Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écriture et communication

 | 
Dominique Briquel
, 
Françoise Briquel Chatonnet

L’écriture d'une autre langue

L’introduction de l'écriture cunéiforme chez les Hittites au iie millénaire av. J.-C.

Olga Popova

Résumé

L'akkadien, langue sémitique parlée et écrite en Mésopotamie et en Syrie au IIe millénaire av. J.-C., était noté sur tablette d'argile au moyen de l’écriture cunéiforme, un système syllabique qui s'accordait bien à la structure de cette langue. Vers le milieu du xviie siècle av. J.-C., le système cunéiforme fut emprunté par les Hittites, peuple indo-européen installé en Anatolie centrale, pour noter leur propre langue. Dans cet article, nous montrons comment les Hittites ont adapté l’écriture cunéiforme élaborée pour noter une langue sémitique à l’écriture de leur propre langue indo-européenne dont la phonologie et la structure des mots étaient différentes.

Texte intégral

  • 1 J.-J. Glassner, Écrire à Sumer. L’invention du cunéiforme ; P. Bordreuil, F. Briquel-Chatonnet et C (...)
  • 2 Par exemple, le signe pour le mot sumérien KA « bouche » commence aussi à être employé pour sa vale (...)

1L’écriture cunéiforme apparaît à Sumer, vers la fin du IVe millénaire, pour noter la langue sumérienne. Les documents les plus anciens ont été écrits en Mésopotamie du Sud, à Uruk, vers 3400-3200 av. J.-C1. On appelle l’écriture de cette époque le « proto-cunéiforme », un système pictographique où les signes représentent des images. Au IIIe millénaire, les signes prennent la forme de clous, ce qui est lié au support et aux outils de l’écriture, car on écrivait sur des tablettes d’argile avec un stylet en roseau que l’on appelle « calame ». Il s’agit d’une schématisation de l’écriture. À partir de ce moment-là, on parle d’écriture « cunéiforme » proprement dit (du lat. cuneus « coin, clou »). À l’origine, il s’agissait d’une écriture logogrammatique où un signe signifiait un mot. Avec l’évolution de l’écriture, pour pouvoir montrer les relations grammaticales entre les mots, le système devient logo-syllabique. C’est-à-dire qu’un signe pouvait signifier désormais non seulement un mot, mais aussi une syllabe. La transformation était d’autant plus facile que les mots sumériens étaient souvent monosyllabiques2.

  • 3 On n’a pas encore réussi à relier la langue sumérienne à une des familles des langues connues (D.O. (...)

2Quelques siècles plus tard, ce système d’écriture a été emprunté par les Akkadiens et a été adapté pour noter leur langue, qui était une langue sémitique, tandis que le sumérien ne l’était pas3. Le versant syllabique de l’écriture a été encore plus développé, et désormais l’écriture cunéiforme syllabique s’accordait bien à la structure de l’akkadien. La langue akkadienne et l’écriture cunéiforme se sont diffusées dans toute la Mésopotamie et en Syrie à la fin du iiie millénaire av. J.-C.

  • 4 M. Weeden, Hittite Logograms and Hittite Scholarship, p. 57-80 ; Th. van den Hout, « The rise and f (...)
  • 5 K. Hecker, « Zur Herkunft der hethitischen Keilschrift », p. 303. La langue des lettres des marchan (...)
  • 6 Ce que l’on voit par les plus anciens textes composés en Anatolie, tels que Le texte d’Anitta (E. N (...)

3Vers le milieu du xviie siècle av. J.-C., au moment de la formation d’un royaume hittite unifié, le système cunéiforme fut emprunté par les Hittites, peuple indo-européen installé en Anatolie centrale, pour noter leur propre langue. La source et le moment exacts de l’emprunt de l’écriture cunéiforme par les Hittites ne sont pas encore connus avec certitude4. En effet, dès le début du IIe millénaire (ca. 1950), les marchands assyriens venus en Anatolie depuis Aššur, ramènent avec leur langue, l’assyrien, l’écriture cunéiforme5 qui était employée non seulement par les marchands eux-mêmes mais aussi par les roitelets locaux6. Pourtant on ne considère pas les colonies de marchands assyriens comme la source du cunéiforme pour les Hittites, car leur écriture diffère de l’écriture des grands corpus hittites du point de vue paléographique (forme des signes) et orthographique (choix des signes).

  • 7 Th. van den Hout, « The Ductus of the Alalah VII texts and the Origin of Hittite Cuneiform ».
  • 8 Le site de Tell Atçana a été découvert par L. Woolley en 1936 qui le fouilla jusqu’en 1949 (le rapp (...)

4Les scribes hittites utilisent la version paléo-babylonienne de l’écriture cunéiforme. Une autre théorie affirme que le roi hittite Hattušili I (ca.1650-1600) aurait ramené des scribes syriens à Hattuša, la capitale du royaume hittite, au retour de ses conquêtes en Syrie du Nord7. Ces scribes auraient alors formé la première école scribale à Hattuša et auraient adapté, eux-mêmes ou leurs élèves, l’écriture syllabique cunéiforme à la langue hittite. En effet, l’inventaire des signes du syllabaire hittite est proche de celui du corpus d’Alalah niveau VII, une ville de Syrie du Nord (site de Tell Açana, actuellement au sud de la Turquie)8, conquise par Hattušili. Mais il n’est pas encore certain que ce soit précisément cette école scribale qui ait servi de source pour le cunéiforme hittite.

  • 9 D’autres sites ont procuré également des tablettes : Maşa, Höyük, Ortaköy, Kuşaklı, Tell Açana, Mes (...)

5Dans tous les cas, les scribes amenés à Hattuša pour adapter l’écriture syllabique cunéiforme à la langue hittite ont dû surmonter plusieurs difficultés liées au fait que la phonologie et la structure des mots d’une langue indo-européenne (le hittite) diffèrent fortement de celles de l’akkadien, une langue sémitique. De nombreux textes hittites (environ 30 000) trouvés surtout à Boghazköy (Hattuša)9 et datés des xviie-xiiie siècles av. J.-C. permettent de voir comment ils ont réussi dans cette entreprise. Il s’agit de textes de genres très divers : lois, textes religieux, textes de magie, hymnes, prières, mythes, textes historiques, lettres, traités, listes lexicales, textes de la pratique (documents administratifs et actes juridiques).

