Version classiqueVersion mobile

La montagne explorée, étudiée et représentée : évolution des pratiques culturelles depuis le xviiie siècle

 | 
Louis Bergès

Nouvelles appropriations contemporaines

L’introduction des principes de la lecture de paysage et de l’art contemporain dans l’interprétation de géosites sur le territoire de la réserve naturelle géologique de Haute-Provence

Christel Venzal

Résumé

Un géosite correspond à un espace naturel complexe, ne se résumant ni à un site géologique ni à un paysage. Il est référencé scientifiquement par ses intérêts géologiques et par ses valeurs historiques, économiques et culturelles. La lecture de paysage introduit la dimension spatiale et culturelle du géosite en intégrant un ensemble d’informations nécessaires à son interprétation (Freeman Tilden, 1956). Cette approche permet d’intéresser le touriste à des secteurs d’un territoire dont il n’aurait pas perçu seul les richesses géologiques, historiques voire économiques. L’introduction de l’art contemporain dans l’interprétation de géosites associe l’esthétique, le symbolique, l’artistique en permettant d’intéresser un public plus large. L’association de l’art contemporain et de la lecture de paysage interroge le visiteur et l’incite à découvrir la variété des formes et structures visibles sur un territoire montagnard, géologiquement référencé.

Texte intégral

  • 1 F. Tilden, Interpreting Our Heritage.
  • 2 Panorama du Défens, commune de Tartonne sur le circuit des « Hautes Vallées de l’Asse » mais égale (...)

1La notion de géotourisme, a été initiée en France par les gestionnaires de la réserve naturelle géologique de Haute-Provence (RNGHP) (fig. 1). Cette aire géographique, implantée sur 52 communes, entre la nappe de charriage de Digne-les-Bains (Alpes de Haute-Provence), l’arc plissé de Castellane, le bassin de Digne-Valensole et les chaînons provençaux varois, s’est organisée en deux étapes. Dans un premier temps (1984-1997), une offre de découverte ludique et didactique est orchestrée à partir d’un ensemble de sites géologiques et/ou historiques, se traduisant à travers des aménagements pour la visite du public, des sentiers, des panneaux, des brochures, des expositions… Toutes ces réalisations se basent sur l’inventaire d’un ou plusieurs sites, identifiés à partir d’éléments de base (roches, fossiles, pierres, eau…), et induisent ainsi une construction spatiale de géosites. Dans un deuxième temps (1997-2017), on note une implication de cette notion par les gestionnaires de ces géosites, dans des programmes transnationaux dont l’objectif premier envisage le développement durable de territoires géotouristiques, dénommés géoparcs et labellisés par l’UNESCO depuis le début des années 2000. Afin de comprendre et analyser les fondements de la terminologie de géosite, nous avons étudié les réalisations entreprises sur le territoire de la RNGHP. Nous avons constaté une proximité avec les principes énoncés par Freeman Tilden sur le concept d’« interprétation du patrimoine1 ». L’analyse de ces principes a guidé notre étude et notre réflexion sur les géosites. Dans un deuxième temps, nous avons étudié les orientations stratégiques du Centre d’Art Informel de Recherche sur la Nature (CAIRN), initié sur le territoire de la RNGHP. L’art représente dans cette approche un médiateur du géosite permettant de mettre en évidence des points particuliers du territoire. Les « sentinelles » réalisées par l’artiste britannique Andy Goldsworthy, sont installées le long de trois parcours d’interprétation du territoire et notamment afin de matérialiser les portes d’entrée de la RNGHP en soulignant l’angle de vue idéal pour apprécier un panorama2. L’artiste se positionne en médiateur de la protection de l’environnement en installant son œuvre dans l’éphémère naturel. Ces œuvres contemporaines s’intègrent dans la Nature en utilisant les éléments minéraux mais aussi végétaux ou encore liquides comme l’eau (ou solide selon les saisons, la glace, la neige). Ce courant de pensée artistique dénommé le Land Art est consacré par le travail d’artistes du naturel.

Fig. 1. – Présentation cartographique du territoire de la RNGHP.

Fig. 1. – Présentation cartographique du territoire de la RNGHP.

© Christel Venzal.

La lecture de paysages, outil d’interprétation des géosites

2L’Interprétation du patrimoine se définit comme l’art de communiquer la signification et la valeur d’un lieu à ceux qui le visitent. Ce concept désigne une philosophie, des méthodologies et des moyens d’expression. Son développement sur le continent américain est fortement lié à l’histoire et aux principes des parcs nationaux. Dans les textes de création des parcs nationaux, le territoire est envisagé comme un espace de récréation et de connaissances pour les citadins.

  • 3 Extrait du texte de création du parc national de Yellowstone en 1872.

