Version classiqueVersion mobile

Transmission et circulation des savoirs scientifiques et techniques

 | 
Dominique Barjot

L’agriculture : entre assimilation des acquis de la science et transmission des savoir-faire

Raymond Février et la transmission des savoirs agronomiques

Sébastien Pivoteau

Résumé

À partir des documents qu’il a donnés récemment aux Archives nationales et à l’aune des questionnements soulevés par la transmission des savoirs agronomiques, cet article se propose de relire la trajectoire de Raymond Février (né en 1920) qui, entre autres fonctions, a occupé successivement, de 1946 à 1978, celles de chercheur, d’inspecteur général et de directeur général à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA). Deux traits la caractérisent entre tous : d’une part, le souci permanent de diffusion de connaissances à finalité pratique et immédiate auprès du monde agricole et industriel ; de l’autre, la volonté non moins ferme d’influer sur les politiques structurelles en matière d’agriculture et de recherche agronomique.

Texte intégral

  • 1 Nous nous permettons de renvoyer le lecteur intéressé au répertoire numérique déta (...)
  • 2 Tome 6, septembre 2001, p. 9-103.
  • 3 Respectivement intitulés Mon Dictionnaire. G : D’une guerre à d’autres, 2012 [rédigé pour (...)

1Cet article s’appuie essentiellement sur les documents donnés aux Archives nationales en 2012 par Raymond Février (né en 1920). Conservé sous le numéro 20170135, ce fonds, classé et inventorié par l’auteur à l’automne 2017, comprend trois grands ensembles documentaires : des dossiers de travail constitués dans le cadre des fonctions de chercheur, d’inspecteur général et de directeur général que R. Février occupe successivement, de 1946 à 1978, à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) ; des archives produites au cours des missions d’administration et d’expertise qu’il remplit notamment, dans les années 1970-1980, auprès d’établissements d’enseignement et de recherche tels que l’université de Corse, le Centre du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et des forêts (CEMAGREF) et le Centre international de hautes études agronomiques (CIHEAM) ; des pièces relatives à son engagement durable au Parti socialiste et à d’autres aspects de sa vie privée1. La quasi-totalité du parcours professionnel et politique de l’un des principaux acteurs de la recherche agronomique française de la seconde moitié du xxe siècle se trouve ainsi éclairée. À titre complémentaire, deux autres sources ont été mobilisées : d’une part, le témoignage recueilli par Denis Poupardin en 1996, publié dans la revue Archorales2 ; de l’autre, deux volumes de mémoires demeurés inédits, obligeamment communiqués à l’auteur3.

2À partir de ce corpus, il s’agira donc de relire la trajectoire professionnelle et politique de R. Février à l’aune des questionnements soulevés par la transmission des savoirs agronomiques. Il apparaîtra que son souci permanent de diffusion de connaissances à finalité pratique et immédiate auprès du monde agricole et industriel, conforme à la fonction première assignée à un organisme de recherche appliquée comme l’INRA, se double d’une volonté non moins ferme d’orientation à plus long terme des politiques publiques en matière d’agriculture et de recherche agronomique.

Répondre aux besoins socio-économiques du moment

  • 4 R. Février, témoignage dans Archorales, p. 13-14, Mon Dictionnaire. G : D’une guerre à d (...)

3Dès ses premières recherches en alimentation animale, menées dans les conditions particulièrement précaires des années 1943-1944, R. Février est amené à nouer des relations étroites avec des éleveurs, ne serait-ce que pour disposer des troupeaux de vaches et de porcs indispensables à ses travaux4.

Tisser des liens étroits avec les organisations professionnelles agricoles

  • 5 Archives nationales (Arch. nat.), 20170135/4, « Comment produire un porc maigre en uti (...)
  • 6 Arch. nat., 20170135/12.
  • 7 R. Février, témoignage dans Archorales, p. 29, et Politique II. Deuxième partie : Raym (...)

4Après la guerre et son recrutement à l’INRA nouvellement créé, il est rapidement sollicité par les Centres d’études techniques agricoles (CETA), alors en plein essor. Le fonds R. Février conserve ainsi le texte d’une conférence donnée en janvier 1958 auprès de ces petites coopératives d’agriculteurs férus de modernité, au cours de laquelle il fait la promotion d’un modèle d’élevage porcin reposant principalement sur l’utilisation des produits de l’exploitation (céréales, pommes de terre, betteraves)5. Celui-ci procède des observations qu’il a pu effectuer lors de deux missions au Danemark en 1947 et 1953-19546, mais aussi des échanges chaleureux qu’il a entretenus dans les années précédentes avec de nombreux éleveurs, souvent jeunes, des CETA. Car ces organisations se caractérisent précisément par une conception partagée de l’innovation agronomique, à rebours des relations verticales, de maître à élève, qui prévalent encore dans les autres structures de vulgarisation agricole comme les services départementaux de l’Agriculture7.

5Les actions de formation et d’expérimentation qu’il conduit auprès des CETA amènent R. Février à prendre précocement en compte l’intérêt économique des agriculteurs dans l’établissement des problèmes scientifiques et de leurs solutions. Aussi, à la différence d’autres agronomes pour lesquels toute innovation est « bonne en soi », il manifeste une vive compréhension pour les « résistances » de certains secteurs agricoles vis-à-vis du « progrès technique », dont témoignent par exemple les remarques suivantes, tirées d’un rapport qu’il dresse peu après son départ de la direction générale de l’INRA en 1978 :

  • 8 Arch. nat., 20170135/8, dossier 7, « L’INRA et ses problèmes », p. 33.

