Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contacts, conflits et créations linguistiques

 | 
Guylaine Brun-Trigaud

Aller jusqu’à user du patois ? Remarques sur les emplois des dialectes occitans pendant la Révolution

Régis Bertrand

Résumé

La recherche et l’étude des attestations de la langue vernaculaire dans les écrits de la Révolution sont une des avancées du Bicentenaire. Ce corpus (225 écrits retrouvés ou mentionnés) est constitué de discours, adresses, libelles et faux cahiers de doléances, de traductions du français, de chansons – des couplets satiriques aux cantiques religieux et à l’hymne cérémoniel –, d’au moins une pièce de théâtre. La répartition spatiale est très inégale. L’essentiel se situe sur l’axe Toulouse-Montpellier-Avignon-Aix-Marseille et correspond aux sites majeurs d’impression occitane du xviie au xixe siècle. L’occitan a été présent dans l’écrit de la décennie révolutionnaire, sans doute davantage que dans un autre laps de temps comparable du xviiie siècle. Mais il s’agit d’autant d’exceptions parmi les imprimés et les archives de la période. Cet ensemble révèle une situation diglossique plus avancée qu’on ne l’imagine en général. D’autre part la francisation de la langue vernaculaire elle-même paraît souvent forte.

Texte intégral

1Parmi les avancées du Bicentenaire de la Révolution, figurent la recherche et l’étude des traces de la langue vernaculaire dans les documents écrits de la fin du xviiie siècle. Il m’a paru intéressant de revisiter rapidement ce dossier vingt-cinq ans plus tard, à la fois pour en proposer un court bilan, la diffusion de ses résultats ayant peut-être été assez inégale, et pour formuler quelques remarques avec le recul du temps.

  • 1 F. Pic, « Inventaire » dans H. Boyer, G. Fournier, Ph. Gardy, Ph. Martel, R. Merle, Fr. Pic, Le tex (...)
  • 2 J.-B. Noulet, Essai sur l’histoire littéraire des patois du Midi de la France au xviiie siècle.

2Le progrès est double. Par l’importance de la collecte réalisée d’abord. Le nombre des textes en occitan, retrouvés ou mentionnés, a considérablement augmenté. Le grand inventaire publié en 1989 par François Pic atteint 225 écrits retrouvés ou mentions d’écrits attestés, imprimés ou manuscrits, ou même de chansons recueillies oralement jusqu’au début du xxe siècle1. Par comparaison, le docteur Noulet dénombrait au début de la IIIe République environ 90 titres, pour la plupart imprimés2. Ce progrès se traduit également par un changement des attitudes à l’égard de ce corpus. L’étude de l’écrit occitan de la période révolutionnaire au cours des décennies 1980-1990 a achevé de marquer le passage de mentions longtemps négligentes à un examen attentif, voire scrupuleux, et surtout critique. Ces recherches ont aussi jalonné dans une certaine mesure le passage du militantisme occitan ou félibréen à l’érudition de type universitaire pour cette période des temps modernes.

Un grand effort de collecte et d’analyse

  • 3 Id. et R. Reboul, Bibliographie des ouvrages écrits en patois du Midi de la France.
  • 4 En témoigne le silence total au sujet de ces textes qui est commun aux deux principaux manuels de l (...)
  • 5 A. Brun, La langue française en Provence de Louis XIV au Félibrige.

3Quelques érudits du xixe siècle s’étaient intéressés aux textes produits dans les dialectes occitans pendant l’époque révolutionnaire. Les principaux sont le Toulousain Jean-Baptiste Noulet (1802-1890), déjà cité, en 1877 et le Provençal Robert Reboul (1842-1905), la même année3. Ils avaient accumulé ces références manuscrites ou imprimées comme une preuve de la continuité d’usages linguistiques écrits entre le Moyen Âge et la création du Félibrige ; elles constituaient à leurs yeux quelques pointes émergées d’un gigantesque iceberg de paroles occitanes évanouies. Mais ils rejetaient en général dans l’infralittérature ce qui ne correspondait pas aux genres considérés comme nobles de la littérature française, soit la quasi-totalité des textes d’époque révolutionnaire et leurs successeurs firent souvent de même4. Néanmoins Auguste Brun (1881-1961), le principal romaniste de la faculté d’Aix dans le second tiers du xxe siècle, avait, en étudiant l’expansion du français dans le Midi, apporté des nuances à la vision mistralienne de la substitution brutale après la Révolution d’une langue à une autre et montré qu’il s’agissait d’un phénomène bien plus complexe, progressif et de longue durée. Il avait aussi montré qu’il ne convenait pas de s’en tenir aux seuls textes rédigés en occitan : la recherche attentive dans les archives permettait de trouver aussi des allusions aux usages linguistiques en public. Il était possible d’entrevoir l’oralité disparue à travers des indices ou des traces écrites5.

4La recherche collective de ces textes allait lors de la préparation du Bicentenaire prendre des aspects de chasse au trésor ou d’orpaillage. Les auteurs des générations précédentes n’avaient en général pas précisé où ils avaient vu les exemplaires qu’ils mentionnaient. On en viendrait vite à se demander s’ils les avaient vraiment consultés. Ainsi le recueil de cantiques patriotiques de l’instituteur Artaud de Draguignan était toujours mentionné et jamais cité. Lorsque René Merle parvint à en retrouver un exemplaire, l’ouvrage s’avéra entièrement en français.

  • 6 H. Boyer et Ph. Gardy éd., « La question linguistique au Sud au moment de la Révolution française » (...)
  • 7 R. Merle, Inventaire du texte provençal de la région toulonnaise.
  • 8 R. Merle, L’écriture du provençal de 1770 à 1840, t. I, p. 213-389. Résumé dans R. Merle, Une mort (...)
  • 9 J. Guilhaumou et Ph. Gardy (dir.), Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), fasc. 5.
  • 10 Cl. Mauron et F.-X. Emmanuelli (dir.), Textes politiques de l’époque révolutionnaire en langue prov (...)
  • 11 M. C. Alén-Garabato, Quand le patois était politiquement utile et M. C. Alén-Garabato, H. Boyer, G. (...)

