Version classiqueVersion mobile

Transmission et circulation des savoirs scientifiques et techniques

 | 
Dominique Barjot

L’agriculture : entre assimilation des acquis de la science et transmission des savoir-faire

Science, art ou pratique ? La place de l’agriculture dans les formes de transmission du savoir au xixe siècle en France

Christiane Cheneaux-Berthelot

Résumé

Alors que l’agriculture était la principale activité économique du pays, mais qu’elle était concurrencée par l’industrie, sa place et sa part dans la transmission des savoirs étaient sujettes à discussion. Longtemps école empirique, l’art de l’agriculture tendait à se transformer en école rationnelle et raisonnée depuis l’époque des physiocrates. Par quelles formes, canaux et instruments la transmission du savoir-faire paysan, qui se faisait de père en fils, devint peu à peu un savoir formalisé dispensé par des organismes privés ou publics, des revues à diffusion plus ou moins large et des ouvrages spécialisés ? Quelle place les gouvernements et régimes successifs ont-ils faite à l’éducation agricole ? Quel regard les contemporains ont-ils porté sur l’héritage millénaire des techniques agricoles, confronté aux nouveautés apportées par les progrès du xixe siècle ?

Texte intégral

1Au xixe siècle, on parlait de l’art agricole, ce qui laisse place à l’esprit de création et en même temps, c’était une pratique, un artisanat si l’on considère la maintenance des instruments agricoles. La science était du côté de l’État ou d’œuvres privées qui semblaient à mille lieues des préoccupations des praticiens des campagnes, selon Daniel Zolla :

  • 1 D. Zolla, Questions agricoles d’hier et d’aujourd’hui, p. 10-11.

« Quand on se contente de la pratique sans se soucier de la théorie qui l’explique, on se condamne à la routine ?1 »

2Parler de « routine », c’est poser le problème du malthusianisme économique des agriculteurs français au xixe siècle, face aux avancées des Anglais ou des Allemands :

  • 2 Cours complet d’agriculture, d’économie rurale et de médecine vétérinaire, p. 75.

« Il n’y a pas longtemps que l’agriculture anglaise a acquis le haut point de perfection où elle est parvenue. Dans les neuf dixièmes de la France, les bonnes méthodes de culture y sont encore inconnues […] L’art de la culture est donc bien loin d’être arrivé dans toute la France au point où il peut atteindre.2 »

3Le plan adopté ici s’articule en deux parties. La première partie se propose d’analyser l’étendue d’un vaste terrain d’étude : l’agriculture au xixe siècle. Deux points essentiels sont traités : les déboires d’une pédagogie du progrès en vue de l’éducation des cultivateurs, puis, « de la création à l’innovation : les techniques et le matériel agricole ». Dans une seconde partie, il est question des moyens d’enseigner le progrès agricole en passant de l’initiative privée début de siècle à une politique nationale fin de siècle. Ici encore sont abordés deux aspects majeurs : la difficile mise en place d’un enseignement généralisé vis-à-vis du public et l’investissement des chimistes de laboratoire à la conquête de la science de l’agronomie.

Du sommet à la base : l’agriculture, un vaste terrain d’étude

  • 3 Les ruraux représentaient 75 % de la population. En 1850, il y avait 64 % d’ag (...)
  • 4 L. Grandeau, L’agriculture et les institutions agricoles du monde au commencement du xxe(...)

4Alors que le nombre des ruraux et des actifs agricoles étaient au plus haut niveau3, l’agriculture n’avait pas de ministère distinct. En 1881, la création d’un ministère spécial fut l’acte par lequel Gambetta inaugura son arrivée au pouvoir4.

Les déboires d’une pédagogie du progrès

  • 5 Le 18 germinal an VIII (8 avril 1800).
  • 6 Circulaire du 19 germinal an IX (9 avril 1801). Chapitre 1 : topographie, (...)

5À aucun moment les gouvernements n’ont perdu le système de la collecte statistique : dès la Constituante, on s’employa à rétablir les mercuriales, et la tradition de l’enquête annuelle sur les moissons fut reprise par François de Neufchâteau (29 messidor an VIII-18 juillet 1800). Inspiré par le libéralisme économique, il s’attacha à favoriser la renaissance des sociétés d’agriculture, figurant parmi les membres fondateurs de la Société d’Agriculture en 1798. Puis, c’est Chaptal à l’Intérieur en l’An IX, de 1800 à 1804, qui créa le Service de la Statistique5. Les préfets devaient adresser trimestre par trimestre un « état de situation » de leur département, notamment, celui des produits agricoles6.

  • 7 M-N. Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléon (...)

6En 1812, fut inaugurée la première enquête générale sur les trois « règnes » animal, végétal et minéral. Il s’agissait de faire le bilan de la Révolution par le biais d’une comparaison systématique à un écart de 10 ans pour juger de ses effets par l’artifice d’un double découpage : la coupe chronologique de la décennie révolutionnaire et le découpage en départements7. Cependant, les rubriques des questions concernant l’agriculture manquaient de cohérence, elles dénotaient un manque d’étude analytique et rationnelle du monde rural (fig. 1).

Fig. 1. – La Statistique agricole de 1814, Notices, inventaires et documents.

Fig. 1. – La Statistique agricole de               1814, Notices, inventaires et documents.

Édité par le Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Paris, F. Rieder et Cie Éditeurs, 1904, p. XIV de l’introduction.

7Comme le cadastre ne fut terminé qu’en 1834, la statistique de 1837 ne donnait des indications que sur la population et le territoire en général. En 1841, apparurent des informations sur les cultures et les animaux domestiques, toujours rien sur la population agricole. Il faut attendre la réhabilitation des enquêtes agricoles « décennales » (1852, 1862, 1882, 1892), pour avoir des rubriques plus variées, notamment l’enquête décennale de 1862 où 214 pages étaient consacrées aux cultures, animaux, une part étant réservée à l’économie rurale (fig. 2).

Fig. 2. – Statistique de la France, Agriculture.

Fig. 2. – Statistique de la France,               Agriculture.

Résultats généraux de l’enquête décennale de 1862, par son excellence la Ministre de l’agriculture, du Commerce et des Travaux Publics, Strasbourg, imprimerie administrative de Veuve berger-Levrault, 1868, p. 49.