« On voit certes encore beaucoup d’exploitations que l’on qualifie de routinières, où le « progrès technique » ne pénètre pas. A-t-on beaucoup réfléchi sur les raisons objectives de cette « résistance » ? N’a-t-on pas un peu vite accusé l’appareil de diffusion, et non la pertinence de cette résistance à des innovations qualifiées a priori comme « bonnes en soi » ? N’est-il pas frappant de constater que, dans certains secteurs, les innovations se diffusent de façon explosive (ex. céréales, aviculture), alors que dans d’autres, elles pénètrent lentement la masse (élevage). Faut-il conclure que les agriculteurs et les vulgarisateurs, si compétents dans un secteur, seraient retardataires dans l’autre ? Et quand ce sont les mêmes ? Ne vaut-il pas mieux se demander si le problème soulevé par l’introduction du « progrès technique » dans certains secteurs, pose des problèmes financiers, de main-d’œuvre et de marchés mal protégés (viande), tels que la prudence conduit, par une logique implicite ou explicite, à refuser le « progrès ».8 »

6R. Février réfute dès lors une vision linéaire et déterministe du développement pour s’inscrire dans les principes de la rationalité limitée et, plus largement, dans la matrice intellectuelle du constructivisme.

  • 9 P. Cornu, E. Valceschini et O. Maeght-Bournay, L’Histoire de l’INRA, entre (...)
  • 10 Arch. nat., 20170135/8, dossier 7, « L’INRA et ses problèmes », p. 35.
  • 11 R. Février, témoignage dans Archorales, p. 29 et 66.

7Le mouvement des CETA s’essouffle après la loi d’octobre 1966, qui renforce le poids des chambres d’agriculture dans l’organisation de la vulgarisation technique9. Se développent en parallèle des instituts techniques, appelés à former un « trait d’union entre l’échelon départemental de la Vulgarisation et l’échelon, généralement national, de la Recherche10 ». R. Février coopère très tôt avec ces organismes : il contribue grandement à la création de l’Institut technique du porc (ITP) en 1961, avant d’être nommé, lors de sa mise en place l’année suivante, président du Conseil scientifique de l’Institut technique de l’élevage bovin (ITEB)11. Dans un rapport qu’il rédige en 1970 en qualité d’inspecteur général, il préconise de renforcer les échanges entre les ingénieurs de ces structures et les chercheurs de l’INRA. Les premiers pourraient de la sorte approfondir leurs connaissances, partant affermir leurs propres activités de formation, tandis que les seconds seraient davantage sensibilisés aux préoccupations quotidiennes du monde agricole :

  • 12 Arch. nat., 20170135/5, « Réflexions sur l’INRA », p. 9.

« Il est donc nécessaire que les ingénieurs de ces instituts passent, pour la plupart, 1 à 2 ans dans des services de recherches, pour acquérir leur méthode, leur façon de penser, ce qui leur facilitera ensuite les contacts : la variété de nos activités permettrait d’ailleurs de choisir les secteurs les plus adaptés à ces besoins. Mais parallèlement, il est souhaitable qu’un certain nombre de chercheurs puissent aller dans les instituts professionnels, soit des jeunes qui s’avèrent mieux à l’aise dans des problèmes de développement, soit des plus anciens qui pourraient y occuper des postes plus élevés.12 »

  • 13 P. Cornu, E. Valceschini et O. Maeght-Bournay, L’Histoire de l’INRA, entre (...)

8R. Février s’investit donc promptement et fortement dans la diffusion des résultats de la recherche auprès des professionnels, sans attendre ni se limiter à l’implication officielle de l’INRA dans la vulgarisation, dont les premiers jalons sont posés en 1959 avec la création de la Section d’application de la recherche à la vulgarisation (SARV), remplacée en 1964 par le Service d’expérimentation et d’information (SEI)13.

9La coopération avec les organisations agricoles se concrétise notamment à l’occasion d’événements particuliers tels que les « Journées du Porc » et les concours de porcs abattus. Le fonds R. Février garde par exemple la trace d’un exposé devant quelque 400 éleveurs et techniciens agricoles lors de la « Journée du Porc » organisée à Brive-la-Gaillarde le 11 juin 1955 :

  • 14 Arch. nat., 20170135/3, « Compte-rendu de la Journée du Porc, à Brive », p (...)

« M. Février, Directeur de la Station de Recherches sur l’Élevage [au Centre national de recherches zootechniques (CNRZ) de Jouy-en-Josas], parla du problème de l’alimentation des porcs. […] il expliqua que pour que l’engraissement soit rentable, l’alimentation des porcs devait essentiellement être fournie par les productions végétales de la ferme, auxquelles d’ailleurs le porc offre un débouché intéressant. Lorsque l’alimentation de la ferme ne permet pas de fournir aux porcs une ration équilibrée, il y a lieu de compléter avec des aliments achetés. Entre l’élevage du porc en vase clos, qui pose des problèmes sanitaires et des problèmes de prix de revient, et l’élevage du porc en autarcie, M. Février préconise un compromis qui doit permettre à la fois d’obtenir des prix de revient très bas et une qualité propre à satisfaire le consommateur.14 »

  • 15 Ibid., p. 1.