5Le trait le plus remarquable est que pour la première fois les textes et les mentions collectés ont fait l’objet de travaux universitaires, amorcés en particulier dès les années qui préparaient la commémoration par un colloque, une livraison de revue6 et de premières publications, telles celles de René Merle7. Pour ne citer que les principales études publiées, mentionnons, outre l’ouvrage collectif de la section française de l’Association internationale d’études occitanes auquel j’ai déjà fait allusion, Le texte occitan de la période révolutionnaire, paru à Montpellier en 1989, la thèse de René Merle sur les textes occitans du Sud-Est de 1770 à 1840, publiée en 1990, qui consacre un important développement à la période révolutionnaire8, un fascicule du Dictionnaire des usages socio-politiques 1770-1815, paru en 19919. Et aussi des éditions critiques, en tout premier lieu, le recueil réalisé par une équipe de mouvance félibréenne sous la direction de Claude Mauron et François-Xavier Emmanuelli, dont le t. I, Textes en prose, parut dès 1986, mais le t. II, réunissant les textes en vers, ne fut pas réalisé, peut-être parce que certains avaient été republiés par ailleurs10. Plus tard viendra la thèse de Carmen Alén-Garabato sur le cas toulousain, publiée en 1999 et une intéressante tentative de synthèse dans un ouvrage collectif sur les usages de l’occitan en 200111.

  • 12 Signalons R. Merle, « Données nouvelles sur le texte provençal et les émeutes de mars-avril 1789 ».

6Encore doit-on ajouter des communications dans des colloques, des notices de catalogues, des passages de monographies et des articles12. Certains peuvent signaler de nouveaux textes ou des attestations inédites – parfois de façon involontaire : ainsi telle communication dont l’auteur ne s’était pas étonné de découvrir une belle chanson satirique « en patois », pour reprendre son expression ; il n’avait jugé utile de n’en citer que quelques vers, traduits par ses soins, qui suffisaient à indiquer qu’elle était inconnue jusqu’alors.

  • 13 R. Bertrand, « Un discours en provençal à Gardanne ».
  • 14 Cirdoc (Centre interrégional de développement de l’occitan)-Médiathèque occitane, Béziers, cote CR (...)

7Les principales découvertes possibles sont surtout des manuscrits dans les archives, à l’instar de ce très court discours que m’avait signalé peu avant sa mort un érudit de Mimet (Bouches-du-Rhône)13. N’est pas négligeable cependant la découverte d’exemplaires nouveaux de pièces imprimés, dont certaines constituent pour l’heure un unicum en bibliothèque publique. Ainsi tel recueil factice toulousain entré en 2013 au Cirdoc de Béziers avec le fonds du collège d’Occitanie, qui présente l’intérêt de rassembler de façon cohérente des pièces en occitan et en français14.

Caractéristiques du corpus

  • 15 R. Merle, L’écriture du provençal de 1770 à 1840, t. I, p. 350-389.

8L’ensemble prouve que l’occitan a bien été présent dans les écrits de la décennie révolutionnaire et même sans doute davantage écrit pendant environ quatre ans et demi, entre 1789 et la mi-1793, que dans un autre laps de temps comparable du xviiie siècle. La Convention manifeste en revanche à partir de l’an II la volonté nouvelle d’éradiquer les langues qui ne sont pas celle de la nation et l’occitan se raréfie alors de l’imprimé et de l’archive publique. Non sans exceptions, comme R. Merle l’a montré15. Ajoutons que la légende de la gravure parisienne de Descourtis d’après Swebach-Desfontaine qui fait connaître dans la capitale l’action héroïque du jeune Agricol Viala, le « martyr de la liberté » avignonnais abattu par les fédéralistes marseillais, reproduit ses dernières paroles dans leur langue originelle, sans doute pour preuve de leur authenticité :

  • 16 Reproduite dans La Mort de Bara, Avignon, Fondation Calvet, 1989, p. 33, texte p. 138. À noter que (...)

« M’an pas manqua ; aquo es egau, moré per la liberta. »16

  • 17 Ph. Martel, « Les textes occitans de la période révolutionnaire : un peu de géographie » dans H. Bo (...)

9La répartition de ces attestations est géographiquement très inégale : la plupart des départements en fournissent une ou deux, connues parfois de seconde main. La Haute-Garonne représente 40 % du corpus, en partie à cause de l’affaire Sermet sur laquelle je reviendrai, suivie des Bouches-du-Rhône, de l’Hérault et du Vaucluse. Certes, dans les quatre chefs-lieux de ces départements, des collectionneurs ont tôt recueilli les occasionnels et feuilles volantes révolutionnaires mais le fait ne semble pas un argument fondamental : dans d’autres départements, des collections similaires ne contiennent que peu ou aucun texte. Philippe Martel avait observé dès 1989 que cet axe Toulouse-Montpellier-Avignon-Aix-Marseille réunit les villes qui ont produit l’essentiel de l’imprimé occitan dans la décennie qui précède la Révolution. La thèse de Jean Eygun sur le texte religieux occitan, publiée en 2002, confirme qu’il s’agit de l’axe où a été édité l’essentiel des impressions occitanes entre 1650 et 180017. On semble avoir rédigé et imprimé divers textes occitans là où l’on avait déjà, depuis longtemps, l’habitude de le faire pour des livres, en particulier religieux, composés surtout de prières et de cantiques. Les rééditions de ces recueils bilingues se poursuivent d’ailleurs dans les premières années de la Révolution. Là où l’on avait une habitude visuelle de la langue imprimée, de la part des imprimeurs et aussi des auteurs. Là aussi, ajouterai-je, où un notable a incarné dans le passé l’auteur dialectal local : Saboly à Avignon, Gros à Marseille, l’abbé Fabre à Montpellier et surtout Godolin à Toulouse. Il est dès lors possible que les catégories médianes et supérieures hésitent moins dans ces zones à utiliser si nécessaire en public la langue du peuple, ou du moins, si elles le font, qu’elles hésitent moins à en laisser des traces écrites ou imprimées.

  • 18 H. Boyer, G. Fournier, Ph. Gardy, Ph. Martel, R. Merle, Fr. Pic, Le texte occitan de la période rév (...)