  • 8 Société royale d’agriculture de la généralité de Paris (1761-1788) ; Société d’agricul (...)
  • 9 L. Passy, Table générale des principales matières contenues dans le Bullet (...)

8Néanmoins, l’agriculture était au cœur des préoccupations économiques depuis le milieu du xviiie siècle : physiocrates et agronomes voulaient répandre des méthodes plus productives. Dans cette optique, la Société royale d’agriculture de la généralité de Paris avait été créée en 1761. Abolie sous la Convention en 1793, elle ressuscita en 1798 sous l’impulsion de François de Neufchâteau. Sa mission était de rassembler l’ensemble des connaissances de l’époque et de les soumettre à un débat approfondi avant de les diffuser dans le reste du royaume via la création de sociétés d’agriculture régionales8. Considérée comme la plus importante du pays, la société nationale d’agriculture publia une série de Mémoires depuis sa fondation en 1761 (tirés à 1 000 exemplaires) et un bulletin mensuel de ses séances depuis 18379, plus des indications biographiques dans l’Annuaire de la société.

  • 10 M. Agulhon, G. Désert, R. Specklin, Apogée et crise de la civilisation paysanne, p. 11 (...)
  • 11 N. Vivier, Élites et progrès agricole, xvie-xviiie siècle, p. 192.
  • 12 Cette image pouvait d’autant mieux s’imposer qu’elle s’appuyait sur une pr (...)

9Au lendemain de la Révolution de Juillet, les sociétés d’agriculture se développèrent, encouragées par le gouvernement. Tous les individus qui pouvaient s’intéresser au Progrès agricole étaient vivement encouragés à en faire partie. Selon Gabriel Désert, il faut y voir l’influence des nobles et notables légitimistes, qui, ayant du temps libre et des capitaux pour mettre en valeur leur patrimoine foncier, remplissaient « le rôle de catalyseurs, de diffuseurs de l’agriculture moderne10 ». Selon Nadine Vivier11, à partir de 1867, les conservateurs adhérèrent massivement à la Société des Agriculteurs de France, puis, après la victoire des Républicains en 1879, ces conservateurs irréductiblement hostiles à la République se replièrent sur les sociétés d’agriculture et bientôt dans les syndicats qu’ils dominaient. Ils façonnèrent alors une image flatteuse de notables exerçant une influence très bénéfique pour le progrès agricole. Leur volonté étant de conquérir les suffrages des paysans, face aux Orléanistes au pouvoir12. Mais quelles que fussent les raisons des créateurs et membres des sociétés agricoles, le succès de ces dernières encouragea une presse spécialisée.

10Pour transmettre les avancées agronomiques aux paysans supposés « routiniers », on envisageait de passer par les grands exploitants, propriétaires ou fermiers, destinés à diffuser les techniques modernes aux petits cultivateurs. Les revues spécialisées s’adressaient à une élite terrienne. Ainsi, on peut lire, dans le Cours d'agriculture théorique et pratique à l’usage des écoles primaire et des plus simples cultivateurs d’Émile Jamet en 1846 :

  • 13 É. Jamet, Cours d’agriculture théorique et pratique à l’usage des plus simples cultiva (...)

« On m’a dit plus d’une fois que mes notices, insérées dans le journal hebdomadaire de notre arrondissement, s’élevaient trop au-dessus de l’intelligence des cultivateurs.13 »

  • 14 C.-J.-A. Mathieu de Dombasle, Annales agricoles de Roville ou mélanges d’a (...)
  • 15 F. Knittel, « La diffusion d’une pédagogie agricole : les écrits de Mathieu de (...)
  • 16 Calendrier du bon cultivateur, ou Manuel de l’agriculteur praticien, Nancy : Impr. de (...)
  • 17 F. Fraisse, Fêtes du centenaire de Mathieu de Dombasle et concours régiona (...)

11Au début du xixsiècle, Mathieu de Dombasle, dans ses Annales de Roville14 (1824-1832), partit du double postulat d’un « retard français » face aux agricultures anglaise et allemande et que seule la grande exploitation pouvait répondre aux besoins de progrès. De 1810 à 1842, Mathieu de Dombasle publia près de 39 ouvrages, ainsi que de nombreux articles, dont la plupart connurent plusieurs rééditions15, mais l’alphabétisation des paysans, très restreinte à l’époque, en a limité l’impact. La pédagogie des Annales donnait des conseils d’économie rurale, ce qui était rare en 1824 : « capital, comptabilité, dépenses et produit ». Quant à son Calendrier du Bon cultivateur16, il s’achevait par 70 pages en moyenne d’enseignement destiné aux agriculteurs moins instruits intitulé : « La richesse du cultivateur ou les secrets de Jean-Nicolas Benoît ». Il y présentait un personnage fictif et le faisait dialoguer avec son cousin, lui exposant des expériences réussies de techniques agricoles, sous forme de « leçon de choses ». Il semble qu’il y ait eu au final pénétration dans les couches populaires : le « Calendrier [du Bon Cultivateur] est devenu le catéchisme dans lequel les enfants de nos villages ont appris le langage du progrès agricole17 ».

  • 18 J.-A. Bixio (dir.), Journal d’agriculture pratique, de jardinage et d’économie domesti (...)

12Lorsqu’on regarde la composition du comité d’associés-fondateurs qui a donné naissance au Moniteur de la propriété et de l’agriculture, paru à partir de 1835, on mesure à quel point le parrainage venait des élites : pas moins de 11 vicomtes, 20 comtes, 7 barons, 1 chevalier, 5 ducs et 7 marquis sur 60 fondateurs. Cette revue mensuelle visait le « développement des arts agricoles, la propriété du sol et la défense et extension de la propriété » avec le concours des représentants de la grande propriété terrienne. Le Journal d’agriculture pratique18 naquit deux ans après, en 1837 : sa devise était :

« Progrès avec prudence, pratique avec sciences. »

  • 19 Jean-Augustin Barral fut le cofondateur avec Bixio du JAP en 1837. Bixio en fut le réd (...)
  • 20 C. Gaboriaux, « Entre innovations agronomiques et pratiques paysannes. La figure de (...)

