Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contacts, conflits et créations linguistiques

 | 
Guylaine Brun-Trigaud

Bernard Itier et la diglossie à Saint-Martial de Limoges (1195-1225)

Jean-Loup Lemaitre

Résumé

L’abbaye de Saint-Martial de Limoges est un des hauts lieux de la culture limousine, célèbre pour l’importance et la qualité des productions de ses auteurs comme de son scriptorium. C’est aussi un des berceau de la langue limousine (nord occitan). Si la langue de la liturgie et des chroniqueurs reste avant tout le latin, celle de la vie quotidienne est aussi le limousin et Bernard Itier nous offre un excellent exemple de diglossie. Bibliothécaire de l’abbaye de 1198 à sa mort en 1255, il rédige une chronique, accumulation de notes classées chronologiquement sur les marges de deux manuscrits qu’il réunit en un seul volume (auj. BNF, lat. 1338 : éd. J.-L. Lemaitre, Paris, 1998 ; A. W. Lewis, Oxford, 2012) et sur celle d’une trentaine d’autres volumes. Il écrit en latin, mais très souvent, il utilise l’occitan pour des noms de personne ou de lieu certes, qu’il pourrait facilement traduire, pour des termes techniques, ou la forme occitane vient spontanément sous sa plume, mais aussi pour des propos qu’il rapporte.

Texte intégral

  • 1 Pierre Miquel, Les oubliés de l’histoire.
  • 2 Dictionnaire des lettres françaises, Le Moyen Âge.
  • 3 Max Manitius, Geschichte der lateinischen Literatur des Mittelalters. III. Vom Ausbruch des Kirchen (...)
  • 4 Louis-Georges Oudart Feudrix de Bréquigny, « Note d’une chronique autographe de Bernardus Iterius, (...)
  • 5 Alfred Leroux, Les sources de l’histoire du Limousin, p. 56, qui n’en dit d’ailleurs pas grand chos (...)
  • 6 Auguste Molinier, Les sources de l’histoire de France, II. Époque féodale. Les Capétiens jusqu’en 1 (...)

1Bernard Itier est un de ces « oubliés de l’histoire », pour reprendre le titre d’une chronique de Pierre Miquel donnée à France-Inter dans les années 19701. Il est en effet absent de ce qui reste la référence en matière de littérature médiévale française, le Dictionnaire des lettres françaises, dans sa dernière édition revue par Geneviève Hasenhor et Michel Zink2, tout comme il l’est de la monumentale histoire de la littérature latine du Moyen Âge de Max Manitius3. Il faut se tourner vers des auteurs plus anciens et des ouvrages plus spécialisés pour en trouver mention comme Louis-Georges Oudart Feudrix de Bréquigny, au premier tome des Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque du Roi, en 17874, Alfred Leroux dans ses Sources de l’histoire du Limousin, en 18955, Auguste Molinier, dans ses Sources de l’Histoire de France, en 19026, qui note au passage « la langue est un mélange de langue vulgaire et de latin peu correct » ! L’encyclopédie en ligne Wikipédia lui consacre modestement cinq lignes… en allemand.

2Et pourtant, son œuvre « historique » à fait l’objet de trois éditions, une par siècle, dont deux autonomes :

  • Chroniques de Saint-Martial de Limoges, publ. d’après les manuscrits originaux, par Henri Duplès-Agier, Paris, 1874 (Société de l’Histoire de France, 167), p. 28-129 Chronicon Bernardi Iterii armarii monasterii S. Marcialis. [Cité Duplès-Agier].

  • BernardItier, Chronique. Texte établi, traduit et commenté par Jean-Loup Lemaitre, Paris, 1998 (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, 39). [cité Lemaitre].

  • The Chronicle and Historical Notes of Bernard Itier, Edited end Translated by Andrew W. Lewis, Oxford, 2012 (Oxford Medieval Texts). [cité Lewis].

  • 7 Lemaitre, p. xci-xcii.

3C’est que son œuvre de « chroniqueur » n’est pas anodine, sans toucher à la « grande histoire » comme celle d’Adémar de Chabannes par exemple ou d’Hugues de Flavigny. C’est un chroniqueur au sens moderne du terme, journalistique même, et nous avons d’ailleurs qualifié dans notre édition son principal manuscrit de « bloc-notes ». C’est aussi un des rares auteurs médiévaux dont la production conservée est exclusivement autographe et n’a pas fait l’objet de copies, sinon quelques extraits pris par dom Claude Estiennot en 1675, mais il s’agit là de copies d’érudit7.

L’homme

  • 8 Lemaitre, p. i xxxiii. Voir aussi Lewis, p. 251-257.

4Nous renvoyons pour le détail de la vie de notre homme, relativement longue pour l’époque, soixante-deux ans, à l’introduction de notre édition8. Bernard Itier a été en effet prolixe dans ses notes sur sa famille et sur lui-même. Retenons seulement ici quelques dates pour le situer : il naît à Limoges en 1163 de Pierre Itier et de Marie, son père mourant en 1188. Il est écolier et moine à Saint-Martial en 1177, diacre en 1185, à 22 ans, prêtre en 1189, à 26 ans, trésorier de l’abbaye et sous-bibliothécaire en 1195, sous-chantre en 1198, bibliothécaire (armarius) en 1204 il occupe cette charge jusqu’à sa mort le 23 janvier 1225. Il est également troisième prieur entre 1204 et 1209.

  • 9 Lemaitre, p. xxxiv-lv. Voir aussi Jean-Loup Lemaitre, « Un bibliothécaire modèle  ? Bernard Itier, (...)
  • 10 Voir Jean-Loup Lemaitre, « Les livres de médecine dans les monastères clunisiens au Moyen Âge d’apr (...)
  • 11 Bréquigny, voir Lemaitre, p. lxxxiii.

