Version classiqueVersion mobile

Transmission et circulation des savoirs scientifiques et techniques

 | 
Dominique Barjot

Importance des transferts de technologie

Transferts de technologie entre l’URSS et la France (1954-1991)

Boris Vinogradov

Résumé

Cet article étudie le transfert de technologie entre l’URSS et la France pendant la période de la guerre froide. La recherche s’appuie sur l’analyse des archives soviétiques et françaises de nature économique et politique. Le transfert de technologie est présenté comme une composante de la coopération économique entre l’URSS et la France. Il a connu des hauts et des bas, étant fortement lié au climat politique de l’époque. L’Union soviétique et la France en ont tiré profit : l’URSS a su construire une industrie compétitive et développée en s’appuyant sur le transfert des technologies occidentales, y compris françaises tandis que l’utilisation des technologies françaises a assuré l’orientation de certains domaines de l’industrie soviétique vers la technologie française. Un autre résultat est l’instauration de contacts permanents entre les industriels russes et français. La confiance portée aux technologies françaises a garanti un avenir prometteur dans la coopération industrielle franco-russe pour les décennies futures.

Texte intégral

  • 1 D. Barjot, R.-R. Park-Barjot, « Transferts de technologie entre France et URSS … » (...)
  • 2 M.-P. Rey « La détente franco-soviétique et les relations économiques et financièr (...)
  • 3 M. Bornstein, Transfert de technologie entre l’Est et l’Ouest : le transfert de technologi (...)

1Après la Seconde Guerre mondiale, l’URSS s’est montrée très intéressée dans l’accès aux technologies modernes occidentales. Dans cet article, on se concentrera sur le transfert de technologie entre la France et l’URSS. On décrira les principaux axes et tendances de transferts de technologie entre l’URSS et la France dès les années 1950 et jusqu’à la chute de l’Union soviétique. Les travaux des historiens français, Dominique Barjot1 et Marie-Pierre Rey2 par exemple, abordent la thématique de transfert de technologie entre la France et l’URSS pendant la « détente » des années 1964-1974. Ces travaux démontrent l’importance des aspects diplomatiques, financiers et commerciaux du transfert des technologies et permettent de comprendre que la France a joué un rôle majeur dans les transferts de technologie vers l’Union soviétique durant les années 19703.

  • 4 Technology Transfer and Scientific Co-operation Between the United States and the Soviet U (...)

2Pour évaluer les transferts, il est indispensable de préciser ce que nous entendons par « transfert de technologie ». Il s’agit « d’un processus par lequel des innovations (nouveaux produits ou savoir-faire) réalisées dans un pays sont transmises dans un autre pour y être utilisées4 ». Il s’agit essentiellement d’une transmission de savoir qui implique un rôle actif de celui qui transfère comme de celui qui reçoit. Dans le présent article, le transfert de technologie entre la France et l’URSS est étudié comme une composante de la coopération économique entre ces deux pays. En restant dans le cadre de l’histoire économique, l’analyse du transfert de technologies a été réalisée en s’appuyant sur les sources essentiellement économiques et politiques, telles que les archives françaises du Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, dossiers économiques des archives présidentielles de France, également sur les volets économiques des archives du Ministère des Affaires Étrangères de l’URSS. Une telle approche a, bien évidemment, ses limites, dont la principale se trouve dans le fait qu’en travaillant avec les sources économiques, il est difficile d’avoir une bonne vision de la coopération scientifique, tandis que le transfert de technologie se réalise souvent grâce à la coopération des chercheurs, des universités et des organismes de recherche. En même temps, dans le contexte de la guerre froide, il est clair cependant que le transfert de technologies entre la France et l’URSS est davantage le résultat d’une coopération économique et politique.

Avant le transfert de technologies, laborieux rétablissement de relations commerciales (1950-1966)

  • 5 Archives nationales, Archives présidentielles de Valery Giscard d’Estaing, (dorénavant A (...)