13Néanmoins, la pédagogie de cette revue a mis du temps à être efficace ; avant 1854, les informations, présentées mois par mois, faisaient apparaître les articles d’auteurs sans suivi alphabétique et sans classement par thème. Difficile donc, sur plus de 500 pages, de trouver rapidement une information. Malgré la concurrence19, le J A P, tirait à 2 000 exemplaires en 1849, et à 10 000 exemplaires en 1860, preuve de son succès20(fig. 3).

Fig. 3. – Table des matières du JAP.

Fig. 3. – Table des matières du JAP.

Alexandre Bixio (dir.), Journal d’agriculture pratique et de jardinage et d’économie domestique, Paris, librairie agricole de la maison rustique, deuxième série, tome V, janvier à décembre 1848.

  • 21 Le terme désigne alors les théoriciens du libéralisme économique dont la t (...)
  • 22 Convaincus, dès les années 1830-40, que les gouvernements ne reviendraient pas sur le (...)

14Chloé Gaboriaux a analysé les aspirations de ces « agriculteurs-pratiques ». Contre leurs aînés physiocrates et aussi contre les économistes de leur temps21, les agriculteurs-pratiques refusaient de voir dans le modèle anglais la seule voie de progrès agricole et pensaient que les petites exploitations, majoritaires en nombre, n’étaient pas exclues de la modernisation, en étaient même la condition. Ils défendaient une sorte de modèle de développement spécifiquement français22.

  • 23 N. Vivier, Élites et progrès agricole, xvie-xxe siècle, p. 196-198.

15C’est en 1788 que s’organisèrent les premiers comices agricoles dans la généralité de Paris. Supprimés à la Révolution, il fallut donc attendre le 31 mai 1833 pour les voir refleurir. Les comices organisaient des concours sur les techniques de labour les animaux les plus performants, ils donnaient des primes. Ces réunions avaient un tel pouvoir d’attraction dans les campagnes au niveau du canton et de l’arrondissement qu’on peut dire qu’elles ont joué un rôle important dans la diffusion des nouveautés. En Bretagne et dans le Nord-Est, les comices cantonaux se multiplièrent par la volonté des propriétaires et des fermiers de la région. Il s’agissait d’échanger leurs expériences afin d’améliorer les procédés agricoles. Ces assemblées jouissaient d’un grand prestige et formaient des pôles d'attractivité économique. Ils avaient chacun entre 100 et 500 adhérents23.

De la création à l’innovation : les techniques et le matériel agricole

16L’exemple pris dans le département de la Seine peut néanmoins montrer les différences importantes de machines à cultiver d’un canton à l’autre et les réticences à l’innovation, à l’instar de ce que l’on pouvait lire à propos du passage de la faucille à la faux :

  • 24 H. Mangon, Traité de génie rural, travaux et instruments et machines agric (...)

« La faux elle-même, cet outil simple, ne pénètre que lentement dans les contrées où son usage n’est pas général depuis longtemps […] S’il est naturel d’hésiter à employer la faux, parce qu’on doit apprendre à la connaître, combien n’est-il pas naturel qu’un fermier hésite à se faire, dans son pays, le promoteur d’une moissonneuse.24 »

17Dans la culture des légumes de plein champ, il s’avère que l’on ne donnait à la terre que deux « façons », à savoir : labour à la charrue et hersage. Cette culture légumière était tellement répandue dans l’arrondissement de Saint-Denis, dans différents cantons qu’on remarquera que le panel d’instruments agricoles était très réduit et se limitait à ces deux types, charrue et herse. Il y avait, dans chaque canton plus de trois cent et jusqu’à quatre cents « charrues du pays ». Et, sauf dans le canton de Courbevoie, moins bien doté en herses, un nombre impressionnant de herses : entre six cents et huit cents herses par canton. Dans l’arrondissement de Sceaux, la culture légumière et fruitière était plus associée aux céréales et aux plantes fourragères, et là, le panel d’instruments de travail était plus varié. À part le canton de Vincennes, il y avait une similitude parfaite dans l’équipement des trois autres cantons : on y trouvait une multitude de « machines perfectionnées diverses » : scarificateurs, extirpateurs, fouilleuses, houes à cheval, buttoirs, semoirs et coupe-racines. C’est que l’emploi des outils dits « cultivateurs » remplaçait « avec avantage », selon Mathieu de Dombasle, un ou deux labours sauf le premier (fig. 4).

Fig. 4. – Tableau de l’outillage agricole en 1862, cantons de Pantin, Courbevoie, Saint-Denis (arrondissement de Saint-Denis) et canton de Charenton, Villejuif, Vincennes et Sceaux (arrondissement de Sceaux).

Fig. 4. – Tableau de l’outillage               agricole en 1862, cantons de Pantin, Courbevoie, Saint-Denis               (arrondissement de Saint-Denis) et canton de Charenton,               Villejuif, Vincennes et Sceaux (arrondissement de               Sceaux).

Source : A.N.F./11/2709. Enquête de 1862, séries départementales, questionnaires par cantons. Département de la Seine, arrondissement de Saint-Denis, cantons de Pantin, Courbevoie, Saint-Denis ; arrondissement de Sceaux, canton de Charenton, Villejuif, Vincennes et Sceaux.

  • 25 2 233 charrues du pays, « perfectionnées avec avant-train » dans les cinq (...)
  • 26 Critiques des charrues sans-avant-train dans le Nouveau cours d’agriculture en 1809. (...)
  • 27 Précautions à prendre auprès des ouvriers pour introduire de nouveaux inst (...)

18La « charrue du pays » qui était la plus répandue dans les cinq cantons du panel, était la « charrue de Brie » avec avant-train, une charrue particulièrement adaptée aux terres fortes (fig. 5). Les charrues « du pays » et « perfectionnées » étaient plus de deux mille25 alors que l’on comptait seulement deux charrues « sans avant-train » dans les cinq cantons. Un rapport de un à mille qui interpelle. La charrue Dombasle était de ces charrues sans avant-train ou charrue simple qui reprenait la conformation d’un araire (fig. 6). Cette charrue datait de 1821, elle faisait figure de progrès et cependant, cinquante ans après sa création, on n’en trouvait que deux dans les cinq cantons précités. C’est que sa diffusion avait fait débat. Avant la charrue Dombasle, les charrues sans avant-train étaient assimilées à des araires archaïques. En 1809, le Nouveau cours complet d’agriculture théorique et pratique critiquait abondamment la charrue sans avant-train sur pas moins de dix pages26. C’est que cette charrue remettait en cause le savoir-faire des laboureurs aguerris et compétents pour ouvrir le champ à des ouvriers moins qualifiés, plus jeunes ; c’était une question de chômage pour les anciens laboureurs. C’est pourquoi, Mathieu de Dombasle recommandait de prendre mille précautions avant de confier un nouvel instrument entre les mains des ouvriers, de façon à ne pas froisser leur amour-propre27.