10Le compte rendu d’où est extrait ce passage fait apparemment l’objet d’une large couverture médiatique puisqu’il est publié ou diffusé auprès d’au moins six organes de presse (parmi lesquels La France agricole, La Revue de l’élevage, Le Porc et Le Moniteur du Progrès agricole)15.

  • 16 Pour un bref panorama des moyens d’information à disposition des agriculteurs à cette (...)
  • 17 Arch. nat., 20170135/4 (pour les années 1952-1961) et 20170135/7 (pour la période 1962 (...)
  • 18 Arch. nat., 20170135/4.

11Au-delà de telles manifestations, R. Février s’efforce de médiatiser largement ses travaux de recherche en alimentation porcine16. On en retrouve ainsi la teneur dans de nombreux titres de la presse spécialisée : outre ceux déjà indiqués, peuvent être cités La Tribune du monde rural, le Bulletin technique d’information, ou encore les Cahiers de nutrition et de diététique17. Certaines émissions radiophoniques leur offrent par ailleurs un ample écho, comme l’attestent ses interventions sur le rôle respectif du lait écrémé, des pommes de terre, des betteraves et des antibiotiques dans l’alimentation des porcs sur les ondes de Radio Luxembourg et de la RTF en 1956 et 195718. La documentation conservée laisse parfois affleurer plusieurs niveaux complémentaires de vulgarisation. En témoigne singulièrement la publication, en avril 1961, dans La Tribune du monde rural, d’une interview de R. Février au cours de laquelle il est invité à revenir, dans des termes jugés plus accessibles, sur « un très important article » qu’il « a écrit récemment dans la Revue des industries de l’alimentation animale » :

  • 19 Arch. nat., 20170135/4, « Comment obtenir un porc maigre », La Tribune du monde (...)

« Le niveau scientifique de cet exposé le rendrait peu accessible à la plupart de nos lecteurs, mais nous avons pensé qu’ils seraient intéressés de connaître quelques-unes des idées de base qu’a développées Monsieur Ferru (sic). Nous lui avons donc rendu visite, et publions, ci-dessous, le compte-rendu de notre entretien.19 »

Nouer des relations équilibrées avec les industries agroalimentaires

  • 20 R. Février, témoignage dans Archorales, p. 11.

12Les liens de R. Février avec le monde industriel sont restés longtemps ténus, en dépit d’un intérêt précoce pour cet univers : après avoir bénéficié d’une bourse financée par les industriels de l’alimentation animale, il avait songé à travailler pour leurs entreprises, avant de rejoindre le Service de la Recherche et de l’Expérimentation du ministère de l’Agriculture, puis l’INRA, en 1945-194620.

13C’est surtout à partir du milieu des années 1960, et plus encore des années 1970, qu’ils se resserrent durablement, à la faveur de l’impulsion donnée par les gouvernements successifs au développement des industries agroalimentaires (IAA). Dans ses fonctions d’inspecteur général, puis de directeur général, il plaide alors pour l’établissement ou le renforcement de relations équilibrées entre les chercheurs de l’INRA et les ingénieurs ou entrepreneurs de ce secteur.

  • 21 Arch. nat., 20170135/5, « Réflexions sur l’INRA », p. 10.

« La phase de méfiance, observe-t-il en 1970, est en voie de passer, et la collaboration peut s’envisager si les industriels ne justifient plus par leur attitude, également nouvelle, le reproche de “ mercantilisme ” qui leur a été maintes fois adressé.21 »

  • 22 Ibid.
  • 23 Arch. nat., 20170135/14.

14À cette condition, R. Février soutient la mise en œuvre d’actions de recherche communes, qu’elles portent sur des « problèmes particuliers » ou bien qu’elles relèvent d’un partenariat plus global inscrit dans la durée. Les premières impliquent pour l’INRA de « pouvoir mettre à disposition d’un industriel, un chercheur, volontaire, pour 1-2-3 ans, en percevant en contrepartie l’équivalent de sa rémunération » ou de « pouvoir recevoir en plus grand nombre qu’actuellement, des ingénieurs de l’industrie qui viendraient collaborer, dans une équipe, à un problème d’intérêt commun22 ». Quant aux secondes, elles aboutissent notamment au projet de création, à Lille, en 1966-1968, du Centre de recherche de la technologie des industries agricoles et alimentaires (CERTIA), sous les doubles auspices de l’INRA et des industriels de la région du Nord23.

15Une coopération raisonnable avec les IAA suppose aussi à ses yeux un partage équitable des fruits de l’innovation, soit des conditions acceptables de cession des brevets déposés par l’INRA :

  • 24 Arch. nat., 20170135/5, « Réflexions sur l’INRA », p. 10.

« La prise des brevets, ou la conclusion de contrats, comportant des royalties (quand la prise d’un brevet est difficile) doit pouvoir être encouragée avec un « juste retour » au laboratoire inventeur.24 »

  • 25 Arch. nat., 20170135/15.
  • 26 R. Février, témoignage dans Archorales, p. 57-58 ; P. Cornu, E. Valceschini et O. Maeg (...)

