Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contacts, conflits et créations linguistiques

 | 
Guylaine Brun-Trigaud

Un dictionnaire savant de la langue occitane au xviiie siècle

Claire Torreilles

Résumé

Le manuscrit du Dictionnaire languedocien découvert à Nîmes par François Pugnière en septembre 2013 représente une somme d’érudition linguistique, scientifique et littéraire qui ne peut manquer de modifier le paysage de la lexicographie occitane du xviiie siècle. Alors que l’abbé de Sauvages rendait compte avant tout dans son Dictionnaire languedocien-français (1756 et 1785) de l’évolution des usages de la langue dans la société de son temps, l’auteur anonyme du Dictionnaire languedocien applique à la langue occitane, dans le vaste domaine géographique du Languedoc, de Toulouse à Nîmes, le savoir encyclopédique qui est le sien. Il témoigne en particulier d’une connaissance remarquable du texte écrit occitan (publié ou manuscrit) des xviie et xviiie siècles. Par l’abondance des citations qu’il fournit dans tous les genres (chanson, théâtre, poésie lyrique, burlesque, religieuse…), cet ouvrage important (1037 pages) constitue un des premiers monuments littéraires de la langue moderne. Nous nous proposons de décrire ce manuscrit dont nous ne faisons qu’entrevoir la richesse et d’indiquer quelques pistes de recherches préliminaires.

Texte intégral

1Les temps sont fastes pour la lexicographie occitane ! En 2013 Jean Thomas présentait dans la revue Lengas1 un dictionnaire provençal inédit du xviiie siècle2, d’auteur inconnu. Un an après, un autre dictionnaire est sorti de l’oubli, à Nîmes. Non pas dans un grenier, mais tout prosaïquement là où on pouvait s’attendre à le trouver, dans les archives et bibliothèques. Il a pour titre : Dictionnaire Languedocien.

Une découverte

  • 3 Tous mes remerciements vont à François Pugnière qui a non seulement découvert le dictionnaire mais (...)

2En septembre 2013, François Pugnière3 a découvert aux Archives départementales du Gard le manuscrit coté ms 1F12, relié portant sur le dos la mention : « DICTION / NAIRE / LANGUE / DOCIEN / anony / me et / inachevé ». Cet ouvrage comprend 272 fo, format 24 /19,5. Il s’arrête à « pagadou ». Ce manuscrit est une copie soignée pour l’édition (fig. 1) On ne sait pas ce qui l’a interrompu.

  • 4 Bibl. mun. de Nîmes. Ce manuscrit avait été répertorié par Brigitte Schlieben-Lange (Fabié 2015).

3François Pugnière pense qu’il vient de la bibliothèque du grand séminaire dont la cote se trouve encore au dos du volume : M 9-43. Quelques jours plus tard, c’est Didier Travier, consulté sur l’ouvrage, qui retrouve la suite dans le fonds de la bibliothèque municipale du Carré d’Art. Il s’agit du manuscrit 8044 : « Dictionnaire occitan, incomplet, lettres P à U. ». L’écriture est identique, même si la présentation est celle d’un brouillon, non paginé, un ensemble de cahiers de format 23 x18. Il comprend 11 cahiers. Il en manque un pour que le dictionnaire soit vraiment complet : il y a une lacune de Rao à Ras, une quarantaine de pages.

Description

4En l’état, les deux parties forment un ensemble de 1037 pages. Le nombre d’entrées est approximativement estimé à 15000, ce qui situe notre dictionnaire entre la première (1756) et la deuxième édition (1785) du Dictionnaire languedocien-français de l’abbé de Sauvages, loin derrière le Dictionnaire Provençal dont Jean Thomas évalue le nombre d’entrées à 34000.

  • 5 La citation est ainsi annoncée : « On lit dans un Noël imprimé à Narbonne, 1765 ».
  • 6 À partir de maintenant, les références au ms 1F12 des Archives de Nîmes sont indiquées par le numér (...)

5Actuellement, nous ne pouvons nous avancer ni sur l’histoire de ces manuscrits, ni sur le nom de l’auteur. Nous pouvons toutefois proposer comme lieu d’écriture Montpellier et comme date une période qui va de 1760 à 1780. Les deux références les plus tardives sont 1764 (busquieiro [p. 142]) et 17655 (estimo [f°161r°])6.

6Le titre, Dictionnaire languedocien, ne signale pas le caractère bilingue du dictionnaire, mais désigne comme langue source le languedocien ou plus exactement la variété languedocienne, au singulier, de la langue d’oc. De fait, l’espace couvert est le Languedoc, dans son acception la plus large, de Toulouse à Nîmes et la langue est traitée comme l’ensemble des « parlers languedociens ». Mais en l’absence de toute forme de métatexte, préface, note, explication ou commentaire, nous devons expliciter nous-mêmes le codage du dictionnaire, ses représentations linguistiques et ses intentions.

7Par exemple, l’entrée suivante :
[f°106 r°] courdurié. s. m. [pen. br.] h. b. couturier.

8fait apparaître trois ensembles d’abréviations désignant la caractérisation grammaticale du mot, son accentuation et sa localisation.

9- La caractérisation grammaticale distingue classiquement : substantifs (s. ), adjectifs (adj.), au féminin (f. ) ou au masculin (m) ; adverbes (adv. ), verbes (v. ) « actifs » ou « neutres » (intransitif) pour lesquels l’accentuation n’est pas indiquée.

10courdura : v. actif. h. b. coudre. [f° 106 r°]
courrê, v. neut. h. b. courir. [f°106 v°]

11- L’accentuation est notée entre crochets. On trouve les notations suivantes : [pr. long.], [pen. long.], [pr. br.], [pen. br.]. L’auteur utilise un système unique qui adapte à l’occitan, pour indiquer l’accent du mot, les principes de l’accentuation latine fondée sur la longueur et non sur la quantité de la voyelle.

12Ainsi, ce n’est pas l’accent qui indique la voyelle tonique. L’accent sert seulement à indiquer l’ouverture de la voyelle : /é/ [ɛ] ou sa fermeture : /ê/ [e]. Au reste, l’auteur dispose d’un système graphique propre, sans originalité mais cohérent, dans lequel il transpose toutes les citations d’auteurs.

13u fermé [u] est noté /ou/ : frêscou, faissou, fangous, gous, houro
les diphtongues [ay], [au], [èw], [ow], [iw] sont notées comme dans les mots : airê, houstaou, fourréou, poou, ioou, adiêou, liêoure, iêou, viêourê…
pour les consonnes :
[j] est noté /lh/ : Cêndrilhou, Mounpêlhé, acounsêlha, batalha…
[ɲ] est noté /gn/ : mountagno, vêrgougno, gagnairê
[ʤ] est noté /ge/ : mestregea, moungê, moustegea, gourgeado

14- La localisation du mot est indiquée par les abréviations : h. b. ou h. ou b.

