Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contacts, conflits et créations linguistiques

 | 
Guylaine Brun-Trigaud

Antonin Perbosc à Comberouger : une expérience originale de défense de la langue d’Oc

Hervé Terral

Résumé

Antonin Perbosc (1861-1944), instituteur public, occupe parmi ses pairs une position originale. Dès 1886, il écrit dans la Tribune des Instituteurs, journal indépendant de la hiérarchie scolaire, un plaidoyer en faveur des « patois » qui le fait remarquer, tant il va au-delà de la position officielle de relative tolérance portée par le professeur au Collège de France Michel Bréal (1872, 1878). Membre du Félibrige mistralien, ce maître quercynois va, de 1900 à 1908, conduire une expérience pédagogique (après la classe) de collecte de contes, chansons, proverbes, etc., avec ses élèves regroupés en une « société traditionniste » (i.e. folkloriste), donnant lieu à publication (1914), suscitant même l’admiration de l’Inspecteur général Édouard Petit, anticipant sur la démarche d’un Célestin Freinet. Ce faisant, il fonde de façon délibérée l’occitanisme culturel.

Texte intégral

« Fondateur de l’occitanisme/Poète et réformateur de la langue d’oc/Pédagogue, ethnographe, bibliothécaire/Majoral du félibrige (Cigale de la Liberté). »

1Tel fut Antonin Perbosc selon la plaque bilingue qui lui rend hommage sur les murs de la Bibliothèque municipale de Montauban – où il acheva sa carrière administrative de 1912 à 1932 (à 71 ans, notons-le).

2Né à Labarthe-en-Quercy le 25 octobre 1861 au lieu-dit « les Camps grands », d’une famille de « bordiers » (métayers), Perbosc a suivi l’enseignement de l’école publique de Vazerac, puis de la pension Gasc à Lafrançaise, avant d’entrer à l’école normale d’instituteurs de Montauban (avec 20 en français !) pour trois ans (1878 à 1881). C’est devoir souligner d’entrée qu’il appartient de facto à cette première génération de « hussards noirs de la sévérité, nourrissons de la République » dont Charles Péguy fit l’éloge dans L’Argent (1913), tout en regrettant dès cette époque leur disparition – Perbosc fut au demeurant un des rares abonnés des Cahiers de la Quinzaine d’une part et ferrailla d’autre part, comme Péguy, avec quelques figures autoritaires de l’administration scolaire.

  • 1 Perbosc 1908. Dans sa préface, s’appuyant en partie sur la réflexion de son compatriote Jean Izoule (...)

3Perbosc, mariée à sa consœur Marie Vidaillac, avec qui il aura une unique fille, Hélène, arrive à Comberouger à la rentrée 1893, à la suite d’une mutation administrative plutôt obscure : c’est déjà son 6ème poste. Il quitte la bourgade de Laguépie dans le haut du département (il cède alors sa place à un cousin du maire) et prend pied en famille, pour quinze ans, dans ce qui lui apparaît dès son arrivée comme un « trou perdu » de la Lomagne de 441 habitants, situé à l’autre bout du petit département de Tarn-et-Garonne, si peu unifié géographiquement, créé de bric et de broc en 1808 seulement par Napoléon pour restituer à la ville de Montauban, capitale historique du Quercy, une dignité perdue en 1790 au bénéfice de Cahors1. Ce village paysan, de dialecte gascon traversé d’expressions languedociennes, est donc sur le plan linguistique un village-frontière, à mi-distance de deux bastides (Beaumont et Grenade), entre deux coteaux et sur les bords d’une petite rivière, le Lambon. Une légende, discutée, en fait la « combe rouge » à la suite d’un massacre local de moines, voleurs et violeurs, par la population (ses habitants gardent le sobriquet collectif de « canailles » plusieurs siècles après).

4Perbosc va, dans ce village désormais fort paisible, cultiver ses chrysanthèmes ; membre du camp laïque, il va aussi initier son curé à… la photographie et il fera de la bicyclette – pour rejoindre la gare voisine de Dieupentale et partir vers Toulouse ou quelque ville organisatrice d’une Félibrée.

  • 2 Ce texte du 1-10-1886 et celui qui suivit, du 1-2-1887, ont été republiés par nos soins in Lengas, (...)

