Version classiqueVersion mobile

La montagne explorée, étudiée et représentée : évolution des pratiques culturelles depuis le xviiie siècle

 | 
Louis Bergès

Naissance et développement d’une nouvelle sensibilité

Circulations savantes et production des identités territoriales dans les Pyrénées centrales (1880-1930)

Arnauld Chandivert

Résumé

Cet article est consacré à l’examen de l’élaboration des images territoriales et des représentations de l’identité culturelle dans les Pyrénées centrales, et ce dans le dernier quart du xixe siècle et le premier quart du siècle suivant. Il se concentre sur la contribution de plusieurs sociétés d’érudition à cette élaboration, en portant l’attention sur les différents registres de singularisation alors utilisés. Il analyse notamment l’importance prise par des « circulations savantes » entre différents lieux et échelles d’action, qui seules permettaient d’assurer ce que visaient ces sociétés : montrer que leur territoire de référence était porteur d’un certain nombre de spécificités, qui en faisaient un objet d’études des plus intéressants. Cependant, il est aussi possible de comprendre l’importance grandissante prise sur la période par l’échelon régional dans l’organisation des activités scientifiques et d’examiner les conditions ayant conduit à une déqualification progressive de ces savoirs érudits.

Texte intégral

  • 1 M.-V. Ozouf-Marignier, La formation des départements. La représentation du territoire français à l (...)
  • 2 S. Gerson, The Pride of Place. Local Memories and Political Culture in Nineteenth-Century France.
  • 3 J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France.
  • 4 O. Parsis-Barubé, La province antiquaire. L’invention de l’histoire locale en France (1800-1870).
  • 5 G. Laferté, La Bourgogne et ses vins. Image d’origine contrôlée.
  • 6 C. Bertho-Lavenir, La roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes.

1De nombreux travaux ont été consacrés en France à ce que l’on peut appeler la formation des images territoriales, l’institution des spécificités culturelles ou encore la construction des emblématiques, que ce soit à un niveau régional ou local. Ces travaux ont notamment concerné la question de la géographie administrative et de l’élaboration de représentations savantes des territoires1, le développement d’une fierté localiste2 ou le déploiement de l’érudition provinciale3. Ils ont aussi traité du développement d’une histoire elle aussi provinciale, autour de la figure de l’antiquaire par exemple4, de la construction des images régionales associées à certaines productions5 ou de leurs liens avec le développement du tourisme6, etc.

  • 7 P. Sahlins, Frontières et identités nationales. La France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis le (...)
  • 8 S. Briffaud, Naissance d’un paysage, la montagne pyrénéenne à la croisée des regards (xvie-xixe si (...)

2Ce type de perspective a bien sûr été appliqué aux espaces montagnards, depuis longtemps conçus comme spécifiques et supposés conservatoires de mœurs anciennes. Ce fut notamment le cas pour les Alpes, mais aussi pour les Pyrénées, quoique dans une moindre mesure et à partir de thématiques parfois quelque peu différentes de celles mentionnées ci-dessus – la frontière, le paysage7. En ce qui concerne ce massif pyrénéen, l’examen des mécanismes de fixation des caractères locaux semble avant tout lié à des moments (sa « découverte » à la fin du xviiie siècle, le romantisme), des lieux (les villes d’eau) et des producteurs spécifiques, voyageurs ou « découvreurs » illustres, rédacteurs de diverses descriptions des territoires et de leurs habitants. Si Serge Briffaud a pu signaler l’existence d’une proportion non-négligeable de récits produits par des auteurs locaux8, il n’empêche que ces textes et ceux qui les ont rédigés n’ont que peu été analysés au titre de leur rôle dans l’élaboration d’une typicité pyrénéenne et dans la fixation du répertoire la concernant.

3L’objectif de cet article est de traiter d’une période, de lieux et d’acteurs qui n’ont pas réellement retenu l’attention lorsqu’il s’agissait d’examiner ce travail d’établissement des représentations des spécificités territoriales et culturelles pyrénéennes. La période en question est celle qui court entre les années 1880 et les années 1930. La zone géographique concernée est celle d’une portion des Pyrénées centrales (Ariège et Haute-Garonne) qui, hormis le cas de Bagnères-de-Luchon, ne fut pas un des lieux centraux du thermalisme et qui, pour cela, a quelque peu échappé aux regards des voyageurs et découvreurs des xviiie et xixe siècles. Les acteurs sont ceux qui s’investissaient alors dans le développement des études locales, des sociétés d’érudition, et participaient ainsi aux formes de sociabilité et aux activités de la notabilité savante provinciale. Bien qu’exerçant à partir de positions localisées, ces acteurs n’opéraient certes pas en toute autonomie, et leur travail d’établissement des singularités territoriales et culturelles obéissait bien sûr à un ensemble de codes diffusés de manière plus générale au sein de la société. Mais les modalités de mise en œuvre de ce travail et les objectifs visés s’inscrivaient bel et bien, eux, dans un horizon de proximité marqué par cet ancrage localisé.