16En la matière, une affaire occupe un volumineux dossier dans le fonds R. Février25 : celle relative à la commercialisation des poulets de chair de souche Vedette, dont l’avantage réside dans la capacité des femelles, naines donc économiques, à produire des poulets de taille normale, conformes aux demandes du marché. Après de longues négociations, riches en rebondissements, le brevet de la Vedette-INRA est cédé fin 1975, sur injonction du ministre de l’Agriculture Christian Bonnet, à un consortium dominé par l’Institut Mérieux, lui-même filiale de la société Rhône-Poulenc26.

  • 27 Arch. nat., 20170135/35 ; R. Février, témoignage dans Archorales, p. 78, et Politique (...)

17Bien après son départ de l’INRA, R. Février devait saisir une nouvelle occasion d’agir en concertation avec des industriels, lorsqu’il est appelé à présider un groupe de travail sur les biotechnologies et leurs enjeux pour les IAA, dans le cadre des Groupes d’études et de mobilisation (GEM) lancés par Édith Cresson. Le rapport remis en août 1992 à Élisabeth Guigou, ministre chargée des Affaires européennes, au nom de ce groupe composé d’une vingtaine de membres issus de l’industrie, de la recherche et de l’administration, prône un certain assouplissement de la réglementation française et européenne sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) : les mesures de protection des consommateurs, pour légitimes qu’elles soient, ne devraient pas étouffer le développement de l’innovation en Europe, dans le contexte de l’ouverture prochaine du Marché unique européen et de la concurrence exacerbée des industriels américains27.

Communiquer auprès du grand public et de la « techno-structure » étatique

18Tout au long de ses années passées à l’INRA, R. Février ressent le besoin de ne pas limiter ses efforts de communication aux seuls utilisateurs de la recherche agronomique, ainsi qu’il en fait état dans un éditorial du Bulletin de l’INRA justement intitulé « …et le faire savoir » :

  • 28 R. Février, « … Et le faire savoir », Bulletin de l’INRA, no 55, (...)

« Il n’est pas suffisant, en effet, que les groupes directement intéressés par notre activité soient conscients de notre efficacité : les idées, les opinions qui prévalent lors des décisions, se forment souvent dans des cercles différents, principalement dans les organisations professionnelles non spécialisées, et pour l’État, dans ce que E. Faure désignait récemment sous le nom de « techno-structure ». Or, dans ces milieux, les informations qui concernent l’Inra pénètrent peu, et celles qui y parviennent sont presque toujours biaisées, souvent dans un sens défavorable. […] Depuis près d’un an, nous avons demandé à B. R. Lévy, ingénieur, attaché à la direction générale, de s’attacher à établir des rapports avec la presse, la radio et la télévision.28 »

  • 29 R. Février, témoignage dans Archorales, p. 48.
  • 30 Arch. nat., 20170135/6, « Les chercheurs de l’INRA parlent… », Le Figaro a (...)
  • 31 Arch. nat., 20170135/37, « Vers une nouvelle agriculture », Notre Pays, janvier-mars 1 (...)

19R. Février entend donc toucher « les décideurs, politiques et administratifs, […] plus sensibles à la grande presse et aux dîners en ville qu’aux documents dont ils sont submergés », et, au-delà, l’opinion publique. Pour ce faire, il obtient la création d’un poste de public relations, bientôt confié à Bertrand-Roger Lévy, et, suivant une inclination héritée d’un père plusieurs fois ministre à la fin de la IIIe République, il n’est pas avare en articles et entretiens destinés à la presse d’information générale, qu’elle soit nationale, régionale ou même locale29. À cet égard, le fonds R. Février renferme aussi bien un numéro du Figaro agricole de 1969 spécialement consacré à l’INRA, dont il a assuré le pilotage30, qu’un article rédigé pour Notre Pays, « petit mensuel » de ses Hautes-Alpes natales, alors qu’il est directeur général de l’un des principaux opérateurs de recherche français31.

20L’enjeu, il est vrai, n’est pas mince. S’assurer l’adhésion de l’opinion et des pouvoirs publics aux réalisations et projets de l’INRA, ce n’est pas seulement se donner les meilleures chances d’obtenir des moyens d’action conséquents ; c’est encore faire partager largement une certaine vision de l’agriculture et du développement économique et social, en vue d’influer sur les choix structurels en matière de politiques agricoles et de recherche agronomique.

Orienter les politiques agricoles et de recherche agronomique en France, en Europe, dans le bassin méditerranéen et les pays en développement

21De fait, R. Février n’a eu de cesse de revendiquer pour l’INRA un rôle d’éclaireur, sinon d’aiguillon des politiques agricoles.

Intégrer les savoirs agronomiques à l’élaboration des politiques agricoles

22Peu après sa démission de la direction générale en 1978, du reste motivée par des déceptions répétées dans ce domaine, il ne manque ainsi pas de réaffirmer cette ambition prospective dans le rapport déjà cité :

  • 32 Arch. nat., 20170135/8, dossier 7, « L’INRA et ses problèmes », p. 32. C’est R. Févrie (...)

