux variantes graphiques du sigma, celui à trois traits du type S, qui, dans ce secteur comme dans le reste de la zone méridionale, servit à noter [s], et la forme à quatre traits, Σ, sporadiquement utilisée jusque-là, mais qu’on réserva dès lors à la notation de [ś].

12Les graphies des sifflantes de l’étrusque montrent que ce ne sont pas seulement des considérations sur l’exactitude phonologique du rendement de la langue qui jouèrent, puisque le choix de tel ou tel signe ne fut pas lié à des considérations de cet ordre : au départ le S fut employé indifféremment pour rendre le [s] normal et le [ś] marqué et le recours au ksi se fit dans des mêmes conditions d’indifférence à la distinction [s]/[ś]. Les motivations ne peuvent avoir été simplement linguistiques : ceux qui eurent recours à ces formes particulières de graphies voulurent simplement se singulariser. Chez les Étrusques, l’écriture n’eut pas seulement eu un rôle linguistique, servant à permettre la communication : elle eut une fonction identitaire.

  • 14 Voir J. A. Bundgard, « Why did the art of writing spread to the West ? ». Sur les formes d’échanges (...)

13Mais il convient d’abord de préciser quel usage les Étrusques firent de l’écriture quand ils l’eurent acquise auprès des Grecs de Cumes. On crut à un certain moment que le but recherché avait été de faciliter les transactions : l’écriture aurait eu d’abord une fonction commerciale, celle d’accompagner et de dynamiser les échanges qui se développaient alors. Telle était du moins la réponse qu’un chercheur danois, J. A. Bundgard, donnait, en 1965, à la question qui lui fournissait le titre de son article : « Why did the art of writing spread to the West ? »14. Mais le matériel épigraphique étrusque le plus ancien ne confirme pas cette hypothèse : les premières inscriptions ne sont pas portées sur des objets ayant servi à des échanges de type commercial.

  • 15 On a calculé que ces inscriptions funéraires (celles rangées sous le numéro 1 dans la classificatio (...)
  • 16 Celles-ci se rencontrent à partir du la première moitié du vie siècle av. J.-C., avec le dépôt voti (...)

14Dans les plus anciens documents, on ne trouve effectivement pas de « marques commerciales », des inscriptions donnant des informations sur le contenu d’un vase ou sur les individus engagés dans la production ou la diffusion de l’objet ou de son contenu. On ne rencontre même pas encore ces inscriptions funéraires qui, plus tard, constitueront l’énorme majorité de notre documentation15, ni non plus d’inscriptions votives, portées sur des ex-votos déposés en offrande dans un sanctuaire16.

  • 17 Voir M. Cristofani, « Il dono nell’Etruria arcaica » (et « Iscrizioni e beni suntuari »), étude qui (...)
  • 18 Sur ce formulaire L. Agostiniani, Le « iscrizioni parlanti » dell’Italia antica, p. 198-209.
  • 19 Inscription de Vulci, Vc 3.1 dans H. Rix, Etruskische Texte ; fibule de Castelluccio, Cl 2.3. Le te (...)

15Il est en revanche une catégorie de documents caractéristique de la période la plus ancienne17 : des inscriptions de don, portées sur les objets de prix dont les princes de l’âge orientalisant se gratifiaient mutuellement et qu’on a trouvés dans les tombeaux fastueux qu’ils se faisaient élever. La société étrusque de l’époque, à l’instar de celle évoquée dans l’épopée homérique, mettait en effet en jeu tout un circuit de dons et de contre-dons par lesquels les puissants du temps marquaient leur place dominante. Les inscriptions qui accompagnent les objets ainsi offerts ne laissent pas de doute sur la fonction qu’ils remplissaient dans la société : le libellé relève du formulaire « parlant » de don, du type « untel m’a donné à untel », où l’objet est désigné par le pronom de première personne au cas-objet mini, dépendant d’un uerbum donandi comme muluvanice18. Certains de ces objets avaient d’ailleurs été fabriqués spécialement pour être offerts. C’est le cas d’une grande jarre de 675-650 av. J.-C., de Vulci, dont l’inscription mini muluvanice piana veleθnice (Piana Veleθnice m’a donné) fut réalisée en relief par l’artisan en même temps que le reste du décor. C’est le cas, encore plus remarquable, de la fibule en or de Castellucio di Pienza, objet remontant à 630 av. J.-C. environ, dont les lettres de l’inscription ont été réalisées par le même procédé de granulation que les autres motifs qui l’ornent. Le texte indique que ce bijou exceptionnel avait été offert par un Mamurke Tursikina à un Aranθ Velavsna19.

