Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écriture et communication

 | 
Dominique Briquel
, 
Françoise Briquel Chatonnet

Comment reproduire le langage oral à l’écrit ?

La graphie des Psaumes en béarnais, « archaïque » ou « phonétique » ?

Jean Lafitte

Résumé

En 1583, le pasteur béarnais Arnaud de Salette publie Los psalmes de David en rima bernesa que lui avait commandés Jeanne d’Albret, la reine de Navarre.

Le mouvement occitaniste a cru pouvoir constater « la filiation directe qui unit le système graphique du gascon moderne [graphie médiévale des langues d’oc propagée par l’Institut d’études occitanes] à celui de Salette (a final atone, o pour représenter le son [ou] français, u dans les diphtongues…) ».

Cette appréciation trop rapide ne résiste pas pourtant à une mise de l’œuvre en situation et à la lecture sans idées préconçues de son Advertissement liminaire ; on peut voir au contraire dans Salette un praticien d’une écriture « phonétique », soucieux avant tout de faciliter une prononciation correcte du Béarnais à des confrères venus de France ou de Genève et sans doute de leur éviter l’ironie facile des fidèles à l’égard de ces estrangès.

Texte intégral

Préambule

  • 1 J. Lafitte, Situation sociolinguistique et écriture du gascon aujourd’hui, t. I, p. 107-115 et t. I (...)
  • 2 A. de Salette, Los psalmes de David metuts en rima bernesa, R. Darrigrand éd., 2010.

1Cet article a pour origine une étude intégrée à ma thèse de doctorat1 ; j’ai pu l’enrichir grâce à l’excellente édition critique des Psalmes de Salette par Robert Darrigrand2 et son texte. Un document qu’il m’a aimablement communiqué sur simple demande ; encore un grand merci !

L’œuvre de Salette et sa réception

  • 3 R. Darrigrand (Coord.), Arnaud de Salette et son temps – Le Béarn sous Jeanne d’Albret, Actes du co (...)

2Le pasteur protestant béarnais Arnaud de Salette (vers 1540-après 1583) est célèbre pour son adaptation béarnaise du Psautier français de Genève, imprimée à Orthez en 1583. Certains traits de la graphie de ces Psalmes ont donné à croire aux occitanistes béarnais de l’association Per noste que Salette était le précurseur de la graphie « classique » de l’I.E.O. Ce fut sans doute une des raisons de l’organisation d’un important colloque sur Salette en 1983, pour les 400 ans de l’édition princeps. Ses actes3 sont une mine d’informations. On y apprend que cette adaptation des Psaumes avait été commandée à Salette en 1568 par la reine de Navarre Jeanne d’Albret : la population rurale devait pouvoir chanter les Psaumes dans sa langue, alors que la noblesse et la bourgeoisie urbaine pratiquaient déjà suffisamment le français pour user sans problème du Psautier français. L’œuvre était achevée en 1571 ; la reine mourut en 1572 laissant le trône à son fils Henri III de Navarre, le futur Henri IV de France ; mais il fallut encore attendre onze ans pour que les Psalmes fussent imprimés.

  • 4 V. Lespy, Grammaire béarnaise, 1ère éd., 1858.
  • 5 A. Chandebaige, Ung Flouquetot coelhut hens los Psalmes de David metutz en rima bernesa per Arnaud (...)
  • 6 Celui-ci est notre maître, S. Palay, « Arnaud de Salettes », 1923.

3Une chose est certaine, on n’a pas d’écrit postérieur qui ait adopté les choix orthographiques de Salette et l’œuvre ne fut pas rééditée. On doit attendre semble-t-il la première édition de la Grammaire béarnaise de Lespy4 (1858) pour la voir citée ; et les 100 premiers psaumes sont réédités en deux fois (1878 et 1880), par « Amédée Chandebaige », pseudonyme de l’abbé J. Bidache5. En 1923, Simin Palay, qui venait d’être élu Capdau (président) de l’Escole Gastoû Febus, publiait sur ce poète un article qui débutait ainsi » Aquéste qu’ey lou nouste mèste »6 ; et de déplorer le fait que son œuvre fût alors inaccessible.

  • 7 R. Darrigrand, « Les Psaumes en langue Béarnaise au xvie Siècle », 1969, p. 4.

4Il faut sauter à 1969 pour trouver dans la revue Per Noste un premier article de Robert Darrigrand qui présente l’œuvre de Salette et notamment sa graphie. On y lit « que les principales règles de l’orthographe classique normalisée se trouvent déjà dans le texte d’Arnaud de Salettes »7. R. Darrigrand reviendra sur cette idée dans l’Introduction à une édition de ces Psalmes transcrits en graphie occitane, qu’il réalisera pour le 4e centenaire en 1983 ; il y parle de :

  • 8 A. de Salette, Los Psalmes de David metuts en rima bernesa 1583 - Edicion navèra per Robèrt Darrigr (...)

« La filiation directe qui unit le système graphique du gascon moderne à celui de Salette (a final atone, o pour représenter le son [ou] français, u dans les diphtongues…) »8

5C’est cette « filiation » que je mets ici en doute.

L’Advertissement liminaire : à qui s’adresse-t-il ?

6La clé de cette étude est l’Advertissement de quatre pages et demie que Salette a placé en tête de son œuvre et que j’ai scrupuleusement reproduit (et traduit) en Annexe. Rédigé en béarnais, mais expliquant par le français la prononciation de l’écrit et par le latin sa signification, il interroge d’emblée sur l’identité de l’« ami Lecteur » à qui il s’adresse d’évidence. Ce lecteur sait lire et comprend le béarnais, mais ne le maîtrise pas ; il possède également le latin mieux que le béarnais ; ce n’est donc pas un Béarnais. Il ne pouvait s’agir que des pasteurs, confrères de l’auteur, venus de France ou de Genève porter la Réforme aux Béarnais, alors que, pour écarté qu’il fût de toute liturgie protestante, le latin restait pour tous la langue savante.

Qu’a-t-il en vue ?

  • 9 M. Grosclaude, « Remarques sur l’orthographe des “Psalmes de David metuts en rima bernesa” d’Arnaud (...)
  • 10 M. Grosclaude, La Gascogne - Témoignages sur deux mille ans d’Histoire, p. 100.