  • 9 A. Tarrius, « Territoires circulatoires et espaces urbains ».

4Pour autant, il serait inexact de considérer que les activités de ces érudits, aujourd’hui quelque peu ou totalement oubliés pour nombre d’entre eux, n’opéraient qu’à l’échelle du localisme dont ils faisaient montre dans leurs travaux. Car l’on ne peut au contraire qu’observer combien ce localisme était finalement multi-positionné. Cela concernait notamment les centres d’intérêt extrêmement variés de ces acteurs, auxquels répondait le recours à des genres narratifs et à des supports de publication eux-mêmes très divers. Cette multiplicité se manifestait aussi par la pluralité des affiliations à divers organismes savants ou artistiques et par une mobilité géographique assez marquée entre les scènes locales, départementales ou régionales. L’ensemble dessinait ainsi des réseaux d’érudition fortement entrecroisés, de réels « territoires circulatoires » (selon l’expression qu’Alain Tarrius a proposée dans le cadre de son analyse des phénomènes migratoires9), du localisme érudit, au travers desquels opérait la fixation des caractères des lieux et de leurs habitants.

  • 10 Les diverses facultés toulousaines furent réunies en un corps des facultés en 1893, qui devint lui (...)

5L’analyse de ce travail de caractérisation n’entend donc pas se limiter aux espaces dont il sera question ici, soit en l’occurrence l’Ariège, avec ses divisions internes, et le Comminges voisin, région issue de l’ancien comté éponyme située au sud de la Haute-Garonne et correspondant à l’actuel arrondissement de Saint-Gaudens, sous-préfecture de ce département. Il ne se limitera pas plus aux entreprises savantes et culturelles qui y étaient implantées – Société ariégeoise des sciences, lettres et arts ; Société des études du Couserans (ouest de l’Ariège) ; Société des études du Comminges, etc. Il s’agira au contraire de signaler tout ce que la définition des spécificités de ces espaces devait à l’insertion dans ces réseaux d’érudition. Cette insertion s’imposait de par certaines caractéristiques des territoires considérés. Adossés aux Pyrénées, majoritairement ruraux et à l’infrastructure urbaine peu développée, ceux-ci n’étaient pas prédisposés à jouer un rôle notable dans la production des savoirs, si ce n’est au titre de terrains d’enquête et d’exploration pour des travaux menés depuis des lieux plus centraux, à l’image de Toulouse, capitale régionale possédant une université10 et regroupant diverses sociétés et académies prestigieuses.

6Cette position périphérique ne pouvait qu’avoir des conséquences dans la définition du cadre des entreprises érudites locales et dans la mobilisation des ressources qui leur étaient nécessaires. L’objectif était en effet, non pas nécessairement de contribuer aux avancées de la science, mais plutôt d’exhumer et de réunir tous les matériaux concernant les territoires d’action de ces sociétés savantes, montrant ainsi qu’ils étaient porteurs de certaines particularités, ceci en prenant appui sur les bonnes âmes souhaitant participer à cet effort et possédant quelques capacités et titres de légitimité pour ce faire. Le nombre de personnes disposant de ces ressources étant quelque peu limité in situ de par les caractéristiques des zones concernées, ce n’est finalement qu’au travers de l’insertion dans des réseaux plus larges que les objectifs de reconnaissance des singularités locales pouvaient être atteints.

7Ce n’est donc qu’en examinant les modalités d’organisation des activités érudites, le recrutement social de ces sociétés et les formes de sociabilité qui y avaient cours que l’on peut comprendre les mécanismes de singularisation des territoires mis en œuvre au sein de ces entreprises scientifiques et culturelles et leur dimension « circulatoire ». Ce faisant, il devient possible de mettre à jour l’organisation des échelles de la légitimité savante entre différentes scènes sociales (locales, régionales ou nationales) ainsi que les formes de division du travail qui y étaient associées, tout en signalant en quoi elles ont été affectées par la spécialisation et la professionnalisation des savoirs qui opèrent sur la période.

Les territoires de l’érudition pyrénéenne : développement, recrutement social et univers d’action

  • 11 J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, p. 49.

