Version classiqueVersion mobile

La montagne explorée, étudiée et représentée : évolution des pratiques culturelles depuis le xviiie siècle

 | 
Louis Bergès

Nouvelles appropriations contemporaines

Joseph Peyré (1892-1968) : radiographe pyrénéen

Christian Manso

Résumé

Ancré en son village natal d’Aydie qui forme « l’angle extrême des Basses Pyrénées », Joseph Peyré ne peut rêver de meilleur poste d’observation pour en sonder le site tout en en scrutant les alentours montagneux qu’il embrasse de la Bigorre au Pays basque. Ainsi en ressort-il notoirement dans De mon Béarn à la mer basque (Arthaud, Paris 1987). Ce faisant, il se livre à une systématique herméneutique paysagère, laquelle passée au crible de l’épistémologie, de l’esthésie et de l’esthétique, s’inscrit dans une véritable quête ontologique.

Texte intégral

1Le 29 septembre 1950, Joseph Peyré met un point final à son œuvre De mon Béarn à la mer basque qui fera l’objet d’une première publication en 1952. L’intérêt suscité par cet ouvrage est, assurément, accentué par son sous-titre, Essai de géographie personnelle, lequel éclaire l’usage du possessif du titre, mon, en renforce la portée et place immédiatement ce livre sous le sceau d’une subjectivité pleinement assumée, revendiquée même, en un domaine, la géographie, qui, a priori, en est totalement dénuée ou, à tout le moins, se définit intrinsèquement comme telle. Un paradoxe, donc, sur lequel repose une originalité qui ne peut manquer de piquer la curiosité du lecteur potentiel et ce d’autant plus que la démarche énoncée dans la Préface, tout en s’inscrivant résolument à rebours de l’Histoire, a pris le parti d’appréhender l’immuable, l’inaltérable :

  • 1 J. Peyré, De mon Béarn à la mer basque, p. 9.

« Aussi le témoignage que j’apporte ici à mon pays ne va-t-il pas aux vivants, ni aux morts.1 »

  • 2 Ibid., p. 9.
  • 3 Ibid.

2Ce dernier porte sur « les choses qui demeurent2 », à savoir sur « les terres et les paysages3 ». Toutefois, l’approche de semblable réalité géographique ne saurait se concevoir chez Joseph Peyré sans méthode ni gradation :

  • 4 Ibid.

« Mais un pays ne s’apprend pas, il n’est pas donné d’un seul coup […] Il fait l’objet d’une manière de découverte, d’une expérience personnelle qui change avec chaque homme, et forme les traits d’un visage particulier.4 »

3À cet effet, il a cru bon de diviser son livre en deux parties pour rendre compte au mieux de sa quête, l’une délibérément tournée vers l’apprentissage qui le replonge chez l’enfant qu’il fut dans les rapports à son environnement, l’autre fondamentalement axée sur la synthèse qui se dégage de la réflexion de l’homme arrivé au soir de sa vie sur une semblable thématique.

Radiographie de son enfance

  • 5 Ibid., p. 18.
  • 6 Ibid., p. 13.
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid., p. 16.

4Dans la première partie, Joseph Peyré tente, avec succès, de réinvestir l’univers mental du jeune Aydien qu’il fut, pour lequel la configuration géographique dont il a bénéficié a été, selon lui, déterminante dans la formation de sa propre personnalité. Ce village d’Aydie, qui se trouve aux confins du département des Basses-Pyrénées jouxtant celui des Hautes-Pyrénées ainsi que celui du Gers, a immanquablement contribué à générer en lui ce sentiment exacerbé de refuge, d’abri à l’écart du monde, voire de « sauvagerie5 » qu’il n’a eu de cesse de préserver jalousement. Deux éléments tutélaires en sont, à ses yeux, les garants : la « côte qui s’élevant vers l’ouest, nous protégeait de son épaule6 » et le Sagé, « le ruisseau frontière que la route ne franchissait pas7 ». L’usage de la prosopopée qui se double d’anthropomorphisme appuyé n’a rien de feint en pareil cas, bien au contraire : Joseph Peyré capte au mieux les représentations émotionnelles que s’est forgées peu à peu en son intimité cet enfant qu’il fut, confronté à la prépotence des phénomènes naturels, à des réalités ultrasensibles relevant du magico-religieux, dont il était entouré. Ainsi en va-t-il du vent dont l’air vif au sommet de la côte du Haut-d’Aydie « annonçait l’océan8 », qui l’amène à ce commentaire :

  • 9 Ibid., p. 17.