  • 10 La datation est donnée selon la « chronologie moyenne ».
  • 11 Cette classification traditionnelle est devenue discutable suite à des travaux de Th. van den Hout.
  • 12 Pour le statut et les particularités linguistiques de la langue louvite, voir I. Yakubovich, Sociol (...)

6La langue hittite devient la langue officielle du royaume hittite dès son apparition au xviie siècle av. J.-C. Il faut tenir compte du fait que le cunéiforme a continué son évolution au sein du monde hittite et que l’on distingue traditionnellement trois stades de la langue et de l’écriture10 : le vieil-hittite (xviie-xvie siècles av. J.-C.), le moyen-hittite (xve-xive siècles av. J.-C.) qui est la suite de l’évolution du premier, et le hittite impérial (xive - xiiie siècles av. J.-C.) où l’on ressent l’influence du hourrite11. Pendant la période impériale, l’écriture devient très codifiée, car vers le xiiie siècle av. J.-C. même si la langue hittite garde son statut d’une langue officielle du royaume et est employée dans les documents administratifs, c’est le louvite qui commence à être utilisé comme langue de la vie quotidienne12.

7Ainsi, l’écriture cunéiforme a été inventée par les Sumériens, puis élaborée et adaptée par les Akkadiens pour noter leur propre langue. Les Hittites qui peuplent le territoire de l’Anatolie empruntent cette écriture vers le xviie siècle av. J.-C., quand apparaît chez eux un pouvoir centralisé. Ils le font probablement aussi parce que cette écriture ainsi que la langue akkadienne ont à ce moment-là un grand prestige en Mésopotamie et en Syrie. Les scribes adaptent alors cette écriture à la langue hittite, devenue langue officielle du royaume.

8De quelle manière les Hittites ont-ils adapté l’écriture cunéiforme élaborée pour noter une langue sémitique à l’écriture de leur propre langue indo-européenne ? Dans cet article, nous présenterons d’abord le système d’écriture cunéiforme en montrant en quoi il convient à une langue sémitique ; nous présenterons ensuite les difficultés qu’ont dû surmonter les scribes en adaptant cette écriture à une langue indo-européenne (le hittite), et enfin nous évoquerons d’autres exemples d’adaptation du cunéiforme aux langues indo-européennes.

Un système de l’écriture convenant à une langue sémitique.

  • 13 Les ouvrages de référence comportant la classification et les listes des signes sont R. Labat, Manu (...)

9Le syllabaire de l’écriture cunéiforme se compose de signes représentés par une configuration d’un ou de plusieurs clous. Dans le cunéiforme akkadien qui compte à peu près 600 signes, les mots sont le plus souvent écrits en syllabes13. Mais parfois des scribes ont recours à l’utilisation des sumérogrammes (un signe signifie une notion), qui étaient pourtant lues en akkadien. Les sumérogrammes sont parfois suivis de compléments phonétiques akkadiens indiquant la forme grammaticale des mots. Ces 600 signes ne sont jamais utilisés en même temps. Chaque corpus a son propre syllabaire, un assortiment de signes utilisés régulièrement. Les premiers syllabaires akkadiens ont moins de signes, cependant, avec le temps, le cunéiforme évolue, utilisé par différentes populations parlant la même langue, l’akkadien. Chaque population choisit donc des signes, ajoute d’autres signes et d’autres valeurs phonétiques. Apparaissent par la suite l’homophonie, c’est-à-dire que plusieurs signes peuvent avoir la même valeur phonétique (ce qui est indiqué par des accents ou des chiffres souscrits dans les translittérations), ou au contraire la polysémie, c’est-à-dire qu’un signe a plusieurs lectures (phonétiques ou logogrammatiques) que l’on comprend en fonction du contexte.

  • 14 R. Labat, Manuel d’épigraphie akkadienne, p. 18-20.

10Les signes cunéiformes d’un système classique logo-syllabique se divisent en trois catégories : les logogrammes (un signe signifie un mot dans la langue cible, il s’agit pour l’akkadien des sumérogrammes) ; les syllabogrammes (un signe représente une syllabe, c’est-à-dire qu’il s’agit de signes phonétiques) et les déterminatifs (les signes qui ne sont pas prononcés mais qui indiquent des catégories sémantiques de mots auxquels ils s’ajoutent graphiquement)14. L’akkadien était noté surtout à l’aide des signes syllabiques. Il existe quatre types de signes : V (voyelle), CV (consonne+voyelle), VC (voyelle+consonne) et CVC (consonne+voyelle+consonne). Presque tous les signes syllabiques avaient une valeur logogrammatique (ce qui s’explique par l’histoire de l’invention du système).

  • 15 J. Huehnergard, A Grammar of Akkadian, p. 3.
  • 16 N. Kouwenberg, « Akkadian in general », p. 335-338.

11L’akkadien était une langue sémitique. Les mots dans les langues sémitiques se construisent sur la base de racines consonantiques qui comportent le plus souvent trois consonnes (on parle de racines trilitères). Ces consonnes se suivent dans un ordre fixe. Chaque racine véhicule un sens fondamental et la vocalisation d’une racine consonantique sert à l’actualiser, c’est-à-dire à former à partir d’une même racine des verbes et des substantifs qui sont fléchis ensuite par la vocalisation, la préfixation, l’infixation, la suffixation et le redoublement interne. Ainsi à partir de la racine RKB qui comporte une idée de chevauchement, on peut former, avec la vocalisation a… ā un infinitif rakābum « chevaucher », avec la vocalisation ā… i un participe rākibum « celui qui chevauche, cavalier » etc. L’écriture syllabique cunéiforme convenait donc à la langue akkadienne car chaque syllabe n’a qu’une seule voyelle et aucune syllabe en akkadien ne peut commencer ni se terminer par deux consonnes15. Donc avec la combinaison des signes V, CV, VC et CVC il était possible de rendre presque16 toutes les particularités grammaticales et phonétiques de la langue akkadienne.