7Michel Grosclaude doit être l’auteur qui s’est le plus exprimé sur la portée de cet Advertissement, mais en des termes quelque peu contradictoires parfois. Il y voit « une tentative explicite de fixation orthographique et la première en ce qui concerne le Béarn » ; mais deux pages plus loin, Salette « ne se voit pas […] comme un novateur qui légiférerait pour donner une orthographe à une langue qui n’en aurait pas encore. Point du tout : il expose au lecteur des règles d’orthographe déjà existantes, selon lui. Tout au plus, a-t-il le sentiment de les préciser et de les systématiser »9, opinion reprise deux ans après : « … il expose les règles orthographiques qu’il a suivies »10.

8Or l’« orthographe », c’est l’écriture « droite », correcte ; ses règles disent comment écrire, alors que dès le premier alinéa, Salette déclare sans ambages qu’il écrit pour que l’Ami lecteur « ne commette point d’erreur en lisant ou en chantant les Psaumes » : c’est donc avant tout un guide de lecture. Qu’on en juge par l’importance relative des parties qu’on peut y déterminer, déduction faite du court alinéa introductif :

  • 62,2 % pour la prononciation, dont 58,5 % pour les seules voyelles et diphtongues et 3,7 % pour la consonne h, muette ou aspirée (A-2) ; le fait même que le h soit seul traité, et bien im­parfaitement, montre que Salette n’a pas prétendu rédiger un traité de lecture du béarnais ;

  • l’écriture n’a droit qu’à 10,9 %, et encore, 7 % traitent de la non écriture des consonnes finales amuies, et 3,9 % du seul pronom vous également noté bous, sans règle fixe ;

  • les 26,9 % restant ne traitent ni d’écriture ni de lecture, mais expliquent les pronoms qui perdent leur voyelle et se joignent au mot qui les précède et de y qui se joint de même.

Sur la forme : quelques pages improvisées

9Quant à la forme, c’est un ensemble de notes, réunies sans grand ordre ; quelques retours en arrière, un dernier alinéa réparant un oubli en sont les signes évidents. Même les exemples reflètent l’improvisation ; ainsi, les mots achevés par -o atone prononcé « presque » [u] ne sont que trois, aso, manto et rollo, mais dans les trois exemples qu’il donne, Salette trouve moyen de ne citer que rollo, ajoutant deux noms propres qui n’ont rien à voir avec les Psalmes (§ A-14) ; quant aux exemples de pronoms soudés, il dit honnêtement qu’il donne « tous ceux dont [il s’est] souvenu » (§ A-4), bien loin du travail de recherche auquel se livre un bon grammairien.

Salette confronté à la graphie « classique » de l’Institut d’études occitanes (I.E.O.)

10L’Advertissement reproduit en Annexe permettant au lecteur d’étudier à loisir l’ensemble des « règles » énoncées par Salette, il me paraît inutile de le faire ici, pour concentrer notre attention sur ce qui les oppose à celles du système « classique ». Nous commencerons par les trois traits « classiques » que R. Darrigrand voyait chez Salette dans la citation que nous avons vue plus haut : « a final atone, o pour représenter le son [ou] français, u dans les diphtongues… ».

« a final atone » ou “posttonique”

  • 11 R. Lafont, « La vision du gascon écrit chez Pey de Garros », p. 411.

11Aujourd’hui, la graphie « classique » note par -a la prononciation en/ǝ/ de la moitié nord-ouest du domaine gascon et celle en /ɔ/ de la moitié sud-est, la ligne de partage divisant de même le Béarn. Pris par cette expérience immédiate du xxe siècle et désireux, même inconsciemment, de justifier leur système, les grammairiens occitanistes ont cru qu’il en était de même chez Salette. R. Darrigrand le laisse entendre, Robert Lafont le disait clairement en 196811 pour les -a dont Pèy de Garros usait dans ses Psaumes, sans toutefois s’en expliquer.

  • 12 M. Grosclaude, « Remarques sur l’orthographe … », p. 295.

12Pourtant, Salette est parfaitement clair : ce -a se prononce « comme l’Espagnol, Segnora » (§ A-12). Mais cette affirmation « comme si cela allait de soi » posait un problème à M. Grosclaude, car dès les tout premiers textes béarnais, le -a étymologique posttonique n’avait cessé de reculer devant le -e12. Il tentait donc d’expliquer le choix de Salette par le déplacement du centre politique du Béarn d’Orthez à Pau, où l’on dit/ɔ/ de nos jours, mais qui pouvait très bien dire/a/ au xvie siècle, puisqu’on dit encore/a/ à Nay et Pontacq, respectivement à 17 et 25 km de Pau. Mais il écartait aussitôt cette explication pour :

« Invoquer des raisons plus structurales […]. Salette ne pouvait utiliser d’autres lettres que le a pour marquer la finale féminine, pour la simple raison que les autres lettres possibles e ou o sont indisponibles pour cet usage car elles notent des sons trop différents. »

Et de rappeler leur valeur selon l’Advertissement.

13Or, c’était tout simplement refuser l’évidence, car si Salette avait voulu obtenir une prononciation en [ǝ] ou en [ɔ], il aurait expliqué la première par le français, puisqu’il mentionnait lui-même l’E, femenin en la mesura Francesa ; et pour une prononciation en [ɔ], c’est encore l’espagnol qu’il aurait invoqué, et écrit, par exemple : « Le Béarnais écrit le mot Cera et prononce ainsi que l’Espagnol Cero ». Or, il s’est référé à Segnora ; c’est donc indubitablement un [a] atone qu’il voulait faire prononcer.

14L’hypothèse que M. Grosclaude avait écartée est au contraire tout à fait vraisemblable :

  • on n’a aucun original daté et localisé avec certitude qui présente une finale en ‑o avant Les joyeuses recherches de la langue tolosaine de Claude Odde de Triors publiées en 1578, et ce n’est pas en Béarn, mais dans la langue populaire de Toulouse ;

    • 13 P. Olhagaray, Histoire de Foix, Béarn et Navarre, page sans numéro.
    • 14 V. Lespy Vastin, « Sonnet de l’Histoire d’Olhagaray », p. 151.

    du point de vue pratique que devait privilégier Salette, il ne pouvait afficher des -a valant [a] que si cette prononciation était socialement valorisée ; ce devait donc être celle des nobles et bourgeois de Pau, la capitale ; nous en avons confirmation par un sonnet Minerô brasoquê rédigé en 1608 en l’honneur de Pierre Olhagaray, pasteur protestant et historiographe du Roi, et placé par ce pasteur en tête de son Histoire de Foix, Béarn et Navarre13 : toutes les finales posttoniques sont en ‑a. Il serait totalement invraisemblable que l’auteur de ce sonnet ait écrit autrement qu’il prononçait, pour une pièce de circonstance, perdue dans les premières pages d’un livre d’histoire. Lespy n’en avait pas douté14 (1863, 151).

