Version classiqueVersion mobile

Transmission et circulation des savoirs scientifiques et techniques

 | 
Dominique Barjot

De la médecine à la biologie : un espace privilégié pour la transmission des savoirs et des savoir-faire

La transmission du savoir et du savoir-faire chez les apothicaires de Montpellier à la fin du xvie siècle

Élisabeth Manouvrier

Résumé

Au xvie siècle, les maîtres apothicaires transmettent leur savoir à leurs apprentis au sein même « de la boutique » ; transmission empirique et traditionnelle. En 1593, à la demande du roi Henri IV, Pierre Richer de Belleval crée le premier jardin botanique au monde à Montpellier. . En 1588, Bernardin II Duranc, apothicaire à Montpellier, regroupe les principales plantes préconisées à des fins thérapeutiques : c’est l’origine du droguier. Se développe alors une nouvelle dynamique de la transmission des savoirs qui devient plus collective et ouvre pour la première fois les portes de l’Université à un maître apothicaire. Jardin botanique et droguier développent de nouveaux moyens pédagogiques.

Texte intégral

1Montpellier, au bord du bassin méditerranéen, voit dès le Moyen Âge, sous l’impulsion des immigrés juifs, chrétiens, sarrasins, se développer un centre médical et savant d’une activité incomparable. La présence de médecins réputés, l’abondance des épices et matières précieuses importées, font de cette ville un lieu d’élection pour le commerce des drogues et leur transformation en médicaments. Les « épiciers-apothicaires », riches boutiquiers, se livrent à la préparation de ces formules magistrales ; ils sont à l’origine de la profession d’apothicaire, corps de métier libre, mais subordonné à des règles sinon écrites du moins traditionnelles. À la fin du xvie siècle, l’École de médecine accepte en son sein l’intervention des apothicaires. La transmission du savoir, à la fois aux aspirants apothicaires et aux médecins, va se modifier.

L’apprentissage et le compagnonnage

2Au xvie siècle, l’art de la pharmacie est considéré comme un art mécanique, aussi la formation au métier d’apothicaire, régie par des statuts, comporte deux stades : l’apprentissage et le compagnonnage.

L’apprentissage

3L’apprentissage, qui va permettre la transmission du savoir, a lieu exclusivement au sein de la boutique (fig. 1). La connaissance dont disposent certains individus relevant d’un groupe social donné est alors partagée avec d’autres qui intègrent ce groupe pour permettre l’apprentissage. Celui-ci repose sur l’idée de savoirs déjà constitués, l’apprenant étant moins savant que celui qui enseigne. Il est reconnu une asymétrie entre l’élève et l’enseignant, autrement dit l’autorité.

Fig. 1. – Boutique d’apothicaire, gravure Leroy.

Fig. 1. – Boutique d’apothicaire,               gravure Leroy.

Bibliothèque nationale, Cabinet des estampes, Paris, cliché É. Manouvrier.

4Une ordonnance de 1514 précise que l’aspirant apothicaire ne peut être reçu qu’après avoir subi un examen constatant qu’il a fait des études, qu’il sait suffisamment de latin pour « entendre les livres servant à l’art » et qu’il est capable d’apprendre la pharmacie. Dans son ordonnance de 1560, François II exprime le souci de mieux contrôler la formation.

  • 1 O. Sarcos, « À propos d’un contrat d’apprentissage d’apothicaire en 1596 », (...)

« Il est plus que nécessaire que celui qui traite de la vie des hommes comme le marchant apothicaire espicier, par drogues, médecines, espices et autres choses entrans en corps humain, soit expérimenté par examen et que nul, de quelque estat ou qualité ne s’ingèrent de vendre des dites médecines.1 »

  • 2 Registre déposé chez Maitre Escarguel à Carcassonne.