8Comme l’a montré Jean-Pierre Chaline, le mouvement de création des sociétés savantes se déploie sur l’ensemble du xixe siècle et au cours du premier tiers du suivant, les années 1850 constituant un moment marquant dans l’amplification et la généralisation des implantations11. La situation est légèrement différente dans le Midi toulousain et pyrénéen, puisque le développement des activités académiques, érudites et culturelles y connaît une accélération un peu plus tardive, dans le dernier quart du xixe siècle. Ce mouvement, néanmoins comparable à celui que l’on perçoit à l’échelle nationale, permet d’appréhender une des logiques qui le guident. En effet, les institutions les plus anciennes et aussi les plus prestigieuses ont tout d’abord été créées à Toulouse, ville la plus importante de la région : le Consistoire du gai savoir au xive siècle, devenu académie des jeux floraux à la fin du xviie siècle ; l’Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse au milieu du xviie siècle ; la Société archéologique du Midi de la France en 1831. Ce n’est qu’autour du milieu du xixe siècle que ces créations ont concerné les grandes villes des départements voisins, soit par exemple l’Aude avec la naissance de l’Académie des arts et sciences de Carcassonne en 1846 ; Tarbes avec la création de la Société académique des Hautes-Pyrénées en 1856 ; les Pyrénées-Atlantiques avec celle de la Société des sciences, lettres et arts de Pau en 1841, disparue en 1843 et refondée en 1871. Enfin, l’on a assisté dans le dernier quart du xixe siècle à une multiplication de ces sociétés, qui se sont implantées bien sûr dans les grandes villes de la région, mais aussi dans des centres urbains de moindre importance : la Société des arts, sciences et lettres de l’Ariège à Foix en 1882 et la Société des études du Couserans à Saint-Girons, sous-préfecture de l’ouest de ce même département, en 1899 ; la Société des études du Comminges à Saint-Gaudens, sous-préfecture de la Haute-Garonne, en 1884, etc. Ce mouvement général permet ainsi d’apercevoir une des logiques qui guide ce champ du savoir tel qu’il est constitué à la fin du xixe siècle et au début du suivant, soit la corrélation entre distribution chronologique des créations de sociétés, échelle de distribution des implantations géographiques et distribution des hiérarchies du prestige savant – les plus anciennes sociétés les plus renommées ayant tout d’abord été créées dans les plus grandes villes et les sociétés de moindre renommée l’ayant été dans de petites villes et plus tardivement. L’objectif, au niveau local, est donc bien souvent de combler le retard, de participer à un mouvement déjà engagé, de porter l’attention sur des territoires n’ayant pas bénéficié jusque-là d’une attention érudite. Il s’agit de territoires que les membres de ces sociétés considèrent insuffisamment reconnus et appréciés par les savants, les touristes ou les industriels, et ce malgré ce qu’ils estiment être leur richesse.

  • 12 Ibid.

9Le recrutement social de ces sociétés correspond assez aux caractéristiques déjà signalées par J.-P. Chaline12. Elles regroupent une élite montante avant tout formée de professions libérales, de fonctionnaires ayant quelque rang, notamment dans l’enseignement, élite masculine, diplômée, finalement peu âgée, où les milieux d’affaires (commerçants, industriels) sont peu présents et où les nobles et les abbés côtoient les médecins et les avocats, quelques propriétaires terriens ainsi que des archivistes où des conservateurs de bibliothèque (tabl. 1).

Tabl. 1. - Répartition par domaines d’activité des effectifs des deux principales sociétés savantes de l’Ariège (Société ariégeoise des sciences, lettres et arts, 91 membres) et du sud de la Haute-Garonne (Société des études du Comminges, 51 membres) à leur création (1882 et 1884).

Domaine d’activité Effectifs Pourcentages Précisions
Professions libérales 51 36 Dont médecins, avocats, notaires, avoués (en ordre décroissant des effectifs).
Enseignement 21 15 Dont enseignants et fonctions administratives (instituteurs jusqu’à directeur d’école polytechnique).
Administration 29 20.5 Fonctions préfectorales, justice, armée, ponts et chaussées, métiers de la culture (bibliothèque, archives).
Hommes politiques, élus 12 8.5 Prépondérance des républicains radicaux en Ariège.
Industrie 7 5 Imprimeurs locaux.
Clergé 7 5 Abbés locaux.
Propriétaires terriens 11 8
Autres 4 2.8 Dont deux publicistes et deux libraires.
Total 142 100 Dont une dizaine de membres communs.

Bulletin de la Société ariégeoise des sciences, lettres et arts, Foix, Imprimerie Barthe, 1882 ; Revue de Comminges, Saint-Gaudens, Imprimerie Abadie, 1885.

10Bien qu’éclectique, cette composition sociale garantit un certain entregent, l’existence de ressources intellectuelles et temporelles pouvant être mises au service de l’activité érudite et le partage de formes de sociabilité spécifiques, liées à la tenue de séances où sont exposés divers travaux, à l’organisation de congrès, mais aussi de repas, avec leur lot de toasts ou de brindes. L’ensemble était associé à un ethos de bonne tenue correspondant à la figure de ce que l’on peut appeler l’honnête homme de science, où l’élégance du comportement s’exprime notamment dans la recherche de l’éloquence, le goût de la mesure et l’adoption de valeurs de politesse et de civilité, par-delà les clivages politiques, en étant portée par une ambition érudite commune.

  • 13 G. Sapiro, « Défense et illustration de “l’honnête homme” ».