3L’étude du cas franco-soviétique présente un intérêt particulier. En effet, au cours des années 1960-1980, la France a joui d’un statut privilégié dans les relations extérieures de l’Union soviétique5. À ce choix, on peut voir trois raisons. Premièrement, à la différence des États-Unis, « citadelle de l’impérialisme » et de l’Allemagne fédérale, foyer supposé de revanchisme, la France a une image et une audience internationales telles qu’elle peut fournir une caution morale à la politique de détente. Ceci est d’autant vrai que ce pays a été le premier en Occident à s’engager dans cette politique. Deuxièmement, la politique d’indépendance poursuivie par la France intéresse Moscou dans la mesure où elle s’écarte de l’orthodoxie atlantiste, par conséquent, elle apparaît aux Soviétiques comme un moyen d’affaiblir la cohésion du monde occidental ou d’empêcher la naissance d’une Europe supranationale. Troisièmement, de façon plus fondamentale, la situation géographique de la France fait de ce pays le contrepoids inévitable à l’Ouest de la puissance allemande.

  • 6 C. Seranne, « Les relations économiques franco-soviétiques de 1955 à 1970 », p (...)

4Pendant la période de la guerre froide, le volume du commerce Est-Ouest est réduit au minimum. En 1949, le CoCom, comité de l’OTAN créé sur l’initiative américaine, est chargé de dresser une liste des produits dits stratégiques que les pays membres s’engagent à ne pas exporter vers l’Est. En 1952, cette liste comprend 50 % des biens entrant dans les échanges internationaux. Il n’est donc pas surprenant que le commerce de l’URSS avec l’Ouest qui représentait le cinquième de son commerce extérieur total en 1948 soit réduit au dixième en 1950. Ce déclin se répercute à l’échelon franco-soviétique lorsque les échanges sont extrêmement faibles dans les années 1950-1951, malgré l’accord commercial du 29 décembre 1945 qui marque leur reprise. Cet accord, renouvelé en 1951, définit les conditions générales présidant aux relations commerciales entre les deux pays6 : il réaffirme la clause de la nation la plus favorisée et le principe du tarif douanier minimum pour les importations et les exportations soviétiques.

5En 1952, avec la conférence économique internationale de Moscou, apparaît le premier signe d’une évolution des rapports Est-Ouest. Cette conférence est significative de la volonté soviétique d’augmenter son commerce extérieur, en particulier avec l’Ouest. À titre d’exemple, le président de la Chambre de commerce soviétique y déclarait :

  • 7 Idem, p. 6.

« [que] les Soviétiques seraient prêts à augmenter leurs achats en France de cinq à six fois ainsi que leurs exportations, dépassant ainsi le chiffre d’affaires maximum d’avant-guerre.7 »

6Après la mort de Staline, la conférence de Genève confirme cette nouvelle orientation (avril 1953). Sur le plan franco-soviétique, le résultat direct de la conférence de Moscou est la signature, le 14 juillet 1953, d’un accord commercial et d’un accord de paiement qui marquent un tournant dans les relations des deux pays. Le volume des échanges commence à s’accroître rapidement : de 37 millions de dollars en 1953, ces échanges passent à 94 millions de dollars en 1955.

7À partir de 1955, l’accélération de l’industrialisation soviétique d’une part, les exigences de la coexistence pacifique d’autre part poussent à un accroissement des échanges considérés par l’Est comme un moyen politique de détente vis-à-vis des pays industrialisés de l’Ouest. Jusqu’aux années 1965-1966, les relations purement commerciales se développent à un rythme assez rapide. Les principaux instruments du commerce Est-Ouest sont des accords bilatéraux qui stipulent les biens à échanger pour une période pluriannuelle, et qui concrétisent le désir des États de voir au moins un minimum d’échanges s’établir entre eux. Ces accords sont révisés par des protocoles commerciaux qui permettent de rééquilibrer les échanges au cas où ceux-ci sont effectués plus rapidement d’un côté que de l’autre.

  • 8 Archives du ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie (MINEFI), (...)