5C’est son activité de bibliothécaire de Saint-Martial, charge généralement confondue avec celle de chantre, qui lui a d’abord permis de passer à la postérité9. Il est intervenu sur une centaine de manuscrits, faisant des tables de leur contenu, les faisant relier, rédigeant l’inventaire de la bibliothèque (111 items), mais aussi de la sienne (10 items) et celui des livres de médecine conservés dans l’infirmerie10, achetant aussi des livres, copiant des textes… Ayant donc la haute main sur les livres de la bibliothèque, il a pu également en abuser il a ainsi couvert les marges de quantité de manuscrits de notes qui n’ont rien à voir avec son métier de bibliothécaire et a entrepris de rédiger une « chronique », c’est ainsi qu’il désigne l’actuel ms. BNF lat. 1338 dans son inventaire [147] Himni cum cronica. Il a réuni deux volumes de même format, dix cahiers d’un séquentiaire et d’un prosaire du xie siècle (ff. 1-142) et la traduction par Boèce des Topiques d’Aristote, du xiie siècle (ff. 143-253), qui offraient l’un et l’autre de très belles marges, dépourvus l’un et l’autre de foliotation ancienne. Il a réparti ses notes en suivant un ingénieux système à partir de l’an mil, elles sont placées sur le folio recto correspondant à la dizaine qui termine le millésime », par exemple le fol. 77 correspond à 1077… C’est un peu plus compliqué pour le xiiie siècle, du fol. 202 au fol. 225r, « elles ont été placées sur des feuillets dont les deux premiers chiffres sont en rapport avec le 2e et le 3e du millésime et dont le dernier chiffre se rapproche le plus possible du dernier chiffre énoncé dans la date »11.

6Bernard Itier n’a pas agi autrement que ses devanciers, il les recopie, les abrège, ce qui fait que toute une partie de sa chronique n’offre que peu d’intérêt. Les choses changent progressivement à partir de la seconde moitié du xiie siècle. Il continue à exploiter les autres, comme Geoffroy de Vigeois, dont le manuscrit est dans la bibliothèque de l’abbaye, sous sa garde, mais il va aussi s’appuyer sur la mémoire collective puis devient un témoin oculaire des faits rapportés. À partir des années 1180, les notes prennent de l’importance, touchant certes quelques grands évènements, vus de Limoges, mais surtout les évènements marquants de la vie de l’abbaye, de la ville, de la région. Les marges de sa « chronique » ne suffisent plus et il utilise celles de nombreux autres manuscrits, notant parfois le même fait en plusieurs endroits. C’est de la micro-histoire, frisant parfois les ragots, mais une histoire que l’on ne trouve pas ailleurs et qui fait pour nous tout son intérêt pour l’histoire de la vie d’une communauté monastique et de la vie quotidienne tout court.

La diglossie de Bernard Itier

  • 12 Voir par exemple les cartulaires en rouleau de l’aumônerie de Saint-Martial, arch. dép. de la Haute (...)

7En 1177 Bernard Itier est reçu à Saint-Martial, à l’école monastique (monachus receptus, puer scolaris), il va donc apprendre à parler latin, la langue vernaculaire en usage a Limoges étant l’occitan (lemozi), qui tend depuis les années 1120 à supplanter le latin dans les actes de la pratique12.

  • 13 Ademari Cabannensis Chronicon.
  • 14 La seule édition complète disponible de la chronique de Geoffroy de Vigeois reste celle donnée par (...)
  • 15 Voir Jean-Loup Lemaitre, « Les emprunts à la chronique de Geoffroy de Vigeois dans le Majus chronic (...)
  • 16 Marie-Thérèse d’Alverny, « L’écriture de Bernard Itier et son évolution ».

8Si l’on considère ses sources écrites, on remarque que l’occitan est absent de la chronique d’Adémar de Chabannes13, mais qu’il fait quelques timides apparitions dans la Commemoratio abbatum basilice S. Marcialis, à travers des additions des continuateurs d’Adémar. Il en va différemment avec la chronique de Geoffroi de Breuil, prieur de Vigeois, lui aussi moine de Saint-Martial et que Bernard Itier a sans doute connu puisqu’il meurt peu après 1183, sans doute en 118414. Nous aurions pu traiter ici pareillement de la diglossie de Geoffroi : nous sommes dans le même lieu, dans le même monde, l’abbaye de Saint-Martial de Limoges, avec deux moines appartenant à des familles locales, aisée pour Bernard, noble pour Geoffroy, né vers 1140 et mort vers 1184, peut-être à la suite de l’effondrement d’un pan de mur le 17 octobre 1183 à Arnac, où il fut blessé à la tête ? L’emploi de l’occitan dans leurs textes est proche, mais plus accentué chez Bernard, son cadet d’une vingtaine d’années. Alors que le texte de la chronique de Geoffroi n’est connu, à quelques passages près15, qu’à travers des copies des xviie et xviiie siècles, celui de Bernard l’est uniquement par des notes autographes, à travers lesquelles on peut d’ailleurs suivre l’évolution de sa presbytie, comme l’a fait naguère Marie-Thérèse d’Alverny16. On est en présence de son parler, tel qu’il l’a transcrit, sans la contamination possible de copistes ou de réviseurs.

  • 17 Lewis, p. xliii-liv.

9Andrew W. Lewis, qui s’est intéressé à la latinité de Bernard17, est réservé (p. l) à l’égard d’une des hypothèses que nous avions avancée en 1998, à propos des notes contemporaines, à savoir que Bernard écrivait en latin mais pensait sans doute d’abord en langue vernaculaire, qu’il nuance en estimant que le latin de Bernard était fortement influencé par le langage oral, que c’était en quelque sorte le latin parlé à Saint-Martial. Sur le fond, le résultat est le même.

10Sur les 149 paragraphes que compte notre édition de la chronique, 51 présentent des formes occitanes, allant d’une seule, comme dans le § 17, « Abbo abbas, qui Sancto Marciali dedit Sanctum Valericum et Sancto Stephano Salanac », à plus d’une centaine comme dans les derniers paragraphes correspondant aux années 1220-1223. Il est présent dans les §§ 106-148, sauf dans les §§ 109-110, 112-113, 116-117, 122, 134 et 130, soit pour les années 1182 à 1224.