16Dans ces deux cas, c’est l’artisan qui a réalisé l’inscription. Mais, s’il l’a fait, c’est parce que le noble toscan qui lui avait commandé ce travail tenait à ce que l’objet fût inscrit, témoignât ainsi du don qui en avait été fait. Ce prince étrusque soulignait par là la valeur de l’écriture, dans le cadre social des relations entre membres de l’aristocratie : l’usage de l’écriture en était un élément important. Mais elle n’était pas assignée à une catégorie de scribes qui en usaient pour le compte de leurs seigneurs : ces seigneurs eux-mêmes s’affichaient comme maîtrisant eux-mêmes le nouvel outil de communication.

  • 20 Pour les abécédaires de Colle, Marsigliana d’Albegna, Viterbe, voir M. Pandolfini, A. L. Prosdocimi (...)

17Nous avons évoqué les abécédaires étrusques. Nous en possédons un grand nombre pour la période la plus ancienne de l’existence de l’écriture étrusque, les viie et vie siècles av. J.-C. Or ces abécédaires proviennent des tombes des aristocrates de l’époque orientalisante, et ils ont leur place dans l’étalage de luxe dont témoignait leur mobilier funéraire. Dans une tombe de Colle, près de Sienne, remontant au vie siècle av. J.-C., l’alphabet faisait partie du décor peint du monument. Ailleurs, il était porté sur des objets précieux, comme une tablette à écrire en ivoire – matériel d’importation de grand prix – pour l’exemplaire de Marsigliana d’Albegna, du troisième quart du viie siècle av. J.-C., ou bien un petit coq en bucchero, céramique de choix des Étrusques, se singularisant par sa forme originale, pour celui de Viterbe, de la fin du viie siècle av. J.-C.20

  • 21 Sur cet abécédaire, M. Pandolfini, A. L. Prosdocimi, Ibid., p. 24-26.
  • 22 Cette importance de l’écriture comme marqueur social se traduit par le fait qu’on trouve parfois da (...)
  • 23 Nous possédons un exemplaire, conservé au musée de Zagreb, de tels « livres de lin », dont le matér (...)
  • 24 L’abécédaire de Caeré comporte non seulement un alphabet, mais aussi des exercices de syllabation, (...)

18Ces abécédaires ne sont pas toujours des objets précieux. Celui de Formello est inscrit sur une amphore banale21. En fait, ce qui faisait la valeur de ces alphabets, c’est moins la qualité de leur support que le fait, tout simplement, qu’ils étaient des textes écrits, attestant de ce que le grand seigneur qui les avait emportés dans sa tombe savait lire et écrire. Il s’agissait de montrer qu’il maîtrisait l’art de l’écriture, encore tout nouveau à cette époque. C’est pourquoi on constate une forte insistance sur ce point22. À Marsigliana d’Albegna, l’abécédaire était porté sur une tablette à écrire, ce qui était un des supports habituels de l’écrit dans l’Italie de l’époque. Un autre support d’écriture alors utilisé était ce qu’on appelait des livres de lin : des tissus repliés sur eux-mêmes à la manière de nos cartes routières, sur lesquels on écrivait à l’encre23. Le flacon qui porte l’alphabet de Caeré devait être un encrier, destiné à l’écriture sur ces livres de lin. Ces princes étrusques montraient par là qu’ils savaient leurs lettres : ils n’hésitaient pas à étaler dans leur mobilier funéraire des objets liés à l’usage, voire l’apprentissage de l’écriture24.

  • 25 G. Bagnasco Gianni, constatant que des fusaïoles du viie, voire de la fin du viiie siècle av. J.-C. (...)

