Version classiqueVersion mobile

Transmission et circulation des savoirs scientifiques et techniques

 | 
Dominique Barjot

Importance des transferts de technologie

Le transfert de savoirs technique et industriel français au Pérou dans les années 1950 et 1960 : l’exemple de la sidérurgie de Chimbote et de la centrale hydroélectrique du Canyon del Pato

Getsiva Cayo Durand de Geist

Résumé

Cet article s’interroge sur la transmission du savoir-faire technique et industriel français au Pérou pendant les années 1950 et 1960. Il s’agit d’expliquer comment ce transfert de compétences était mis en place par deux pays différents par leurs économies, mais aux intérêts communs. Il a donc été important de s’intéresser brièvement aux actions diplomatiques et économiques menées pour encourager cette coopération technique. Pour illustrer quels sont les problèmes et les réussites de cette coopération, deux projets industriels ont été étudiés : la centrale hydroélectrique du Canyon del Pato et l’aciérie de Chimbote. Cet article cherche à mettre en évidence l’expertise française au Pérou dans le domaine du génie civil. Les acteurs et les facteurs de ce processus de transmission des savoirs ont été identifiés et problématisés.

Texte intégral

  • 1 D. Barjot et G. Cayo Durand, « Les échanges économiques entre la France et l’Améri (...)
  • 2 D. Barjot, La trace des bâtisseurs : histoire du Groupe Vinci, p. 133. Voir aussi : D. Bar (...)

1Le transfert de know-how dans les relations Nord-Sud constitue une problématique complexe qu’il est essentiel d’aborder. La transmission de savoirs entre la France et les pays d’Amérique latine demeure en effet un sujet très peu étudié1. Alors que diverses entreprises françaises ont été chargées de mener à bien des projets industriels dans les pays latino-américains, le savoir-faire français, pourtant présent et mis en place au Pérou, n’est que très peu connu2. Cet article s’interroge ainsi sur le processus de transfert de savoirs technique et industriel entre la France et le Pérou dans les années 1950-1960. Dans quel contexte se déroulait ce transfert des savoirs ? Quel était le rôle des différents acteurs ? Quels projets industriels ont pu illustrer ces échanges ? Cet article propose tout d’abord de contextualiser ces échanges et d’expliquer ensuite la place qu’a eu la transmission du savoir-faire français dans les relations diplomatiques et économiques entre ces deux pays. Pour ce faire, deux projets de génie civil ont été étudiés : la construction hydroélectrique du Canyon del Pato et de celle de l’aciérie de Chimbote. Il s’agit de démontrer que le transfert de savoir-faire français a eu un impact économique, industriel et social au Pérou. Les facteurs et les acteurs de ces deux grands projets seront présentés et explicités. Cette étude a cherché à mettre en valeur l’expertise française au Pérou en tenant compte de son potentiel et de ses limites.

La coopération technique franco-péruvienne : un domaine privilégié

  • 3 O. Compagnon, L’adieu à l’Europe : l’Amérique latine et la Grande Guerre.
  • 4 D. Barjot, A. Beltran, M. Hau (éds.), Industrialisation et sociétés en Europe (...)
  • 5 Voir partie I : La coopération technique : un domaine privilégié dans G. Cayo Durand de (...)

2Il faut rappeler que depuis la Première Guerre mondiale, l’influence croissante des États-Unis a affecté les relations franco-péruviennes dans tous les domaines3. Pendant les Trente Glorieuses, la concurrence internationale croissante n’a fait que compliquer l’état des relations économiques entre ces deux pays. Après la création de la Communauté économique européenne (CEE), l’économie française est devenue plus performante. Néanmoins, ce pays a dû faire face aussi bien à la concurrence des pays européens qu’à celle du Japon4. La France et le Pérou ne pouvaient donc pas être considérés comme des partenaires commerciaux importants. Le pourcentage de la valeur des importations et des exportations françaises au Pérou représentait environ 2 % par an. Cependant, dans ces relations bilatérales, d’autres domaines ont été privilégiés et eu un impact plus important. Parmi ceux-ci, on peut nommer la coopération technique5.

  • 6 G. Cayo Durand de Geist, « El reforzamiento de las relaciones franco-peruanas en el (...)
  • 7 Voir F. Novak Talavera, Las relaciones entre Perú y Francia (1827-2004).
  • 8 Archivo Central del Ministerio de Relaciones Exteriores del Perú, Cote-5-14-A/359, « Cir (...)

3Après la Seconde Guerre mondiale, la coopération technique franco-péruvienne s’est développée et a été encouragée par l’action des diplomates, des fonctionnaires d’État ainsi que des hommes d’affaires et entrepreneurs. Les gouvernements et les ambassades constituaient deux piliers importants pour ce transfert de savoirs. Ces deux acteurs publics avaient donc un rôle majeur pour le développement, l’approbation et la réalisation des différents projets entrepris6. Ces deux partenaires avaient déjà noué de bonnes relations culturelles, diplomatiques et militaires7. Mais ils se sont rapprochés dans le cadre des relations Nord-Sud et pour des intérêts précis. Ces deux pays avaient certes des niveaux de développement économique asymétriques. Néanmoins, ils partageaient des intérêts communs : accroître et développer leurs secteurs économiques. La coopération technique attira ainsi de plus en plus l’attention des présidents, fonctionnaires, diplomates, hommes d’affaires et notamment des entreprises publiques et privées8.

  • 9 D. Barjot, La trace des bâtisseurs : histoire du Groupe Vinci, p. 123-140.
  • 10 C.C.A.L., « Presencia francesa en América latina », p. 18.