Fig. 5. – Charrue de Brie perfectionnée à age oblique.

Fig. 5. – Charrue de Brie               perfectionnée à age oblique.

Gustave Heuzé, La Pratique de l’agriculture, t. 1, Paris, librairie agricole de la Maison rustique, 1889, p. 125.

Fig. 6. – Charrue Dombasle sans avant-train.

Fig. 6. – Charrue Dombasle sans               avant-train.

Gustave Heuzé, La Pratique de l’agriculture, t. 1, Paris, librairie agricole de la Maison rustique, 1889, p. 125.

  • 28 Catalogue des instruments de la fabrique de Roville. Source : C-J-A. M. de (...)

19Au demeurant, en 1832, la charrue sans avant-train de Dombasle reçut un avant-train pour devenir la charrue de Roville à avant-train, et de manière concomitante, les charrues à avant-train avaient été perfectionnées, les deux modèles se rapprochaient. Aucune charrue ne faisait l’unanimité, les cultivateurs, ainsi tous rompus aux travaux manuels, techniciens par nécessité, rajoutaient ou supprimaient des pièces ou changeaient la direction des pièces de leurs charrues. En 1835, il semble que l’usage de la charrue Dombasle se soit généralisé dans tout le royaume, le nombre de fabrique se multipliait, de façon à fournir près de dix milles araires en France, dont un tiers fabriqués à Roville28.

Des moyens d’enseigner le progrès agricole : de l’initiative privée à une politique nationale

  • 29 Victor Yvart (1763-1831) était un agronome français. Le gouvernement lui confia (...)

20Avant 1848, il n’existait aucun enseignement officiel de l’agriculture en France, sauf à l’École d’Alfort créée en 1806, confiée à Victor Yvart29, qui exploitait la ferme annexée à l’École. Malgré les vœux de la Société impériale d’agriculture, qui demandait la création d’un enseignement primaire et secondaire d’agriculture, l’administration impériale refusait d’accéder à sa demande.

La difficile mise en place d’un enseignement généralisé.

  • 30 L. Grandeau, L’agriculture et les institutions agricoles du monde au commencement du x (...)

21Ce que les pouvoirs publics refusaient de faire, l’initiative privée s’en chargea. À partir de 1830, des fermes-modèles ou fermes-écoles avaient commencé à s’organiser. En 1822, Mathieu de Dombasle créa l’École de Roville : il prit à ferme, pour vingt-deux ans, cent cinquante hectares de terres sur lesquelles il substitua la culture alternée, avec suppression de la jachère, avec l’assolement triennal. Il diffusa ses méthodes de culture par les Annales de Roville. Bientôt, l’École reçut des élèves de tous les points de l’Europe. Fondateur de la première fabrique importante de machines agricoles, pionnier de l’industrie sucrière, il lutta pendant vingt ans contre les difficultés financières de cette exploitation30. L’agronome, qui ne recevait de l’État qu’une subvention insignifiante, dut abandonner à regret l’œuvre à laquelle il avait consacré sa vie. L’école de Roville avait formé environ trois cents élèves et donné une vive impulsion à l’agriculture française.

  • 31 Un traité mit ensuite, à la charge du budget de l’agriculture, toutes les dépenses de (...)
  • 32 Auguste Bella (1777-1856), était un militaire de carrière, chevalier de l’Empire, et f (...)
  • 33 Suppression des jachères, réduction des cultures de céréales, cultures alternées, stab (...)
  • 34 N. Jas, Au carrefour de la chimie et de l’agriculture, p. 45.
  • 35 Un élève de Roville, Jules Rieffel, entreprit de défricher les landes de Grandjouan, d (...)
  • 36 Nivière, propriétaire de la Saulsaie, près de Lyon, après avoir assaini ce domaine mar (...)

22En 1826, une société par actions fonda l’établissement qui prit le titre d’Institut agronomique de Grignon31, près de Neauphle-le-Château, dont la direction fut confiée à Auguste Bella32. Le système développé par Dombasle à l’École de Roville en 1823 reposait sur un capital d’exploitation faible ne permettant pas l’emploi des engrais commerciaux faute de moyens financiers. L’Institution de Grignon mettait en œuvre les principes de la « culture améliorante33 », mais avec de gros capitaux et emploi d’engrais commerciaux pour compléter le fumier. À Roville, on pensait « dépense à l’hectare » tandis qu’à Grignon, on pensait « prix de revient à l’hectolitre34 ». Avec Grignon, l’école de Grandjouan35 et celle de la Saulsaie36 formèrent trois écoles régionales.

23En 1848, pour la première fois, l’enseignement agricole fit l’objet d’un long débat à l’Assemblée nationale. Certains souhaitaient retenir les populations agricoles sur leurs terres pour éviter le gonflement des banlieues, d’autres voulaient en faire le socle d’une économie moderne. Les conservateurs voulaient laisser libre cours à l’initiative privée, les Républicains étaient pour l’implication de l’État dans cette tâche. Le Ministre de l’agriculture et du Commerce parvint à faire voter par l’Assemblée Nationale le 3 octobre 1848 une loi : l’enseignement en agriculture était reconnu comme un élément essentiel de la politique agricole. Un système de bourses permettait aux meilleurs élèves des fermes-écoles d’accéder aux écoles régionales puis d’entrer à l’INA : dès l’origine l’enseignement agricole est caractérisé par l’attention portée à la promotion sociale de ses élèves.

  • 37 N. Vivier, « L’enseignement agricole sous le Second Empire. L’application du (...)
  • 38 Ibid, p. 148.