15L’auteur distingue Haut et Bas-Languedoc. On déduit de la localisation des œuvres citées que le Haut-Languedoc va de Toulouse à Narbonne, le Bas-Languedoc de Béziers à Nîmes. L’auteur enregistre les différences. Il y a par exemple une entrée escoubo, b. (du latin ‘skopa’, précise-t-il) [f°150v°] et une entrée engraniéro, h. [f°142v°], une entrée luchet, b. [f°230v°] (qu’il traduit louchet, bêche) et une entrée becat, h. [f°47v°].

16Il se place plus facilement du point de vue du Bas-Languedoc, renvoyant bendemia à vendemia, belha à velha, luto à lucho, loc à lioc. Il lui arrive aussi de donner le choix des deux mots à la même entrée : counêissê ou counouissê, empêdaou ou empêraou, ou encore de mettre séparément les deux entrées : gabach et gavach, balê et valê, les deux mots, dans les deux cas, sont également localisés : h. b.

17On note que le scrupule dialectologique, s’il est réel, se manifeste avec une certaine souplesse. Si l’on trouve, en début d’ouvrage, quelques considérations systématiques sur la variation comme dans l’article suivant :

18Abéy, adv. de temps [pr. br] h. aujourd’hui. À Toulouse, on dit houéy. À Lavaur, à Castres, à Saint Pons on dit béy ou abéy. À Montpellier et aux environs on dit hioi. Et à Nîmes, à Alais, à Uzès, on dit hiuéi. [f°3r°]

19Ce traitement de la variation n’est pas la règle dans l’ensemble de l’ouvrage. Le plus souvent, l’auteur se contente de noter la différence d’emploi « en quelques lieux du Languedoc » :

20Piboul. s. m. [pr. br] h. peuplier […] En quelques lieux on fait longue la première syllabe de piboul. [p. 78].

Source

21Deux sources importantes dans le domaine occitan sont aisément identifiables. La première est le Dictiounari moundi de Doujat qui accompagne les œuvres de Godolin à partir de l’édition de 1638 (Toulouse). La seconde n’est autre que la première édition du Dictionnaire languedocien-français (1756) de l’abbé de Sauvages. Avec ces deux ouvrages, l’auteur assure une bonne couverture de l’espace haut et bas languedocien. Certes, il intègre avec méthode le matériau lexical emprunté (l’entrée et une partie de la définition) : il transpose le mot dans son propre code graphique et procède à des ajouts, des coupures, des reformulations ou à des redistributions grammaticales et sémantiques en fonction de son propre sentiment de la langue et de l’ordonnance interne de son ouvrage. Ainsi on peut suivre la filiation dans les deux exemples suivants pour les entrées Majoural et Péirado :

22Doujat [p. 377].
Majouraüt, l’aîné de la maison, le coq de la paroisse, un gros garçon.

23Dictionnaire Languedocien [f°234v°] ms. 1F12
Majoural ou Majouraou. s. m. [pen. br. ] h. b. le berger principal, le maître berger du latin ‘major’.
Aqui vênién lous majouraous ên sas claouzissos e barraous… Le Sage
Alounguat dêssus un toural pêr rêjouhi lou majoural… L’E. de Besièrs, liv. 1 de l’Enéide.
Majoural dans le Haut-Languedoc se prend pour le coq de la paroisse et pour l’aîné de la maison.

24Sauvages [p. 348]
Pêirâdo, buvée, s. f. ce qu’on fait cuire dans un chauderon pour le repas des cochons, pr. chodron.

25Dictionnaire Languedocien [p. 48] ms. 804
Péirado. s. f. [pen. long. ] h. un chemin pierreux. En certains lieux du Bas-Languedoc, péirado signifie buvée, ce qu’on fait cuire dans un chaudron pour le repas des cochons.

  • 7 Claire Torreilles (2013) : Les trois éditions du Dictionnaire Languedocien-Français de l'abbé Boiss (...)

26L’auteur du dictionnaire établit le sens le plus général, se fondant sur l’étymologie, puis donne le sens local particulier. Il ajoute une ou plusieurs citations littéraires et laisse de côté systématiquement ce qui, chez Sauvages par exemple, soit indique la bonne prononciation du mot français (ici : chaudron) soit relève de la botanique ou de la médecine populaire7 (badâfo, marsîourë, pebrié, rouzêlo…).

  • 8 Roudil, dans un poème dédicatoire de son « Dictiounari vulgari » adressé à Henry de Bourbon, duc de (...)

27D’autres sources existent dans la lexicographie occitane, comme le petit lexique d’Amilha, mis en annexe au Tableu de la bido del parfet crestia…(1673), ou, très certainement, le dictionnaire actuellement perdu8 du montpelliérain Jacques Roudil dont notre auteur possédait une ou plusieurs copies manuscrites.

28Alors qu’il est pour le moins discret sur ses sources occitanes (il ne cite qu’une fois Sauvages à l’article Raiol [f°167r°], l’auteur du Dictionnaire languedocien a toujours soin de donner le plus précisément possible les références de ses sources françaises ou européennes.

29Les dictionnaires français les plus fréquemment cités sont ceux de Nicot (1606), Guichard (1618), Pasquier (1643), Ménage (1650), Borel (1655), Du Cange (1678), Furetière (1690), le Dictionnaire de l’Académie (1694), le Dictionnaire de Trévoux (1721), comme on le voit à l’entrée Êscarrabilhat [f°149 r°] :

30Êscarrabilhat. adj. m. [pen. br. ] escarrabilhado. f. [pen. long. ] h. b. éveillé, réjoui, gai, de bonne humeur ; gaillard, enjoué, joyeux. Les femmes, pour consoler Augier Gaillard sur la mort de son épouse lui disent :
Aco cal dêbrêmba, nous bou’n sabén uno aoutro qu’ês escarrabilhado, é n’a sounquê vingt ans… Augier Gaillard
Pasquier liv. 7 de ses Recherches chap. I parlant des Gascons les appelle « êscarrabilhats » […] Montagne liv. 2 chap. 35 dit « scarbillat ». […] Furetière a dit « escarbillat » et M. M. de l’Académie « escarbillard ».