4D’un côté, il y avait la France. Au cours des années 1950, celle-ci réussit à reconstruire son économie. Et elle fut reconnue comme étant un exportateur de savoirs techniques et industriels d’excellence9. De ce fait, la France chercha à renforcer ses échanges avec les pays latino-américains dans trois domaines : commercial, des services et des capitaux. La coopération technique était le moyen de renforcer sa présence dans ces trois secteurs. Plusieurs centres techniques français furent créés avec succès dans différents pays latino-américains comme l’Équateur, la Colombie ou le Brésil. En 1957, le Centre technique franco-péruvien (C.T.F.P.) fut ouvert à Lima. Dans ce contexte, le transfert de savoir-faire technique français au Pérou se déploya à travers un programme de coopération spécialisé aussi bien en matière technique que pédagogique10.

  • 11 W. Temple Seminario, Guía Económica del Perú, p. 226.
  • 12 T. Hampe Martinez, El Banco Central de Reserva y la economía peruana (1922-198 (...)
  • 13 Capítulo I : Comportamiento de la economía peruana 1950-2015. Panorama de la Economía Pe (...)
  • 14 J. Sheahan, La economía peruana desde 1950 : buscando una sociedad mejor, p. 33.
  • 15 T. Hampe Martinez, El Banco Central de Reserva y la economía peruana (1922-1980), p. 103 (...)

5De l’autre côté, il y avait le Pérou qui était un importateur potentiel du savoir-faire étranger. Ce pays s’efforçait d’équiper et de moderniser ses secteurs de production11. Pendant les années 1950, le Pérou était vu comme un pays en voie de développement de taille moyenne. Son modèle de croissance économique était basé sur le libéralisme12. En conséquence, il devint l’un des pays les plus attractifs de la région pour les investisseurs étrangers. Tout au long de la période étudiée, le taux de croissance de son PIB était de 5.5 % par an13. L’État péruvien joua un rôle fondamental dans la promotion de concessions, le contrôle des entreprises étrangères et l’incitation à la formation technique. Les différents gouvernements péruviens cherchèrent à accélérer la croissance économique nationale14. Les adjudications publiques pour la construction de nouvelles usines, la modernisation des secteurs industriels ainsi que la réalisation des travaux publics faisaient partie des programmes présidentiels15.

  • 16 Centre des Archives Économiques et Financières, Cote F, B-0061 428, Pérou, sit (...)

6Dans les années soixante, la coopération technique et scientifique intéressait toujours les représentants de chaque État. Les bonnes relations politiques et diplomatiques furent symbolisées par deux visites présidentielles. En 1960, les inquiétudes concernant l’extrême dépendance à l’égard des États-Unis amenèrent le président péruvien Manuel Prado à visiter les pays européens. Lors de son passage à Paris, M. Prado chercha à renforcer les relations, aussi bien politiques qu’économiques, avec la France. La recherche d’investissements, l’offre d’adjudications ainsi que la vente de matières premières (charbon) étaient quelques exemples des démarches entreprises dans la ville lumière16.

  • 17 Archivo Central del Ministerio de Relaciones Exteriores del Perú, Cote-5-14-A / 48, « Vi (...)
  • 18 Centre des Archives Économiques et Financières, « Communiqué franco-péruvien », (...)
  • 19 D. Barjot, G. Cayo Durand, « Les échanges économiques entre la France et l’Amérique lati (...)

7Quelques années plus tard, le président Charles de Gaulle et ses propos sur la « latinité » liant la France et l’Amérique latine parvinrent aussi au Pérou. Pour de Gaulle, la coopération technique devait prendre plus d’importance afin de faire face à la perte d’influence française dans les pays de toute l’Amérique latine17. Son arrivée à Lima en 1964 fut à l’origine de la mise en place de projets industriels franco-péruviens18. Pour ces deux présidents, l’innovation et le transfert de savoirs techniques et scientifiques constituèrent des sujets importants. Il faut noter que la sympathie, l’amitié et la fraternité franco-péruvienne proclamée par ces deux présidents, ne garantissait pas le succès de certains échanges commerciaux. En revanche, en matière de coopération technique, la France et le Pérou envisagèrent un ensemble de projets. Une liste de précontrats et de prospections industrielles vit ainsi le jour à la fin de chaque voyage présidentiel19.

  • 20 G. Cayo Durand, « Les relations économiques et financières entre la France et le (...)

8Les acteurs économiques français essayèrent de remporter le plus grand nombre d’adjudications de projets industriels au Pérou, notamment dans le secteur du génie civil et des travaux publics. La coopération bilatérale, au sein de laquelle le transfert de savoirs fut mis en œuvre, avait pour objectif principal de permettre à la France d’être présente économiquement au Pérou. Les données consultées dans les archives ont montré que les secteurs du bâtiment et des travaux publics, de l’ingénierie, de l’électricité et de l’hydroélectricité, de l’industrie de l’armement et le secteur bancaire étaient parmi les plus sollicités par les établissements publics et privés péruviens20.

  • 21 G. Cayo Durand de Geist, « Moderniser le Pérou sous l’influence française : la coopérati (...)

9Les Péruviens s’intéressèrent ainsi à la technologie et à l’industrie française. Quant aux appels d’offres dans le secteur des grands projets, la concurrence internationale s’était fortement accrue au Pérou. En effet, pour la mise en œuvre des travaux de grande envergure, le Pérou évaluait aussi bien les capitaux humains que financiers. La France dut lutter pour remporter ces projets. De fait, même si les Français étaient souvent bien placés, un grand nombre de projets n’ont pas abouti pour des raisons financières, politiques, voire climatiques. Toutefois, lors de la prise de décisions, quelques projets d’importance furent, tout de même, confiés aux Français21.

  • 22 Archivo Central del Ministerio de Relaciones Exteriores del Perú, Cote-5-14-A/84, (...)
  • 23 « L’économie d’un grand pays : le Pérou », Revue de la Chambre de Commerce Fra (...)