11Cette référence à l’honnête homme, idéal social du xviisiècle, se retrouve aussi au niveau des centres d’intérêt. Elle s’oppose finalement à la figure du savant comme spécialiste, mobilisant un savoir choisi et adéquat pour traiter de problèmes spécifiques, et promeut au contraire l’appui sur les ressources de la culture générale et sur la polyvalence pluridisciplinaire13. Certes, nombre des acteurs de ces réseaux d’érudition participent à l’essor de disciplines naissantes ou en plein développement (archéologie, préhistoire), mais leurs profils ne sont pas encore totalement ceux du savant spécialiste : leurs centres d’intérêt demeurent pluriels, de même que leurs supports éditoriaux, et ils prennent tous part aux activités de diverses sociétés et académies départementales ou régionales, notamment celles qui conservent une dimension généraliste, comme l’Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse.

Centres d’intérêt, registres des singularités et modes de production

12Les travaux effectués par ces sociétés frappent d’abord par leur éclectisme : histoire, archéologie, préhistoire, notes sur des courses en montagne, botanique, archéologie, description de monuments, travaux de géographie historique, notes sur les patois, collecte de proverbes et de contes, notes sur la vie de divers personnages locaux, etc. Cet éclectisme est avant tout le produit du recrutement social et de l’idéal intellectuel qui ont cours dans ces sociétés. En effet, leurs membres, bien qu’appartenant à une élite de capacité, viennent de divers horizons comme cela a été signalé et n’ont pas toujours de compétences pointues en tel ou tel domaine. Il convient dès lors de s’accommoder de la variété des centres d’intérêt résultant pour partie de la composition de ces sociétés. De plus, l’objectif est avant tout de participer aux séances avec des communications de bonne tenue donnant ensuite lieu à des articles sur tel ou tel sujet, sans présupposer chez les uns ou les autres des connaissances précises et avancées. La poursuite de cet objectif s’effectue en mobilisant les ressources d’une élocution et d’une écriture distinguées comme celles d’un bagage de culture classique. Mais il est aussi possible de réduire cet éclectisme à un principe directeur : tous ces travaux concernent les territoires d’action de ces sociétés. Les personnages comme les monuments sont locaux ; les grottes préhistoriques récemment découvertes et visitées sont locales ; l’histoire, souvent anecdotique, liée à la découverte de documents ou rappelant des événements passés des territoires concernés, perd ce caractère car elle est spécifiquement locale.

  • 14 A. Bensa et D. Fabre (dir.), Une histoire à soi. Figurations du passé et localités.

13Ainsi, cette variété de centres d’intérêt et de travaux participe d’un mouvement visant à établir les spécificités des territoires d’action de ces sociétés, à en poser les fondations : rappeler les grandeurs du comté de Foix ou de celui du Comminges voisin, établir l’existence d’une histoire propre à ces espaces, une histoire à soi14, qui ne serait pas uniquement référée à l’histoire nationale ; montrer qu’existent dans le Comminges et en Ariège des grottes préhistoriques marquant l’ancienneté du peuplement de ces zones géographiques ; pointer la physionomie propre à ces vallées pyrénéennes en y consacrant une livraison de la revue ; signaler l’existence de parlers locaux, qu’ils soient languedociens ou gascons, etc.

  • 15 A.-M. Thiesse, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la (...)
  • 16 Selon l’expression qu’utilise Luc Boltanski dans « La dénonciation », p. 19-23.

14Identifier ces spécificités, en démontrer l’existence, s’inscrivait certes dans une perspective d’attachement savant à la « petite patrie », notion centrale au sein de la mouvance régionaliste à cette époque et que la Troisième République a fortement mobilisée au service du renforcement du sentiment d’appartenance nationale15. Mais ces opérations étaient aussi déterminantes pour assurer une certaine reconnaissance, non pas simplement aux territoires en question, mais aussi aux sociétés qui prenaient en charge leur étude. Créées tardivement, dans des espaces quelque peu périphériques au sein du champ du savoir et qui ne bénéficiaient pas d’une renommée aussi importante que celle d’autres lieux des Pyrénées, ces sociétés entraient dans le grand mouvement de l’érudition savante avec un handicap. Grandir le territoire en montrant les richesses, considérées jusque-là trop ignorées, qu’il possède, c’était en même temps grandir la société qui effectuait cette divulgation. Mais ces « manœuvres pour se grandir16 » ne pouvaient atteindre leur but qu’en bénéficiant d’une audience minimale. Il s’agissait alors d’attirer l’attention, de réussir par exemple à faire se dérouler sur le territoire le congrès annuel d’une société savante nationale ; à faire participer à ses travaux un savant d’envergure régionale ou plus encore nationale ; d’effectuer une découverte donnant lieu à une forte publicité ; de s’inscrire dans des réseaux d’échanges avec d’autres sociétés et de prendre part à la structuration régionale de ces réseaux. Captation des ressources externes et externalisation des ressources endogènes étaient donc les deux mécanismes socio-symboliques et les principales formes de circulation qui permettaient d’assurer, dans le même mouvement, la reconnaissance des qualités et des spécificités du territoire et celle des sociétés qui se chargeaient de son étude.