31Alors que la définition reprend terme à terme celle de Sauvages et à peu près celle Doujat, sans le dire, la présence du mot occitan chez Pasquier, Montaigne, Furetière et dans le dictionnaire de l’Académie est mise en évidence comme un brevet de francité. D’ailleurs Sauvages donnait en première définition pour ëscarabilia : escarbillat, faisant remarquer ensuite que les deux mots « ont trop de ressemblance pour que certaines personnes eussent osé l’employer », évoquant l’insécurité linguistique dans laquelle se trouvent les Languedociens cultivés. Mais l’aspect normatif intéresse moins notre auteur que la démonstration de la vitalité de la langue d’oc, en soi et en osmose avec la langue française. Il s’appuie sur de nombreuses citations empruntées à Rabelais et Montaigne et inspirées par les éditions critiques du début du xviiie de ces deux auteurs (Le Duchat 1741 ; Pierre Coste 1724).

32L’influence des lexicographes français du xviie est surtout sensible sur deux points : l’interrogation sur les origines et l’intention encyclopédique.

Recherches des origines et tentation encyclopédique

  • 9 Pierre Caseneuve a mené une double réflexion sur les « origines françaises », dissertation publiée (...)

33Comme chez Pasquier, Nicot, Ménage, Borel, le dictionnaire tend à rassembler le plus grand nombre d’explications sur « l’antiquité » d’un mot, l’origine d’une expression lexicalisée. On trouve encore plusieurs références explicites ou non à la dissertation de Caseneuve9 sur les origines « de la langue d’oc ou provençale » qui accompagne, comme le dictionnaire de Doujat, l’édition de 1678 de Godolin.

  • 10 Nîmes, Bibl. mun. Ms 141, f° 93-107. Essai sur l’origine de la langue gasconne.

34L’auteur anonyme est attentif à rechercher et proposer diverses hypothèses de racines celtes, grecques, latines, arabes ou hébraïques des mots occitans, comme le fait à la même époque le linguiste Court de Gebelin10 dont on ne sait s’il l’a consulté. Ainsi il fait dériver cêzê [f°93r°] du latin ‘cicer’noro [265v°] du latin ‘nurus’counil [f°104r°] du grec ‘kunillos’coumbo [f°103r°] du grec ‘kumbos’meno [f°247r°] de l’hébreu ‘min’. Il confronte au besoin plusieurs théories, comme dans l’exemple suivant :

[f°92v°] Cérs : s. m. b. vent de bise. Ce mot se trouve souvent dans les anciens actes qui parlent de la position d’un champ, d’un pré etc. Ce vent est particulier au bas Languedoc ; il est appelé en latin Cercius ou Circius.

  • 11 Basil Faber (1571, rééd. 1735).

Basile Faber11 dans son Trésor (litt. C) dit que ce vent « est nulli reliquorum vehementia inferior in narbonensi praesertim provincia… huic, ne galliam rapidus infestaret, Augustus aliquando votum solvit » et l’on voit dit-on, encore à Narbonne, l’autel que cet Empereur lui consacra.

Rabelais, liv. 4. chap. 43 : « Ô qui pourrait avoir une vessie de ce bon vent de Languedoc que l’on nomme Cercie qui renverse les charrettes chargées ». Borel dit que, selon Aulu-Gelle, en le Grand Atlas, Cers est un mot d’ancien gaulois.

35L’accumulation de références érudites tend à prouver que le mot est non seulement attesté dans un espace précis mais qu’il a une incontestable ancienneté juridique, linguistique, historique, littéraire laquelle renvoie in fine à l’hypothèse celte. On trouve le même procédé d’étagement, parfois complexe, des références pour des noms propres dont l’étymologie a déjà fait couler beaucoup d’encre : Mountpêlhé [f°255v°], Huganaout [f°209r°], Catarinot [f°91r°] Languedoc [f°225r°].

  • 12 Fabienne Gégou (1983, 30).

36Le Castrais Pierre Borel (1655) est pour notre auteur bien plus qu’une source, un modèle. Abondamment cité, il représente d’une part une ressource en matière d’étymologie et de linguistique comparée en domaine roman puisqu’il intègre dans son dictionnaire de nombreux mots occitans médiévaux ou modernes12 et d’autre part il est porteur, comme le montre Jean-Pierre Cavaillé (1982), d’une « curiosité encyclopédique héritée de la Renaissance » qui ouvre le dictionnaire à de nombreux champs du savoir de son temps.

37L’auteur du dictionnaire cède sans réserve cette tentation encyclopédique qui fut celle de Furetière, non qu’il ait la prétention d’être « universel » mais, semble-t-il, avec l’intention de ne laisser de côté aucun des aspects du champ culturel et de la vie sociale qui correspondent aux usages de la langue, aux xviie et xviiie siècles. En cela il produit, consciemment, méthodiquement, un dictionnaire savant. Savant, moins par la profusion des connaissances et des domaines abordés que par la capacité de les mettre en relation et de leur donner du sens.

  • 13 À notre connaissance, il ne cite pas l’ouvrage de Charles d’Aigrefeuille, Histoire de la ville de M (...)
  • 14 Les nombreuses descriptions de jeux d’enfants constituent un véritable trésor des jeux anciens en L (...)
  • 15 Le jeu de mail (jòc de palamar) avec son vocabulaire spécifique, le jeu de paume (paoumo), ou encor (...)
  • 16 agulho [f° 15v°], Salicato [p. 239], Baboto [f°38r°], dougo [129 v°], ourgearié (II 723)…
  • 17 à l’entrée verdet [p.469] par exemple, il détaille les techniques de la production particulière du (...)
  • 18 baile [f°40v°] évoque par exemple l’ancienne « cour daou baile » devenue « cour des ordinaires » ; (...)

38On voit par exemple au fil des articles se constituer un véritable tableau de la vie montpelliéraine au xviiie siècle qui, certes, doit beaucoup aux historiens, aux érudits et aux écrivains des siècles précédents13, Pierre Gariel, Laurent Joubert, Pierre Magnol, Guillaume Rondelet, Isaac Despuech et Jacques Roudil, mais qui fait aussi appel à une connaissance personnelle : façons de parler de cuisiner, de jouer14, de se distraire15, mémoire des lieux16 et des personnes, monnaies et mesures… De nombreuses définitions commencent par « à Montpellier ou dans les environs ». Le dictionnaire nous paraît à l’évidence écrit à Montpellier par quelqu’un qui en connaît bien l’économie locale17, la vie municipale18, les structures administratives et les institutions académiques.

  • 19 Odde de Triors dont l’auteur recopie de nombreux développements a toute sa place dans la liste des (...)
  • 20 Furetière cité par H. Meschonnic (1991), p. 141.