10La transmission de savoirs technique et industriel français ne s’effectua pas sans difficultés. La sidérurgie de Chimbote et la centrale hydroélectrique du Canyon del Pato illustrent bien les potentiels et les limites de la diffusion de ce savoir-faire au Pérou. La réalisation de ces deux ouvrages est connue sous le nom de « l’affaire Santa22 ». Ce contrat a été vu comme le symbole du resserrement commercial et industriel franco-péruvien23. Pour comprendre la mise en place des savoirs français au Pérou, il sera donc important de connaître les actions mises en place par les entreprises publiques et privées aussi bien péruviennes que françaises. Celles-ci ont été les acteurs principaux du transfert de compétences françaises au Pérou lors de la mise en œuvre de ces deux grands projets industriels.

La construction du Canyon del pato : le rôle de la corporación peruana del santa (CPS)

  • 24 Organisme créé en juillet 1942 en vue de l’exploitation hydro-électrique de la vallée du (...)
  • 25 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques av (...)
  • 26 Archives Paribas, Cote ET 1204/Santa, 1955-1966, lettre s.n., « Le Docteur Antunez de Ma (...)

11La Corporación peruana del santa était un organisme industriel de l’État péruvien24. Dès 1912, l’ingénieur péruvien Santiago Antunez de Mayolo a été le promoteur de la création de l’usine sidérurgique de Chimbote ainsi que de la centrale hydroélectrique du Canyon del Pato. Diplômé de l’Institut électronique de Grenoble en 1909, S. Antunez de Mayolo contribua de manière notable à la prise de décision concernant la collaboration des sociétés financières et industrielles françaises en 195425. En effet, depuis de longues années, cet illustre ingénieur péruvien avait accompli des travaux dans le domaine technique pour faciliter l’industrialisation du Pérou. Dès la création de la CPS, S. Antunez participa aux nombreux efforts mis en œuvre pour le développement industriel de la ville de Chimbote. L’installation d’ateliers d’outillage, de locomotives, de services auxiliaires du chemin de fer, du port, de l’industrie charbonnière à Chimbote a permis de développer l’indépendance économique du Pérou26.

  • 27 Archives diplomatiques, Série B-Amérique (1952-1963), Pérou (36), 13.9.1. Questions écon (...)

12En tant que partenaire commercial et industriel potentiel pour les firmes françaises au Pérou, la CPS était chargée de gérer les ressources industrielles de la vallée du Santa au nord du pays. Parmi les projets envisagés au début des années cinquante, l’usine électro-sidérurgique de Chimbote et l’usine hydroélectrique du Canyon del Pato ont été les plus importants. En 1952, Pierre Burthe-Mique, l’attaché commercial de l’ambassade de France à Lima, avait averti les autorités françaises que la différence entre les prix français et étrangers au Pérou, en ce qui concerne l’adjudication d’une petite centrale hydroélectrique, était surprenante27.

13En effet, parmi les cinq propositions faites par une firme américaine, trois allemandes et une Française, le prix le plus élevé était celui des Français. Face à une telle réalité, les chances de remporter les adjudications péruviennes se sont trouvées réduites. Par ailleurs, M. Aisner, le conseiller commercial, s’exprimait sur le sujet en ces termes :

  • 28 Archives Paribas, Divers I Pérou, Boîte 209, lettre no A-127/53, « Extrait d’une lettre (...)

« Nous sommes ici très peu de Français sincèrement animés par le sentiment des possibilités de notre pays, notre devoir est de nous entendre et de nous épauler pour faire réussir nos projets.28 »

14Il est vrai que la colonie française au Pérou était très peu nombreuse. En outre, le conseiller commercial relevait que la cohésion du groupe, dès lors que des opportunités économiques se présentaient, était un élément primordial.

  • 29 Le Canyon del Pato se situe au confluent de la rivière Santa et de la rivière Los Cedros(...)

15La construction du complexe hydroélectrique Canyon del Pato fut réalisée afin de permettre le bon fonctionnement de l’usine sidérurgique de Chimbote. Cette centrale hydroélectrique se trouvait située à environ 138 km à l’est de Chimbote. L’histoire de sa construction remontait au début des années quarante. La réalisation de cette entreprise fut longue et complexe. La construction des ouvrages de génie civil et l’achat des principaux matériels électromécaniques français se trouvèrent soudainement interrompus en octobre 1950 à la suite d’une inondation. Les travaux reprirent en novembre 1954, et la mise en service de la Centrale eut lieu en mars 195829.

  • 30 Ibidem, fol. 2.
  • 31 L’expression « groupe français » est extraite du document original. Archives Paribas, Di (...)

16En février 1954, une délégation française présidée par M. Georges Villiers, président du Conseil National du Patronat Français, s’était rendue au Pérou. À la fin de cette visite, des facilités de financement en vue de l’achèvement de l’ensemble des travaux hydroélectriques restant à effectuer furent proposées à la CPS. Un groupe de constructeurs français, chargé de fournir le matériel d’équipement de l’usine sidérurgique de Chimbote, s’y intéressait d’ailleurs énormément30. La CPS accepta la proposition faite par le « groupe français » en mars 1955. Le chef de file de ce nouveau projet était la Société Générale d’exploitations industrielles (SOGEI), associé au Consorcio de Ingenieros Contratistas Generales (CICG). Leur mission était d’achever les travaux de génie civil. Ces travaux permettaient d’utiliser les deux premiers groupes de 25 000 kW du Canyon del Pato pour assurer le bon fonctionnement de l’usine sidérurgique de Chimbote31.

  • 32 Ibidem.