15Dans cette perspective visant à fonder l’intérêt et la singularité des zones concernées, de très nombreuses ressources pouvaient être mobilisées, jusqu’à la pierre, à l’image de la lherzolite, roche magmatique issue du manteau terrestre que l’on trouve rarement à la surface et cependant fortement présente dans un site ariégeois, qui pouvait dès lors servir d’appui à la mention de la spécificité du lieu. Néanmoins, certaines ressources offraient un intérêt particulier. Il s’agissait notamment des textes médiévaux comme les traités de lies et passeries et les chartes de coutumes. Ces dernières tout particulièrement démontraient l’existence de spécificités dans le régime du droit féodal, en révélant les libertés dont jouissaient les populations locales, pour ce qui est du droit d’exploitation des ressources par exemple (bois, parcours du bétail). Les publications de ces chartes furent nombreuses. Ce sont elles qui sont montrées aux participants au congrès de la Société française d’archéologie qui se déroulait en Ariège en 1884. C’est toujours un membre de cette société qui présente un mémoire sur les libertés et privilèges du comté de Foix à la fin du xive et au commencement du xve siècles au congrès des sociétés savantes de la Sorbonne en 1895. Ces chartes sont enfin l’objet d’un vœu en faveur de leur travaux à l’échelle du Midi de la France, formulé lors du congrès bordelais de l’Association pyrénéenne en 1891, association qui entendait réunir les sociétés savantes du grand Sud-Ouest et avait été créée à l’initiative de Julien Sacaze, fondateur de la Société des études du Comminges, et Félix Garrigou, acteur majeur de sa consœur ariégeoise.

  • 17 Ch. Desplat, « Les “républiques montagnardes” des Pyrénées occidentales françaises à l’époque mode (...)
  • 18 Cette référence à l’esprit de liberté des habitants de ces vallées des Pyrénées centrales se retro (...)

16Ces travaux, dont on comprend qu’ils s’inscrivaient dans les formes de circulation mentionnées précédemment, ouvraient la voie au développement du mythe des petites « républiques montagnardes », utilement ramené à une plus juste raison par Christian Desplat notamment17. Ils permettaient d’introduire la référence à la fierté, à l’esprit d’indépendance, voire au caractère « rebelle » prêtés au montagnard18.

17De manière plus générale, les travaux sur la préhistoire, l’archéologie, l’épigraphie et l’histoire de l’antiquité servaient eux aussi de ressources pour marquer la singularité de tel ou tel espace. Ils signalaient la profondeur historique des peuplements locaux, notamment grâce à l’archéologie préhistorique et à la fouille de nombreuses grottes, fortement présentes dans les massifs karstiques de l’Ariège et du sud de la Haute-Garonne. Bénéficiant d’une certaine notoriété, ces grottes attiraient des savants renommés ou en passe de le devenir comme Édouard Piette (1827-1906), Émile Carthaillac (1845-1921) et Félix Régnault (1847-1908), mais aussi des amateurs érudits locaux participant à ce travail d’exhumation des traces du passé le plus lointain, à l’exemple de l’abbé Cau-Durban (1844-1908), membre de toutes les sociétés savantes locales de la région. La position de ces scientifiques déjà reconnus, qui faisaient des grottes locales leurs terrains d’exploration, concourrait à l’activation des mécanismes de reconnaissance conjointe des qualités du territoire et des sociétés qui se chargeaient de son étude, mécanismes dont j’ai signalé précédemment l’existence. En effet, ces scientifiques servaient de médiateurs entre plusieurs lieux emboîtés d’organisation des renommées savantes et territoriales. Ils publiaient les résultats de leurs travaux dans les revues des sociétés savantes locales, mais aussi régionales et nationales. Non seulement les revues locales étaient rehaussées grâce la publication du texte d’un auteur reconnu mais, par son intermédiaire, l’on connaissait aussi jusqu’à Paris l’existence de contrées pyrénéennes recelant de réels trésors. Par cet intermédiaire encore et suite à de belles découvertes, des amateurs locaux pouvaient voir leur notoriété s’accroître, leur permettant de communiquer à propos de leurs trouvailles dans des sociétés prestigieuses d’envergure régionale, le plus souvent à Toulouse, voire à Paris dans certains cas. De nouveau, la reconnaissance de la valeur des territoires et celle des érudits qui se consacraient à leur étude étaient liées, et cette liaison fonctionnait en prenant appui sur des dispositifs de circulation assez spécifiques.

  • 19 A. Cau-Durban, « Les premiers habitants du Couserans ».

