Version classiqueVersion mobile

La montagne explorée, étudiée et représentée : évolution des pratiques culturelles depuis le xviiie siècle

 | 
Louis Bergès

Naissance et développement d’une nouvelle sensibilité

Le récit guerrier en montagne dans la fiction littéraire européenne (1780-1850)

Louis Bergès

Résumé

La quête du sublime et de l’émotion artistique et littéraire dans le paysage de montagne fait partie de la formation aujourd’hui bien connue de l’écrivain romantique français de Rousseau à George Sand. De l’expression de l’infini et de l’harmonie, la perception romantique est aussi passée par celle des vestiges terribles de la violence de la Nature. De là peut découler une représentation guerrière intégrée du paysage et de ses habitants. Il est proposé d’analyser ici ce processus de construction littéraire à partir de l’écriture romantique française d’une montagne à la fois visitée et rêvée. Récits de voyage, poésies et romans de Rousseau à George Sand seront interrogés au regard de modèles et de schémas hérités ou cultivés ; la représentation du guerrier montagnard est au cœur de l’esthétique littéraire de cette période : Suisses, Bavarois, Monténégrins, Basques et Caucasiens, Druses et Maronites, sont mis en scène pour caractériser l’identité collective des peuples de montagne. Au-delà du sublime, la recherche de l’écrivain romantique est aussi celle du pittoresque : le guerrier est enraciné dans sa terre et ses traditions qui constituent un inépuisable décor.

Texte intégral

1Né en temps de guerre, le mouvement romantique est marqué par les conflits intérieurs et extérieurs, ceux des révolutions et des insurrections nationales. Sur la scène littéraire et artistique, la poésie et le roman ont puisé dans le paysage de montagne les bases d’un matériau romanesque considérable parmi lequel figurent le personnage du guerrier et le combat en altitude. Au début, l’inspiration de l’auteur romantique se nourrit des préjugés hérités des siècles passés, regardant la montagne comme un territoire mystérieux, proche du divin, où les parois rationnelles ont tendance à disparaître. Des représentations littéraires du Moyen Âge et de la Renaissance, ne ressort au début du xviiie siècle qu’un milieu montagnard menaçant fait de clichés sombres et violents, souvent liés à la topographie, expression d’une Nature féroce, à la fois lieu de catastrophes et théâtre d’opérations de peuples guerriers autochtones en guerre contre voyageurs et envahisseurs.

2Ainsi, sera-t-il intéressant de voir comment une nouvelle approche romantique de la montagne, issue de l’imaginaire rousseauiste et des nombreux pèlerinages littéraires effectués depuis Bernardin de Saint Pierre, est parvenue à intégrer le récit guerrier dans la littérature européenne.

3Pour cette recherche, il est proposé d’examiner un corpus se composant de plusieurs types de textes : en premier lieu, le roman, genre littéraire majeur de la période, qu’il soit français ou étranger, traduit et repris sous la forme de récits historiques ou de narrations fictives accompagnant une intrigue dramatique. La recherche s’est étendue ensuite aux textes poétiques portant sur des événements historiques qui se réfèrent soit à un passé mythique soit à un événement contemporain fondateur lié par exemple à une guerre d’indépendance. J’ai exclu d’examiner les nombreux récits de voyage d’écrivains en montagne dans la mesure où ils n’ont pas recours à la fiction littéraire. J’ai retenu enfin plusieurs pièces de théâtre contemporaines significatives de la période qui ont introduit dans un cadre comique ou dramatique un récit guerrier lié à ses habitants.

À la recherche des origines : mythes fondateurs et courants de pensée

4D’où vient cette idée que la montagne serait un territoire de guerre peuplé de soldats nés pour combattre ? Le récit guerrier, tel qu’il apparaît dans les premiers écrits de la littérature préromantique, s’appuie sur des mythes fondateurs qui associent la montagne à la guerre et à ses développements, qu’il s’agisse de batailles légendaires ou réelles, de combattants célèbres ou du caractère guerrier des habitants. Mais un nouveau souffle face à l’appréhension des batailles commence à irriguer la fiction littéraire utilisant le cadre montagnard, comme si la présence de la guerre en montagne avait aussitôt fait partie de l’outillage mental de l’écrivain romantique.

