Version classiqueVersion mobile

La montagne explorée, étudiée et représentée : évolution des pratiques culturelles depuis le xviiie siècle

 | 
Louis Bergès

Nouvelles appropriations contemporaines

Une ré-Vision du Pyrénéisme pour le xxie siècle

Manel Rocher Gonzalez et Claude Molinier

Résumé

Le Pyrénéisme est un mouvement culturel et sportif. Dans les faits, c’est un recueil de grands concepts tels que la philosophie, la recherche, l’art, l’exploration, la littérature, la culture, l’aventure, le sport, la science, qui se combinent parfaitement pour définir le flux de personnes qui, au xixe siècle, part à la découverte et à la conquête des Pyrénées, afin de profiter de la richesse de la culture et des paysages qui leur sont offerts. Au cours du xxe siècle, ce mouvement tombe en décadence : le mot alpinisme s’impose comme la définition du sport pratiqué en montagne, alors que la maxime d’Henri Beraldi, « marcher, sentir, écrire » était toujours présente à l’esprit des montagnards pyrénéens. Face aux défis du xxie siècle, il est nécessaire de proposer une « ré-Vision » du Pyrénéisme, comme mouvement lié à la société pyrénéenne. Le Pyrénéisme, au lieu d’être un mouvement de « visiteurs des Pyrénées », doit devenir un mouvement des « habitants des Pyrénées ». Le xxie siècle, avec tous ses progrès, peut transformer notre chaîne de montagnes en une des sociétés les plus avancées au monde. Il est seulement nécessaire que ses habitants croient dans cette « ré-Vision ». Pour cela, nous proposons de présenter la candidature du Pyrénéisme à l’inscription sur la liste du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité de l’Unesco.

Texte intégral

  • 1 Eduardo Martinez de Pisón. Conférence « Alabanza de los Pirineos » à Pyrenades Festival, 24/3/2018 (...)

« Il faut continuer à enseigner selon les valeurs du Pyrénéisme1 »

1Cet article constitue une réflexion sur le Pyrénéisme et, plus concrètement, sur l’importance et la transcendance qu’il a eu à son origine, au xixe siècle, ainsi que sur la décadence dans laquelle il sombra au xxe siècle. Nous présentons une proposition pour sa renaissance.

2Il est aujourd’hui indispensable de tirer la sonnette d’alarme et de faire une ré-Vision du Pyrénéisme pour affronter le xxie siècle, si nous ne voulons pas qu’il tombe définitivement dans l’oubli. En effet, si nous regardons les résultats des recherches effectuées sur Google, nous nous rendons parfaitement compte de la situation actuelle (tabl. 1.).

Tabl. 1. – Recherche de mots clés.

Terme Résultat
Pyrénéisme – fr- 80 700
Pirineisme – cat- 4 210
Pirineismo – esp- 12 200
Alpinisme – fr- 11 600 000
Alpinisme – cat- 7 390 000
Alpinismo – esp- 8 350 000

3Il est évident que le terme « Alpinisme » a « écrasé » le terme « Pyrénéisme » ; l’objet de cette étude n’est pas d’analyser les causes, mais bien de faire une proposition pour préserver la connaissance de ce mouvement, et, par conséquent, la vigueur de cette riche culture que constitue le Pyrénéisme (fig. 1 et 2).

Fig. 1. – Refugi Rosta.

Fig. 1. – Refugi Rosta.

© Manel Rocher, Collection PyrenMuseu.

Fig. 2. – Salle Galeria, PyrenMuseu-Refugi Rosta.

Fig. 2. – Salle Galeria, PyrenMuseu-Refugi Rosta.

© Manel Rocher, Collection PyrenMuseu.

4Le Pyrénéisme est un mouvement scientifique, naturaliste et culturel2. De fait, c’est un mélange, un recueil de grands concepts qui se rencontre en de très rares occasions : science, philosophie, recherche, arts, exploration, littérature, culture, aventure, sport… C’est « pratiquement » un courant civilisateur.