« Pour bien utiliser l’atout que constitue l’INRA au Ministère de l’Agriculture, il faut que l’INRA soit consulté au niveau de la conception de la politique agricole, des décisions qui sont prises ou des positions qui sont arrêtées. Je suis convaincu qu’en entendant l’INRA, on pourrait parfois imaginer des solutions auxquelles les décideurs, absorbés par le tourbillon de l’action quotidienne, ne peuvent pas penser.32 »

  • 33 R. Février, témoignage dans Archorales, p. 42, et Politique II. Deuxième partie : Raym (...)

23À l’appui de cette conviction, R. Février évoque volontiers « l’affaire des protéines ». Dès 1966, il alerte en effet le ministre de l’Agriculture Edgar Faure sur les dangers que fait peser la dépendance croissante de l’élevage français vis-à-vis des importations de tourteaux de soja américains. En vain : il faut attendre l’embargo Nixon de 1973 sur les exportations de soja pour qu’une politique volontariste en faveur du colza et du tournesol voie le jour aux niveaux national et européen, dans le sillage des recherches que l’INRA avait entreprises « sans moyens supplémentaires » et « sans directives33 ».

  • 34 Arch. nat., 20170135/9.

24Dans le même ordre d’idées, le directeur général R. Février prend publiquement position sur la question des isoglucoses. Dans les colonnes du journal La Croix du 5 août 1977, il regrette ainsi que l’utilisation massive de sirop de maïs bon marché par les fabricants de boissons américains, à la suite de l’embargo sur le sucre cubain, ne donne lieu qu’à des mesures protectionnistes « réactionnaires », sous la pression des sucriers-betteraviers. Non sans susciter l’ire du cabinet du ministre, il appelle de ses vœux le déploiement d’une audacieuse stratégie de production de ces substances sucrées à partir d’amidon de blé34.

  • 35 R. Février, Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, p. 98.

25Un dernier exemple d’orientation politique inspirée par la recherche agronomique peut être mentionné ici : le développement des biotechnologies comme alternative à l’usage intensif des intrants chimiques. Effectivement, avant même le « rapport Poly » Pour une agriculture plus économe, plus autonome (1978), R. Février s’inquiète du recours généralisé aux produits fertilisants et phytosanitaires d’origine industrielle, moins d’ailleurs pour des raisons environnementales que pour des considérations économiques et sociales, « la charge qu’ils entraînaient risqua[n]t de rendre dérisoire le bénéfice de cette intensification35 ».

  • 36 Ibid., p. 82-87 [citation p. 82].
  • 37 Arch. nat., 20170135/38 et 20170135/39.
  • 38 Arch. nat., 20170135/42. Voir en particulier l’abondante correspondance échangée avec (...)
  • 39 Arch. nat., 20170135/38.
  • 40 R. Février, Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, p. 14.
  • 41 Arch. nat., 20170135/41 ; R. Février, Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, (...)

26« Viscéralement socialiste », il s’attache constamment à rallier à ses vues les militants et dirigeants de ce parti (Section française de l’Internationale ouvrière jusqu’en 1969, puis Parti socialiste), auquel il adhère dès l’époque du Front populaire36. Aussi le fonds R. Février est-il riche en pièces de correspondance, notes et rapports, produits dans le cadre des Commissions Agriculture et Recherche37 ou dans un contexte plus informel38 : s’y rencontrent notamment un rapport destiné au Premier secrétaire François Mitterrand sur Les protéines : agricoles et industrielles (1979), ainsi que le manifeste Pour une autre agriculture avec les socialistes (1981), qu’il rédige à l’occasion de l’élection présidentielle39. Autre témoignage du « couplage de [s]es préoccupations professionnelles et de [s]on engagement politique, […] qui sera une constante de [s]a vie active »40 : dans les années 1960, et surtout 1970, il prépare, pour le compte d’un « petit réseau d’une douzaine de parlementaires », des dizaines de questions écrites au gouvernement, portant sur les moyens alloués à l’INRA comme sur les grandes orientations de la politique agricole. Un exercice qui l’amène parfois à formuler, à la demande du ministère, un projet de réponse à ses propres questions !41

27Au cours des années 1970-1980, R. Février tâche également d’infléchir certaines politiques publiques en dehors de l’INRA et du monde politique français. Dans les différentes institutions nationales, européennes et internationales où il remplit alors des missions d’administration et d’expertise, il s’emploie en effet à consolider les assises de la recherche agronomique en y défendant une recherche fondamentale forte, à la fois largement autonome de la commande publique et étroitement articulée avec les acteurs et les territoires où elle a vocation à être appliquée.

Concentrer et structurer en réseaux les moyens de recherche fondamentale et appliquée à toutes les échelles

  • 42 Arch. nat., 20170135/8, dossier 3, 20170135/9 et 20170135/14 ; R. Février, témoignage (...)

28Un tel modèle d’organisation de la recherche est en fait fourni par l’INRA lui-même. Sur fond de rééquilibrage géographique impulsé par le Plan dans les années 1960-1970, l’ouverture de nouveaux centres de recherche en province (à Lille, avec le CERTIA évoqué plus haut, mais aussi à Nantes, Rennes, Orléans, Clermont-Ferrand, Avignon…) lui permet de se rapprocher au plus près des bassins de production et de leurs besoins spécifiques42. Dans le même temps, un fonctionnement en réseau doit prévenir une funeste dispersion des moyens, ce que R. Février prend soin de rappeler en 1978 :

  • 43 Arch. nat., 20170135/8, dossier 7, « L’INRA et ses problèmes », p. 39.