5En 1596, Guillaume Grès passe devant le notaire royal Maitre Rancoule2 en présence de sa mère afin d’être mis en apprentissage pour une durée de deux ans chez Pierre Rougier apothicaire de La Grasse (Aude) qui promet « de lui bien montrer et apprendre le dict art, d’honnêtement le nourrir et entretenir, l’apprenti promettant le bien et loyalement servir ». Le contrat conclu, l’élève verse une somme au maître apothicaire. Il est à noter que les candidats doivent avoir un bon niveau en grammaire et en latin. Le long apprentissage imposé et régi par les statuts de la profession (sept ans selon les statuts de 1572) est sanctionné par un examen et l’élaboration d’un chef-d’œuvre.

6Ouvriers, apprentis, compagnons, vivent avec le maître apothicaire au sein de la même maison. Tout en étant paternelle la formation est parfois rude, le maître pouvant punir par voie de correction, non seulement les larcins, mais aussi les manquements au respect et à l’obéissance.

7La transmission d’un savoir-faire prédomine et les inventaires notariés des officines de l’époque illustrent à quel point sur le plan technique le rôle initiatique du maître d’apprentissage est essentiel. Le nombre d’instruments à manipuler est impressionnant. Il est courant de trouver dans une moyenne officine de ville à la fois nombre de mortiers et leurs pilons, balances avec leurs poids, cornues, alambics, spatules, chaudières en cuivre, bain-marie, fontaines, fourneaux en cuivre, presse de bois, réchaud, coupons de toile fine, destinés à la fabrication, et une quantité conséquente d’ustensiles de conservation tels les chevrettes, cruches, pots, fioles de verre, petits vases de terre, boites, bouteilles, pots à clystères. Sous la direction vigilante de son maître le jeune élève doit se familiariser avec ce matériel (fig. 2). Des opérations telles que les pesées, les triturations, les distillations, les filtrations sont une partie importante de son cursus. Une fois le geste maîtrisé, le maître enseigne la connaissance et la reconnaissance des matières premières. À l’époque concernée, le règne végétal est largement prépondérant (plus des 2/3 du stock), les règnes animal et minéral étant mineurs dans les préparations. Sens de l’observation, mémoire et ordre vont être les qualités que le maître doit favoriser chez l’élève.

Fig. 2. – Apprenti, aquarelle G. Gravenbroch.

Fig. 2. – Apprenti, aquarelle               G. Gravenbroch.

Musée Correr Venise, cliché É. Manouvrier.

8L’étape suivante de la formation comporte l’élaboration du médicament selon la prescription du médecin : reconnaissance des drogues entrant dans la composition et tour de main « selon l’art ». Au nombre des préparations, l’apprenti doit savoir confectionner confitures, sirops, distillats, pour les biens portants, et pour les malades une grande variété de remèdes, aussi bien des poudres, que des troschiques, pilules, sucs, eaux, emplâtres, huiles, électuaires, extraits, confections, tablettes, sirops… comme le montre cet exemple de préparation dont le façonnage demande une grande pratique :

« Populeum onguent. Prenez une livre et demie de boutons de peuplier noir bien écrasée et quatre livres de graisse de porc mâle ; mettez-les dans un pot de terre verni mêlant le tout ensemble et l’ayant couvert ; gardez-le à la cave jusqu’au mois de mai ou juin. Alors ayant placé le même pot ou sont les matières au bain bouillant, ajoutez-y les feuilles écrasées de violier, de nombril de Venus, de ronce, de pavot noir, de mandragore, de jusquiame, de morelle, de laitue, de grande et petite jobarde et de la grande bardane, de chacun quatre onces. Ayant continué la décoction de toutes ces herbes dans le même pot jusqu’à ce que toute l’humidité soit consumée, vous coulerez ensuite et exprimez le tout, purifiant l’onguent que vous garderez en lieu tempéré pour le besoin. »