19Il est remarquable que ce soient les personnages les plus importants de la société étrusque qui témoignent de la sorte de leur maîtrise des lettres. Ils s’affirmaient donc lettrés – ce qui signifiait qu’ils connaissaient les lettres, qu’ils savaient user de l’alphabet, et les posait par là comme des individus cultivés, dotés d’une culture qui les distinguait du reste de leurs compatriotes, ce qui n’était pas négligeable dans une société encore très peu alphabétisée. Ces nobles étrusques tenaient donc à montrer qu’ils appartenaient à une élite sur le plan culturel autant que matériel ou social : leur prestige tenait non seulement à leur richesse ou à leur puissance, mais aussi à leur niveau intellectuel25.

  • 26 Voir L. H. Jeffery, The Local Scripts of Archaic Greece.
  • 27 Les inscriptions du temple de Portonaccio à Véies, au début du vie siècle av. J.-C., représentent u (...)

20Cette affirmation par l’écriture pouvait également donner lieu à l’élaboration d’une forme particulière de graphie, par laquelle le grand seigneur qui utilisait ainsi le nouvel outil de communication en faisait un signe de reconnaissance, un marqueur identitaire. Le rôle différentiel de l’écriture est un fait classique dans l’Antiquité : chaque cité grecque avait voulu se doter d’un système graphique bien à elle, différent de celui des autres cités26. Il en alla de même en Étrurie : nous avons signalé l’opposition générale des cités du Nord et de celles du Sud, recourant respectivement au K ou au C pour la notation de l’occlusive vélaire, au système S/signe de forme M ou au contraire au système inverse signe en forme de M/S pour rendre l’opposition des deux sifflantes, le [s] et le [ś]. À ce stade il s’agissait de choix à caractère politique, émanant de l’autorité publique et visant à souligner l’identité de la cité concernée. Mais à un stade antérieur, avant que la cité ne s’affirmât en tant que telle, les groupes familiaux s’exprimèrent ainsi par le truchement de l’écriture, celle-ci eut pour eux une fonction de marqueur identitaire27.

  • 28 Voir M. Pandolfini et A. L. Prosdocimi, dans Alfabetari, respectivement p. 29-32, 205-209.
  • 29 Les omissions des séries avec les « lettres mortes » sont normales. Le syllabaire renvoie à la prat (...)
  • 30 Ce type d’écriture ne recourait pas au qoppa : le signe qui est représenté à la dernière ligne du s (...)

21On peut analyser en ce sens les bizarreries du syllabaire qui accompagne l’abécédaire de Caeré – qu’on a trop facilement considérées comme des fautes28. Des fautes existent : l’absence de la série li, la, le, lu est due à une omission, sans plus29. Mais il n’en va pas de même pour celle de la série śi, śa, śe, śu : le signe en forme de M, présent dans l’abécédaire complet, ne devait pas être utilisé dans la pratique de l’écriture qu’il faut supposer derrière ce syllabaire. Il se serait confondu avec la forme particulière de N, avec un trait supplémentaire qui le faisait ressembler au san (et qui faisait système avec la lettre M elle aussi pourvue d’un trait supplémentaire et donc passant du mu à cinq traits de forme archaïque à une lettre à six traits), ce N à quatre traits étant présent (tout comme le M particulier à six traits) aussi bien dans l’abécédaire que dans les exercices de syllabation. Il faut en conclure que cette forme de l’écriture étrusque n’avait pas recours au san (pas plus qu’au ksi de type X également absent du syllabaire) et confondait probablement les deux variétés de sifflante, la marquée et la non-marquée, sous son unique sigma, seule lettre de cette catégorie à être présente dans le syllabaire (mais, notons-le, avec le type graphique Σ, variante rarement attestée à Caeré à date ancienne, avant qu’on lui affecte spécifiquement la notation de [ś]). Il en va de même pour l’absence du K : elle non plus n’a rien de fortuit. La première série syllabique est ci, ca, ce, cu : cela veut dire que la lettre C, l’ancien gamma (devenu en étrusque notation de la vélaire sourde [k] et non plus de la sonore [g]) était employé devant n’importe quelle voyelle. Autrement dit, l’écriture de ce document, en avance sur ce point par rapport à celle normalement en usage à Caeré au viie siècle av. J.-C., avait déjà abandonné le vieux système de notation du [k] par C, K, Q, au profit de la notation par la seule lettre C30.

