Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contacts, conflits et créations linguistiques

 | 
Guylaine Brun-Trigaud

Horlor gorom1 !

Isabelle-Rachel Casta

Résumé

Une langue hybride qui parle suffisamment à chacun, tout en restant opaque à tous : c’est le sort des paroles magiques qui, du Seigneur des Anneaux aux Dragons de Nalsara, nervurent notre imaginaire de leur aporie. Leur prétendue « pureté » (ou « impureté ») est elle-même une fiction, ou plus exactement la métaphorisation d’un ressenti expérientiel idéologiquement reconstruit : mais leur charme, au sens profond de « carmen », n’en agit pas moins, porté et subsumé par l’apprentissage enfantin des puissances et des impuissances du langage.

On comprend dès lors pourquoi le latin macaronique, qui était déjà l’esperanto de l’Europe médiévo-renaissante, va servir de langue véhiculaire aux univers de la fantasy, puisqu’il s’agit en fait de ré-enchanter le monde par une parole d’affect et d’énergie, de puissance et de bonté, après le triple choc de la fin des religions et des idéologies, et le triomphe corrélé de la révolution numérique.

Le klingon, la fourchelang, le dothraki ou le parlénigm : ces littératures nous disent qu’il y a sans doute encore, dans la lumière du Logos, une Pentecôte poétique pour toucher le cœur des choses : « Néoc varna slimane, karug er nos dûrim, Sorna lami, mnelek, sorok vanyl… »2

Texte intégral

  • 1 En langue dragon : « arrière, démon ! », prononcé pour la première fois dans Delval, Les Dragons de (...)

 

  • 3 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 8, Sortilèges sur Nalsara, p. 26.

« Pour s’initier à la magie, rien de mieux que les hauteurs…
–… Et le souffle du vent ! reprennent les deux femmes.
– Car tout est dans le souffle, vois-tu, Cham ! Sans le souffle…
– … les mots ne sont rien. »3

  • 4 On lira par exemple A. Ruaud, Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux.

1Riche en « fictions linguistiques » de toute nature, le « médiéval fantastique », abrégé en « medfan », est souvent désigné par ses deux composantes les plus spécifiques : donjons et dragons4. La complexité et la sophistication des productions inspirées de cette thématique dépassent bien entendu ce binôme réducteur, et s’affirment pleinement dans un traitement symboligène du langage, qui fera proprement l’objet de cette communication.

2Prenons quelques instants pour remonter à l’origine : J. R. R. Tolkien, dans Le Seigneur des Anneaux (1955 ; en fait dès Bilbo the Hobbitt en 1937), induit une fantasy haut de gamme, assez élitiste, très cultivée : c’est le courant anglais – où s’illustrent déjà Lewis Carroll, Lord Dunsany (La Fille du Roi des Elfes)… le Peter Pan de James Barrie, ou bien encore, contemporain de Tolkien (c’est son meilleur ami) Clive Stapple Lewis et Le Monde de Narnia (1950-1956) ; quelques traits communs se retrouvent, dans tous les cas :

  • un sacré immanent,

  • un cadre pré-technologique,

  • un monde alternatif.

3Au nom même de cet « autre monde », s’autorise une langue plus ou moins construite, cohérente et articulée, chargée de véhiculer un rapport plus essentiel aux choses et aux êtres, dans un esprit souvent très proche du cratylisme – qui, on s’en souvient refuse l’arbitraire du signe pour privilégier une motivation plus profonde entre ce qui est désigné et l’outil linguistique.

4Souvent lié à la magie – les sorts lancés par le Harry Potter de J. K. Rowling rempliraient un volume entier – ce « nouveau » langage (en fait connoté comme « ancien, originel, atavique ») emprunte à tous les systèmes phonétiques et syntaxiques déjà existants, pour créer un hybride qui parle suffisamment à chacun, tout en restant opaque à tout le monde. Il va de soi que cette prétendue « pureté » (ou « impureté ») d’une langue est elle-même une fiction, ou plus exactement la métaphorisation d’un ressenti expérientiel idéologiquement reconstruit.

5Nous évoquerons donc, dans un premier temps, l’exemple des Harry Potter, et de Marie-Hélène Delval, comme discret mais efficace recyclage des diglossies en tension dans la fantasy, réévaluée en allégorie de l’apprentissage enfantin des puissances et des impuissances du langage ; puis nous élargirons notre questionnement en comparant quelques traits linguistiques marquants – et même discriminants – entre les fantasies anglaise, américaine et française ; pour enfin conclure en nous demandant si le merveilleux ne tient pas précisément à cette « confiance fictionnelle » qui s’affirme explicitement comme telle – contrairement au fantastique qui, lui, simule encore un « réel » dont l’artificialité jure avec la factualité revendiquée.

Dire le Cosmos ou dire l’Anthropos : quelle place pour la langue des Dragons de Nalsara ?

  • 5 Dans The Left hand of Darkness (1969), par exemple… ajoutons qu’entrent alors dans cette catégorie (...)
  • 6 Opus essentiels : Les langues imaginaires : mythes, utopies, fantasmes, chimères et fictions lingui (...)
  • 7 Un peuple souterrain, les Vril-ya, y parle le vril.

6Les fictions linguistiques – entendons par là un récit où le langage inventé va jouer un rôle déterminant dans le déroulement de l’intrigue – sont souvent rassemblées en deux grandes catégories du logos : exprimer essentiellement un autre monde, ou construire principalement un autre être. Pour exemplifier, prenons deux romans d’H. G. Wells : La Machine à remonter le temps interroge plutôt le statut des humains, alors que La Guerre des Mondes se préoccupe davantage du sort de notre univers… et l’on pourrait étendre à d’autres auteurs ces remarques (en particulier Lovecraft et Ursula le Guin5). Nous savons par ailleurs qu’une acception plus restreinte et plus critériée ramène les fictions linguistiques à un plus étroit compendium : pour des chercheurs comme Marina Yaguello6, Umberto Eco ou Noam Chomsky, seuls les récits qui mettent réellement les langues inventées comme sujet de leur discours ont si je puis dire droit à cette dénomination… qu’il s’agisse de The coming race (La race à venir7), d’Edward Bulver-Lytton (1871), de Babel 17 de Samuel R. Delany (1966)… ou de l’appendice en novlang (sorte de « basic English ») dont Orwell fait suivre son roman 1984… et qu’on ne lit guère ! La question linguistique est bien au centre de l’intrigue, alors que le latin de Potter n’est qu’un adjuvant. Nous utiliserons donc la formule « fiction linguistique » avec précaution et guillemets !