9Par opposition à la formation pratique, la formation théorique paraît bien mince pour les jeunes aspirants. Les maîtres apothicaires se réfèrent à des manuscrits médiévaux ; ils consultent les herbulari, thesauri, les pharmacopae, les antidotaires, étudiés dans les facultés de médecine, issus d’ouvrages anciens grecs ou arabes, mais aussi de nouvelles recettes, des traités, des recueils secrets merveilleux. À Montpellier, chaque pharmacie doit détenir l’antidotarium nicolai. En outre la bibliothèque de l’apothicaire comporte des ouvrages religieux, de droit et certains d’entre eux commencent à constituer des herbiers, des cabinets de curiosités. Le papier est cher, l’imprimerie progresse mais la spécialisation des écrits scientifiques est lente, et malgré les traductions en français, la langue officielle de la boutique demeure pour longtemps encore le latin.

Le compagnonnage

10Après l’apprentissage, la pratique du compagnonnage impose l’exercice dans différentes officines. Il permet de maîtriser parfaitement le métier et de stimuler les échanges de connaissances, de recettes, de tours de main, d’astuces personnelles.

11Jean Magnol, protestant âgé de 23 ans, arrive de sa ville natale ardéchoise en 1585 à Montpellier chez Gabriel II Sanche, apothicaire réputé de la ville. Il aide le maître apothicaire chez qui il loge et perçoit un salaire. Ce n’est qu’en 1599 qu’il présente sa maîtrise devant quatre maîtres signataires des statuts de 1572. Savoir-faire et savoir sont exigés et sont l’aboutissement d’une longue formation. Les épreuves se déroulent sur deux années et les chefs-d’œuvre réalisés par le candidat sont complexes :

  • 3 C. Charlot, « un compagnon apothicaire au xvie siècle à Montpellier, Jean Magnol », (...)

« Le premier chef-d’œuvre porte sur l’électuaire Hyacinthe composé de vingt-neuf substances ; métaux, pierres précieuses, argiles, ivoire, corne de cerf, cochenille de kermès, aromates, roses rouges, le tout dissous dans du sirop de limon. Le compagnon doit savoir préparer cette composition utilisée contre la peste dont la formule se trouve dans l’antidotarium nicolai. L’examen se déroule chez Jacques Catelan.
Le deuxième chef-d’œuvre est le sirop de rhubarbe composé ; vingt-deux composants obtenus par décoction et réduction, traitant « les opilations du foie » et ayant une action purgative ; c’est la formule de Nicolas Florentin.
Après le sirop, le candidat doit faire un emplâtre « promatrice », formule de Nicolas Provost, médecin tourangeau, avec vingt substances : résines, oléorésines, cire, écorces et fleurs. La préparation s’effectue chez l’apothicaire Louis Bosc.
En dernier, Jean Magnol doit réaliser l’onguent d’Arthanita, formule de Mésué, qui comporte du cyclamen dont on utilise la racine souterraine fraîche pour ses vertus laxatives et drastiques. Le maître apothicaire Jean Anchies surveille l’élaboration de la préparation.3 »

12Ensuite devant la compagnie des apothicaires le candidat subit l’épreuve dite « acte des herbes » durant laquelle il doit reconnaître les plantes présentées et faire un exposé sur leurs propriétés. Une dernière épreuve consiste à émettre un avis sur l’intelligence des recettes et des médicaments en usage. En 1601, Jean Magnol reçoit la maîtrise en faisant le serment solenne :

  • 4 O. Sarcos « À propos d’un contrat d’apprentissage d’apothicaire en 1596 », (...)

« De faire et de composer toutes poudres de bonnes et saines épices…, de bien et loyalement faire tous les ouvrages du dit métier sans y empirer ou mettre aucunes fournitures non pertinentes.4 »

13Son savoir reçoit une reconnaissance publique, la remise de maîtrise s’effectuant en grande pompe avec défilé en présence des autorités médicales de la ville.