  • 15 M. Grosclaude, « Remarques sur l’orthographe … », p. 291.
  • 16 É. Fraj, « Quel occitan pour demain ? », passage renvoyant à la note 3 et note.
  • 17 J. de Garros Jean, Pastourade gascoue p. 6.

15On remarque en outre que Salette renonce à noter le -a devant voyelle. M. Grosclaude l’expliquait par son souci « d’adapter un texte à une musique connue »15, et donc notamment de respecter le nombre des pieds en élidant ce qui doit l’être. Mais un lecteur béarnais n’aurait pas eu besoin qu’on note -e pour faire l’élision. Je pense plutôt que, conscient de ce que les principaux utilisateurs du livre des Psalmes seraient des pasteurs francophones, Salette se doutait bien du mal qu’ils auraient à élider un -a dans cette position ; c’est ce qui arrive aujourd’hui à maints « nouveaux locuteurs […] (souvent passés par une Calandreta et les cours du secondaire) qui […] prononcent bien séparément « cada/an », par exemple, ce qui devrait se dire “cad’an” »16. Et comme Jean de Garros qui, en 1611, estimera « plus conuenable, ensuiure totalement l’orthographe François »17, Salette remplace le -a par un -e français.

« o pour représenter le son [ou] français »

  • 18 B. de Luntz, Notaire de Prince…

16Au long des siècles, des/o/ fermés que l’on notait évidemment par o ont évolué vers/u/ tout en restant écrits par o, car le scribe répugne au changement. Mais il est des circonstances où la notation précise de la prononciation s’avère particulièrement utile, notamment dans les noms de personnes et de lieux cités dans les actes notariés. C’est donc là qu’on voit apparaitre des ou ; en me limitant aux attestations béarnaises les plus anciennes que j’ai trouvées : en 1365, Bertran de Mascharous, baile de Pardies, acte de 1365 (Notaires de Pardies, A. D. P.-A., E. 1919 f° 99.) ; entre 1371 et 1376, chez B. de Luntz18, la conjonction ou, alternant avec o (actes 28, 42, 114, 225) ; sous ( = “ses” ; 105) ; oublies (137) ; et les noms propres : Arnautou (21), Sourimonde (121, 2 occ.), Boshom deu Cassou (193), lo duc d’Anjou (146, 183, 227) et Soule (161, 172, 179).

17C’est donc tout naturellement que Salette note de nombreux mots en ou sans éprouver le besoin de s’en expliquer (bout, bouta, doubte, nous, ou en 43 occ., prouba, tout, vous, …). Mais il note « un ou un peu allongé » en finale tonique (§ A-16 in fine), faisant penser à boot, foot… anglais, et par -o seul le « presque » [u] observé en finale atone, probablement parce qu’il n’est pas un [u] franc (§ A-14) ; on a déjà vu que les Psalmes n’en ont que trois mots, ce rollo (rôle, 2 occ.), aso (âne, 1 occ.) et manto (manteau, 3 occ.).

18En tout cas, rien ne distingue ce -o posttonique du -o tonique que l’on rencontre dans des mots de grand usage comme aço/adaço/asso/adasso, et sino (14 occ.), aquero, aquo et entro (60 occ.) et 12 parfaits comme ago, aucigo, etc. (23 occ.). Salette n’en dit rien, probablement pour avoir pensé qu’aucun lecteur francophone n’aurait du mal à bien le prononcer tonique et selon la « prononciation naturelle de la voyelle o » (cf. § A-16), comme dans coco, credo, halo…, tous déjà attestés dans le français de l’époque.

19Pratiquement, donc, Salette a noté par ou la grande majorité des syllabes où un o primitif était devenu [u], comme en français, mais aussi comme dans les textes gascons anciens déjà évoqués, et conservé les o encore sentis comme [o] fermé, dont beaucoup sont passés à [u] depuis : « les hommes furent tous sauvés » s’écrit los homis hon touts sauvats du temps de Salette, lous homis hon touts sauvats cent ans plus tard chez Fondeville, lous homis houn touts sauvats à la fin du xviiie siècle.

« u dans les diphtongues »

20Salette est très bref sur ce sujet (§ A-15), mais surtout ne laisse pas de nous poser des questions. D’abord, il ne mentionne que au, eu, ey, ou et oou, oubliant iu (aquiu, arriu, Diu…), ai/ay (aida, aigat/aygat, maysoo, pay…), ei (Gleisa, heit…) et oy (boyrac, soy…), et ses exemples montrent qu’il ne vise que ceux qui sont en syllabe finale. Plus choquante pour nous est la mention du digramme ou qui se prononce comme en français et ne représente donc qu’un seul son vocalique/u/, y compris dans la diphtongue oou, [oɛ̄́ ̀].

  • 19 G. Zink, Phonétique historique du français, pp. 136, 133 et 135.

21Quant à au, eu, ey béarnais, qui devaient être alors de « vraies » diphtongues comme aujourd’hui, on s’étonne que Salette les ait vues « comme celles du français » : c’est plausible certes pour au qui, en français, passait à/o/ au xvie siècle mais bien étonnant pour eu et ey français passés à/œ/ et/e/ dès le xiiie siècle19.

22Il est clair en tout cas que si Salette emploie u comme glide, il use aussi de ou, et pas seulement dans oou ; ainsi, malgré « leu » donné en exemple, Salette écrit boeous (4 occ.) et boëous (1 occ.), mais jamais boeu(s), encore mois bueu(s) de la graphie occitane.

Autres différences d’avec la graphie « classique »

Refus catégorique de noter les consonnes finales anciennes devenues muettes (A-31)

  • 20 É. Fraj, « Quel occitan pour demain ? », note 14.

23Ce quatrième point situe la graphie de Salette aux antipodes de l’occitane. Certes, admet-il, la consonne évite le hiatus devant une voyelle initiale, mais l’écrire aboutissant à son retour à l’oral, c’est « ôter la propriété [je dirais plutôt “spécificité”] de la langue et gâter la prononciation ». C’est parfaitement vrai… et vérifié par la pratique des lecteurs modernes ; ainsi, en s’adressant à l’examinateur, les candidats au baccalauréat usent de « “Sénher” (la plupart du temps prononcé “Senhèrr” »20.