39Les autres villes languedociennes sont également présentes, mais l’approche en semble plus livresque. L’auteur s’appuie sur des historiens du Languedoc dont le plus récent semble être Jean Astruc (1737), sur les Toulousains Lafaille (1687) et Odde de Triors19 (1578) à qui il emprunte quantité d’anecdotes pittoresques dont quelques-unes ont déjà été évoquées par Borel et Furetière mais dont il se délecte encore, comme le moine-bourru20, la « Malobestio », ou les « Réveilleurs ».

40Dans un registre plus grave, l’auteur du Dictionnaire, comme tous les intellectuels de son temps, s’intéresse aux relations nombreuses, témoignages, récits historiques et monographies sur les troubles religieux anciens et récents en Languedoc. Mais les auteurs qu’il cite : Guillaume de Reboul (1600), Jean Léger (1669), le père Bonnefoy (1667) et quelques commentaires qu’il en fait ne laissent aucun doute sur sa foi catholique, sa connaissance de la doctrine et de la liturgie… et ses positions radicales.

Curiosité ethnographique

  • 21 arsenizo [f°33v°]
  • 22 [p. 415].
  • 23 p. 223-286. Cette partie qui traite de « La bido del fals crestia descuberto é coundamnado » consti (...)

41L’auteur éprouve à l’égard des croyances et des superstitions une fascination/répulsion non déguisée. Elles sont aussi vivement décrites que décriées et toujours assimilées à la sorcellerie, condamnées au nom de la foi chrétienne plus que du rationalisme, renvoyées à l’ignorance populaire. Ce sont pratiques du « peuple », de « paysans mal instruits21 », de « gens de la campagne22 », « en certains lieux du Haut Languedoc ». Ses sources ethnographiques sont nombreuses. Outre les chroniqueurs et historiens déjà mentionnés, comme Laurent Joubert, professeur de médecine à Montpellier, auteur des Erreurs populaires (1578) citons son continuateur Gaspard Bachot (1626), Jean Bodin auteur De la démonomanie des sorciers, (1580), Jean-Baptiste Thiers, auteur du Traité des superstitions (1697) sans oublier « L’examen de las supersticius23 » dans Le Tableu de la bido del parfet crestia… (1673) qui est l’ouvrage littéraire le plus fréquemment cité dans le dictionnaire.

42Les feux de la saint Jean sont particulièrement dénoncés comme des survivances du paganisme combattu par les Pères de l’Église. Le renvoi aux entrées qui traitent des « herbes de la saint Jean » arsenizo [f°33v°], faougièro [f°167r°]et trescalan [p. 415] poursuit l’attaque en règle où voisinent citations érudites et répugnance personnelle. Il y a bien d’autres « superstitions abominables » décrites sous les entrées : mandrigoulo [f°238v°], masco [f°243r°], fado [f°165v°], fachilié [f°165r°], souco [p. 292], garles [f°190v°].

43Tous ces articles de contenu ethnographique, Sauvages, dans sa deuxième édition de 1785, puis Mistral s’en inspireront, mais leur regard sur la société et le peuple se chargera de plus d’indulgence et même d’une réelle connivence. Avec le Félibrige héritier du romantisme, en un siècle, les valeurs se seront inversées : les sorcières, le feu de la saint Jean, le souc de Nadal – que notre auteur trouve parfaitement ridicule – ainsi que les créatures fantastiques : la farramaouco [f°108r°], lou babaou [f°38r°], lou fantasti, lou drac [f°167r°] seront considérées comme les manifestations originales d’une culture et d’une langue.

Conscience et culture littéraires

44C’est très souvent la littérature, on l’a déjà vu avec certains exemples, qui sert de lien entre les savoirs mis en œuvre dans le Dictionnaire languedocien. On peut difficilement parler d’arrière-plan littéraire tant la littérature occitane (languedocienne) des xviie et xviiie siècles s’impose au premier plan dans cet ouvrage. Elle est montrée, valorisée, mise en scène. Nulle part ailleurs au xviiie siècle, on ne trouve un tel rassemblement d’œuvres constituant véritablement un corpus littéraire cohérent et ouvert, une sorte d’anthologie personnelle dans une graphie commune.

45À la lecture de ce dictionnaire, on ne peut s’empêcher de rêver à la bibliothèque que l’auteur avait à sa disposition. La profusion des œuvres citées, imprimées ou manuscrites est telle que très vite, quand on feuillette le dictionnaire, c’est cela qui frappe : le plaisir du texte partagé. Il donne l’impression, pour citer Robert Lafont, « qu’un nœud de conscience occitane existe dans les lectures érudites ».

46Deux Toulousains, un Bénédictin le père Grimaud (1669) et un Augustin, le père Amilha (1673), déjà cité, sont les auteurs de loin les plus présents, dans toutes les parties du dictionnaire, avec une régularité remarquable. Ils sont accordés à la culture ecclésiastique de notre auteur, qui est probablement un clerc.

47La première moitié du xviie siècle toulousain est dominée par la figure du poète Godolin qui est aussi abondamment cité, sans doute d’après l’édition déjà mentionnée de 1678 qui comprend, outre le Doujat et la dissertation de Caseneuve, nombre de pièces dédicatoires citées : Le trimfle del moundi [f°85r°], L’oumbro del grand Goudelin, Épigramme de D. Rouguié [f°244 v°], Odo en fabou del bi costo l’aigo de Gautier [f°55 v°]. Notre auteur cite avec finesse et commente non seulement les différentes Flouretos (environ 260 occurrences) mais aussi une trentaine de pièces en prose, prologues et cartels.

48Parmi les Toulousains, plus près de lui, il n’ignore ni la Pastorale de Daphnis et Alcimaduro de Cassanea de Mondonville (soulel [p. 298]), ni Lou sourcié de la lando de Coussé de Latomy (1755), adaptation du Devin de village de Rousseau. Augier Gaillard (1584), le « rodier » de Rabastens, lui plaît particulièrement pour sa verve et la richesse d’une langue en prise sur les usages populaires.

49Les pastorales du « Théâtre de Béziers » occupent dans cet ensemble de références littéraires une place très importante : treize pièces citées, 258 occurrences, couvrant toute la période de production (1628 à 1660) et tous les auteurs, dont l’avocat Bonnet qu’il cite aussi (environ vingt occurrences de longs passages) pour les Desordres dêl pahis bas. Nous ne savons pas de quelles éditions il disposait parmi les livres édités par Martel de 1628 à 1660.

  • 24 Léon Gaudin a publié quelques pièces dans la Revue des Langues Romanes de 1884 et Frédéric Donnadie (...)