« […] il ne faut pas aller jusqu’à l’excès auquel pousseraient certaines revendications régionales, voire régionalistes. Vouloir disposer dans une région de la quasi totalité des spécialités de l’INRA, aboutirait à doter chacune d’entre elles de moyens si modestes que ces unités squelettiques seraient vouées à la mort intellectuelle. […] En revanche, l’Établissement doit avoir, dans la plupart des grandes régions agricoles, un Centre de recherches, axé essentiellement sur une ou deux des grandes productions qui constituent la spécialité régionale (arboriculture, grande culture, élevage…), et disposer des moyens (et avoir l’attitude d’esprit) pour répercuter, sur les laboratoires de l’INRA compétents d’autres régions, les problèmes régionaux qu’il ne pourrait pas résoudre par lui-même.43 »

  • 44 Arch. nat., 20170135/19 ; R. Février, témoignage dans Archorales, p. 69-70 [citation p (...)
  • 45 Arch. nat., 20170135/21 ; R. Février, témoignage dans Archorales, p. 75-78 [citation p (...)
  • 46 Arch. nat., 20170135/22 ; R. Février, témoignage dans Archorales, p. 92-95, et Politiq (...)

29R. Février s’efforce donc d’imprimer une politique similaire dans les autres établissements publics nationaux où il exerce des responsabilités entre le milieu des années 1970 et celui des années 1980. En tant que président du Conseil chargé de superviser la création d’une université en Corse (1976-1980), il promeut ainsi une nette spécialisation dans les études méditerranéennes, comme « l’implantation [à Corte] d’autres activités « intellectuelles » à proximité immédiate, de façon à disposer, un jour, d’un campus vivant, attractif, pour la France et d’autres pays méditerranéens44 ». De même, à la présidence du CEMAGREF (1982-1985), il tente de « recentrer [s]es activités […] sur ses secteurs d’excellence et où son activité ne faisait pas double emploi avec celles de l’INRA », à savoir l’hydraulique et le machinisme agricole45. Toujours en quête de complémentarités fonctionnelles, il propose, en qualité de président du Conseil d’administration de l’Office national des forêts (ONF) (1984-1985), qu’un accord-cadre de collaboration avec l’INRA organise le développement conjoint de recherches forestières46.

  • 47 Arch. nat., 20170135/18 ; R. Février, témoignage dans Archorales, p. 55-56 ; P. Cornu, (...)
  • 48 Arch. nat., 20170135/26 ; R. Février, témoignage dans Archorales, p. 87-89.

30Dans les années 1970-1980, R. Février œuvre par ailleurs au rapprochement entre établissements au sein de plusieurs organes français et européens de coordination des politiques de recherche. Sur le plan national, il prend part, notamment à titre de membre du Comité consultatif de la recherche scientifique et technique (CCRST) (1972-1975), à la définition des « actions concertées » de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST) visant à décloisonner les disciplines et les organismes47. Auprès de la Commission des Communautés européennes, il contribue à la création, officialisée en 1974, du Comité permanent de la recherche agricole (CPRA), qui lui confie plus spécialement l’animation scientifique du groupe « Agriculture méditerranéenne » (Agrimed) (1979-1983)48.

  • 49 Arch. nat., 20170135/29 ; R. Février, témoignage dans Archorales, p. 95-101 [citation (...)

31Son intérêt marqué pour cette thématique le conduit à assumer en parallèle les fonctions de président du Comité consultatif scientifique (1978-1985), puis de secrétaire général (1985-1991) du CIHEAM, dont les activités d’enseignement sont assurées par quatre Instituts agronomiques méditerranéens (IAM) créés successivement à Bari, Montpellier, Saragosse et La Canée. Là encore, il essaie de « mettre en place une certaine spécialisation au profit de quelques laboratoires [des IAM] bénéficiant d’une sorte d’habilitation pour être leaders méditerranéens dans leur discipline », et tout particulièrement têtes de réseau de la coopération agronomique avec les pays de la rive sud49.

Favoriser l’émergence de systèmes nationaux de recherche dans les pays en développement

  • 50 R. Février, Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, p. 17-18.
  • 51 Arch. nat., 20170135/39.
  • 52 Arch. nat., 20170135/27 et 20170135/28 ; R. Février, témoignage dans Archorales, p. 82 (...)

32Cette préoccupation pour les partenariats scientifiques avec les pays en développement (PED), R. Février l’a manifestée précocement – au moins depuis une mission effectuée en Tunisie en 196150 – et régulièrement, dans l’exercice des diverses fonctions indiquées ci-dessus comme au sein de la commission Tiers-Monde du Parti socialiste51. Mais elle trouve sans doute son expression la plus achevée dans les notes et documents de travail qu’il rédige pour Edgard Pisani, commissaire européen chargé du Développement, en tant que conseiller spécial (1981-1983)52.

  • 53 Arch. nat., 20170135/27, « Programme de recherche et de développement dans (...)