5L’instituteur Perbosc s’est, en effet, déjà fait une petite renommée ! Il n’est pas simplement un maître d’école ordinaire, formateur de cours d’adultes et secrétaire de mairie – toutes activités qui lui prennent quand même beaucoup de temps ! Dès le mois d’octobre 1886, il défend dans La Tribune des Instituteurs, journal indépendant de la hiérarchie scolaire, un « enseignement des patois » – et son article se voit cité par une petite dizaine de journaux (événement dont il se fait l’écho auprès de son ancien directeur d’école normale)2. Dès 1887, il est couronné par l’Académie de Montauban pour sa monographie de Lacapelle-Livron. Dès 1890, il est publié par le Bulletin de l’Instruction Primaire du Tarn-et-Garonne pour son Brinde al Carci e a sous félibres, pièce dont il dira plus tard qu’elle fut surtout didactique et applaudie à ce titre quand les auditeurs reconnaissaient le nom d’un auteur issu de leur village – lors même qu’il est sèchement rappelé à l’ordre dans la période par l’inspecteur d’Académie J. Pouillot, plus porté à l’enseignement des mathématiques, pour avoir « donné des devoirs en patois à ses élèves ». Dès 1892, il devient, soutenu par Mistral lui-même, un très jeune Majoral du Félibrige (Cigale de la liberté) : il succède alors à Auguste Fourès (1848-1891), journaliste et homme de lettres – il a assisté l’année précédente à ses obsèques civiles (maçonniques) à Castelnaudary (Aude), y rencontrant pour l’occasion l’homme, qui allait être, des décennies durant, une sorte d’alter ego, à tout le moins un frère d’armes et de cœur, l’instituteur audois Prosper Estieu (1860-1939). Dès 1889, il a fait par ailleurs la connaissance à Paris du romancier quercynois Léon Cladel (1835-1892), un « rouge » régionaliste, auteur d’un des rares romans portant sur la Commune (Inri). Dès 1890, il entre en correspondance avec un autre « pays » appelé à un grand avenir, le sculpteur Antoine Bourdelle (1861-1929), l’homme qui disait « sculpter en langue d’oc » (lettre à Perbosc du 19 juin 1914), avec qui il entretiendra un authentique dialogue artistique.

6De 1893 à 1908, le modeste village de Comberouger devient le lieu où la pensée et l’œuvre de Perbosc vont s’affirmer à plusieurs titres.

Au plan de la création littéraire

  • 3 Dans son pamphlet contre le ministre A. de Monzie, hostile à tout enseignement des langues régional (...)

7Passé très tôt à la langue occitane (après avoir taquiné la Muse française, mais aussi castillane, dans sa jeunesse), Perbosc concevra dans notre village ses premières pièces majeures : Remembrança (1902), lo Gòt occitan (1903), l’Arada (1906) et, rare poème épique de notre époque, Guilhem de Tolosa (1908). Son œuvre posthume – annoncée dès 1903 et publiée… en 1970 seulement – résume dans son titre même sa perception du monde, Lo libre del Campèstre (Le Livre de la Nature). De même l’Arada, ressuscitant à partir de l’occitan le vieux mot français « l’arée » (la terre labourée)3, s’ouvre-t-elle par un poème au titre évocateur : Lauraires e troubaires (laboureurs et poètes) et un exergue conçu comme l’idéal d’une vie :

« A mos reires/los lauraires/qu’an virat e revirat/lo terraire,/ Que, trobaire, ai cantat e cantarai/tant que vivrai.

(À mes aïeux/les laboureurs/qui ont tourné et retourné/le terroir/que, poète,/ j’ai chanté et chanterai tant que je vivrai. »

8Il faudra attendre les années 1920 pour retrouver chez Perbosc le même souffle (Lo libre dels Auzels, 1924)… et une certaine reconnaissance en France (Prix Vignes de France 1932, partagé avec Paul Fort). Son œuvre était déjà connue ailleurs (traduction de ses Contes à Barcelone dès 1905).

Au plan linguistique

  • 4 La précieuse correspondance Perbosc-Estieu (de 1892 à 1939) a été conservée des décennies durant au (...)