17Un compte rendu daté de 1958 fournit de manière détaillée le processus de la mise en œuvre de ce projet. Concernant les tâches des sociétés françaises, il a été possible d’en repérer les principaux aspects. La SOGEI s’occupa principalement des études à réaliser, ainsi que de la coordination et du contrôle des travaux. La société Neyrpic fut chargée de fournir et de monter le matériel mécanique de la prise d’eau et du déssableur, des vannes du tunnel et de la vanne papillon. Les firmes Alsthom et Jeumont se chargèrent du matériel électromécanique de complément, à haute et basse tension. La société Constructions Métalliques et Entreprises (CME) pourvut à l’approvisionnement et au montage des blindages du tunnel et des puits. Elle fournit également les pylônes de complément. Quant au financement, il avait été mis sur pied par la Banque de Paris & des Pays-Bas prenant ainsi en charge l’acheminement des travaux relatifs à l’aménagement de la centrale hydroélectrique du Canyon del Pato32.

  • 33 Archives Paribas, Divers II Pérou, Boîte 209, « Le financement des réalisation (...)

18Le Consorcio de Ingenieros Contratistas Generales participa également à cette réalisation. Il fut chargé des finitions des ouvrages de génie civil et des montages pour les revêtements du tunnel et des puitsavec l’assistance de la Société Générale d’Entreprises (SGE)33. Les entreprises françaises durent faire face à des problèmes techniques et financiers lors de la transmission de leur savoir-faire. Néanmoins, l’expertise française faisait partie des compétences étrangères les plus recherchées par le Pérou.

L’usine sidérurgique de Chimbote : « le début de l’ère de l’acier au Pérou34 »

  • 34 Expression extraite de l’annexe I : La inauguración de la Planta Siderúrgica d (...)
  • 35 G. Cayo Durand, « Les relations économiques et financières entre la France et le (...)
  • 36 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques avec la Fran (...)

19Lorsque l’on considère l’industrie sidérurgique au Pérou, la création de l’usine de Chimbote a été perçue comme une étape historique majeure. Son achèvement fut considéré comme un grand pas vers l’indépendance industrielle en matière d’acier vis-à-vis d’autres pays d’Amérique latine35. Elle permit d’accélérer l’accroissement de la population, et de ses activités, par la création de moyens et de grands complexes industriels dans la ville de Chimbote, dans les départements d’Ancash et de la Libertad. L’inauguration de cette usine industrielle a été sans doute un événement important au niveau national. Un futur très optimiste pouvait être ainsi envisagé36.

  • 37 Ibidem, fol. 2-3.

20La première étape de la construction de cette usine fut réalisée avec succès. En 1951, le « groupe français » formé par la Banque de Paris et des Pays-Bas (BPP) et les Établissements Delattre et Frouard Réunis signa un contrat avec la CPS, en vue de l’établissement de l’usine sidérurgique de Chimbote. Toutefois, des difficultés administratives retardèrent la mise en œuvre du projet37. Après la mission économique présidée par M. Villiers en mars-avril 1954, le représentant de la BPP, M. Bedin, précisa que :

  • 38 Archives diplomatiques, Série B-Amérique (1952-1963), Pérou (36), 13.9.1. Ques (...)

« L’administration a finalement donné toute latitude aux négociations du groupe pour offrir, si la nécessité les y oblige, les conditions de crédit exceptionnelles permettant d’améliorer les propositions françaises.38 »

21Il s’agissait d’un financement sur 7 ans et ½. La BPP faisait un emprunt de 10 millions de dollars. Ainsi, les avantages des propositions françaises et les modalités de crédit s’avérèrent décisifs pour remporter ce projet pour lequel les Américains étaient les principaux concurrents.

  • 39 Archives Paribas, Divers I Pérou, Boîte 210 « Corporación Peruana del Santa, C (...)

22En juillet 1954, le contrat de la construction de cette usine, signé entre la CPS, le « groupe français » et le Consorcio de Ingenieros Contratistas Generales, fut relancé. Ces deux derniers furent chargés de la construction des bâtiments, des fondations, des services directs (direction et organisation des travaux, ingénieurs résidents, personnel ouvrier) ainsi que des installations de montage de matériels d’équipement de l’usine (appareils de chantier, fournitures)39.

  • 40 Ibidem., fol. 4-6.

23Les conditions d’exécution des travaux, les plans généraux et de détails, les dessins et les spécifications techniques avaient été préparés par le « groupe français » et le Consortium péruvien. Les Établissements Delattre et Frouard Réunis, la Société Générale d’exploitations industrielles (SOGEI, vide supra) et la Banque de Paris et des Pays-Bas avaient été les sociétés françaises engagées dans cette affaire. D’autre part, sur les 3 millions de dollars prévus pour les travaux et les fournitures, le « groupe français » finança le projet à hauteur de 670 000 dollars40.

  • 41 Archives diplomatiques, Série B-Amérique (1952-1963), Pérou (36), 13.9.1. Questions écon (...)
  • 42 Archives diplomatiques, Série B-Amérique (1952-1963), Pérou (36), 13.9.1. Questions écon (...)
  • 43 Archives diplomatiques, Série B-Amérique (1952-1963), Pérou (36), 13.9.1. Questions écon (...)

24En 1955, cette négociation était considérée comme la plus grande entreprise française réalisée au Pérou. Selon Pierre d’Huart, le chargé d’affaires, ce projet était perçu comme une première étape permettant d’envisager d’autres possibilités favorables à l’expansion économique française au Pérou41. Nonobstant l’enthousiasme présent, il fallut faire face à certains problèmes. La première commande de produits sidérurgiques (23 000 tonnes) effectuée par les importateurs péruviens, ne fut pas livrée dans les temps42. En effet, l’accord concernant l’aciérie de Chimbote n’avait pas encore été approuvé par le gouvernement péruvien. Il ne le fut qu’à partir de décembre 1954. De fait, les industriels français se montrèrent réticents à poursuivre leurs livraisons43. Pour autant, cette difficile négociation fut conclue le 9 mars 1955 lors de la signature du contrat.