10Par ailleurs, si l’on replace ces textes occitans dans l’ensemble des écrits publiés en France méridionale pendant la décennie révolutionnaire, on doit constater qu’il s’agit de rares gouttes d’occitan dans un océan de français. Partout la langue du roi puis de la nation est la règle et l’occitan une exception. Cette exception semble presque toujours volontariste et ses motivations réclament d’être cernées, au moins hypothétiquement, quasiment pour chaque pièce. Les deux équipes qui de part et autre du Rhône ont fourni les deux principales publications se sont appliquées à les replacer dans les contextes politiques locaux et leurs analyses sont souvent éclairantes, ne serait-ce que parce qu’elles permettent de déterminer des textes favorables à la Révolution et d’autres hostiles18.

  • 19 R. Merle, A. Tramoni, M. Vovelle, Toulon, 1789-1790. Etienne Pelabon et La réunion patriotique.

11La nouveauté majeure de la période est évidemment la politisation du texte occitan, qui n’est cependant pas le principal trait de toutes les productions de la dernière décennie du xviiie siècle. Celle qui a eu peut-être la plus longue postérité imprimée est la pièce d’Étienne Pelabon, Lou Groulié bel esprit (le savetier bel esprit), jouée pour la première fois en 1790 et reprise et rééditée jusqu’au début du xxe siècle. Elle s’inscrit dans le cadre du théâtre dialectal marseillais de la fin de l’Ancien Régime et est entièrement en provençal mais assez peu marquée par la conjoncture politique. Ses éditions de la Première République et de l’Empire vont remplacer lou rey par la lei ou la natien. La même année 1790 Pelabon a donné La réunion patriotique ou Minerve à Toulon, où le provençal a la portion congrue et dont les vers français – fort plats, mais académiques – auraient fait chuchoter que Laurent Bérenger en serait le véritable auteur19. Il est vrai qu’une autre pièce davantage politisée si l’on en juge par son titre, Lou san culotto a Niço, jouée à Marseille en janvier 1793, aurait été entièrement en provençal mais elle est perdue.

  • 20 R. Bertrand, « Un prêtre provençaliste en Révolution, J.-J.-T. Bonnet ». H[élion H[enri], curé d’Or (...)

12Une autre œuvre montre comment un genre traditionnel par excellence de la littérature dialectale, le cantique de Noël, peut revêtir au prix de retouches et d’ajouts un sens nouveau : le Nouhé deis san-culotos, chanté pour la Noël 1792 dans l’église des Carmes de Marseille, dont le texte figure dans les manuscrits du vicaire constitutionnel de l’église, l’abbé Bonnet, son auteur vraisemblable car il avait peu auparavant confectionné un vaste dictionnaire provençal. Je l’avais publié en 1985 d’après un de ses manuscrits. René Merle m’avait signalé que l’abbé Bonnet avait transformé, pour lui donner une tonalité nettement révolutionnaire, un cantique préexistant qu’il avait copié dans un autre de ses manuscrits à la date de 1788. Je puis indiquer aujourd’hui qu’il avait trouvé ce texte dans le recueil de l’abbé Hélion, publié en 175020.

Typologie

Discours

  • 21 Voir C. M. Alén-Garabato, Quand le patois était politiquement utile.

13Plusieurs types de textes sont propres à la Révolution : les discours d’abord. Le plus connu est celui qu’un célèbre prédicateur toulousain, le père Sermet, prononce le 14 juillet 1790 dans le petit village de Saint-Geniès près de Toulouse, où se situe la maison de sa famille. Devant les gardes nationaux, il critique l’Ancien Régime et dit ses espoirs dans la constitution. Ce discours est imprimé à Toulouse, Montauban, Béziers et Montpellier. Il suscite des libelles en français comme en occitan, d’autant que Sermet est ensuite élu évêque constitutionnel21.

Adresses et libelles

14Un deuxième ensemble caractéristique est justement constitué par la littérature polémique révolutionnaire ou contre-révolutionnaire qui se présente sous forme d’occasionnels. Parmi ces libelles, figurent les faux cahiers de doléances. La langue vernaculaire accentue encore l’aspect comique de ces satires des vrais cahiers (ainsi les Douléenços de las femnos de Toulouso). Ces parodies sont cependant plus nombreuses en français. Une partie de ces pièces de polémique est constituée par les libelles toulousains concernant l’affaire Sermet et la constitution civile du clergé, en majorité hostiles.

Traductions

  • 22 Extraits dans Cl. Mauron et F.-X. Emmanuelli (dir.), Textes politiques de l’époque révolutionnaire (...)

15C’est apparemment dans le même but que l’on a publié dans les premières années de la Révolution des traductions du français en occitan. La plus significative est la version provençale de la Constitution de 1791. Les constituants avaient décidé que son texte serait traduit dans « les différents idiomes ». Ce fut pour la Provence l’œuvre du député Charles-François Bouche, seule traduction en dialecte régional à avoir connu l’impression, qui fut faite à Paris. L’ouvrage fait 272 pages, est bilingue (français avec traduction en regard)22.

16Le célèbre Almanach du Père Gérard de Collot d’Herbois fut traduit en 1792 en provençal à Paris et diffusé dans le Vaucluse depuis Carpentras et aussi peut-être, dans les Basses-Alpes. Collot d’Herbois, directeur de troupe, avait séjourné dans le Midi et même écrit une pièce bilingue en 1777. Il pourrait être l’auteur de la version occitane, qui tend à revêtir d’une apparence provençale le texte français.

Textes en vers

17Il faut ajouter des chansons, parfois recueillies tardivement auprès de la mémoire orale et qui posent les problèmes spécifiques de critique de ce type de source. Outre le Nouhé deis san-culotos, déjà cité, quelques hymnes cérémoniels, pour la plantation de l’arbre de la liberté par exemple.

  • 23 R. Bertrand, « J.-B. Nalis ou les charmes discrets d’une littérature bilingue sous Louis XV ».
  • 24 R. Bertrand, Ph. Gardy, R. Merle, J.-B. Remuzat, La verita desplegado per un pouèto villageois.
  • 25 R. Merle, L’écriture du provençal de 1770 à 1840, t. I, p. 352-353.