9Avec l’ami Estieu, Perbosc s’efforcera de recourir à une langue d’oc à la fois proche des parlers populaires contemporains et de la tradition classique (Troubadours, auteurs du xvie siècle), débarrassée de ses scories françaises accumulées au fil des siècles, de créer une graphie plus authentique à ses yeux que celle mise en avant par Mistral et son mentor Roumanille (ce qui lui vaudra quelques difficultés avec le Maître de Maillane). Il cherchera aussi à faire (re) vivre des mots proprement locaux, comme le mot « paragrilh » dans le conte intitulé La fille du Pellegrilleur (1900). Dans son courrier à Estieu (27-6-1900)4, Perbosc donne le mot patois dans ses variantes (parogrilh, parougrih, palagrilh), sa traduction (bêche) et précise :

« Ce mot n’existe, je crois, qu’en ce coin de Gascogne, je ne l’ai vu en aucune publication. »

  • 5 Lettre au Capoulié P. Devoluy du 3-2-1905, citée in Mauron (Claude), Frédéric Mistral, Paris, Fayar (...)

10Le 27 août 1900, il discute encore avec Estieu de l’origine latine et/ou ibère du « palagrilh ». Mistral, qui, ne l’oublions pas était titulaire d’une licence de droit, parlera dans sa correspondance, à propos d’Estieu et Perbosc de « maîtres d’école perdus de vanité »5. Perbosc situe alors ses travaux dans le sillage de quelques prédécesseurs locaux plus ou moins connus : le montalbanais Devais qui, dès les années 1840, entend donner à l’occitan une graphie normalisée, l’homme de lettres Mary-Lafon qui fonde « l’histoire du Midi de la France » (1845), le poète-meunier Castèla (1828-1907), un temps instituteur, le premier auteur patoisant dont il rencontra à quinze ans les Farinals (1850)… sous la forme de feuillets épars au vent, le publiciste et politique A. Fourès (1848-1891), avons-nous vu, véritable maître à penser fédéraliste de surcroît.

L’expérience pédagogique proprement dite

  • 6 Cf. ses Discours aux enfants du Nouvion-en-Thiérache (Aisne) à la même époque.

11Dans sa monographie de Lacapelle-Livron (1886), Perbosc affirmait déjà dans la lignée des défenseurs de l’histoire locale (tel Ernest Lavisse lui-même6) :

« Le plus humble village a son histoire. Pour l’enfant, là commence la patrie ; là doit commencer l’enseignement historique de l’école. »

12S’en suivait une étude détaillée répondant aux grandes catégories proposées par l’administration scolaire : situation, limites, physionomie générale, climat, curiosités naturelles, antiquités, population, langue, administration, culte, instruction primaire, mœurs et coutumes locales. Ce dernier point est déjà l’occasion d’un regret… qui annonce un projet :

« Mais tout cela s’en va ; les naïves légendes, les vieilles chansons, les contes des bonnes veillées d’hiver. Encore quelques années et de tout cela il ne restera rien : l’originalité de ce coin du vieux Quercy aura disparu à son tour avec sa langue, ses mœurs quelque peu sauvages et la coiffure traditionnelle de ses paysannes, dernier vestige du costume local. »

13Un programme précis se fait alors jour, résumé en une simple phrase de sa correspondance avec Estieu : « Faire entrer la langue d’oc l’école » (27-8-1911). À cette fin sans aucun doute mais aussi plus encore par une sorte d’amour charnel avec le campèstre (la nature), Perbosc se lance dans l’aventure d’une authentique étude locale d’envergure. Ainsi présente-t-il son projet à Estieu, l’invitant (sans trop d’effet) à l’imiter :

« Si tu tiens à savoir ce que j’ai fait depuis octobre, apprends que j’ai folklorisé surtout. Et j’ai entrepris une œuvre originale que tu verras réalisée dans un an à peu près. En voici le plan :

Monographie d’un village

La Vie au village
Autrefois
Aujourd’hui
I – Le Folklore
1. Contes populaires
1. Aventures merveilleuses. Contes épiques.
Contes mystiques et superstitions.
Contes familiers.
Récits.

Poésies populaires
1. Romances.
2.Chansons d’amour.
Chansons de travail.
Chants spéciaux.
Chansons pour petits enfants.
Chants historiques.
Récitatifs, formules, etc.

Traditions et légendes.
Proverbes et locutions proverbiales.
Devinettes populaires.
Jeux populaires.

L’originalité, c’est que je ne suis que le directeur de ce travail d’équipe et que ce sont mes élèves, une quinzaine de garçons et de filles de dix à treize ans qui le font.