  • 31 Comme le relève M. Pandolfini, on a peut-être une autre attestation, mais pas dans une véritable in (...)
  • 32 On notera néanmoins que le qoppa a en étrusque généralement une partie circulaire, au-dessus du tra (...)

22Ainsi, l’écriture dont ce syllabaire garde la trace avait fait des choix (recours à un sigma à quatre traits pour rendre la sifflante, qu’elle soit marquée ou non marquée, recours à C comme notation unique du [k]) qu’on ne retrouve pas dans les inscriptions du temps. On peut ajouter, s’agissant cette fois de la forme des lettres, que les graphies utilisées dans la partie syllabique (et qui parfois ne sont pas les mêmes que celles de l’alphabet complet), témoignent là aussi de choix originaux. Les M et N, auxquels on a ajouté un trait supplémentaire, ne se rencontrent nulle part ailleurs31. Le R est dessiné avec une forme P, qui est inversée (dans le syllabaire, pour les quatre syllabes ri, ra, re, ru, mais non dans l’alphabet complet) par rapport au sens de l’écriture : cela permettait d’éviter que ce R se confondît avec le P, assez fermé (et même totalement fermé pour le P de pi dans la série pi, pa, pe, pu) dans la graphie de ce document. Pour le digamma, le F de la série syllabique vi, va, vu, ve apparaît dépourvu de son petit trait inférieur (alors que dans l’alphabet complet la graphie est normale) : une fois de plus, il ne faut pas voir là une faute, mais une singularité de cette écriture. C’est le cas enfin pour le signe que nous interprétons comme phi (même s’il ressemble à un qoppa32) de la dernière ligne : la partie circulaire de ce phi est privée de la ligne qui la divisait en son milieu, lui donnant l’allure d’un gros cercle pourvu à sa base d’un petit segment vertical. Aucun phi de l’écriture étrusque n’a jamais eu cette forme : cela encore semble correspondre à la volonté exacerbée d’originalité graphique dont fait preuve ce document. Le haut personnage que cet encrier a accompagné dans sa tombe devait user de cette forme étrange de l’écriture étrusque : il marquait ainsi son identité et cette fois c’est au niveau d’un individu, ou plus probablement du groupe familial dont il faisait partie, que se manifestait la fonction identitaire de l’écriture. C’est encore un signe de l’importance que ces nobles étrusques attachaient à l’écriture et de la fonction de status-symbol qu’elle avait dans leur société, par-delà les informations qu’elle servait à transmettre.

Bibliographie

Agostiniani Luciano, Le « iscrizioni parlanti » dell’Italia antica, Florence, Leo S. Olschki (Biblioteca di « Studi Etruschi », 27), 1982.

Agostiniani Luciano, « Sull’etrusco della Stele di Lemno e su alcuni aspetti del consonantismo etrusco », Archivio Glottologico Italiano, vol. LXXI, 1986, p. 15-46.

Bagnasco Gianni Giovanna, Oggetti iscritti etruschi di epoca orientalizzante in Etruria, Florence, Leo S. Olschki (Biblioteca di « Studi Etruschi », 30), 1996.

Bagnasco Gianni Giovanna, L’etrusco dalla A alla 8. L’acquisizione della scrittura da parte degli Etruschi, Milan, Cooperativa Universitaria Editrice Milanese, 2000.

Bartonek Antonin, Buchner Giorgio, « Die ältesten griechischen Inschriften von Pithekoussai », Die Sprache, vol. XXXVII, 1997, p. 129-211.

Benelli Enrico, Iscrizioni etrusche, leggerele e capirle, Ancône, SACI edizioni (Manuali, 1), 2007.

Briquel Dominique, « Les inscriptions votives du sanctuaire de Portonaccio à Véies », dans Gleba Margarita et Becker Hilary (dir.), Votives, Places and Rituals in Etruscan Religion, Studies in Honor of Jean MacIntosh Turfa, Leyde-Boston, 2009, p. 43-67.

Bundgard Jens Andreas, « Why did the art of writing spread to the West ? Reflexions on the alphabet of Marsiliana », Analecta Romana Instituti Danici, vol. III, 1965, p. 11-65.