  • 1 Montesquieu, Œuvres complètes, p. 5.
  • 2 Buffon, Histoire naturelle, générale et particulière, p. 506.

5Plusieurs indices existent au xviiie siècle qui contribuent à construire cette représentation nouvelle des sites de montagne comme lieux de bataille. Vers 1750, Montesquieu se penche sur l’esprit guerrier qu’il considère comme lié à certaines caractéristiques physiques des territoires et de leurs habitants : les montagnards « se défendent aisément, ils sont attaqués difficilement ; les munitions de guerre sont assemblées et portées contre eux avec beaucoup de dépenses ; il est donc plus difficile de leur faire la guerre, plus dangereux de l’entreprendre…1 ». Pour le philosophe, le relief est un obstacle à la guerre, il favorise en même temps l’esprit de liberté et la combativité du bon soldat, mais l’indiscipline du montagnard n’est pas évoquée. Buffon évoque plus précisément le cas des montagnards Kimos, qualifiés de nains blancs de Madagascar, vus comme des guerriers nés2. On peut relever aussi la définition donnée par l’Encyclopédie méthodique de Pancoucke :

  • 3 Encyclopédie méthodique : art militaire, article guerre, p. 677.

« Les habitants des montagnes sont pour l’ordinaire plus guerriers que ceux du plat pays, qui est presque toujours plus fertile, qui, par cette abondance, rend ceux qui l’habitent plus délicats, plus vicieux et plus lâches.3 »

  • 4 Chevalier de Folard, Abrégé des commentaires sur Polybe, p. 390.
  • 5 Ch. Rollin, Histoire des Romains, p. 315.

6Les historiens militaires des Lumières renvoient eux aussi à des modèles façonnés par les récits de l’Antiquité : Folard évoque en 1754 à propos de la bataille de Sélasie entre Macédoniens et Spartiates en 222 avant notre ère les particularités des combats de montagne4. Charles Rollin évoque le cas des Miquelets dans les Pyrénées sous l’Antiquité : le général romain Sertorius, pour franchir les cols, fait face à « ces misérables montagnards », auxquels il doit payer « une espèce de tribut et de droit de passage5 ».

  • 6 J.-J. Rousseau, Projet de constitution pour la Corse, p. 45.
  • 7 C. Von Clausewitz, Shriften-Aufsätze-Studien-Brife, herausgegeben von Werner Hahlweg, Göttingen. V (...)
  • 8 A. de Jomini, Précis de l’art de la guerre, p. 241-247.

7Il se dessine une représentation de la montagne que l’on pourrait situer entre celle d’un paysage qui recèle de nombreux dangers et celle d’un refuge, havre de paix, entre celle d’un montagnard, bon sauvage, pacifique et celle du guerrier barbare dont l’aspect pittoresque apporte une touche exotique au récit. La grande proximité du montagnard avec l’état de nature est vue comme la cause principale de son caractère belliqueux : au sujet de cette passion guerrière censée habiter les populations de montagne, Rousseau n’évoque pourtant pas cet aspect pour les Corses et les Suisses au sujet desquels il se contente de parler simplement de « courage dans les combats », mais il souligne le mercenariat comme une dérive propre au « génie » de ces habitants6. Clausewitz enrichit les réflexions précédentes de considérations stratégiques en insistant sur la géographie au service de la défense d’un territoire avec le développement de la « petite guerre » ou guérilla propre aux zones de montagne et de bois7. Pour Jomini enfin, tout combat en montagne nécessite des camps retranchés ou des fortifications8.