11Comme chez Geoffroy de Vigeois, l’occitan est employé majoritairement pour les noms de personne et les noms de lieu, mais aussi pour des noms de matières, avec un nombre d’occurrences beaucoup moindre, qui permet de les passer systématiquement en revue.

Les termes techniques

12Des mots techniques isolés d’abord, concernant la liturgie, les vêtements et vases sacrés, les fêtes et les offices :

  • 18 Lorsque les citations vont au-delà d’un seul nom + surnom, nous donnons la référence à notre éditio (...)

• « Henricus Anglie rex junior …pallium de baudequin obtulit » (§ 106,1 : 1182)18. – Un ornement en drap de soie, mais on notera que le mot, vernaculaire certes, n’est pas occitan ; c’est même le seul mot d’ancien français présent dans les notes de Bernard Itier.

• « Iste [Henricus junior] de thesauro nostro habuit… l-orzol d-argent … » (§ 107, 2 : 1183).

  • 19 Emil Levy, Petit dictionnaire provençal-français.

– L’aiguière en argent, cf. Levy19 s.v. orjol, orzol, « cruche, pot, burette ». Ce dernier sens, les burettes, pourrait également être retenu.

• « casula de samiz vert cum stola et manipulo a Petro Cofolent » (§ 139, 2  : 1217). – Levy, samit, « étoffe de soie ».

• « Octavas Pasche in r (esponsis) dobles cepimus celebrare » (§ 133, 2  : 1211). – Il s’agit des répons doubles, pour lesquels l’expression duplex est largement employée dans la liturgie.

• « Nativitas sancti J (ohannis) Babtiste cum primclas et processione sollemni… octaba Omnium Sanctorum en respo dobles… » (§ 146, 9 : 1223). – Princlas, primclas est absent du dictionnaire de Levy, le mot est fait de la réunion de l’adjectif prim « premier » et du substantif clas, « sonnerie de cloche, glas », correspondant à une grande sonnerie, une sonnerie solennelle. On le retrouve en particulier dans la liturgie des défunts, avec le sens de « glas ».

– la vie à l’abbaye :

  • 20 Voir Lemaitre, p. 88.

• « Vitrea magna, que est super archam de la obra, similiter corruit (§ 137, 8  :1215) ». La grande verrière, qui est au-dessus du coffre de l’œuvre, s’effondra pareillement ». Levy, s.v., donne parmi les divers sens, celui de l’administration des bâtiments. L’operarius, ou magister operis, était un des officiers de l’abbaye et est présent dans les listes de Bernard Itier20.

• « Duo candelabra d-esmaus empta sunt IIII lb. » (§ 129,4  : 1209), Levy, s.v. esmaut, « émail ».

• « … vacabant in abbatia la chabechasaria… » (§ 142, 6  : 1220), « Étaient vacants dans l’abbaye la chèvecerie… ». Chabechasaria, absent de Levy, traduit capiceria.

Li dozil de la font noviter fiunt » (§ 133, 1  : 1211). – Les trous de fausset (ou les faussets) de la fontaine sont refaits, cf. Levy, dozil, dozilh, « fausset ou trou du fausset ».

  • 21 A. Dieudonné, Manuel de numismatique française. T. IV, p. 320-321 ; Lemaitre, p. 183.
  • 22 A. Dieudonné, Manuel de numismatique française. T. IV, p. 248-249.

• « [Isembertus abbas] dedit quinque solidos de giomes in bona pellicia de agnis, et hoc anno dedi XXX solidos de barbaris » (§ 133, 21  : 1211). – Des sous de Gien (Loiret), cf. Du Cange, s.v. Moneta Giemensis21, les barbarins étant la monnaie de Saint-Martial de Limoges22.

• « XLIII solidi dantur en la lesda de Lemovicis, et L solidi en la lesda de Chaluz » (§ 134, 16, 1214). – Levy, sur la forme leuda, leid, leusda, traduit simplement par « leude », il vaudrait mieux « leyde », s’agissant des droits perçus sur les transactions faites sur les marchés, ici au bénéfice de l’abbaye.

  • 23 Duplès-Agier, p. 3.
  • 24 Lewis, p. 22.

• « Stephanus abbas fecit la morena » (§ 148, [920]). Morena est absent de Levy, mais est cité par Du Cange, à partir des sources limousines, avec un double sens, celui de « charpente » et avec celui de reliquaire, d’après Geoffroy de Vigeois (Labbe, II, 312), … ferentes morenam, id est imaginem protomartyris… Une première occurrence, latine, figure au § 30, l’année 920 (902 corrigée), Stephanus fecit morenam et turrem de Cortina. Nous n’avons pas traduit ce mot, qui revient à plusieurs reprises chez Geoffroy pour désigner un reliquaire, mais dans sa Commemoration abbatum, Adémar de Chabannes dit aussi que l’abbé Étienne fit faire et placer sur l’autel une église d’or et d’argent appelée MuneraHic composuit super altare Salvatoris ecclesiam ex auro et gemmis et argento, quam vocavit Muneram23. Bernard Itier a certes condensé sa source. Faut-il voir une métathèse entre le Munera d’Adémar et de Geoffoy et le Morena de BernardC’est le sens qu’a retenu Lewis dans sa traduction24.

• « La croz commendatur a Malmiro » (§ 146, 6, 1223). – Levy, s. v., crotz, la croix est ici donnée à un Limougeaud partant en Terre sainte. Malmiro figure sur une liste de moines de l’abbaye copiée en 1224 par Bernard Itier (BNF, lat. 10400, f 133).

– Quelques événements de la vie limougeaude et marchoise, comme l’arrivée des franciscains à Limoges :

  • 25 Sur l’implantation des frères mineurs à Limoges, voir Lemaitre, p. 253.