18L’archéologie de l’Antiquité et l’épigraphie fournissaient elles aussi un registre de singularisation des plus pertinents. Ces deux domaines, indissociables, en traitant de la période de la présence romaine, permettaient d’éclairer chacun quant à une histoire où, avant la constitution des territoires féodaux (comté de Comminges, vicomté du Couserans et comté de Foix d’ouest en est pour ce qui est de la zone ici étudiée), certains de ces espaces étaient déjà assez fortement individualisés. En effet, les travaux menés par les sociétés ariégeoise et commingeoise portaient leur attention sur l’existence de deux cités romaines (Lugdunum Convenarum et Lugdunum consoranorum, actuelles Saint-Bertrand-de-Comminges en Haute-Garonne et Saint-Lizier en Ariège), centres relativement importants de ce qui deviendra la province de Novempopulanie. Gisements archéologiques très riches, donnant lieu à une longue campagne de fouille soutenue par des membres de la Société des études du Comminges à partir de 1913 en ce qui concerne Saint Bertrand, la référence à ces cités servait la fierté localiste d’un passé glorieux tout comme elle offrait, par le jeu de la succession des périodes historiques (préhistoire, peuplement préromain, antiquité romaine), la possibilité d’évoquer l’idée d’une permanence quasi trans-historique des relations entre les lieux et leurs habitants. Ainsi, en 1899 lors de la création de la Société des études du Couserans, territoire de l’Ouest de l’Ariège, ancien pagus gallo-romain, une communication sur « Les premiers habitants du Couserans » permet à son auteur de noter que « avant d’être des Ariégeois, titre à peine séculaire, nous étions depuis 2000 ans des Couserannais, Consorani, disent les géographes romains19 ». Par ailleurs, l’on sait aussi combien sa contribution au développement de l’épigraphie, science naissante à la fin du xixe siècle, a permis à Julien Sacaze, fondateur de la Société du Comminges et initialement avocat à Saint-Gaudens, d’acquérir une renommée lui permettant d’obtenir un cours libre d’« Épigraphie et de géographie historique des Pyrénées à l’époque romaine » à la Faculté des lettres de Toulouse en 1887 – autre forme de circulation, qui est celle d’une notoriété grandissante donnant accès aux lieux centraux du savoir régional.

19Sans pouvoir continuer la démonstration en envisageant d’autres domaines du savoir (géographie, linguistique et même la science naissante du folklore), notons cependant que, combinant différents mécanismes circulatoires, les contributions à ces différents domaines, puisqu’elles étaient régies par le principe d’une unité de lieu (le territoire d’action de chaque société), étaient porteuses d’un effet cumulatif quant à la singularisation de ces territoires. En effet, le marquage de leur spécificité était multiplié par les recoupements entre ces contributions. Ainsi, toujours au sujet de cette micro-région de l’Ouest de l’Ariège, le Couserans, pour lequel une société d’études ad hoc a été créée en 1899, le président de cette société pouvait présenter une communication lors du Congrès national des sociétés savantes de 1925 sur « le Couserans, considéré comme une véritable région orographique, hydrographique, ethnique, linguistique, historique, économique, administrative et intellectuelle ». À cette occasion, c’est finalement l’ensemble des travaux, pourtant éclectiques, de cette société qui était mobilisé au service d’une ambition érudite de singularisation territoriale. Remarquons aussi que cette ambition était atteinte en envoyant à Paris lors d’un congrès national le représentant d’une modeste société locale, qui accédait à une certaine reconnaissance tout en faisant exister aux yeux du monde savant une micro-région inconnue ou presque une décennie auparavant.

Savoirs érudits : organisation des échelles de la légitimité et formes de division du travail

20Outre leur rôle jusque-là peu analysé dans l’établissement des spécificités territoriales et culturelles, ces sociétés, comme tant d’autres, offrent aussi un intéressant objet d’analyse des modes de production des sciences et des richesses locales, mais aussi nécessairement régionales et nationales, lorsque ces savoirs et ces richesses étaient identifiés à ces niveaux.

  • 20 S. Gerson, The Pride of Place. Local Memories and Political Culture in Nineteenth-Century France.
  • 21 M.-C. Genêt-Delacroix, « État et patrimoine sous la IIIe République. De l’amateur au professionnel (...)
  • 22 S. Gerson, The Pride of Place. Local Memories and Political Culture in Nineteenth-Century France, (...)