7Venue d’une généricité grande pourvoyeuse de scénarios de dark fantasy – nous voulons parler de la matière de Bretagne et des légendes arthuriennes, l’épopée des Dragons de Nalsara, de Marie-Hélène Delval, forme l’adaptation à la fois juvénile et didactique du legendarium de Tolkien ; l’auteur s’est fait accompagner par les superbes dessins d’Alban Morilleau qui dit explicitement s’inspirer du monde de l’illustrateur et peintre John Howe (tons sépia, bruns, pourpres, vert sombre, or bruni pour les couvertures). Précisons encore un point : notre réflexion portera sur la « première époque » (les 12 premiers épisodes).

8Les intrigues se déroulent principalement sur « l’île aux dragons », ainsi nommée parce que les dragonnes viennent y pondre leurs œufs ; Antos, le père de Cham et Nyne (les petits héros), est l’éleveur des jeunes dragons, jusqu’à ce qu’on puisse les emmener à la capitale, où ils font alors partie de l’armada royale. Les sous-titres (chaque épisode pose et résout une mini-énigme, et peut donc être lu pour lui seul) restent majoritairement « localistes » : La Citadelle noire, Les maléfices du marécage, Dans le ventre de la montagne, Complot au palais, etc. Ce qui permet de répondre à la question « où ? ».

9Nous le disions il y a un instant : encore une histoire de famille ! Comme dans Star Wars ! Ici, le méchant c’est Darkat (Dark… Vador ?), demi-frère de Dhydra, épouse d’Antos, et donc oncle de Nyne et Cham ; Dhydra est la fille d’un puissant sorcier, mais elle a choisi la Lumière en épousant Antos ; enlevée par maléfice à sa famille, elle se morfond dans une prison « addrake », car elle refuse d’appeler les Dragons qui permettraient aux sorciers de vaincre le royaume d’Ombrune et son roi. Plus l’histoire s’avance, plus on plonge dans le passé : Solveig, la mère de Dhydra, fut séduite par Eddhor, le seigneur noir des Addraks ; elle mourut d’épuisement en fuyant, et remit son enfant à sa fidèle servante et nourrice, Viriana ; celle-ci sert de lien et de mémoire entre les trois générations : Solveig/Dhydra/Nyne… Eddhor fut tué par sa propre Strige, animal fait de noirceur qu’il avait inventé ; son fils, Darkat, a hérité de la Strige, qui s’efforce de comprendre ses désirs…

10Le titre ne fait d’ailleurs pas mention de personnages humains, mais d’animaux fabuleux (dragons) et d’un lieu proprement u-topique : NALSARA. On apprendra que c’est la ville-capitale du royaume d’Ombrune (« une ombre »… ?). L’accent est mis non sur les deux jeunes héros que l’on va découvrir, mais sur leurs amis légendaires, ces dragons qui font la force et la fierté du royaume… les 4 A du titre : DRA/NAL/SA/RA connotent une promesse épique (assonance) et annoncent aussi les prénoms d’un certain nombre de héros : Cham, Antos, Dhydra, les Addraks, Darkat, Nastrad, Sappi, Saddi, Hadal, Damian, tous porteurs de la lettre A. Il est permis de songer à la ville de « Samsara », qui procède de la même répartition syllabique, ou tout simplement au Monde de Narnia. Pour rester dans l’ordre phonétique, ou syllabique, peut-on aller jusqu’à constater que les « enfants » ont des noms monosyllabiques (Cham, Nyne, Nour…) et les adultes des noms plus longs ?

  • 8 Dans la série Buffy contre les vampires, les sorcières Willow et Tara lancent aussi des sorts en «  (...)

11On le voit : épée, magie, héroïne déchirée, cruelle Strige contre vaillant Dragon, frère fourbe contre mari dévoué… Chacun des clans a ses adjuvants et ses opposants : le petit garçon Cham sera bientôt capable de parler « en dragon » comme sa mère (exactement comme Potter en fourchlangue), et deux magiciennes l’aident à déjouer les pièges ourdis par les sorciers ; nommées Mélisande et Isendrine (ce qui est à peu près l’anagramme d’un nom par l’autre…), elles peuvent à la rigueur rappeler le duo de sorcières Willow-Tara de la série Buffy contre les vampires8.

  • 9 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 4 : La nuit des Élusim, 2010, p. 32.
  • 10 Op. cit., p. 33.

12C’est une constante, dans le monde de la fantasy, qu’une langue énigmatique et sacrée s’ajoute à la langue usuelle ; le dialogue avec les animaux (cela s’appelle artiser) est un autre grand classique de la magie : Nour, le dragonneau, et Cham, l’adolescent, se comprennent et se parlent. Nyne, la petite sœur, est liée aux éléments aquatiques, elle peut appeler le serpent de mer Vag à son secours, et il la transporte sur son dos comme Nour transporte Cham : là encore, on se souvient de Harry voyageant sur l’hypogriffe de Hagrid, Buck. Donc ce qui frappe le plus, c’est la présence constante non pas d’une « langue magique », mais de deux ou trois langages cryptés… celui des Dragons et celui des magiciennes, qui calque évidemment l’inventivité des sortilèges de Harry Potter, ou le cherokee de la saga La maison de la Nuit (K. et P.C. Cast). Mais vient s’y ajouter, nous le disions, un troisième genre de communication – entre Nyne et des poissons fabuleux, les Élusims, à ceci près que si l’on entend textuellement se parler Nour et Cham, on sait seulement qu’il y a un langage propre aux bêtes des eaux et à l’enfant, mais tout ce qui est retranscrit est un murmure ou un chantonnement : Hruummmm9… le reste relevant du discours narrativisé, de type : « La gamine, elle… elle parle avec cet animal ! [...] La petite fille pose des questions, et l’élusim lui répond10 », etc.