« Li Menudet ante ecclesiam Sancti Pauli adunantur (§ 146, 6 : 1223) ; – Ordo deu Menudet a S(an) Paul recipitur » (§ 146, 9-10  1223). Levy, s. v. menudet, (adj.), « tout petit », (s. m.), « petit enfant » mais aussi « frère mineur », ce qui est le cas ici25.

« Lo portals de Mairabou consummatur… » (§ 134, 2   : 1212) « Lo portal de Bocharia (§ 134, 13 : 1212). – Levy précise pour Portal, « portail ; porte d’une ville ». Il s’agit ici des deux portes de l’enceinte de Limoges, les portes Mirebeuf et Boucherie.

• « Populus Lemovicensis erexit X peireiras metu Philippi regis (§ 136, 2 :1214). Levy, s.v., Peirieira, au second sens, « pierrier, machine à lancer des pierres », qui est l’emploi ici.

  • 26 Voir Adolphe Dieudonné, Manuel de numismatique française. T. IV, p. 292-293.

• « Comes Ugo de Marchia novam monetam instituit apud Belac faciendam marques (§ 133, 5  :1211). – « Cenobium istud debet circiter XL.M. solidorum de marches » (§ 138, 9  : 1216). Nous avons gardé l’expression « marques » dans notre traduction, la traduction donnée par Levy pour ce mot étant uniquement « marquis ». L’emploi de « marc » est ambigü pour cette monnaie féodale du comte de la Marche, effectivement appelée « marques, marquis », marchiones en latin, qui a été en usage jusqu’au début du xive siècle26. – « capicerius [dedit] X marcs » (§ 142, 5 : 1220).

• « Turris de Du, que erat de talucs, vehemencia ventorum cecidit » (§128, 1  : 1207), « la tour de Dun, qui était sur une motte, s’écroula sous la violence des vents… », cf. Levy, s.v. talus, « talus » ; il faut comprendre ici une tour sur une motte.

• « Lodoicus filius Philipi, duxit uxorem la nepsa Johannis regis » (§121, 2  : 1200). – Levy, s.v., donne la même forme, nepsa, mais aussi nepta, netsa, « la nièce ».

13On retiendra quelques expressions ou membres de phrases :

  • 27 Suger, Vie de Louis VI le Gros, p. 2, et chap. xxix, p. 236, xxxiii, p. 270.

• « Anno gracie MCIXo, incipit regnare lo reis gros, qui appellabatur Ludovicus 71, 1 : 1109). On renverra sur cette appellation à Suger et à sa vie de Louis VI, dont le titre donné par les manuscrits est Vita Ludovici grossi regis, gesta Ludovici regis cognomento grossi27.

• «  J (ohannes) de Cusansa, burgensis de Marteu, cepit R (aymundum) vicecomitem de Torena, lo costeu a la gola, cunctis videntibus 102, 2 : 1178). L’acte de ce bourgeois de Martel (Lot) n’a pas besoin de traduction ; Levy, s. v., donne la forme coltel, et gola, comme ici.

«  Li dozil de la font noviter fiunt…  » (§ 133, 1 : 1211), voir supra.

  • 28 BNF lat. 5064, f. 1.

• « Ecclesia S. Michaelis de Lemotges et de Rialac eran en tenso. Annunciationem beate Marie ab prim clas e ab processio festal per nosmetipsos devote fecimus28 ( 137, 8  : 1215). Le sens de tenso est bien sûr ici le premier, celui de « querelle ». Levi, s.v., donne procesion, et festal. – « Nous avons célébré dévotement l’Annonciation de la bienheureuse Marie avec sonnerie solennelle et procession festive ».

14Anno M° CCXXII, Fesc, DCCC et XIII cornudas sobre coisa las Cumbas CC (§ 144, 9  : 1222), « À Feytiat 813 cornues, sur la fournée des Combes 200. Il faut prendre ici le dernier sens de cornuda donné par Levy, s.v., «  pâtisserie à trois cornes », très répandue en Limousin au Moyen Âge, souvent mentionnée dans les obituaires de Saint-Étienne et Saint-Martial de Limoges et de Solignac, et coisa comme dérivé de coire, cozer, « cuire ».

Les noms de lieu

15Ils sont omniprésents dans les notes de Bernard Itier. L’abondance même des noms de lieu peut surprendre, car ce ne sont pas seulement des microtoponymes. La pratique de garder la forme vernaculaire de certains villages ou mas s’est d’ailleurs perpétuée jusqu’au xviiie siècle et on en trouve la trace dans les actes notariés mais aussi dans les documents plus officiels, comme les états des fonds confectionnés en Limousin dans les années 1740-1750.

16Un bon nombre de ces noms de lieu bénéficie d’une forme latine bien attestée, et pourtant ils sont donnés en occitan. Ainsi cette mention d’un voyage de Bernard  : « Fui a Clarmont, au Poi Sancta Maria, a la Chesa Deu » (§ 129, 1  : 1208). Il ne peut ignorer les noms latins de Clermont, du Puy ou de la Chaise Dieu, ni ceux de Ventadour ou de Tulle, « Bernardus de Ventedor e Galart de Cardalac, electi de Tuela, in discordia perseverantes, destruunt monasterium » (§ 132, 6  : 1210), et pour le règlement de cette querelle, « papa … posuit finem negocio de Tuela, mandans ut Rocamador Bernardo abbati redderetur » (§ 134, 6 : 1212).

17Lorsqu’il évoque les créations d’ordres nouveaux, l’occitan se mélange au latin, « … Cabilonis Cistercienses, a Masco Cluniacenses, […], a Granoble Cartusienses » (§ 132, 1 : 1210). Les noms d’abbayes du diocèse de Limoges ou de diocèses voisins sont fréquemment en occitan, alors que les formes latines sont connues de lui, puisqu’il les utilise également :

• « monasteria Borguol e Malazes » (§ 40, 5 : 1000), Bourgueil et Maillezais.

• « prior de Grantmont. » (§ 86, 1 : 1152), Grandmont.