« Le territoire protégé sera mis en réserve pour le plaisir, la détente et l’enrichissement culturel de tous les citoyens.3 »

3L’interprétation permet d’expliquer, de rendre clair ce qui est obscur, de donner un sens, de commenter, de comprendre. Dans le cadre de l’association interprétation à patrimoine, il s’agit de donner à comprendre le territoire à travers toutes ses composantes naturelles mais également culturelles pour sensibiliser le visiteur. Plusieurs termes sont associés à ce concept : information, communication, animation, vulgarisation, éducation, pédagogie. Dans les parcs américains, les interprètes sont les employés chargés de guider les visites de groupes ou d’animer des veillées autour des feux de camp qui sont un moyen de communiquer avec le public, en raison de l’ambiance très particulière qui s’en dégage (flammes, nuits étoilées…). Comme un interprète permet de comprendre les paroles prononcées dans une langue étrangère, les guides des parcs traduisent le message du territoire. L’interprétation du patrimoine développe une ambivalence ressentie par l’ensemble des gestionnaires de parcs, de réserves naturelles ouvertes au public : comment mettre le visiteur en contact avec la richesse des ressources d’un site tout en assurant la protection et la conservation de ces ressources ? L’interprétation recouvre toutes les activités liées à l’information des visiteurs : expositions, centres d’information, livres, brochures, cartes, panneaux disposés le long des sentiers, photographies, cartes postales… Les principes de Freeman Tilden sont basés sur l’expérience accumulée auprès des personnels des parcs nationaux américains et par l’abondance de ses observations de terrain. Il présente avant tout une philosophie de l’art du métier d’interprète. Tilden définit l’interprétation comme :

  • 4 F. Tilden, Interpreting Our Heritage, p. 8-9.

« Une activité qui veut dévoiler la signification des choses et leurs relations par l’utilisation des objets d’origine, l’expérience personnelle ou divers moyens d’illustration plutôt que par la communication d’une simple information sur des faits.4 »

4Il insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas uniquement de transmettre des données scientifiquement validées ou des coutumes ancestrales, mais de s’impliquer personnellement dans son discours afin d’associer le visiteur à cet exercice. À la différence de l’enseignant, l’interprète garde à l’esprit que le visiteur est en situation de loisir et non d’instruction académique. L’interprète rend son exposé attractif en se gardant de tout excès mais en souhaitant intéresser le visiteur. Dans le cas des sites géologiques très spectaculaires comme le Canyon du Colorado ou les Chutes du Niagara, l’interprétation doit se confondre avec le site. L’interprète sait se placer en retrait et se taire.

  • 5 F. Tilden, ibid., définition et principes en page 114.

« La beauté pour elle-même n’a pas besoin d’être interprétée. Plus tard des questions peuvent venir à l’esprit. Quelles grandes forces naturelles sont à l’œuvre derrière tout ça ? C’est alors que l’heure de l’interprète est arrivée.5 »

  • 6 Ibid., définition et principes en page 20.
  • 7 Ibid., définition et principes en page 41.

5L’interprète appréhende le visiteur dans son ensemble et il ne doit pas le sous-estimer ni surestimer son intelligence ou sa capacité à comprendre. Il garde à l’esprit que l’important n’est pas ce qu’il veut dire mais ce que souhaite connaître le visiteur. Toute représentation approchée de la réalité est en principe contraire à l’esprit scientifique, mais l’interprétation ne fait pas appel aux mêmes qualités que la recherche. Darwin a notamment utilisé les ressources de l’imagination pour interpréter les phénomènes qu’il étudiait6. L’objectif de l’interprétation est donc de satisfaire le visiteur en lui révélant une réalité qu’il ignorait ou connaissait mal. Le sentiment d’avoir appris quelque chose est source de satisfaction, contrairement à la frustration que produit toute information indigeste qui infériorise le visiteur et excite parfois son agressivité, sa capacité de vandalisme. Pour présenter ses idées, l’interprète maîtrise l’art du suspense et de la rhétorique sans tronquer les bases scientifiques. Lorsqu’il n’y a pas de certitudes sur un sujet, l’interprète rend compte simplement au visiteur et fait de cette incertitude un motif d’intérêt et de curiosité. Tilden estime que la provocation est une des clés de l’interprétation7. Pour Tilden, provoquer signifie qu’il faut dépasser le niveau cognitif, qui est celui de l’instruction, pour toucher plus profondément le visiteur et agir au niveau de l’appréciation qui est celui des valeurs. Il est préférable que le visiteur ait retenu une portion de l’information, plus ou moins variable en fonction des individus, plutôt qu’il ait l’impression de n’avoir rien compris ou d’avoir reçu trop d’informations et trop peu de temps pour les assimiler. Il doutera ainsi de l’intérêt de protéger le site et l’interprétation aura échoué. D’autres auteurs ont travaillé sur ce concept notamment en l’adaptant à la situation du continent européen et à son patrimoine, principalement architectural.

  • 8 D. Aldridje. Principe of country interpretation.