13Si nous procédons à un regroupement des « massifs exolinguistiques », quelques séquences majeures apparaissent. D’abord, le sort d’ouverture :

  • 11 Delval, Les Dragons de Nalsara, t. II, Le plus vieux des Dragonniers, p. 51. Notons tout de suite q (...)

« Messire Damian prononce :
– Effractet ! Le couvercle s’ouvre, laissant apparaître une simple boule de verre [...] »11

  • 12 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 3, Complot au palais, p. 17.

« Agenouillé sur le plancher, le garçon murmure le mot qui provoque l’ouverture :
– Effractet !12 »

  • 13 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 7, Le secret des magiciennes, p. 33. La scène se reproduit à d (...)

« Cham [...] prononce la formule d’ouverture :
– Effractet !13 ».

  • 14 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 8, Sortilèges sur Nalsara, p. 30.

« Effractet ! Le couvercle se soulève. Cham prend la boule de verre dans ses mains. »14

14Puis le commandement des dragons, leitmotiv essentiel :

  • 15 Cf. note 1. Précisons quand même qu’il faut attendre le 12e épisode pour connaître le sens précis d (...)

« Il lui semble alors que sa gorge forme des mots étranges, qu’il ne connaît pas : Horlor gorom ! »15

La même incantation revient au moins trois fois dans l’épisode 6 (p. 78, 79, 81)

15Ensuite, l’apprentissage lexique, fondé sur la mémorisation et sur la virtu, dirait Vico :

  • 16 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 8, Sortilèges sur Nalsara, p. 36.
  • 17 Op. cit., p. 63.

« Sans même réfléchir, il lance rageusement : Brilill’iol !16 » ; « Cham découvre que Brilill’iol est une contraction de brilillié orinioli, qui signifie “brillez, lucioles”. [...] Pluie se dit lochti, et mer c’est slimane.[...] Aile, c’est fenn, et au pluriel, fennas ; épée, c’est swor… »17

16Quelques pages plus loin, l’apprentissage est immédiatement testé :

  • 18 Op. cit., p. 77.

« Il clame :
– Swor ! Il a réussi ! Une épée s’est matérialisée devant lui. »18

17Dans l’épisode suivant, il surprend sa mère, elle-même magicienne, en créant de la lumière avec le fameux Brilill’iol ! ; mais c’est pour avouer tout de go qu’une autre tentative a échoué :

  • 19 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 9, La Citadelle noire, p. 23.

« Mais quand j’ai lancé « Fennas ! » pour avoir des ailes, ça n’a pas marché. »19

18Plus tard encore (épisode 10), il convoque les lucioles avec une énergie quasi maléfique :

  • 20 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 10, Aux mains des sorciers, p. 28.
  • 21 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 8, Sortilèges sur Nalsara, p. 27.

« Brilill’iol ! Les lucioles lui obéissent à une vitesse surprenante20 ».
« Cham se concentre. [...] Et il lance d’un coup :
– Krandach’ ! »21

19Enfin, Cham et Nyne apprennent ensemble la formule d’appel aux dragons :

  • 22 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 6, La colère de la strige, p. 30-31.

« Virnié nouri stragi ! [...] c’est drôle : Nouri ça ressemble à Nour… »22

20C’est même Nour, un bébé dragon, qui explique à Cham le sens de ces mots… avec un petit cours de grammaire en plus :

  • 23 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 7, Le secret des magiciennes, p. 54-55.

« Straji, ça veut pas dire dragon, par hasard ? « Dragon se dit « straj », précise Nour. Au pluriel, straji » « Et virnié nouri straji ? » « Venez, vaillants dragons ? »23

21La formule revient de façon obsessionnelle tout au long du cycle, puisqu’elle est au cœur de la guerre que se livrent le roi Bertram et les sorciers Addraks ; mais au-delà des enjeux de pouvoir et de suprématie, se distingue un pur instant de grâce lorsque dans La Citadelle noire, la mère de Cham le berce « en dragon » :

  • 24 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 9, La Citadelle noire, p. 81. La même scène se reproduit dans (...)

« Néoc varna slimane, karug er nos dûrim, Sorna lami, mnelek, sorok vanyl… »24

22Elle domine également les sorts de métamorphose :

  • 25 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 10, Aux mains des sorciers, p. 84.

« Slimane, murmure-t-elle. Vanya slimane… La mer, le vent de la mer… »25

  • 26 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 11, Les maléfices du marécage, p. 31-36.

23« Néoc Niévidim26 » permet de se rendre invisible, mais l’énergie que ce sort nécessite excède les forces de Dhydra… Heureusement qu’« Ispélénia » guérit les blessures :

  • 27 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 12, Dans le ventre de la montagne, p. 75.

« Il a appris un mot très utile pour soigner les petites plaies : ispélénia ! »27

  • 28 Tritter, Encyclopédie du fantastique, p. 540. La cosmogonie est la théorie (scientifique ou mythiqu (...)

24Entre le Monde et le Moi, le logos agit donc comme un pharmakon réparateur ; pour reprendre des termes freudiens, il rétablit le heimlich au sein de l’Unheimlichkeit – faire de la lumière quand tout est noir, soigner, bercer pour que l’on s’endorme, ou encore dévoiler des secrets qui vont aider au triomphe du bien. On comprend pourquoi, pour Giovanni Berjola, « la fantasy est l’aboutissement cosmogonique du fantastique28 ».

Une incommensurabilité paradigmatique ?

  • 29 Ce pseudonyme – car c’en est un – vient du Château des Carpates de Jules Verne…
  • 30 Un excellent article est consacré à cette idéolangue : « Le monde selon WARD », Edouard Launet, Lib (...)
  • 31 Hoban, Enig Marcheur, « riddleyspeak » traduit en français par Nicolas Richard. Dans le passionnant (...)