50Dans la seconde moitié du xviie sont publiées au moins deux traductions de l’Enéïde, d’un burlesque tempéré, celle de Bergoing (1652) à Narbonne et celle de L’Estagniol, avocat à Béziers (1682), toutes deux fort présentes dans le dictionnaire, ainsi que les poèmes du père Martin, jésuite, d’inspiration goudelinienne mais marqués par une sensibilité nouvelle au paysage, aux mœurs, aux saisons. Les citations faites de ce Bouquet de cauquos flouretos cuillidos sul Parnasso biterrois pour l’année 1723, 1726, 1729 et 1738 nous laissent penser que l’auteur du dictionnaire avait pu consulter ces ouvrages imprimés (chez Barbut à Béziers) mentionnés comme rares dans les bibliographies du xixe siècle et aujourd’hui perdus24.

  • 25 ailleurs il dit : 1701.

51De Béziers viennent encore des pièces inconnues jusqu’à aujourd’hui comme La bancarouto de la Matriculo de Besiérs dont il dit qu’elle a été jouée en 171025 (12 occurrences) ou comme le long poème cité in extenso, à la fin de la première partie, Las Justos de Beziers, daté du 29 août 1712 [f°217r° à 218v°], écrit par « un poète biterrois » à l’occasion de la victoire remportée en Flandres sur les ennemis de la France.

52Dans le paysage littéraire du Dictionnaire languedocien, Montpellier occupe une place centrale. C’est le Montpellier du xviie siècle qui se dessine, celui d’Isaac Despuech, de Jacques Roudil et de Nicolas Fizes. L’abbé Fabre est tout juste connu de l’auteur qui le désigne comme « M. F. prieur dans le diocèse de Montpellier » auteur de la traduction de la 8e satire d’Horace (cabraou [f°73v°]) dont il cite les quatre premiers vers.

  • 26 édition de la Sté des bibliophiles languedociens (A. Des Mesnils) Montpellier, Coulet, 1874.

53Les références qu’il donne des Fouliés daou Sage (Despuech) attestent que l’auteur a utilisé l’édition de 1650, composée par Roudil. Il cite en effet toutes les grandes pièces de ce recueil (160 occurrences) mais aussi la fameuse « Cansoun de la maoumaridado » à la page 201 de l’édition 1650 ainsi que « divers poèmes » érotiques censurés dans l’édition Pain (1700) comme elles le seront dans l’édition du xixe26. Mais il a aussi d’autres sources, comme en témoignent quatre vers d’un « Dialogo daou Sabat » dont il précise qu’il est « non imprimé » (plegadis [p. 105]).

  • 27 (« Satyro » ; aco sieou [f°7 v°] ; gouma [f°196 r°] ; pengea [p.57] ; pieouzelo [p.85] putarro [p.1 (...)
  • 28 Barral avait édité le ms du fonds Lunaret de la Société Archéologique de Montpellier. Notre auteur (...)

54L’œuvre de Roudil est toujours citée en référence à un manuscrit, ce qui est normal puisque la première édition de l’œuvre de Roudil est celle de Marcel Barral (1982 et 1983). Mais le fait qu’une trentaine de titres de poèmes cités27 ne se trouvent pas dans cette édition laisse penser, à juste titre, que l’auteur possédait une autre copie manuscrite que celle que Barral a suivie28.

  • 29 qui est peut-être celui que Léon Gaudin décrit ainsi « un exemplaire dont le titre manque, petit in (...)

55On est plus étonné de trouver mention de L’opéra de Frontignan de Nicolas Fizes dont l’édition de 1679 est depuis longtemps signalée comme fort rare, mais notre auteur devait en avoir un exemplaire29 parce que les références qu’il fait (15) ne comportent pas la mention « ms ». Il cite en outre neuf vers d’une idylle « L’apotheozo de l’oulo » de Fizes (jerlé [f° 212 r°]), et huit vers d’une chanson inédite (ussos [p. 489]).

  • 30 À l’entrée fieiro [f°172r°] : il dit : Michel de Nîmes a fait un poème qu’il a intitulé L’êmbarras (...)
  • 31 140-186 de l’édition Pain.

56L’espace languedocien de notre auteur s’étend jusqu’à Nîmes, avec l’œuvre imprimée de Jean Michel publiée en 1700 dans l’édition Pain, avec Despuech, abondamment citée (et quelque peu infléchie linguistiquement vers le languedocien) dans le Dictionnaire (plus de 150 occurrences). Mais c’est moins L’embarras de la fieiro de Beucaire30 qui est mise en avant que les pièces suivantes, moins connues31, comme Emblemo de la vido de l’homme (159-173).

57Enfin, nous trouvons de très nombreuses et très plaisantes références à des chansons (99 occurrences) placées surtout au début de la première partie de l’ouvrage. Les citations sont souvent longues, jamais moins d’une strophe – et pas nécessairement la première – souvent deux ou trois, et quelquefois la chanson est donnée dans son intégralité : « Menudo » (amistat [f°23r°]), « Soi a Bacus » (bebeire [f°47r°]), « La noiriço endormido » (Margarido [f°241r°]). Selon, Pierre-Joan Bernard, elles proviennent de plusieurs répertoires différents toulousains, narbonnais, montpelliérains ou provençaux de la seconde moitié du xviiie siècle. Mais les airs ne sont pas donnés, un grand nombre de chansons ne sont pas encore identifiées. La chanson, même libertine, ne paraît pas choquer notre auteur ; bien au contraire, il en apprécie la facilité, la langue juste. On pressent la vogue montpelliéraine d’un genre qui va porter le renouveau de l’écriture en occitan, une transparence de registre qui plaît à la bonne société et que Philippe Gardy (1985) a appelé l’oraliture.

Le roman du langage

58Chaque mot de la langue ou presque, on l’a vu, entraîne un discours savant dans différents domaines, en différentes langues : l’occitan et le français, mais aussi le latin et ponctuellement l’espagnol ou l’italien. Parfois ce discours est plaqué, parfois il est bien enchaîné avec la définition qu’il éclaire et agrémente, comme dans Estats :

  • 32 À dater de 1737.

Estats [f°160v°] s. m. pl. [pr. br. ] h. b. Les États. En cette province, c’est l’assemblée du Clergé, de la Noblesse et du Tiers État qui une fois l’an s’assemble par ordre du Roi, pour pourvoir aux impositions des tailles, don gratuit et autres affaires de la province. La tenue de ces États est à présent fixée à Montpellier32. On les tenait autrefois tantôt dans une ville tantôt dans une autre, comme le donnent à entendre ces vers du Prologue de Las Amours de la Guimbardo :

E vous dirai, mêssieus, per fini moun prêludo
quê s’oun foussên êstats dedins l’incertitudo
d’avê ou d’oun avê dins Bêziérs lous Estats
Aourian bê fach milhou rêluzi Caritats
més un cop on dizio ; noun vous tourmêntês gairê
Moussur vol fa têni lous Êstats a Bêoucairê
d’aoutrês en Pêzênas d’aoutrês al Sant Esprit…

59La citation littéraire a ici valeur documentaire. Elle s’articule souvent, comme dans tous les dictionnaires, sur les exemples d’emploi d’un mot ou d’une expression, à titre d’illustration sémantique ou syntaxique.