8Ce bilatéralisme est indissociable de deux autres éléments : monopole d’État du commerce extérieur et inconvertibilité du rouble. Le commerce extérieur est un monopole d’État, d’après l’article 14 de la Constitution de l’URSS. La réalisation des opérations de commerce avec l’étranger, négociations et signatures de contrats est déléguée à des organisations spécialisées par type de produits et par secteur géographique, communément appelées « Centrales du Commerce Extérieur8 ». Le contrôle des changes par l’État va de pair avec le monopole du commerce extérieur. L’État se réserve le droit exclusif de réaliser toutes les opérations en devises et en or. Il est le seul à disposer des moyens de paiement acceptés par les pays étrangers.

9Enfin, ce monopole des ventes et achats de devises est lié à l’inconvertibilité du rouble. Cette dernière a pour conséquence la conclusion d’accords bilatéraux, strictement équilibrés, dans lesquels les exportations soviétiques servent à obtenir les moyens de paiement nécessaires aux importations.

10À cela s’ajoutent les difficultés de commercialisation des marchandises soviétiques qui ne conquièrent pas « aisément » le marché occidental en raison de leur qualité moyenne et de leur « technicité » insuffisante. Il en résulte, pour l’URSS, une faible capacité de paiement en devises qui est un frein au développement de ses échanges avec les pays occidentaux. Néanmoins, dès le milieu des années 1960, le commerce, au sens traditionnel d’un échange de biens matériels équilibré à double sens, n’est plus considéré comme un cadre suffisant pour les relations économiques. Aux accords commerciaux se superposent des accords de « coopération », dont le plus complet est celui mis en place par l’accord franco-soviétique du 30 juin 1966.

Débuts et approfondissement du transfert des technologies (1966-1979)

  • 9 D. Barjot, « Les débuts de la Cinquième République, âge d’or des relations éco (...)

11C’est à ce moment que commence le transfert des technologies entre la France et l’URSS. Les relations franco-soviétiques ont, en effet, une configuration particulière que n’ont pas celles des autres pays occidentaux commerçant avec l’URSS. L’inspiration en faveur de la coopération entre les deux pays a été avant tout politique. On part fréquemment de la position privilégiée que la France aurait dans ses rapports avec l’URSS ; l’un des meilleurs exemples est l’adoption par les Soviétiques du procédé français SECAM de TV couleur en 19659. Ceci s’explique par le désir qu’avait l’URSS de voir la France jouer le rôle d’arbitre de la détente en Europe, tout en conservant le leadership en ce qui concerne les rapports Est-Ouest, et maintenir le statu quo européen, en empêchant la RFA, en particulier, de prendre la place dominante.

  • 10 Arch. prés. VGE, AG/5(3)/1089, lettre, le 7 octobre 1974.
  • 11 Archives MINEFI, B4451, mai 1975.
  • 12 Ibid.

12Le développement des relations économiques entre la France et l’URSS s’est traduit par un approfondissement au-delà du commerce en direction de la coopération économique, scientifique et technique10. Cette nouvelle approche s’est concrétisée par la signature, le 27 octobre 1971, « de l’accord sur le développement de la coopération économique, technique et industrielle » pour une période de dix ans. L’objectif du doublement des échanges que s’étaient fixé les deux gouvernements français et soviétique lors de la signature tant du premier accord commercial (1965-1969) que du second (1970-1974) a été largement dépassé. Le volume du commerce est ainsi passé de 1,5 milliard de francs en 1964 à près de 6 milliards en 197411. La balance commerciale entre la France et la Russie est en outre excédentaire depuis 1968. En 1974, l’évolution du commerce extérieur était particulièrement satisfaisante pour les Soviétiques. Leurs exportations en France ont augmenté de plus de 50 %, grâce à l’accroissement des prix du pétrole et des matières premières, alors que leurs achats en France n’ont progressé que de 10 % environ – si l’on fait abstraction des ventes de céréales réalisées en 1973 (572 millions de francs) qui ne se sont pas poursuivies en 1974. L’augmentation s’élève à 25 %. Il faut noter toutefois que les ventes de machines françaises à l’URSS ont triplé et représentent en 1974, presque la moitié des exportations12.