25Ce relevé rudimentaire nous amène néanmoins à une constatation : nous sommes très loin encore du déploiement de fictions comme celle de Frédéric Werst29, qui dans son épopée WARD se sert de 10 000 mots complètement inventés… avec même une anthologie des œuvres censées avoir été écrites en wardwesân ; fleuron des conlangs (pour constructed languages) et idole des conlangers, cette monumentale saga30 (le tome II vient de paraître au Seuil, sous le titre : WARD : iiie siècle) se revendique digne héritière du klingon, le langage inventé pour Star Trek ; la Bible et même Shakespeare sont d’ailleurs traduits en klingon – qui peut aussi s’enorgueillir d’un opéra ! Un autre « contre-exemple » pourrait être donné par le curieux roman de l’américain Russel Hoban, Enig Marcheur, écrit en parlénigm dans un monde post-apocalyptique où les langues se sont effondrées sur elles-mêmes… les 304 pages de ce roman ont pris 6 ans de la vie de l’auteur (disparu en 2011), et un an et demi pour son traducteur31 ; rien de tel ici, cœur de cible oblige !

26Nalsara consiste plutôt en une appropriation progressive des puissances du Verbe, un apprivoisement aux forces indomptées de la nature et des éléments, à la fois écologique et féministe ; nous sommes certes dans une « royauté » hors du temps ; mais lors de leur fuite éperdue loin des Addraks, Dhydra et son fils rencontrent un « Libre Peuple », caché dans les replis du marécage et des Mornes Monts. Ils sont les survivants du Norland, pays décimé par les sorciers noirs, et ils attendent des jours meilleurs pour retrouver toute leur place. Il y a donc, même au sein d’une royauté féodale (roi bienveillant, peuple heureux, magiciennes puissantes, dragons protecteurs…) tous les signes d’une « démocratie » (Les maléfices des marécages), qui n’attend qu’un signal pour se soulever et retrouver ses prérogatives. Guidé par un chaman aveugle (mais la vraie vision est celle du cœur), ce peuple parvient à repousser la magie de Darkat, qui traque sa sœur et son neveu…

27Les jeunes lecteurs suivent deux enfants qui ont l’âge des élèves en fin de primaire : 9 ans et 11 ans : l’identification est puissamment facilitée ; à la fois hors-temps et hors-lieu, le monde de Nalsara, répétons-le, a le charme d’une chronique médiévale fabuleuse, mais les rapports y sont modernes : enfants entreprenants, initiation réussie, premiers émois amoureux, retrouvailles avec la mère absente… Nous croisons donc Philia, Eros et Agapé ; les dragons, comme dans la populaire série Merlin, délèguent à leurs amis humains une « sagesse » venue du fond des âges obscurs, et que seuls un patient apprentissage et une initiation exigeante permettront de comprendre.

28Soulignons d’ailleurs le récent changement de paradigme du dragon : jadis gardien redoutable et dangereux des trésors et des princesses, il devient peu à peu un animal positif, généreux, résistant… même si les dragons de La Coupe de feu (Harry Potter) restent, eux, assez peu sympathiques. On peut cependant penser au mouvement général de dé-diabolisation des anciennes figures horrifiques ; chimérique, dangereux, tout-puissant… le dragon cracheur de feu porte l’un des statuts les plus ambigus de la « xéno-encyclopédie » animale propre à la fantasy. Implacable comme Smaug (le dragon ennemi des Nains d’Erebor, chez Tolkien), cabochard et caractériel comme Norbert, le bébé dragon insupportable qu’aime Hagrid dans Harry Potter, sensible comme la dragonne de Schreck ou mystérieux et séduisant comme les bêtes d’Eragon… Le seul personnage entièrement positif de Game of Thrones est une jeune princesse déchue, Daenerys Targaryen, qui est toujours accompagnée de trois jeunes dragons qu’elle a littéralement « couvés » et qui l’aiment comme leur mère ; convoités par tous, ces dragons la protègent et la défendent en « carbonisant » les ennemis imprudents qui croisent près de leurs naseaux ; le titre original de la saga est d’ailleurs A Song of Ice and Fire : le « feu » en question est bien celui que crachent les « enfants » de Daenerys.

29Mais le grand modèle reste et demeure Harry Potter – insurpassable horizon de tous les blockbusters adolescents.

  • 32 Les noms « latinisés » des sorciers de Poudlard attestent la permanence de cette imprégnation : Sev (...)

30J. K. Rowling a fait de sa saga un compendium des cultures et des références, où l’« Ignotus » Harry – car c’est évidemment lui qu’allégorise le 3e frère Peverell du conte du barde Beedle – s’ouvre à la profondeur du savoir et de la souffrance en même temps qu’il s’initie à la chaleur de l’amitié et de la fraternité (ces Contes transposent d’ailleurs les Contes de Canterburry de Chaucer). On comprend dès lors pourquoi le latin, qui était déjà l’esperanto de l’Europe médiévo-renaissante, va servir de langue véhiculaire à tous les sorciers32, en tant que commun dénominateur des élites lettrées. Dans la topique de Jakobson, le latin pourrait emblématiser la fonction « conative » du langage, puisque les incantations sont généralement suivies d’effets… parfois irrévocables.

31Il ne sera pas question ici de passer en revue l’étendue du registre des sorts – de nombreux sites33 le font à la perfection, mais d’interroger les latinismes ou hellénismes dominants comme référence souterraine constante à une culture résolument « classique », permanente ré-affirmation d’un trésor à préserver et à diffuser. Nous allons fonder essentiellement nos propos sur la traduction de Jean-François Ménard34, en précisant cependant qu’il y a, même dans la transposition des formules latines35, des différences entre la version originale et la version française…

  • 36 Poudlard est une public school sur le modèle d’Eton (Hogwarts School of Witchcraft and Wizardry), d (...)