18Et aussi une création littéraire de circonstance publiée par des auteurs qui n’appartiennent pas à une élite de la fortune et du savoir et sont même considérés en leur temps comme des représentants des catégories populaires ayant bénéficié des avancées de l’alphabétisation. Ce phénomène s’était manifesté à partir de la seconde moitié du xviiie siècle avec les œuvres publiées du cordier Nalis d’Arles23 et du fustier (menuisier) Peirol d’Avignon. C’est le cas de ce J.-B. Rémuzat, vraisemblablement potier d’Aubagne, qui publia en 1790 à Marseille La verita desplegado per un poueto villageois, strophos prouvençalos countenen l’Histori de la nouvello revolutien, dont Philippe Gardy a dit qu’elle était « une manière de miracle stylistique et esthétique »24 ; ou bien de Sauze, « un jardinier d’Aix » dont les écrits antirévolutionnaires paraîtront surtout sous l’Empire mais qui est bien médiocrement inspiré. Voire ce Mathieu Vayen « qui ne sait ni lire ni écrire » ou du moins est dit tel, dont R. Merle a retrouvé quelques chansons25.

User du patois plutôt que du français ?

19Pourquoi, dans tous ces cas, employer l’occitan ? Aux yeux des érudits de naguère, la question ne se posait guère. Le principal intérêt des textes dialectaux d’époque révolutionnaire était de prouver, si besoin était, un usage public qu’ils croyaient surabondant, sinon quasi-universel, de la langue vernaculaire en France du sud, à un moment essentiel de l’histoire. Les faits sont beaucoup plus complexes. Un texte occitan recopié ou simplement mentionné dans un registre de délibération qui est par ailleurs entièrement rédigé en français suffit à mettre en doute l’idée reçue que dans les réunions publiques l’on se serait exprimé oralement en occitan pour ensuite consigner par écrit en français une trace de ces propos, puisque la presque totalité des archives publiques et même privées des xviie-xviiie siècles est rédigée en français dans la plupart des régions occitanes.

20De fait, un premier schéma est le suivant : des orateurs s’adressent à un public socialement mêlé. Apparemment ils le font d’abord en français ; ils s’aperçoivent qu’ils ne sont pas compris de tous ou ils feignent de s’en apercevoir ; l’un d’eux passe alors à l’occitan. Le procès-verbal peut se borner à l’indiquer. Dans certains cas, le discours est reproduit. Un exemple désormais célèbre, le plus ancien, est celui de l’avocat Hodoul à Sisteron. Le 19 février 1789, le conseil général des chefs de famille de Sisteron est réuni. L’avocat Teissier fait un discours en français au sujet de la reconstitution des États de Provence et de la réforme de la fiscalité du pays de Provence ; il s’agit d’obtenir l’élection aux États des députés par communes et le doublement du tiers. Hodoul a dû percevoir que tout cela n’était pas compris de tous :

« Messiés, ausou sublar à mes aureillos qu’uno troupe des gens dou pople n’ausun qu’a mita ce que se di. Un moument de patiansso braves gens vous vau expliquar de ques question dins lou lengagi que vous es lou plus familier. »

21Il résume en provençal le discours précédent, en l’édulcorant d’ailleurs. Suit le vote d’une motion en français. La délibération contenant les deux discours est imprimée et diffusée à 400 exemplaires (selon la décision prise alors). L’intendant de Provence La Tour a envoyé à Necker une copie du registre de délibération où elle a été transcrite en observant :

« L’affectation de traduire en langue provençale est une espèce de tocsin pour exciter et ameuter le peuple ».

  • 26 Cl. Mauron et F.-X. Emmanuelli dir., Textes politiques de l’époque révolutionnaire en langue proven (...)

22Le comte de Caraman, commandant en chef de la province, l’envoie également à Necker en disant son inquiétude26. C’est sans doute le but poursuivi par l’impression : montrer au pouvoir que les réformateurs peuvent atteindre toutes les couches de la population, à un moment où s’instaure un débat public inédit qui se politise rapidement.

23Ce modèle sisteronais, soit un texte en occitan qui est lui-même enchâssé dans une unité de texte en français relevant en général du compte-rendu de réunion ou d’assemblée, va se retrouver au début de la Révolution dans un petit ensemble de discours marqués par le même souci d’une compréhension unanime, joint à des visées de propagande. Ainsi à la Société des Amis de la Constitution d’Aix :

  • 27 Id., p. 41-51.

« Séance publique du 1er novembre 1790… M. Dubois a demandé la parole et il a prononcé un discours en langage provençal tendant à inviter tous les citoyens à venir se réunir dans le sein de l’assemblée pour y être instruits dans l’esprit des décrets de l’Assemblée nationale et pour y puiser le plus pur patriotisme. Ce discours a été si universellement aplaudi que l’assemblée a délibéré qu’il serait inscrit dans le registre et livré à l’impression en deux colonnes en français et en provençal, que des copies en seraient envoyées à toutes les sociétés en correspondance et à M. Tournel, rédacteur du Courrier d’Avignon. »27

  • 28 H. Boyer, « Le ‘patois’ efficace ? Une approche sociopragmatique des mises en texte de la Révolutio (...)

24Henri Boyer a souligné que le fait de préciser la langue et plus encore de reproduire l’intervention, voire de l’imprimer, correspond à un « programme communicatif complexe »28. Expliquer une décision ou un mot d’ordre à la partie la plus modeste de la population et s’efforcer de la convaincre, la gagner, en particulier en établissant à travers la langue un rapport de connivence susceptible d’atténuer quelque peu les différences sociales et culturelles avec le lettré qui parle (c’est moi qui ajoute cette remarque). Valoriser aussi aux yeux des autorités le médiateur bilingue qui se révèle avoir un contact spécifique avec le « bas peuple ». Éventuellement aussi rappeler une identité sociolinguistique régionale ou locale. Mais ce dernier point relevant de l’implicite reste à démontrer.

  • 29 Cl. Mauron et F.-X. Emmanuelli (dir., Textes politiques de l’époque révolutionnaire en langue prove (...)