• « abbas de S. Michael la Clusa » (§ 92, 2 : 1161), La Chiusa S. Michele.

• « Miraculum de imagine lapidea de Duls » (§ 11, 3  : 1187), Déols [Bourgdieu].

• « abbas d-Usercha » (§ 133, 7  : 121), Uzerche.

• « abbates de Charros e d-Uzercha » (§ 144, 3 : 1222), Charroux et Uzerche.

• « Hugone, abbate de Solomnac », « Hugo abbas de Solonnac » (§ 135, 5, 12  : 1213).

• « Geraldus, abbas de Moleime » (§ 137, 1  : 1215), Molesmes.

• « adjunctis sibi abbatibus de Beana et de Vusias  (§ 144, 5 : 1222), « abbates d-Uzercha, de Beana, deu Daurat (§ 146, 12 1223), Baignes et Vigeois, Uzerche, Baignes et Le Dorat.

• « Sanctimoniales de Zurac (§  126, 4 1205), Usurat, à Limoges.

• « abbas deu Palai » (§ 133, 12  : 1211), Le Palais.

• « W (illelmus) Gaufredi abbas de Tostoirac » (§ 138, 5  : 1216), Tourtoirac.

• « W (illelmus) de Jaunac, prior de Monmorlo 139, 11 1217), Montmorillon.

Parfois en mélangeant les deux langues 

• « prior Sancti Benedicti de Sauz » (§ 119, 1 : 1198), Saint-Benoît-du-Sault.

• « Alienor, sepulta est ad Font Ebraldi. » (§ 125, 2 : 1204), Fontevrault.

• « veni ad Sanctum Martinum de Tors » (§ 132, 3 : 1210), Saint-Martin de Tours.

• « P. d-Analac, capicerius, apud Sanctum Eutropium de Sanctas morabatur » (§ 137, 8 : 1215), Saint-Eutrope de Saintes.

• « per episcopum [Sancti] Georgii de Ramas 99, 2  :1174), Saint-Georges de Ramla, au royaume latin de Jérusalem (act. Israël), « episcopum Sancti Georgii de Rama » dans Geoffroy de Vigeois, I, 69.

18Les deux formes peuvent aussi voisiner, ainsi :

19• « Gui de Blaom, abbas Dauratensis » (§ 127, 1  : 1208), et « Hugo lo Brus, tunc comes de Marchia, destruxit muros de Subterranea e deu Daurat » (§ 128, 1 : 1207), pour Le Dorat.

20« Caercis, prior de Grandmont », et « Caercis prior Grandis Montis » (§ 138, 2, 3  : 1216), pour Grandmont.

21On remarque la même chose pour les noms de seigneuries ou de principautés territoriales :

• « Boso, comes de Marchia (§ 91, 2 1160), la Marche.

• « Audebertus, comes de la Marcha 102, 4 : 1178).

• « Nafilat, bonus senescalcus de Marchia 131, 8, 1212).

• « Hugoni lo Brus, qui comitatum d-Engoleime post mortem supradicti Ademari possessurus erat » (§ 121, 3 : 1200), Angoulême.

• « comes del Perche » (§ 139,5 : 1217), le Perche.

• « Vicecomitissa de Ventedor Maria » (§ 141, 6 : 1219), Ventadour, un des quatre vicomtés du Limousin.

• « Ludovicus rex … habuit secum comitem d-Engoleime e de la Marcha et vicecomitem Lemovicensem e de Torena » (§ 147,5 : 1224), les comtes d’Angoulême et de la Marche, les vicomtes de Limoges et de Turenne…

• « Apud Acram, obiit Hugo de Surgeiras, vicecomes de Chastel airau » (§ 134, 6  : 1212).

22On notera que le vicomte de Limoges (ou la vicomtesse) est toujours désigné par la forme latine, vicecomes Lemovicensis, Sarra vicecomitissa

  • 29 Leiden, bibl. univ., Vossius, oct. 15, f. 190, éd. Lemaitre, no 159,p. 89-92.

23Où l’occitan est quasiment de règle, c’est pour toutes les dépendances de l’abbaye Saint-Martial, prévôtés et prieurés, dont Bernard Itier a dressé notamment la liste, conservée dans le ms. Vossius Oct. 15 de Leyde29, où la quasi-totalité des noms des soixante-dix-huit dépendances répertoriées sont en occitan. On les retrouve, parfois groupées, au fil des notes :

• « Prioratus de Vusias, de Chambo, d-Arnac, de Monleu, de Riupeiros, de Rofiaco, de Monmorlo vacabant, de Du, de Malveira, de Pairac, d-Ichiduol, de Cirac, de Sancta Valeria… » (§ 144, 5  : 1222).

  • 30 Voir Charles de Lasteyrie, L’abbaye Saint-Martial de Limoges…, p. 350-407 ; Jean-Paul Avisseau, « L (...)

24Si l’on fait exception des anciennes abbayes réduites au rang de prieuré (Vigeois, Arnac et Paunat), des prévôtés (Chambon-Sainte-Valérie et La Souterraine), il s’agit de petites maisons comptant le plus souvent un ou deux moines30, désignées d’abord par leur nom occitan, Montandre, S. Sauri, Monleu, Peiraficha, lo Doat, Roffiec… Montendre, Saint-Sour [de Terrasson], Montlieu, Pierrefitte, Le Duhet, Ruffec… et l’on peut comprendre que ce soient ces formes vernaculaires qui reviennent d’abord sous la plume de Bernard Itier ?

Les noms de personne

25Ce sont de loin les plus nombreux dans les notes de Bernard Itier, plusieurs centaines, et l’on retrouve le même système que pour les noms de lieu :

nom unique latin,
nom latin + surnom latin,
nom latin + surnom occitan,
nom unique occitan,
nom occitan + surnom occitan,
nom occitan + surnom occitan + sobriquet

  • 31 Voir Louis Pérouas (dir.), Léonard, Marie, Jean et les autres. Les prénoms en Limousin depuis un mi (...)

