Version classiqueVersion mobile

Transmission et circulation des savoirs scientifiques et techniques

 | 
Dominique Barjot

De la médecine à la biologie : un espace privilégié pour la transmission des savoirs et des savoir-faire

Missions des naturalistes Peyssonnel et Desfontaines dans la régence de Tunis au xviiie siècle

Geneviève Falgas

Résumé

Au xviiie siècle, les naturalistes Jean-André Peyssonnel (1694-1759) et René Desfontaines (1750-1833) partirent vers la Barbarie, actuelle Afrique du Nord, pour y étudier tout ce qui touchait à l’histoire naturelle de ces pays, la flore en particulier. Sur le terrain, ils connurent souvent, malgré la protection diplomatique dont ils jouissaient, de difficiles conditions de voyage : insécurité, hostilité des populations à l’égard des chrétiens, qui s’ajoutaient aux conditions climatiques de ces pays au relief souvent inhospitalier. Mais rien ne les empêcha d’accomplir leur mission : récolter, rassembler, puis transmettre leurs observations et notes diverses aux académies et sociétés savantes avec lesquelles ils étaient en relation. Ainsi s’élaboraient des savoirs nouveaux, qui étaient diffusés d’abord au sein de la communauté scientifique puis en direction du grand public par l’enseignement et les publications. Peyssonnel et Desfontaines furent de grands acteurs de la transmission des savoirs.

Texte intégral

1Parcourir les galeries du muséum d’Histoire Naturelle de Paris, ou celles d’autres grandes villes de France, c’est non seulement pénétrer dans des conservatoires de la connaissance mais aussi ouvrir les portes du grand large, et celles ensuite de la transmission des savoirs. En effet, derrière chaque planche d’herbier, chaque roche exposée, chaque vitrine d’insectes ou de papillons, il y a des hommes et leurs voyages qui ont permis ces collectes sur le terrain. Ils rapportaient, parfois dans les pires difficultés, les objets de ces collectes qui étaient mis à la disposition de leurs académies ou sociétés savantes.

2Puis, au-delà de la matérialité des objets, se profile le long cheminement du travail des savants qui ont répertorié, analysé, classé les nouveaux apports : il a fallu intégrer les résultats de ces découvertes aux savoirs anciens, obligeant à une actualisation permanente qui remet souvent en question des connaissances jusque-là considérées comme acquises.

  • 1 Le Jardin Royal devint en 1793 le Muséum national d’histoire naturelle de Paris.

3Ainsi, pendant que certains naturalistes travaillaient dans la quiétude des cabinets ou des bibliothèques, d’autres, intrépides et prêts à tout pour remplir leurs missions, s’en allaient à la recherche de connaissances nouvelles. C’est dans ce but qu’au xviiie siècle, les naturalistes Peyssonnel et Desfontaines partirent du Jardin Royal1 pour les pays de Barbarie.

  • 2 A. Dureau de La Malle, Peyssonnel et Desfontaines. Voyages dans les régences de Tunis et d (...)
  • 3 Dureau de La Malle, ibid. I, Préface, p. IX.

4Les récits et correspondances des deux naturalistes furent publiés en 1838 par l’historien et géographe, Dureau de La Malle2. Bien que beaucoup de ces documents aient été perdus, le géographe souligne à la fois le grand intérêt et le côté complémentaire de ces deux voyages pour justifier son choix de les sortir de l’oubli et de les publier ensemble3.

5La publication de Dureau de La Malle, et les nombreuses annexes qu’elle contient, constitue la source principale de l’étude ici présentée.

  • 4 Le mot de « régence » appartenait au langage diplomatique français : pour administ (...)

6Jean-André Peyssonnel, qui naquit en 1694, appartenait à une famille de la bourgeoisie provençale. Il reçut un enseignement de qualité, devint médecin et, parallèlement, fut nommé correspondant de l’Académie des Sciences de Paris. En 1724, il obtint du bibliothécaire du Roi, l’abbé Bignon, l’autorisation d’une mission en Barbarie. Il séjourna huit mois dans la régence4 de Tunis et autant dans celle d’Alger.

7De Barbarie, Peyssonnel adressa à l’abbé Bignon, et au surintendant du Jardin Royal des Plantes, Pierre Chirac, des Lettres qui leur rendaient compte de son voyage, des observations et découvertes qu’il y faisait. Ses sujets d’étude furent multiples : lors de l’itinéraire sur les côtes nord de la Tunisie, il étudia le corail, premier à en pressentir la nature animale ; il observa les populations et leurs manières de vivre, s’occupa de géographie, d’archéologie, de belles lettres – en relevant quantité d’inscriptions – d’histoire aussi.

  • 5 Dureau de La Malle, ibid., Préface, p. VII.

8René Louiche Desfontaines, quant à lui, naquit presque soixante ans plus tard, en 1750, au Tremblay en Bretagne, dans une famille de paysans aisés. Il reçut une solide formation humaniste et scientifique, puis fit ses études de médecine à Paris. Là il fréquenta le Jardin Royal, où il rencontra le professeur et premier médecin du roi, Louis-Guillaume Lemonnier. Celui-ci proposa à Desfontaines, alors âgé de 33 ans, d’effectuer un voyage officiel en Barbarie, pour une mission d’histoire naturelle, « y faire des observations sur la géographie, les antiquités, les mœurs des habitants, et particulièrement sur l’histoire naturelle », « dans presque toute l’étendue de ces territoires5 ».

  • 6 Dureau de La Malle, ibid. II, Préface p. XXX : Lemonnier, premier médecin de Louis XVI, le (...)

9Pendant son séjour en Barbarie, il avait adressé régulièrement à Lemonnier, soit de Tunis, soit d’Alger, « une suite de lettres, dans lesquelles il comptait retrouver plus tard les matériaux de la relation de son voyage6 ». Malheureusement, comme l’on sait, une partie de ces lettres a été perdue.