24Les fermes-écoles départementales accueillaient les jeunes d’au moins 16 ans pour en faire de bons ouvriers agricoles et des contremaîtres en 3 ans d’études et travaux pratiques. L’État se contentait de payer les professeurs et de donner à chaque élève 250 francs par an d’entretien, plus un pécule selon le mérite (250 à 300 francs)37. La partie pratique se faisait aux risques de l’exploitant de la ferme, le directeur étant soit le propriétaire, soit le fermier. Ceci explique le grand nombre de désirs de création (46 projets en 1849), mais les députés de la Seconde République rognèrent le budget dès 1850 et leur nombre alla décroissant : 70 en 1849, 52 en 1853, 48 en 186538.

25Quant à l’Institut national agronomique installé à Versailles, il ouvrit ses cours le 2 décembre 1850 et disparut deux ans plus tard. Le décret du 2 décembre 1852 le supprima invoquant des dépenses supérieures aux avantages retirés. À tous ses degrés, l’enseignement agricole périclita ; sa dotation fut réduite de moitié en 1870. Sous l’Empire, les Chambres d’agriculture furent nommées, au lieu d’être élues par arrondissement, le Conseil Général de l’Agriculture ne fut plus réuni, le Ministère de l’Agriculture et du Commerce furent mis sous la tutelle du Ministère de l’Intérieur, l’INA fut fermé. Le Second Empire considérait que si l’économie générale allait bien, elle entraînerait l’agriculture, il n’y avait pas à lui faire un sort particulier.

  • 39 R. Duguay, L’Enseignement agricole en France à tous les degrés. Écoles et (...)

26C’est la loi du 9 août 1876 qui rétablit une grande partie de ces institutions. L’institut agronomique fut reconstitué et de grandes écoles spéciales d’horticulture, de laiterie, des industries annexes, furent aussi créées. La loi du 16 juin 1879 rendit l’enseignement de l’agriculture obligatoire, dans les écoles normales d’instituteurs et dans les écoles primaires. Les stations agronomiques et les laboratoires agricoles vinrent compléter le cadre de l’enseignement39.

Les chimistes à la conquête de l’agronomie

  • 40 Aujourd’hui, Merkwiller-Pechelbronn dans le Bas-Rhin.

27Entre la fin des années 1830 et le début des années 1860, l’agronomie subit de profondes transformations : des chimistes partirent à la conquête d’un territoire de recherches, auparavant dévolu aux agronomes. Le pionnier fut sans doute Jean-Baptiste Boussingault : en 1834, il acquit une ferme à Bechelbronn40 à laquelle il adjoignit un laboratoire en 1836 pour analyser le sol, les engrais, semences et végétaux tout au long du cycle de culture. Il en publia un ouvrage, l’Économie rurale, publié en France en 1843-44, traduit en allemand en 1844-45 puis en anglais en 1845. Boussingault soutenait que les minéraux étaient importants dans la nutrition végétale à cause de leur proportion d’azote. L’allemand Liebig, au contraire, dans sa première édition, en 1840, De la chimie et ses applications à l’agriculture et à la physiologie, pensait que c’est leur contenance en minéraux qui faisait la valeur fertilisante des engrais, et que l’ammoniac contenu dans les eaux de pluie suffisait à restituer l’azote emprunté.

  • 41 Université de Lille.
  • 42 Titulaire de la chaire de chimie à Caen.
  • 43 À Nantes.

28Le transfert des agronomes aux chimistes fut surtout sensible à la Section d’Économie rurale de l’Académie des Sciences, où de nombreux chimistes furent nommés à partir de 1840 : Boussingault y entra en 1839. Les correspondants de cette section étaient aussi de plus en plus des chimistes : Kuhlmann41, I. Pierre42. Mais la chimie agricole n’était encore qu’une de leurs recherches, il a fallu attendre 1850 pour qu’une deuxième génération de chimistes ne se consacra qu’à des questions de chimie agricole. C’est le cas de Dehérain dans sa thèse de 1859 sur l’emploi des phosphates en agriculture, puis de l’ingénieur Millot, ou encore Bobierre43. Selon Nathalie Jas, avant le xviiie siècle, l’image du chimiste était plutôt celle de l’alchimiste ténébreux, il lui a fallu conquérir la respectabilité. Puis, au xixe, les chaires et laboratoires de chimie se sont multipliés : il y avait assez de postes à pourvoir et l’intitulé de leurs chaires ne les limitait pas au seul champ défini par celle-ci.

  • 44 Louis Grandeau, « Les stations agronomiques aux États-Unis, en Allemagne et en France, (...)
  • 45 N. Jas, « Déqualifier le paysan, introniser l’agronome, France 1840-1914 », p. 45-55.

29En 1867, Louis Grandeau décida de fonder à Nancy44 une station agronomique de l’Est, sur le modèle allemand ; la présentation des stations allemandes à L’Exposition universelle de 1867 l’aurait incité à cette création. Pendant les années suivantes, deux périodiques spécialisés, les Annales agronomiques et les Annales de la Science agronomique française furent fondés. Dans les États germaniques les plus industrialisés, les chimistes agricoles allemands pensaient que les engrais étaient nécessaires à une agriculture performante, elle-même indispensable dans un contexte d’industrialisation et d’urbanisation rapides. Or, le commerce des engrais était intrinsèquement frauduleux et perverti. Donc, à la chimie agricole de distinguer un « vrai » engrais d’un produit falsifié. Cette dialectique fonctionna bien et, au cours des années 1860, les grandes stations allemandes s’imposèrent comme des lieux de recherche et de contrôle performants. Puissantes, reconnues scientifiquement et socialement, elles devinrent les modèles à imiter45.

30Pour assurer la réussite de sa station d’agronomie, Grandeau ne ménagea pas sa peine. Mais, la station restait une entreprise privée qui ne reçut que des subventions de départ, alors qu’en Allemagne, les stations recevaient des aides annuelles de l’État et des administrations provinciales. En 1877, il n’existait que deux stations agronomiques, celle de Nancy et celle de Mettray. Au cours des années 1870-1880, en France, 25 établissements furent subventionnés par le ministère, mais c’étaient des établissements au statut précaire, ne pouvant guère mener de vraies recherches. Les directeurs de stations agronomiques ne parvenaient pas à imposer, dans le contexte français, le système du contrat entre stations et fabricants, système qui avait tant favorisé les stations allemandes. Cependant, elles réussirent à survivre aux difficultés de départ. En 1900, on comptait ainsi une soixantaine d’établissements et en 1921 fut créé l’Institut des recherches agronomiques (IRA).

