Introduction

Guylaine Brun-Trigaud

1« Contacts, conflits et créations linguistiques » a été l’un des thèmes porteurs au sein du Congrès de Nîmes : plus de trente interventions ont été entendues, et vingt-trois auteurs nous ont confié leurs textes qui sont réunis ici.

2Cet ensemble s’articule autour de deux sujets qui ont fédéré de manière plus ou moins importante les intervenants : d’une part les notions de diglossie et de bilinguisme qui figuraient dans l’appel à communication ont été particulièrement fécondes et d’autre part, la notion de création lexicale qui a apporté des contributions originales.

  • 1 Charles A. Ferguson « Diglossia », Word, 15, 1959, p. 325-340.
  • 2 Joshua A. Fishman, Sociolinguistique, Bruxelles-Paris, Nathan et Labor, 1971.

3Quelques mots sur ces notions : dans un premier temps, diglossie et bilinguisme ont été confondus avant d’être distingués en sociolinguistique par Ferguson1 et Fishman2 (pour plus de détails, cf. ici même Soussi). La diglossie rendrait compte plus précisément de la situation de certaines langues ou variétés linguistiques d’une même langue sur un territoire donné, où, par suite d’événements politiques, historiques ou sociaux l’une des langues ou variétés a acquis un statut supérieur à l’autre (ex. en France : français standard vs parlers d’oc ou d’oïl). Tandis que le bilinguisme s’appliquerait à des situations où deux langues cohabitent sans qu’il y ait de rapport de force (ex. la Suisse). Voilà pour la théorie. Dans la pratique, il semble que les choses soient plus nuancées que cela. D’ailleurs, la grande majorité des textes qui suivent nous montrent que quelles que soient les époques, il y a toujours des cohabitations plus ou moins consensuelles ou plus ou moins conflictuelles. Évidemment à époques anciennes, il s’agit de traces écrites qui ne nous disent pas tout des pratiques orales, ces dernières étant bien sûr plus documentées aujourd’hui.

4Ainsi l’intervention de Ana Isabel Blasco-Torres portant sur les inscriptions relevées sur les Ostraca découvertes à Narmouthis en Égypte (iie siècle après J.-C.) et celle de Christel Freu sur la langue des contrats et accords commerciaux dans l’Empire romain, rendent compte que, très tôt, les échanges commerciaux et culturels ont impliqué le bilinguisme dans le vaste espace dominé par les Romains autour de la Méditerranée. À la même époque, au cœur de la région où s’est déroulé le congrès, Michel Christol montre qu’à Nîmes les dénominations de personnes se caractérisent par une latinisation précoce, élément essentiel de l’identité vers une intégration, tandis qu’un peu plus tard à Arles, Michel Banniard prouve qu’au travers des fluctuations du latin de Césaire (évêque, vie siècle), les compromis linguistiques peuvent être illustrés dans une communauté de locuteurs encore latinophones, et non déjà romanophones.

5Jean-Loup Lemaître nous fait faire un bond dans le temps et nous transporte dans le Limousin du xiiie siècle à la rencontre de Bernard Itier, bibliothécaire de l’abbaye de Saint-Martial de Limoges qui, par le biais de sa chronique, montre l’utilisation de la langue limousine, en concurrence avec le latin, aussi bien pour les noms de personnes et de lieux que pour les termes techniques et les propos qu’il rapporte.

6Avec l’intervention de Marie-Rose Bonnet, on retourne à Arles aux xve et xvie siècles lorsque les documents puisés dans les riches archives communales révèlent à la fois une attestation tardive du provençal, mais aussi une apparition précoce du français, instrument de la lutte pour le pouvoir par l’appropriation d’un système linguistique considéré comme plus favorable. À la même époque, en élargissant l’aire géographique à l’ensemble de la Provence, Gabriel Audisio montre que, dans les actes notariés, trois langues sont utilisées : le latin, le provençal et le français devenu obligatoire depuis l’ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539. La traduction est indispensable entre les clients qui ne pratiquaient le plus souvent que la langue vernaculaire et les notaires chargés de la mise en forme des actes, entraînant parfois des problèmes d’identification.