Colonna Giovanni, « Una nuova iscrizione etrusca del VII secolo e appunti sull’epigrafia ceretana dell’epoca », Mélanges de l’École Française de Rome, vol. LXXXII, 1970, p. 637-672.

Colonna Giovanni, Maras Daniele Federico, CIE, Corpus Inscriptionum Etruscarum, II, 1, 5, Inscriptiones Veiis et in agro Veientano, Nepesino Sutrioque repertae, Pise-Rome, Istituti editoriali e poligrafici internazionali, 2006.

Cristofani Mauro, « Appunti sull’epigrafia etrusca arcaica », Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, vol. II, XXXVIII, 1969, p. 100-104.

Cristofani Mauro, « Il dono nell’Etruria arcaica », Parola del Passato, vol. XXX, 1975, p. 132-152.

Cristofani Mauro, Gli Etruschi del mare, Milan, Longanesi & C. (Archeologia, 6), 1983 ; 2ème éd., 1989.

Cristofani Mauro, « Iscrizioni e beni suntuari », Opus, vol. III, n° 2, 1984, p. 319-324.

Cristofani Mauro, Martelli Marina, L’oro degli Etruschi, Novare, Istituto geografico De Agostini, 1983.

De Simone Carlo « I Tirreni a Lemnos : l’alfabeto », Studi Etruschi, vol. LX, 1994, p. 145-163.

Gaultier Françoise, Metzger Catherine (dir.), catalogue d’exposition Trésors antiques. Bijoux de la collection Campana, Paris, Musée du Louvre, 21 octobre 2005 – 16 janvier 2006, Paris, Musée du Louvre éditions, 5 Continents éditions, 2005.

Gras Michel, Trafics tyrrhéniens archaïques, Rome, École Française de Rome (Bibliothèque des Écoles Française d’Athènes et de Rome, 258), 1985.

Haack Marie-Laurence (dir.), Écritures, cultures, sociétés dans les nécropoles d’Italie ancienne. Table ronde des 14-15 décembre 2007, Mouvements et trajectoires dans les nécropoles d’Italie d’époque orientalisante, archaïque et hellénistique, ENS-Paris, Bordeaux, Ausonius éditions (Études, 23), 2009.

Heurgon Jacques, « Recherches sur la fibule d’or inscrite de Chiusi : la plus ancienne mention épigraphique du nom des Étrusques », Mélanges de l’École Française de Rome, LXXXIII, 1971, p. 9-28.

Jeffery Lilian Hamilton, The Local Scripts of Archaic Greece. A Study of the Origin of the Greek Alphabet and its Development from the Eighth to the Fifth Centuries B.C., Oxford, Clarendon Press (Oxford Monographs on Classical Archaeology), 1961 ; 2ème éd. avec Supplément par Johnston Alan W., 1990.

Lejeune Michel, « Sur les adaptations de l’alphabet étrusque aux langues indo-européennes d’Italie », Revue des Études Latines, vol. XXXV, 1957, p. 88-105.

Maras Daniele Federico, « Caratteri dell’epigrafia latina arcaica del Lazio meridionale », dans Drago Troccoli Luciana (dir.), Il Lazio dai Colli Albani ai Monti Lepini tra preistoria ed età moderna, Rome, Edizioni Quasar, 2009, p. 431-439.

Mauss Marcel, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », L’Année Sociologique, 1923-1924, p. 30-186.

Mele Alfonso, Il commercio greco arcaico. Prexis ed Emporie, Naples, Institut français de Naples (Cahiers du Centre Jean Bérard, 4), 1979.

Pandolfini Maristella, Prosdocimi Aldo Luigi, Alfabetari e insegnamento della scrittura in Etruria e nell’Italia antica, Florence, Leo S. Olschki (Biblioteca di « Studi Etruschi », 20), 1990.

Rix Helmut et alii, Etruskische Texte. Editio minor, Tübingen, Gunter Narr Verlag (ScriptOralia, 24), 1991, 2 vol. 

Scheid John, Svenbro Jesper, Le Métier de Zeus. Mythe du tissage et du tissu dans le monde gréco-romain, Paris, Éditions La Découverte, 1994 ; 2ème éd., Paris, Éditions Errance, 2003.