La première partie se déroulera sur une suite de petites monographies (100 environ) sur tous les sujets relatifs au terroir. Ce seront simplement des devoirs d’élèves bien coordonnés.

La deuxième partie est la plus avancée. On m’a recueilli jusqu’ici quatre-vingts contes, souvent informes, parmi lesquels (quelle surprise pour moi !) il y a des chefs-d’œuvre, certains inédits, tout cela est transcrit et traduit patiemment, et le bloc augmente tous les jours (Entre parenthèses, il y a jusqu’ici une quinzaine au moins de ces contes qui peuvent être publiés, et j’ai songé à la Revue des Pyrénées, à La Tradition…). Pour les proverbes et les devinettes, le travail est à peu près fini : il est important. Pour les poésies populaires, ça commence ; je ne compte pas trop sur ce filon ; mais j’aurais peut-être les mêmes surprises que pour les contes. »

Le 14 mai 1900, Perbosc réitère avec résolution :

  • 7 Jean-François Bladé (1827-1900), magistrat et majoral du Félibrige (1876), fut un grand collecteur (...)

« Je suis en plein dans mon folklore… et je suis de plus en plus émerveillé des contes que mes élèves recueillent, écrivent, traduisent et transcrivent avec autant de frénésie que moi-même… C’est un travail formidable pour des enfants et un travail qu’un homme ne pourrait pas faire : témoin Bladé7 qui a passé sa vie à colliger des contes de Gascogne et qui n’a pas mis dans chacun de ses volumes ce que j’ai trouvé en trois mois… Je songe très sérieusement à faire imprimer un volume de Contes… Je fais noter ces contes en absolu patois de Comberouger. Il y a des morceaux bien plus scatologiques (que ceux cités). C’est à peine si nos terriens s’en doutent. Ils n’ont pas, eux, nos hypocrites pudeurs ! »

Le 17 août, l’enthousiasme n’est toujours pas retombé :

« La première chose qu’il te faudra faire à ton nouveau poste, ce sera de fonder une société traditionniste. Celle que j’ai fondée ici, la première du monde, je suppose – fonctionne de puis janvier. Ses membres, au nombre de dix-huit, sont des enfants, garçons et filles, de huit à treize ans. Ce sont surtout les filles qui font d’excellentes folkloristes. »

En 1906 encore, Perbosc fera encore part de son enchantement :

« Je suis enfantinement heureux en leur société. »

Peut-on dire mieux ?

14Si le bilan proprement monographique est maigre (première partie), la collecte des « ethno-textes » est plus que conséquente : Perbosc fera paraître une partie du travail sous le titre Contes de la vallée du Lambon en 1914. L’innovation pédagogique aussi. La création de la société traditionniste dont les statuts sont déposés le 15 janvier 1900 et qui existera jusqu’au départ de Perbosc pour le bourg voisin de Lavilledieu-du-Temple (en octobre 1908) doit être considérée comme un modèle de communauté scolaire. Ainsi l’article 5 précise ainsi :

  • 8 Les statuts de la Société traditionniste ont été déposés le 15 janvier 1900, in Bibliothèque d’étud (...)

« La société fonctionne sous la direction de l’instituteur qui fait partie du bureau avec voix prépondérante – 1er bureau comprend un président, un vice-président et un secrétaire. Ces trois derniers membres (des élèves) sont élus pour un an. »8

  • 9 Une partie de la correspondance de 1900-1901 porte sur le caractère plus ou moins « républicain », (...)
  • 10 Textes repris in Terral 2005, p. 129-135.
  • 11 Tolstoï Léon, Articles pédagogiques. La revue « Iasnaïa-Poliana » 1862, (Œuvres complètes, T. XIII) (...)