12Ainsi le système d’écriture cunéiforme a été bien adapté au cours des siècles par les populations akkadophones, qui l’ont transformé selon les régions en augmentant le nombre de signes syllabiques et en créant ainsi les signes homophones et polysémiques. C’est dans l’un de ces états que l’écriture cunéiforme a été empruntée par les Hittites au xviie siècle av. J.-C. pour l’adapter à leur propre langue. Leur démarche n’était pas sans difficultés et les résultats de leur entreprise posent toujours certains problèmes d’interprétation.

L’adaptation du cunéiforme à la langue hittite

13Le hittite étant une langue morte, l’accès à la phonologie et à la morphologie de la langue passe par la grille des conventions que les anciens scribes employaient en utilisant le syllabaire cunéiforme, ainsi que par comparaison avec d’autres langues indo-européennes.

  • 17 Th. van den Hout, « The Ductus of the Alalah VII texts and the Origin of Hittite Cuneiform ». Les d (...)
  • 18 L’idée développée dans Th. van den Hout, « The Ductus of the Alalah VII texts and the Origin of Hit (...)

14L’inventaire des signes qu’utilisent les scribes qui écrivaient le hittite ressemble à celui qui était utilisé par les populations akkadophones dont les archives ont été retrouvées à Alalah du niveau VII. L’une des théories considère donc que les scribes akkadiens ont été ramenés depuis cette région de Syrie du Nord par Hattušili I, jusqu’à Hattuša17. Le lien et le moment exact de l’emprunt de l’écriture cunéiforme par les Hittites restent pourtant discutables. L’écriture aurait pu être emprunté au tout début du iie millénaire18.

  • 19 Ch. Rüster et E. Neu, Hethitisches Zeichenlexikon.
  • 20 L’utilisation des logogrammes dans les textes hittites a été étudiée dans M. Weeden, Hittite Logogr (...)
  • 21 Par exemple, les scribes employaient souvent la négation akkadienne UL au lieu de natta hittite, ou (...)

15Les Hittites utilisent les mêmes types de signes que les Akkadiens : logogrammes et syllabogrammes. Il s’agit d’un syllabaire d’à peu près 370 signes19. Les logogrammes dans les textes hittites sont de deux natures : les sumérogrammes20 (souvent un signe signifie un mot) et les akkadogrammes21 (souvent une combinaison de signes). Les sumérogrammes sont employés avec des désinences grammaticales tandis que les akkadogrammes les indiquent souvent eux-mêmes. On peut parfois avoir deux désinences, une akkadienne et une hittite. Par exemple, pour le mot « dieu » (DINGIR en sumérien, ILUM en akkadien et šiuniš en hittite), il est possible d’avoir une graphie DINGIR-LIM-ni (DINGIR sumérien + la fin de l’akkadien ILIM « dieu » au cas oblique + la terminaison du dat.-loc. du hittite šiuni). Les idéogrammes étaient lus dans la plupart des cas en hittite, ce qui apparaît par l’emploi de désinences. Pourtant cette coutume d’utiliser des idéogrammes pose actuellement un problème aux chercheurs. Pour certains mots qui étaient toujours écrits avec des sumérogrammes et n’étaient jamais rendus en écriture syllabique, on ne connaît toujours pas leur lecture en hittite. Pourtant, il s’agit parfois des mots du vocabulaire de base comme DUMU « fils », MUNUS « femme », ÌR « esclave » etc. Concernant les syllabogrammes, il s’agit des mêmes types de signes que ceux utilisés pour noter l’akkadien : V, CV, VC, CVC.

16Les difficultés de l’adaptation de l’écriture cunéiforme à la langue hittite sont surtout liées à la différence de la structure des mots et de la phonologie du hittite, une langue indo-européenne, et de l’akkadien, une langue sémitique.

  • 22 Les voyelles épenthétiques étaient probablement prononcées car on a parfois l’écriture de type CV-V (...)
  • 23 J. Huehnergard, A Grammar of Akkadian, p. 59-60.
  • 24 A. Kassian et I. Yakubovich, « The Reflexes of IE Initial Clusters in Hittite ».
  • 25 J. Friedrich, Hethitisches Elementarbuch, p. 48-49.

17Une des principales difficultés provient du fait que le cunéiforme qu’empruntent les Hittites n’a pas de signes pour des consonnes sans voyelles. Il est donc impossible pour le cunéiforme de rendre les séquences consonantiques de deux ou trois consonnes en positions initiale et finale ainsi que les séquences de trois consonnes à l’intérieur d’un mot. Pourtant la présence de séquences consonantiques est courante dans les langues indo-européennes, contrairement aux langues sémitiques. Ainsi, pour résoudre cet inconvénient et rendre par écrit des séquences consonantiques, les scribes hittites utilisent des voyelles épenthétiques et prothétiques, qui étaient présentes graphiquement mais qui n’étaient pas toujours prononcées22. Ce phénomène était déjà attesté en phonologie akkadienne (dans les règles relatives à l’état construit23 : voyelle située à l’intérieur ou après une séquence consonantique qu’elle vocalisait pour la rendre prononçable, et donc transcriptible en système syllabique cunéiforme). Pour le hittite, il s’agit donc souvent de prothèse pour les séquences avec la deuxième occlusive (IE*k(w)sp-ent- « nuit » est rendu graphiquement comme iš-pa-an-t.), et d’épynthèse pour les séquences avec la première occlusive (IE*tri- « trois » est rendu comme te-ri-)24. Les Hittites insèrent essentiellement ces voyelles graphiques dans des positions normalement interdites par les règles du cunéiforme : par exemple, la séquence -VC-VC n’étant acceptable en cunéiforme classique qu’en cas de graphie morphologique, son apparition en hittite dans la graphie li-in-ik pour *link 2Sg.imper. du verbe link- « jurer » montrait qu’il s’agissait d’une voyelle purement graphique25.

18En ce qui concerne les inventaires des phonèmes hittites et akkadiens, leurs différences sont manifestes :

  • 26 M. Streck, « Babylonian and Assyrian », p. 361 ; N. Kouwenberg, « The Proto-Semitic gutturals in Ol (...)

19Consonnes akkadiennes (paléo-babyloniennes)26 :

  • 27 La question des consonnes sibilantes est assez compliquée pour le paléo-babylonien, on considère le (...)