33Dans le contexte de l’adoption d’un premier programme-cadre pour la recherche et le développement technologique (PCRD), R. Février s’applique alors à redéfinir la doctrine européenne de coopération scientifique avec les PED, et notamment les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) signataires des accords de Lomé. Jusque-là, l’essentiel des crédits alloués à ce titre ont bénéficié à des organismes de recherche européens hérités de la période coloniale, tels que l’Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (ORSTOM) et le Groupement d’étude et de recherche pour le développement de l’agronomie tropicale (GERDAT), ainsi qu’au Groupe consultatif sur la recherche agronomique internationale (GCRAI) dominé par les États-Unis. À l’inverse, dans un document de travail du 12 mars 1982, il leur assigne comme objectif fondamental d’« encourager dans les pays en développement, […] le renforcement d’un potentiel scientifique et technique endogène53 ».

34Les raisons qu’il détaille dans une note du 24 février 1982 méritent d’être citées in extenso :

  • 54 Arch. nat., 20170135/27, « Recherche scientifique et développement », p. 3-4. (...)

« […] cette recherche, effectuée sur place, doit être aussi réalisée par des autochtones, pour des raisons techniques, politiques et économiques.
Techniques : car ils sont mieux placés pour définir correctement une bonne problématique, du moins s’ils n’ont pas été saisis du démon de l’imitation.
Politiques : car si on reconnaît à la Science l’importance qu’elle revêt dans le développement, il n’est pas pensable qu’on la confie à des « mercenaires scientifiques ». De surcroît, des autochtones formés à la discipline scientifique fourniront ultérieurement des cadres technico-politiques capables d’orienter la politique scientifique. Ce rôle ne peut être longtemps confié à des étrangers.
Économiques : le rôle de la Recherche scientifique n’est pas seulement de secréter des innovations. Il est de constituer – dans l’appareil des États ou dans les entreprises – des cellules dont la créativité et l’imagination mettent en question les habitudes. Cette fonction de contestation positive est souvent aussi utile que la fonction d’innovation.
En outre, par dialogue avec les décideurs – politiques ou managers d’entreprises –, les chercheurs permettent de concevoir une stratégie plus prospective, en indiquant les voies où l’on peut saisir et exploiter de nouvelles possibilités technologiques.
La recherche ne doit pas être limitée au rôle d’assurer le suivi de décisions stratégiques : elle peut contribuer à leur élaboration.54 »

 

35Au-delà de la seule question de la coopération scientifique avec les PED, on retrouve dans ces lignes, en définitive, un condensé des idées de R. Février touchant la transmission des savoirs agronomiques. S’y affirme en effet l’ambition d’une recherche soucieuse des conditions matérielles et humaines de son application, comme de son influence sur les politiques publiques. Une ambition qui, pour « grande » et inlassablement poursuivie qu’elle soit, n’épuise évidemment pas la richesse d’une trajectoire dont l’histoire reste à écrire.

Bibliographie

Cornu Pierre, Valceschini Egizio et Maeght-Bournay Odile, L’Histoire de l’INRA, entre science et politique, Versailles/Paris, Éditions Quae, 2018.

Cranney Jean, INRA. 50 ans d’un organisme de recherche, Paris, Inra Éditions, 1996.

Février Raymond, témoignage recueilli par Poupardin Denis en 1996, Archorales, tome 6, septembre 2001, p. 9-103.

Rolland Léon, « L’histoire de la vulgarisation agricole avant 1966 », Économie rurale, no 159, 1984, p. 11-16.

Tudesq André-Jean, « Média et monde agricole après 1945 », Économie rurale, no 184-186, 1988, p. 205-214.

Notes

1 Nous nous permettons de renvoyer le lecteur intéressé au répertoire numérique détaillé du fonds Raymond Février (1946-2010) accessible dans la Salle des inventaires virtuelle des Archives nationales. Ce travail a bénéficié des recommandations et de l’appui bienveillant de Solange Bidou et d’Henri Pinoteau ; qu’ils en soient ici chaleureusement remerciés.

2 Tome 6, septembre 2001, p. 9-103.

3 Respectivement intitulés Mon Dictionnaire. G : D’une guerre à d’autres, 2012 [rédigé pour l’essentiel en 2002-2003], 32 pages, et Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, 2015 [daté de mars 2010 sur la dernière page, hors annexes], 124 pages. Qu’il nous soit permis d’exprimer ici toute notre gratitude à Raymond Février pour cette insigne marque de confiance.

4 R. Février, témoignage dans Archorales, p. 13-14, Mon Dictionnaire. G : D’une guerre à d’autres, p. 22-28, et Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, p. 9-10.

5 Archives nationales (Arch. nat.), 20170135/4, « Comment produire un porc maigre en utilisant les aliments de l’exploitation ».

6 Arch. nat., 20170135/12.

7 R. Février, témoignage dans Archorales, p. 29, et Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, p. 100.

8 Arch. nat., 20170135/8, dossier 7, « L’INRA et ses problèmes », p. 33.

9 P. Cornu, E. Valceschini et O. Maeght-Bournay, L’Histoire de l’INRA, entre science et politique, p. 94 ; L. Rolland, « L’histoire de la vulgarisation agricole avant 1966 », p. 15-16.