 

  • 46 On peut citer Jules-Émile Planchon (1823-1888) et Pierre Viala (1859-1936) qui menèren (...)
  • 47 N. Jas, « Déqualifier le paysan, introniser l’agronome, France 1840-1914 » (...)

31Les recherches de Louis Pasteur (1822-1895) eurent de nombreuses retombées en agriculture. Outre ses travaux sur la fermentation, les maladies du vin et du bétail, sa mise en évidence des micro-organismes dans la destruction des vers à soie constitua le départ de nombreuses recherches de lutte biologique au moyen de bactéries. Mais il semble néanmoins que ce qui a fait progresser la science en matière d’agriculture, ce sont les grands fléaux de la fin du xixsiècle qui obligèrent la science à progresser dans le domaine de l’agriculture. L’oïdium, puis le phylloxéra et le mildiou de la vigne introduits des Amériques ont dévasté successivement les vignes de l’Ancien monde. Les savants ont été obligés de décrire, d’expliquer et de combattre ces fléaux46, car la disparition temporaire ou définitive de certains vignobles dépeuplait des régions entières. Entre 1884 et 1889, 587 syndicats agricoles furent créés ; outre la défense des intérêts des agriculteurs, ils procédaient à l’achat d’engrais pour le compte de leurs adhérents. Ces achats collectifs se faisaient en passant par des expertises des stations agronomiques. Ils ont donc eu un rôle actif à la fois dans l’utilisation des engrais chimiques et dans le recours aux représentants de la science agronomique : ils ont ainsi aidé à coupler pratique et théorie47.

Bibliographie

Agulhon Maurice, Désert Gabriel, Specklin Robert, « Apogée et crise de la civilisation paysanne », dans Duby Georges, Wallon Armand (dir.), Histoire de la France rurale, t. 3, Tours, Mame imprimeur, 1987.

Bourguet Marie-Noëlle, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, édition des archives contemporaines, 1988.

Duguay Raymond, L’Enseignement agricole en France à tous les degrés. Écoles et cours d’agriculture, Paris, librairie Larousse, 1903.

Fraisse Fr., Fêtes du centenaire de Mathieu de Dombasle et concours régional, compte rendu au nom de la société centrale d’agriculture de Meurthe et Moselle, impr. E. Réau, Nancy, 1878.

Gaboriaux Clhoé, « Entre innovations agronomiques et pratiques paysannes. La figure de l’agriculture pratique au xixe siècle », dans Sciences, chercheurs et agriculture. Pour une histoire de la recherche agronomique, Bonneuil Christophe, Gilles Denis et Mayaud Jean-Luc (dir.), Paris, éditions Quae L’Harmattan, 2008, p. 45-60.

Grandeau Louis, « Les stations agronomiques aux États-Unis, en Allemagne et en France, leurs ressources et leur développement », Annales de la Science agronomique française et étrangère, t. 1, 1901, p. 452-460.

Grandeau Louis, L’agriculture et les institutions agricoles du monde au commencement du xxsiècle, t. III, Paris, imprimerie nationale, 1906.

Jamet Émile, Cours d’agriculture théorique et pratique à l’usage des plus simples cultivateurs, suivi d’une notice sur le chaulage en Mayenne, Château-Gontier, L. Delaplace éditeur, 1846.

Jas Nathalie, « Déqualifier le paysan, introniser l’agronome, France 1840-1914 », Écologie & politique, 2005/2, no 31, p. 45-55.

Jas Nathalie, Au carrefour de la chimie et de l’agriculture, Paris, Édition des archives contemporaines, 2000.

Knittel Fabien, « La diffusion d’une pédagogie agricole : les écrits de Mathieu de Dombasle », Annales de l’Est, Association d’historiens de l’Est, 2002, p. 131-143.

Mangon Hervé, Traité de génie rural, travaux et instruments et machines agricoles, Paris, Dunod éditeur, 1875.

Mathieu de Dombasle Christophe-Joseph-Alexandre, Annales agricoles de Roville ou mélanges d’agriculture, d’économie rurale et de législation agricole. Tome I à VIII in-8°. Librairie Huzard, Treuzel et Wurtz, Paris, 1824-1832.

Passy Louis, Table générale des principales matières contenues dans le Bulletin de la Société Nationale d’agriculture de France depuis la création du Bulletin (1837), jusqu’à l’année 1894, Paris, typographie Chamerot et Renouard, 1896.

Professeurs, Économistes, Agriculteurs, Médecins Vétérinaires, Cours complet d’agriculture, d’économie rurale et de médecine vétérinaire, 4e édition, tome 7, Paris, au Bureau du Cours complet d’agriculture, 1846.

Vivier Nadine, « L’enseignement agricole sous le Second Empire. L’application du décret du 3 octobre 1848 », dans Les enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture, 1760-1945, actes du Colloque ENESAD, 19-21 janvier 1999, p. 145-152.

Vivier Nadine, Élites et progrès agricole, xvie-xviiie siècle, Presses universitaires de Rennes, 2009.

Zolla Daniel, Questions agricoles d’hier et d’aujourd’hui, chronique agricole du journal « Les Débats », Paris, Armand Colin, 1904.

Notes

1 D. Zolla, Questions agricoles d’hier et d’aujourd’hui, p. 10-11.

2 Cours complet d’agriculture, d’économie rurale et de médecine vétérinaire, p. 75.

3 Les ruraux représentaient 75 % de la population. En 1850, il y avait 64 % d’agriculteurs dans la population active, et 50 % en 1861.

4 L. Grandeau, L’agriculture et les institutions agricoles du monde au commencement du xxe siècle, p. 1-2.

5 Le 18 germinal an VIII (8 avril 1800).

6 Circulaire du 19 germinal an IX (9 avril 1801). Chapitre 1 : topographie, chapitre 2 : analyse de la population. Chapitre 3 : état de la société hygiène, criminalité, instruction, mendicité, ressources, chapitres 4 et 5 : produits agricoles, activités industrielles, commerce, arts.