6Pour Don Alridge8, l’interprétation est un art qui ne peut être réduit à une technique traitée dans un manuel. Les qualités essentielles à une bonne interprétation font appel à l’émotion et à la sensibilité du visiteur. Avec l’interprétation de la nature, l’interprète cherche à montrer le caractère du site sur la base de l’interrelation entre les roches, les sols, la flore, la faune et l’homme. Il s’agit d’une prise de conscience sur l’interrelation entre l’Homme et son environnement naturel. La méthode qu’il préconise se base sur une approche thématique des sites naturels avec comme fil conducteur la place de l’Homme dans son environnement. Il estime qu’il est important de sensibiliser au préalable la majorité des visiteurs dans des centres d’accueil. La visite des sites naturels s’adresse à un nombre restreint de visiteurs conscients des ressources naturelles et culturelles du territoire. Cette activité rend le visiteur plus sensible à un lieu et l’incite à adapter son comportement. Deux acteurs aux rôles distincts : l’interprète (ensemble des interventions et moyens) transmet la connaissance au visiteur qui la reçoit et peut ainsi modifier son comportement envers le patrimoine.

  • 9 R. Brunet, R. Ferras, H. Thery, Les Mots de la Géographie, p. 373-376.

7Une des bases du principe du géotourisme se focalise sur la compréhension des paysages afin d’impliquer le guide et le visiteur dans l’interprétation des géosites. Le paysage est porteur de significations qui se diffusent d’autant plus que les paysages sont montrés et commentés9. Le géotourisme ne se limite pas à l’admiration d’un beau paysage ou d’un site rassemblant par exemple une grande variété de très beaux fossiles. L’interprétation des éléments géologiques, économiques et historiques accompagne l’introduction, sur un territoire géologiquement référencé, du géotourisme. Le paysage en tant qu’élément de base participe à la diffusion des intérêts du géosite. La traduction des paysages par les géologues et géomorphologues est porteuse de sens pour le visiteur qui ne subit plus un panorama mais qui peut en saisir toutes les évolutions. Le géotourisme envisage de dépasser l’aspect esthétique des paysages géologiques et géomorphologiques en donnant à comprendre : comment s’est formé ce pli, cette faille ou cette gorge. L’étendue du paysage se détermine en fonction de son observateur, de ses capacités visuelles et par le cadre virtuel qu’il s’impose. La lecture de paysage s’organise à une échelle significative pour l’observateur.

  • 10 Ph. Pinchemel, Lire les Paysages, p. 1-8.

« Un paysage se définit par la vision de l’observateur et l’étendue de ce qu’il embrasse.10 »

8Pour le géologue, la première échelle d’analyse du paysage est temporelle afin de définir la durée et l’âge des processus qui le composent.

  • 11 M. Mattauer, Palimpsestes géologiques, p56-61.

« C’est en regardant autour de lui que le géologue organise son cheminement d’un affleurement à un autre, et c’est par l’observation du paysage qu’il parvient peu à peu à reconstituer les structures en trois dimensions qui en donnent la clef.11 »

9L’analyse et la compréhension de la formation des plis et des failles permettent d’établir, dans le cadre de l’ascension d’une montagne, un rapport entre un déplacement géographique et un déplacement dans le temps géologique. Jean-Pierre Pralong pense également que :

  • 12 J-P. Pralong, Valorisation et vulgarisation des sciences de la Terre : les concepts de temps et d’ (...)

« La randonnée pédestre offre la possibilité de parcourir un espace (vallon), et de découvrir les paléo-espaces (bord de mer, fond océanique) qui le constituent, ainsi que les paléotemps (Trias, Jurassique) qu’il représente ; le but ultime étant de faire comprendre aux non-initiés que notre monde n’est pas immuable !12 »

10Le choix de l’échelle d’observation se détermine en fonction des objectifs de la lecture (analyse scientifique ou simple observation du terrain) mais aussi de ses connaissances personnelles, de ses capacités à traduire différents phénomènes.

11La lecture géologique du paysage constitue la base de la découverte d’un espace. Cette approche prend en compte les éléments et processus naturels mais également des données humaines et culturelles. La diversité géologique entraîne une diversité biologique favorisant ainsi l’approche pluridisciplinaire, principe essentiel de l’interprétation.

  • 13 M. Mattauer, Palimpsestes géologiques, Pour la Science, p. 56-61.

« Dans leur pratique quotidienne, l’archéologue et le naturaliste poursuivent chacun une quête qui dépasse le cadre de la coupe stratigraphique à étudier, et l’objectif est fondamentalement le même : comprendre l’espace, qu’il soit territoire des sociétés ou milieu naturel.13 »

12Les activités humaines sont intégrées au géosite et constituent une partie de son intérêt (patrimonial, culturel et social). L’implication de la géologie dans la découverte du patrimoine bâti, en associant les matériaux de construction à leurs sites d’extraction, illustre par exemple cette orientation et toute la pertinence de rendre accessible les géosites au plus grand nombre.

  • 14 E. Belgrano, D. Rimondi, Société et territoire : une approche qualitative.