Les conditions de voyage

10L’un et l’autre eurent des conditions de voyage privilégiées, parce qu’effectuées au nom du Roi sous la protection des consuls de France et des accords signés en 1532 entre François 1er et Soliman Le Magnifique.

11Ces accords, appelés Capitulations, constituaient des sauf-conduits pour les Français qui commerçaient en Méditerranée ou partaient au nom du Roi. Comme Desfontaines l’écrivait à Lemonnier, les deux naturalistes n’auraient pu mener à bien leurs missions sans ces accords :

  • 7 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 80.

« Il y a ici un botaniste de Danemark qui n’aura pas les mêmes avantages que moi, et qui ne pourra pas voir les mêmes lieux.7 »

  • 8 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 124.

12La protection de ces voyageurs officiels était également assurée à l’intérieur du pays, même si parfois les populations voyaient arriver ces étrangers avec méfiance. Lors du voyage de Desfontaines à Sfax, le bey lui donna des lettres de recommandation pour le gouverneur de la ville qui lui témoigna « beaucoup de marques d’amitié8 ».

13Par ailleurs, leur profession de médecin leur donnait de la considération, et ils finissaient par avoir plus ou moins des fonctions auprès des Puissances, c’est-à-dire des gouverneurs de ces pays : longtemps, la médecine fut proche de la botanique alors qu’on soignait par les plantes.

14Les Lettres de Peyssonnel, ou plutôt celles qui ont subsisté, longtemps oubliées dans les archives du Muséum, constituent un journal de voyage délivrant tout d’abord des informations sur les conditions dans lesquelles pouvait s’accomplir un tel voyage, à une époque où tout déplacement relevait de l’aventure. Le naturaliste quitta Paris en avril 1724, « par le coche » précise-t-il, pour un voyage de 15 jours jusqu’à Marseille, où il embarqua à bord d’une « pinque », mettant 9 jours pour traverser la Méditerranée.

15À Tunis, il fut l’hôte du consul de France qui, dès son arrivée, le conduisit au palais du bey pour lui être présenté, avec ses passeports et le but de sa mission. Il en fut de même pour Desfontaines : quelque soixante années plus tard, en août 1783, il quitta Marseille à bord d’un petit navire de commerce qui, huit jours après, mouilla dans la rade de Carthage. Suivant l’usage, il se rendit chez le consul qui l’amena aussitôt chez le bey. Ce dernier le prit en considération et l’invita à se joindre à ce qu’on appelait « le Camp ». C’était l’imposante colonne militaire qui s’en allait deux fois l’an recouvrer l’impôt auprès des tribus de l’intérieur. Le Camp d’été parcourait le nord du pays, le Camp d’hiver s’en allait vers les oasis du sud et la frontière tripolitaine.

  • 9 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 80.

16C’est au sein de la colonne d’hiver que Desfontaines partit, en décembre 1783, pour le plus long de ses voyages à travers la régence de Tunis, dans des conditions exceptionnelles – ayant été investi de la charge de médecin du bey. Il ne tarit pas d’éloges sur la manière dont ce dernier le traita. Au départ, il lui avait offert quatre chameaux qui s’ajoutèrent à deux mules déjà achetées ; il avait aussi loué une tente et pris quatre domestiques à son service : « Voilà mon train9 » écrivait-il à Lemonnier.

Le manque de sécurité

17Toutefois le quotidien de ces missions n’était exempt ni de difficultés ni de dangers. Ils se trouvèrent souvent dans des conditions périlleuses qu’ils surent, le cas échéant, affronter avec courage. Parmi tous les détails dont il parsème ses écrits, et qui sont autant de renseignements sur l’état du pays, on peut relever que Desfontaines le juge quelque peu abandonné, et surtout peu sûr :

« Il est bien triste que ce beau pays soit inculte et infesté de voleurs. »

18Un jour, il faillit être agressé : alors qu’il herborisait avec un seul domestique pour escorte, il fut approché par quatre hommes menaçants :

  • 10 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 67.

« Ces cantons sont remplis de voleurs, et de voleurs hardis.10 »

19Par ailleurs, en écrivant à Lemonnier, Desfontaines ajoutait qu’il fallait toujours être sur ses gardes car :

  • 11 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 76.

« Ces méchantes gens […] feraient encore moins grâce à un chrétien qu’à tout autre.11 »

20Et d’en expliquer la cause :

  • 12 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 196 et 108.

« On n’aime pas à voir des chrétiens dans ce pays-ci.12 »

21Quant à Peyssonnel, il fut aussi parfois en butte à cette hostilité : au cours de son périple dans la régence d’Alger, il note son arrivée mouvementée à Constantine :

  • 13 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 217.

« Les habitants sont très ennemis des chrétiens, et j’y ai reçu beaucoup d’injures.13 »

  • 14 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 124.

22Mais les populations ne se montraient pas seulement méfiantes à l’égard des Européens parce qu’ils étaient chrétiens. Ils se méfiaient de leurs intentions : dans la région du Kef, à l’intérieur des terres, la population accueillit Peyssonnel par des insultes et on lança des pierres contre la maison qu’il occupait. La rumeur disait qu’il venait chercher de l’or, et qu’il était un espion à la solde des chrétiens pour prendre la ville14.

  • 15 Dureau de La Malle, ibid. p. 196 - I, p. 110 - I, p. 298 - I, p. 298.
  • 16 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 108.

23Ainsi pourrait-on relever dans les lettres des deux naturalistes de nombreux autres exemples de cette insécurité qui rendit souvent problématiques certains de leurs déplacements15. En particulier les haltes pour la nuit, plus ou moins hasardeuses quand ils ne voyageaient pas avec le Camp du bey, c’est-à-dire la colonne militaire chargée de prélever les impôts à l’intérieur du pays : l’un et l’autre se déplaçaient à dos de mule, couchant sous une tente qu’ils installaient dans les douars, ou bien où ils pouvaient, le plus souvent dans l’insécurité et l’inconfort16.