7 M-N. Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne.

8 Société royale d’agriculture de la généralité de Paris (1761-1788) ; Société d’agriculture du département de la Seine (1798-1814) ; Société royale et centrale d’agriculture (1814-1848) ; Société nationale et centrale d’agriculture (1848-1853) puis en 1915 : Académie d’agriculture de France, dont l’action perdure.

9 L. Passy, Table générale des principales matières contenues dans le Bulletin de la Société Nationale d’agriculture de France depuis la création du Bulletin (1837), jusqu’à l’année 1894, p. 10.

10 M. Agulhon, G. Désert, R. Specklin, Apogée et crise de la civilisation paysanne, p. 116-117.

11 N. Vivier, Élites et progrès agricole, xvie-xviiie siècle, p. 192.

12 Cette image pouvait d’autant mieux s’imposer qu’elle s’appuyait sur une première image que les légitimistes des années 1830 avaient commencé à forger.

13 É. Jamet, Cours d’agriculture théorique et pratique à l’usage des plus simples cultivateurs, suivi d’une notice sur le chaulage en Mayenne, p. 3.

14 C.-J.-A. Mathieu de Dombasle, Annales agricoles de Roville ou mélanges d’agriculture, d’économie rurale et de législation agricole.

15 F. Knittel, « La diffusion d’une pédagogie agricole : les écrits de Mathieu de Dombasle », p. 131-143.

16 Calendrier du bon cultivateur, ou Manuel de l’agriculteur praticien, Nancy : Impr. de Haener, chez l’Auteur, et Paris : Mme Huzard, 1821, 1822, in-12 ; 2e éd., Paris, Mme Huzard, 1824, in-12, VII-493 p. ; 3e éd. Paris, Mme Huzard, 1830, in-12, XI-475 p. ; 4e éd., Paris, 1833, in-12, VIII-588 p. ; 5e éd. ( 1838), 6e éd., Paris : Mme Huzard, 1840, in-12, XIX-624 p. ; 7e éd., Paris : Bouchard-Huzard et Audot, 1843, 638 p. ; 8e éd., Paris : chez Bouchard-Huzard, et Nancy, 1846, in-12, XXV-660 p. ; 9e éd., Paris : Ve Bouchard-Huzard, in-12, XLVI-820 p., et 1860, in-12, LI-871 p.

17 F. Fraisse, Fêtes du centenaire de Mathieu de Dombasle et concours régional, compte rendu au nom de la société centrale d’agriculture de Meurthe et Moselle, impr. E. Réau, Nancy, 1878. Cité par F. Knittel « La diffusion d’une pédagogie agricole : les écrits de Mathieu de Dombasle », p. 131-143.

18 J.-A. Bixio (dir.), Journal d’agriculture pratique, de jardinage et d’économie domestique, Paris, bureau de la maison rustique, de 1837 à 1848, puis le périodique continua sous le nom de Journal d’agriculture pratique (JAP), jusqu’en 1879. En 1866, c’est Édouard Lecouteux qui en devint rédacteur en chef. En 1909, le Journal de l’agriculture fondé par Jean-Augustin Barral fusionna avec le JAP ; jusqu’en 1937, le journal subit des transformations qui amenèrent sa disparition.

19 Jean-Augustin Barral fut le cofondateur avec Bixio du JAP en 1837. Bixio en fut le rédacteur en chef de 1837 à 1848, puis Barral lui succéda de 1850 et 1866, date à laquelle il fut évincé par le propriétaire du titre. Barral créa alors une revue concurrente, le Journal d’Agriculture.

20 C. Gaboriaux, « Entre innovations agronomiques et pratiques paysannes. La figure de l’agriculture pratique au xixe siècle », p. 54.

21 Le terme désigne alors les théoriciens du libéralisme économique dont la tribune était Le Journal des économistes.

22 Convaincus, dès les années 1830-40, que les gouvernements ne reviendraient pas sur le partage égal des biens, beaucoup de propriétaires terriens se sentaient menacés par le morcellement. En même temps, ils perdaient leurs privilèges politiques avec l’abaissement du cens en 1831, puis sa suppression en 1848.

23 N. Vivier, Élites et progrès agricole, xvie-xxe siècle, p. 196-198.

24 H. Mangon, Traité de génie rural, travaux et instruments et machines agricoles, p. 709.

25 2 233 charrues du pays, « perfectionnées avec avant-train » dans les cinq cantons de Pantin, Courbevoie, Saint-Denis, Villejuif et Charenton.

26 Critiques des charrues sans-avant-train dans le Nouveau cours d’agriculture en 1809. Source : Membres de la section d’agriculture de l’Institut de France (ouv. coll.), Nouveau cours complet d’agriculture théorique et pratique ou dictionnaire raisonné et universel d’agriculture, Paris, Deterville, 1809, p. 369 à 396.

27 Précautions à prendre auprès des ouvriers pour introduire de nouveaux instruments sur une exploitation agricole. Source : C-J-A. M. de Dombasle, « De l’introduction des nouveaux instruments d’agriculture dans une exploitation rurale », p. 294-295.

28 Catalogue des instruments de la fabrique de Roville. Source : C-J-A. M. de Dombasle, « Catalogue des instruments de la fabrique de Roville », Calendrier du bon cultivateur ou manuel de l’agriculteur praticien, 1830, p. 473-475.

29 Victor Yvart (1763-1831) était un agronome français. Le gouvernement lui confia la direction d’une ferme nationale pour faire valoir des terres de mauvaise qualité, en parties marécageuses, cultivées de seigle. Il dirigea ces terres pendant 30 ans, elles devinrent un modèle pour la culture des plantes alimentaires, et pour l’élève des animaux domestiques. Mais sous le régime de la Terreur, il fut accusé de provoquer la famine en consacrant des terres à blé aux plantes sarclées et aux prairies artificielles dans sa ferme, et il n’eut que la fuite pour éviter la mort. Il professa pendant 10 ans l’économie rurale à Alfort. Il fut l’un des principaux collaborateurs du Nouveau Cours complet d’agriculture (1809). Son neveu, Charles-Auguste Yvart (1798-1873), directeur de l’École vétérinaire d’Alfort, surnommé le « grand moutonnier », créa dans l’École, à partir de 1840, par le métissage et la sélection, un type de mouton à viande ayant conservé les qualités lainières du Mérinos. Appelée d’abord race d’Alfort, puis race de Grignon à la suite de son transfert dans l’école d’agronomie de même nom, ou race Dishley-Mérinos, elle prit son nom définitif de race d’Île-de-France en 1922 à la suite de sa diffusion dans les fermes du Bassin parisien.