Occlusives

Affriquées

Fricatives

Sonantes

Sourdes

Emphatiques

Sonores

Labiales

p

b

w m

Dentales

t

d

ṣ z s27

l n

Alvéolaires

š

r

Palatales

y

Vélaires

k

ḳ (q)

g

x <ḫ>

Laringales

ˀ

20Consonnes hittites :

  • 28 L’opposition /ts :/ et /ts/ n’est pas évidente graphiquement. Si le phonème /ts/ existait, son util (...)

Occlusives

Affriquées

Fricatives

Sonantes

Fortes

Faibles

Fortes

Faibles

Fortes

Faibles

Labiales

p :

p

w m : m

Dentales

t :

t

ts :

(ts)28

s :

s

l : l n : n

Alvéolaires

r : r

Palatales

y

Vélaires

k : k : w

k kw

x : <ḫ>

x : w <ḫw>

x <ḫ>

xw <ḫw>

    • 29 C. Melchert, Anatolian Historical Phonology, p. 16-18 (avec la présentation de différentes opinions (...)

    le hittite n’a pas de consonnes emphatiques (/ṭ/, /ḳ/) ; pour désigner l’opposition des consonnes occlusives en hittite, on parle plutôt d’opposition entre les consonnes fortes et faibles et non pas sourdes et sonores29 ;

  • la série des sifflantes qui est représentée en akkadien par des phonèmes /z/, /s/, /ṣ/ et /š/, ne comporte en hittite que des dentales affriquées (/ts/, /ts :/) et des dentales fricatives (/s/, /s :/) ;

    • 30 Voir A. Westenholz, « The Phoneme /o/ in Akkadian », pour l’akkadien. L’opposition /u/ - /o/ pour l (...)

    les deux langues ont le même inventaire de voyelles : a, ā, e, ē, i, ī, u, ū ; quant à l’existence du phonème /o/ en hittite, la question reste ouverte30.

  • 31 Pour les tentatives de trouver les régularités, voir les travaux d’A. Kloekhorst.
  • 32 E. Sturtevant, Comparative Grammar of the Hittite Language, p. 66-67.

21Les scribes hittites en mettant leur langue par écrit, devaient résoudre ces différences phonétiques entre les deux langues. Deux séries de signes CV pour les occlusives (sourdes et sonores) sont mélangées par écrit, elles sont parfois interchangeables, parfois employés selon des règles d’orthographe (pour certains mots, par convention, sont toujours employés les mêmes signes, par exemple, les formes du verbe dai- « poser » sont toujours écrites avec le signe DA). De plus, même si les consonnes emphatiques n’existent pas en hittite, les signes sont gardés et sont mélangés également avec les signes qui notent des sourdes et des sonores. Pour l’instant, il n’existe pas d’étude statistique convaincante pour que l’on puisse parler d’un système réglant leur emploi31. L’opposition phonétique de deux séries d’occlusives (fortes et faibles) est rendue, par contre, dans la position intervocalique, par redoublement graphique des consonnes32.

  • 33 Voir L. Kogan, « Reconstructing Proto-Semitic and Models of Classification », p. 67 pour la logique (...)

22Concernant la série des sifflantes, les scribes ne gardent que les signes de série Š pour marquer leur phonème /s/ et de série Z pour marquer leur phonème /ts/33. On observe ici une réduction du syllabaire akkadien lors de l’adaptation de l’écriture. Une des innovations des scribes hittites concerne les ligatures avec le signe WA qui pouvait être employé pour /wa/, /we/,/wi/,/wu/ en cunéiforme babylonien, mais n’avait qu’une seule vocalisation en /a/ en hittite.

  • 34 H. Hoffner et C. Melchert, A Grammar of the Hittite Language, p. 22.

23Les scribes hittites introduisent les ligatures avec d’autres voyelles que l’on note dans la transcription avec une voyelle souscrite : waa wee wii wuu wuú34.

  • 35 M. Weeden, Hittite Logograms and Hittite Scholarship, p. 2.

24Aux premiers stades de l’écriture cunéiforme chez les Hittites, on observe une tendance à remplacer les valeurs CVC par les constructions de type CV-VC. Mais avec le temps, les signes de type CVC réapparaissent, et certains apparaissent avec une nouvelle vocalisation : par exemple, pít pour le signe BAD. Certains sumérogrammes prennent des valeurs phonétiques en hittite : par exemple, à partir du moyen-hittite le sumérogramme GEŠTIN reçoit une valeur phonétique wi5par acrophonie (wiyan(a)- « vin »). Il faut noter quand même que le hittite était résistant à l’apparition de nouvelles valeurs syllabiques pour les mêmes signes par comparaison à d’autres syllabaires contemporains en Babylonie35.

25On observe donc des accommodations réalisées par les scribes lors de l’adaptation de l’écriture d’une langue sémitique à leur propre langue qui en différait fortement, et on comprend ainsi les transformations qu’a subies l’écriture cunéiforme sur le territoire de l’Anatolie. L’inventaire des signes a été réduit, ce qui est lié en partie à une différence phonologique. Les scribes ont inventé des astuces pour noter les séquences consonantiques par l’introduction des voyelles épenthétiques et prothétiques, et pour rendre l’opposition entre des consonnes occlusives fortes et faibles dans la position intervocalique par le redoublement graphique des consonnes. Ils ont introduit également de nouvelles ligatures et de nouvelles valeurs phonétiques.

Les parallèles plus tardifs de l’adaptation du cunéiforme aux langues indo-européennes

  • 36 Les noms propres iraniens sur le territoire de la Babylonie sont étudiés par R. Zadok, Iranische Pe (...)

26Cet exemple est le cas d’adaptation du cunéiforme à une langue indo-européenne le plus ancien, mais il n’est pas le seul. Les scribes ont eu à plusieurs reprises à résoudre le problème des différences linguistiques. Ainsi au Ier millénaire av. J.-C., avec la conquête de la Babylonie par l’empire achéménide en 539 av. J.-C., les scribes babyloniens ont dû transcrire des noms propres iraniens qui apparaissent en Babylonie36. Ensuite, avec l’arrivée d’Alexandre le Grand après 331 av. J.-C., quand débute l’époque hellénistique avec l’implantation de la culture et de la langue grecques, ils ont dû transcrire des noms propres et des notions grecs.