32La plupart des commentateurs saluent en Harry Potter une union réussie entre le phénomène mass-médiatique que nous connaissons, et la revendication d’un nouveau « moment élisabéthain », comme si l’auteur faisait siennes les théories qui voient dans la culture classique une science occulte, à protéger inconditionnellement. La renaissance anglaise a lié le latin, le grec et la magie blanche : Albus (le Blanc) Dumbledore serait le nouveau John Dee (d’où le « D » répété deux fois), savant, alchimiste et philosophe, qui voyait dans l’occultisme un bien à mettre au service de tous. Mais contrairement peut-être à l’époque élisabéthaine, dans Harry Potter la magie est plus exhibée que cachée – c’est même la première chose que l’on retient… Or ce qui est réellement occulté, en revanche, c’est le rapport au latin, au français – archi-présent à Poudlard36, que ce soit dans les noms de Gryffindor, de la famille Malefoy ou de Voldemort, mais aussi par le personnage de Fleur Delacour ou l’école de BeauxBâtons…

  • 37 « Je parie que c’est Flamel en personne qui a demandé à Dumbledore de la mettre en lieu sûr. Ils so (...)
  • 38 Milner, « Pourquoi Harry Potter est de gauche », p. 8-9.
  • 39 Rowling, Harry Potter et les Reliques de la mort, p. 695.

33Dès le premier épisode, Dumbledore est montré comme ami du français Nicolas Flamel et de son épouse37 – ce que masque malencontreusement le titre français, qui anodinise la « pierre philosophale » originale en « école des sorciers » infiniment plus passe-partout. Dans un article retentissant38, le linguiste Jean-Claude Milner va jusqu’à voir dans les Moldus les Anglais « thatchéro-blairistes », et dans les Sorciers l’aristocratie libre de préjugés, unie au peuple souffrant, contre la petite bourgeoisie bornée et matérialiste que représentent les Dursley. Le latin et le grec sont alors des voies de résistance, contre un système libéral qui présente une apparence d’hédonisme, fait en réalité de multiples mini-oppressions. Wingardium leviosa !39

34Or, dans Les Dragons…, il n’y a que très peu de sorts à consonance purement latine… à part le déjà signalé effractet ; faudrait-il y voir une « timidité » de l’auteur, devant une langue ancienne réputée complexe, donc potentiellement élitiste ? Faut-il – de la même façon – y lire un reflet des « connaissances et compétences » du socle commun qui n’impliquent pas le latin ? Les consonances mélangent plutôt idiomes nordiques ou même slaves (straj fait son pluriel en « i », comme en russe et en… latin, tandis que le Néoc niévidim peut s’inspirer aussi bien du verbe vidietjs (voir) que du latin video, vidi, visum… à condition que ne hoc veuille dire « pas cela », ce qui est assez cohérent) ; on croise aussi quelques orientalismes (slimane, élusim, durim avec le pluriel en – im de l’hébreu, même si le singulier le comporte déjà !). La mélodie générale des propos réfère bien davantage aux langues de Tolkien, dont le critique Stéphane Jarno rappelle la variété et les origines indo-européennes, essentiellement finnoises d’ailleurs :

  • 40 Jarno, « Dans un trou vivait un hobbit… », p. 27.

« L’auguste philologue d’Oxford [...] forge même [...] plusieurs langues. Les plus abouties, le “quenya” et le “sidarin” comptent chacune plus de deux mille mots de vocabulaire, une vraie structure grammaticale et même une calligraphie ! »40

35Il en reste quelque chose chez M. H. Delval : le guttural horlor gorom est censé rappeler le mugissement des dragons, dont il garde en effet le « g », le « r », appuyés par la liquide « l » et la labiale « m »… avec le fond vocalique sombre du « o » montant du fond du gosier en feu des dragons royaux. Entre l’onomatopée et le rugissement, cette formule particulièrement réussie symbolise également le lien inconscient et involontaire qui unit Cham aux dragons : il sait d’instinct crier les mots qui leur donneront énergie et direction, et n’en découvrira le sens – assez stéréotypé, d’ailleurs – qu’au terme de son initiation…

36En revanche, le Brilill’iol ! rappelle davantage les mots-valises et les télescopages qui occupent également une grande place dans le langage des petits sorciers : on se souvient du choixpeau magique, ou des lashlabask et autres mutinlutin malimpesti ! Swor (l’épée) est d’ailleurs un hommage direct au sword anglais (le glaive). Extrêmement composite dans ses emprunts, ses allégeances et ses effets, l’idéo-langue de Nalsara reste bien en deçà de son modèle implicite ; en effet dans Harry… la mythologie, ou tout simplement les consonances, latines ou grecques se mêlent à d’autres langues, sous-langues, allusions… dont la plus brillante est l’identité du grand professeur féminin de Poudlard, « MINERVA » McGonagall !

  • 41 Sa sœur s’appelle Alecto, comme l’une des trois Parques ; quelle famille ! Ajoutons que la tribu de (...)

37Minerve-Athéna, la plus intellectuelle des déesses antiques, associée à un nom de clan écossais haut en couleur… donne la mesure du métissage et des courts-circuits culturels et civilisationnels dont Poudlard est le cadre bienveillant. C’est pour la défendre que Harry jettera le sort d’Endoloris, (VO : Crucio !), lorsque le Mangemort Amycus Carrow41 lui crache à la figure ; c’est assez rare pour être noté :

  • 42 Rowling, Les Reliques de la Mort, p. 633.

« Vous n’auriez pas dû faire ça. [...] Harry s’écria :
– Endoloris ! Le Mangemort fut arraché au sol. Il se tortilla dans les airs [...] se débattant, hurlant de douleur [...] et s’effondra par terre, inconscient. »42

38Très proche, par son charisme et sa bienveillance, des magiciennes de Nalsara, Minerva verra cependant mourir trois des hommes qu’elle aura le plus aimés : Remus Lupin, Severus Rogue et Albus Dumbledore. La perte et le deuil sanctionnent-ils toujours l’exception ?

Valar Morghulis !43

  • 43 Cette formule signifie : « tout homme doit mourir ! » Elle illustre dans Game of Thrones (saison II (...)
  • 44 « Il s’assit sur le muret, à côté du chat. [...] C’est amusant de vous voir ici, professeur McGonag (...)
  • 45 Rowling, Les Reliques de la mort, pp. 643-644.

39Apparue à l’incipit de la septologie sous la forme d’un chat44, Minerva incarne pourtant l’esprit de résistance au point d’animer l’inanimé, pendant la bataille de Poudlard : elle lance le fameux « Piertotum locomotor », qui précipite toutes les statues et les armures dans le conflit ; « Poudlard est menacé ! hurla le professeur McGonagall. Faites votre devoir envers notre école !45 ».