La piraterie

24La course, selon le mot de l’époque, était encore très active du nord au sud de la Méditerranée. Les descentes de corsaires chrétiens sur les côtes de Barbarie – surtout ceux des chevaliers de Malte – étaient fréquentes et redoutées. Les deux naturalistes furent confrontés, l’un et l’autre, à la peur que cette réalité suscitait dans le pays.

  • 17 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 193.

25Dans le sud du Cap-Bon, où les habitants « n’avaient jamais vu des chrétiens voyageurs », ils s’étaient imaginé que Peyssonnel et son escorte étaient venus « pour les enlever et les mener en servitude ». Ils durent veiller toute la nuit : le bruit s’était répandu que ces chrétiens « devaient donner quelques signaux pour aviser les corsaires de venir enlever le douar17 ». Et Peyssonnel de conclure :

  • 18 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 198.

« De notre côté, nous ne souhaitions rien que de voir la nuit bientôt passée, pour nous retirer et quitter ce pays si dangereux.18 »

  • 19 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 108.
  • 20 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 241.

26Desfontaines, en traversant cette même région, avait trouvé les habitants nerveux : ils craignaient l’arrivée des corsaires de Malte19. Mais les dangers de la piraterie guettaient les musulmans comme les chrétiens. À Bizerte, Peyssonnel note que « les Turcs y arment beaucoup de galiotes pour aller contre les chrétiens20 ». Ces chrétiens qui restent indifférenciés dans l’esprit des habitants de l’intérieur, qu’ils soient Français, Espagnols ou Italiens, et qui sont regardés comme des ennemis :

  • 21 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 197.

« […] excepté dans les ports de commerce, où l’on a pour les nations amies les égards qu’on doit avoir.21 »

  • 22 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 123.

27Desfontaines signale à plusieurs reprises que les habitants des villes côtières sont plus doux, plus tolérants, ayant de tout temps été habitués à commercer avec les Occidentaux. Le contraste est très vif avec l’intérieur des terres, ou le sud du pays, souvent aride, pauvre, peuplé de tribus agressives22.

Des pays inhospitaliers

  • 23 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 106.

28Parfois aussi ces régions se révélaient hostiles. Outre les voleurs de grand chemin, les serpents, comme les scorpions noirs aux morsures redoutables, y pullulaient : Desfontaines avouait se coucher chaque soir avec inquiétude, ayant trouvé à deux reprises des scorpions noirs dans sa tente. Peyssonnel fut confronté au même danger23.

  • 24 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 166.

29Quant aux lions et aux tigres, tous deux en parlent également : « ils sont « forts communs » dans ce pays ; « heureusement je n’en ai rencontré aucun dans mes promenades », écrit Desfontaines, qui entendit pourtant une nuit « plusieurs fois le hurlement des lions24 ». Peyssonnel, aussi audacieux, n’hésitait pas à s’enfoncer dans des régions boisées où abondaient, ainsi qu’on l’en avait prévenu, des lions et des tigres qui demeuraient « du côté des montagnes » – bien qu’il conclût :

  • 25 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 115.

« Mais nous n’en vîmes point.25 »

30Le danger lié aux bêtes sauvages n’était pas le seul : la nature même des contrées traversées, dans la régence de Tunis comme dans celle d’Alger, était souvent inhospitalière :

  • 26 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 146-147.

« […] des ravins profonds au bord desquels il faut marcher avec précaution […], des montagnes couvertes d’épaisses forêts, des pics arides, des rochers escarpés et des profonds abîmes creusés par les torrents.26 »

31De même, la rudesse du climat mit à mal leur résistance physique, à l’un comme à l’autre. Alors qu’en plein mois de février 1725, Peyssonnel et son escorte traversaient la région montagneuse de Guelma, dans la régence d’Alger, ils eurent très froid et se trouvèrent pris, un jour, dans des bourrasques de pluie et de grêle :

  • 27 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 284-285.

« Qui se changèrent en neige et en brouillard si fort [qu’ils furent] obligés d’aller chercher au plus tôt un gîte.27 »

32Par contre, dans ces pays de forts contrastes, il en allait tout autrement en été : quand Desfontaines partit au début du mois d’août 1784 pour le sud de la régence de Tunis, il sous-estima les effets de la chaleur, dont il souffrit beaucoup, en particulier après avoir marché tout un jour dans des sables brûlants :

  • 28 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 110.

« […] je ressentais des douleurs cuisantes aux mains, au visage, et mes paupières étaient si gonflées que j’avais peine à voir.28 »

  • 29 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 132.
  • 30 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 114.
  • 31 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 137.
  • 32 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 113.

33Aussi, les nuits de clair de lune, il lui arriva de partir herboriser bien avant l’aube, parfois au milieu de tribus « indomptées »29. Une fois même, il fut « extrêmement tourmenté par la soif », sa provision d’eau étant finie30. À son retour à Tunis, à la fin du mois d’août, il se dit « bien fatigué par les chaleurs excessives qu[’il avait] essuyées pendant le cours de [son] voyage31 ». Peyssonnel, qui sillonna la région de Constantine en plein mois d’août 1725, avait noté cette chaleur insupportable32 : comme Desfontaines, il se levait en pleine nuit pour aller herboriser :

  • 33 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 92.

« Nous partîmes de Zawan [Zaghouan] à deux heures après minuit. »33

Les collectes

34Pour Desfontaines, ces voyages comblaient le botaniste qu’il était avant tout.

La botanique : joies et déceptions ; difficultés des collectes

35Il éprouvait des joies profondes à aller de découverte en découverte :

  • 34 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 63.