25Les papiers des clubs ou des sociétés populaires peuvent aussi renfermer des mentions et plus rarement le texte de discours en occitan qui pourraient émaner de représentants de catégories plus modestes, moins expertes dans l’usage du français. C’est le cas au club des Amis de la Constitution de Marseille le 27 février 1791 du discours sur une feuille volante du citoyen Brouchier dont on sait seulement qu’il a 70 ans et est venu avec une délégation du quartier rural de Saint-Loup ; il semble parler au nom des respectables cultivadours et met son espoir dans la constitution en cours d’élaboration pour apporter de profondes réformes, en particulier fiscales. De Pierre Julien aussi, qui semblerait être agriculteur, lequel prononce également le 6 mars 1791 un bref discours en provençal devant le club d’Apt pour mettre en garde contre le cercle des nobles de la ville. Dans les deux cas le ton est véhément. Il est possible que l’on ait transcrit ou recueilli leurs propos sans traduction pour leur en laisser la responsabilité. On peut cependant se demander s’ils étaient capables de s’exprimer facilement en français publiquement ou très éventuellement s’ils ont choisi le provençal parce qu’ils adhéraient au stéréotype qui en faisait un langage énergique et brutal29.

  • 30 A. Brun, La langue française en Provence de Louis XIV au Félibrige, p. 93-163. P. Alphand, « Les so (...)

26Dans le cas des sociétés populaires, si l’on fait la synthèse des remarques collectées autrefois par Auguste Brun et ensuite par deux étudiants de M. Vovelle30, l’impression générale est que l’on s’y exprime en français dans la mesure du possible et le plus souvent mais non toujours. Comme le note Laure Badaroux :

« Le français est considéré comme la langue à parler en priorité et le provençal n’est utilisé que pour se mettre à la portée du vulgaire. »

27Mais dans plusieurs villes et bourgs du Vaucluse les motions paraissent avoir été fréquemment traduites oralement en provençal. Dans les Basses-Alpes, les difficultés de compréhension de l’assistance paraissent plus nettes. Ainsi à Castellane, un membre déclare le 3 juin 1792 que :

« La majeure partie de 1’assemblée, principalement la classe des agriculteurs, ne comprenant pas très bien la langue française il faisait la motion que dorénavant on ne parlât que la langue du pays afin que l’assemblée ne fût pas dans le cas de ce parlement qui jugea un pred à être pendu (sic). Cette motion vivement appuyée a été accueillie à l’unanimité. »

À Thorame-Haute, en mars 1793, l’on décide :

« Attendu le peu d’usage qu’on a de la langue française qu’on ne peut s’énoncer dans cette assemblée qu’en langue vulgaire. »

À Riez, le règlement de la société populaire admet le bilinguisme :

« Il sera libre de parler en français ou en patois » {mais} « ceux qui peuvent facilement s’énoncer en patois sont invités à le faire pour que chacun puisse prendre part à ce qu’ils diront, surtout lorsque l’objet méritera quelque insistance. »

  • 31 J. Guilhaumou, « Les jacobins et la langue provençale. L’initiative linguistique des ‘Missionnaires (...)

28Le souci d’atteindre un public socialement diversifié, en particulier au moyen de la lecture à haute voix en un lieu public, semble sous-tendre le programme du journal du jacobin marseillais Montbrion, Le manuel du laboureur et de l’artisan, paru au printemps 1792. Montbrion annonce vouloir y donner « des pièces de poésies provençales et françaises analogues à la circonstance ». Il aura le temps de publier dans ses 12 livraisons deux fables en provençal, des vers pour un arbre de la liberté et une chanson patriotique. J. Guilhaumou a montré la fonction pédagogique des fables dans la formation du citoyen par le journal : elles introduisent et illustrent de façon expressive une question telle, par exemple, que la cruauté des grands à travers la fable en provençal du « loup et l’agneau », qui est ensuite développée en français31.

  • 32 Cl. Mauron et F.-X. Emmanuelli dir., Textes politiques de l’époque révolutionnaire en langue proven (...)
  • 33 S. Branca-Rosoff et N. Schneider, L’écriture des citoyens.
  • 34 Cl. Mauron et F.-X. Emmanuelli dir., Textes politiques de l’époque révolutionnaire en langue proven (...)

29Quelle efficacité pouvait viser un certain nombre d’occasionnels en occitan dans la mesure où les occitanophones purs étaient couramment réputés analphabètes et où depuis des générations les alphabétisés étaient réputés comprendre le français ? Ainsi cette affiche, intitulée De la part doou rei, comte de Prouvenço, qui émanerait des autorités militaires, ses deux versions connues étant signées respectivement du comte de Caraman, commandant en chef en Provence, et du chevalier de Coincy, commandant la 8e division militaire à Toulon32. Elle condamne l’agitation, sans doute celle des mouvements populaires du printemps 1789 ; elle ordonne de cessar aqueleis attroupamens et assemblados sediciousos et de traduire les revendications par des mémoires écrits et non des assemblées. Ses responsables avaient sans doute une perception nuancée des pratiques linguistiques et ils ont pu connaître la catégorie que l’on a appelée depuis les peu-lettrés : ceux qui ont été alphabétisés de façon insuffisante pour parvenir à entendre convenablement le français33. On a pu espérer atteindre ainsi cette couche de la population pour qui la lecture d’un texte occitan était plus facile que celle d’un texte en français et qui surtout n’avait pas à faire l’effort d’une traduction simultanée pour en communiquer la substance aux analphabètes de leur entourage. Cette lecture directe dans la langue qu’ils pratiquaient le mieux était aussi plus sûre, le risque étant les quiproquos ou les contresens qui pouvaient naître de la compréhension approximative ou partielle d’un texte en français. Enfin, avant même de se faire comprendre, le souci de ces auteurs pourrait être de se faire d’abord admettre de leurs lecteurs potentiels en usant de leur langue ou du moins en dialectisant quelque peu leur propos. La traduction de la Constitution de 1791 semble poursuivre ces mêmes buts : dans un discours préliminaire, Bouche déclare à ses councitouyens, amis é frèros que si la Constituante a souhaité ces traductions dans touteis leis idiaoumés, lengagis é jargouns poupularis daou Rouyaoumé, c’est que soun intencién éro d’instruiré aqueleis qué coumprenién pa, vo qué sabién pas légi lou francèz, tanbén per émpâcha qué dé maou-intenciounas én l’i explican la Counstitucién, noun li diguessoun uno cavo per uno aoutro »34.