  • 46 Pour apprécier l’étendue du sous-texte grec, on lira Wenskus, « Die dunkle Seite des Fachs. Latein (...)
  • 47 Voir l’évocation d’un Dumbledore aristotélicien dans Bray, « La septologie de Harry Potter : un mon (...)
  • 48 Propos rapportés dans William Bates, « Magic, Christianity and Harry Potter », http://www.christaqu (...)

40Elle est ainsi l’intime d’Albus, qui représente aux yeux de beaucoup la quintessence de l’enseignement aristotélicien ; ce sous-texte grec46 est attesté également par les exergues choisis pour le dernier volume : l’un provient d’un auteur grec, Eschyle, l’autre d’un penseur chrétien, William Penn. Comme l’évoque fortement la critique Suzanne Bray47, les commentateurs William Bates et Steven Patterson insistent sur l’ancrage aristotélicien de la saga. Elle rappelle également l’apport de Andrew Goddard, pour qui la vision du monde de J.K. Rowling « est enraciné(e) dans le monde classique et met l’accent sur l’amitié, les vertus et la formation du caractère »48.

  • 49 « Parlez-vous le dothraki ? », p. XI.

41Marie-Hélène Delval ne peut avoir tout à fait la même motivation, mais elle est aussi rejointe, dans son choix d’idiomes slavisants ou saxons par la saga de G.R.R. Martin Game of Thrones (« Le trône de fer ») ; en plus de la réhabilitation des dragons, dont nous parlions plus haut, cette série fait exister une langue, le dothraki, qui mixe habilement le swahili et l’estonien, et comporte plus de 3 400 mots (il existe d’ailleurs déjà un dictionnaire anglais-dothraki). Ce n’est pas Martin l’inventeur de l’exo-langue, mais David J. Peterson, pour les besoins de la série télévisée ; la collaboration entre l’auteur « littéraire » et son développeur « télévisuel » a bel et bien accouché d’un langage dont les amateurs se répètent déjà les plus frappantes formules : « hajas » (sois fort) ; « addrivat » (tuer) ; « san athchomari yeraan » (merci). Le numéro du Courrier international récemment consacré à la série affirme d’ailleurs que pour le New York Times : « Game of Thrones offre sans doute la plus grande vitrine télévisée pour une langue inventée49 » ; ajoutons en guise de péroraison qu’un million de téléchargements illégaux ont « salué » la diffusion du premier épisode de la 4e saison, en une demi-journée seulement (6 avril 2014) : ispélénia !

42Longtemps notre conception du fantastique a été dépendante des cadres donnés par T. Todorov, différenciant fantastique « pur » et merveilleux ; aujourd’hui… on oppose plutôt deux fantastiques entre eux : le fantastique de l’hésitation au fantastique de la présence. La « peur » qui était liée aux lectures fantastiques a déserté l’ordre du surnaturel pour réintégrer les littératures mimétiques (thriller et « policier » en général), avec des figures du Mal très repérables : le serial killer, le pédophile.

  • 50 Futur à vapeur : tout se passe comme si la vapeur avait continué à régner depuis la fin du xixe siè (...)

43Mais la dark fantasy garde le « sense of wonder »… comme dans Star Wars, le space opera ou « planetary romances » (voir le succès d’Avatar, vaste « space » militaire), qui a fait rêver le monde entier depuis trente ans ; des genres novateurs ont vu le jour dans les années 1990-2000, ainsi Alan Moore dans The Watchmen ou La ligue des gentlemen extraordinaires, le steampunk50 fantasy (ou gaslight romance), les fantasy historiques de Pierre Pevel, les uchronies… Face aux romans noirs et aux techno-thrillers, l’œuvre colossale de l’Américaine Robin Hobb (alias Megan Lindholm) est elle aussi unanimement appréciée : Cycle de l’assassin royal, cycle des Aventuriers de la mer, cycle du soldat chamane… Il en va exactement de même pour Nalsara, Potter ou bien encore Game of Thrones.

44Il s’agit en fait de ré-enchanter le monde par une parole d’affect et d’énergie, de puissance et de bonté, après le triple choc de la fin des religions et des idéologies, et le triomphe corrélé de la révolution numérique ; c’est pourquoi la philosophe Sandra Laugier souligne que :

  • 51 Laugier, « Absolutisme sériephile », p. 35.

« Cette temporalité à la fois étrange, décalée et proche de la vie donne [...] sa texture sensible, en constitue l’expérience, la nôtre, celle aussi de personnages voués à la mort [...]. Mais en attendant, il faut vivre. »51

Bibliographie

« Parlez-vous le dothraki ? », Game of Thrones, supplément du Courrier international n° 1221, 27 mars 2014, p. 9.

Bray Suzanne, « La septologie de Harry Potter : un monde où se rencontrent la morale traditionnelle et le politiquement correct… », dans Casta Isabelle (dir.), Si d’aventure… La littérature aventureuse a-t-elle vécu ? Paris, Le Manuscrit, 2009, p. 157-180.

Delval Marie-Hélène, Les Dragons de Nalsara, vol. 2, Le plus vieux des Dragonniers, Paris, Bayard Éditions Jeunesse, 2008.

Delval Marie-Hélène, Les Dragons de Nalsara, vol. 3, Complot au palais, Paris, Bayard Éditions Jeunesse, 2008.

Delval Marie-Hélène, Les Dragons de Nalsara, vol. 4 : La nuit des Elusims, Paris, Bayard Éditions Jeunesse, 2009.

Delval Marie-Hélène, Les Dragons de Nalsara, vol. 6, La colère de la strige, Paris, Bayard Éditions Jeunesse, 2009.

Delval Marie-Hélène, Les Dragons de Nalsara, vol. 7, Le secret des magiciennes, Paris, Bayard Éditions Jeunesse, 2009.

Delval Marie-Hélène, Les Dragons de Nalsara, vol. 8, Sortilèges sur Nalsara, Paris, Bayard Éditions Jeunesse, 2010.

Delval Marie-Hélène, Les Dragons de Nalsara, vol. 9, La Citadelle noire, Paris, Bayard Éditions Jeunesse, 2010.