24Enfin, le texte même des Psalmes révèle divers choix hérités de la tradition mais écartés par la graphie classique occitane alors qu’ils ont été conservés par la graphie moderne que les Félbres adoptèrent en 1900-1905 sur les conseils du grand romaniste Édouard Bourciez. Pour/ɲ/, Salette use huit fois sur neuf de gn, comme la graphie moderne… et la charte béarnaise de Herrère de 1278, et une fois seulement de nh, comme la graphie classique.

25Il use aussi des graphies traditionnelles suivantes :/we/ par oe (engoera, oelh, hoege, goerre, hoec…) ;/wa/ par oa (lengoa, lengoadge, quoauque, quoate, quoan, loquoau, goayre, goastaa…),/dj/ ou/ʤ/ par dg (lengoadge, dauantadge, usadge, visadge…),/i̯/ par y (goayre, caytiu, ey, ley, rey, soy…). Jean Séguy fit de même dans ses notations de l’ALG. À la place, la graphie classique occitane utilise respectivement ue, ua, tg et i comme le catalan.

26Pour/ʃ/, sans s’en expliquer, Salette use tantôt du x de l’ancien béarnais, tantôt du ch français : pour baxa et ses dérivés, on compte 11 formes en x et 4 en ch. Alignée sur le français, la graphie moderne des félibres ne connait que ch, tandis que la classique occitane, étonnamment anti-catalane en l’occurrence, use de (i)sh dont l’écrit ancien béarnais n’a laissé que deux occurrences dans un acte relativement tardif de 1493, où l’on trouve également x.

27Quant à l’usage de v qui se rapproche de la graphie classique, sa motivation semble différente : ce v, généralement étymologique, n’est qu’à l’initiale, sauf dans 3 mots, Divina, souvirana (3 occ.) et servií. Et Salette garde b pour autes-betz, lasbetz, debat, daban ; les imparfaits sont en -b- : neuriba, demandaba, parlabi, etc. On pourrait voir dans ces v une aide visuelle à la compréhension pour des lecteurs non béarnais, comme l’est délibérément la substitution du -e au -a devant voyelle. Cela rendrait bien compte du fait que restent en b les imparfaits ainsi que autes-betz, lasbetz, debat, sans équivalent en v en français, tandis qu’un v complice aiderait à lire vejas (que tu voies), vertat (vérité), vici (vice), v (vin), vocala (voyelle), volh, volha, voou (de “vouloir”), votz (voix) et bien sûr, vous ; et non moins sûrement, les exceptions dans les deux sens « confirmeraient la règle »… ou en montreraient la fragilité, selon l’humeur.

28Du reste, pour féru de latin qu’il fût, Salette nous apparait comme peu soucieux d’étymo­logie ; ainsi écrit-il espallas, reguinnaà, rollo, comme ils se prononcent, alors que la graphie classique occitane note espatlas, reguitnaà, ròtlo, comme ils ne se prononcent pas…

29Mais on ne peut tirer d’enseignement des manquements des Psalmes aux règles de l’Advertissement : ils sont si nombreux qu’on peut se demander si Salette ne serait pas décédé entre la rédaction de la dédicace Au Rey, datée certainement de 1583, et l’achèvement des épreuves par l’imprimeur : une tierce personne qui les aurait relues aurait laissé passer bien des fautes que Salette aurait vues et corrigées…

Pour récapituler

Phonème Salette

Salette

Moderne des Félibres

 = Sal. &

≠ IEO

Classique de l’I.E.O.

 = Sal. &

≠ Fél.

/ ' a/

prumera

prumèra (rare)

prumèra

/ ' a/ + voyelle

prumere

prumère

1

prumèra

/ ' ǝ/

prumère

prumèra

/ ' ɔ/

prumèro (rare)

prumèra

/u/

acoustumat

acoustumat

1

acostumat

entre/ ' ɔ/ et/ ' u/

aso

àsou

aso

1

/a/

tesau

tesau

tesau

/o/

hoou

hòu

hòu

/we/

boeou

boéu

bueu

consonne amüie

ajudaa

ajuda

1

ajudar

/ɲ/

vigna, vinha

vigne

1

vinha

1

/we/, /wa/

goastaa, oelh

goasta, lh

2

guastar, uelh

/dj/ ou/ʤ/

usadge, iudj

usadge, judja

2

usatge, jutjar

//

pay, aurey, soy

pay, aurèy, soy

3

pair, aurèi, sòi

/ʃ/

medix

medich

medish

Total

11

Total

2

30Ce tableau montre à l’évidence que lorsque les deux systèmes moderne et classique diffèrent, le moderne est cinq fois plus conforme à celui de Salette que le classique.

  • 21 M. Grosclaude, « Remarques sur l’orthographe… », p. 291.
  • 22 R. Lafont, « Situation de la langue d’Arnaud de Salette », p. 379.

31Ce n’est pas surprenant : comme les tenants du système moderne, Salette fut conduit « à adopter la solution qui lui paraîtra[it] la plus proche de la langue effectivement parlée »21. On peut donc prendre chez Salette « la même leçon que chez Garros : celle d’une réunion de la tradition culturelle autochtone et de la réflexion moderniste »22.

32À l’opposé, le système classique a voulu reprendre les formes écrites d’une prétendue « graphie des troubadours », pour rendre à la langue le prestige dont elle avait joui du temps de ces poètes de cour. Tout se passe comme si les deux instituteurs qui en eurent l’initiative, bons laïcs avérés, avaient adopté la pensée magique de certains porteurs de reliques, voire des guerriers qui revêtaient une peau de lion pour être invincibles.

  • 23 J. Jaurès, « Méthode comparée ».

33Mais c’était ignorer tout de la sociolinguistique et de l’attente des derniers locuteurs des idiomes d’oc, tout comme de la plus élémentaire des pédagogies. L’échec serait au bout, fatalement. Que n’avait-on lu Jean Jaurès qui souhaitait en 1911 qu’on enseigne les œuvres anciennes du Midi aux élèves qui tenaient encore leur parler d’oc de leur famille ! Il suggérait en effet qu’« on pren[ne] soin de les rajeunir un peu, de les rapprocher par de très légères modifications du provençal moderne et du languedocien moderne »23.