« Arriver à valoriser un géosite ou une émergence paysagère est un défi car il faut les voir non pas comme des éléments isolés mais comme des témoins privilégiés d’un ensemble important constitué par des lieux généralement perçus comme anonymes ou de valeur limitée.14 »

13Le géosite ne se résume pas seulement à un site isolé racontant une histoire géologique, il reflète l’histoire naturelle et humaine d’un espace qui ne peut être limité aux frontières administratives d’un parc ou d’une réserve. Le géosite permet de comprendre une globalité naturelle et culturelle sans compromettre la pérennité d’un point isolé. L’interprétation du géosite procède ainsi par étapes correspondant à des objectifs de compréhension. Ces objectifs doivent tenir compte des observateurs (visiteurs et interprète) c’est-à-dire de leur niveau, de leurs compétences, de leur expérience, de leurs capacités… Si l’interprète ne se fixe pas des objectifs adaptés à ses auditeurs, la visite se résume alors à une simple consommation touristique de paysages et de sites. L’approche géotouristique de l’espace correspond à la demande touristique, grande consommatrice de paysages, mais souhaite compléter cette option en procurant une vision éclairée et éclairante aux touristes. L’interprétation ayant éveillé la curiosité du visiteur l’incitera à rechercher d’autres formes structurales dans la composition de nouveaux paysages. Le paysage interprété n’est plus simplement consommé mais véritablement fréquenté puisque porteur de sens. Décodé, le paysage devient lisible donc appropriable comme familier et non plus rejeté ou ignoré comme étranger.

  • 15 R. Courtot, Agriculture, paysages et patrimoine, p. 115-119.

« Notre société, qui est par ailleurs grosse consommatrice d’images, ne connaît plus la différence entre le voir et le regarder, et une éducation à la lecture du paysage est à suivre par ceux qui veulent comprendre les logiques de son organisation pour mieux le fréquenter : le paysage ne se consomme pas comme un produit, il s’apprend.15 »

14L’introduction du géotourisme dans la découverte d’un territoire associe les données géologiques, économiques et historiques dans l’interprétation de géosites afin de former un ensemble commun, vecteur de sens. Il ne s’agit donc plus de réserver une portion d’un territoire protégé ayant été qualifié de remarquable et devant être sauvegardé, mais de dépasser les limites administratives des territoires par la compréhension des phénomènes géologiques dans leur globalité : donner à comprendre et rendre « lisible » afin de ne plus ignorer les paysages qui entourent les touristes et les pousser à les traverser.

La Nature, matière première de l’artiste : introduction au Land Art

  • 16 Comme il nous l’a souvent répété et aime lui-même à le dire.

15Pour développer cette complémentarité du naturel et du culturel, l’approche artistique de la Nature par l’art représente la base du courant du Land Art. Qu’est-ce que l’art contemporain peut apporter à l’interprétation du géosite ? Au-delà d’un courant de pensée, est-ce que l’approche artistique du géosite participe de son interprétation ? Pour répondre à ces interrogations, nous avons analysé le travail de deux artistes dans le cadre du CAIRN (Centre d’Art Informel de Recherche sur la Nature) et complété notre étude par une prise en compte des réalisations de Benoît de Souza, « artiste-artisan »16. Ces rencontres nous ont permis de saisir toute la richesse artistique inspirée par le géosite et comment l’artiste traduit ces phénomènes dans la matière.

16L’objectif du Centre d’Art CAIRN, projet issu d’une collaboration entre la RNGHP et le musée départemental Gassendi de Digne-les-Bains, ambitionne d’inviter des artistes en résidence à Digne-les-Bains. Les artistes explorent le territoire et proposent des œuvres « visuelles et plastiques dans l’esprit des lieux ». Ces interventions peuvent se traduire sous forme d’expositions temporaires, d’installations permanentes ou éphémères, d’éditions, de productions d’œuvres ou encore de commandes publiques. L’ambition du CAIRN est de :

  • 17 Nadine Gomez en introduction de l’ouvrage de J. Fontcuberta, Volte face à l’envers de la science, (...)

« Favoriser les rencontres entre les créateurs et le site de Digne-les-Bains vécu dans ses différentes composantes : rurale, écologique, sociale, historique et de faciliter la mise en œuvre des projets afin de constituer un patrimoine contemporain au cœur du pays dignois et de lier création contemporaine et développement durable.17 »

  • 18 M-E. Férérol, « Le Massif du Sancy et Horizons – Arts Nature : quand Land Art rime avec attractivi (...)

17Il s’agit d’une mise en valeur du territoire par l’axe de l’art contemporain. L’introduction de l’art contemporain est envisagée comme un facteur permettant, à plus ou moins long terme, d’attirer de nouvelles clientèles18. Il s’agit d’une mise en scène des sites et des lieux favorisant une accessibilité aux thématiques de la géologie. L’art est le vecteur de communication des sites et du territoire. Toute la difficulté de cette médiation artistique réside dans l’adaptabilité des artistes choisis. Leur art doit être suffisamment accessible et ludique pour attirer et retenir l’attention des visiteurs. Ce programme est un outil de communication permettant au travers des différentes expositions, éditions de catalogues, de créer des événementiels culturels. Pour comprendre les orientations du programme CAIRN, nous avons étudié la démarche d’Andy Goldsworthy et le travail de Joan Fontcuberta.