« Chaque plante que je trouvais me donnait un sentiment de plaisir inexprimable : c’était pour moi une nouvelle conquête.34 »

36Le voyage avec le Camp du bey, qui dura « plus de trois mois et demi », se termina au mois d’avril 1784, et il se prépara aussitôt pour une nouvelle expédition dans la région de Zaghouan, au sud de Tunis :

  • 35 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 81.

« Le mois d’avril est ici la saison du printemps. J’herborise du matin au soir.35 »

  • 36 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 98.

37Quand il annonce son voyage vers Sfax, en juillet 1784, il écrit à Lemonnier qu’il espère recueillir « des graines, des insectes et autres productions naturelles, la saison des plantes étant alors passée36 ». Toutefois s’il allait d’émerveillement en émerveillement, Desfontaines connut aussi des moments plus décevants :

  • 37 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 62-63.

« J’ai éprouvé beaucoup d’ennui à Kairouan parce que nous y avons séjourné plus de quinze jours. Point de plantes, peu d’oiseaux, encore moins de minéraux. Livré à moi-même je comptais les heures et brûlais d’envie de marcher vers des montagnes que j’apercevais dans le lointain.37 »

38Les confins du Sahara lui laissèrent une impression de tristesse à cause de leur uniformité, car on n’y voyait ni verdure ni habitation humaine : la nature y semblait morte.

39Desfontaines n’hésitait pas à exprimer ses émotions, dépassant le côté purement scientifique de sa mission : par exemple, le 15 septembre 1785, il évoque sa tristesse d’avoir dû se séparer d’un ami :

  • 38 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 200. C’est en quittant Alger qu’il nota c (...)

« Cette journée fut bien triste pour moi, écrit-il dans sa relation de voyage, […] mon âme ne fut occupée que de lui pendant cette journée.38 »

40On relève sur ce sujet une différence avec Peyssonnel, qui effectua son voyage beaucoup plus tôt dans le siècle, et dont les relations sont dépourvues d’expression de sentiments personnels, à de rares exceptions près. Desfontaines, lui, s’inscrit davantage dans le courant Rousseauiste39 du xviiie siècle, exprimant ses impressions devant les beautés de la nature, souvent émerveillé : à peine à terre à son arrivée à Tunis, il se mit à recenser toutes les plantes qu’il voyait. Sa sensibilité apparaît dans la minutie des descriptions : les salicornes « qui tapissaient les lieux bas et humides », les bouquets de pancratium maritime « qui s’élevaient au-dessus des sables brûlants du rivage », ou « les touffes de câpriers chargés de fleurs » qui « pendaient des fentes des rochers40 ».

  • 41 Annaba, l’ancienne Hippone, patrie de saint Augustin.
  • 42 J.-M. Poiret, Lettres de Barbarie : 1785-1786, p. 157.
  • 43 Planches numérisées, accessibles par un lien communiqué par le service des (...)
  • 44 « Près des rives d’un lac aux environs de La Calle ».

41Après huit mois d’exploration dans la régence de Tunis, Desfontaines passa dans la régence d’Alger. Au début de septembre 1785, alors qu’il s’apprêtait à quitter le port d’Annaba41 pour rejoindre la France, il rencontra un autre botaniste Jean-Marie Poiret (1755-1834), qu’il décida d’accompagner pendant quelque temps. Au cours d’une excursion, ils découvrirent « une très belle espèce d’ipomea » : « une fleur aussi grande que celle du liseron ordinaire, mais du plus beau rouge, s’élevait au-dessus d’une broussaille impénétrable42 ». L’acquisition de cette fleur s’avéra une entreprise difficile, qui les laissa « percés de sueur, les habits en lambeaux et les mains ensanglantées ». Sur l’une des planches numérisées de l’Herbier de Desfontaines et de celui de Poiret, au Muséum43, figure une « ipomoea sagittata », avec cette mention « récolteur : Poiret avec Desfontaines », localité originale : La Calle, Algérie, précisant en latin « apud lacuum ripas prope La Calle44 ». Exactement l’endroit où herborisaient Poiret et Desfontaines, à la frontière algéro-tunisienne, quand ils cueillirent cette ipomée.

42Ils passèrent une quinzaine de jours à parcourir les paysages les plus variés, étangs, prairies, bois, montagnes, plaines de sable, où leur marche fut parfois très pénible. Mais pour rendre compte de cette « [une] foule de plantes, d’insectes, d’oiseaux et de reptiles peu ou point connus », ils étaient prêts à tout braver, à tout supporter.

L’Antiquité romaine

  • 45 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 3.

43Cependant, on l’a vu, ces deux naturalistes s’intéressaient à beaucoup plus qu’à la botanique, et tout retenait leur attention. L’un comme l’autre, en particulier, font preuve d’un extrême intérêt pour les vestiges de l’antiquité romaine, dont le pays est couvert. Pour Desfontaines, cet intérêt est marqué par une profonde sensibilité au souvenir de ce que fut cette civilisation : à son arrivée à Tunis, en août 1783, passant une dernière nuit à bord avant de débarquer, il nota que la proximité des ruines « d’une des plus fameuses villes du monde, au milieu des champs où elle fut autrefois », le bouleversa au point de lui ôter le sommeil45. Il ne manque jamais de visiter des ruines, faisant des croquis, recueillant ce que lui en disaient ses accompagnateurs :

  • 46 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 58, Lettre à Lemonnier, 15 av (...)

« J’ai pris beaucoup de notes […] sur les ruines que j’ai rencontrées. J’ai acheté des médailles, copié beaucoup d’inscriptions qui pourront éclairer la géographie ancienne de ce pays. »46

Observations et relevés divers

  • 47 Jean-André Peyssonnel. Voyage dans les régences de Tunis et d’Alger, Présentation et n (...)
  • 48 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 58, Lettre à Lemonnier, 15 avril 1784.