  • 37 Ces langues ont été notées sur les supports périssables (papyrus, peaux des animaux etc) qui ne nou (...)
  • 38 A. Sachs, « The Latest Datable Cuneiform Tablet ».

27La majorité des textes produits en Babylonie à cette époque fut d’abord rédigée en araméen(après la conquête par l’empire assyrien des royaumes araméens, cette langue remplaça petit à petit l’akkadien) et en grec par la suite37. Les sources cunéiformes datant de cette époque retrouvées en Babylonie sont tout de même nombreuses, mais elles restent spécifiques : l’écriture cunéiforme n’étant utilisée que par les notables babyloniens pour leurs besoins particuliers. La quantité et la diversité de cette documentation diminuent avec le temps aux époques hellénistique et parthe. La tablette la plus récente retrouvée date de 75 après J-C.38

  • 39 Les noms propres grecs utilisés sur le territoire de la Babylonie au ier millénaire ont été étudiés (...)

28Les lettrés suméro-akkadiens, avec l’arrivée des conquérants perses et grecs, ont été amenés à transcrire un nombre croissant de noms perses et grecs en écriture cunéiforme. Ces transcriptions étaient plutôt phonétiques, le premier souci des scribes était de rendre le plus fidèlement possible la prononciation. En témoigne une grande variabilité dans les manières de transcrire les noms perses et grecs. On observe tout de même progressivement une relative uniformisation des graphies. Nous présentons ici, à titre d’exemple, quelques règles de transcription des noms propres grecs, qui sont cependant loin d’être systématiques39 :

    • 40 A l’exception de /p/, car il n’y a pas d’emphatique labiale en akkadien. Le phonème /p/ était rendu (...)
    • 41 Il faut noter qu’il y a des exceptions à cette règle.

    les consonnes occlusives : les consonnes sourdes grecques ont été rendues par des emphatiques akkadiennes40, les consonnes aspirées grecques par des sourdes akkadiennes, les sonores par les sonores : métron (μέτρον « mesure ») ma-ṭi-ur-nu (CT 49 123 f.6), Nikanôr (Νικάνωρ) mni-i-qa-nu-ru (VS 15 47 r.30) ; graphè (γραφή « action légale ») kur-ra-pe-e (OECT 9 42 f.5) ; diagramma (διάγραμμα « ordonnance ») di-ˀa-gi-ra-am (NCTU 01 r.34)41.

    • 42 Digamma était rendu par la série M qui à l’époque néo-babylonienne rend également le son [w] dans c (...)

    il est intéressant de remarquer que dans certains cas, dans l’écriture cunéiforme, nous observons la présence de digamma (ϝ), phonème grec prononcé qui n’apparaissait plus dans la graphie alphabétique, mais qui était parfois rendu en cunéiforme42 : Nikolaos (Νικόλα(ϝ)ος) mni-iq-qu-ú-la-mu-ú-su (BRM 2 48 f.8).

  • le problème des séquences consonantiques était résolu par les scribes de l’époque séleucide de la même façon que par les Hittites, à l’aide d’épenthèse ou de prothèse. Par exemple, prostatès (προστάτης « président ») était orthographié comme pu-ru-su-tat-te-su (McEwan 1981b txt. AB 247 f.4). Dans le cas d’une séquence de trois consonnes, soit une des consonnes était omise, soit deux voyelles étaient introduites : Stratôn (Στράτων) mis-ra-tu-nu (BIN 2 136 f.16) / Stratonikè (Στρατονίκη) fas-ta-ar-ta-ni-iq-qú (5 R66 ii 26).

  • pour rendre le o grec, c’est la voyelle u qui est utilisée : Képhalôn (Κεφάλων) mqé-ep-lu-ú-’u (BRM 2 55 f.17).

  • 43 J. Monerie, D'Alexandre à Zôilos.

29Il se produit également une akkadisation des nouveaux mots. Ainsi, lorsque le mot statères apparaît avec la réalité des pièces de monnaie grecques, il est écrit comme is-ta-termeš avec la désinence sumérienne du pluriel. Plus tard, on trouve la forme istaterānu (c’est-à-dire avec la terminaison du pluriel akkadien)43. On voit donc que les Babyloniens forment à partir des termes grecs un terme propre à la langue akkadienne.

  • 44 L’ensemble est édité dans M. Geller, « The last wedge ». Il s’agit probablement du iie -ier siècle (...)

30En ce qui concerne les relations entre le grec et l’akkadien, il est intéressant de voir des documents inverses où l’akkadien est transcrit en alphabet grec. La transcription de l’akkadien en écriture alphabétique grecque était beaucoup plus aisée que l’inverse. On a un corpus de plusieurs tablettes d’argile désignées sous nom de Graeco-Babyoniaca qui présentent des textes en akkadien et sumérien notés en alphabet grec et parfois accompagnés de leur équivalent en cunéiforme44.

31Avec l’adaptation du cunéiforme aux langues indo-européennes, nous voyons que dans le cas des Hittites et des Néo-Babyloniens, chacun fait cette adaptation de son côté. Il s’agit en effet de millénaires différents, mais les scribes affrontent les mêmes difficultés : séquences consonantiques et un autre système phonologique. Leur première tâche était de rendre la prononciation la plus proche possible, c’est ensuite seulement qu’apparaît l’orthographe plus ou moins codifiée dans les deux cas.

32Le cas de l’emprunt de l’écriture syllabique cunéiforme par les Hittites est l'un des plus anciens connus et des mieux documentés de l’adaptation de l’écriture élaborée d’une langue pour en noter une autre. Les scribes ont dû faire un grand travail pour adapter le cunéiforme à une langue indo-européenne, et ont dû élaborer par la suite beaucoup de conventions. Par comparaison avec l’exemple du grec au ier millénaire, on voit que les problèmes essentiels surmontés par les scribes hittites sont liés aux particularités des langues indo-européennes : des groupes consonantiques et des différences des systèmes phonologiques. Il est manifeste, avec le hittite, qu’une fois le système de l’écriture emprunté, commence un processus d’adaptation qui transforme en partie le système pour le rendre optimal pour la langue. Dans les premiers temps de l’adaptation, plus le système de l’écriture est inadapté à la langue qui l’emprunte, plus les transcriptions ont tendance à varier en fonction des scribes, jusqu’au moment de normalisation où l’écriture devient plutôt conventionnelle, ce qui était le cas en hittite.