15Perbosc envisage aussi de créer une « fédération des sociétés traditionnistes scolaires du canton de Verdun-sur-Garonne » (13 septembre 1900) avec fête patronnée par le fédéraliste Jean Charles-Brun : il s’agit de « n’avoir pas l’air de faire une politique anticléricale tout en en faisant »9, ajoute-t-il, pointant le bout de l’oreille… Mais il est vrai que c’est parfois auprès d’inspecteurs peu suspects de sympathie pour l’Église (et même en concurrence avec elle) que Perbosc et ses proches trouveront quelques échos bienveillants. Le linguiste Michel Bréal, à qui la République empruntait son point de vue vis-à-vis des patois, considérait déjà en 1872 que le maître d’école devait faire tenir son école au sol – comme les curés savaient si bien le faire avec leurs églises centenaires. Et ouvrir sa porte à des lectures de Jasmin ou Mistral… sans néanmoins enseigner leur langue10 ! Dans sa correspondance, Perbosc semble par ailleurs indiquer le début d’une correspondance scolaire avec les élèves des écoles (d’Auvillar en Tarn-et-Garonne ?). En ce sens, s’inscrivant par son expérience de Comberouger dans l’esprit du Comte Tolstoï – dont on peut penser qu’il a lu les œuvres pédagogiques diffusés en France dans les années 190011, il annonce pleinement « l’éducation nouvelle » et, tout particulièrement, Célestin Freinet : ce dernier, informé par une jeune institutrice d’Abeilhan (Hérault), Hélène Cabane-Gracia, une des figures majeures de l’Institut d’Études Occitanes (créé en 1945) et de sa branche pédagogique (initialement dénommée de façon fort significative « groupe Antonin Perbosc »), reprendra ses options et fera publier des journaux scolaires en langue d’oc (La garba occitana, par exemple).

16Au-delà de son petit village d’adoption, comme ce travail mené à Comberouger n’est qu’une petite pièce dans l’activité polymorphe de l’auteur (poète, linguiste, essayiste, militant, etc.), la réflexion se poursuit sur des considérations devenues très actuelles un siècle plus tard :

« Le Félibrige me paraît tué aux trois-quarts, mais le traditionnisme gagne peut-être, et les idées de décentralisation aussi. Et encore la chance de voir se former les États-Unis d’Europe. Attention à ceci : alors refonte totale ou cataclysme. Émergeront peut-être, si des énergies le veulent, non pas la Provence, qui n’a que l’enthousiasme verbal, mais l’Aquitaine, le Languedoc, la Catalogne. C’est surtout en la Catalogne que j’ai foi. Autrefois il fallait des monts pour séparer les races, l’avenir fera peut-être des Pyrénées, au contraire, l’épine dorsale d’un État fondé sur des bases nouvelles, mais quel poids cette Espagne… Je n’achève pas l’ébauche de ce rêve. Que de choses dire là dessus ! Une réalité domine : la plupart des langues mourront. Laquelle survivra ? Il semble impossible que ce soit la nôtre et pourtant je vois des raisons de croire que c’est une fille du latin qui tuera l’anglais, l’allemand, le russe. Et pourquoi cette survivante ne serait-elle pas notre langue ? » (A Estieu, 27-6-1900).

17Le propos est, à l’évidence, utopique… et même erroné : l’école de Comberouger donne aujourd’hui des cours d’anglais aux jeunes élèves d’un village pris maintenant dans le grand orbe de Toulouse ! Mais il prolonge à sa façon les toutes premières convictions de l’auteur :

« Dans notre dernière conférence pédagogique, j’ai combattu – seul contre tous – l’idée de… haine. Mais à part ça l’heure du cosmopolitisme n’est pas venue… Nous sommes une nouvelle école dans le Félibrige : non plus des séparatistes, mais des cosmopolites - ce qui en somme revient à peu près au même. Le Campèstre – l’Humanité ! » (A Estieu, 1-6- 1892).

18C’est bien ce « campèstre » qu’Estieu saluait en envoyant à Perbosc une carte postale, après un séjour estival à Comberouger :

« En quitant Comba-Roger lo 12 d’Agost 1905
Val mai lo caminòl perdud demest lo bòsc/Que’l grand camin trop ufanòz, aigid e nud ;/ La floreta del prad que la roza del òrt./Una franca amistat que fòrse admiradors.

  • 12 Poème manuscrit envoyé sur une carte postale à A. Perbosc, Bibliothèque municipale d’étude et du pa (...)

En quittant Comberouger, le 12 août 1905
Mieux vaut le petit chemin perdu au milieu du bois/Qu’un grand chemin orgueilleux, aisé et nu ;/ La fleurette du pré que la rose du jardin./ Une franche amitié que de nombreux admirateurs. »12

Bibliographie

Bru Josiane, « Antonin Perbosc, ethnographe et poète (1861-1944) », introduction à A. Perbosc, L’anneau magique, Carcassonne, GARAE, 1987.