« Sans doute battait-il la crête pour rappeler au timide village […] la présence des espaces, et, ainsi, tenter ses esprits voyageurs.9 »

  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid., p. 21.
  • 12 Ibid.
  • 13 Ibid., p. 22.

5Ou encore de la profondeur de l’horizon qui « inspirait une espèce d’effroi10 ». Dans de telles conditions, passer le limes d’un semblable territoire n’est pas sans risque ni dérangement. Encore que se déplacer jusqu’à Lembeye, à quelque quinze kilomètres, ne se puisse concevoir comme un total dépaysement. À cet égard, la présence de plusieurs côtes raides, d’est en ouest, est, à vrai dire, quelque peu rassurante, qui sont autant de remparts protecteurs : ne forcent-elles point les voyageurs à descendre de la jardinière où ils ont pris place et par conséquent à les enjamber non sans effort jusqu’à leur sommet pour regagner ensuite leur siège ? Cependant, deux signes sont annonciateurs d’une étrangeté quelque peu inquiétante. La route fait état de marques de l’ailleurs : composée de « boue argileuse11 », elle est « rechargée à la saison de plaques de cailloux coupants – le gravier bleu de l’Adour12 », et puis, aux abords de cette ville, la voiture court sur des lieues de « poutge13 » plate. S’amorce, à l’évidence, une rupture qui n’est pas tant due au relief lui-même qu’à un paysage qui va prendre des aspects nettement dysphoriques. En effet, si entre Lembeye et Pau la route est en butte à l’opiniâtreté des côtes qui rappelle celle des précédentes, la mutation de la végétation ne peut être plus marquée :

  • 14 Ibid., p. 29.

« Plus de vignes pour égayer les pentes de l’est de leur chaude rougeur d’octobre […] Les couverts du touya – la lande béarnaise – étouffaient maisons et clochers.14 »

  • 15 Ibid.
  • 16 Ibid., p. 30.
  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid.

6La tristesse l’emporte donc, par ses toits d’ardoise ; de plus, s’entrouvre « un pays de terres froides, de châtaignes et de lait15 ». Après six heures de route le séparant de sa terre aydienne et le franchissement du bourg de Morlaàs, le voyageur Peyré touche enfin à une ligne de démarcation sise exactement « au tournant de Serres-Morlaàs16 ». De ce belvédère qui départage Béarn des Côtes et Béarn des Gaves, il lui est loisible de percer à jour l’existence du Gave (de Pau) de par la vapeur qu’exhale la vallée qui « se déroule maintenant à (ses) pieds17 » ainsi que « l’oppressante proximité de la chaîne des Pyrénées18 ». Cette longue et cahoteuse traversée d’Aydie à Pau, qui a arraché Joseph Peyré à son havre aydien, l’a plongé dans un ailleurs tout aussi déconcertant que riche d’enseignements. Un ailleurs qui ira croissant avec son approche de la haute montagne.

  • 19 Ibid., p. 39.
  • 20 Ibid., p. 38.

7C’est vers la fin de son « âge de lycéen19 » vécu au sein du lycée de Pau, que s’offre à lui l’opportunité de rencontrer « le prince du paysage20 », c'est-à-dire le Pic du Midi d’Ossau. Cette vallée qui va lui en donner l’accès va provoquer en lui un choc émotionnel tel qu’il n’hésite nullement à la monter au pinacle :

  • 21 Ibid., p. 39-40.

« Ni la vallée de Zermatt sous l’apparition du Cervin, ni la vallée sainte de Rongbuk sous celle de l’Everest […] n’ont eu sur moi pareil pouvoir.21 »

8Un avant-goût de cette idiosyncrasie pyrénéenne lui est fourni en chemin par la présence du Gave (d’Ossau) dont il remonte le cours :

  • 22 Ibid., p. 41.

« Il gardait la fougue de ses sources. Il se déchirait à ses propres écueils, les couronnait de ses écumes, précipitait ses chutes scintillantes.22 »

9Le grandiose et l’impétueux s’imposent d’emblée. Toutefois, en un tel cadre tout semble concourir pour le troubler. À commencer par la réalité minérale de la route qui n’est pas sans le frapper :

  • 23 Ibid.

« La route blanche restait dure au pied, comme un marbre, le marbre qui en faisait le grain […] et je m’émerveillais, moi qui étais né d’une terre dénuée de pierre.23 »

10Après une halte nocturne chez le curé doyen de Bielle, se désaltérant à la fontaine du village, c’est l’eau qui le fait tressaillir d’aise :

  • 24 Ibid., p. 43.