21Ainsi, les cas de certains de ces acteurs permettent de relever ce que notait Stéphane Gerson, à savoir l’entrecroisement entre la production locale de l’histoire et de ses monuments et la participation au mouvement « central » d’inventaire ou de recensement des richesses, servant la constitution d’un corpus national20. Le fait que certains érudits soient nommés correspondants du ministère de l’Instruction publique, de l’administration supérieure des beaux-arts et soient en relation avec la Commission des monuments historiques, conduisait à un double renforcement de leurs positions : légitimation par et vers Paris de la valeur d’historiens et d’érudits de ces acteurs, et renforcement corollaire de leur emprise locale, en cette période de professionnalisation de la gestion du patrimoine21. Les relations local/national restaient pourtant tendues dans cette ambivalence que note Gerson22. Les correspondants locaux étaient régulièrement soupçonnés d’incompétence et de parti pris, alors que de leur côté, les érudits occupant ces fonctions ne cessaient de se plaindre de la difficulté à faire reconnaître les richesses locales et, quand c’était le cas, de ce qu’ils considéraient être leur pillage par la capitale. Mais l’existence des réseaux de notabilité savante permet aussi de remarquer la place grandissante de la scène régionale à cette période de la fin du xixe siècle et du début du siècle suivant.

22En effet, comme cela a été signalé précédemment, les savants d’envergure régionale, principalement regroupés dans la Ville rose pour ce qui est des cas ici étudiés, jouaient un rôle déterminant de médiateurs entre les différents niveaux de la hiérarchie scientifique (local, départemental, régional, national). Ils faisaient des espaces alentour de réels terrains d’enquête, mais aussi d’observation et de sélection des travaux d’autres érudits susceptibles de retenir l’attention. Ils prenaient part aux activités des sociétés départementales ou locales, qu’ils faisaient briller par leur présence et où ils étaient susceptibles de distinguer des recherches ou découvertes d’importance, assurant en même temps la reconnaissance de leurs auteurs. En retour, ces « savants périphériques » pouvaient accéder à des positions au sein des sociétés et académies régionales les plus prestigieuses, voire à une certaine renommée parisienne, obtenue bien souvent par l’entremise des « savants régionaux ». Cette spécificité des positions régionales, associée à la multiplication des sociétés savantes dans le dernier quart du xixe siècle, a finalement donné lieu à ce que l’on peut appeler une première régionalisation des pratiques savantes et érudites, avec par exemple la création à Toulouse de l’Association pyrénéenne en 1888, dont l’organe, la Revue des Pyrénées et de la France méridionale, est paru dès l’année suivante.

  • 23 C. Bouglé, La vie des facultés des lettres en province.

23L’importance de ce niveau régional s’est ensuite renforcée, grâce notamment au développement de l’université après la réforme de 1896 et plus encore après la Première Guerre mondiale. La place grandissante prise par les universitaires, producteurs les plus légitimes du savoir scientifique, conduisait aussi à un affaiblissement corrélatif des positions des érudits, renvoyés en quelque sorte au statut d’amateurs. Et ce n’est sans doute pas un hasard si la Revue des Pyrénées et de la France méridionale, issue de la régionalisation des activités érudites mentionnée ci-dessus, est publiée sous les auspices du Conseil de l’université à partir de 1905, avec l’ambition que les facultés « achèvent, précisent et systématisent, en s’offrant à guider méthodiquement leurs recherches, l’œuvre pieuse des sociétés locales » selon Célestin Bouglé (1870-1940), sociologue de renom rattaché à l’école durkheimienne alors en poste à Toulouse23.

 

24Plus généralement, on assiste aussi durant le premier tiers du xxe siècle et à l’échelle nationale, au développement d’écoles scientifiques novatrices, qui se fondent sur un travail de spécialisation disciplinaire marqué. Que l’on songe à la géographie moderne post-vidalienne, à l’école des Annales autour de March Bloch et de Lucien Febvre, mais aussi au folklore qui se professionnalise et se spécialise fortement dans les années 1920-1930, l’ensemble de ces développements scientifiques conduisent à une déqualification de la figure de l’honnête homme de science, adepte de l’éclectisme, multi-positionné localement ou régionalement, et à une remise en cause des légitimités érudites. Les sociétés savantes sont loin de disparaître, mais leur composition sociale évolue cependant (entrée des instituteurs dans les années 1920-1930, initialement peu présents) et l’on assiste sans doute à un recul des conditions de réception et de validité de leurs travaux, sans pour autant que les répertoires des singularités à l’institution desquels elles ont participé se trouvent, eux, remis en cause. Ces répertoires trouveront en effet toutes les conditions d’une certaine pérennité dans le domaine du tourisme et des intérêts patrimoniaux, donnant lieu à la sédimentation, si l’on peut dire, des images territoriales et culturelles produites dans le cadre de l’engouement érudit du dernier quart du xixe siècle.

Bibliographie

Bensa Alban et Fabre Daniel (dir.), Une histoire à soi. Figurations du passé et localités, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001.

Bertho-Lavenir Catherine, La roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes, Paris, Odile Jacob, 1999.

Boltanski Luc, « La dénonciation », actes de la recherche en sciences sociales, vol. 51, no 1, p. 3-40.

Bouglé Célestin, « La vie des facultés des lettres en province », Revue des Pyrénées, vol. 17, no 1, 1905, p. 5-27.

Bourguet Marie-Noëlle, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1988.