  • 44 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques avec la Fran (...)
  • 45 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques av (...)
  • 46 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques avec la Fran (...)

25L’installation et la mise en service de l’usine sidérurgique de Chimbote ont été vues comme un « succès total de prestige français44 ». L’inauguration de l’usine sidérurgique et celle de la centrale hydroélectrique eurent lieu le 21 avril 1958 à la demande spéciale du président péruvien Manuel Prado. Pour des raisons politiques et personnelles, il voulut que cet événement soit « revêtu d’un éclat tout particulier45 ». Cette décision ne faisait cependant pas l’unanimité. En effet, les représentants de la CPS auraient préféré attendre un an pour que les installations soient correctement mises en marche46.

  • 47 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques avec la Fran (...)

26Les techniciens français furent forcés de faire fonctionner les différentes sections de l’usine précipitamment. Toutefois, lors de l’inauguration, aucun incident ne permit de se rendre compte des contraintes auxquels les techniciens avaient dû faire face. Des personnalités politiques influentes ainsi que des représentants de diverses sociétés françaises étaient attendus pour les cérémonies. Le directeur de la SOGESA, Jules Thérry, un expert dans l’industrie de la sidérurgie, dirigeait cette mission. Lors de cette manifestation d’amitié franco-péruvienne, la délégation française fut présidée par M. Jacques Roux, directeur adjoint des affaires politiques du Quai d’Orsay. Ses membres furent bien accueillis par les autorités péruviennes47.

  • 48 Ibidem.
  • 49 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques avec la Fran (...)

27Néanmoins, des contraintes à l’échelle internationale contrarièrent les perspectives à long terme. La baisse des prix de minerais sur les marchés mondiaux et la conjoncture internationale créèrent une atmosphère défavorable au Pérou. Ces incidents affectèrent le règlement des créances étrangères. Des négociations difficiles entre les représentants des sociétés engagées eurent lieu48. La difficulté financière de la CPS, dirigée par Max Peña Prado, dut être étudiée avant d’établir de nouveaux accords entre le « groupe français » et le consortium péruvien. L’esprit entrepreneurial du ministre des Finances au Pérou, M. Gallo Porras et les voyages de M. de Margerie, représentant de la Banque de Paris et des Pays-Bas, permirent de poursuivre cette grande entreprise franco-péruvienne49.

  • 50 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques avec la Fran (...)

28La seconde étape de la construction de l’usine s’avéra néanmoins plus compliquée. En avril 1959, les activités de l’usine de Chimbote et de la centrale hydroélectrique du Canyon del Pato, qui lui fournissait l’énergie, se trouvèrent paralysées. Les dettes de la CPS et les difficultés de trésorerie de la SOGESA constituaient de graves obstacles. Les pertes enregistrées par la nouvelle usine en fonctionnement eurent pour conséquence d’en épuiser les fonds de trésorerie. Ce fait n’était pas si étonnant étant donné qu’elle n’en était qu’à l’étape de démarrage. Cependant, un article de La Prensa intitulé : « L’usine sidérurgique del Santa a eu pendant sa première année 10 millions de perte » remit en cause le succès de l’entreprise franco-péruvienne. Aux problèmes financiers s’ajoutèrent les problèmes sociaux : une grève des ouvriers réclamant leurs salaires se produisit en avril 195950.

  • 51 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques av (...)
  • 52 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques av (...)

29Il est vrai que la réalisation de cette usine avait été parsemée d’incidents. Mais pour les comprendre, il faut les replacer dans le contexte, à la fois économique et politique du Pérou. Il faut également prendre en compte le fait que la construction de cette usine et celle de la centrale hydroélectrique du Canyon del Pato contribuèrent de manière considérable au développement économique de Chimbote. L’aciérie employait à elle seule plus de 1 000 ouvriers. Ainsi, la population de la ville augmenta beaucoup, passant de 10 000 à près de 60 000 habitants en moins de trois ans51. Quelques mois plus tard, la commande de 2 000 tonnes de fer à béton effectuée par les États-Unis (valeur de 180 000 dollars) était suivie d’une autre commande, cette fois pour l’Argentine. De fait, ces deux achats encouragèrent l’avenir de l’usine52.

  • 53 « Le Contrat de l’acier », El Comercio, Lima, jeudi 2 mars 1961, p. 1.

30En mars 1961, afin d’achever l’extension de l’industrie lourde sidérurgique, la société SOGESA fut réorganisée. La CPS y était encore le principal actionnaire. Mais la société étrangère Thesaurus avait aussi la possibilité de souscrire 15 millions de dollars avec ses propres bénéfices commerciaux. Pour le Journal El Comercio, cette affaire n’avait pas été favorable à la CPS, parce que le patrimoine des minerais de Marcona en avait été affecté53.

  • 54 Archives diplomatiques, Boîte 13-9-1, lettre no 55, « Affaires économiques en cours », (...)

31D’autre part, en dépit des attentes, en 1965 l’usine ne produisait que 60 000 tonnes d’acier électrique par an, quantité insuffisante pour le rendement normal d’une aciérie. Le fonctionnement de l’usine était meilleur lorsque les techniciens français étaient encore sur place. Cependant, une fois rentrés en France, des incidents techniques se produisirent. Les laminoirs semi-automatiques n’arrivaient pas à tourner correctement54.

  • 55 Ibidem., fol. 6.