26Avec parfois une difficulté d’interprétation, Bernard Itier usant largement d’abréviations, il n’est pas toujours évident de savoir si l’initiale seule correspond à la forme latine ou occitane, en raison de la mixité des systèmes, « J. de Cusansa, burgensis de Marteu », « J. de Colonjas, quondam abbas deu Palai »31

27On passera rapidement sur le nom unique latin, qui correspond aux périodes anciennes et concerne surtout des noms de rois et de princes, d’évêques de Limoges ou d’abbés de Saint-Martial, voire de simples religieux, Ludovicus rex, Amalricus rex Jherusalem, Alienor regina Anglorum, Willelmus dux Aquitanie, Abbo abbas, Eustorgius episcopus…, mais certains de ces noms peuvent être suivi d’un qualicatif, « Gaufredus presbiter, prior de Laureira » (§ 91,2 : 1160), « Helias capellanus de Tarn » (§ 120, 1 : 1199)…

28Le deuxième type, nom latin + surnom latin, est peu fréquent. Donnons quelques rares exemples : « quidam burgensis, qui appellabatur Petrus Vitalis (§ 126, 3 : 1205), Petrus Auderii, Petrus Pictavinus, Iterius Bernardi, Gaufredus de Niolio, « Audierius Iterii, frater armarii » (§ 144,3  : 122), B (ernardus) Raim (undi)

29Avec le troisième type, nom latin + surnom occitan, on touche une grande majorité des noms, avec la réserve faite ci-dessus lorsque le nom est réduit à une initiale Jordanus de Cabanes, Petrus de Bordeus, Petrus deu Barri, Hugo Bausart, W (illelmus) de Manauc, Hugo de Barbais, « Hugo de Clermont abbas Cluniacensis (§ 120, 1 : 1199), « unus sacerdos, qui vocabatur Helias Guitbert » (§ 121, 1 : 120), A. Marteu capicerius, Helias la Mosnaria, « Petrus Girau, notarius domini pape Innocencii III » (§ 127, 1 1206), « obierunt A. de Sant Remei, Gaufredus Lacela, prior de Rofiaco, Boso de Mathaz, abbas Stirpensis, Helias Berquet, Petrus Chavalers, sacerdos » (§ 129, 3 1208), « obiit Petrus de Chasteunou, lancea percussus inter hereticos (§ 129, 6 : 1208), le légat Pierre de Castelnau, assassiné le 15 janvier 1208 à Trinquetaille.

30Le quatrième type, nom unique occitan, est rare : « Chatart, clarissimus aurifex » (§ 133, 13 : 1211), Merchaders, Caercis, Mainart, Joscineu

31Le cinquième type, nom occitan + surnom occitan, est lui aussi assez largement répandu, un peu moins toutefois que le précédent  : « Gaufre de Bruil, tunc prior Vosiensis 108, 1 : 1184), « Gui de Blaom, abbas Dauratensis » (§ 127, 1 : 1206), « Galart de Cardalac, electi de Tuela 132, 6 : 1210), Marti Alcair, Folcau de Laia, Aimar la Ribeiria, magister Arnau Espero, magister Aiceli de Barmont, Gaubert Palmut, Aimar deu Perer, Gaufre Lancles, Bertran de Longa, Gaucelm de Cossac, Nicolau Faure, Gaucelm de Peirabufeira, Bertrans Relier, Gui Gaucelm, Gui Folcau, Humbert Gui, Audoi de Perrussa, Gaucelm de Meiras, Perrio d-Espana, Perrio Bonabocha

32Il faut aussi prendre en compte l’ambivalence de certains prénoms, au nominatif ou au cas sujet comme Helias, Helias de Lopsaut, He (lias) Chalboi, Helias Cofolent

33Le sixième et dernier type, nom occitan + surnom occitan + sobriquet, est quant à lui, très rare et l’on n’en relève qu’un seul exemple : « Johan deu Peirat lo jauvi », « J. deu Peirat lo Jauvi » (§ 126, 3 :  1205). Il en va de même pour l’équivalent en latin, où l’on relèvera seulement « Helias Iterii junior » (§ 143, 6  : 1221).

34Il serait vain de multiplier les exemples, que l’on retrouvera plus ou moins facilement dans les éditions de la chronique (A. W. Lewis n’a pas distingué les mots en langue vernaculaire). L’intérêt majeur de ce texte, outre l’ampleur des mentions qu’il donne, est qu’il est autographe et daté et qu’il montre la place prise par la langue occitane à Limoges dans les premières décennies du xiiie siècle, une place qui va aller croissant au fil du temps. Bernard Itier est un moine certes cultivé – il est bibliothécaire de la principale abbaye de la ville –, mais ce n’est pas un grand érudit. C’est un bon témoin du niveau moyen des élites locales, il parle et il écrit latin, mais il est aussi familier de la langue occitane, qui est la langue commune dans cette région du Limousin.

  • 32 Camille Chabaneau, Cartulaire du consulat de Limoges. Voir aussi la thèse d’École des chartes d’Aub (...)
  • 33 Jean-Loup Lemaitre et Françoise Vielliard, « La liève de la confrérie des Premières Chandelles à Li (...)
  • 34 Voir aussi Alfred Leroux, « De la substitution du français au latin et au provençal à Limoges ».

35Le cartulaire du consulat du Château, commencé dans les années 1230, quand meurt Bernard Itier, et continué jusqu’aux premières années du xvie siècle, est intégralement rédigé en occitan32, langue qui va être utilisée pour la rédaction d’un certain nombre de registres, de « cartulaires » et de « lièves » dans les milieux de la bourgeoisie pieuse limougeaude, jusqu’au début du xvie siècle. Il suffit de parcourir la liève de la confrérie des premières chandelles, rédigée en 1388 pour en avoir un bon aperçu33. Alfred Leroux a montré qu’il y avait, dès le commencement du xive siècle, des bourgeois de Limoges qui comprenaient le français, mais ce n’est qu’à l’extrême fin du xve siècle que le français se substitue à l’occitan et au latin34. Pourtant, jusqu’au xviiie siècle, on continue à utiliser en Limousin l’occitan pour désigner de nombreux noms de lieu, des noms de personne et des termes dont on ne connaît pas la traduction en français, comme le faisait Bernard Itier dans les deux premières décennies du xiiie siècle.