  • 33 Jean-François Courouau (2014, 724 note 7) relève 12 entrées du dictionnaire de Sauvages (1785) qui (...)

60Ainsi, ce dictionnaire arrive-t-il à nous étonner, à sa réapparition, par ce foisonnement de références savantes et par une finesse littéraire qui n’a pas d’équivalent. Longtemps enseveli, il n’a pas été cependant sans effet sur les ouvrages postérieurs comme nous l’avons déjà suggéré. L’abbé de Sauvages dont la première édition (1756) avait été largement mise à contribution a utilisé à son tour ce dictionnaire dans la seconde édition (1785) de son Dictionnaire languedocien-français. Il l’a évidemment eu entre les mains et a copié de nombreux articles contenant des références culturelles. Mais l’esprit des deux dictionnaires restant très différent, les emprunts sont patents. Par exemple, toutes les citations de Godolin que fait Sauvages33 viennent du dictionnaire anonyme, quelques bévues de recopiage et des erreurs d’attribution en fournissent la preuve.

  • 34 L’article est conservé dans le ms 804 de la Bibl. mun. de Nîmes : il y a un chevauchement de quelqu (...)
  • 35 En cours de numérisation, il sera mis en ligne sur le site du CIRDOC : occitanica.eu/

61Quelles ont été les motivations et les intentions de l’auteur, pour l’instant anonyme, de ce dictionnaire interrompu après le mot « pagadou »34 dans la phase de mise au propre du brouillon ? On décèle sans difficulté un attachement à la langue moderne (le Moyen Âge est passé sous silence) telle qu’elle est parlée de son temps et telle qu’elle a été écrite aux siècles précédents, on devine une intention de valorisation de cette langue à qui sont appliquées les « recherches » qui ont fabriqué la langue française mais aucun « éloge de la langue » ne vient le dire explicitement. L’appellation reste le patois (patés [p. 38]), la langue vulgaire, voire, avec beaucoup de réticences, la langue d’oc (oc [f°267r°]). Ce monument anonyme garde sa part de mystère ; son exploration ne fait que commencer, d’un mot à l’autre, entre les mots35. Car, comme dit Henri Meschonnic (1991) :

« On cherche des mots, on trouve le discours. On cherche le discours, on trouve des mots. […] Ainsi toutes les recherches, et les plus savantes, ne racontent jamais que le roman du langage, celui du continu à travers le discontinu, celui des demeures rêvées en errant à travers des ruines. »

Bibliographie

Dictionnaires

venuti da corona, 1578, Dittionaro vulgare è latino, Bolonia, G. Pietro.

nicot Jean, [1606] Trésor de la langue française tant ancienne que moderne, Paris, rééd. Le Temps, 1979.

guichard Étienne, 1618, L’harmonie étymologique des langues, Paris, V. Le Roy.

pasquier Étienne, 1643, Recherches de la France, Paris, Ménard.

menage Gilles, 1650, Dictionnaire étymologique ou origines de la langue française, Paris, A. Courbe.

borel Pierre, 1655, Dictionnaire des termes du vieux français ou trésor des recherches et antiquités gauloises et françaises, Paris, Briasson.

du cange (Charles du Fresne, sieur du Cange), 1678, Glossarium mediae et infimae latinitatis, Paris.

furetiere Antoine, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots français tant vieux que modernes et les termes de toutes les sciences et des arts, La Haye et Rotterdam, Arnout et Reiner Leers, 1690.

Dictionnaire universel français et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux, Paris, Cie des Libraires associés. 1704, 1721, 1742.

caseneuve Pierre, 1694, Les origines françoises de Mr de Caseneuve in Ménage, Dictionnaire étymologique…, Fragments de M. de Cazeneuve, in Las obros de Pierre Goudelin, Jean Pech, 1678. p. XXVIII-XL.

wachter George, Glossarium germanicum continens origines et antiquitates linguae germanicae, Leipzig, 1736.

sauvages M. l’Abbé de S***, 1756, Dictionnaire languedocien-français, Nîmes, Michel Gaude.

sauvages M. l’Abbé de S***, 1785, Dictionnaire languedocien-français, nouvelle édition, Nîmes, Michel Gaude.

Ouvrages historiques et scientifiques

rondelet Guillaume, 1554, De piscibus marinis, Mathiam Bonhomme, Lyon.

etienne Charles, 1565, Agriculture et Maison Rustique, Paris (traduction du Praedium rusticum de 1554).

faber Basil, 1571, Thesaurus eruditionis scholasticae, Leipzig 1571( souvent rééd. en particulier en 1735).

joubert Laurent, 1578, Erreurs populaires et propos vulgaires touchant la médecine et le régime de santé, Paris.

odde de triors Claude [1578], Joyeuses recherches de la langue toulousaine, éditées par Gaston Brunet, Paris, Jannet et Techener, 1847.

bodin Jean, 1580, De la démonomanie des sorciers, Paris, Du Puis.

reboul Guillaume de, 1600, Actes du synode universel de la sainte réformation tenu à Montpellier le 15 mai 1598, Montpellier.

bachot Gaspard, 1626, Erreurs populaires touchant la médecine et le régime de santé, à la suite de celles de M. Joubert, Lyon, Vve T. Soubron.

olive Simon d’, 1638, Les Œuvres de Me Simon d'Olive Sieur du Mesnil, conseiller du Roy en la cour de parlement de Tolose. Toulouse, P. Bosc et A. Colomiès.

gariel Pierre, 1657, Epitome rerum inferiore Occitania pro religione gestarum ab excessu Henrici IV regis sive anno 1610 ad annum 1657, Monspellii, in 4.

gariel Pierre, 1665, Idée de la ville de Montpellier, Daniel Pech, Montpellier.

bonnefoy P. Jésuite, 1667, Historia heresis in Gallia ortae et oppugnatae, Toulouse, Boude.

léger Jean, 1669, Histoire des Vaudois, Leyde.

magnol Pierre, 1676, Botanicum Monspeliense sive plantarum circa Monspelium nascentium index, Lyon.

lafaille Germain de, 1687, Annales de la ville de Toulouse depuis la réunion du comté de Toulouse à la couronne, Toulouse, J-L Colomiès et J. Posuël.

thiers Jean-Baptiste, 1697, Traité des superstitions qui regardent les sacrements selon l’Écriture sainte, les Conciles et les sentiments des saints Pères et des Théologiens, Paris.