32Sous le gouvernement de M. Prado, l’adjudication de l’extension de l’usine de Chimbote fut octroyée à la firme allemande Ferrostal. Toutefois, un scandale politique se produisit en raison de prix trop élevés. Une fois de plus, les circonstances de la politique interne du Pérou retardèrent ce grand projet. Quelques mois après l’élection du nouveau président Belaunde Terry (1963), un appel d’offres fut lancé sur la base des études faites par une firme anglaise. Cette société conseilla l’installation de laminoirs capables de traiter 180 000 tonnes par an, capacité suffisante pour la consommation locale. Les Anglais étaient très bien placés dans cette affaire, mais l’industrie française représentée par Delattre & Schneider, était davantage disposée à proposer du matériel français55.

  • 56 Archives diplomatiques, Boîte 13-9-1, lettre no 343/347, « Affaire Chimbote », (...)
  • 57 Centre des Archives Économiques et Financières, Boîte 54915, Pérou, lettre no 6942, « Gr (...)

33En 1966, il fut déclaré que les chances de remporter cette adjudication étaient infimes. Même si les Japonais étaient très bien placés pour la continuation de ce projet, ce fut la firme italienne Cosider qui fut choisie56. Le projet d’extension de l’usine sidérurgique de Chimbote fut donc remporté par les Italiens. Néanmoins la possibilité de céder à la France une partie des commandes à hauteur de 35 millions de francs fut envisagée par ces derniers57.

 

34L’analyse de la transmission de savoirs technique et industriel est étroitement liée à la problématique de la coopération technique et scientifique franco-péruvienne. Il a été démontré que le transfert du savoir-faire français a eu un impact social et économique au Pérou. Si ces deux pays n’ont pas été des partenaires commerciaux privilégiés, ils l’ont été dans le domaine de la coopération technique.

35Les acteurs du transfert de compétences techniques et industrielles françaises au Pérou ont été identifiés. Les gouvernements ont joué un rôle déterminant au moment de mener des politiques de coopération bilatérale. Les diplomates et les fonctionnaires publics ont géré les conditions administratives de la mise en œuvre de l’échange de savoir-faire français au Pérou. L’expertise des entreprises françaises au Pérou ainsi que celle de leurs partenaires péruviens ont assuré la mise en œuvre de ces projets industriels. Cependant, le rôle des individus a tout autant été important car ce sont eux qui ont mené à bien, de manière directe, le transfert de savoirs industriels. L’expertise des ingénieurs, des techniciens, ainsi que celle d’hommes d’affaires français, ont contribué au processus d’industrialisation de l’économie péruvienne. Il faut noter que pour mener à bien ces projets, la participation des collaborateurs péruviens était aussi un facteur d’optimisation.

36Pendant les années 1950 et 1960, les apports des Français au Pérou ont été renforcés dans le domaine du génie civil. L’exemple de l’aciérie de Chimbote et de la centrale hydroélectrique Canyon del Pato a mis en évidence les potentiels du savoir-faire français au Pérou. Ces deux projets n’ont pas donné uniquement un nouvel élan aux relations financières. Certes, cet élan a été essentiellement visible au niveau de la coopération technique et industrielle franco-péruvienne. Mais il a donné naissance à l’ère de l’acier au Pérou. La construction de l’aciérie de Chimbote a eu un impact considérable dans la société péruvienne, notamment dans la ville de Chimbote. Ces travaux furent en effet réalisés par des capitaux et par des techniciens français.

37Cette entreprise franco-péruvienne n’a pas été exempte de critiques. Le transfert du savoir-faire français au Pérou a rencontré des obstacles d’ordres financier, politique et technique. En dépit d’un contexte assez favorable, quelques incidents se sont produits. Le problème le plus grave tenait au fonctionnement de l’usine sidérurgique, surtout sensible après le départ des Français : ces problèmes étaient liés à l’énergie électrique et au personnel péruvien. Mais le bilan est positif. En effet, les vecteurs de la mise en œuvre de la transmission de savoirs techniques furent, dans une large mesure, les missions de différents hommes d’affaires, ministres et ingénieurs français envoyés au Pérou. De plus, la presse locale péruvienne et les conférences des experts français aidèrent à diffuser le savoir-faire français au profit du développement économique péruvien.

Bibliographie

Barjot Dominique et Cayo Durand Getsiva, « Les échanges économiques entre la France et l’Amérique latine pendant la présidence du général de Gaulle : une première approche », dans Vaïsse Maurice (dir.) De Gaulle et l’Amérique latine, 2014, p. 177-196.

Barjot Dominique, La trace des bâtisseurs : histoire du Groupe Vinci, Vinci, Rueil-Malmaison, 2003.

Barjot Dominique, Beltran Alain, Hau Michel (éds.), Industrialisation et sociétés en Europe occidentale du début des années 1880 à la fin des années 1960 : France, Allemagne-RFA, Italie, Royaume-Uni et Benelux, France, Éd. CNED-SEDES, 1997.

Barjot Dominique, Travaux publics de France : un siècle d’entrepreneurs et d’entreprises, 1883-1992, Paris, Presses de l’École Nationale des Ponts et Chaussées, 1993.

Cayo Durand de Geist Getsiva, « El reforzamiento de las relaciones franco-peruanas en el campo de la diplomacia económica (1945-1975) », Agenda Internacional, Lima, PUCP, vol. 24, no 35, 2017, p. 193-212.

Cayo Durand de Geist Getsiva, « Moderniser le Pérou sous l’influence française : la coopération technique et scientifique franco-péruvienne (1945-1975) », La Clé des Langues (éd. num), Lyon, ENS de LYON/DGESCO, ISSN 2017-7029, août 2016
[http//cle.ens-lyon.fr:espagnol:civilisation:histoire-latino-americaine:relations-internationales:moderniser-le-perou-sous-l-influence-francaise-la-cooperation-technique-et-scientifique-franco-peruvienne-1945-1975-]

Cayo Durand Getsiva, Les relations économiques et financières entre la France et le Pérou : l’exemple des entreprises industrielles et commerciales (1945-1975), mémoire de master 2 d’histoire, Paris, Université Paris-Sorbonne, sous la direction de Dominique Barjot, 2011.