14Grâce à la réputation de son école de médecine et à la compétence des apothicaires locaux, Montpellier attire de nombreux aspirants même étrangers. Malgré tout, à la fin du xvie siècle, avec le progrès des sciences rationnelles, on se rend compte que la tradition orale et technique ne peut suffire et qu’il faut utiliser d’autres vecteurs de transmission du savoir sans lesquels il n’y a pas d’évolution possible.

Évolution de la transmission du savoir médical et pharmaceutique

15À Montpellier, deux hommes et deux dates marqueront le point de départ de cette évolution. En 1588, l’apothicaire Bernardin II Duranc est à l’origine du droguier de l’école de médecine ; en 1593, le médecin Pierre Richer de Belleval crée de son côté le premier jardin botanique de France. La réalisation de ces deux outils pédagogiques va amorcer une période de transition dans l’acquisition du savoir pour les étudiants carabins et apothicaires.

Le jardin botanique « Hortus regius Monspellensis »

  • 5 P.-J. Amoreux, recherches sur la vie et les ouvrages de Pierre Richer de B (...)

16À la demande d’Henri IV, sous l’impulsion du professeur de médecine, ichtyologiste et botaniste Guillaume de Rondelet, Pierre Richer de Belleval crée officiellement le jardin botanique en 1593 (fig. 3). Champenois, médecin de formation, il vient perfectionner son art à Montpellier en 1590. Comme il est jugé digne d’appartenir à ce corps de métier, on crée pour lui une chaire associant l’enseignement de l’anatomie et de la botanique. Mais la lutte avec ses collègues est vive, « il doit enseigner l’anatomie par devoir et la botanique par inclination5 ». Le professeur est passionné de botanique qui lui paraît nécessaire à cause de sa nouveauté, et il n’a qu’un seul but, le soin de ses plantes au jardin des simples et l’arrangement d’un vaste jardin dont il a tracé le plan (fig. 4). Il abandonne l’anatomie et se consacre à son embellissement. Ses intérêts sont confondus avec ceux du jardin du Roi dont il a l’intendance et la direction et, en attente fréquente de fonds, il se montre lui-même d’une générosité rare. Il organise son jardin d’une manière fonctionnelle, introduit de nouvelles techniques, reproduit l’habitat naturel des plantes. Il herborise fréquemment, recherche inlassablement des spécimens du pays ou étrangers, instruit et forme les jardiniers dont les connaissances se limitent alors aux plantes potagères.

Fig. 3. – Pierre Richer de Belleval.

Fig. 3. – Pierre Richer de               Belleval.

Domaine public.

Fig. 4. – Le jardin des plantes à Montpellier.

Fig. 4. – Le jardin des plantes à               Montpellier.

Doc. É. Manouvrier ©.

  • 6 P.-J. Amoreux, ibidem, p. 8.

« La botanique est à son aurore en France, Richer de Belleval en accélère la lumière.6 »

  • 7 P. Morisot, les plantes dédiées à la ville de Montpellier, p. 1.

17À peine le jardin royal en état d’être rendu public pour la démonstration, Richer de Belleval, sous la pression de ses élèves, en produit le catalogue qui compte 1 332 noms de plantes disposés par ordre alphabétique, 1 000 espèces étant réellement présentes dans le jardin. C’est un des plus riches inventaires de ce genre. On y trouve des plantes régionales, provençales, alpines, pyrénéennes, étrangères venues du Nouveau Monde et même des spécimens rares acquis à grands frais. Salsepareille, topinambour, tabac, coca, ananas, quinquina, gaïac, ipécacuanha venus d’Amérique peuvent être observés ainsi que des arbres fruitiers, des plantes odoriférantes rares et diverses espèces servant à l’usage de la médecine. La richesse de la flore languedocienne fait que l’on considère Montpellier comme « la région la plus médicamenteuse de la terre7 ».