36Sources : mss. BNF lat. 1338 et marginalia de 32 autres mss. de la BNF, Bibl. apost. Vaticane, bibl. de L’université de Leyde.

Bibliographie

Ademari Cabannensis Chronicon, éd. Pascale Bourgain, avec la collab. de Richard Landes et Georges Pon, Turnhout, 1999 (Corpus christianorum Continuatio mediaeualis, CXXIX).

Barrière Bernadette, « L’anthroponymie en Limousin aux xie et xiie siècles », dans Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, Tours, publ. de l’université de Tours, s.d. (Ire et IIe rencontres d’Azay-le-Ferron), p. 23-34.

Barrière Bernadette, « La dénomination chez les vicomtes limousins le lignage des Comborn , dans Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, t. III, Enquêtes généalogiques et données prosopographiques, Tours, publ. de l’université de Tours, s.d. (Ire et IIe rencontres d’Anzay-le-Ferron), p. 65-80.

Bernard Itier, Chronique. Texte établi, traduit et commenté par Jean-Loup Lemaitre, Paris, 1998 (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, 39). [cité : Lemaitre].

Brunel Clovis, Les plus anciennes chartes en langue provençale, Supplément, Paris, 1952.

Chabaneau Camille, Cartulaire du consulat de Limoges, Montpellier, Société des langues romanes, 1895.

Chronicle (The) and Historical Notes of Bernard Itier, Edited end Translated by Andrew W. Lewis, Oxford, 2012. (Oxford Medieval Texts). [cité : Lewis].

Chroniques de Saint-Martial de Limoges, publ. d’après les manuscrits originaux, par Henri Duplès-Agier, Paris, 1874 (Société de l’Histoire de France, 167). [Cité : Duplès-Agier].

Dictionnaire des lettres françaises, publ. sous la dir. du cardinal Georges Grente. Le Moyen Âge, ouvrage préparé par Robert Bossuat, Louis Pichard et Guy Raynaud de Lage, éd. revue […] sous la dir. de Geneviève Hasenohr et Michel Zink, Paris, Fayard, 1992.

Dieudonné Adolphe, Manuel de numismatique française. T. IV. Monnaies féodales françaises, Paris, Picard, 1936.

Dubois Jacques, « Bernard Itier, bibliothécaire de Saint-Martial de Limoges », École pratique des Hautes Études, IVe Section, Livret I, 1978-1981, p. 153-154.

Labbe Philippe, Nova Bibliotheca manuscriptorum librorum…, 2 vol. in fol., Paris, S. et G. Cramoisy, 1657.

Lasteyrie Charles de, L’abbaye Saint-Martial de Limoges…, Paris, A. Picard, 1901.

Lemaitre Jean-Loup, « Les emprunts à la chronique de Geoffroy de Vigeois dans le Majus chronicon Lemovicense (BNF lat. 5452) », dans Amicorum societas. Mélanges offerts à François Dolbeau pour son 65e anniversaire, études réunies par Jacques Elffassi, Cécile Lanery et Anne-Marie Turcan-Verkerke, Florence, SISMEL, 2013, p. 417-433.

Lemaitre Jean-Loup, « Les livres de médecine dans les monastères clunisiens au Moyen Âge d’après les inventaires et les livres conservés », dans Monachisme et technologie dans la société médiévale du xe au xiiie siècle. Actes du colloque, scientifique international, Cluny, 4, 5 et 6 septembre 1991, publ. par Ch. Hetzlen et R. De Vos, Cluny, 1994, p. 267-319.

Lemaitre Jean-Loup, « Un bibliothécaire modèle Bernard Itier, bibliothécaire de Saint-Martial de Limoges (1195-1225) », dans Histoire des bibliothécaires. Actes du colloque de Lyon, 27-29 novembre 2003 [Enssib, en ligne].

Lemaitre Jean-Loup et Françoise Vielliard, « La liève de la confrérie des Premières Chandelles à Limoges (1388) », dans Bulletin de la société archéologique et historique du Limousin, t. 129 (2001), p. 45-113.

Leroux Alfred, « De la substitution du français au latin et au provençal à Limoges », dans Bulletin philologique et historique, 1900, p. 478-490.

Leroux Alfred, « Premier / second cartulaire de l’aumônerie de S. Martial », dans Alfred Leroux, Émile Molinier et Antoine Thomas, Documents historiques bas-latins, provençaux et français concernant principalement la Marche et le Limousin, t. II, Limoges, 1885, p. 1-25.

Leroux Alfred, Les sources de l’histoire du Limousin, Limoges, Vve H. Ducourtieux, 1895, p. 56.

Levy Emil, Petit dictionnaire provençal-français, 5e éd, Heidelberg, Winter, 1973.

Lewis Andrew W., « The Beginning of the Year un the Limousin. The Evidence from the Chronicle and Notes of Bernard Itier », dans Medieval Studies, t. 74 (2912), p. 197-218.

Manitius Max, Geschichte der lateinischen Literatur des Mittelalters. T. III. Vom Ausbruch des Kirchenstreites bis zum Ende des 12. Jahrhunderts, C.H. Beck’sche Verlag, München, 1931 [Réimpr. 1973].

Miquel Pierre, Les oubliés de l’histoire, 2 vol. , Paris, Nathan, 1978.

Molinier Auguste, Les sources de l’histoire de France, des origines aux guerres d’Italie (1494), II. Époque féodale. Les capétiens jusqu’en 1180, Paris, A. Picard, 1902, p. 109-110, no 1477.