C.C.A.L., « Presencia francesa en América latina », Revue de la Chambre de Commerce France-Amérique latine, Edición Especial para América Latina, no 1, Febrero, 1965, p. 18.

C.C.A.L., « L’économie d’un grand pays : le Pérou », Revue de la Chambre de Commerce France-Amérique Latine, volume IX, no 5, novembre 1955, p. 7.

Compagnon Olivier, L’Adieu à l’Europe : L’Amérique latine et la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2013.

Hampe Martinez Teodoro, El Banco Central de Reserva y la economía peruana (1922-1980), Lima, BCRP, 1995.

INEI, Comportamiento de la economía peruana 1950-2015. Panorama de la Economía Peruana 1950-2015, Lima, INEI, 2016, 17-18.

Novak Talavera Fabian, Las relaciones entre Perú y Francia (1827-2004), Lima, PUCP, 2005.

Temple Seminario Winston, Guía Económica del Perú, Lima, Instituto Peruano de Administración de Empresas (IPAE), 1968.

Sheahan John, La economía peruana desde 1950 : buscando una sociedad mejor, Lima, Instituto de Estudios peruanos, vol. 19, 2001.

Notes

1 D. Barjot et G. Cayo Durand, « Les échanges économiques entre la France et l’Amérique latine pendant la présidence du général de Gaulle : une première approche », p. 177-196.

2 D. Barjot, La trace des bâtisseurs : histoire du Groupe Vinci, p. 133. Voir aussi : D. Barjot, Travaux publics de France : un siècle d’entrepreneurs et d’entreprises, p. 58-60 et p. 219-231.

3 O. Compagnon, L’adieu à l’Europe : l’Amérique latine et la Grande Guerre.

4 D. Barjot, A. Beltran, M. Hau (éds.), Industrialisation et sociétés en Europe occidentale du début des années 1880 à la fin des années 1960 : France, Allemagne-RFA, Italie, Royaume-Uni et Benelux, 1997.

5 Voir partie I : La coopération technique : un domaine privilégié dans G. Cayo Durand de Geist, « Moderniser le Pérou sous l’influence française : la coopération technique et scientifique franco-péruvienne (1945-1975) ».

6 G. Cayo Durand de Geist, « El reforzamiento de las relaciones franco-peruanas en el campo de la diplomacia económica (1945-1975) », p. 193-212.

7 Voir F. Novak Talavera, Las relaciones entre Perú y Francia (1827-2004).

8 Archivo Central del Ministerio de Relaciones Exteriores del Perú, Cote-5-14-A/359, « Circular referente a la promoción económica », Paris, 11 de noviembre de 1968, fol. 1.

9 D. Barjot, La trace des bâtisseurs : histoire du Groupe Vinci, p. 123-140.

10 C.C.A.L., « Presencia francesa en América latina », p. 18.

11 W. Temple Seminario, Guía Económica del Perú, p. 226.

12 T. Hampe Martinez, El Banco Central de Reserva y la economía peruana (1922-1980), p. 77.

13 Capítulo I : Comportamiento de la economía peruana 1950-2015. Panorama de la Economía Peruana 1950-2015, p. 17-18.

14 J. Sheahan, La economía peruana desde 1950 : buscando una sociedad mejor, p. 33.

15 T. Hampe Martinez, El Banco Central de Reserva y la economía peruana (1922-1980), p. 103-109.

16 Centre des Archives Économiques et Financières, Cote F, B-0061 428, Pérou, situation financière 1944-1971, lettre no 273, « Amérique latine. Discours du président du Pérou », Buenos Aires, 26 mai 1960, fol. 1.

17 Archivo Central del Ministerio de Relaciones Exteriores del Perú, Cote-5-14-A / 48, « Viaje de técnicos franceses, Paris, 12 agosto de 1964, fol. 1-2.

18 Centre des Archives Économiques et Financières, « Communiqué franco-péruvien », Télégramme no 179, B-0061 432/1, Lima, 1er octobre 1964, p. 3.

19 D. Barjot, G. Cayo Durand, « Les échanges économiques entre la France et l’Amérique latine pendant la présidence du général de Gaulle : une première approche », p. 195.

20 G. Cayo Durand, « Les relations économiques et financières entre la France et le Pérou : l’exemple des entreprises industrielles et commerciales (1945-1975) », p. 209.

21 G. Cayo Durand de Geist, « Moderniser le Pérou sous l’influence française : la coopération technique et scientifique franco-péruvienne (1945-1975) ».

22 Archivo Central del Ministerio de Relaciones Exteriores del Perú, Cote-5-14-A/84, « Plan hidroeléctrico de Cañon del Pato », Paris, setiembre de 1962, fol. 1.

23 « L’économie d’un grand pays : le Pérou », Revue de la Chambre de Commerce France-Amérique Latine, p. 7.

24 Organisme créé en juillet 1942 en vue de l’exploitation hydro-électrique de la vallée du fleuve Santa. Archives diplomatiques, Série B-Amérique (1952-1963), Pérou (36), 13.9.1. Questions économiques (1952-1957), lettre no 916, « Réorganisation de la Corporation du Santa », Lima, 20 octobre 1952, fol. 1.

25 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques avec la France (1958-1963), lettre no 320, « Usine sidérurgique de Chimbote », Lima, 24 avril 1958, fol. 1.

26 Archives Paribas, Cote ET 1204/Santa, 1955-1966, lettre s.n., « Le Docteur Antunez de Mayolo fait une conférence sur la Corporación del Santa », 1955, fol. 1-2.