  • 13 Arch. prés. VGE, AG/5(3)/1089, lettre, le 7 octobre 1974.

13Lors des années 1970, la France et l’URSS poursuivent leurs efforts en vue de développer et de renforcer la coopération entre les deux pays. En matière politique, les relations franco-soviétiques n’ont cessé de devenir plus confiantes et plus régulières13. Parallèlement les échanges économiques et commerciaux marquaient une croissance très rapide et s’approfondissaient pour s’étendre largement jusqu’à la coopération industrielle et scientifique. Cette coopération se réalise en priorité dans les domaines de l’économie qui offrent les perspectives les plus favorables à son développement, par exemple, l’industrie lourde et chimique.

  • 14 H. Wienert, E. Zaleski, Transfert de techniques entre l’Est et l’Ouest, p. 23.

14Dans le cadre des accords de la coopération économique et technique, les entreprises françaises ont été invitées à réaliser de nombreux projets industriels en URSS. Il s’agit des contrats de fourniture d’équipements, usines clés en main aux industries chimiques, pétrochimiques, métallurgiques, légères et alimentaires. La forme la plus efficace du transfert de technologie, c’est la livraison d’usines « clés en main », qui s’accompagne le plus souvent d’une aide de démarrage, et fréquemment de stages de formation. Ce type de transfert s’est fortement développé au cours des années 1970, notamment dans l’industrie chimique, la sidérurgie et l’industrie automobile. Le montant des contrats est souvent considérable. Pour les pays de l’Est, les usines « clés en main » ont essentiellement pour avantage de présenter une technologie supérieure et de pouvoir être mises en marche rapidement14.

15En ce qui concerne le transfert des technologies soviétiques à destination de la France, ces transferts existaient aussi. Les organismes et les spécialistes soviétiques ont participé à la réalisation d’installations industrielles en France ; des contrats ont été conclus en particulier pour la fourniture d’équipements destinés aux hauts-fourneaux de la première tranche du complexe sidérurgique de Fos-sur-Mer, aux installations de raffinage primaire du pétrole, ainsi que pour la livraison des presses hydrauliques de haut tonnage (65 000 tonnes).

Vers la crise du transfert de technologies françaises à destination de l’URSS (1979-1991)

  • 15 D. Barjot, R.- P. Barjot, « Transferts de technologie entre France et URSS … », p. 101.
  • 16 G. Sokoloff, L’économie de la détente : l’URSS et le capital occidental, p. 181.
  • 17 L. Badel, Diplomatie et grands contrats. L’État français et les marchés extérieurs au xx(...)

16Les années 1978-1979 marquent la fin de cet « âge d’or15 » de la coopération économique et de transfert de technologie entre la France et l’URSS. Débute alors « le repli des années 1970 », analysé par Georges Sokoloff16. Il s’engage à partir du XXVe congrès du Parti, qui s’est tenu en 1976. Le coup de frein affecte notamment les exportateurs occidentaux : leur part du marché soviétique des équipements atteint en 1976 son niveau le plus haut depuis 1947. Il s’agit en effet pour les autorités soviétiques de stabiliser, puis diminuer l’endettement net en devises convertibles de l’URSS. Y contribue aussi le facteur politique, notamment la crise polonaise et, surtout, l’invasion de l’Afghanistan, survenue fin décembre 1978. Celle-ci entraîne une politique de sanctions de la part des États-Unis. La France ne peut échapper au mouvement. Dès avril 1978, N. Patolitchev admet « la nécessité d’une pause des commandes de l’URSS17 ».