44Pour Peyssonnel comme pour Desfontaines, un autre aspect de l’Histoire naturelle est omniprésent : ce qu’on appelle aujourd’hui « l’ethnographie, [c’est-à-dire] les hommes, leurs manières de table, leur mobilier, leur costume, leurs techniques, les formes sociales et politiques, les croyances religieuses », pour reprendre la présentation qu’en fait l’historienne Lucette Valensi47. Dans sa lettre à Lemonnier du 15 avril 1784, déjà citée, Desfontaines évoque les résultats de son voyage avec le Camp du bey : là aussi il a pris « […] beaucoup de notes », partout où il est passé, « en particulier, sur les arts, la culture, les mœurs des habitants, les diverses tribus arabes qui habitent le royaume […]48 ».

  • 49 Dureau de La Malle, ibid. Peyssonnel avait fait la même remarque : vol. I, p. 84 

45Dans le petit village de Soliman, non loin de Tunis, il remarque une population d’origine espagnole, descendant de Maures andalous chassés d’Espagne au xve siècle, et « qui conserve[nt] encore la langue espagnole49 ». Aussitôt il veut tout savoir sur son histoire. Tous ces renseignements, il les consignait tantôt dans sa correspondance, tantôt dans des notes éparses sur ses carnets de voyage.

  • 50 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 167.
  • 51 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 176.

46Par ailleurs, tout au long de leur cheminement à travers les régences de Tunis et d’Alger, chacun en son temps, les deux naturalistes collectent des renseignements qu’on pourrait qualifier sans exagérer d’encyclopédiques. Rien ne leur échappe, ils notent tout sur les sujets les plus divers : par exemple, pour ne citer que Desfontaines, les eaux thermales, dont l’exploitation dans ces pays remonte à l’Antiquité ; le régime des eaux de pluie ; le flux et le reflux des marées ; les colonies d’oiseaux aquatiques ; l’aqueduc romain de Zaghouan, long de 150 km, qui alimentait Tunis et Carthage dans l’Antiquité. Dans ce même lieu, il s’intéresse à la teinture des bonnets rouges, qui s’exportent dans tout l’Orient : l’eau de source y est si pure que la teinte qui en ressort est sans égale. Il cherche à connaître tous les modes de culture des plantes nourricières observées, avec l’idée de voir si ces plantes pourraient être cultivées en France. Il lui arriva d’empailler des oiseaux, qu’il destinait au Muséum de Paris50 : à l’occasion, il étudiait de plus près les échantillons de roches qu’il avait ramassés, comme de la galène, de la calcédoine, du cristal de roche, des fragments teintés de vert qui signalait du cuivre, ou teinté de rouge pour le fer51. Desfontaines excursionna avec Poiret jusqu’au mois de novembre 1785, puis il tomba malade et ne put poursuivre son voyage plus loin que Tlemcen, du côté d’Oran. Il se replia sur Alger et quitta définitivement l’Afrique du Nord.

La transmission des savoirs

47Cueillir des plantes, ramasser des échantillons de roche, noter tout ce qu’ils voyaient, ce n’était là qu’une partie de leur mission. L’autre partie, c’était d’en rendre compte, d’abord à leurs commanditaires, comme une courroie de transmission qui remontait du terrain jusqu’aux académies ou sociétés savantes. Ils ne perdaient jamais de vue le but de leur mission : transmettre des savoirs nouveaux.

Circulation des savoirs nouveaux entre académies et sociétés savantes

48Desfontaines rendait compte de l’accomplissement de sa mission au fur et à mesure de ses explorations, ainsi qu’il l’écrivait à Lemonnier dans sa première lettre datée du 15 avril 1784, à Tunis. Il revenait alors des trois mois passés au Camp du bey :

  • 52 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 80.

« […] Je ne vous envoie Monsieur qu’un très court tableau de mon voyage. J’ai pris beaucoup de notes sur les pays où j’ai passé, […] ; mais ce n’est pas en voyageant qu’on peut faire quelque chose de suivi.52 »

  • 53 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 125.

49Aussi compte-t-il sur son retour à Paris pour mettre de l’ordre dans ses notes et commencer à en tirer des enseignements. Sur place, il profitait de moments où il ne voyageait pas, entre deux excursions pour « faire sécher des plantes53 ». À l’une de ces occasions, il avait écrit :

  • 54 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 183.

« Je me levai le lendemain de très bon matin afin de décrire et préparer les plantes que j’avais trouvées la veille.54 »

50Dans une autre lettre à Lemonnier, du 12 août 1784, il précisait :

  • 55 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 82.

« […] je vais m’occuper maintenant à rédiger les observations que j’ai faites, pour vous en faire part.55 »

51Peyssonnel en son temps écrivait à Pierre Chirac, l’intendant du Jardin Royal :

  • 56 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 230.

« J’aurai soin d’exécuter vos ordres au sujet des semences, des graines et des plantes.56 »

  • 57 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 227.

52À propos desquelles il devait « faire un herbier des plantes inconnues et rares57 ». Malheureusement, les produits de ces collectes n’arrivaient pas toujours à leurs destinataires, ainsi que l’explique Dureau de La Malle dans sa publication de 1838. Tel fut le sort de ceux envoyés par Peyssonnel au surintendant du Jardin Royal :

  • 58 Dureau de La Malle, ibid. I, Préface p. XIX.