5Au xxe siècle, le Pyrénéisme désigne le courant qui rassemble des personnes très différentes qui partent à la découverte et à la conquête des montagnes et des vallées des Pyrénées. De nombreuses personnes sont venues d’horizons lointains pour participer à cette aventure, et profiter de la richesse et de la beauté que la culture et les paysages pyrénéens leur offraient.

6Il n’est pas possible de parler de tous, mais il est nécessaire d’en mentionner certains : Louis Ramond de Carbonnières (1755-1824), envoyé de Paris à Pau, grand poète et naturaliste, considéré comme le « père » du Pyrénéisme ; Henri Russel (1834-1909), aristocrate audacieux et pionnier, aux très nombreuses ascensions. Maurice Gourdon (1847-1941), grand découvreur de ma « demeure », le Val d’Aran. Franz Schrader (1844-1924) géographe, personnification de la sensibilité et de la constance au travail : un génie. Juli Soler i Santalo (1865-1914), qui introduisit le Pyrénéisme dans la société catalane. Henri Beraldi (1849-1931), auteur de l’œuvre immense Cent ans aux Pyrénées, et à qui nous devons la merveilleuse maxime : « Marcher, sentir, écrire », qui résonnera très longtemps, pour définir et différencier la culture montagnarde des Pyrénées de toutes les autres cultures montagnardes du monde (fig. 3).

Fig. 3. – Maurice Gourdon avec ses guides.

Fig. 3. – Maurice Gourdon avec ses guides.

© Maurice Gourdon, Collection PyrenMuseu.

7Tout au long du xxe siècle se sont développées diverses cultures montagnardes dans les Alpes, l’Himalaya et les Andes ; mais, il n’existe pas de mouvement similaire à celui qui s’est produit dans les Pyrénées au xixe siècle.

8Le Pyrénéisme a construit une vision scientifique et humaniste du territoire et de ses habitants. C’est un concept d’« exploration » totale. Le plus secret comme le plus commun est mis à nu jusqu’à ce qu’il soit compris et divulgué (fig. 4). Le défi que constitue l’ascension d’une montagne évolue en permanence. À la lumière de la révolution industrielle et par la fascination croissante de la conquête des montagnes apparemment inatteignables, ce défi a évolué jusqu’à créer un nouveau sport, une marque qui définit la pratique sportive en montagne qui a été baptisée d’« alpinisme ». C’est à ce moment qu’a commencé le déclin progressif du Pyrénéisme face au « monstre » qu’il a lui-même contribué à créer (fig. 5).

Fig. 4. – Carte du Val d’Aran. Franz Schrader.

Fig. 4. – Carte du Val d’Aran. Franz Schrader.

© Manel Rocher, Collection PyrenMuseu.

Fig. 5. – Pic de Posets.

Fig. 5. – Pic de Posets.

© Maurice Gourdon, Collection PyrenMuseu.

9Nous avons vu en introduction que la comparaison des résultats des recherches sur Google pour les termes « Pyrénéisme » et « Alpinisme » fait apparaître une relation inférieure à 0,01 %. D’autres éléments confirment le constat suivant : selon les enquêtes réalisées au PyrenMuseu de Salardu, seulement 1 % des visiteurs ont entendu parler du Pyrénéisme.

10Ainsi, au xxe siècle, le Pyrénéisme en tant que courant, après un siècle de brillantes réalisations, d’énormes découvertes et d’incroyables apports, au sens le plus large du terme, succombe devant la terminologie « Alpinisme ». Et aujourd’hui, au début du xxie siècle, il doit affronter sa disparition de l’Histoire… ou bien vivre une renaissance. Ce constat constitue la motivation de cette proposition de « ré-Vision », de cette réflexion urgente, si nous ne voulons pas que le Pyrénéisme soit réduit à un courant du passé. Le cadre du congrès Circulations montagnardes, circulations européennes, à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, a constitué le lieu idéal pour envisager cette question.