18Les plantes sont décrites d’une manière rationnelle : dénomination polynomiale grecque ou latine, étymologie, description de la forme, temps de floraison, lieu d’habitation, propriétés, représentation. La collection est nécessaire au botaniste et un dépôt public fournit des échantillons des productions naturelles de la nation. Les témoignages montrent combien l’enseignement de Richer de Belleval est agréable et instructif. La botanique n’est pas une science sédentaire : on peut étudier les plantes dans les herbiers, les livres, mais l’étude en cabinet ne sert que de récapitulations et de confrontations avec les observations faites à la campagne. Les plus habiles botanistes sont ceux qui « courent » et le professeur doit connaître la topographie des plantes de son pays. Au jardin, on range dans une grande allée dite « le médical » les plantes pour leur démonstration. Richer de Belleval est entouré d’étudiants en médecine, jeunesse bien née et ardente à s’instruire. Les jours d’herborisation sont attendus comme des jours de fête, on en revient plus instruit, avide d’acquérir de nouvelles connaissances dans les courses suivantes. On observe au cours des saisons, la manière d’être des plantes, leur port, leur naturel, leur habitat. On remarque néanmoins les difficultés de cet enseignement à l’air libre. Les assemblées sont plus tumultueuses et le jardin botanique ressemble aux écoles des philosophes grecs.

19Il se construit un grand bâtiment destiné à l’analyse des plantes, aux expériences ou à la composition de remèdes ; ce qui nécessite un professeur en titre et un démonstrateur royal. Les gradins du laboratoire sont souvent combles, bien que :

  • 8 P.-J. Amoreux, Recherches sur la vie et les ouvrages de Pierre Richer de Belleval, (...)

« Certains médecins peu éclairés ont l’injustice de regarder ces cours comme futiles tandis qu’ils connaissent l’obligation indispensable dans leur état de distinguer les simples les plus ordinaires que la pharmacie emploie.8 »

20L’enseignement de la botanique devient plus que livresque, on valorise l’œil du savant, l’observation d’après nature. Le savoir des anciens est trop méditerranéen, on élargit la connaissance à de nouveaux végétaux et les simples deviennent un enjeu de santé publique. On collecte, on conserve, on classe, on crée des herbiers et on édite des livres qui favoriseront largement la diffusion de la botanique, fondée sur l’image plus apte à transmettre les connaissances descriptives. Il existe une grande qualité des gravures. On exige que les imprimeurs aient vu la plante avant de la reproduire. Malheureusement de nos jours une partie de ce travail de reproduction a disparu. Des plaques de Richer de Belleval ont été retrouvées à Grenoble et en Pologne.

21Pour l’instant on s’en tient à une classification alphabétique, on ébauche des rapprochements par ressemblance mais les critères manquent de précision. Bénéficiant de ces pratiques nouvelles, de nombreux étudiants carabins ont suivi assidûment les cours de botanique. Les témoignages sur la présence des aspirants pharmaciens sont plus discrets : Richer de Belleval connaît Bernardin II Duranc à qui il fournit des échantillons. Donc il apparaît des échanges entre les deux communautés et les futurs pharmaciens ont certainement fréquenté les cours de botanique pour compléter les connaissances déjà acquises à la boutique par le biais de l’usage des drogues. Lors de troubles, le jardin botanique est dévasté en 1622. Consciente de son importance pédagogique la communauté médicale participe à sa restitution, le nombre de spécimens s’accroît, une serre est créée.

Le droguier

22En 1588, un apothicaire renommé de Montpellier, Bernardin II Duranc, né à Aubenas, a l’idée de créer un droguier au sein de sa boutique, rue de l’Aiguillerie. Celui-ci sera à l’origine du droguier de l’école de médecine.

23L’originalité de l’initiative est de présenter les produits en état de délivrance à l’officine. Les trois règnes y sont représentés : végétal, animal, minéral. Les plantes qui constituent 80 à 90 % des stocks de l’officine de l’époque ne sont plus simplement présentées aux aspirants pharmaciens sous forme exclusive d’herbiers mais en état d’usage thérapeutique. Par cette action Bernardin II Duranc entend mieux former ses étudiants, apporter une classification plus rigoureuse des produits utilisés, améliorer leur qualité, contrôler leur origine et bien mentionner leurs propriétés pharmacologiques.