Un état de la diglossie à la fin du xviiie siècle

30Le corpus occitan des temps révolutionnaires fournit des informations très intéressantes sur les niveaux de la langue.

31S’observe dans certains cas la très mauvaise transposition du français, où l’on se borne à donner une apparence occitane à un vocabulaire français, en maintenant parfois une syntaxe française, ce qui était déjà le cas de nombre de recueils bilingues de cantiques et vraisemblablement de la pratique orale de la traduction simultanée. La traduction de Bouche en est un exemple. Mais Bouche semble avoir tenu à serrer le plus possible le texte original de la constitution, sans doute pour éviter toute accusation d’interprétation personnelle. Il a eu aussi le très intéressant souci de tenter d’écrire dans lou lengagi lou pu généralament respéndu, aquo és-à-diré, d’aqueou qué l’o coumprén partou. Il fait en effet remarquer que lou patouas des Saintes-Maries-de-la-Mer n’aurait pas été compris à Barcelonnette et vice-versa. Cette tentative est intéressante mais cette compréhension interdialectale se fait à travers une forte francisation.

32Certains discours ou des poésies révèlent un état assez francisé du vocabulaire mais beaucoup moins de la syntaxe. Ils pourraient être relativement proches de la langue parlée couramment par les bilingues qui les ont produits. Un des intérêt du corpus révolutionnaire pourrait être de proposer certains textes qui constituent l’unique tentative d’expression occitane écrite de leur auteur, à la différence des productions de ces sortes d’experts de la langue locale qu’étaient sous l’Ancien Régime les membres du clergé rédigeant des recueils bilingues de cantiques ou les notables s’adonnant à la création occitane.

  • 35 Cl. Mauron et F.-X. Emmanuelli dir., Textes politiques de l’époque révolutionnaire en langue proven (...)

33Quelques pièces traduisent le sens des spécificités de la langue occitane et peut-être une recherche littéraire ; une des plus intéressantes est un libelle bilingue de l’automne 1792, Eï marsillés, peut-être destiné aux membres du second bataillon des Marseillais, auxquels il conseille de défendre le roi, l’auteur se montrant hostile au procès du roi. Prétendu avoir été publié à Paris, avec une indication de libraire fantaisiste, il est signé Lou citouyen Micheou. Auguste Brun puis Claude Mauron ont fait remarquer que la langue en était savoureuse et riche. C’est un des rares cas où la traduction française s’avère nécessaire, à cause de la qualité idiomatique de la langue. Mais on ne sait rien de l’auteur35.

  • 36 Ph. Martel, « Au Nord, rien de nouveau » dans « Révolution, Contre-révolution. Le texte dialectal d (...)

34Enfin cet ensemble de textes peut être lu d’une autre façon. J’ai déjà souligné à quel point ces textes occitans sont autant de pépites dans le considérable ensemble imprimé ou manuscrit de textes en français produit pendant la dernière décennie du xviiie siècle. Très peu semblent indispensables à la connaissance fine d’un événement, hormis la gerbe suscitée par l’action et l’élection épiscopale du P. Sermet à Toulouse, où cependant les libelles occitans ne sauraient être séparés de ceux en français. Des épisodes essentiels ne semblent pas avoir sécrété ce type de texte – ainsi le départ du bataillon des Marseillais, qui propage à travers la France et à Paris un hymne en français dont on ne connaît pas de version occitane. Le Fédéralisme en a apparemment peu suscité. Dans le cas de la résistance clandestine à la déchristianisation, on connaît des imprimés diffusés dans les diocèses de Gap et Embrun mais ils sont en français. Il est vrai que les Hautes-Alpes n’ont quasiment pas produit alors de textes occitans. Mais cette région atteignait dès l’époque de Louis XIV le record français de l’alphabétisation masculine dans le monde rural et la francisation y semble précoce. L’étude en cours par Michèle Janin-Thivos des correspondances des marchands gavots installés dans le Nouveau monde révèle qu’ils écrivent dans un excellent français, au point que l’on ne se douterait guère qu’ils viennent d’une région occitanophone. Paraît dès lors « bien étrange » (Ph. Martel) la lettre en occitan alpin qu’aurait adressée à son frère en décembre 1796 un prêtre réfractaire, Jacques Guérin, natif de Ceillac. Publiée un siècle plus tard, son manuscrit n’est pas localisé et elle pose nombre de questions36.

35Ce corpus pourrait être révélateur de la situation diglossique à la fin du xviiie siècle, soit des modalités de coexistence de deux langues au statut inégal. Révélateur en particulier de la pénétration du français, en liaison avec l’alphabétisation, au moins au niveau urbain. À condition cependant de retenir cette conclusion de Philippe Martel :

« Le problème ne se limite pas à établir les dates auxquelles l’occitan cède devant le français : il faut aussi voir quel occitan cède devant quel français. »

36L’occitan et le français sont deux langues latines marquées, selon l’expression de Philippe Gardy, par une « porosité réciproque ». Sans doute convient-il de concevoir le passage de l’une à l’autre en termes de glissements progressifs et de lente imprégnation sur une longue durée et selon les statuts socio-culturels. Et d’admettre des étapes intermédiaires d’interférence des deux langues.

37Je conclurai en observant que la numérisation de l’ensemble de ce corpus sur Internet serait souhaitable, à condition cependant que chaque pièce soit accompagnée d’une notice de présentation, indispensable pour les resituer dans cette période très riche. Les travaux publiés il y un quart de siècle fournissent déjà beaucoup d’éléments, que certains de leurs auteurs pourraient d’ailleurs reprendre et enrichir. Il n’est point assuré qu’une autre langue de l’hexagone ait laissé un pareil ensemble, qui constitue un aspect particulièrement intéressant du patrimoine occitan.

Bibliographie

Alén-Garabato M. Carmen, Quand le patois était politiquement utile. L’usage propagandiste de l’imprimé occitan à Toulouse durant la période révolutionnaire, Paris, L’Harmattan, 1999, 192 p.