  • 9 J.-P. Claris de Florian, Guillaume Tell ou la Suisse libre.
  • 10 F. Schiller, Wilhelm Tell, schauspiel von Schiller.
  • 11 W. Wordsworth, « Hofer, 20th october 1809 ». Voir J. Williams, Wordsworth translated: a case study (...)

8À la fin du xviiie siècle, paraissent des romans précurseurs qui se réfèrent à des traditions historiques nationales de combats libérateurs dans des pays de montagne : c’est le cas de la Suisse avec la renaissance du personnage mythique de Guillaume Tell. Florian montre un héros des montagnes d’Altorf qui se bat contre le tyran Gesler 9 ; le thème est aussitôt popularisé par Schiller en 1804 sous la forme d’une pièce de théâtre10. De même, Andreas Höfer, le révolté du Tyrol, est célébré en 1809 par le poète anglais Wordsworth comme le guerrier descendant des montagnes pour lutter contre le « tyran Napoléon11 ». Mais ces héros semblent moins portés par le cadre de leurs montagnes natales que par la singularité de leur engagement.

  • 12 Chateaubriand écrit Les Natchez entre 1797 et 1798, mais ne publiera que beaucoup plus tard un tex (...)

9Pendant la même période, dans ses premiers romans américains, Chateaubriand accorde au paysage des montagnes et à ses habitants une place mythique accompagnée d’un jeu de métaphores guerrières : dans les Natchez12, il imagine le berceau des tribus indiennes dans les Rocheuses, « montagnes bleues » situées près des rives du « Meschacebé » (Mississipi) entre l’Ohio et le Kentucky. Vastitude et étrangeté se mêlent pour faire des montagnes lointaines des lieux sauvages comme leurs habitants, où l’activité guerrière entre tribus rivales ou envahisseurs constitue une sorte de microcosme naturel.

10Tous ces récits précurseurs représentent en ordre dispersé la part des premières influences que l’on peut résumer en trois modes littéraires qui vont irriguer de façon prédominante l’écriture poétique et romanesque en Europe au cours de la période.

  • 13 La première traduction française est celle du marquis de Saint Simon, Temora : poème épique en VII (...)
  • 14 La bataille est racontée au chant VII. Voir P. Van Thieghem, Ossian en France.
  • 15 S. Cottin, Malvina.
  • 16 É. Pivert de Senancour, Oberman, p. 196-197.
  • 17 Chateaubriand, Œuvres complètes, p. 90.

11En premier lieu, figure la celtomanie, née du succès littéraire des antiques légendes gaéliques recréées par le poète James Mac Pherson dans les montagnes d’Écosse vers 1760. Cette mode esthétique, née en France à partir de 1774 autour du personnage imaginaire du barde « calédonien » Ossian13, fait du paysage des Highlands un topos privilégié : l’auteur imagine autour de la bataille mythique de Temora, qui se serait déroulée vers la fin du iiie siècle avant notre ère, un modèle métaphorique qui va bercer tous les grands esprits militaires de la fin du xviiie siècle jusqu’à celui de Napoléon lui-même14. Sophie Cottin avec son Malvina décline le modèle au cœur des montagnes « sauvages et escarpées » de Bread Alben15. À la même époque, Senancour fait une synthèse pleine de mélancolie entre la Suisse et l’Ecosse : les sommets écossais « qui tombent dans la mer du Nord » mettent en lumière l’image des « filles de guerriers » qui « sur l’Océan tranquille, chantent les combats et l’espérance de la patrie16 ». Les premières œuvres de Chateaubriand affectent aussi une sensibilité celtomane débridée : dans Les Martyrs, le sacrifice de Velléda la druidesse gauloise se déroule dans le décor montagnard d’une forteresse digne des Iles britanniques transposé en Armorique17.

  • 18 Voir J.-P. Claris de Florian, Gonzalve de Cordoue ou Grenade reconquise, p. 157-158.
  • 19 Chateaubriand, Le dernier abencérage.