24Un témoignage du xvie siècle laisse à penser qu’une effervescence de la connaissance de la science règne dans les boutiques des apothicaires de l’époque :

  • 9 A. A Monteil, Histoire des français des divers états au xvie siècle, p. 93 (...)

« Rue de l’Aiguillerie j’ai remarqué une belle boutique couronnée d’une enseigne. Le pharmacien est assis au milieu de ses jolis pots émaillés, de ses jolis coffrets peints et dorés ; il se donnait une attitude un peu ridicule de docteur régent. Il est en entretien avec un questionneur… Que de science, que de science ! Que le livre de la pharmacie est épais, nos boutiques, nos arrières boutiques sont en proportion avec les progrès de l’art… Nous voulons aujourd’hui de bonnes classifications, de bons systèmes ou les diverses parties aient entre elles un agencement nécessaire ; publication des logiques, des philosophies médicales rationnelles… tel métal, telle herbe, tel animal pour telle maladie, nomenclature des instruments, indication du temps propice pour donner les médicaments… L’apothicaire ne doit pas être un homme commun, bon anatomiste, bon chimiste, bon botaniste. Toutes les langues lui sont nécessaires, pas uniquement le latin. On peut être apothicaire distillateur dans la journée et alchimiste le soir…9 »

25Ces propos permettent d’imaginer ce qui se déroule dans l’officine de Bernardin II Duranc. Les aspirants apothicaires étudient les échantillons classés et rangés dans des bocaux de verre ou dans des boîtes assurant la conservation de leurs qualités organoleptiques (fig. 5). Chaque échantillon comporte ses caractéristiques sur une fiche manuscrite mentionnant le nom français, le nom scientifique latin, l’origine, le nom du donateur, la date d’entrée, la partie utilisée, les propriétés pharmacologiques et parfois quelques renseignements scientifiques (fig. 6,7). Cette instruction est complétée par des lectures publiques effectuées par des médecins que les futurs apothicaires ont l’obligation de suivre. Démonstrations et anatomie sont au programme, les séances étant fixées par l’université. Observation et expérimentation sont les mots clefs de l’époque et l’on peut supposer que les arrières boutiques servent de laboratoires à la chimie naissante.

Fig. 5. – Droguier Montpellier, armoire de présentation et de classement.

Fig. 5. – Droguier Montpellier,               armoire de présentation et de classement.

Doc. É. Manouvrier ©.

Fig. 6. – Droguier Montpellier, détail étiquette bocal.

Fig. 6. – Droguier Montpellier,               détail étiquette bocal.

Doc. É. Manouvrier ©.

Fig. 7. – Droguier Montpellier, gravure.

Fig. 7. – Droguier Montpellier,               gravure.

Doc. É. Manouvrier ©.

26Toutes ces initiatives suscitent l’attention de l’université ; Bernardin II Duranc est invité à présenter ses échantillons au collège de médecine. Bien que reconnue depuis Louis XII comme profession indépendante, les apothicaires ont beaucoup de mal à trouver leur place dans la communauté médicale et les conflits avec les médecins sont fréquents. Cette intervention destinée aux escholiers carabins se révèle primordiale. Bernardin II Duranc est l’un des premiers apothicaires à remplir une charge universitaire, ce qui marque un tournant dans l’histoire de la profession. L’apothicaire reconnu jusque-là comme simple boutiquier, ne connaissant que la pratique, voit s’ouvrir les portes de l’Université et une occasion encore timide de transmettre ses connaissances en botanique et pharmacologie. Il est invité trois fois par an (à la Saint Michel, à Noël, et durant la Semaine sainte) pour présenter sa collection aux futurs médecins et apothicaires, dans l’amphithéâtre d’anatomie. Il s’y rend en robe noire et fait des démonstrations de drogues.