Essais de montaigne, 1724, avec les notes de Pierre Coste, Londres, Jean Nourse et Vaillant.

astruc Jean, 1737, Mémoire pour l’histoire naturelle de la Province de Languedoc, Paris, Cavelier.

Œuvres de rabelais 1741, avec des remarques historiques et critiques de M. Le Duchat, Amsterdam, J-F Bernard.

andoque Pierre, 1748, Histoire du Languedoc, avec l’estat des Provinces voisines, Béziers, Jean et Henri Martel.

Ouvrages littéraires

Lou banquet d’augier gaillard, 1584, Paris, François Audebert, in 12, 483 p.

[despuech, Isaac], 1650, Las fouliés dau Sage de Mounpelié, revistos e augmentados de diversos piessos de l’Auteur, embé son Testamen, obro tant desirado, 208 p.

grimaud P. Bernard, 1659, Le dret cami del cel dins le pais moundi o la bido del gran Patriarcho sant Benoist, Toulouso, Frances Bordo, imprimur, daban le couletge des Payres de la Coumpagno de Jesus. 386 p.

grimaud P. Bernard, 1664, Granoulratomachio, o la Furioso é descarado bataillo des rats é de las granouillos, jouts le règne de Rodilard é Croacus, à l'imitaciu del gréc d'Homéro, poémo burlesco, Toulouse, B. Bosc. 156 p.

amilha P. Barthélémy, 1673, Le Tableu de la bido del parfet crestia que represento l'exercici de la fe... per le P. A. N. C. regisseur de l'ordre de St Augustin. Toulouse, J-J. Bondo, in 8 en vers languedociens. 345 pages. Autre édition : Toulouse 1703 avec un dictionnaire gascon.

le théâtre de Béziers, ou Recueil des plus belles pastorales et autres pièces historiées qui ont ésté représentées au jour de l'Ascension en la dite ville, composées par divers auteurs en langue vulgaire, 1657, édition Martel Béziers, (BM recueil factice C 367 (4) 1 vol in 12, 168 p.

[bergoing], 1652, L'Eneido de Virgile, livre quatrièsme, reuestit de naou, et habilhat à la brullesco. / Sieur de Bergoing, Narbonne, Dominge Le Cuirot, 69 p.

fizes Nicolas, 1679, L’opéra de Frontignan, obra galoya accoumpagnada de decouratieous de théâtre e de symphonias escarabilladas, Montpellier, Étienne et Paul Marret. Rééd. de Léon Gaudin, Montpellier, Seguin, 1873.

[l’estagniol] 1682, Traductieou del premié, second, quatrieme et sixieme livre de l’Eneido de Virgilo, per L. E avocat de Besiés, A Besiés, Henric Martel ou imprimavo, 279 p.

Las obros de pierre goudelin, 1678, augmentados de forço péssos, é le dictiounari sus la lengo moundino ount és més per ajustié sa bido, remarquos de l’antiquitat de la lengo de Toulouso, le Trinfle moundi é soun oumbro Toulouse, Jean Pech.

Las obros de pierre goudelin, 1700, augmentados de forço péssos, é le dictiounari sus la lengo moundino ount és més per ajustié sa bido, remarquos de l’antiquitat de la lengo de Toulouso [de Cazeneuve], le Trinfle moundi é soun oumbro, d’amb’un manadet de bérses de Gautié é d’autres pouétos de Toulouso, (Recueil des poètes gascons. 1re partie), Amsterdam, Daniel Pain, 363 p.

[despuech Isaac], Les folies du sieur Le Sage de Montpellier, 1700, (Recueil de poètes gascons, 2e partie), Amsterdam, Daniel Pain, 196 p.

michel Jean, 1700, L’embarras de la fieiro de Beaucaire, en vers burlesques vulgaris, per Jean Michel de Nismes, revist, courijat et aumentat embé plusieurs autres piessos tant seriouzes que burlesques, (Recueil de poètes gascons, 2e partie), Amsterdam, Daniel Pain, 191 p.

martin P. Jean, Bouquet de cauquos flouretos cueillidos sul Parnasso biterrois pour l’année 1723, 1726, 1729 et 1738, Béziers, Étienne Barbut.

Éditions de textes

donnadieu Frédéric, 1899, « Poésies biterroises du P. Jean Martin », Bulletin de la Société archéologique scientifique et littéraire de Béziers, troisième série, tome III, Béziers, Sapte. 136 p.

barral Marcel, 1982, Jacques Roudil, poète montpelliérain du xviie siècle, Œuvres poétique languedociennes et françaises, publiées pour la première fois sur un manuscrit retrouvé avec introduction, notes et glossaire, par Marcel Barral, Montpellier, Publications de l’Entente bibliophile, 226 p.

barral Marcel, 1983, Suite des œuvres poétiques languedociennes et françaises, Montpellier, Publications de l’Entente bibliophile, 238 p.

Études

cavaillé Jean-Pierre, 1982, « Pierre Borel (1620 ?-1671), médecin et polygraphe castrais, un curieux et ses mondes », Revue du Tarn n° 146, p. 264.

gégou Fabienne, 1983, « Un dictionnaire d’ancien français au xviie siècle, le Trésor des recherches de Pierre Borel ». In Cahiers de l’Association Internationale des études françaises, n° 35, p. 30.

gardy Philippe, 1985, « Montpellier-Clapas, ou les plaisirs partagés de l’oraliture », Revue des Langues Romanes, T. LXXXIX, p. 53-75.

meschonnic Henri, 1991, Des mots et des mondes. Dictionnaires, encyclopédies, grammaires, nomenclatures. Paris, Hatier, 311 p.

thomas Jean, 2013, « À propos de la découverte d’un dictionnaire inédit du xviiie siècle », Lengas [En ligne], 73 | 2013, Montpellier, PULM.

courouau Jean-François, 2014, « L’ombre de Godolin (1649-1790) » p. 716-738, in Los que fan viure e treslusir l’occitan, Actes du Xe Congrès de l’AIEO, (dir.) C. Alén Garabato, C. Torreilles, M-J Verny, Limoges, Lambert-Lucas, 2014, 971 p.