« Dont la négligente administration aura laissé perdre, non seulement les notes scientifiques du jeune voyageur, mais encore les herbiers et les graines qu’il a dû envoyer, ou rapporter avec lui.58 »

53C’est entre contemporains que circulaient ensuite les découvertes, les observations, les hypothèses suscitées par les collectes faites sur le terrain. Ces hommes en effet qui parcouraient le monde tissaient des réseaux serrés d’échanges avec les diverses académies ou sociétés savantes qui existaient à cette époque. Lorsque Dureau de La Malle publia les récits et correspondances des deux naturalistes, il nota en sous-titre ces multiples relations. Par exemple, Desfontaines fut :

  • 59 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 533.

« Membre de l’Académie des Sciences de Paris, membre de la société d’Agriculture de Paris, de l’Académie des Sciences et Belles Lettres de Dijon, de la société de physique de Gottingue (Göttingen aujourd’hui), de la société linnéenne de Londres, etc.etc.59 »

54Il en fut de même pour Peyssonnel qui revenait à Paris avec une somme importante d’observations et d’informations, qu’il avait communiquées régulièrement à l’abbé Bignon et au surintendant du Jardin Royal, ainsi qu’aux diverses académies dont il était :

  • 60 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 7.

« Membre associé (et non pas titulaire comme Desfontaines) de l’Académie des Sciences, de l’académie de Marseille, de la société royale de Londres, des académies de Rouen et de Montpellier.60 »

  • 61 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 54. Les observations communiquées par l’abbé Teissier (...)
  • 62 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 53.

55C’est alors qu’on mesure combien la science était objet de partage : les découvertes des uns servaient aux autres comme d’une base pour aller plus loin, ou pour conforter leurs propres observations. Par exemple, Desfontaines mentionne le nom d’un autre botaniste, « l’abbé Teissier, de l’Académie des Sciences ». Ce dernier lui a communiqué « quelques observations sur les usages du henné61 » qui complètent ce que lui-même avait observé sur « cet arbrisseau intéressant » – quand il le découvrit au cours d’une herborisation62. Quand Jean-Marie Poiret rencontre Desfontaines qui effectuait alors son périple dans la régence d’Alger, il s’en félicite :

« Ce savant académicien a bien voulu m’associer à ses recherches et me communiquer ses lumières. »

  • 63 Les trois frères : Antoine de Jussieu (1686-1758), nommé professeur de bot (...)

56Il admirait cet homme « envoyé par l’Académie des Sciences pour faire des recherches en Histoire naturelle particulièrement en botanique » (Lettre XII). Peyssonnel, comme Desfontaines ou Poiret étaient en relations étroites avec les naturalistes du Jardin Royal, puis du Jardin des Plantes, ou étudiaient et se succédèrent des savants de grande renommée, comme Buffon (1707-1788) ou les botanistes de la famille de Jussieu63, parmi beaucoup d’autres.

Intégration des savoirs anciens aux connaissances nouvelles

57En effet, la science ne se transmet pas qu’entre contemporains, elle vient aussi des générations antérieures dont on ne saurait ignorer les découvertes : c’est cette accumulation des savoirs, dans l’épaisseur du temps, qui est porteuse de progrès.

  • 64 R. Desfontaines, À la mémoire de Joseph Pitton de Tournefort. Choix de plantes du Coro (...)

58Ainsi Desfontaines se réfère à ses prédécesseurs. Certaines remarques, dans sa correspondance, son récit ou ses notes de voyage l’explicitent : il connaît parfaitement les travaux de Joseph de Tournefort (1656-1708), un des maîtres de la botanique au xviie siècle. Il publia d’ailleurs un complément des études de Tournefort que ce dernier n’avait pu terminer avant sa mort64.

  • 65 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 131.

59Mais il remonte beaucoup plus loin dans le temps pour tenter de trouver des réponses à ses questions : il avait apporté des livres pour étudier plus précisément les plantes qu’il recueillait. Herborisant du côté de l’île de Djerba, il essaya d’identifier le lotos, le mythique lotos de l’Odyssée, pour savoir exactement de quelle plante ou de quel arbuste il s’agissait : il avait en main le texte de l’historien grec Polybe où celui-ci mentionnait cette plante, de même que ceux de Théophraste et plus tard de Pline. Il jugea cependant ces textes trop imprécis pour arriver à un résultat65.

60C’est ainsi, au sein des académies, dans ces échanges entre savants, que ces connaissances nouvelles étaient confrontées, étudiées, organisées, jusqu’à ce que des découvertes toujours plus récentes en rendent certaines obsolètes ou en confirment d’autres.

  • 66 Dureau de La Malle, ibid. I, Préface, p. VIII.
  • 67 Dureau de La Malle, ibid. II, page XXIII : Éloge historique de R. Louiche (...)

61En 1838, quand Dureau de La Malle entreprit la publication des lettres et récits des deux naturalistes, il justifiait de cette manière la publication de ces missions déjà anciennes : en attendant, disait-il, d’autres missions contemporaines ou futures qui apporteraient leurs lots de savoirs nouveaux, il était nécessaire de rappeler ces « sources anciennes66 ». Elles fournissent en effet des observations précieuses, à l’instar des travaux de Desfontaines sur lesquels « a été bâti plus tard l’édifice, aujourd’hui si imposant, de la géographie botanique67 ».

Diffusion de ces connaissances par la publication et l’enseignement

  • 68 « Flora Atlantica, sive historia plantarum quae in Atlante, agro Tunetano (...)
  • 69 « Flora Atlantica » = « Flore du pays des Atlantes ». Il s’agi (...)
  • 70 Dureau de La Malle, ibid. II, Préface page XLIV : Desfontaines publia la F (...)
  • 71 Dureau de La Malle, ibid. II, Préface p. XXII.