27Cette démarche marquant les prémices d’une collaboration entre apothicaires et médecins cesse en 1600, suite à des problèmes relationnels entre Bernardin II Duranc et le collège de médecine. Les démonstrations sont alors confiées à un autre apothicaire Laurens III Catelan, qui constitue un nouveau droguier avec la participation d’annuités versées par le corps des apothicaires montpelliérains.

28De nos jours, le droguier, classé monument historique, riche de ses 9 500 échantillons et depuis 2002 grâce à la mobilisation des étudiants, voit son rôle éducatif et culturel renforcé : on y enseigne la phytothérapie, l’aromathérapie ainsi que la pharmacognosie. Les échanges avec des étudiants étrangers (chinois, indiens) permettent de confronter les connaissances et d’enrichir les collections. Le jardin des plantes subit une restauration depuis 2012. Classé lui aussi monument historique, on peut y consulter 2 200 espèces et 1 000 en serre : organismes de recherche, d’enseignement supérieur, savants, médecins, botanistes, pharmaciens le fréquentent. La nouvelle transmission du savoir, par la numérisation prévue de l’ensemble des collections aussi bien au droguier qu’au jardin botanique, va permettre une diffusion plus large de ce patrimoine. Ces deux outils pédagogiques n’ont pas encore révélé tous leurs secrets.

 

29Au travers de ces deux initiatives éducatives, on constate que la communauté médicale adhère au renouvellement des savoirs scientifiques et par la manière de les transmettre. Les savoirs des Anciens sans être totalement abandonnés, sont remis en cause : les pratiques sont nouvelles. On se base sur l’observation, l’expérimentation et les phénomènes provoqués afin d’infirmer ou de confirmer l’hypothèse de départ. Des méthodes critiques rigoureuses sont mises au point. Le livre devient de plus en plus pratique, les textes en français sont plus nombreux, des lieux du savoir commencent à se créer (laboratoires, jardins, cabinets de curiosité) favorisant la vulgarisation des dernières recherches, et, malgré la résistance de l’Église, la modernisation de la pensée scientifique s’impose.

30L’apothicaire, loin de la caricature qu’en donnera Molière, participe à cette évolution. Au sein de l’officine, on constate que la tradition est encore pesante, la connaissance du corps humain est complexe, les nouvelles découvertes en botanique ouvrent un champ thérapeutique inexploré, mais les hésitations sont discernables et l’on est confronté à une remise en cause totale. Les initiatives de Pierre de Richer et de Bernardin II Duranc, la constitution de collections qui ouvrent l’horizon sur des matières comme la pharmacologie, la matière médicale et bien entendu la botanique, permettent d’envisager une formation différente pour les aspirants apothicaires ; ils pratiquent encore beaucoup l’apprentissage mais la durée de celui-ci sera réduite au bénéfice des cours de botanique et de pharmacologie dispensés dans les écoles de médecine.

Bibliographie

Boumediene Samir, La colonisation du savoir, une histoire des plantes médicinales du Nouveau Monde (1492-1750), Vaulx-en-Velin, Édition des mondes, 2016.

Brioist Pascal, « les savoirs scientifiques », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 49, 2002, p. 5.

Charlot Colette, « un compagnon apothicaire au xvie siècle à Montpellier : Jean Magnol », Revue d’histoire de la pharmacie, no 351, 2006, p. 313-320.

Cirad, Dictionnaire des sciences animales, dico-sciences-animales.cirad.fr

Demouy Isabelle, « Des droguiers d’hier aux médicaments d’aujourd’hui, le droguier Menier (xixe siècle) », thèse doctorat pharmacie, Reims, 2010.

Dupuy Edmond, Cours de pharmacie tome 1, Paris, Éd. Bataille, 1894.