34Faut-il pour autant jeter la pierre aux adeptes de la graphie classique ? Certainement pas, car en fait, ils ont été presque partout les seuls à essayer de tirer parti de la loi Deixonne du 11 janvier 1951 qui réalisait le vœu de Jaurès en autorisant l’enseignement scolaire des langues et dialectes locaux ; et aucune critique historique, sociologique ou pédagogique n’est venue montrer à temps l’erreur de leur idéologie « renaissantiste ».

35Quant à moi, si je suis ici pour parler de la graphie du gascon, c’est parce que j’ai trouvé sur mon chemin des occitanistes qui m’ont appris la langue de mes pères, puis m’ont demandé de l’enseigner ; et sur 25 ans d’un tel enseignement bénévole, j’ai pratiqué la graphie classique occitane pendant 14 ans. Mais les réflexions sur son application concrète ont débouché sur ma thèse de 2005, dont la préparation m’a finalement fait adopter une graphie moderne en 2003, graphie dont j’use dans mon enseignement depuis 11 ans.

36Comme en toute chose humaine, rien n’est donc jamais ni tout blanc ni tout noir. Mais si Salette a de nos jours des continuateurs, ce sont les tenants des graphies modernes, allégées des lettres disparues, débarrassées de toutes les ambiguïtés. Ils peuvent donc dire après Palay : « Aquéste qu’ey lou nouste mèste. » Mais n’est-il pas trop tard ?

Bibliographie

Chandebaige Amédée (pseudonyme l’abbé J. Bidache), Ung Flouquetot coelhut hens los Psalmes de David metutz en rima bernesa per Arnaud de Salette en l’aneia 1583, Pau, Ribaut, 1878, xiv + 196 p.

Chandebaige Amédée (pseudonyme l’abbé J. Bidache), Ung Segong Flouquetot coelhut hens los Psalmes de David metutz en rima bernesa per Arnaud de Salette en l’aneia 1583, Pau, Ribaut, 1880.

Darrigrand Robert, « Les Psaumes en langue Béarnaise au xvie Siècle », Per Noste n° 14, Setémer-Octobre 1969, p. 3-4 ter.

Darrigrand Robert (dir.), Arnaud de Salette et son temps – Le Béarn sous Jeanne d’Albret, Actes du colloque international d’Orthez (16, 17 et 18 février 1983), Orthez, Per noste, 1984, VIII + 386 p. + 16 planches illustrées.

Fraj Éric, « Quel occitan pour demain ? » mis en ligne sur le blog de J.-P. Cavaillé : http://taban.canalblog.com/archives/2012/11/15/25590971.html

Garros Jean (de), Pastourade gascoue sur la mort dεu Magnific é poudεrous Anric quart dεu nom Rεy dε France é dε Nauarre, Toulouse, Boude, 1611, 43 p.

Grosclaude Michel, « Remarques sur l’orthographe des “Psalmes de David metuts en rima bernesa” d’Arnaud de Salette », in Darrigrand Robert (dir.), Arnaud de Salette et son temps, Orthez, Per noste, 1984, p. 287-301.

Grosclaude Michel, La Gascogne - Témoignages sur deux mille ans d’Histoire, Orthez : Per noste, 1986, 176 p.

Jaurès Jean, « Méthode comparée », Revue de l’Enseignement Primaire et Primaire Supérieur, 15 octobre 1911.

Lafitte Jean, « Situation sociolinguistique et écriture du gascon aujourd’hui », thèse de sciences du langage, Université de Rennes 2 – Haute Bretagne, 2005, 2 vol. Téléchargeable : http://blog.parlergascon.com/archives/319

Lafont Robert, « La vision du gascon écrit chez Pey de Garros », Actes du Colloque sur Pey de Garros et son temps, Auch et Lectoure 15-17 avril 1965, Annales de l’I.E.O., 4ème série - n° 3, Printemps 1968, p. 405-415.

Lafont Robert (1984), « Situation de la langue d’Arnaud de Salette », in Darrigrand Robert (dir.), Arnaud de Salette et son temps, Orthez, Per noste, 1984, pp. 373-383.

Lespy Vastin, Grammaire béarnaise, 1ère éd., Pau, Véronèse, 1858, xx + 300 p.

Lespy Vastin, « Sonnet de l’Histoire d’Olhagaray », Revue d’Aquitaine, t. VII, 1863, p. 150-152.

Luntz Bernard (de), Notaire de Prince - Le registre de Bernard de Luntz, notaire de Béarn sous Gaston Fébus, P. Tucoo-Chala et J. Staës éd., Pau, U.P.P.A., 1996, 200 p.

Olhagaray Pierre, Histoire de Foix, Béarn et Navarre, Paris, Douceur, 1609, 773 p.

Palay Simin, « Arnaud de Salettes », Reclams de Biarn e Gascougne, Yenè de 1923, p. 57-60.

Salette Arnaud (de), Los Psalmes de David metuts en rima bernesa 1583 - Edicion navèra per Robèrt Darrigrand, Orthez, Per noste, 1983, LIII + 289 p.

Salette Arnaud (de), Los psalmes de David metuts en rima bernesa publiés à Orthez en 1583, édition critique bilingue par Robert Darrigrand, Paris, Champion, 2010, 970 p.

Séguy Jean (dir.), Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne (ALG), 6 volumes, Toulouse, C.N.R.S., 1954-1973, 2524 cartes et textes.

Zink Gaston, Phonétique historique du français, Paris, P.U.F., 1991, 254 p.

Annexes

Advertissement

A-0 – Introduction

A M I Lectoò, d’autan que l’eʃcriptura & prononciatioô de la lengoa Berneʃa es en pluʃors endretz differenta de la Franceʃa : io ey pensát que mõ debeè era det’ balhaá quoauque adreʃʃa adaquera, affî qu’ẽ legèn los Pʃalmes que iot’ preʃenti : ou los cantan, tu no t’y peques.

A M I lecteur, comme l’écriture et la prononciation de la langue Béarnaise sont, en maints endroits, différentes de celles du français, j’ai pensé qu’il était de mon devoir de te donner quelques éclaircissements sur ce point afin que tu ne commettes point d’erreur en lisant ou en chantant les Psaumes que je te présente.

A-1 – Première partie : les voyelles et diphtongues en syllabe finale

Salette commence par les voyelles, mais uniquement en syllabe finale, car il ne s’agit que de distinguer les « masculines » ou toniques, des « féminines », ou posttoniques. À l’occasion, il en précise la prononciation quand elle diffère de la française.