Le xxie siècle

11Le xxie siècle débute par d’importants progrès dans de nombreux domaines : communication, nouvelles technologies, mobilité et grands défis de tous types (politiques, environnementaux, sanitaires, économiques, sociaux) auxquels il faut répondre avec rapidité et sagesse. C’est dans ce contexte que les valeurs du Pyrénéisme peuvent être extrêmement utiles pour inspirer la société pyrénéenne dans cette vertigineuse évolution ou révolution ! Ce qui nous attend, ce qui est en train d’arriver, ce qui est en train de se construire, nous ne le connaissons pas, nous ne pouvons l’imaginer, mais il est absolument nécessaire, que cela se développe sur une base humaniste (fig. 6 et 7).

Fig. 6. – Reproduction du panoramique de Maladetas.

Fig. 6. – Reproduction du panoramique de Maladetas.

© Victor Petit, Collection PyrenMuseu.

Fig. 7. – Manuscrit Maurice Gourdon.

Fig. 7. – Manuscrit Maurice Gourdon.

© Manel Rocher, Collection PyrenMuseu.

La vision

12« Marcher, sentir, écrire ». Lorsque Henri Beraldi synthétise le Pyrénéisme dans cette phrase, il crée quelque chose de plus qu’une définition : il présente une vision. Les visions sont très puissantes, car elles sont indispensables pour générer l’ensemble des idées nécessaires et les diriger avec efficacité vers la réalisation d’un but, si nous ne voulons pas perdre les ressources et le temps disponibles. La valeur d’une vision est immense. Ce fut le cas en 1895, lorsque Beraldi l’écrivit dans le premier volume de son œuvre Cent ans aux Pyrénées, où il s’est attaché à rendre compte de la « découverte » des Pyrénées, de l’exploration de ses sommets, de ses vallées, de sa culture et de ses paysages. En lançant le siècle d’or du Pyrénéisme dans une œuvre de sept volumes, il a aussi voulu témoigner pour les siècles à venir (fig. 8).

Fig. 8. – Reprogravure de l’Entecada.

Fig. 8. – Reprogravure de l’Entecada.

© Eugène Ciceri, Collection PyrenMuseu.

13Les visions stratégiques doivent s’adapter aux changements qui se produisent avec le temps qui passe. Et ce moment, comme cette proposition, est venu pour le Pyrénéisme. C’est un mouvement trop important pour le laisser dans les oubliettes de l’Histoire. Il doit beaucoup apporter à notre société pyrénéenne. De fait, au-delà de la question, que faisons-nous ? il peut nous aider à répondre à la question, pourquoi faisons-nous cela ?

14Une vision stratégique, c’est la capacité de prévoir le futur dans un projet, sur un territoire : c’est le fondement, la ligne à suivre. Et nous les pyrénéistes, nous l’avons : « Marcher, sentir, écrire » nous dit Henri Beraldi. Ne la perdons pas de vue ! C’est l’essence du Pyrénéisme ! Laissons-la inspirer nos pas. Utilisons la vision d’Henri Beraldi pour dissiper la confusion. Récupérons les valeurs du Pyrénéisme pour ce nouveau xxie siècle. Avec toutes ses réalisations, ses farces et rêves brisés, le xxe siècle est déjà passé ; mais ce nouveau xxie siècle sera celui dans lequel vivront nos enfants et nos petits-enfants. Nous pouvons travailler pour que les Pyrénées soient le lieu le plus merveilleux du monde (fig. 9).

Fig. 9. – Les touristes sur le glacier de Paoule.

Fig. 9. – Les touristes sur le glacier de Paoule.

© Maurice Gourdon, Collection PyrenMuseu.