Delval Marie-Hélène, Les Dragons de Nalsara, vol. 10, Aux mains des sorciers, Paris, Bayard Éditions Jeunesse, 2010.

Delval Marie-Hélène, Les Dragons de Nalsara, vol. 11, Les maléfices du marécage, Paris, Bayard Éditions Jeunesse, 2011.

Delval Marie-Hélène, Les Dragons de Nalsara, vol. 12, Dans le ventre de la montagne, Paris, Bayard Éditions Jeunesse, 2011.

Hoban Russel, Enig Marcheur, 1980, trad. De Nicolas Richard, Monsieur Toussaint Louverture éditions, 2012.

Jarno Stéphane, « Dans un trou vivait un hobbit… », Télérama n° 2971-2972, 20 décembre 2006.

Laugier Sandra, « Absolutisme sériephile », Libération, 26-27 avril 2014.

Launet Édouard, « Le monde selon WARD », Libération, 3 mars 2014, p. 31-33.

Lewis Clive Stapple, Le Monde de Narnia, 1950-1956.

Milner Jean-Claude, « Pourquoi Harry Potter est de gauche », Libération, 26 octobre 2007, p. 8-9.

Rowling J.K., Harry Potter à l’école des sorciers, trad. Jean-François Ménard, Gallimard Jeunesse, 199852.

Rowling J.K., Harry Potter et la Chambre des secrets, trad. Jean-François Ménard, Gallimard Jeunesse, 1999.

Rowling J.K., Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban, trad. Jean-François Ménard, Gallimard Jeunesse, 2000.

Rowling J.K., Harry Potter et la Coupe de Feu, trad. Jean-François Ménard, Gallimard Jeunesse, 2001.

Rowling J.K., Harry Potter et l’Ordre du Phénix, trad. Jean-François Ménard, Gallimard Jeunesse, 2003.

Rowling J.K., Harry Potter et le Prince de sang-mêlé, trad. Jean-François Ménard, Gallimard Jeunesse, 2005.

Rowling J.K., Harry Potter et les Reliques de la mort, trad. Jean-François Ménard, Gallimard Jeunesse, 2007.

Ruaud A., Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux, éd. Les moutons électriques, 2004.

Stélandre Thomas, « À s’en tordre la langue », Libération, 6 décembre 2012.

Stephenson Neal, Le Samouraï virtuel, 1992.

Tolkien J. R. R., Le Seigneur des Anneaux, 1955.

Tolkien J. R. R., Bilbo the Hobbitt, 1937.

Tritter Valérie (dir.), Encyclopédie du fantastique, éditions Ellipses, 2011.

Vance Jack, Les langages de Pao, 1958.

Wenskus Otta, « Die Serie erzieht ihre Zuschauer, Zur Intellektualisierung erfolgreicher Fehrnsehserien », in Gegenwart und Altertum, s/d Robert Rollinger et Gundula Schwinghammer, Innsbrück, 2011, p. 167-186.

Yaguello Marina, Les Fous du langage : des langues imaginaires et leurs inventeurs, 1984.

Yaguello Marina, Les langues imaginaires : mythes, utopies, fantasmes, chimères et fictions linguistiques, 2006.

Notes

1 En langue dragon : « arrière, démon ! », prononcé pour la première fois dans Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 3 : Complot au palais, p. 75. À lire dès 8 ans, ce roman illustré est conforme à la loi 49-956 du 16 juillet 49 sur les publications destinées à la jeunesse.

2 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 9, La Citadelle noire, p. 81.

3 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 8, Sortilèges sur Nalsara, p. 26.

4 On lira par exemple A. Ruaud, Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux.

5 Dans The Left hand of Darkness (1969), par exemple… ajoutons qu’entrent alors dans cette catégorie des œuvres aussi diverses entre elles que La machine à parler de Marcel Schwob, Les langages de Pao de Jack Vance (1958) ou Le Samouraï virtuel de Neal Stephenson (1992)… Même La Tour sombre de S. King, par le nombre de ses néologismes, pourrait à la limite entrer dans le cadre définitoire.

6 Opus essentiels : Les langues imaginaires : mythes, utopies, fantasmes, chimères et fictions linguistiques (2006) et Les Fous du langage : des langues imaginaires et leurs inventeurs (1984).

7 Un peuple souterrain, les Vril-ya, y parle le vril.

8 Dans la série Buffy contre les vampires, les sorcières Willow et Tara lancent aussi des sorts en « latin de cuisine ». Sur l’utilisation des mythologies orientales et antiques dans les séries télévisées, lire Wenskus, « Die Serie erzieht ihre Zuschauer, Zur Intellektualisierung erfolgreicher Fehrnsehserien ».

9 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 4 : La nuit des Élusim, 2010, p. 32.

10 Op. cit., p. 33.

11 Delval, Les Dragons de Nalsara, t. II, Le plus vieux des Dragonniers, p. 51. Notons tout de suite qu’il s’agit indéniablement d’un « latin macaronique » reconstruit à partir du subjonctif d’ordre des verbes en o, as are, avi, atum… et du sème effraction. Très en vogue aux xvie et xviie siècles, cette latinisation burlesque de termes souvent triviaux nous a laissé le célèbre « pedibus cum jambis » que Molière invente à la fin de son Malade Imaginaire

12 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 3, Complot au palais, p. 17.

13 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 7, Le secret des magiciennes, p. 33. La scène se reproduit à d’innombrables reprises…

14 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 8, Sortilèges sur Nalsara, p. 30.

15 Cf. note 1. Précisons quand même qu’il faut attendre le 12e épisode pour connaître le sens précis de ces mots inconnus : « – Les dragons ne te l’ont pas appris, Cham ? Ça signifie : Arrière, Démon ! », Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 12 , Dans le ventre de la montagne, p. 59).

16 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 8, Sortilèges sur Nalsara, p. 36.

17 Op. cit., p. 63.

18 Op. cit., p. 77.

19 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 9, La Citadelle noire, p. 23.

20 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 10, Aux mains des sorciers, p. 28.

21 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 8, Sortilèges sur Nalsara, p. 27.