Annexes

Illustrations

Abécadaire de Marsiliana d’Albegna

Pandolfini Maristella et Prosdocimi Aldo Luigi, Alfabetari e insegnamento della scrittura in Etruria e nell’Italia antica, Florence, Leo S. Olschki (Biblioteca di « Studi Etruschi », 20), 1990.

Abécédaire et syllabaire de Caeré

Pandolfini Maristella et Prosdocimi Aldo Luigi, Alfabetari e insegnamento della scrittura in Etruria e nell’Italia antica, Florence, Leo S. Olschki (Biblioteca di « Studi Etruschi », 20), 1990.

Tableau des alphabets

Dominique , La civilisation étrusque, Fayard, 1999.

Notes

1 Sur les inscriptions de Pithécusses, A. Bartonek, G. Buchner, « Die ältesten Inschriften », p. 146-154 pour la « coupe de Nestor ».

2 Le texte (Ta 3.1 dans H. Rix, Etruskische Texte) se lit mi velelθus kacriqu numesiesi putes kraitiles θis putes. Le début, selon le formulaire des inscriptions dites « parlantes (Agostiniani 1982), signifie « je (suis) le kacriqu de Numesie ».

3 Nous n’aborderons pas ici le problème posé par un flacon de la nécropole d’Osteria dell’Osa, de 770 av. J.-C. environ, avec un texte de lecture et d’interprétation controversées (A. Bartonek, G. Buchner, « Die ältesten Inschriften », p. 204-205). Ce document est isolé chronologiquement et a été trouvé en zone latine, non étrusque.

4 En 1969, M. Cristofani (dans « Appunti sull’epigrafia ») signalait 82 inscriptions de provenance connue pour cette période ; G. Colonna en comptait une centaine, en incluant celles de provenance inconnue (« Una nuova iscrizione etrusca », p. 637-672) ; G. Bagnasco Gianni arrivait à 240 documents (L’etrusco dalla A alla 8, p. 53). Sur les inscriptions les plus anciennes, G. Bagnasco Gianni, Oggetti iscritti etruschi.

5 Données dans D. F. Maras, « Caratteri dell’epigrafia latina arcaica », p. 435.

6 Sur les formes diverses de l’écriture grecque, L. H. Jeffery, The Local Scripts of Archaic Greece.

7 Voir L. H. Jeffery, Ibid., p. 240-241, n° 18-23. Sur les huit abécédaires étrusques des viie et vie siècles av. J.-C. actuellement connus, voir M. Pandolfini, A. L. Prosdocimi, Alfabetari, p. 19-36, 90-93.

8 Voir M. Lejeune, « Sur les adaptations de l’alphabet étrusque ». Ces « lettres mortes » furent éliminées dans un second temps et, au vie siècle av. J.-C, apparaissent des alphabets réduits aux seuls signes effectivement utilisés. Sur ces alphabets, M. Pandolfini, A. L. Prosdocimi, Ibid., p. 36-89.

9 On a proposé que le mot kacriqu, qui désigne le support de l’inscription dans le texte du cotyle Jucker (voir plus haut, note 2), ait été formé à partir de cette règle. Voir G. Bagnasco Gianni, L’etrusco dalla A alla 8, p. 55-56.

10 Un tel système est même négatif, dans la mesure où il masque ce qui est important dans le fonctionnement de la langue, c’est-à-dire l’unité d’un paradigme à travers les formes flexionnelles, au profit d’un élément secondaire, non pertinent pour la langue, qui est l’environnement phonétique d’un phonème. Ainsi, passé en latin, le système aboutissait à ce que le verbe dicere, dire, au lieu de s’écrire avec le même thème dic-, devait être transcrit diq- dans dico ou dicunt, dic- dans dicis, dicit, dicimus, dicitis, dik- dans les formes du subjonctif dicam.

11 Le même phénomène se produisit pour les alphabets dérivés de l’étrusque qui servirent à noter des langues indo-européennes. Si les alphabets osque et ombrien, formés à partir de modèles étrusques qui avaient intégré le 8 dans leur série alphabétique, n’eurent qu’à utiliser ce signe, les alphabets latin et falisque, créés antérieurement à partir de modèles dépourvus de 8, réagirent de la même manière, en remplaçant le digramme FH par une lettre unique. Cela fut le F en latin, où cette lettre, ancien digamma notant [w], est devenue notre F, notant [f], et en falisque un signe nouveau, en forme de flèche dirigée vers le haut. Une autre écriture dérivée de l’étrusque, l’écriture vénète, resta fidèle à la vieille notation du [f] par le digramme FH. Sur ces questions, voir M. Lejeune, « Sur les adaptations de l’alphabet étrusque ».