17De manière globale, les achats soviétiques de biens d’équipement aux principaux pays occidentaux ont diminué de façon importante depuis 1981 (diminution de près de 50 % en 1983 par rapport à 1981). En France, le ministère de l’Économie et des Finances a observé la diminution des contrats de très grande taille (supérieur à 1 Md de F) ou même, de façon moins accentuée, de grande taille (supérieur à 100 MF). Dans une Note datant de mars 1984, il constate que l’Union soviétique s’est orientée vers la construction d’unités moins grandes, ou la modernisation d’installations existantes. Cette tendance reflète une modification des priorités sectorielles. Dans les secteurs de l’industrie pétrolière, chimique et pétrochimique, les grands projets sont en diminution. En revanche, les achats soviétiques se maintiennent, sinon se développent dans le secteur prioritaire de l’industrie agro-alimentaire, ainsi que pour les machines-outils et les équipements pour l’industrie légère.

  • 18 Archives du Ministère de la politique extérieure de la Russie (AVPRF), 71/188/18, « Prob (...)
  • 19 Archives du Ministère de la politique extérieure de la Russie (AVPRF), 71/188/18, « Prob (...)

18Les années 1980 ont révélé une stagnation et un manque de perspectives des liens commerciaux et économiques bilatéraux existants, principalement sur le plan structurel. En 1986, l’échange des marchandises est tombé en dessous de 3 milliards de roubles, niveau de 197918. En 1986, la France, en tant que partenaire de l’Union soviétique (parmi les pays capitalistes industrialisés), ne s’est classée que cinquième, perdant sa position traditionnelle au profit du Japon19. La diminution des contrats de biens d’équipement conclus par la France avec l’URSS pendant les années 1980 est donc due à trois facteurs :

  • la baisse des commandes de biens d’équipement passées de façon générale avec les pays occidentaux ;
  • la tendance à l’accroissement du taux d’échec des sociétés françaises, due, notamment, aux difficultés de financement ;
  • la mauvaise adaptation de l’offre française, qui, incontestablement, joue un rôle très important.
  • 20 Ibid.

19Une telle situation a révélé les limites évidentes au développement du commerce franco-soviétique « asymétrique », où l’on échange les matières premières contre les produits finis. Cette situation contrevient aux principes modernes de la participation des pays industrialisés dans la division internationale du travail20. La circonstance la plus négative est que cette tendance continue à se développer. En même temps, les difficultés économiques internes et externes des États socialistes se font sentir. Il existe toujours une dette extérieure significative dans les pays du CAEM. Le transfert de technologie est étroitement lié à la « santé » des échanges économiques. Or, les années 1980 ont été marquées par des crises dans le processus de transfert de technologies françaises à destination de l’Union soviétique.

  • 21 Archives AVPRF, 68/174/19, « Relations commerciales et économiques entre l’URSS et la Fr (...)

20L’exemple le plus marquant d’une telle crise est la situation créée autour de la société française Thomson-CSF21. Conformément au contrat signé en 1979, Thomson-CSF devait livrer à l’URSS l’équipement pour la production de centraux téléphoniques automatiques électroniques en vue du fonctionnement des systèmes de contrôle de gazoduc d’exportation Ourengoï-Pomary-Uzhgorod. Ce contrat prévoyait également le transfert de la production de circuits intégrés monolithiques. En avril 1982, probablement sous la pression de l’administration Reagan, le gouvernement français décida de suspendre l’exécution des obligations, par la société Thomson-CSF, aux termes de ce contrat, dans sa partie concernant le transfert de la production de circuits intégrés monolithiques, ce qui rendait impossible l’organisation de la production de centraux téléphoniques automatiques électroniques. Les approvisionnements reprirent en septembre 1982, grâce aux démarches actives de la représentation commerciale soviétique à Paris.

 

21Il convient d’abord de constater, que le transfert de technologies entre la France et l’URSS a bien existé tout au long de la période de la guerre froide. Il a connu des hauts et des bas, étant fortement lié au climat politique de l’époque. L’Union soviétique et la France en ont tiré leur profit. En plus de revenus considérables issus de la vente de ses technologies et des biens technologiques à l’URSS, la France a assuré l’orientation de certains domaines de l’industrie soviétique vers la technologie française. Le résultat de cette tendance est que, même plusieurs années après les livraisons et le montage de l’équipement français, l’URSS a continué à acheter des pièces de rechange en France, et à inviter des spécialistes français pour l’entretien de machines. L’URSS a su construire une industrie compétitive et développée en s’appuyant sur le transfert des technologies occidentales, y compris Françaises.