  • 19 Élévations de pierres plates en forme d’œuf.
  • 20 Centre administratif et muséographique de la RNGHP, installé dans le Parc Saint Benoît à Digne-les (...)
  • 21 Sylvain Guyot et Gabrielle Saumon, « La mise en art de la Blackfoot Valley (Montana, USA) ou comme (...)

18L’analyse du travail d’Andy Goldsworthy sur le territoire de la RNGHP, nous permet d’aborder la problématique du Land Art. Installé en Écosse, le sculpteur contemporain Andy Goldsworthy a exploré pendant des années différents lieux dans le monde, en laissant derrière lui des sculptures, qu’il souhaite en harmonie avec l’environnement. Ses matériaux sont extraits de la nature et ses œuvres, comme toutes choses naturelles, sont essentiellement éphémères. Pour Goldsworthy, regarder et comprendre la nature est un moyen de renouveler nos liens avec la terre. Dans ses premières approches du territoire de la RNGHP, il a travaillé sur la thématique de la mémoire de la Terre (Earth Memory, en 1995 et 1997) en coopération directe avec le musée départemental de Digne-les-Bains. Dans le cadre du programme CAIRN, il a élaboré plusieurs réalisations pérennes à Barles, Authon et Tartonne intitulées les « sentinelles »19. Dans le parc boisé du « musée promenade »20, il a installé des water-cairns tout au long d’un sentier qui emmène les visiteurs jusqu’aux salles d’exposition. Il a également imaginé, à la suite de plusieurs randonnées pédestres, un sentier traversant le territoire appelé le « sentier des arts » et jalonné de cinq Houses of Art. Ces maisons sont à la fois des lieux d’hébergement et des sites pouvant accueillir des expositions temporaires d’artistes. Le Land Art se définit comme une rencontre entre un artiste et la nature dans une optique de protection de l’environnement et de respect de la nature. L’artiste choisit un espace contenant les matériaux naturels qu’il utilisera dans son œuvre (arbre, végétal, roche, pierre…). Pour construire son œuvre, il utilise des outils, mais les matériaux de consolidation doivent être biodégradables. L’œuvre peut être totalement éphémère ou s’assurer, par sa structure, une certaine pérennité. Cette œuvre s’intègre dans le paysage en mettant en lumière la créativité de l’artiste. Cette tendance de l’art contemporain est apparue dans les paysages grandioses de l’Ouest américain21. Les artistes se réclamant du Land Art ne représentent pas seulement la nature, leur créativité se matérialise à travers les éléments qui la composent. Leurs lieux d’exposition sont souvent éloignés et cachés, la photographie joue alors un rôle essentiel pour montrer, témoigner et également financer leurs projets par la vente des ouvrages regroupant leurs travaux par thèmes (temps, spirales, roche…). Dans une interview accordée à la chaîne télévisée Arte (2005), Andy Goldsworthy déclare :

  • 22 « I want to get under the surface. When I work with a leaf, rock, stick, it is not just that mater (...)

« Je veux aller sous la surface. Quand je travaille avec une feuille, une pierre, un bout de bois, ce n’est pas que le matériau en lui-même qui m’intéresse, c’est une ouverture aux processus de la vie, à l’intérieur et autour. Quand j’ai terminé, ces processus continuent.22 »

  • 23 Construction en pierres rappelant les bories provençales.

19On note, dans ce propos, l’intérêt de l’artiste à travailler dans un territoire consacré à la protection et la mise en valeur du patrimoine géologique qui utilise des phénomènes passés pour expliquer les évolutions actuelles et futures de la nature. Les responsables du programme CAIRN lui ont commandé des œuvres pérennes qui participent à la découverte pédagogique et touristique des sites géologiques. Il a notamment réalisé des cairns23. Dans le cadre de ce projet, la fourniture en pierres plates de qualité suffisante pour structurer l’œuvre s’est posée aux gestionnaires de la RNGHP. Les pierres qui composent les œuvres de Goldsworthy ont été importées. Le talent et l’expérience de l’artiste ont permis d’intégrer ces œuvres dans le milieu naturel. Ces cairns composent une nouvelle lecture du paysage. Ils constituent un ancrage visuel et les sentinelles marquent, à présent, l’entrée dans la RNGHP.

20Nous notons par ailleurs que la symbolique du cairn, marqueur de passage, se réfère aux tas de pierres construits le long des sentiers par les randonneurs. La tradition établit que le randonneur passant devant un cairn réalisé pour marquer le chemin, devra apporter sa pierre à l’édifice et au moins ne pas casser cet ouvrage spontané. Le principe de ces cairns spontanés s’établit à l’inverse des cairns réalisés par Andy Golsworthy sur le territoire de la RNGHP, à partir des éléments minéraux disponibles sur place. Dans le cas du programme CAIRN, les gestionnaires de la RNGHP n’ont pas souhaité favoriser le ramassage d’éléments minéraux à proximité de sites référencés par leur intérêt géologique, ni l’ouverture de carrières autrefois développées sur la région. Ces projets de réalisations artistiques, dans et à partir de la nature, associent l’artiste et son milieu et constituent ainsi un vecteur d’éducation à l’environnement. Il ne s’agit pas de prendre des fossiles et de les mettre en scène pour réaliser une œuvre unique. Mais ces œuvres naturelles minérales ou végétales mettent en valeur un paysage géologique qui se trouve en arrière-plan ou qui entoure le projet. L’œuvre est un repère permettant l’interprétation et la lecture du milieu naturel et culturel. Les théories du Land Art correspondent aux problématiques de l’éducation à l’environnement.