Perbosc Antonin, Anthologie d’un centenaire, pages choisies des écrivains tarn-et-garonnais (1808-1908), Montauban, Masson éd., 1908.

Perbosc Antonin, Contes populaires de la vallée du Lambon, Montauban, Masson éd., 1914.

Perbosc Antonin, Au país de la gata blanca. Contes populars, Toulouse, Letras d’òc, 2013.

Terral Hervé, La langue d’oc devant l’école, Puylaurens, IEO éd., 2005.

Terral Hervé, Antonin perbosc. Les langues de France à l’école, Canet-en-Roussillon, éd. Trabucaire, 2006.

Notes

1 Perbosc 1908. Dans sa préface, s’appuyant en partie sur la réflexion de son compatriote Jean Izoulet, professeur de philosophie sociale au Collège de France, il se montre plus attaché à l’idée de province ou de pays qu’à celle de département, bien trop artificielle à ses yeux. Selon lui, les départements auront disparu… en 2008 !

2 Ce texte du 1-10-1886 et celui qui suivit, du 1-2-1887, ont été republiés par nos soins in Lengas, revue de sociolinguistique (Montpellier III), 2007, n° 62, p. 154-173. Nous y trouvons des phrases singulières pour un instituteur public : « Nous le répétons, ce n’est pas l’instituteur qui tuera la langue ; mais par l’oeuvre lente de l’instruction les mots patois seront remplacés l’un après l’autre par les mots français auxquels seront adaptées la terminaison et la prononciation patoisante. »

3 Dans son pamphlet contre le ministre A. de Monzie, hostile à tout enseignement des langues régionales, Les langues de France (1926), Perbosc rappelle ainsi ce que le français doit encore… à la langue d’oc : « Un des plus nobles vocables occitans, c’est le nom du champ labouré : l’arada. La langue d’oïl avait le mot correspondant : L’arée, qu’on peut lire dans le Roman de la Rose ; il y a longtemps qu’il a disparu du dictionnaire, de même que beaucoup d’autres qu’employaient Amyot, Rabelais, Ronsard... Enfin Malherbes vint. C’est alors que les mots jugés rustiques, vulgaires, bas, disparurent... Place aux seuls mots ‘nobles’. plus tard on a bien vu ce que la langue française avait ainsi perdu. »

4 La précieuse correspondance Perbosc-Estieu (de 1892 à 1939) a été conservée des décennies durant au Collège d’Occitanie de Toulouse (dont Espieu fut, avec l’abbé Salvat, le fondateur en 1927). Elle est désormais au CIRDOC de Béziers. Les deux hommes étaient convenus au soir de leur vie, pour des raisons non élucidées, de la faire disparaître : la descendance de Perbosc le fit, mais pas celle d’Estieu. Reste donc aujourd’hui la partie « Perbosc » essentiellement.

5 Lettre au Capoulié P. Devoluy du 3-2-1905, citée in Mauron (Claude), Frédéric Mistral, Paris, Fayard,1993, p. 327.

6 Cf. ses Discours aux enfants du Nouvion-en-Thiérache (Aisne) à la même époque.

7 Jean-François Bladé (1827-1900), magistrat et majoral du Félibrige (1876), fut un grand collecteur de contes, légendes et chansons en Gascogne.

8 Les statuts de la Société traditionniste ont été déposés le 15 janvier 1900, in Bibliothèque d’étude et du patrimoine de Toulouse, manuscrit 1421, feuillet 66 et suivants, cités in Bru J 1987, préface.

9 Une partie de la correspondance de 1900-1901 porte sur le caractère plus ou moins « républicain », i.e anticlérical, des inspecteurs locaux, avec qui il faut composer : « Il faut affirmer, en effet, le Félibrige fédéraliste et libertaire », disait Perbosc (lettre à Estieu, 12-9-1901).

10 Textes repris in Terral 2005, p. 129-135.

11 Tolstoï Léon, Articles pédagogiques. La revue « Iasnaïa-Poliana » 1862, (Œuvres complètes, T. XIII), Paris, Stock, 1905.

12 Poème manuscrit envoyé sur une carte postale à A. Perbosc, Bibliothèque municipale d’étude et du patrimoine de Toulouse, ms 1401, f. 19.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access