33L’écriture syllabique cunéiforme n’était probablement pas le meilleur choix pour noter une langue indo-européenne, le hittite, c’est pourtant elle qui a été adaptée par les rois du royaume hittite en Anatolie. Il est intéressant de voir qu’il existe des exemples plus actuels de ce processus dans la même région. De la même manière qu’au début du iie millénaire av. J.-C. les Hittites adopte une écriture cunéiforme et l’impose comme l’écriture administrative, en 1928, Mustafa Kemal Atatürk promulgue une réforme linguistique en remplaçant l'alphabet arabe, alors en usage sous l'Empire ottoman pour transcrire le turc, par un alphabet dérivé de l'alphabet latin. L’Anatolie est donc vraiment un territoire qui essaie d’être à la pointe de la mode des écritures en usage, et qui n’a pas peur de devoir surmonter les problèmes des différences entre l’écriture et la langue.

Bibliographie

Beckman Gary, Hittite Diplomatic Texts, 2e éd., Atlanta, Scholars Press, 1999.

Balkan Kemal, Letter of King Anum-hirbi of Mama to King Warshama of Kanish, Ankara, Turk Tarih Kurumu Basimevi, 1957.

Bordreuil Pierre, Briquel-Chatonnet Françoise et Michel Cécile (dir.), Les débuts de l’Histoire. Civilisations et cultures du Proche-Orient Ancien, Paris, Éditions Khéops, 2014.

Borger Rykle, Mesopotamisches Zeichenlexikon, Münster, Ugarit Verlag (AOAT 305), 2004.

Dietrich Manfred et Loretz Oswald « Alalah-Texte der Schicht VII (I). Historische und juristische Documente », Ugarit-Forschungen 36, 2004, p. 43-150.

Dietrich Manfred et Loretz Oswald, « Alalah-Texte der Schicht VII (II). Schuldtexte, Vermerke und Sonstiges », Ugarit-Forschungen 37, 2005, p. 241-314.

Dietrich Manfred et Loretz Oswald, « Alalah-Texte der Schicht VII (III). Die Listen der Gruppen ATaB 40, ATaB 42, ATaB 43 und ATaB 44 », Ugarit-Forschungen 38, 2006, p. 87-137.

Edzard Dietz O., Sumerian Grammar, Leyde, Brill, 2003.

Geller Markham, « The last wedge », Zeitschrift für Assyriologie 87, 1997, p. 43-95.

Glassner Jean-Jacques, Écrire à Sumer. L’invention du cunéiforme, Paris, Seuil, 2000.

Friedrich Johannes, Hethitisches Elementarbuch, 2e éd., Heidelberg, Winter, 1960.

Hawkins David J., « Scripts and Texts », dans Melchert H. Craig (dir.), The Luwians, Leyde, Brill, 2003, p. 128-169.

Hecker Karl, Grammatik der Kültepe-Texte, Rome, Pontificium Institutum Biblicum (Analecta Orientalia 44), 1968.

Hecker Karl, « Zur Herkunft der hethitischen Keilschrift », dans Owen David et Wilhelm Gernot (dir.), Richard F.S. Starr memorial volume, Bethesda, Eisenbrauns (Studies on the Civilization and Culture of Nuzi and the Hurrians, 8), 1996, p. 291-303.

Hoffmann Inge, Der Erlaß Telipinus, Heidelberg, Winter, 1984.

Hoffner Harry A. et Melchert H.Craig, A Grammar of the Hittite Language, Winona Lake, Indiana, Eisenbrauns, 2008.

Hout Theo (van den), « The rise and fall of Cuneiform Script in Hittite Anatolia », dans Woods Christopher (dir.), Visible language inventions of writing in the ancient middle east and beyond, Chicago, The Oriental Institute of the University of Chicago, 2010, p. 99-106.

Hout Theo (van den), « The Ductus of the Alalah VII texts and the Origin of Hittite Cuneiform », dans Devecchi (dir.), Paleography and Scribal Practices in Syro-Palestine and Anatolia in the Late Bronze Age, Leyde, Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, 2012, p. 147-170.

Huehnergard John, A Grammar of Akkadian, 3e éd., Winona Lake, Eisenbrauns, 2011.

Imparati Fiorella et Saporetti Claudio, « L’autobiographia di Hattušili I », Studi Classici e Orientali 14, 1964, p. 40-85.

Kassian Alexei, « Фонема /о/ в хеттском языке ? », Индоевропейское языкознание и классическая филология - X, Saint-Pétersbourg, Nauka, 2006, p. 114-123.

Kassian Alexei et Yakubovich Ilya, « The Reflexes of IE Initial Clusters in Hittite », dans Shevoroshkin Vitaly et Sidwell Paul J. (dir.), Anatolian Languages, Canberra, 2002, p. 10-48.

Klinger Jorg, « Wer lehrte die Hethitern das Schreiben ? », dans Alp Sedat et Süel Aygül (dir.), Acts of the IIIrd International Congress of Hittitology, Ankara, Aralik, 1998, p. 365-375.

Kloekhorst Alwin, « Initial Stops in Hittite (with an excurs on the spelling of stops in Alalah Akkadian) », Zeitschrift für Assyriologie 100, 2010, p. 197-241.

Kloekhorst Alwin, « The Signs TA and DA in Old Hittite : Evidence for a Phonetic Difference », Altorientalische Forschungen 40 (1), 2013, p. 125-141.

Kogan Leonid, « Reconstructing Proto-Semitic and Models of Classification », dans Weninger Stafan (dir.), The Semitic Languages. An International Handbook, (Handbooks of Linguistics and Communication Science 36), Berlin, de Gruyter / Mouton, 2011, p. 54-151.

Kouwenberg Norbert, « The Proto-Semitic gutturals in Old Assyrian », dans Deutscher Guy et Kouzenberg Norbert J. C. (dir.), The Akkadian Language in its Semitic Context, Leyde, 2006, p. 150-176.