12 Pour Caeré, seul cas sur lequel on soit suffisamment documenté, c’est seulement au début de la troisième et dernière des phases les plus anciennes de l’écriture de cette ville, donc vers 650 av. J.-C. que le signe en forme de M fait son apparition. Voir G. Colonna, « Una nuova iscrizione etrusca ».

13 L’idée naturelle que le S ait été employé pour rendre la sifflante normale, le signe en croix pour rendre la sifflante marquée (A. L. Prosdocimi dans M. Pandolfini, A. L. Prosdocimi Alfabetari, p. 213) ne correspond pas à son emploi. L’idée inverse que ce X ait servi alors à noter [s] et le S [ś] (L. Agostiniani, « Sull’etrusco della stele di Lemno », p. 26-27) ne paraît pas non plus vérifiable. Sur les graphies des sifflantes en étrusque, bonne synthèse de C. De Simone, « I Tirreni di Lemno », p. 150-157.

14 Voir J. A. Bundgard, « Why did the art of writing spread to the West ? ». Sur les formes d’échanges à époque ancienne, voir A. Mele, Il commercio greco arcaico, M. Cristofani, Gli Etruschi sul mare, p. 11-61, M. Gras, Trafics tyrrhéniens archaïques.

15 On a calculé que ces inscriptions funéraires (celles rangées sous le numéro 1 dans la classification de H. Rix, Etruskische Texte) représentent les trois quarts de la documentation. Sur les différentes catégories d’inscriptions attestées en Étrurie et dans le reste de l’Italie ancienne, M.-L. Haack, Écritures, cultures, sociétés.

16 Celles-ci se rencontrent à partir du la première moitié du vie siècle av. J.-C., avec le dépôt votif du temple du Portonaccio à Véies. Voir Rix, Etruskische Texte, Ve 3.1-44, G. Colonna, D. F. Maras, CIE 6397-6463. Nous avons étudié ces documents dans « Les inscriptions votives du sanctuaire de Portonaccio à Véies ».

17 Voir M. Cristofani, « Il dono nell’Etruria arcaica » (et « Iscrizioni e beni suntuari »), étude qui se réfère à l’Essai sur le don de M. Mauss.

18 Sur ce formulaire L. Agostiniani, Le « iscrizioni parlanti » dell’Italia antica, p. 198-209.

19 Inscription de Vulci, Vc 3.1 dans H. Rix, Etruskische Texte ; fibule de Castelluccio, Cl 2.3. Le texte se lit mi araθia velaveśnaś zamaθi mamurke mulvenike tursikina, ce qui se comprend comme « je (suis) l’objet en or d’Aranθ Velavesna, Mamurke Tursikina (m’)a donné ». Sur ce texte, J. Heurgon, « Recherches sur la fibule d’or inscrite de Chiusi », E. Benelli, Iscrizioni etrusche, n° 76, p. 188-190. Sur l’objet lui-même, M. Cristofani dans M. Cristofani, M. Martelli, L’oro degli Etruschi, n° 103, p. 282, F. Gaultier dans F. Gaultier, C. Metzger, Trésors antiques, p. 48, 51, 58, fig. 4.15-16, et catalogue II.8-9, p. 124-125.

20 Pour les abécédaires de Colle, Marsigliana d’Albegna, Viterbe, voir M. Pandolfini, A. L. Prosdocimi, Alfabetari, respectivement p. 34-36, 19-21, 22-23.

21 Sur cet abécédaire, M. Pandolfini, A. L. Prosdocimi, Ibid., p. 24-26.

22 Cette importance de l’écriture comme marqueur social se traduit par le fait qu’on trouve parfois dans les mobiliers funéraires des pseudo-inscriptions (par exemple celles portées sur deux ollae d’impasto de Tarquinia du milieu du viie siècle av. J.-C. ; voir G. Bagnasco Gianni, L’etrusco dalla A alla 8, fig. 3). Dans une société encore très peu alphabétisée, il était facile d’exhiber de fausses inscriptions en se faisant passer pour quelqu’un qui savait écrire.