10 Arch. nat., 20170135/8, dossier 7, « L’INRA et ses problèmes », p. 35.

11 R. Février, témoignage dans Archorales, p. 29 et 66.

12 Arch. nat., 20170135/5, « Réflexions sur l’INRA », p. 9.

13 P. Cornu, E. Valceschini et O. Maeght-Bournay, L’Histoire de l’INRA, entre science et politique, p. 99-100 ; J. Cranney, INRA. 50 ans d’un organisme de recherche, p. 199-200.

14 Arch. nat., 20170135/3, « Compte-rendu de la Journée du Porc, à Brive », p. 2.

15 Ibid., p. 1.

16 Pour un bref panorama des moyens d’information à disposition des agriculteurs à cette époque, voir A.-J. Tudesq, « Média et monde agricole depuis 1945 », p. 205-214.

17 Arch. nat., 20170135/4 (pour les années 1952-1961) et 20170135/7 (pour la période 1962-1975).

18 Arch. nat., 20170135/4.

19 Arch. nat., 20170135/4, « Comment obtenir un porc maigre », La Tribune du monde rural.

20 R. Février, témoignage dans Archorales, p. 11.

21 Arch. nat., 20170135/5, « Réflexions sur l’INRA », p. 10.

22 Ibid.

23 Arch. nat., 20170135/14.

24 Arch. nat., 20170135/5, « Réflexions sur l’INRA », p. 10.

25 Arch. nat., 20170135/15.

26 R. Février, témoignage dans Archorales, p. 57-58 ; P. Cornu, E. Valceschini et O. Maeght-Bournay, L’Histoire de l’INRA, entre science et politique, p. 122 ; J. Cranney, INRA. 50 ans d’un organisme de recherche, p. 282-285.

27 Arch. nat., 20170135/35 ; R. Février, témoignage dans Archorales, p. 78, et Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, p. 55.

28 R. Février, « … Et le faire savoir », Bulletin de l’INRA, no 55, 1970, p. 1 (cité dans P. Cornu, E. Valceschini et O. Maeght-Bournay, L’Histoire de l’INRA, entre science et politique, p. 120).

29 R. Février, témoignage dans Archorales, p. 48.

30 Arch. nat., 20170135/6, « Les chercheurs de l’INRA parlent… », Le Figaro agricole, supplément au no 216, novembre 1969.

31 Arch. nat., 20170135/37, « Vers une nouvelle agriculture », Notre Pays, janvier-mars 1978. La première des trois parties dactylographiées porte l’indication manuscrite « petit mensuel des H[au]tes-Alpes ».

32 Arch. nat., 20170135/8, dossier 7, « L’INRA et ses problèmes », p. 32. C’est R. Février qui souligne.

33 R. Février, témoignage dans Archorales, p. 42, et Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, p. 19 et 98.

34 Arch. nat., 20170135/9.

35 R. Février, Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, p. 98.

36 Ibid., p. 82-87 [citation p. 82].

37 Arch. nat., 20170135/38 et 20170135/39.

38 Arch. nat., 20170135/42. Voir en particulier l’abondante correspondance échangée avec Edgard Pisani et Henri Nallet, ministres de l’Agriculture respectivement dans les années 1960 et 1980.

39 Arch. nat., 20170135/38.

40 R. Février, Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, p. 14.

41 Arch. nat., 20170135/41 ; R. Février, Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, p. 28.

42 Arch. nat., 20170135/8, dossier 3, 20170135/9 et 20170135/14 ; R. Février, témoignage dans Archorales, p. 60 ; P. Cornu, E. Valceschini et O. Maeght-Bournay, L’Histoire de l’INRA, entre science et politique, p. 105-109 ; J. Cranney, INRA. 50 ans d’un organisme de recherche, p. 209-211.

43 Arch. nat., 20170135/8, dossier 7, « L’INRA et ses problèmes », p. 39.

44 Arch. nat., 20170135/19 ; R. Février, témoignage dans Archorales, p. 69-70 [citation p. 69], et Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, p. 35 et 107-110.

45 Arch. nat., 20170135/21 ; R. Février, témoignage dans Archorales, p. 75-78 [citation p. 76], et Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, p. 116.

46 Arch. nat., 20170135/22 ; R. Février, témoignage dans Archorales, p. 92-95, et Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, p. 45-48 et 117-119.

47 Arch. nat., 20170135/18 ; R. Février, témoignage dans Archorales, p. 55-56 ; P. Cornu, E. Valceschini et O. Maeght-Bournay, L’Histoire de l’INRA, entre science et politique, p. 86-90 ; J. Cranney, INRA. 50 ans d’un organisme de recherche, p. 185-196 et 321.

48 Arch. nat., 20170135/26 ; R. Février, témoignage dans Archorales, p. 87-89.

49 Arch. nat., 20170135/29 ; R. Février, témoignage dans Archorales, p. 95-101 [citation p. 98], et Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, p. 49-52 et 121-122.

50 R. Février, Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, p. 17-18.

51 Arch. nat., 20170135/39.

52 Arch. nat., 20170135/27 et 20170135/28 ; R. Février, témoignage dans Archorales, p. 82-87, et Politique II. Deuxième partie : Raymond Février, p. 39-43 et 115.

53 Arch. nat., 20170135/27, « Programme de recherche et de développement dans le domaine de la « Science et de la Technique au service du Développement » », p. 3. C’est R. Février qui souligne.

54 Arch. nat., 20170135/27, « Recherche scientifique et développement », p. 3-4. C’est R. Février qui souligne.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search