12Le second courant de pensée qui envahit la littérature européenne, c’est l’hispanisme qui prend racine dans le passé mauresque de la Reconquista au détriment de celui, cruel et ténébreux, de l’Inquisition décrié par les philosophes : puissance de la sensibilité, pathétique exacerbé, profondeur mystique, viennent remplacer les anciennes images d’une Espagne arriérée. Florian se fait en 1791 l’écho de la légende montagnarde de La Pena de los Enamorados à Antequera au nord de Malaga18, qui a abrité les amours tragiques d’une princesse musulmane et d’un chevalier chrétien. Chateaubriand explore lui aussi le thème avec Le dernier abencérage, ou le récit du retour mythique dans les montagnes d’Andalousie de Boabdil, « Ben Hamet », dernier souverain musulman d’Espagne19.

  • 20 W. Von Humbolt, Berichtigungen und Zusätzeueber die Cantabrische oder Vaskische Sprache. Le chant (...)
  • 21 Joseph-Augustin Chaho (1811-1858), poète basque originaire de Tardets, élève de Nodier, fondateur (...)
  • 22 Il s’agit de l’œuvre du poète équatorien Joaquin José Olmedo, Canto a Bolivar, publié à Guayaquil (...)

13L’attrait exercé par l’Espagne revêt ensuite des aspects très divers : au départ, il s’agit d’un orientalisme fondé sur le passé historique musulman de la péninsule ibérique avec l’image du Maure victorieux à Roncevaux mais vaincu en 1492 ; puis, à partir des années 1820, se manifestent des dérivés géographiques de type patriotique et national avec l’« euskarisme » qui s’est développé à la suite des travaux de l’ethnologue allemand Humboldt en 1817 et du Chant guerrier de Lelo20. Humbolt est à l’origine d’une littérature historico-légendaire basque qui émerge avec l’œuvre du poète Chaho et de son personnage légendaire Aïtor, le patriarche montagnard, fondateur de la race guerrière des « Euskariens »21. D’autre part, il faut évoquer un autre avatar de l’hispanisme des « romanceros », l’« americanidad » des colons espagnols révoltés contre Madrid : il s’agit alors de la guerre d’indépendance menée par Bolivar à partir de zones montagneuses-refuges en Amérique latine dès 1813 et célébrées par la poésie en langue espagnole publiée et traduite en Europe22.

  • 23 J.-J. Barthélémy, Le voyage du jeune Anacharsis en Grèce. L’épisode est narré au tome premier, int (...)
  • 24 A. Koray, Appel aux Grecs traduit du grec moderne d’Atromète, natif de Marathon, avec la proclamat (...)
  • 25 C. Fauriel, Chants populaires de la Grèce moderne.
  • 26 Voir La lyre patriotique de la Grèce, odes de Zante Kalvos traduites par Stanislas Julien.

14Le dernier courant de pensée qui transforme en profondeur les sources d’inspiration littéraire, c’est le philhellénisme, né de la guerre d’indépendance contre l’Empire ottoman et de la fondation de l’État grec à partir de 1821, qui surgit dans un terreau intellectuel largement favorable. Depuis Le voyage du jeune Anarcharsis en Grèce de l’abbé Barthélémy en 1788, la Grèce des montagnes est le lieu pittoresque par excellence pour l’écrivain français qui peut y lire une description de la bataille des Thermopyles au pied et au sommet du mont Kolonos, théâtre de l’ultime résistance spartiate23. La geste héroïque conduite par des chefs militaires insurgés sous la forme d’une guerre de montagne, représente un combat alliant révolte esthétique et désir de liberté qui réunit tous les intellectuels européens à partir de Byron : Adamantios Korais, poète et éditeur grec réfugié en France, suscite l’Appel aux Grecs et aux Français pour que tous se rejoignent dans un même élan de soutien24. Tandis que brillent des héros comme l’« armatole », Athanasios Diakos, fait prisonnier et mort empalé, ce sont les valeurs nationales de la Grèce antique qui galvanisent les insurgés contre l’ennemi turc dans le cadre montagnard du Péloponnèse. Après une première victoire, celle de Valtetsi du 12 mai 1821, ce sont des images à la fois souffrantes et victorieuses du « capetan » et du « klephte », guerriers montagnards, qui sont popularisées en France par le linguiste Fauriel à travers ses Chants populaires de la Grèce25 et le poète Kalvos, auteur de la « lira26 ».