7Bernard Thomas évoque le cas particulier des États pontificaux d’Avignon qui présentent une exception dans la tenue des registres paroissiaux entre 1768 et 1792, puisque contrairement au reste du royaume, c’est principalement en latin, au lieu du français, qu’ils ont été tenus dans une grande majorité des cas, au gré des fluctuations politiques, jusqu’à l’imposition définitive du français à la Révolution. C’est précisément sur cette époque de la Révolution, que porte l’intervention de Régis Bertrand qui a recherché les attestations de la langue vernaculaire dans les écrits recueillis sur un axe Toulouse–Marseille lesquels montrent une situation diglossique et une francisation très avancées. Plus près de nous, Hervé Terral nous décrit l’expérience originale menée par Antonin Perbosc (1861-1944) pour la défense de la langue d’oc alors qu’il est instituteur dans le Tarn-et-Garonne, en créant avec ses élèves « une société traditionniste » pour la collecte de contes, chansons, etc. qui donnera lieu à une publication.

8Deux éclairages proposent un aperçu de la situation diglossique d’aujourd’hui dans le domaine français. D’une part, Marie-Jeanne Verny a mené une enquête auprès des écrivains occitans contemporains pour connaître leur itinéraire biographique et leurs motivations dans notre société actuelle où la pratique des langues vernaculaires ne cesse de baisser. D’autre part, Marie-Noële Denis décrit pour l’Alsace les nombreux changements de langue qui ont été imposés du fait des fluctuations politiques qu’a connu cette région et nous fait part des résultats d’enquêtes menés auprès d’adolescents alsaciens pour connaître leur pratique actuelle, qui est en fort déclin. Nous élargissons notre champ d’investigation avec l’intervention de Houssine Soussi qui décrit la situation complexe contemporaine au Maroc où langues nationales et langues étrangères se côtoient.

9Les dictionnaires bilingues ont donné lieu à deux interventions. La première, de Claire Torreilles, porte sur un important ouvrage anonyme, datant du xviiie siècle qui vient d’être retrouvé à Nîmes, et dont l’abondante documentation littéraire constitue sans doute un des premiers monuments de la langue moderne. La seconde, de Jean-Roger Wattez, nous donne un aperçu du vocabulaire utilisé encore aujourd’hui dans le Montreuillois en Picardie.

10Les interventions suivantes élargissent notre champ d’investigation dans le temps et dans l’espace : nous retrouvons la conférence plénière de Serge Lusignan sur les langues de communication du pouvoir royal utilisées en France et en Angleterre du xiiie au xve siècle, période où le français a joué un rôle important dans les deux royaumes. Camille Desenclos montre, de son côté, les multiples difficultés rencontrées dans les relations diplomatiques au xviie siècle du fait de la multiplicité des langues utilisées dans les cours européennes.

11Annie Lagarde Fouquet évoque de son côté l’expérience singulière de l’Autrichienne Ida Pfeiffer (1797-1858) qui effectua cinq voyages dont deux tours du monde, souvent seule. Ses aventures firent l’objet de récits publiés et montrent l’importance du choix de la langue de communication dans l’approche des peuples rencontrés. Anne Nogarède nous entraîne dans l’exil des écrivains allemands et autrichiens pendant la Seconde Guerre mondiale : elle analyse les conséquences de la perte de la langue maternelle et de l’adaptation à la langue et à la culture des pays d’accueil. Enfin la communication de Regina Pozzi analyse un passage de la Démocratie en Amérique de Tocqueville où il décrit « comment la société américaine a modifié la langue anglaise ».

12En dernier lieu, trois interventions se rapportent au thème de la création lexicale. Les deux premières s’attachent à décrire des langues fictives : Isabelle-Rachel Casta s’intéresse aux langages cryptiques utilisés dans la fantasy française, tandis que Pascal Semonsut nous rend compte de la représentation du langage préhistorique dans la fiction contemporaine (littérature, bande dessinée, cinéma).

13Enfin, Michel Rateau nous donne un aperçu du processus de création des noms commerciaux, notamment en Afrique du Sud et de l’usage du français dans ce processus.

Notes

1 Charles A. Ferguson « Diglossia », Word, 15, 1959, p. 325-340.

2 Joshua A. Fishman, Sociolinguistique, Bruxelles-Paris, Nathan et Labor, 1971.

Auteur

Guylaine Brun-Trigaud

Membre de la section Anthropologie sociale, ethnologie et langues régionales (CTHS)
Ingénieur CNRS (UMR 7320, Laboratoire Bases-Corpus-Langage)