« Il faut poursuivre l’éducation avec les valeurs du Pyrénéisme »

15Cette phrase d’Eduardo Martinez de Pisón pourrait être revendiquée par tous les Pyrénéistes, par tous les amoureux des Pyrénées. Tous les connaisseurs de l’histoire du Pyrénéisme rêvent de perpétuer, grâce à l’éducation et à l’enseignement, les valeurs du Pyrénéisme. Et cela est possible. L’éducation et la formation, comme base de création du talent, peuvent être la voie pour freiner le dépeuplement des villages pyrénéens, en créant l’empathie nécessaire pour aller vers une meilleure qualité de vie. Si l’on pouvait obtenir que les vallées des Pyrénées soient territoires leader en créativité et en connaissances, on créerait l’attraction nécessaire pour stabiliser une population, et pour cela « Marcher, sentir, écrire » associé à « éduquer » est fondamental.

Éducation et Pyrénéisme : la vision d’Henri Beraldi révisée

16En résumé, différentes questions nous assaillent : quels sont les instruments nécessaires à la continuité du Pyrénéisme, comment obtenir sa reconnaissance, et comment instaurer un cadre de discussion qui permettra d’inclure les valeurs du Pyrénéisme dans l’éducation ?

  • 3 Unesco. Patrimoine Culturel Immatériel. Procédure d’inscription d’éléments sur les Listes et de sé (...)

17La réponse existe. Nous proposons de présenter une candidature à l’Unesco afin d’inscrire le Pyrénéisme sur la liste du Patrimoine Culturel Immatériel nécessitant une sauvegarde urgente3. Ainsi le terme serait préservé et se ferait connaître dans le monde entier. Le Pyrénéisme remplit largement les prérequis nécessaires pour obtenir une telle inscription :

  • Critère 1. L’élément est constitutif du patrimoine culturel immatériel tel que défini à l’article 2 de la Convention du 17 octobre 2003.
  • Critère 2.
    • L’élément nécessite une sauvegarde urgente parce que sa viabilité est en péril, en dépit des efforts déployés par la communauté, le groupe ou, le cas échéant, les individus et l(es) État(s) ou partie(s) concerné(s) ;
    • L’élément se trouve confronté à une nécessité extrêmement urgente de sauvegarde parce qu’il fait l’objet de menaces sérieuses auxquelles il ne pourrait survivre sans intervention immédiate ;
  • Critère 3. Des mesures de sauvegarde sont élaborées pour qu’elles puissent permettre à la communauté, au groupe ou, le cas échéant, aux individus concernés de poursuivre la pratique et la transmission de l’élément ;
  • Critère 4. L’élément a été soumis au terme de la participation la plus large possible de la communauté, du groupe ou, le cas échéant, des individus concernés et avec leur consentement libre, préalable et éclairé :
  • Critère 5. L’élément figure dans un inventaire du patrimoine culturel immatériel présent sur le(s) territoire(s) de(s) (l’)État(s) partie(s) soumissionnaire(s), tel que défini dans les articles 11 et ou 12 de dite Convention.
  • Critère 6. Dans des cas d’extrême urgence, l(es) État(s) ou partie(s) concerné(s) a (ont) été dûment consulté(s) sur la question de l’inscription de l’élément conformément à l’article 17.3 de dite Convention.

18Le Pyrénéisme remplit les prérequis nécessaires pour obtenir une telle inscription :

  • Malgré sa fragilité, le patrimoine culturel immatériel est un facteur important dans le maintien de la diversité culturelle face à une globalisation croissante. La connaissance du patrimoine culturel immatériel de différentes communautés contribue au dialogue entre les cultures et promeut le respect envers les autres modes de vie.
  • L’importance du patrimoine culturel immatériel ne réside pas dans la manifestation culturelle elle-même, mais dans les acquis des connaissances et des techniques qui se transmettent de génération en génération. La valeur sociale et économique de cette transmission de connaissances est pertinente pour les groupes sociaux aussi bien minoritaires que majoritaires dans un État, et revêt la même importance pour les pays en développement que pour les pays développés.

19Ce travail doit être assumé par les agents territoriaux, les institutions et organisations sociales, et peut constituer un puissant élément de cohésion transpyrénéenne.