« Jamais je ne devais goûter eau plus glacée, plus savoureuse […] Elle avait un parfum de neige et de prairie en fleurs.24 »

  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid.

11Il va sans dire que pour cet aydien, cette eau « dont nous étions si durement sevrés25 », lui fait « l’effet d’un miracle26 ». Enfin, s’écartant peu à peu de la route, il s’engage dans les alpages environnant les Eaux Bonnes et les lacets du Gourzy où, à nouveau, il est pris d’un saisissement qui l’ébranle tout autant que la minéralité de la route :

  • 27 Ibid., p. 45.

« Je glissais sur des prés de réglisse et de fleurs vives, dont aucune n’avait les violets, les jaunes ternes de celles de mes champs.27 »

12Le constat qu’il dresse ne peut être plus péremptoire :

  • 28 Ibid., p. 43.

« Je passais vraiment dans un autre monde, où rien de mon expérience passée ne servait.28 »

13Lequel, cependant, suscite chez Joseph Peyré, à la faveur d’une subtile mise en abyme, l’idée d’une entité microcosmique protéiforme renvoyant du macrocosme l’intégral reflet :

  • 29 Ibid., p. 46.

« Notre patrie se suffisait, et suffisait à nous fournir toutes les images du monde.29 »

14L’approche du Pic du Midi d’Ossau, qui s’effectue depuis une sente conduisant au Pic de Ger, réunit pour l’occasion tous les ingrédients d’un rituel mystique d’accès au sancta sanctorum. Tout d’abord, un voile en cache la face sans que pour autant la puissance sacrée ne puisse manifester son omnipotence :

  • 30 Ibid., p. 47.

« De grands nuages blancs, gonflés comme des voiles de navire, dérivèrent […] dans la direction du col, où devait se produire l’apparition. Un frisson froid courut l’herbe rase.30 »

15Puis l’adolescent se trouve à son tour recouvert par ce voile, par le truchement duquel il est, dès lors, en mesure d’espérer obtenir satisfaction :

  • 31 Ibid.

« Lorsqu’il m’enveloppa, je frissonnai et fermai les yeux, car je ne doutai pas qu’il descendît sur nous pour nous préparer à l’apparition.31 »

16Et c’est comme dans une sorte de transport que le narrateur peut assister à la transfiguration tant attendue :

  • 32 Ibid., p. 48.

« Mon cœur […] s’était mis à battre à coups tumultueux […] et […] lorsque l’Ossau surgit de la coupe du col de pierraille d’un seul élan, sur le ciel qui amassait autour de lui ses orages, je fus saisi d’une manière d’épouvante.32 »

Réflexion au soir de la vie

  • 33 Ibid., p. 150.
  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid., p. 157.

17Reprenant, dans la deuxième partie de son ouvrage, ses considérations sur Aydie du haut de ses soixante ans, Joseph Peyré en complète sa vision. Il en souligne la joie qui y règne en raison de la culture de la vigne, laquelle « humanise la vallée33 ». À celle-ci s’ajoutent un « air neuf34 », le « côté riant du paysage35 », son « renom de jardin36 ». C’est, pour sûr, un locus amœnus dans un hortus conclusus qui s’est peu à peu imposé dans son esprit et ce, grâce à l’amour que l’écrivain n’a cessé de lui prodiguer, un amour qui n’a rien d’un aveuglement, mais plutôt qui a été source de connaissance. Cependant, si pour Joseph Peyré, Aydie est un intangible enclos, du belvédère du Haut-d’Aydie se multiplient néanmoins en son esprit les hétérotopies, et par conséquent, les ouvertures :

  • 37 Ibid., p. 166.

« Il est ici ma jetée du Socoa, ma terrasse paloise, mon lieu de rêverie.37 »

18Joseph Peyré en tire plutôt orgueil :

  • 38 Ibid., p. 173-174.

« Il me plaît d’embrasser ainsi, par-delà mon particularisme rebelle, l’harmonieux ensemble auquel j’appartiens et dont le site de mon village, site qui en est la clef, semble fait pour rendre visible le mouvement, l’articulation décisive […] J’embrasse l’étendue, la profondeur de mon pays. Je sens, tout comme si j’y présidais moi-même, le ruissellement, l’immense dérive, à partir de la vague bleue de la chaîne, des piémonts béarnais et basque, appelés par leur océan.38 »

 

  • 39 Ibid., p. 112.
  • 40 M. Proust, À la recherche du temps perdu, tome sixième, p. 187.