21Joan Fontcuberta a réalisé une exposition temporaire sur le thème des sirènes au « musée promenade » de Digne-les-Bains. Cette exposition et son catalogue de présentation s’intitulent « Volte-face à l’envers de la science, les leçons de l’histoire ». Joan Fontcuberta est artiste (photographe, plasticien) et enseigne à l’Université de Barcelone. Son travail de photographe s’intéresse :

  • 24 Tous ces propos sont extraits du catalogue de cette exposition : J. Fontcuberta, Volte-face à l’en (...)

« À une certaine culture de la vision qui se base sur la notion d’empreinte et de vestige, ainsi que sur la question du vrai-faux.24 »

  • 25 Phineas Taylor Barnum (1810-1891), entrepreneur de spectacles nord-américain, créateur en 1871 du (...)

22Le monde des sirènes est assez obscur et spéculatif. Phineas T. Barnum a fait fortune en exhibant toutes sortes de monstres dans ses foires et notamment la fameuse Fejee mermaid25. Ces vraies fausses sirènes rencontraient un grand succès et fascinaient les visiteurs. Ces monstres de foire faisaient renaître le mythe des sirènes. C’est à partir de ce constat que Joan Fontcuberta a proposé un travail à deux phases :

« D’un côté, mon intervention dans la réserve géologique, introduisant de façon permanente de faux fossiles de sirènes, de l’autre une pseudo-documentation sur ces fossiles, tout un dispositif narratif dans lequel la photographie est utilisée comme élément authentificateur. »

23Ce projet s’est réparti en deux lieux : la mise en œuvre dans la vallée du Bès d’un site renfermant un fossile d’hydropithecus (dite sirène fossile du Tanaron) et la réalisation, dans le premier espace d’accueil du « musée promenade », d’une exposition contenant des photographies des sites, des documents scientifiques, des comptes-rendus de recherches, des objets fossiles… Dans un parcours idéal de découverte, les visiteurs se devaient d’appréhender les deux lieux, sinon ils n’obtenaient qu’une vision tronquée du projet. Joan Fontcuberta a souhaité que ces fossiles de sirènes « restent dans la nature le plus longtemps possible » et soient conservés. Tout ce travail reposait sur le paradoxe du faux vrai et de la relation étroite entre un site naturel et sa reconstitution, son artefact. Joan Fontcuberta a estimé que « dans la Réserve, on trouve des situations paradoxales ». Il a donné l’exemple du site d’empreintes de pas d’oiseaux, implanté en bord de route. Il s’agit en fait d’un moulage, le vrai site étant situé dans une zone dangereuse non accessible au public. L’objectif de ce projet était une prise de conscience face aux flux continus d’informations qui nous parviennent par les médias et face aux données annoncées et certifiées par les scientifiques. Le visiteur devait conserver son esprit critique face aux événements. Joan Fontcuberta a précisé que son travail est :

« Une confrontation entre vrai et faux, ou entre une logique scientifique et une autre, spéculative. »

24Nadine Gomez avoue que :

« Connaissant les mécanismes de la communication de la science officielle, celui-ci les utilise afin de nous convaincre comme Vallisnieri, qu’il convient toujours d’être un curieux sceptique. »

25Nous avons pu rencontrer des visiteurs de cette exposition (une vingtaine de personnes), une majorité a apprécié ce travail mais certains n’ont pas compris la démarche de l’artiste qui n’est réellement explicitée que dans le catalogue de l’exposition. Une institutrice a transmis, par voie électronique, aux services de la RNGHP son indignation et son désarroi en faisant la remarque suivante :

« Traversant la réserve de géologie en juillet pour la première fois, je suis tombée, après plusieurs sites passionnants, sur la sirène de Tanaron. Après une seconde de stupéfaction, j’ai analysé le spécimen avec mes connaissances (j’ai une maîtrise de biologie) et j’ai conclu que c’était un faux. J’étais très choquée. Je ne comprenais pas d’où venait cette supercherie ni comment des scientifiques pouvaient la cautionner. »

26Elle ajoute plus loin dans son message :

« Je m’adresse aux scientifiques, aux gens qui travaillent au service de la vérité : comment pouvez-vous cautionner ça ? On ne peut pas sacrifier la vérité au nom de l’art. »

27Cette enseignante ne serait peut-être pas choquée par la visite d’un site comme la reconstitution de la Grotte de Lascaux ou bien encore par l’exposition de Vulcania en Auvergne, par contre elle n’a pas admis que les scientifiques de la RNGHP aient cautionné ce type de démarche. L’artiste, interrogé sur ce point, n’a pas souhaité indiquer ni sur le site ni à la fin de l’exposition les orientations de son travail. L’art contemporain apporte une autre vision sur les sciences et dans une certaine mesure, il peut permettre un autre accès aux sciences.