Io t’auertexi donq en prumeê loc que las quoate prumeras vocalas en Bernes ʃon quoauque vegada maʃculinas, & d’autes-betz femininas. ço qui no es pas au Frances, loquoau no admet per femininas [sic, au pluriel] que la vocala e.

Je te signale donc d’abord que les quatre premières voyelles en Béarnais sont tantôt masculines et tantôt féminines, contrairement au français qui n’admet pour féminine que la voyelle e.

A-11 – Le a en syllabe finale

Lo Bernes donq eʃcriu lo mot Franceʃa, per a, ʃus la fiî, & no-pas Franceʃe, & la prononcia aixi que l’Eʃpagnol, Segnora : loquoau a io nomi feminin ʃens aucun accen. L’A maʃculin reteê ʃa toutala votz, & es notat d’accẽ acút, cõ en aqueʃt mot Amá, amauit, lodit a maʃculin demora ferm, & nos’ perd iames ab la vocala ʃequẽta. Lo feminin au cõtrari engoera que s’entena quoauque chiq, toutasbetz es contat ab la prumera ʃyllaba deu mot qui ʃec, ʃi tant es que commenʃe per vocala, ne plús ne menhs que l’E, feminin en la meʃura Franceʃa.

Le Béarnais écrit donc le mot Francesa avec un a final, et non pas Francese, et il prononce cette voyelle comme l’Espagnol Segnora ; c’est ce a que j’appelle féminin [et qu’on écrit] sans accent. Le A masculin garde toute sa sonorité et on le note avec un accent aigu, comme dans ce mot Amá, amauit ; ce a masculin reste ferme et ne se perd jamais avec [s’élide jamais devant] la voyelle qui le suit. Le féminin, au contraire quoiqu’il s’entende quelque peu, est toutefois décompté avec la première syllabe du mot suivant quand ce mot commence par une voyelle, ni plus ni moins que le E féminin dans la mesure [versification] française.

Report à sa place logique du dernier alinéa de l’Advertissement qui venait comme pour réparer un oubli :

Au demorã jaʃʃia que la proprietat deu lengoadge volha que l’om vʃe de a feminin en la plúʃpart deus motz : toutasbetz io l’ey cambiat en la lettra e quoan ʃenʃec aultre vocale, affiî de t’adiudaa tant a lo lege ʃens difficultat, que a cantaa loʃdits Pʃalmes ʃens haa tort a la muʃiqua.

Au demeurant, bien que la spécificité de la langue veuille qu’on use du a féminin dans la plupart des mots, cependant, je lui ai substitué un e quand il est suivi par une autre voyelle et cela afin de t’aider à lire sans difficulté et à chanter ces Psaumes sans faire tort à la musique.

A-12 – Le e en syllabe finale

L’E maʃculin es tabeê notat ʃús la fiî per accent acut : & quãt au feminin, ed es prononciat plús douçamen ʃus la fiî que l’a feminin : com per exemple, nous diʃem, Ed ama, amat, au preʃen de l’Indicatiu, & Ed ame, amet, au preʃent deu Conjonctiu.

Le E masculin est aussi noté en fin de mot avec accent aigu. Et quant au féminin, il se prononce plus doucement en finale que le a féminin ; comme par exemple, nous disons : Ed ama, amat au présent de l’indicatif et Ed ame, amet au présent du subjonctif.

A-13 – Le i en syllabe finale

Quant à l’I, ed es feminin en pluʃors motz ʃuús la fii, e ʃe minja ou perd ab la vocala qui ʃenʃec : com en aqueʃts motz, vici, vitium : ʃeruici, ʃeruiti, la ʃyllaba darrera es feminina, & l’accent tabeê demora ʃus la penultima : la on quoan es maʃculina, l’accent coò a la darrera, com en aqueʃtz motz Acquisí, acquiʃiuit : debí, debebam.

Quant au I, il est féminin à la fin de nombreux mots et s’absorbe ou se perd avec la voyelle qui suit ; comme dans ces mots vici, vitium ; seruici, seruitium, la dernière syllabe est féminine, et aussi l’accent [tonique] reste sur pénultième. Par contre, là où il est masculin, l’accent [tonique] passe sur la dernière, comme dans ces mots Acquisi, acquisiuit ; debi, debebam.

A-14 – Le o en syllabe finale

L’O, nos’ troba goayre feminin : toutasbetz io l’ey obʃeruat en quoauques motz, com en lo mot Rollo, catalogus : Berdolo, meniolo, qui ʃon noms propris deu pays : & falh que ʃian prononciatz preʃque tout aixi que la diftonga franceʃa ou.

Le O ne se rencontre guère féminin ; cependant je l’ai observé dans quelques mots comme Rollo, catalogus ; Berdolo, mensolo qui sont des noms propres du pays ; et il faut qu’on les prononce presque comme la diphtongue française ou.

A-15 – Les « diphtongues » en syllabe finale

Las diftongas ʃon en partida com las franceʃas, Au, eu, ey, ou. Teʃau, leu, ley, nous : En partida differentas, a cauʃa de la multi­plicatioô de las vocalas, com en aqueʃt mot Hoou, ʃtultus : Linʃoou, linteum : voou, vult.

Les diphtongues sont en partie comme celles du français, Au, eu, ey, ou. Tesau, leu, ley, nous. En partie différentes du fait la multiplication des voyelles comme dans ce mot Hoou, stultus ; Linsoou, linteum ; voou, vult.

A-16 – Les voyelles doubles en syllabe finale

Dauantadge la duplicatioô de medixa vocala es de la medixa natura que la diftonga, loquoala multiplicatioô es fort vʃitada en noʃte Bernes, aa, ee, ij, oo, uu : Laá, lar : Leé, deformis : Deʃií, deʃiderium : Soó, ʃoror : Duú, durum, laʃquoalas quoan ʃon merquadas de l’accent acut ʃe prononcian ʃegon lor naturau, aixi que los motz ʃusdits : aucunas vegadas ʃon prononciadas deu naâs, & ʃon merquadas de l’accent circonflexe, com Maâ, manus : Maâ, mare : Seê, ʃinus : Viî, vinum : Soô, ʃonus : Caduû, unuʃquiʃque.

La duplicatioô de las vocalas a, i, & u no receu que las duas ʃuʃd. prononciatioôs.

La duplicatioô de l’e, & de l’o, en receu vna autre plús douça, qui s’ merqua ab l’accent graue, com lo mot Seè, vespera : quis’ deu prononciaá no pas ʃegon la forʃa de la vo­cala e, ny deu naâs, mes aixi que los monoʃyllabas frances, Ie, te, de : ʃaub que la prononciatioô deu eʃtaá vn chiq plús longa.