Briffaud Serge, Naissance d’un paysage, la montagne pyrénéenne à la croisée des regards (xvie-xixe siècle), Tarbes/Toulouse, Archives des Hautes Pyrénées et CIMA-CNRS-Université Toulouse le Mirail, 1994.

Chaline Jean-Pierre, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, Paris, Éditions du CTHS, 1995.

Chanet Jean-François, L’École républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996.

Cau-Durban Abbé, « Les premiers habitants du Couserans », Bulletin de la société ariégeoise des sciences, lettres et arts, vol. 16, 1899-1900, p. 164-167.

Desplat Christian, « Les “républiques” montagnardes des Pyrénées occidentales françaises à l’époque moderne : mythe et réalité », actes du 108e Congrès national des sociétés savantes, vol. 1, Grenoble, 1983, p. 47-65.

Genêt-Delacroix Marie-Claude, « État et patrimoine sous la IIIe République. De l’amateur au professionnel dans la gestion du patrimoine national », dans Grange Jean-Daniel et Poulot Dominique (dir.), L’esprit des lieux. Le patrimoine et la cité, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, novembre 2013, p. 147-159.

Gerson Stéphane, The Pride of Place. Local Memories and Political Culture in Nineteenth-Century France, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 2003.

Laferté Gilles, La Bourgogne et ses vins. Image d’origine contrôlée, Paris, Belin, 2006.

Ozouf-Marignier Marie-Vic, La formation des départements. La représentation du territoire français à la fin du xviiie siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1989.

Parsis-Barubé Odile, La province antiquaire. L’invention de l’histoire locale en France (1800-1870), Paris, Éditions du CTHS, 2011.

Sahlins Peter, Frontières et identités nationales. La France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis le xviie siècle, Paris, Belin, 1996.

Sapiro Gisèle, « Défense et illustration de “l’honnête homme” », actes de la recherche en sciences sociales, no 153, p. 11-27.

Sourrieu Abert, « La révolte de la Barousse en 1848 », Revue de Comminges, vol. 2, 3e trimestre, 1886, p. 196-207.

Tarrius Alain, « Territoires circulatoires et espaces urbains », Annales de la Recherche Urbaine, vol. 59, no 1, 1993, p. 50-60.

Thiesse Anne-Marie, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, PUF, 1991.

Thiesse Anne-Marie, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997.

Notes

1 M.-V. Ozouf-Marignier, La formation des départements. La représentation du territoire français à la fin du xviiie siècle ; M.-N. Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne.

2 S. Gerson, The Pride of Place. Local Memories and Political Culture in Nineteenth-Century France.

3 J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France.

4 O. Parsis-Barubé, La province antiquaire. L’invention de l’histoire locale en France (1800-1870).

5 G. Laferté, La Bourgogne et ses vins. Image d’origine contrôlée.

6 C. Bertho-Lavenir, La roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes.

7 P. Sahlins, Frontières et identités nationales. La France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis le xviie siècle.

8 S. Briffaud, Naissance d’un paysage, la montagne pyrénéenne à la croisée des regards (xvie-xixe siècle), p. 232.

9 A. Tarrius, « Territoires circulatoires et espaces urbains ».

10 Les diverses facultés toulousaines furent réunies en un corps des facultés en 1893, qui devint lui même une université suite à la réforme de 1896.

11 J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, p. 49.

12 Ibid.

13 G. Sapiro, « Défense et illustration de “l’honnête homme” ».

14 A. Bensa et D. Fabre (dir.), Une histoire à soi. Figurations du passé et localités.

15 A.-M. Thiesse, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération ; A.-M. Thiesse, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique ; J.-F. Chanet, L’École républicaine et les petites patries.

16 Selon l’expression qu’utilise Luc Boltanski dans « La dénonciation », p. 19-23.

17 Ch. Desplat, « Les “républiques montagnardes” des Pyrénées occidentales françaises à l’époque moderne : mythe et réalité ».

18 Cette référence à l’esprit de liberté des habitants de ces vallées des Pyrénées centrales se retrouvait dans la narration d’épisodes postérieurs de l’histoire locale, comme les révoltes contre l’imposition du Code forestier au milieu du xixe siècle – voir par exemple A. Sourrieu, « La révolte de la Barousse en 1848 ».

19 A. Cau-Durban, « Les premiers habitants du Couserans ».

20 S. Gerson, The Pride of Place. Local Memories and Political Culture in Nineteenth-Century France.

21 M.-C. Genêt-Delacroix, « État et patrimoine sous la IIIe République. De l’amateur au professionnel dans la gestion du patrimoine national ».

22 S. Gerson, The Pride of Place. Local Memories and Political Culture in Nineteenth-Century France, particulièrement chapitre 8.

23 C. Bouglé, La vie des facultés des lettres en province.

Auteur

Maître de conférences, Université Paul-Valéry – Montpellier III, LERSEM

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search