62Une autre étape restait à franchir dans cette transmission des savoirs : la diffusion. Cette dernière se faisait par la publication et l’enseignement. Revenu à Paris après ces deux années en Barbarie, Desfontaines entreprit la publication d’une œuvre imposante. Il avait rapporté de ce voyage, entre autres collectes et observations, une matière extraordinaire en botanique qu’il rassembla et classa dans son « Herbier de la Flore Atlantique ». Puis, huit ans après son retour, il publia l’ensemble de cette mission de découvertes, en latin comme c’était l’usage pour la botanique, sous le titre de Flora Atlantica68Flore de l’Atlas, ou Flore du pays des Atlantes69. Flora atlantica70 recense quelque 2 000 espèces, parmi lesquelles environ 300 espèces nouvelles71.

  • 72 Dureau de La Malle, ibid. II, Préface, p. XXX : Histoire des a (...)

63L’Herbier Desfontaines, qui remonte à plus de 230 ans, fait aujourd’hui partie de la Collection des Herbiers historiques du Muséum de Paris. Desfontaines ne cultivait pas seulement la botanique pour elle-même ; il chercha constamment à la rendre utile en l’appliquant à l’agriculture. Il encouragea la culture des arbres étrangers en France, rassemblant ses idées dans un livre qu’il publia en 180972.

  • 73 Dureau de La Malle, ibid. II, p. XXVII.
  • 74 Dureau de La Malle, ibid. II, p. XXVIII.

64Dans le même temps, il s’employait à traduire les travaux qu’il menait en un langage simple et compréhensible du plus grand nombre. C’est-à-dire qu’il se consacra à l’enseignement, ne réservant pas les fruits de son labeur aux seuls savants avec lesquels il était en relation. Desfontaines avait été nommé professeur au Jardin des Plantes, et il s’était alors occupé avec passion de l’enseignement de la botanique, d’une manière toute nouvelle qui développa le goût de l’étude des végétaux chez ceux qui se pressaient « en foule à ses leçons73 ». Ses contemporains soulignèrent la simplicité et la bonhomie de ce maître qui ne songeait qu’à intéresser ses auditeurs, « pour les gagner ensuite à la science74 ».

65Ainsi, pendant plus de quarante ans, près de 1 500 personnes vinrent régulièrement entendre Desfontaines au Jardin des Plantes. Dans cette Préface de l’édition de 1838, on peut encore lire :

  • 75 Ibid.

« Presque tous ceux qui savent aujourd’hui la botanique en France, la savent ou de lui, ou de botanistes qui ont été ses élèves.75 »

66Un de ses auditeurs, peut-être fut-il son élève, Adrien de Jussieu – de cette grande famille de botanistes – rédigea un discours qu’il lut aux funérailles de Desfontaines. Les mots employés témoignent de cette empathie que dégageait la personnalité du vieux maître : il y exprimait sa tristesse de voir désormais au Muséum sa place vide ou occupée par un autre :

  • 76 Document Gallica : « Discours de M. Adrien de Jussieu, membre de l’Académi (...)

« […] Nous étions si bien accoutumés, et nous aimions tant à l’y voir.76 »

67Savant reconnu et estimé, en relation avec tout ce que le monde scientifique comptait de membres éminents, René Desfontaines fut, entre 1802 et 1829, directeur du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris à cinq reprises.

  • 77 Dureau de La Malle, ibid. II, p. XXIX.

68Parallèlement, Desfontaines fut chargé de mettre en ordre les herbiers du Muséum, tâche monumentale qui l’occupa pendant une trentaine d’années, tout en nourrissant l’enseignement qu’il donnait en ce même lieu « […] et de cette étude continuelle naissaient à chaque instant des résultats précieux pour la science77 ».

 

69Ainsi d’une manière générale, tout ce qui relève des sciences naturelles, et les sujets en sont innombrables, toutes ces collections qui peuplent les galeries des Muséum, papillons, insectes, oiseaux, minéraux, rapportés des quatre coins du monde par les naturalistes des siècles passés, nous parlent encore mieux quand nous avons la connaissance du chemin parcouru pour faire progresser la science. Parfois au prix de grands périls, ils en ont rapporté la connaissance du monde, qu’ils ont partagée avec leurs contemporains, au sein des académies et sociétés savantes. Les résultats de ces avancées scientifiques étaient ensuite diffusés en direction du grand public par l’enseignement et les publications.

70Peyssonnel et Desfontaines sont au premier rang de ces savants naturalistes du xviiie siècle : leurs missions sur le terrain furent longues, dangereuses souvent, marquées par les lenteurs des voyages, par la perte du courrier et celle des matières recueillies, les plantes comme les comptes rendus de toutes les observations qu’ils ont pu faire. Cependant leurs missions furent accomplies, en ce sens qu’elles allaient bien au-delà de ces déplacements aventureux : la raison première en était la transmission des savoirs – et ils en furent de grands acteurs.

Bibliographie

Desfontaines René, À la mémoire de Joseph Pitton de Tournefort. Choix de plantes du Corollaire des Instituts de Tournefort, publiées d’après son herbier et gravées sur les dessins originaux d’Aubriet, éd. Levrault, Paris, 1808 (œuvre numérisée, Gallica).

Dureau de La Malle Adolphe, Peyssonnel et Desfontaines. Voyages dans les régences de Tunis et d’Alger, Paris 1838, tomes I (Peyssonnel) et II (Desfontaines), numérisés en un seul volume de 968 pages dans la version Gallica.

Jussieu Adrien de, « Funérailles de M. Desfontaines », dans Collection de l’Académie royale des sciences, éd. Didot, Paris, 1833, 12 p. Discours prononcé le 18 novembre 1833, (document Gallica).

Poiret Jean-Louis Marie, Voyage en Barbarie ou Lettres écrites de l’Ancienne Numidie pendant les années 1785-1786 sur les religions, les coutumes et les mœurs des Mores et des Arabes bédouins avec un essai sur l’histoire de ce pays, éd. Née de La Rochelle, Paris, 1799, (2 vol.).