Kouwenberg Norbert, « Akkadian in general », dans Weninger Stafan (dir.), The Semitic Languages. An International Handbook, (Handbooks of Linguistics and Communication Science 36), Berlin, de Gruyter Mouton, 2011, p. 330-340.

Labat René et Malbran-Labat Florence, Manuel d’épigraphie akkadienne (Signes, Syllabaire, Idéogrammes), Paris, Geuthner, 1994.

Melchert H.Craig, Anatolian Historical Phonology, Amsterdam-Atlanta, Rodopi, 1994.

Michel Cécile, Correspondance des marchands de Kaniš au début du iie millénaire av. J.-C., Paris, Éditions du Cerf, 2001.

Michalowski Piotr, « Sumerian », The Cambridge Encyclopedia of the World’s Ancient Languages, Cambridge, 2004, p. 22.

Monerie Julien, D'Alexandre à Zôilos. Dictionnaire prosopographique des porteurs de nom grec dans les sources cunéiformes, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, Oriens et Occidens 23, 2014.

Neu Erich, Der Anitta-Text. Wiesbaden, Harrassowitz Verlag (StBoT 18), 1974.

Rüster Christel et Neu Erich, Hethitisches Zeichenlexikon. Wiesbaden, Harrassowitz Verlag (StBoT Bh 2), 1989.

Sachs Abraham, « The Latest Datable Cuneiform Tablet », dans Eichler Barry (dir.), Kramer Aniversary Volume : cuneiform studies on honor of Samuel Noah Kramer, Neukirchen-Vluyn, Neukirchener Verlag (AOAT 25), 1976, p. 379-398.

Streck Michael, « Sibilants in the Old Babylonian Texts of Hammurapi and of the Govenors in Qaṭṭunān », dans Deutscher Guy et Kouzenberg Norbert J.C. (dir.), The Akkadian Language in its Semitic Context, Leyde, 2006, p. 215-251.

Streck Michael, « Babylonian and Assyrian », dans Weninger Stafan (dir.), The Semitic Languages. An International Handbook, (Handbooks of Linguistics and Communication Science 36), Berlin, de Gruyter Mouton, 2011, p. 359-396.

Sturtevant Edgar, Comparative Grammar of the Hittite Language, New Haven, Yale University Press, 1933.

Weeden Mark, Hittite Logograms and Hittite Scholarship, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag (StBoT 54), 2011.

Westenholz Aage, « The Phoneme /o/ in Akkadian », Zeitschrift für Assyriologie 81, 1991, p. 10-19.

Wiseman Donald, The Alalakh Tablets, London, The British Institute of Archaeology at Ankara, 1953.

Woolley Leonard, Alalakh : An Account of the Excavations at Tell Atchana in the Hatay, 1937-1949, Oxford, University Press for the Society of Antiquaries, 1955.

Yakubovich Ilya, Sociolinguistics of the Luvian Language, Leiden, Brill, 2010.

Zadok Ran, Iranische Personennamen in der neu- und spätbabylonischen Nebenüberlieferung. Iranisches Personennamenbuch 7/1B, Vienne, Oesterreichische Akademie der Wissenschaften (SÖAW 777), 2009.

Zeeb Frank, Die Palastwirtschaft in Altsyrien nach den spätaltbabylonischen Getreidelieferlisten aus Alalah (Schicht VII), Münster, Ugarit Verlag (AOAT 282), 2001.

Notes

1 J.-J. Glassner, Écrire à Sumer. L’invention du cunéiforme ; P. Bordreuil, F. Briquel-Chatonnet et C. Michel, Les débuts de l’Histoire. Civilisations et cultures du Proche-Orient Ancien, p. 266-296.

2 Par exemple, le signe pour le mot sumérien KA « bouche » commence aussi à être employé pour sa valeur phonétique comme une syllabe /ka/.

3 On n’a pas encore réussi à relier la langue sumérienne à une des familles des langues connues (D.O. Edzard, Sumerian Grammar, p. 2 et P. Michalowski, « Sumerian », p. 22). La grammaire de référence de la langue est D.O. Edzard, Sumerian Grammar.

4 M. Weeden, Hittite Logograms and Hittite Scholarship, p. 57-80 ; Th. van den Hout, « The rise and fall of Cuneiform Script in Hittite Anatolia », p. 99-106 ; Th. van den Hout, « The Ductus of the Alalah VII texts and the Origin of Hittite Cuneiform », p. 147 ; J. Klinger, « Wer lehrte die Hethitern das Schreiben ? », p. 365-375.

5 K. Hecker, « Zur Herkunft der hethitischen Keilschrift », p. 303. La langue des lettres des marchands assyriens est étudiée par K. Hecker, Grammatik der Kültepe-Texte ; traduction des textes : C. Michel, Correspondance des marchands de Kaniš au début du iie millénaire av. J.-C.

6 Ce que l’on voit par les plus anciens textes composés en Anatolie, tels que Le texte d’Anitta (E. Neu, Der Anitta-Text), un document écrit en langue hittite, ou La lettre d’Anum-hirbi (K. Balkan, Letter of King Anum-hirbi of Mama to King Warshama of Kanish) qui n’est pas un document hittite mais une lettre du roi du pays de Mama au prince de Kaniš, c’est-à-dire un document appartenant aux précurseurs des Hittites sur le territoire de l’Anatolie, rédigée en langue et en écriture paléo-assyriennes.

7 Th. van den Hout, « The Ductus of the Alalah VII texts and the Origin of Hittite Cuneiform ».

8 Le site de Tell Atçana a été découvert par L. Woolley en 1936 qui le fouilla jusqu’en 1949 (le rapport final a été fait en 1955 : L. Woolley, Alalakh : An Account of the Excavations at Tell Atchana in the Hatay, 1937-1949). Alalah de niveau VII se rapporte à la fin du xviiie-début xviie siècles av. J.-C. Les textes trouvés dans ce niveau datent du début du xviie av. J.-C. selon la chronologie moyenne. Les textes d’Alalah VII ont été édités en copie et en translittération par D. Wiseman (édition princeps), F. Zeeb, M. Dietrich et O. Loretz.