22 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 6, La colère de la strige, p. 30-31.

23 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 7, Le secret des magiciennes, p. 54-55.

24 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 9, La Citadelle noire, p. 81. La même scène se reproduit dans l’épisode suivant, Aux mains des sorciers, p. 36.

25 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 10, Aux mains des sorciers, p. 84.

26 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 11, Les maléfices du marécage, p. 31-36.

27 Delval, Les Dragons de Nalsara, vol. 12, Dans le ventre de la montagne, p. 75.

28 Tritter, Encyclopédie du fantastique, p. 540. La cosmogonie est la théorie (scientifique ou mythique) expliquant la formation de l’univers, ou de certains objets célestes.

29 Ce pseudonyme – car c’en est un – vient du Château des Carpates de Jules Verne…

30 Un excellent article est consacré à cette idéolangue : « Le monde selon WARD », Edouard Launet, Libération, 3 mars 2014, p. 31-33. On nous recommande d’ailleurs d’aller consulter le site Conlang.org, pour faire connaissance avec la Language Creation Society.

31 Hoban, Enig Marcheur, « riddleyspeak » traduit en français par Nicolas Richard. Dans le passionnant article qui lui est consacré dans Libération (Thomas Stélandre, « À s’en tordre la langue »), on découvre qu’il n’existe que deux versions traduites : la française et l’espagnole, l’auteur s’étant farouchement opposé à toute transposition.

32 Les noms « latinisés » des sorciers de Poudlard attestent la permanence de cette imprégnation : Severus, Albus, Sirius, Lucius, Rubeus, Remus, Dédalus…

33 Sites : http://fr.vikidia.org/wiki/Sortil%C3%A8ges_de_Harry_Potter; on peut aussi consulter l’encyclopédie des sorts, sur http://www.encyclopedie-hp.org/spells/spells.php.

34 Lui-même a reconnu avoir « allégé » certaines descriptions ou gags dans Le prisonnier d’Azkaban… Il n’est pas le seul à avoir craint une « surcharge cognitive » des jeunes lecteurs : la version américaine du premier Harry Potter stipule « and the Sorcerer’s stone », plus simple croyait-on que l’original « Philosopher’s stone ».

35 La formule « exspecto patronum » a été rendue dans le version française par « spero patronum » : à l’attente, on ajoute l’espérance… « Patronus », c’est le défenseur, le protecteur (Cf. : en anglais « exspecto patronum » in Rowling, Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban, p. 179), tandis que la traduction française préfère : « spero patronum » (p. 197 du même volume). « Endoloris », c’est le cri que l’on pousse en français (Rowling, Harry Potter et les Reliques de la mort, p. 673). Le nom du sort se dit en version originale « Cruciatus curse »… d’où en anglais : Crucio (par exemple, Rowling, Harry Potter et les Reliques de la mort, p. 506, quand Crabble essaie de tuer Harry). Le néologisme horcruxe garde bien son lien sémantique avec l’idée de souffrance « crucifiante » du Crucio.

36 Poudlard est une public school sur le modèle d’Eton (Hogwarts School of Witchcraft and Wizardry), donc d’un système qui voit en effet le jour sous Henri VIII puis sous Elisabeth 1ére, lorsque Cambridge et Oxford échappent à la tutelle de l’Eglise.

37 « Je parie que c’est Flamel en personne qui a demandé à Dumbledore de la mettre en lieu sûr. Ils sont amis [...] (Rowling, Harry Potter à l’école des sorciers, p. 218).

38 Milner, « Pourquoi Harry Potter est de gauche », p. 8-9.

39 Rowling, Harry Potter et les Reliques de la mort, p. 695.

40 Jarno, « Dans un trou vivait un hobbit… », p. 27.

41 Sa sœur s’appelle Alecto, comme l’une des trois Parques ; quelle famille ! Ajoutons que la tribu des Black est riche en noms gréco-latins, aux accents de constellations ou de demi-dieux : Andromeda, Cygnus, Cassiopeia, Pollux, Orion, Narcissa… Vrai snobisme ou légère parodie ? Les deux, n’en doutons pas.

42 Rowling, Les Reliques de la Mort, p. 633.

43 Cette formule signifie : « tout homme doit mourir ! » Elle illustre dans Game of Thrones (saison II), la difficile condition d’Aria Stark, fille d’un chef déchu, bientôt orpheline et en fuite perpétuelle… (G.R.R Martin pour la saga littéraire, Benioff et Weiss pour la série télévisée).

44 « Il s’assit sur le muret, à côté du chat. [...] C’est amusant de vous voir ici, professeur McGonagall, dit-il. Il tourna la tête pour adresser un sourire au chat tigré » (Rowling J.K., Harry Potter à l’école des sorciers, p. 14). Quand on sait que « Miss Teigne », la compagne féline d’« Argus » Rusard, se nomme en version originale « Mrs Norris », on mesure mieux encore l’attention prêtée aux références culturelles ; « Mrs Norris », c’est la commère fouineuse typique des personnages de Jane Austen ; clin d’œil et coup de griffe d’un même tenant !

45 Rowling, Les Reliques de la mort, pp. 643-644.

46 Pour apprécier l’étendue du sous-texte grec, on lira Wenskus, « Die dunkle Seite des Fachs. Latein und andere magische Sprachen », p. 429-442.

47 Voir l’évocation d’un Dumbledore aristotélicien dans Bray, « La septologie de Harry Potter : un monde où se rencontrent la morale traditionnelle et le politiquement correct… », p. 175-176.

48 Propos rapportés dans William Bates, « Magic, Christianity and Harry Potter », http://www.christaquarian.net/papers/bates_potter.pdf., le 7 janvier 2001, p. 1.

49 « Parlez-vous le dothraki ? », p. XI.

50 Futur à vapeur : tout se passe comme si la vapeur avait continué à régner depuis la fin du xixe siècle, qu’il n’y avait ni électricité, ni matières plastiques, ni pétrole… Avant 1979, on parle de « proto-steampunk ».

51 Laugier, « Absolutisme sériephile », p. 35.

52 Volumes originaux parus chez Bloomsbury Publishing, London, 1997-2007.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access