30 L. Grandeau, L’agriculture et les institutions agricoles du monde au commencement du xxe siècle, t. III, p. 7.

31 Un traité mit ensuite, à la charge du budget de l’agriculture, toutes les dépenses de l’enseignement à l’école de Grignon, en vue d’en réduire le prix de pension.

32 Auguste Bella (1777-1856), était un militaire de carrière, chevalier de l’Empire, et fondateur avec Antoine-Rémy Polonceau de l’École d’agriculture de Grignon, dont il assura la direction pendant vingt-deux ans. Bella fut soigné pendant la campagne napoléonienne de Hanovre (1802-1803) par Albrecht Thaër, médecin du roi et futur directeur de l’École d’agriculture de Moëglin (Brandebourg). Il suivit ses cours d’agriculture pendant près de deux ans et les mit en application à Grignon. Un décret de 1912 créa l’École supérieure d’enseignement agricole et ménager, annexée à l’École de Grignon. En 1971, l’École nationale supérieure d’Agriculture de Grignon fusionna avec l’Institut national agronomique pour devenir l’Institut national agronomique de Paris-Grignon (INA-P.G.).

33 Suppression des jachères, réduction des cultures de céréales, cultures alternées, stabulation du bétail et emploi d’engrais commerciaux en complément du fumier.

34 N. Jas, Au carrefour de la chimie et de l’agriculture, p. 45.

35 Un élève de Roville, Jules Rieffel, entreprit de défricher les landes de Grandjouan, dans la Loire-inférieure, fonda en 1840 la première ferme-école officiellement reconnue et dotée d’un budget sous le nom d’Institut agricole de Grandjouan.

36 Nivière, propriétaire de la Saulsaie, près de Lyon, après avoir assaini ce domaine marécageux, y créa l’école d’agriculture qui prit le nom du domaine.

37 N. Vivier, « L’enseignement agricole sous le Second Empire. L’application du décret du 3 octobre 1848 », p. 147.

38 Ibid, p. 148.

39 R. Duguay, L’Enseignement agricole en France à tous les degrés. Écoles et cours d’agriculture, p. 9 à 13.

40 Aujourd’hui, Merkwiller-Pechelbronn dans le Bas-Rhin.

41 Université de Lille.

42 Titulaire de la chaire de chimie à Caen.

43 À Nantes.

44 Louis Grandeau, « Les stations agronomiques aux États-Unis, en Allemagne et en France, leurs ressources et leur développement », p. 452-460.

45 N. Jas, « Déqualifier le paysan, introniser l’agronome, France 1840-1914 », p. 45-55.

46 On peut citer Jules-Émile Planchon (1823-1888) et Pierre Viala (1859-1936) qui menèrent un combat pour imposer l’usage des vignes américaines résistantes au phylloxéra. Louis Ravaz (1863-1937) qui étudia les porte-greffes résistants au phylloxéra et à la chlorose ; ses enseignements de 1897 à 1930 contribuèrent à la formation de générations d’ingénieurs agricoles français et étrangers. Alexis Millardet (1838-1902) fut reconnu pour son étude du mildiou de la vigne et la découverte de la bouillie bordelaise en 1885. Victor Vermorel (1848-1937), mécanicien et inventeur, milita dans nombre de comices, sociétés d’agriculture, et participa à la création de la revue Le progrès agricole et viticole en 1879. Il présenta en 1887 le « pulvérisateur Éclair », qui devint la sulfateuse de plusieurs générations. Source : C. Bain, J-L. Bernard, A. Fougeroux, Protection des cultures et travail des hommes, p. 73 à 83.

47 N. Jas, « Déqualifier le paysan, introniser l’agronome, France 1840-1914 », p. 54.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – La Statistique agricole de 1814, Notices, inventaires et documents.
Crédits Édité par le Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Paris, F. Rieder et Cie Éditeurs, 1904, p. XIV de l’introduction.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/13648/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2. – Statistique de la France, Agriculture.
Crédits Résultats généraux de l’enquête décennale de 1862, par son excellence la Ministre de l’agriculture, du Commerce et des Travaux Publics, Strasbourg, imprimerie administrative de Veuve berger-Levrault, 1868, p. 49.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/13648/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3. – Table des matières du JAP.
Crédits Alexandre Bixio (dir.), Journal d’agriculture pratique et de jardinage et d’économie domestique, Paris, librairie agricole de la maison rustique, deuxième série, tome V, janvier à décembre 1848.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/13648/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 689k
Titre Fig. 4. – Tableau de l’outillage agricole en 1862, cantons de Pantin, Courbevoie, Saint-Denis (arrondissement de Saint-Denis) et canton de Charenton, Villejuif, Vincennes et Sceaux (arrondissement de Sceaux).
Crédits Source : A.N.F./11/2709. Enquête de 1862, séries départementales, questionnaires par cantons. Département de la Seine, arrondissement de Saint-Denis, cantons de Pantin, Courbevoie, Saint-Denis ; arrondissement de Sceaux, canton de Charenton, Villejuif, Vincennes et Sceaux.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/13648/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre Fig. 5. – Charrue de Brie perfectionnée à age oblique.
Crédits Gustave Heuzé, La Pratique de l’agriculture, t. 1, Paris, librairie agricole de la Maison rustique, 1889, p. 125.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/13648/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Fig. 6. – Charrue Dombasle sans avant-train.
Crédits Gustave Heuzé, La Pratique de l’agriculture, t. 1, Paris, librairie agricole de la Maison rustique, 1889, p. 125.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/13648/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 294k

Auteur

Docteure en Histoire, Université Paris IV – Paris-Sorbonne, chercheure associée au Centre Roland Mousnier, UMR 8596 Sorbonne Université CNRS

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search