  • 26 Anthropomorphisme : tendance à concevoir la divinité à l’image de l’homme. Syncrétisme : fusion de (...)

28Dans le cadre de leur développement commercial et l’introduction des principes du géotourisme, les gestionnaires de la RNGHP (labellisé Géoparc de Haute-Provence par l’UNESCO) ont également imaginé un partenariat avec des artisans locaux qui travaillaient depuis des années sur la thématique des fossiles, notamment des ammonites. Des bijoux, utilisant au départ de véritables fossiles comme l’étoile de Saint Vincent puis des moulages, ont toujours été commercialisés. Plusieurs corps de métiers utilisent les fossiles comme modèles, par exemple dans les métiers de la céramique, de la faïence, du textile, mais également dans les métiers de bouche comme la boulangerie, la pâtisserie ou la chocolaterie. Ces artisans sont autorisés à utiliser le nom du Géoparc de Haute-Provence et les symboles de ses principaux sites comme la dalle à ammonites. Nous avons interrogé Benoît de Souza, artiste plasticien céramiste, originaire du Bénin, implanté à Digne-les-Bains. Depuis les débuts de son atelier, il a souhaité utiliser le symbole des fossiles présents sur le territoire comme les ammonites et l’étoile de Saint Vincent. Son travail s’articule sur un rapport esthétique et symbolique des fossiles. Il nous a indiqué que ses œuvres se vendent très bien à une clientèle de connaisseurs mais aussi à des touristes de passage dans le secteur. Benoît de Souza a également réalisé des pièces exposées dans l’exposition permanente du musée Sirènes & Fossiles de Castellane qui a accueilli en 1999 un grand nombre de ses réalisations sur le thème des sirènes et siréniens. On remarque notamment la « sirène ammonite » qui se compose d’un buste sculpté associé à un moulage d’ammonites découvertes sur la commune de Barrême. Le vrai et le faux se mélangent dans cette pièce d’art et elle finalise l’approche artistique du géosite en associant un moulage d’ammonite réalisé à la suite de fouilles et à partir de données scientifiquement validées, à une œuvre sculptée, fruit du travail d’un artiste localement implanté et fortement inspiré par les sites géologiques référencés. Elle évoque l’anthropomorphisme ou bien encore le syncrétisme dans un mélange des genres en favorisant l’effet esthétique26. L’œuvre réalisée par Benoît de Souza nous a semblé pouvoir illustrer l’association du minéral, de l’art et du scientifique au service de l’interprétation du géosite. La recherche artistique participe ainsi à l’interprétation du géosite et représente un élément didactique de la protection de l’environnement naturel. Les œuvres réalisées par des artistes, sensibles et impliqués dans la préservation de la Nature, s’intègrent au site en utilisant les éléments naturels principalement de l’ordre du minéral mais également végétal, constituant ainsi un point d’ancrage artistique et culturel du géosite. Nous avons envisagé que l’approche artistique et culturelle, commencée sur des bases géologiques, participait à l’élargissement des thèmes traités par les sciences de la terre en introduisant un facteur supplémentaire d’interprétation. L’artiste est positionné comme un médium de l’interprétation au même titre que le guide-interprète ou bien encore la signalétique des circuits. Il utilise le facteur émotionnel engendré par son œuvre afin de sensibiliser comme le guide-interprète, le visiteur à une prise de conscience de l’intérêt de préserver l’environnement naturel.

 

29L’introduction des principes de la lecture du paysage dans le développement du géotourisme, sur le territoire de la RNGHP (Géoparc de Haute-Provence), ne correspond pas uniquement à une stratégie de transfert des flux de touristes des zones périphériques vers le centre du territoire. L’interprétation par la lecture de paysage introduit la dimension spatiale et culturelle du géosite. Le site géologique ne se limite pas à un point fixe mais intègre un ensemble d’informations nécessaires à sa compréhension. L’approche du géosite par la lecture de paysage permet d’intéresser le touriste à des secteurs du territoire dont il n’aurait pas perçu seul les richesses géologiques, mais également historiques et économiques. Par ailleurs l’introduction de l’art contemporain dans l’interprétation de géosites démontre les limites d’une approche uniquement basée sur la géologie. Associer l’esthétique, le symbolique, l’artistique dans l’interprétation du géosite peut permettre d’intéresser un public plus large. L’association de l’art contemporain et de la lecture de paysage interroge le visiteur et l’incite à découvrir la variété des formes et structures visibles sur un territoire géologiquement référencé. Pour être complète l’interprétation de géosites dépasse les limites des territoires protégés et peut montrer l’intérêt d’une mise en réseau des sites, des territoires et de la culture scientifique au service du développement du géotourisme.

Bibliographie

aldridje Don, Principe of country interpretation, Edimbourg: Her Majesty’s stationary office, 1975.

belgrano Elena, rimondi Daniela, Société et territoire : une approche qualitative, Laboratoire CRAFTS du département POLIS de la faculté d’architecture de Gênes, 2003.