Le champ de bataille de montagne ou les champs de l’imaginaire

15Dans les récits guerriers, la montagne est mise en scène comme un haut lieu de conflictualité : zone-frontière, la montagne est un enjeu stratégique qui suscite la convoitise. L’action militaire en montagne signifie une expédition, c’est-à-dire une errance parfois dédaléenne, à la fois pour ceux qui descendent dans la plaine combattre leurs ennemis et pour ceux qui gagnent les hauteurs la poursuite d’un adversaire. Le théâtre de la bataille à son point d’arrivée peut se trouver au pied d’une montagne, dans une vallée ou sur les contreforts d’une colline à proximité des sommets.

  • 27 J. Bonaparte, Moïna ou la villageoise du Mont-Cenis. La bataille évoquée est celle conduite par le (...)
  • 28 Voir C. Pavlof, Préludes, Lochiel Warning, p. 35-38.
  • 29 J. J. Olmedo, Canto a Bolivar. Le poème de 909 vers, dans sa version de 1826, n’a pas fait l’objet (...)
  • 30 Sur l’authenticité douteuse de l’œuvre, voir G. Cirot, « Le chant d’Altabiscar », p. 65-67 et N. M (...)
  • 31 V. Hugo, La légende des siècles, p. 113-127.
  • 32 G. Sand reprend la version du récit de Jacques Lenfant dans sa Guerre des Hussites parue en 1731 : (...)

16Plusieurs batailles, mises en scène dans des œuvres très diverses, retiennent l’attention : les combats des troupes révolutionnaires en 1793 au pied du Mont Cenis vus par Joseph Bonaparte27 ; le dernier affrontement des clans écossais « jacobites » contre les Anglais à Culloden au pied des Highlands (16 avril 1746) décrits par Campbell28 ; la victoire de Bolivar sur l’armée coloniale espagnole à Junin dans les Andes péruviennes (6 août 1824) célébrée dans le poème épique de Joaquin José Olmedo29. Toutes ces batailles se rapportent à des scènes réelles qui sont parfois mythifiées : c’est le cas du champ de bataille de Roncevaux glorifié comme une victoire militaire des Basques dans le chant d’Altabiscar30 puis repris par Victor Hugo dans la Légende des siècles31. Georges Sand raconte elle aussi l’histoire d’une bataille médiévale mythique, la victoire de Jean Ziska et de ses Taborites contre les « Utraquistes » pragois à Malesko32.

  • 33 J.-B.-A. Hapdé, La guerrière des sept montagnes ou la laitière des bords du Rhin, mélodrame en tro (...)
  • 34 Erckmann-Chatrian, Contes de la montagne, p. 81-276.
  • 35 A. Dumas, Othon l’archer, p. 18.
  • 36 C. Nodier, Jean Sbogar, p. 55.

17La montagne, autrefois mystérieuse, désormais pittoresque, se transforme pour devenir guerrière dans sa forme : la géographie participe de la qualité du récit et de sa dramaturgie. Un type de décor s’impose le plus souvent. Si la plaine où descendent les héros est un lieu de prédilection pour affronter les ennemis, le cœur de la montagne, où se trouve la fortification militaire, repaire de tyran ou refuge contre l’envahisseur, est un lieu incontournable, théâtre de combats ou de sièges violents. On retiendra le château assiégé d’Alisberthe de Hapdé dans la guerre des sept montagnes33 ; celui de Nideck en Forêt noire vu par Erckman-Chatrian dans Hugues le loup34 ou bien celui de Windeck en ruines dans Othon l’archer d’Alexandre Dumas où vient s’installer pour la nuit un groupe d’archers en expédition35. Dans le cas du château de Duino situé dans le golfe de Trieste au pied des Alpes dinariques décrit par Nodier dans Jean Sbogar, il s’agit plutôt d’un antre, le « pied de ce promontoire » à partir duquel déferlent sur « tous les rivages du golfe où ils portent la désolation et la terreur » les « frères du bien commun », sorte « de troupe sanguinaire » composée de bandits montagnards illyriens36.