Guitard Humbert Eugène, « Histoire sommaire de la littérature pharmaceutique ; les traités de pharmacie privés au xvie et xviie siècles », Revue d’histoire de la pharmacie, no 94, 1936, p. 297-313.

Irissou Louis, « Deux contrats de louage de services concernant des compagnons apothicaires (Montpellier 1342 et 1343) », Revue d’histoire de la pharmacie, no 132, 1952, p. 299-301.

Irissou Louis, « La pharmacie à Montpellier avant les statuts de 1572 », Revue d’histoire de la pharmacie, no 85, 1947, p. 217, 265,321.

Irissou Louis, « Contrat d’apprentissage au xiiie siècle », Revue d’histoire de la pharmacie, no 118, 1947, p. 218-220.

Kartable, Un nouvel esprit scientifique (xvie -xviiie siècles), rubrique diffusion des sciences, www.kartable.fr

Lafont Olivier, Van Robays Catherine, « La pratique de l’art de l’apothicaire au xviie siècle : information fournie par deux inventaires après décès », Revue d’histoire de la pharmacie, no 295, 1992, p. 453-456.

Lespinasse René, Les métiers et corporations de la ville de Paris, épiciers apothicaires, Paris, Imprimerie nationale, 1886, p. 447.

Manouvrier Élisabeth, « L’apothicaire des xviie et xviiie siècles : représentations graphiques et picturales », thèse doctorat de pharmacie, Tours, 1983.

Monteil Amans Alexis, Histoire des Français des divers états au xvie siècle, Bruxelles, Éd. Wouters, Raspoet, 1843.

Sarcos O., « À propos d’un contrat d’apprentissage d’apothicaire en 1596 », Revue d’histoire de la pharmacie, no 5, 1913.

Warolin Christian, « La création de l’école de pharmacie de Paris 1803 », Revue d’histoire de la pharmacie, no 339, 2003, p. 453-474.

Notes

1 O. Sarcos, « À propos d’un contrat d’apprentissage d’apothicaire en 1596 », p. 65.

2 Registre déposé chez Maitre Escarguel à Carcassonne.

3 C. Charlot, « un compagnon apothicaire au xvie siècle à Montpellier, Jean Magnol », p. 315-317.

4 O. Sarcos « À propos d’un contrat d’apprentissage d’apothicaire en 1596 », p. 66.

5 P.-J. Amoreux, recherches sur la vie et les ouvrages de Pierre Richer de Belleval, Avignon, Jean Albert Joly, Imprimeur-Libraire, 1786. catalogue BnF 12148/cb. p. 5.

6 P.-J. Amoreux, ibidem, p. 8.

7 P. Morisot, les plantes dédiées à la ville de Montpellier, p. 1.

8 P.-J. Amoreux, Recherches sur la vie et les ouvrages de Pierre Richer de Belleval, p. 29.

9 A. A Monteil, Histoire des français des divers états au xvie siècle, p. 93-95.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Boutique d’apothicaire, gravure Leroy.
Crédits Bibliothèque nationale, Cabinet des estampes, Paris, cliché É. Manouvrier.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/13588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2. – Apprenti, aquarelle G. Gravenbroch.
Crédits Musée Correr Venise, cliché É. Manouvrier.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/13588/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 3. – Pierre Richer de Belleval.
Crédits Domaine public.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/13588/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Fig. 4. – Le jardin des plantes à Montpellier.
Crédits Doc. É. Manouvrier ©.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/13588/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Fig. 5. – Droguier Montpellier, armoire de présentation et de classement.
Crédits Doc. É. Manouvrier ©.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/13588/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 6. – Droguier Montpellier, détail étiquette bocal.
Crédits Doc. É. Manouvrier ©.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/13588/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 7. – Droguier Montpellier, gravure.
Crédits Doc. É. Manouvrier ©.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/13588/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M

Auteur

Docteur en pharmacie

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search