  • Le patrimoine culturel immatériel ne s’évalue pas simplement comme un bien culturel, à titre de comparaison, pour son exclusivité ou sa valeur exceptionnelle. Il s’épanouit dans les communautés et dépend de ceux dont les connaissances des traditions, des techniques et coutumes se transmettent aux autres membres de la communauté, de génération en génération, ou à d’autres communautés.
  • Basé sur la communauté, le patrimoine culturel immatériel ne l’est en tant que tel que s’il est reconnu par les communautés, groupes ou individus qui le créent, le maintiennent et le transmettent. Sans cette reconnaissance, personne ne peut décider pour un autre qu’une expression, ou un usage déterminé, fait partie de son patrimoine.

 

20Ce projet constitue une bonne voie à suivre. Avec passion et avec un travail commun, nous pouvons ouvrir un chemin de renaissance pour le Pyrénéisme.

Bibliographie

Baqués i Soler Josep, Les muntanyes d’Aran i el Pirineisme. Una síntesi histórica, Tremp, Garsineu edicions, 2010.

Beraldi Henri, Cent ans aux Pyrénées, Paris, 1898-1904, (7 vol.).

Gourdon Maurice, À travers l’Aran. Itinéraires d’un touriste, rééd., Nîmes, éd. Lacour, 2005.

Joanne Paul, Pyrénées, Paris, éd. Hachette et Cie, 1888.

Lévy André, Le dictionnaire des Pyrénées, Toulouse, Privat, 1999.

Ramond de Carbonnières Louis, Lettres inédites, Bagnères-de-Bigorre, Société Ramond, 1927.

Ritter Jean, Le Pyrénéisme avec Henry Russell et Bertrand de Lassus, Louveciennes, 2001.

Saule-Sorbé Hélène, Pyrénées Voyages photographiques, Pau, Éditions du Pin à Crochets, 1998.

Schrader Franz, Les Pyrénées, Toulouse, Privat, 1932, (2 vol.).

Soler i Santaló Juli, Guia de la Val d’Aran, 2ª éd. Barcelona, CEC, 1933.

Notes

1 Eduardo Martinez de Pisón. Conférence « Alabanza de los Pirineos » à Pyrenades Festival, 24/3/2018. [https ://www.youtube.com/watch?v=DTUlpKROcGc&list=PLjoQCAj47jAz3pNy8rG1M4Ko71iJlWpoE&index=13].

2 Pyrenades. Conferencias y debate : « Retos de futuro del Pirineismo » [http://www.pyrenades.es/futur-pirineisme.html]

3 Unesco. Patrimoine Culturel Immatériel. Procédure d’inscription d’éléments sur les Listes et de sélection de bonnes pratiques de sauvegarde. [https ://ich.unesco.org/fr/procedure-d-inscriptions-00809]

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Refugi Rosta.
Crédits © Manel Rocher, Collection PyrenMuseu.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/11618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 674k
Titre Fig. 2. – Salle Galeria, PyrenMuseu-Refugi Rosta.
Crédits © Manel Rocher, Collection PyrenMuseu.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/11618/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Titre Fig. 3. – Maurice Gourdon avec ses guides.
Crédits © Maurice Gourdon, Collection PyrenMuseu.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/11618/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4. – Carte du Val d’Aran. Franz Schrader.
Crédits © Manel Rocher, Collection PyrenMuseu.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/11618/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 5. – Pic de Posets.
Crédits © Maurice Gourdon, Collection PyrenMuseu.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/11618/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Fig. 6. – Reproduction du panoramique de Maladetas.
Crédits © Victor Petit, Collection PyrenMuseu.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/11618/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 7. – Manuscrit Maurice Gourdon.
Crédits © Manel Rocher, Collection PyrenMuseu.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/11618/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 8. – Reprogravure de l’Entecada.
Crédits © Eugène Ciceri, Collection PyrenMuseu.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/11618/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 9. – Les touristes sur le glacier de Paoule.
Crédits © Maurice Gourdon, Collection PyrenMuseu.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/11618/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 352k

Auteurs

Directeur – Fondateur du PyrenMuseu – Musée du Pyrénéisme

Guide de montagne, traducteur et pyrénéiste

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search