9 D’autres sites ont procuré également des tablettes : Maşa, Höyük, Ortaköy, Kuşaklı, Tell Açana, Meskene, Ras Shamra, Tell Amarna etc.

10 La datation est donnée selon la « chronologie moyenne ».

11 Cette classification traditionnelle est devenue discutable suite à des travaux de Th. van den Hout.

12 Pour le statut et les particularités linguistiques de la langue louvite, voir I. Yakubovich, Sociolinguistics of the Luvian Language. La description détaillée de l’écriture louvite hiéroglyphique développée au cours du xve siècle av. J.-C. : D. Hawkins, « Scripts and Texts ».

13 Les ouvrages de référence comportant la classification et les listes des signes sont R. Labat, Manuel d’épigraphie akkadienne et R. Borger, Mesopotamisches Zeichenlexikon.

14 R. Labat, Manuel d’épigraphie akkadienne, p. 18-20.

15 J. Huehnergard, A Grammar of Akkadian, p. 3.

16 N. Kouwenberg, « Akkadian in general », p. 335-338.

17 Th. van den Hout, « The Ductus of the Alalah VII texts and the Origin of Hittite Cuneiform ». Les documents d’Alalah VII s’arrêtent au moment de la première campagne syrienne du roi hittite Hattušili I qui détruit Alalah, ce qui marque la fin du niveau VII. Cet événement est relaté dans l’Autobiographie de Hattušili rédigée en hittite et en akkadien et trouvée à Boghazköy (F. Imparati et C. Saporetti, « L’autobiographia di Hattušili I ») et est évoqué dans l’édit de Télipinu (I. Hoffmann, Der Erlaß Telipinus) et dans le prologue historique du traité entre Muwattali II et Talmi-Šarruma d’Alep (G. Beckman, Hittite Diplomatic Texts, p. 93-95).

18 L’idée développée dans Th. van den Hout, « The Ductus of the Alalah VII texts and the Origin of Hittite Cuneiform ».

19 Ch. Rüster et E. Neu, Hethitisches Zeichenlexikon.

20 L’utilisation des logogrammes dans les textes hittites a été étudiée dans M. Weeden, Hittite Logograms and Hittite Scholarship.

21 Par exemple, les scribes employaient souvent la négation akkadienne UL au lieu de natta hittite, ou BELU(M) « seigneur » pour le išha- hittite.

22 Les voyelles épenthétiques étaient probablement prononcées car on a parfois l’écriture de type CV-V- (A. Kassian et I. Yakubovich, « The Reflexes of IE Initial Clusters in Hittite », p. 31).

23 J. Huehnergard, A Grammar of Akkadian, p. 59-60.

24 A. Kassian et I. Yakubovich, « The Reflexes of IE Initial Clusters in Hittite ».

25 J. Friedrich, Hethitisches Elementarbuch, p. 48-49.

26 M. Streck, « Babylonian and Assyrian », p. 361 ; N. Kouwenberg, « The Proto-Semitic gutturals in Old Assyrian ».

27 La question des consonnes sibilantes est assez compliquée pour le paléo-babylonien, on considère les trois phonèmes /ṣ/,/z/ et /s/ comme étant affriqués. M. Streck, « Sibilants in the Old Babylonian Texts of Hammurapi and of the Govenors in Qaṭṭunān » ; L. Kogan, « Reconstructing Proto-Semitic and Models of Classification », p. 85-89. Les quatre séries de signes sont quand même utilisées pour leur notation.

28 L’opposition /ts :/ et /ts/ n’est pas évidente graphiquement. Si le phonème /ts/ existait, son utilisation était limitée par un petit nombre de mots d’origine étrangère (A. Kassian et A. Sideltzev, « Hittite », p. 36).

29 C. Melchert, Anatolian Historical Phonology, p. 16-18 (avec la présentation de différentes opinions sur la nature phonétique des consonnes occlusives hittites).

30 Voir A. Westenholz, « The Phoneme /o/ in Akkadian », pour l’akkadien. L’opposition /u/ - /o/ pour le hittite n’est pas encore prouvée, on la suppose par analogie avec le hourrite, en supposant la graphie ú pour /u/ et u pour /o/. Voir plus en détails A. Kassian, « Фонема /о/ в хеттском языке ? », (qui pense pourtant que la graphie hittite ne donne pas suffisamment de preuves pour postuler le phonème /o/ pour le hittite).

31 Pour les tentatives de trouver les régularités, voir les travaux d’A. Kloekhorst.

32 E. Sturtevant, Comparative Grammar of the Hittite Language, p. 66-67.

33 Voir L. Kogan, « Reconstructing Proto-Semitic and Models of Classification », p. 67 pour la logique d’utilisation de la série Z pour le phonème hittite /ts/.

34 H. Hoffner et C. Melchert, A Grammar of the Hittite Language, p. 22.

35 M. Weeden, Hittite Logograms and Hittite Scholarship, p. 2.

36 Les noms propres iraniens sur le territoire de la Babylonie sont étudiés par R. Zadok, Iranische Personennamen in der neu- und spätbabylonischen Nebenüberlieferung.

37 Ces langues ont été notées sur les supports périssables (papyrus, peaux des animaux etc) qui ne nous sont pas parvenus, contrairement aux tablettes d’argile.

38 A. Sachs, « The Latest Datable Cuneiform Tablet ».

39 Les noms propres grecs utilisés sur le territoire de la Babylonie au ier millénaire ont été étudiés dans J. Monerie, D'Alexandre à Zôilos. Dictionnaire prosopographique des porteurs de nom grec dans les sources cunéiformes. Les exemples présentés dans cet article sont tirés de cet ouvrage.

40 A l’exception de /p/, car il n’y a pas d’emphatique labiale en akkadien. Le phonème /p/ était rendu par les signes de série P (comme le phonème aspiré /ph/).

41 Il faut noter qu’il y a des exceptions à cette règle.

42 Digamma était rendu par la série M qui à l’époque néo-babylonienne rend également le son [w] dans certaines positions.

43 J. Monerie, D'Alexandre à Zôilos.

44 L’ensemble est édité dans M. Geller, « The last wedge ». Il s’agit probablement du iie -ier siècle av. J.-C.

Auteur

Doctorante en histoire ancienne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041, ArScAn, HAROC

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access