[Alinéa sur oo déplacé après le suivant]

E affiî que tu ac vejas a l’oelh, los tres motz ʃe­quentz leé, ʃeê, ʃeè, s’eʃcribin per medixas vocalas, & toutasbetz la prononciatioô es fort differenta. Leé reteê touta la forʃa de ʃas vocalas, ço que denota l’accent acut. En lo mot Seê, merquat ab circonflexe, las vocalas ʃe prononcian deu naâs. En lo mot Seè, los dus ee nos’ prononcian qu’a miejas.

L’autre duplicatioô de la vocala o, ʃe proferex com la diftonga franceʃa ou, ʃi lom s’arreʃta vn petit plús a la prononciaá, com lo mot Soò, ʃol : moò, morere.

Autan ne podem diʃe dequeʃtz tres motz Soó, ʃoô, ʃoò : Soror, ʃonus, ʃolus. Lo prumeê ab ʃons ʃemblables reteê la prononciatioô naturala de la vocala o, en l’alongan vn chiq. Lo mot Soô ʃe prononcia deu naâs. Soò, ʃolus, ʃol, se prononcian com la diftonga franceʃa ou, alongada.

De plus, le doublement de la même voyelle est de même nature que la diphtongue, doublement qui est très fréquent dans notre Béarnais : aa, ee, ij, oo, uu ; Laá, lar ; Leé, deformis ; Desií, desiderium ; Soó, soror ; Duú, durum ; ces voyelles doubles se prononcent naturellement quand elles portent l’accent aigu comme dans les mots ci-dessus ; parfois, elles ont une prononciation nasale, et sont alors marquées de l’accent circonflexe, comme Maâ, manus ; Maâ, mare ; Seê, sinus ; Viî, vinum ; Soô, sonus ; Caduû, unusquisque.

La duplication des voyelles a, i et u ne reçoit que les prononciations ci-dessus.

[Par contre] la duplication du e et du o en reçoit une autre plus douce que l’on marque par l’accent grave. Ex : Seè, vespera ; on ne doit pas prononcer selon la force [ouverture] de la voyelle e , ni du nez, mais comme [dans] les monosyllabes français Ie, te, de ; sauf que la prononciation doit être un peu plus longue.

[Alinéa sur oo déplacé après le suivant]

Pour te le rendre visible, les trois mots leé, seê, seè s’écrivent avec les mêmes voyelles, et pourtant leur prononciation est très différente. Leé conserve toute la force [ouverture] de ses voyelles, ce que marque l’accent aigu. Dans le mot Seê, marqué par le circonflexe, les voyelles se prononcent du nez. Dans le mot Seè, les deux ee ne se prononcent qu’à moitié [sont fermés].

L’autre doublement de la voyelle o se prononce comme la diphtongue française ou en l’allongeant un peu, comme le mot Soò, sol ; moò, morere.

On pourra en dire autant pour les trois mots Soó, soô, soò, Soror, sonus, solus. Le premier, avec ses semblables, conserve la prononciation naturelle de la voyelle o, en l’allongeant un peu. Le mot Soô se prononce du nez. Soò, solus, sol se prononce comme la diphtongue française ou allongée.

A-2 – Deuxième partie : La consonne h

Notta tabeê que lo Bernes vʃa de double aʃpira­tioô, l’vna ʃimple e douça, cõ en lo mot helas. L’au­te horta, com preʃque en toutz los motz qui en frã­ces commenʃan per f, loʃquoaus lo Bernez pronõ­cïa per h : com Hoege, fuïr : Hort, fort.

Note aussi que le Béarnais utilise deux aspirations, l’une simple et douce comme dans le mot helas. L’autre forte, comme dans presque tous les mots qui commencent par f en Français, mots que le Béarnais prononce par h, comme : Hoege, fuïr ; Hort, fort.

A-3 – Troisième partie : De l’écriture

A-31 – Non notation des consonnes étymologiques amuïes en syllabe finale

Io ʃcey plaâ que lom a acouʃtumat eʃcribe autre­ment loʃditz motz e lors ʃemblables, ʃauer es en metten au loc de la darrera vocala quoauque con­ʃonanta : com au loc d’eʃcribe Soó, ʃoror, aucuns eʃ­cribin Sor : au loc d’eʃcribe Soô, ʃonus, eʃcribin Son : au loc de Soò, ʃolus, Sol. Mes aquero es oʃtaá la pro­prietat deu lengoadge, & goaʃtaa la pronõciatioô. Vertat es que quoan lo mot ʃequent comenʃa per vocala, lom s’en pot ajudaa per euitaá la cacofonia.

Je sais bien qu’on a coutume d’écrire autrement ces mots et les mots semblables, c’est à dire en mettant au lieu de la dernière voyelle, quelque consonne ; comme au lieu d’écrire Soó, soror, certains écrivent Sor ; au lieu de Soô ils écrivent Son ; au lieu de Soò, solus, ils écrivent Sol. Mais c’est ôter la propriété [la spécificité] de la langue et gâter la prononciation. Il est vrai que lorsque le mot suivant commence par une voyelle, on peut s’en servir pour éviter la cacophonie [l’hiatus].

A-32 – Le pronom vous noté par b ou v

Io no ey pas toutasbets eʃcriut touʃtemps bous dab b, mes lo plus ʃouuent ab v, per m’accommodaá a l’vʃadge com­muû : Iaʃʃia que per los motz ʃuʃditz Iobs, nobs, ʃibs, & ʃemblables, apparia qu’ed ʃe deu eʃcribe per b, & no per v, ço qui es à nottaa.

Toutefois, je n’ai pas toujours écrit bous avec b, mais le plus souvent avec v pour me conformer à l’usage commun. Bien que pour les mots susdits iobs, nobs, sibs, il est évident qu’ils doivent être écrits avec b et non v : cela doit être noté.

A-4 – Quatrième partie : les pronoms joints au mot qui précède

Salette aide à analyser et comprendre les pronoms soudés au mot qui précède.

Outre las ʃuʃd. proprietatz tu notaras que la len­goa berneʃa liga en vn mot aucuns monoʃyllabas, en oʃtan lettra ou lettras deu commenʃamen, deu miey, ou de la fiî deuʃditz motz. Los Grammatics aperan aquera figura Afereʃa. E per t’oʃtaa de pena, iot’ metti per ordi toutz aquetz deuʃquoaus iom’ ʃoy ʃouuengut.