Fabié David, 2015, « l’essor des études lexicographiques et grammaticographiques » in J.F. Courouau (dir.), La langue partagée. Écrits et paroles d’oc. 1700-1789. Genève, Droz

Annexes

Illustration

Figure 1 : Légende

Figure 1 : Légende

Notes

1 Lengas.revues.org/

2 Disponible sur le site de l’université de Toulouse : http://tolosana.univ-toulouse.fr/notice/165803770

3 Tous mes remerciements vont à François Pugnière qui a non seulement découvert le dictionnaire mais l’a photographié pour le mettre tout de suite à portée des chercheurs en domaine occitan.

4 Bibl. mun. de Nîmes. Ce manuscrit avait été répertorié par Brigitte Schlieben-Lange (Fabié 2015).

5 La citation est ainsi annoncée : « On lit dans un Noël imprimé à Narbonne, 1765 ».

6 À partir de maintenant, les références au ms 1F12 des Archives de Nîmes sont indiquées par le numéro du foliotage d’archive, mais celles du ms.804 de la Bibl. mun. sont indiquées par le numéro d’origine de la page, à défaut d’autre foliotage.

7 Claire Torreilles (2013) : Les trois éditions du Dictionnaire Languedocien-Français de l'abbé Boissier de Sauvages, occitanica.eu/

8 Roudil, dans un poème dédicatoire de son « Dictiounari vulgari » adressé à Henry de Bourbon, duc de Verneuil (Barral, 1982, 149-152) fait l’éloge de ce dictionnaire et dit son utilité pour les « francimans ». Vous y apprendrez, dit-il, ce que veut dire « gibré, / embalausit, eglach, embrounquat, espeillat, / embut, escafarnel embe escarabillat / fanabreguo, faufrach, faudo, falourd, fringairo, / garcegea, galavar, goullamas, gavelairo… ». Si petit soit-il, cet échantillon de son dictionnaire se trouve sans exception dans le Dictionnaire languedocien.

9 Pierre Caseneuve a mené une double réflexion sur les « origines françaises », dissertation publiée dans le dictionnaire de Ménage à partir de 1694, et sur les origines de la langue d’oc.

10 Nîmes, Bibl. mun. Ms 141, f° 93-107. Essai sur l’origine de la langue gasconne.

11 Basil Faber (1571, rééd. 1735).

12 Fabienne Gégou (1983, 30).

13 À notre connaissance, il ne cite pas l’ouvrage de Charles d’Aigrefeuille, Histoire de la ville de Montpellier, paru pourtant en 1739, Montpellier, Rigaud.

14 Les nombreuses descriptions de jeux d’enfants constituent un véritable trésor des jeux anciens en Languedoc : cambaleto [f°79r°] ; castelet [f°90v°] ; coucoumet [f°100 r°] ; courcasselo [f°106v°] ; coutelou [f°108r°] ; coucut [f°100v°] ; cabro ses tu cabro [f°73v°] ; jusso [f°216v°] ; pipot [p.94] ; pateto un [p.41]…

15 Le jeu de mail (jòc de palamar) avec son vocabulaire spécifique, le jeu de paume (paoumo), ou encore l’ouleto [f°269v°], « jeu fort en vogue parmi le bas peuple à Montpellier » dont parle Rabelais.

16 agulho [f° 15v°], Salicato [p. 239], Baboto [f°38r°], dougo [129 v°], ourgearié (II 723)…

17 à l’entrée verdet [p.469] par exemple, il détaille les techniques de la production particulière du vert de gris, à Montpellier.

18 baile [f°40v°] évoque par exemple l’ancienne « cour daou baile » devenue « cour des ordinaires » ; rullé [f°217r°] décrit en détail le système d’élection des consuls de Montpellier. Il cite souvent le code Reboul (livre municipal), les règlements de police sur les moulins à huile (menado [f°246v°]), la vente des abats pendant le Carême (frechan [f°181v°])…

19 Odde de Triors dont l’auteur recopie de nombreux développements a toute sa place dans la liste des lexicographes / ethnographes inspirateurs de l’auteur du dictionnaire : il a lui-même, remarque Gaston Brunet qui l’édite en 1847, « beaucoup lu et relu Rabelais ».

20 Furetière cité par H. Meschonnic (1991), p. 141.

21 arsenizo [f°33v°]

22 [p. 415].

23 p. 223-286. Cette partie qui traite de « La bido del fals crestia descuberto é coundamnado » constitue une revue très informée des faits, gestes, paroles et croyances populaires que les « Rittous, Missiounaris, Coufessous é autres que tribailhon al salut de las armos » auront à cœur de dénoncer et combattre.

24 Léon Gaudin a publié quelques pièces dans la Revue des Langues Romanes de 1884 et Frédéric Donnadieu a donné une édition complète d’après une copie manuscrite, dans les bulletins de la Société Archéologique de Béziers en 1899.

25 ailleurs il dit : 1701.

26 édition de la Sté des bibliophiles languedociens (A. Des Mesnils) Montpellier, Coulet, 1874.

27 (« Satyro » ; aco sieou [f°7 v°] ; gouma [f°196 r°] ; pengea [p.57] ; pieouzelo [p.85] putarro [p.140], sicap [p.282], « Satyro countro lou mariage » ; abis, avis : [f°4 r°] afinfa [f°12 r°].

28 Barral avait édité le ms du fonds Lunaret de la Société Archéologique de Montpellier. Notre auteur avait en sa possession le manuscrit actuellement répertorié au Cirdoc sous la cote : Ms 296, portant l’ex-libris de Sauvadet. cf.Occitanica.eu/

29 qui est peut-être celui que Léon Gaudin décrit ainsi « un exemplaire dont le titre manque, petit in B de 64 p. entièrement imprimé en italiques sortant des presses de Daniel Pech de Montpellier », il le voit dans la vente de Villiers en 1837.

30 À l’entrée fieiro [f°172r°] : il dit : Michel de Nîmes a fait un poème qu’il a intitulé L’êmbarras dê la fiéiro dê Bêoucairê ». En quelque lieu on dit « fiéro » cite Goudelin « a la fiéro dês trucs… ».

31 140-186 de l’édition Pain.

32 À dater de 1737.

33 Jean-François Courouau (2014, 724 note 7) relève 12 entrées du dictionnaire de Sauvages (1785) qui comportent une citation de Godolin, à savoir : amaga, apazima, lugar, caüs, foulzë, jhipo, perlic, pipot, ramelet, tremoula, tripou, ufer.Tous ces mots et citations plus pëssamën (citation de Godolin sans nom d’auteur) viennent du Dictionnaire languedocien.

34 L’article est conservé dans le ms 804 de la Bibl. mun. de Nîmes : il y a un chevauchement de quelques pages entre le brouillon et la copie.

35 En cours de numérisation, il sera mis en ligne sur le site du CIRDOC : occitanica.eu/

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Légende
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/1314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 345k

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access