19De retour sur son promontoire aydien, après avoir parcouru cet immense et composite territoire pyrénéen, après l’avoir percé à jour dans ses composantes orographiques, minéralogiques et hydrologiques, Joseph Peyré a tout loisir d’en discerner « l’harmonie essentielle39 », le sens. Aussi n’est-il point déraisonnable de concevoir, dans de telles conditions, Joseph Peyré comme un authentique radiographe pyrénéen, substantif faisant référence, bien évidemment, à Marcel Proust qui, le premier, a introduit le terme « radiographie » en littérature dans sa quête d’une réalité non donnée d’emblée et, à coup sûr, non exempte d’un prisme subjectif40. Pour une telle approche, la psyché seule est à même de dévoiler les essences entrant en jeu dans cette quête, laquelle recourt bien volontiers pour ce faire à la synesthésie si proustienne émanant d’une cénesthésie pleinement assumée : « Jamais les Pyrénées ne paraissaient aussi prochaines ni aussi hautes qu’à l’automne », fait remarquer Joseph Peyré.

  • 41 J. Peyré, Ibid., p. 18.

« Leur ton mauve des soirs d’octobre reste pour moi lié à l’odeur des chais, des cèpes sur la lande, au roulement des chars de vendange, au cri des oies, auquel répondait, du haut des nuages voyageurs celui des oies sauvages surprises par la montée rapide de la nuit.41 »

Bibliographie

Cazala Jean-Pierre, « Joseph Peyré, Aydie et le temps parfait », dans Joseph Peyré, L’homme de ses livres, Biarritz, J et D éditions, 1994, p. 83-91.

Delay Pierre, Joseph Peyré (1892-1968), L’homme et l’œuvre : À la rencontre des héros, Biarritz, J et D éditions, 1992.

Manso Christian, « L’hydrisme dans Guadalquivir », dans Joseph Peyré, L’homme de ses livres, Biarritz, J et D éditions, 1994, p. 287-300.

Manso Christian, « España y Francia, Azorín y Joseph Peyré (1935), Una Academia Goncourt en España », dans Monóvar. Revista Cultural de la Asociación de Estudios Monoveros, no 32, Alicante, Instituto Alicantino de Cultura Juan Gil-Albert, sept. 2004, p. 12-13.

Manso Christian, « Un Goncourt transpirenaico : Joseph Peyré, Le Pont des Sorts (1959) », dans Desde ambas laderas. Culturas entre la tradición y la modernidad, Barcelona, Universitat de Barcelona Edicions, 2015, p. 205-210.

Manso Christian, « Tradición y revolución en la España del Frente Popular : La Tour de l’Or de Joseph Peyré », dans Diálogos en la frontera. De la cultura popular a la cultura de masas en la era moderna, Zaragoza, Institución Fernando el Católico (CSIC), Excma Diputación de Zaragoza, 2016, p. 29-34.

Peyré Joseph, De mon Béarn à la mer basque, 2e éd., Paris, Arthaud, 1987.

Peyré Pierre, « Joseph Peyré, l’homme de toutes les énergies, Essai de psychobiographie », dans Joseph Peyré, L’homme de ses livres, Biarritz, J et D éditions, p. 15-31.

Proust Marcel, À la recherche du temps perdu, Le temps retrouvé, Paris, Jean de Bonnot, 1989.

Notes

1 J. Peyré, De mon Béarn à la mer basque, p. 9.

2 Ibid., p. 9.

3 Ibid.

4 Ibid.

5 Ibid., p. 18.

6 Ibid., p. 13.

7 Ibid.

8 Ibid., p. 16.

9 Ibid., p. 17.

10 Ibid.

11 Ibid., p. 21.

12 Ibid.

13 Ibid., p. 22.

14 Ibid., p. 29.

15 Ibid.

16 Ibid., p. 30.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Ibid., p. 39.

20 Ibid., p. 38.

21 Ibid., p. 39-40.

22 Ibid., p. 41.

23 Ibid.

24 Ibid., p. 43.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Ibid., p. 45.

28 Ibid., p. 43.

29 Ibid., p. 46.

30 Ibid., p. 47.

31 Ibid.

32 Ibid., p. 48.

33 Ibid., p. 150.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Ibid., p. 157.

37 Ibid., p. 166.

38 Ibid., p. 173-174.

39 Ibid., p. 112.

40 M. Proust, À la recherche du temps perdu, tome sixième, p. 187.

41 J. Peyré, Ibid., p. 18.

Auteur

Professeur Émérite en langue et littérature des civilisations espagnoles, Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM, EA 3002 (Identités, territoires, expressions, mobilités)

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search