Oudart Feudrix de Bréquigny Louis-Georges, « Note d’une chronique autographe de Bernardus Iterius, bibliothécaire de l’abbaye de Saint-Martial de Limoges dans le treizième siècle, contenue dans le manuscrit du Roi coté 1338 », dans Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque du Roi lus au Comité établi par Sa Majesté dans l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, t. I, Paris, Impr. Royale, 1787, p. 579-596.

Pérouas Louis (dir.), Léonard, Marie, Jean et les autres. Les prénoms en Limousin depuis un millénaire, Paris, CNRS, 1984.

Suger, Vie de Louis VI le Gros, éd. Henri Waquet, Paris, 1964 (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, 11).

Notes

1 Pierre Miquel, Les oubliés de l’histoire.

2 Dictionnaire des lettres françaises, Le Moyen Âge.

3 Max Manitius, Geschichte der lateinischen Literatur des Mittelalters. III. Vom Ausbruch des Kirchenstreites bis zum Ende des 12. Jahrhunderts. Il est vrai toutefois que l’activité principale de Bernard Itier se situe au début du xiiie siècle.

4 Louis-Georges Oudart Feudrix de Bréquigny, « Note d’une chronique autographe de Bernardus Iterius, bibliothécaire de l’abbaye de Saint-Martial de Limoges dans le treizième siècle, contenue dans le manuscrit du Roi coté 1338 » .

5 Alfred Leroux, Les sources de l’histoire du Limousin, p. 56, qui n’en dit d’ailleurs pas grand chose.

6 Auguste Molinier, Les sources de l’histoire de France, II. Époque féodale. Les Capétiens jusqu’en 1180, p. 109-110, no 1477.

7 Lemaitre, p. xci-xcii.

8 Lemaitre, p. i xxxiii. Voir aussi Lewis, p. 251-257.

9 Lemaitre, p. xxxiv-lv. Voir aussi Jean-Loup Lemaitre, « Un bibliothécaire modèle  ? Bernard Itier, bibliothécaire de Saint-Martial de Limoges (1195-1225) ».

10 Voir Jean-Loup Lemaitre, « Les livres de médecine dans les monastères clunisiens au Moyen Âge d’après les inventaires et les livres conservés ».

11 Bréquigny, voir Lemaitre, p. lxxxiii.

12 Voir par exemple les cartulaires en rouleau de l’aumônerie de Saint-Martial, arch. dép. de la Haute-Vienne, H Supp. Limoges, B 1, A 2-A 3, éd. Alfred Leroux, « Premier / second cartulaire de l’aumônerie de S. Martial », et Clovis Brunel, Les plus anciennes chartes en langue provençale, Supplément, nos 350-354, 357-358.

13 Ademari Cabannensis Chronicon.

14 La seule édition complète disponible de la chronique de Geoffroy de Vigeois reste celle donnée par Philippe Labbe dans sa Nova Bibliotheca manuscriptorum librorum, t. II, p. 279-342. Le livre I a été publié par Pierre Botineau, Geoffroi de Breuil, prieur de Vigeois, Chronique (Première partie), thèse inédite de l’École des chartes, 1964. Une nouvelle édition est en préparation pour la société de l’Histoire de France, reprenant pour la première partie le texte procuré par Pierre Botineau, accompagné d’une traduction préparée par Bernadette Barrière et ses anciens étudiants de l’université de Limoges.

15 Voir Jean-Loup Lemaitre, « Les emprunts à la chronique de Geoffroy de Vigeois dans le Majus chronicon Lemovicense (BNF lat. 5452) ».

16 Marie-Thérèse d’Alverny, « L’écriture de Bernard Itier et son évolution ».

17 Lewis, p. xliii-liv.

18 Lorsque les citations vont au-delà d’un seul nom + surnom, nous donnons la référence à notre édition à la suite (no de §, no d’alinéa : date).

19 Emil Levy, Petit dictionnaire provençal-français.

20 Voir Lemaitre, p. 88.

21 A. Dieudonné, Manuel de numismatique française. T. IV, p. 320-321 ; Lemaitre, p. 183.

22 A. Dieudonné, Manuel de numismatique française. T. IV, p. 248-249.

23 Duplès-Agier, p. 3.

24 Lewis, p. 22.

25 Sur l’implantation des frères mineurs à Limoges, voir Lemaitre, p. 253.

26 Voir Adolphe Dieudonné, Manuel de numismatique française. T. IV, p. 292-293.

27 Suger, Vie de Louis VI le Gros, p. 2, et chap. xxix, p. 236, xxxiii, p. 270.

28 BNF lat. 5064, f. 1.

29 Leiden, bibl. univ., Vossius, oct. 15, f. 190, éd. Lemaitre, no 159,p. 89-92.

30 Voir Charles de Lasteyrie, L’abbaye Saint-Martial de Limoges…, p. 350-407 ; Jean-Paul Avisseau, « Les prieurés de l’abbaye Saint-Martial de Limoges », dans Positions des thèses de l’École nationale des chartes, 1963, Paris, ENC, 1963, p. 9-14.

31 Voir Louis Pérouas (dir.), Léonard, Marie, Jean et les autres. Les prénoms en Limousin depuis un millénaire ; – Bernadette Barrière, «  L’anthroponymie en Limousin aux xie et xiie siècles ». – Ead., «  La dénomination chez les vicomtes limousins  : le lignage des Comborn  ».

32 Camille Chabaneau, Cartulaire du consulat de Limoges. Voir aussi la thèse d’École des chartes d’Aubin Leroy, Le cartulaire du consulat de Limoges. Un livre juratoire de l’occitan limousin, xiiie - xviiie siècles, 2005. = École nationale des chartes. Positions des thèses soutenues par les élèves de la promotion de 2005…, Paris, ENC, 2005, p. 118-123.

33 Jean-Loup Lemaitre et Françoise Vielliard, « La liève de la confrérie des Premières Chandelles à Limoges (1388) ».

34 Voir aussi Alfred Leroux, « De la substitution du français au latin et au provençal à Limoges ».

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access