Brunet Roger, Ferras Robert et Thery Hervé, Les Mots de la Géographie, Paris, reclus – La Documentation Française, 3e édition, 2001, p. 373-376.

courtot Roland, Agriculture, paysages et patrimoine, actes des Assises pour l’Agriculture des Alpes de Haute-Provence, décembre 2004, p. 115-119.

férérol Marie-Ève, « Le Massif du Sancy et Horizons – Arts Nature : quand Land Art rime avec attractivité », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine, éd. numérique, 105-2 | 2017,[ URL : http://rga.revues.org/3750]

fontcuberta Joan, Volte-face à l’envers de la science, les leçons d’histoire, Digne-les-Bains, Les Petites Affiches, 2000, 118 p.

guyot Sylvain et saumon Gabrielle, « La mise en art de la Blackfoot Valley (Montana, USA) ou comment (ré)concilier le front minier et le front écologique ? », Journal of Alpine Research, Revue de géographie alpine, éd. numérique, 105-2, 2017, [URL : http://rga.revues.org/3690]

mattauer Maurice, Palimpsestes géologiques, Pour la Science, novembre 2004, no 325, p. 56-61.

pinchemel Philippe, Lire les paysages ? – Lire les Paysages, La Documentation Photographique, avril 1987, no 6088, p. 1-8.

pralong Jean-Pierre, « Valorisation et vulgarisation des sciences de la Terre : les concepts de temps et d’espace et leur application à la randonnée pédestre », dans Reynard E. et al. (eds), Géomorphologie et Tourisme, actes de la Réunion annuelle de la Société Suisse de Géomorphologie (SSGm) Finhaut, 21-23 septembre 2001, Lausanne, Institut de Géographie, coll. « Travaux et recherches », no 24, p. 115-127.

tilden Freeman, Interpreting Our Heritage, The University of North Carolina Press, 1957, 1967, 1977, 119 p.

Notes

1 F. Tilden, Interpreting Our Heritage.

2 Panorama du Défens, commune de Tartonne sur le circuit des « Hautes Vallées de l’Asse » mais également le panorama de Lèbre près de la commune d’Authon.

3 Extrait du texte de création du parc national de Yellowstone en 1872.

4 F. Tilden, Interpreting Our Heritage, p. 8-9.

5 F. Tilden, ibid., définition et principes en page 114.

6 Ibid., définition et principes en page 20.

7 Ibid., définition et principes en page 41.

8 D. Aldridje. Principe of country interpretation.

9 R. Brunet, R. Ferras, H. Thery, Les Mots de la Géographie, p. 373-376.

10 Ph. Pinchemel, Lire les Paysages, p. 1-8.

11 M. Mattauer, Palimpsestes géologiques, p56-61.

12 J-P. Pralong, Valorisation et vulgarisation des sciences de la Terre : les concepts de temps et d’espace et leur application à la randonnée pédestre, p. 125.

13 M. Mattauer, Palimpsestes géologiques, Pour la Science, p. 56-61.

14 E. Belgrano, D. Rimondi, Société et territoire : une approche qualitative.

15 R. Courtot, Agriculture, paysages et patrimoine, p. 115-119.

16 Comme il nous l’a souvent répété et aime lui-même à le dire.

17 Nadine Gomez en introduction de l’ouvrage de J. Fontcuberta, Volte face à l’envers de la science, les leçons d’histoire.

18 M-E. Férérol, « Le Massif du Sancy et Horizons – Arts Nature : quand Land Art rime avec attractivité », http://rga.revues.org/3750

19 Élévations de pierres plates en forme d’œuf.

20 Centre administratif et muséographique de la RNGHP, installé dans le Parc Saint Benoît à Digne-les-Bains, et autrefois dénommé « Centre de géologie Saint Benoît ».

21 Sylvain Guyot et Gabrielle Saumon, « La mise en art de la Blackfoot Valley (Montana, USA) ou comment (ré)concilier le front minier et le front écologique ? » : http://rga.revues.org/3690

22 « I want to get under the surface. When I work with a leaf, rock, stick, it is not just that material in itself, it is an opening into the processes of life within and around it. When I leave it, these processes continue ».

23 Construction en pierres rappelant les bories provençales.

24 Tous ces propos sont extraits du catalogue de cette exposition : J. Fontcuberta, Volte-face à l’envers de la science, les leçons d’histoire, 118 p.

25 Phineas Taylor Barnum (1810-1891), entrepreneur de spectacles nord-américain, créateur en 1871 du cirque du même nom et de la fameuse sirène des îles Fidji, une sirène factice mi-singe mi-poisson.

26 Anthropomorphisme : tendance à concevoir la divinité à l’image de l’homme. Syncrétisme : fusion de deux éléments culturels, religieux différents. (Le Petit Robert, 2001).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Présentation cartographique du territoire de la RNGHP.
Crédits © Christel Venzal.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/11382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

Maître de Conférences Aménagement – Géographie, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Membre du laboratoire Passages (UMR 5319, CNRS)

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search