Abs, au loc de dise en dus motz, a bous : abs dijt, en frances, vous a-il dit ? car lo b es au loc de l’v con­ʃonanta. Beu, be-lo : Lo frances ditz, va luy.

Dans, da-nous : Donne nous. Ioou, io lo : Ie luy.

Entreus, entre los : Entre les. Entroous, entro aus : Juʃqu’aus.

Iobs, io bous : Ie vous. Noou, no lo, Ne luy.

Noous, no los : Ne les. Nons, no nous, Ne nous.

Nobs, no bous : Ne vous. Quebs, que bous, q̃ vous

Quiu, qui lo : Qui luy. Siu, ʃi lo : Si luy.

Sibs, ʃi vous : S’il vous. Suou, ʃuus lo : ʃur le.

Sins, ʃi nous : S’il nous. Tuns, tu nous : Tu nous.

Los pronoms tabeê monoʃyllabas te, ʃe, perdin la darrera lettra & ʃe prononcian ab lo mot precedẽt, ʃi tau mot s’acaba per vocala : com Iot’, per diʃe, Io te, & en frances Je te. Enʃegnat’ ? per diʃe, enʃegna te ? en frances t’enʃegne-il ? Nos’, per diʃe, no ʃe, ne ʃe. Nous & Bous parelhament perdin las duas lettras deu miey, quoan ʃeguin vn mot finit en vocala, & ʃon ligatz ʃuús la fiî ab lo mot qui va daban com en­ʃegnans, per diʃe enʃegna nous. Enʃegnabs ? per diʃe, en­ʃegna-vous ? vous enʃeigne-il ? Nous diʃem tabeê Enʃe­gnau en vn mot per diʃe Enʃegna lo : & en frances, en­ʃeigne-le. & Enʃegnaus, per Enʃegna-los. [fin de l’alinéa transférée au § A-31]

Nous ligam tabeê la vocala y, ab lo mot qui va daban, ʃis’ termina en vocala, & non’ fem ordinari­ment qu’vna ʃyllaba : com Ioy volh’ anaâ, per diʃe, Jo-y volh anaâ : & en frances, J’y veus aller. Quey, per diʃe que y. Anay, per anaá-y, en frances, y aller.

Outre les particularités ci-dessus, tu noteras que la langue béarnaise lie en un mot certains monosyllabes en ôtant la lettre ou des lettres, du commencement, du milieu ou de la fin desdits mots. Les grammairiens appellent ce procédé Aphérèse. Et pour te tirer d’embarras, je te mets en ordre tous ceux dont je me suis souvenu.

Abs au lieu de dire mots a bous : abs dyt, en français : vous a-il dit ? car le b se met à la place du v consonne. Beu, be-lo, en français : va luy.

[Série d’exemples, tous traduits en français chez Salette lui-même]

Les pronoms monosyllabes te, se, perdent aussi leur dernière lettre et se prononcent avec le mot précédent si ce mot se termine par une voyelle ; comme Iot’ pour dire Io te et en français Ie te. Ensegnat’ ? pour dire ensegna te ?, en français : t’enseigne-t-il ? Nos’, pour dire no se, ne se. Nous et Bous perdent de même les deux lettres du milieu quand ils suivent un mot terminé par une voyelle, et sont liés [soudés] à la fin du mot précédent comme ensegnans, pour dire : ensegna nous. Ensegnabs ? pour dire, ensegna vous ? vous enseigne-il ? Nous disons aussi Ensegnau en un mot pour dire Ensegna lo et en français, enseigne-le. Et Ensegnaus pour Ensegna los.

Nous lions aussi la voyelle y avec le mot qui précède s’il s’achève par voyelle et nous n’en faisons d’ordinaire qu’une syllabe ; comme Ioy volh’ anaâ, pour dire : Jo y volh anaâ ; et en français : J’y veus aller. Quey, pour dire : Que y. Anay per anaá-y, en français : y aller.

Notes

1 J. Lafitte, Situation sociolinguistique et écriture du gascon aujourd’hui, t. I, p. 107-115 et t. II, p. 395-400.

2 A. de Salette, Los psalmes de David metuts en rima bernesa, R. Darrigrand éd., 2010.

3 R. Darrigrand (Coord.), Arnaud de Salette et son temps – Le Béarn sous Jeanne d’Albret, Actes du colloque international d’Orthez (16, 17 et 18 février 1983), 1984.

4 V. Lespy, Grammaire béarnaise, 1ère éd., 1858.

5 A. Chandebaige, Ung Flouquetot coelhut hens los Psalmes de David metutz en rima bernesa per Arnaud de Salette en l’aneia 1583, 1878, puis Ung Segond Flouquetot…, 1880.

6 Celui-ci est notre maître, S. Palay, « Arnaud de Salettes », 1923.

7 R. Darrigrand, « Les Psaumes en langue Béarnaise au xvie Siècle », 1969, p. 4.

8 A. de Salette, Los Psalmes de David metuts en rima bernesa 1583 - Edicion navèra per Robèrt Darrigrand, p. XXXII.

9 M. Grosclaude, « Remarques sur l’orthographe des “Psalmes de David metuts en rima bernesa” d’Arnaud de Salette », p. 287 et 289.

10 M. Grosclaude, La Gascogne - Témoignages sur deux mille ans d’Histoire, p. 100.

11 R. Lafont, « La vision du gascon écrit chez Pey de Garros », p. 411.

12 M. Grosclaude, « Remarques sur l’orthographe … », p. 295.

13 P. Olhagaray, Histoire de Foix, Béarn et Navarre, page sans numéro.

14 V. Lespy Vastin, « Sonnet de l’Histoire d’Olhagaray », p. 151.

15 M. Grosclaude, « Remarques sur l’orthographe … », p. 291.

16 É. Fraj, « Quel occitan pour demain ? », passage renvoyant à la note 3 et note.

17 J. de Garros Jean, Pastourade gascoue p. 6.

18 B. de Luntz, Notaire de Prince…

19 G. Zink, Phonétique historique du français, pp. 136, 133 et 135.

20 É. Fraj, « Quel occitan pour demain ? », note 14.

21 M. Grosclaude, « Remarques sur l’orthographe… », p. 291.

22 R. Lafont, « Situation de la langue d’Arnaud de Salette », p. 379.

23 J. Jaurès, « Méthode comparée ».

Auteur

Membre correspondant de l’Académie de Béarn

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access