Anatole Christian et Lafont Robert, Nouvelle histoire de la littérature occitane, Paris, P. U. F., 1970, 2 vol. , 847 + III p.

Bertrand Régis, « J.-B. Nalis ou les charmes discrets d’une littérature bilingue sous Louis XV », Lengas, revue de sociolinguistique, n° 28, 1990, p. 49-61.

Bertrand Régis, « Un discours en provençal à Gardanne (Bouches-du-Rhône) pendant la période révolutionnaire », Provence Historique, t. L, fasc. 202, 2000, p. 471-474.

Bertrand Régis, « Un prêtre provençaliste en Révolution, J.-J.-T. Bonnet. Nouvelles recherches sur l’auteur présumé du Nouhé deis San-culotos (Marseille, décembre 1792) », Actes du colloque La Révolution vécue par la province, mentalités et expressions populaires en Occitanie, Puylaurens, 15-16 avril 1989, Béziers, C.I.D.O, 1990, p. 127-142.

Bertrand Régis, Gardy Philippe, Merle René, J.-B. Remuzat, La verita desplegado per un pouèto villageois (1790), La Seyne, Bulletin de la Société d’Études historiques du texte dialectal, n° 2, 1988, 50 p. [réimpression, édition critique et étude de ce récit versifié].

Boyer Henri et Gardy Philippe éd., « La question linguistique au Sud au moment de la Révolution française » (actes du colloque de Montpellier, 8-10 novembre 1984), Lengas, revue de sociolinguistique, n° 17 et 18, 1985, 480 p. [2 livraisons ; 22 communications].

Boyer Henri, Fournier Georges, Gardy Philippe, Martel Philippe, Merle René, Pic François, Le texte occitan de la période révolutionnaire (1788-1800). Inventaire, approches, lectures, Montpellier, Section française de l’Association Internationale d’Études Occitanes, 1989, 517 p. (Libraire du Bicentenaire de la Révolution française).

Boyer Henri et Gardy Philippe, Dix siècles d’usages et d’images de l’occitan. Des troubadours à l’Internet, Paris, 2001, L’Harmattan, 469 p.

Branca-Rosoff Sonia et Schneider Nathalie, L’écriture des citoyens, une analyse linguistique de l’écriture des peu-lettrés pendant la Révolution française, Paris, Klincksieck, 1994, 306 p.

Brun Auguste, La langue française en Provence de Louis XIV au Félibrige, Marseille, I. H. P., 1927, 167 p. (rééd. J. Laffitte, 1972).

Camproux Charles, Histoire de la littérature occitane Paris, Payot, 1953, 239 p. (et réed. 1971).

Dartevelle Raymond, « La quête d’identité d’un déraciné en Révolution. Le prêtre Jacques Guérin de Ceillac (Hautes-Alpes), Le Monde Alpin et Rhodanien, 1993-1, p. 147-168.

Eygun Jean, Au risque de Babel. Le texte religieux occitan de 1600 à 1850, Bordeaux, Association du texte occitan, 2002, 533 p.

Guilhaumou Jacques et Gardy Philippe (dir.), Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), fasc. 5, Langue, occitan, usages, Paris, Klincksieck, 1991.

« L’invention du Midi. Représentations du Sud pendant la période révolutionnaire » (actes du colloque de Montpellier, 22-24 novembre 1985), Amiras/Repères occitans, n° 15-16, 1987, 200 p. [13 communications].

Mauron Claude et Emmanuelli François-Xavier (dir.), Textes politiques de l’époque révolutionnaire en langue provençale I - Textes en prose (Discours, adresses, traductions), Saint-Rémy-de-Provence, Centre de recherches et d’études méridionales, 1986, 212 p. [ le t. II n’a pas paru].

Merle René, Inventaire du texte provençal de la région toulonnaise. De la pré-révolution à la seconde République, La Seyne, G.R.A.I.C.H.S, 1986, 222 p.

Merle René, L’écriture du provençal de 1770 à 1840. Inventaire du texte occitan publié ou manuscrit dans la zone culturelle provençale et ses franges, Béziers, Centre International de Documentation Occitane, 1990, 1027 p.

Merle René, Une mort qui n’en finit pas. L’écriture de l’idiome natal de la fin de l’Ancien Régime à la naissance du félibrige, Nîmes, Marpoc, 1990, 215 p.

Merle René, « Données nouvelles sur le texte provençal et les émeutes de mars-avril 1789 », Provence Historique, t. XL, fasc. 159, 1990, p. 111-117.

Merle René, Tramoni Antoine, Vovelle Michel, Toulon, 1789-1790. Étienne Pelabon et La réunion patriotique, La Seyne, Bulletin de la S.E.H.T.D., n° 3, 1988, 64 p. [réimpression, édition critique et étude de cette pièce].

Noulet Jean-Baptiste, Essai sur l’histoire littéraire des patois du Midi de la France au xviiie siècle, Paris, Maisonneuve, 1877, III+233 p.

Reboul Robert, Bibliographie des ouvrages écrits en patois du Midi de la France et des travaux sur la langue romano-provençale, Paris, Léon Téchener, 1877, III =85 p.

« Révolution, Contre-révolution. Le texte dialectal de la période révolutionnaire : Provence, Bas-Languedoc oriental, Dauphiné », Cahiers critiques du patrimoine (Obradors occitans en Provença), n° 2, 1986, 178 p.

Notes

1 F. Pic, « Inventaire » dans H. Boyer, G. Fournier, Ph. Gardy, Ph. Martel, R. Merle, Fr. Pic, Le texte occitan de la période révolutionnaire, p. 15-216.

2 J.-B. Noulet, Essai sur l’histoire littéraire des patois du Midi de la France au xviiie siècle.

3 Id. et R. Reboul, Bibliographie des ouvrages écrits en patois du Midi de la France.

4 En témoigne le silence total au sujet de ces textes qui est commun aux deux principaux manuels de littérature occitane publiés avant le Bicentenaire, ceux de C. Camproux, Histoire de la littérature occitane et Ch. Anatole et R. Lafont, Nouvelle histoire de la littérature occitane.

5 A. Brun, La langue française en Provence de Louis XIV au Félibrige.

6 H. Boyer et Ph. Gardy éd., « La question linguistique au Sud au moment de la Révolution française » [22 communications]. « Révolution, Contre-révolution. Le texte dialectal de la période révolutionnaire » [10 contributions].