22Un autre résultat en a été l’instauration des contacts permanents entre les industriels russes et leurs homologues en France. La confiance en technologies françaises a garanti l’avenir prometteur de la coopération industrielle franco-russe pour les décennies à suivre. L’exemple le plus significatif de la continuité du transfert de technologies françaises a été l’industrie automobile. Grâce aux contacts entamés au début des années 1950 et poursuivis jusqu’aux années 1980, la marque française Renault a réussi à s’implanter avec beaucoup de succès en Russie des années 1990-2010.

Bibliographie

Badel Laurence, Diplomatie et grands contrats. L’État français et les marchés extérieurs au xxe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

Barjot Dominique, « Les débuts de la Cinquième République, âge d’or des relations franco-russes ? L’exemple de la télévision en couleur », dans Les Français dans la vie intellectuelle et scientifique en Russie (xviiie- xxe siècles), Tchoubarian Alexandre, Liechtenhan Francine-Dominique (dir.), Okuneva Olga (coord.), Moscou, Olma Media Group, 2010, p. 355-365.

Barjot Dominique, Park-Barjot Rang-Ri, « Transferts de technologie entre France et URSS du milieu des années 1960 à celui des années 1970 : entre coopération scientifique et technologique, choix des politiques étrangères et montages financiers à long et moyen termes » dans Tchoubarian Alexandre, Lichtenhan Francine-Dominique, Cœuré Sophie et Okouneva Olga (dir.), Les Français dans la vie intellectuelle et scientifique en URSS au xxe siècle, Moscou, Institut d’histoire universelle de l’Académie des sciences de Russie, 2014, p. 101-116.

Blanchemaison-Karanov Isabelle, 1991, la fin de l’URSS, Paris, Sciences Po, 2011.

Bornstein Morris, Transferts de technologie entre l’Est et l’Ouest : le transfert de technologie occidentale à l’URSS, Paris, OCDE, 1985.

Brand Denis, L’expérience soviétique, Paris, Sirey, 1993.

Carrière Pierre, L’économie de l’URSS, Paris, Masson, 1974.

Doubinine Youri, Moscou-Paris dans un tourbillon diplomatique : témoignage d’ambassadeur, Paris, Broché, 2002.

Dyson Kenneth, European détente : case studies of the politics of east-west relations, Londres, Frances Pinter, 1986.

Escarguel Olivier, Mitterrand devant la fin de l’URSS : perceptions, réactions, répercussions 1985-1991, thèse de doctorat en histoire, Paris, Sciences Po, 2006.

George Pierre, L’économie de l’URSS, Paris, PUF, 1990.

Gomart Thomas, Double détente : les relations franco-soviétiques de 1958 à 1964, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.

Grantu Claude, « 1988-1992 : la France et l’URSS/Russie : la période des occasions perdues », Relations internationales et stratégiques, no 9, Villetaneuse, 1993, p. 172-180.

Lhomel Édith, Transitions économiques à l’Est : 1989-1995, Paris, la Documentation française, 1995.

Moullec Gaël, Pour une Europe de l’Atlantique à l’Oural : les relations franco-soviétiques (1956-1974), Paris, les Éditions de Paris-Max Chaleil, 2016.

Narinskij Mihail, Vaïsse Maurice, Les crises dans les relations franco-soviétiques : 1954-1991, Paris, A. Pedone, 2009.

Nygren Bertil, Cooperation between the Soviet Union and three Western great powers, 1950-1975, Stockholm, The Swedish institute of international affairs, 1981.

Oberdieck Annette, « Le rôle des banques françaises et allemandes dans les relations économiques avec l’Union soviétique entre 1970 et 1990 », thèse de doctorat en histoire, Paris, Institut d’études politiques, 1996.