27 Archives diplomatiques, Série B-Amérique (1952-1963), Pérou (36), 13.9.1. Questions économiques (1952-1957), lettre no 1654, « Prix français et étrangers », Lima, 2 octobre 1952, fol. 1.

28 Archives Paribas, Divers I Pérou, Boîte 209, lettre no A-127/53, « Extrait d’une lettre de M. Aisner, conseiller commercial, à M. Jozon », 3 août 1953, fol. 1-2.

29 Le Canyon del Pato se situe au confluent de la rivière Santa et de la rivière Los Cedros. Il s’étend sur une distance d’environ 9 km. La rivière Santa coulait entre des parois rocheuses de plus de 1 000 mètres de hauteur. La dénivellation entre l’entrée et la sortie du Canyon del Pato était de 450 mètres environ dont 420 mètres étaient utilisés pour la production d’énergie électrique. L’usine du Canyon del Pato était reliée au centre de consommation de Chimbote par une ligne haute tension de 90 km de longueur, passant à 4 650 m d’altitude. Archives Paribas, Divers I Pérou, Boîte 210, « Corporación Peruana del Santa, Rapport Général, Aménagement hydroélectrique du Canyon del Pato-S.O.G.E.I. », 1958, fol. 1.

30 Ibidem, fol. 2.

31 L’expression « groupe français » est extraite du document original. Archives Paribas, Divers I Pérou, Boîte 210, « Corporación Peruana del Santa, Rapport général, aménagement hydroélectrique du Canyon del Pato. S.O.G.E.I. », 1958, fol. 1-3.

32 Ibidem.

33 Archives Paribas, Divers II Pérou, Boîte 209, « Le financement des réalisations industrielles de la France à l’étranger », 10 mai 1957, fol. 1-2.

34 Expression extraite de l’annexe I : La inauguración de la Planta Siderúrgica de Chimbote : un acontecimiento histórico, Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques avec la France (1958-1963), lettre no 318, « Inauguration du Centre Sidérurgique de Chimbote », fol. 1.

35 G. Cayo Durand, « Les relations économiques et financières entre la France et le Pérou : l’exemple des entreprises industrielles et commerciales. 1945-1975 », p. 185.

36 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques avec la France (1958-1963), « La inauguración de la Planta Siderurgica de Chimbote : un acontecimiento histórico », fol. 1-3.

37 Ibidem, fol. 2-3.

38 Archives diplomatiques, Série B-Amérique (1952-1963), Pérou (36), 13.9.1. Questions économiques (1952-1957), Télégramme no 165/6, « Affaire du Santa », Paris, 30 juin 1954, fol. 1.

39 Archives Paribas, Divers I Pérou, Boîte 210 « Corporación Peruana del Santa, Contrat », 1954, fol. 2-4.

40 Ibidem., fol. 4-6.

41 Archives diplomatiques, Série B-Amérique (1952-1963), Pérou (36), 13.9.1. Questions économiques (1952-1957), lettre no 660 « Passage de M. Corniglion-Molinier », 1955, fol. 1-2.

42 Archives diplomatiques, Série B-Amérique (1952-1963), Pérou (36), 13.9.1. Questions économiques (1952-1957), Télégramme no 6, « Communiqué DIRELATEX », Lima, 17 décembre 1954, fol. 1.

43 Archives diplomatiques, Série B-Amérique (1952-1963), Pérou (36), 13.9.1. Questions économiques (1952-1957), Télégramme no 1/DET, « À Monsieur l’Ambassadeur de France à Lima », Paris, 23 décembre 1954, fol. 1.

44 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques avec la France (1958-1963), lettre no 336, « Nouvel accord financier », Lima, 2 mai 1958, fol. 1.

45 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques avec la France (1958-1963), lettre no 283, « Inauguration des ensembles sidérurgiques et hydro-électriques du Santa », Lima, 11 avril 1958, fol. 1.

46 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques avec la France (1958-1963), lettre no 891, « Inauguration des ensembles sidérurgiques et hydro-électriques du Santa AMAE, Lima, 10 avril 1958, fol. 1.

47 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques avec la France (1958-1963), lettre no 318, « Inauguration du Centre Sidérurgique de Chimbote », Lima, 10 avril 1958, fol. 1-2.

48 Ibidem.

49 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques avec la France (1958-1963), lettre no 509, « Difficultés financières de la Corporation du Santa », Lima, 21 juillet 1958, fol. 1.

50 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques avec la France (1958-1963), lettre no 281, « Aciérie de Chimbote », Lima, 15 avril 1959, fol. 1-3.

51 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques avec la France (1958-1963), lettre no 605, « Présence française à Chimbote », l’Ambassadeur de France au Pérou à M. le Ministre des Affaires Étrangères, Direction Amérique, Lima, 19 septembre 1959, fol. 1.

52 Archives diplomatiques, Série B-Amérique, Pérou (37), Questions économiques avec la France (1958-1963), lettre no 369, « Exportation acier Chimbote États-Unis », Lima, 21 mai 1959, fol. 1.

53 « Le Contrat de l’acier », El Comercio, Lima, jeudi 2 mars 1961, p. 1.

54 Archives diplomatiques, Boîte 13-9-1, lettre no 55, « Affaires économiques en cours », 29 janvier 1965, fol. 5.

55 Ibidem., fol. 6.

56 Archives diplomatiques, Boîte 13-9-1, lettre no 343/347, « Affaire Chimbote », 13 novembre 1966, fol. 1-2.

57 Centre des Archives Économiques et Financières, Boîte 54915, Pérou, lettre no 6942, « Groupe Consultatif pour le Pérou et politique de crédit vis-à-vis de ce pays », no 8, août 1966, fol. 4.

Auteur

Docteure en histoire de l’Université Paris Sorbonne, chercheure associée au Centre Roland Mousnier, UMR 8596 Sorbonne Université CNRS

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search