Jean-André Peyssonnel. Voyage dans les régences de Tunis et d’Alger, Présentation et notes de Lucette Valensi, éd. La Découverte, Paris, 1987, 268 pages.

Notes

1 Le Jardin Royal devint en 1793 le Muséum national d’histoire naturelle de Paris.

2 A. Dureau de La Malle, Peyssonnel et Desfontaines. Voyages dans les régences de Tunis et d’Alger, Paris 1838, tomes I (Peyssonnel) et II (Desfontaines), numérisés en un seul volume de 968 pages dans la version Gallica.

3 Dureau de La Malle, ibid. I, Préface, p. IX.

4 Le mot de « régence » appartenait au langage diplomatique français : pour administrer ces provinces de l’Empire, Constantinople détachait des représentants, les pachas, qui étaient, en quelque sorte des « régents ».

5 Dureau de La Malle, ibid., Préface, p. VII.

6 Dureau de La Malle, ibid. II, Préface p. XXX : Lemonnier, premier médecin de Louis XVI, les communiquait au roi, « qui se plaisait à les lire ».

7 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 80.

8 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 124.

9 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 80.

10 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 67.

11 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 76.

12 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 196 et 108.

13 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 217.

14 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 124.

15 Dureau de La Malle, ibid. p. 196 - I, p. 110 - I, p. 298 - I, p. 298.

16 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 108.

17 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 193.

18 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 198.

19 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 108.

20 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 241.

21 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 197.

22 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 123.

23 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 106.

24 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 166.

25 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 115.

26 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 146-147.

27 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 284-285.

28 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 110.

29 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 132.

30 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 114.

31 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 137.

32 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 113.

33 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 92.

34 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 63.

35 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 81.

36 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 98.

37 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 62-63.

38 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 200. C’est en quittant Alger qu’il nota ces sentiments dans sa relation de voyage : il n’y a aucune précision sur cet ami.

39 D’après sa fiche, disponible sur le site du CTHS [https://cths.fr/an/savant.php?id=106281], Desfontaines eut Jean-Jacques Rousseau comme élève au Muséum.

40 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 5.

41 Annaba, l’ancienne Hippone, patrie de saint Augustin.

42 J.-M. Poiret, Lettres de Barbarie : 1785-1786, p. 157.

43 Planches numérisées, accessibles par un lien communiqué par le service des Herbiers Historiques du Muséum concernant l’Herbier Desfontaines (mars 2018).

44 « Près des rives d’un lac aux environs de La Calle ».

45 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 3.

46 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 58, Lettre à Lemonnier, 15 avril 1784.

47 Jean-André Peyssonnel. Voyage dans les régences de Tunis et d’Alger, Présentation et notes de Lucette Valensi.

48 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 58, Lettre à Lemonnier, 15 avril 1784.

49 Dureau de La Malle, ibid. Peyssonnel avait fait la même remarque : vol. I, p. 84 

50 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 167.

51 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 176.

52 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 80.

53 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 125.

54 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 183.

55 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 82.

56 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 230.

57 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 227.

58 Dureau de La Malle, ibid. I, Préface p. XIX.

59 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 533.

60 Dureau de La Malle, ibid. I, p. 7.

61 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 54. Les observations communiquées par l’abbé Teissier provenaient des notes envoyées par le consul de France à Alexandrie.

62 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 53.

63 Les trois frères : Antoine de Jussieu (1686-1758), nommé professeur de botanique au Jardin du Roi en 1709 ; Bernard de Jussieu (1699-1777), également nommé professeur de botanique au Jardin du Roi en 1722 ; Joseph de Jussieu (1704-1779), qui participa à l’expédition au Pérou de La Condamine.

64 R. Desfontaines, À la mémoire de Joseph Pitton de Tournefort. Choix de plantes du Corollaire des Instituts de Tournefort, publiées d’après son herbier et gravées sur les dessins originaux d’Aubriet.

65 Dureau de La Malle, ibid. II, p. 131.

66 Dureau de La Malle, ibid. I, Préface, p. VIII.

67 Dureau de La Malle, ibid. II, page XXIII : Éloge historique de R. Louiche Desfontaines […], lue à la séance publique de cette Académie le 11 septembre 1837.

68 « Flora Atlantica, sive historia plantarum quae in Atlante, agro Tunetano et Algeriensis crescunt », Parisiis 1798-1799 : éd. Desgranges-Blanchon, Paris, 1798-1799.

69 « Flora Atlantica » = « Flore du pays des Atlantes ». Il s’agit d’un peuple qu’Hérodote (424-425 av. J.-C.) plaçait dans la partie septentrionale de l’Afrique, s’étendant du Maroc au reste du Maghreb.

70 Dureau de La Malle, ibid. II, Préface page XLIV : Desfontaines publia la Flora atlantica, en 4 volumes, en 1798-1799.

71 Dureau de La Malle, ibid. II, Préface p. XXII.

72 Dureau de La Malle, ibid. II, Préface, p. XXX : Histoire des arbres et arbrisseaux qui peuvent être cultivés en pleine terre sur le sol de France.

73 Dureau de La Malle, ibid. II, p. XXVII.

74 Dureau de La Malle, ibid. II, p. XXVIII.

75 Ibid.

76 Document Gallica : « Discours de M. Adrien de Jussieu, membre de l’Académie, prononcé aux funérailles de M. Desfontaines le 18 novembre 1833, A. de Jussieu, « Funérailles de M.  Desfontaines », dans Collection de l’Académie royale des sciences, éd. Didot, Paris, 1833, 12 p. Discours prononcé le 18 novembre 1833.

77 Dureau de La Malle, ibid. II, p. XXIX.

Auteur

Docteur en Histoire, membre associé du laboratoire France, Amériques, Espagne, Sociétés, pouvoirs, acteurs (FRAMESPA, UMR 5136, université Toulouse – Jean-Jaurès/CNRS)

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search