Seranne Catherine, « Les relations économiques franco-soviétiques de 1955 à 1970 », Notes et Études Documentaires, La Documentation française, 19 juillet 1971.

Seurot François, Les causes économiques de la fin de l’Empire soviétique, Paris, Presses universitaires de France, 1996.

Sokoloff Georges, L’économie de la détente : l’URSS et le capital occidental, Paris, Presses de la FNSP, 1983.

Soutou Georges-Henri, La guerre de cinquante ans. Les relations Est-Ouest 1943-1990, Paris, Fayard, 2001.

Rey Marie-Pierre, La tentation du rapprochement France et URSS à l’heure de la détente (1964-1974), Paris, Publications de la Sorbonne, 1991.

Rey Marie-Pierre, « La détente franco-soviétique et les relations économiques et financières, 1960-1974 », dans Études et documents, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, V, 1993, p. 307-355.

Vaïsse Maurice, De Gaulle et la Russie, Paris, CNRS, 2012.

Vaïsse Maurice, « Les crises dans les relations franco-soviétiques dans les années 1970 », Revue d’histoire diplomatique, no 2, 2006, p. 99-187.

Werth Nicolas, Histoire de l’Union soviétique : de l’Empire russe à la Communauté des États indépendants : 1900-1991, Paris, PUF, 2012.

Wienert Helgard, Zaleski Eugène, Transfert de techniques entre l’Est et l’Ouest, Paris, OCDE, 1980.

Notes

1 D. Barjot, R.-R. Park-Barjot, « Transferts de technologie entre France et URSS … », p. 101-116.

2 M.-P. Rey « La détente franco-soviétique et les relations économiques et financières, 1960-1974 », p. 307-355.

3 M. Bornstein, Transfert de technologie entre l’Est et l’Ouest : le transfert de technologie occidentale à l’U.R.S.S, p. 162-173.

4 Technology Transfer and Scientific Co-operation Between the United States and the Soviet Union: A Review, préparé pour le Sub-Committee on International Security and Scientific Affairs du Committee on International Relations par le Congressional Research Service, 1977.

5 Archives nationales, Archives présidentielles de Valery Giscard d’Estaing, (dorénavant Arch. prés. VGE), AG/5(3)/1089, lettre, le 7 octobre 1974.

6 C. Seranne, « Les relations économiques franco-soviétiques de 1955 à 1970 », p. 5.

7 Idem, p. 6.

8 Archives du ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie (MINEFI), B4451, Conseils aux exportateurs. L’organisation du commerce extérieur en URSS, mai 1975.

9 D. Barjot, « Les débuts de la Cinquième République, âge d’or des relations économiques franco-russes ? L’exemple de la télévision en couleur », p. 355-365.

10 Arch. prés. VGE, AG/5(3)/1089, lettre, le 7 octobre 1974.

11 Archives MINEFI, B4451, mai 1975.

12 Ibid.

13 Arch. prés. VGE, AG/5(3)/1089, lettre, le 7 octobre 1974.

14 H. Wienert, E. Zaleski, Transfert de techniques entre l’Est et l’Ouest, p. 23.

15 D. Barjot, R.- P. Barjot, « Transferts de technologie entre France et URSS … », p. 101.

16 G. Sokoloff, L’économie de la détente : l’URSS et le capital occidental, p. 181.

17 L. Badel, Diplomatie et grands contrats. L’État français et les marchés extérieurs au xxe siècle, p. 370.

18 Archives du Ministère de la politique extérieure de la Russie (AVPRF), 71/188/18, « Problèmes de la coopération économique franco-soviétique », note analytique, 1987.

19 Archives du Ministère de la politique extérieure de la Russie (AVPRF), 71/188/18, « Problèmes de la coopération économique franco-soviétique », note analytique, 1987.

20 Ibid.

21 Archives AVPRF, 68/174/19, « Relations commerciales et économiques entre l’URSS et la France », Note d’information, 3 janvier 1983.

Auteur

Doctorant contractuel, Sorbonne Université, Centre Roland Mousnier, UMR 8596 Sorbonne Université CNRS

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search