7 R. Merle, Inventaire du texte provençal de la région toulonnaise.

8 R. Merle, L’écriture du provençal de 1770 à 1840, t. I, p. 213-389. Résumé dans R. Merle, Une mort qui n’en finit pas. La totalité de l’oeuvre historique de René Merle est sur le site http://www.rene-merle.com qui procure en particulier une version revue de sa thèse. Cette étude étant fondamentale pour l’aire provençale que j’étudie surtout ici, on pourra s’y reporter pour la plupart des exemples cités infra.

9 J. Guilhaumou et Ph. Gardy (dir.), Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), fasc. 5.

10 Cl. Mauron et F.-X. Emmanuelli (dir.), Textes politiques de l’époque révolutionnaire en langue provençale.

11 M. C. Alén-Garabato, Quand le patois était politiquement utile et M. C. Alén-Garabato, H. Boyer, G. Fournier, « La Révolution française, un moment-clé dans l’évolution de la configuration sociolinguistique en domaine d’oc », dans H. Boyer et Ph. Gardy, Dix siècles d’usages et d’images de l’occitan, p. 145-176.

12 Signalons R. Merle, « Données nouvelles sur le texte provençal et les émeutes de mars-avril 1789 ».

13 R. Bertrand, « Un discours en provençal à Gardanne ».

14 Cirdoc (Centre interrégional de développement de l’occitan)-Médiathèque occitane, Béziers, cote CR A-8176.

15 R. Merle, L’écriture du provençal de 1770 à 1840, t. I, p. 350-389.

16 Reproduite dans La Mort de Bara, Avignon, Fondation Calvet, 1989, p. 33, texte p. 138. À noter que les autres gravures contemporaines consacrées à Viala traduisent en français cette phrase.

17 Ph. Martel, « Les textes occitans de la période révolutionnaire : un peu de géographie » dans H. Boyer, G. Fournier, Ph. Gardy, Ph. Martel, R. Merle, Fr. Pic, Le texte occitan de la période révolutionnaire, p. 219-245 et J. Eygun, Au risque de Babel.

18 H. Boyer, G. Fournier, Ph. Gardy, Ph. Martel, R. Merle, Fr. Pic, Le texte occitan de la période révolutionnaire et Cl. Mauron et F.-X. Emmanuelli (dir.), Textes politiques de l’époque révolutionnaire en langue provençale.

19 R. Merle, A. Tramoni, M. Vovelle, Toulon, 1789-1790. Etienne Pelabon et La réunion patriotique.

20 R. Bertrand, « Un prêtre provençaliste en Révolution, J.-J.-T. Bonnet ». H[élion H[enri], curé d’Orgon, Nouveaux cantiques spirituels provençeaux (sic) et quelques-uns françois pour les Missions, Congrégations & Cathechismes. Avec l’air noté au premier Couplet de chaque cantique. Par un curé du diocese d’Avignon en la partie de Provence, Missionnaire & ancien Chanoine de St. Genies, Avignon, François-Joseph Domergue, 1750, p. 131-133.

21 Voir C. M. Alén-Garabato, Quand le patois était politiquement utile.

22 Extraits dans Cl. Mauron et F.-X. Emmanuelli (dir.), Textes politiques de l’époque révolutionnaire en langue provençale, p. 152-209.

23 R. Bertrand, « J.-B. Nalis ou les charmes discrets d’une littérature bilingue sous Louis XV ».

24 R. Bertrand, Ph. Gardy, R. Merle, J.-B. Remuzat, La verita desplegado per un pouèto villageois.

25 R. Merle, L’écriture du provençal de 1770 à 1840, t. I, p. 352-353.

26 Cl. Mauron et F.-X. Emmanuelli dir., Textes politiques de l’époque révolutionnaire en langue provençale, p. 13-27.

27 Id., p. 41-51.

28 H. Boyer, « Le ‘patois’ efficace ? Une approche sociopragmatique des mises en texte de la Révolution en langue minorée » dans H. Boyer. G. Fournier, Ph. Gardy, Ph. Martel, R. Merle, Fr. Pic, Le texte occitan de la période révolutionnaire, p. 443-472, en particulier p. 450 sq.

29 Cl. Mauron et F.-X. Emmanuelli (dir., Textes politiques de l’époque révolutionnaire en langue provençale, p. 52-59 et 60-63.

30 A. Brun, La langue française en Provence de Louis XIV au Félibrige, p. 93-163. P. Alphand, « Les sociétés populaires dans les Basses-Alpes pendant la Révolution » et Laure Badaroux, « Les sociétés populaires dans le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône de 1790 à l’an III », mémoires de maîtrise (aujourd’hui Master) sous la direction de M. Vovelle, Aix, 1983.

31 J. Guilhaumou, « Les jacobins et la langue provençale. L’initiative linguistique des ‘Missionnaires patriotes’ marseillais (1792) », dans « Révolution, Contre-révolution. Le texte dialectal de la période révolutionnaire », p. 111-123.

32 Cl. Mauron et F.-X. Emmanuelli dir., Textes politiques de l’époque révolutionnaire en langue provençale, p. 110-113.

33 S. Branca-Rosoff et N. Schneider, L’écriture des citoyens.

34 Cl. Mauron et F.-X. Emmanuelli dir., Textes politiques de l’époque révolutionnaire en langue provençale, p. 156.

35 Cl. Mauron et F.-X. Emmanuelli dir., Textes politiques de l’époque révolutionnaire en langue provençale, p. 123-149.

36 Ph. Martel, « Au Nord, rien de nouveau » dans « Révolution, Contre-révolution. Le texte dialectal de la période révolutionnaire », p. 125-139 et R. Dartevelle, « La quête d’identité d’un déraciné en Révolution ».

Auteur

Professeur émérite d’Aix-Marseille université, chercheur de l’UMR Telemme (Maison Méditerranéenne des sciences de l’homme), membre de la section d’histoire moderne, de la Révolution et du temps des révolutions du Cths, président d’honneur de la Fédération historique de Provence, membre de l’Académie de Marseille.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access