23 Nous possédons un exemplaire, conservé au musée de Zagreb, de tels « livres de lin », dont le matériau, périssable, ne pouvait subsister dans les conditions climatiques de l’Italie. Il doit à un hasard étonnant de nous être parvenu : il avait été emporté en Égypte, où il avait fini par être découpé en bandes pour envelopper une momie. Le climat du pays a permis qu’il soit exceptionnellement préservé.

24 L’abécédaire de Caeré comporte non seulement un alphabet, mais aussi des exercices de syllabation, ci, ca, cu, ce, vi, va, vu, ve, hi, ha, hu, he.

25 G. Bagnasco Gianni, constatant que des fusaïoles du viie, voire de la fin du viiie siècle av. J.-C., présentes dans des tombes féminines, portaient des lettres inscrites, a suggéré que les femmes aient joué un rôle particulier dans la diffusion de l’écriture (L’etrusco dalla A alla 8, p. 64-81). Cette proposition suggestive, fondée sur les analogies entre tissage et écritures mises en avant pour la Grèce dans J. Scheid, J. Svenbro, Le métier de Zeus, ne peut rester qu’une hypothèse : les inscriptions proprement dites qui nous sont parvenues relèvent toutes d’un usage masculin.

26 Voir L. H. Jeffery, The Local Scripts of Archaic Greece.

27 Les inscriptions du temple de Portonaccio à Véies, au début du vie siècle av. J.-C., représentent un stade intermédiaire où un type particulier d’écriture aurait été choisi non pas encore par la cité et ses pouvoirs publics, sans doute embryonnaires à l’époque, mais dans le cadre du sanctuaire où on les a retrouvées. Elles témoignent de choix graphiques particuliers (recours au signe en croix comme notation de la sifflante, application du système d’interponction syllabique – qui n’aura guère de succès dans le monde étrusque, mais passera chez les Vénètes qui en feront un principe de base de leur écriture).

28 Voir M. Pandolfini et A. L. Prosdocimi, dans Alfabetari, respectivement p. 29-32, 205-209.

29 Les omissions des séries avec les « lettres mortes » sont normales. Le syllabaire renvoie à la pratique effective de l’écriture.

30 Ce type d’écriture ne recourait pas au qoppa : le signe qui est représenté à la dernière ligne du syllabaire, entre la série χi, χa, χu, χe et celle ti, ta, tu, (t)e doit être un phi et non un qoppa (dans ce sens A. L. Prosdocimi, dans M. Pandolfini, A. L. Prosdocimi, Alfabetari, p. 207). La série ci, ce, ca, cu exclut le Q autant que le K. Par ailleurs, nous sommes vers la fin de la série alphabétique, ce signe est associé au T et au chi : une lettre phi est attendue ici, non le qoppa, qui aurait eu sa place ailleurs dans la séquence. Il faut sans doute admettre une inversion de l’ordre des trois dernières lettres, puisqu’on aurait alors chi, phi, T et non T, phi, chi, mais quelles qu’en aient été les raisons, cela nous paraît moins difficile à admettre que le transfert indu d’un Q de la place qui aurait été normalement la sienne, avant le R et le S.

31 Comme le relève M. Pandolfini, on a peut-être une autre attestation, mais pas dans une véritable inscription : les signes qui sont portés sur une oenochoé d’impasto de Caeré correspondent à ces M et N particuliers et l’auteur de ce graffite, connaissant ces lettres de type exceptionnel, a pu justement les choisir comme marque pour cette raison (M. Pandolfini, A. L. Prosdocimi, Ibid., p. 30, n. 99).

32 On notera néanmoins que le qoppa a en étrusque généralement une partie circulaire, au-dessus du trait vertical dont elle est pourvue à la base, de petite taille, ce qui n’est pas le cas ici. Ce phi – si on accepte cette identification – est alors différent de celui de l’alphabet complet ; mais des distorsions existent pour les F et R, pour lesquels l’alphabet n’offre pas les formes spéciales présentes dans le syllabaire.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access