  • 37 P. Mérimée, Colomba, p. 104-105.
  • 38 A. Dumas, Les frères corses, p. 2-3.

18La maison familiale dans l’habitat montagnard est aussi un lieu de bataille : dans le village mythique de Pietranera en Corse décrit par Mérimée dans Colomba, il s’agit de l’affrontement d’une forteresse familiale contre l’autre. La tour du Nord s’oppose à celle du Sud comme symbole de deux puissances ancestrales qui s’affrontent à mort, et au milieu, se trouve la place du village ; dans « les deux maisons ennemies », on « pratique des archères aux fenêtres donnant sur cette place37 ». Alexandre Dumas verse dans un registre identique dans Les frères corses, notant qu’à Sullacaro près de Sartène, les maisons de ce village montagnard, « bâties en manière de forteresse », « paraissent avoir soutenu des sièges…38 »

  • 39 V. Hugo, Les Orientales, p. 185-186.
  • 40 A. de Lamartine, Le dernier chant du pèlerinage d’Harold, p. 97-100. Le poète se réfère à un évén (...)

19La gorge ou le ravin et leurs sinuosités représentent un espace privilégié pour le combat : dans Les Orientales d’Hugo, Le ravin est le lieu ultime où s’amassent les cadavres des combattants ottomans et grecs insurgés au cours d’une bataille de la guerre d’indépendance39. Une œuvre majeure du romantisme français fait aussi appel à ce topos pour en faire le point central d’un poème dramatique : sur le mont Erymanthe, Lamartine montre les femmes et enfants grecs se précipitant au fond d’un gouffre pour échapper à leurs poursuivants40.

  • 41 X. de Montepin, Le médecin des pauvres, p. 14.
  • 42 A. de Lamartine, Jocelyn : épisode, journal trouvé chez un curé de campagne, p. 92-95.
  • 43 P. Mérimée, La Guzla ou choix de poésies illyriques recueillies dans la Dalmatie, la Bosnie, la Cr (...)

20La caverne est vue comme une sorte d’orifice des monts et des collines avec ses galeries labyrinthiques, ses mines et ses tunnels, creusés dans le ventre de la montagne, comme autant d’arènes pour des affrontements meurtriers. Xavier de Montepin situe le repaire du capitaine Lacuzon, rebelle franc-comtois au xviie siècle, dans les montagnes du Jura, à l’« extrême limite de la forêt de Morbier » dans un endroit escarpé où il est poursuivi41. Chez Lamartine, la grotte des Aigles près de Grenoble est le dernier refuge de deux proscrits poursuivis par des soldats de la Révolution (24 août 1793)42. La caverne où s’est réfugié avec sa famille l’heiduque monténégrin Christich Mladin, « couché sur des cailloux aigus », cerné par ses ennemis, aurait été son tombeau si, comme le raconte Mérimée, il n’avait décidé d’en sortir pour mener l’ultime combat les armes à la main avec ses trois fils43.

  • 44 V. Hugo, Han d’Islande.
  • 45 Lautréamont, Les chants de Maldoror, p. 141-182.

21Le champ de bataille romantique apparaît en fin de compte comme un espace de mélange conflictuel constitué en territoire hors norme, brouillant les repères identificateurs traditionnels, fruit d’une géographie indistincte : dans Han d’Islande d’Hugo, la montagne du Nord de la Norvège, près du cercle polaire, est faite de trous, de cavernes, de forêts, de ruines où se cache un monstre, le Han. Ce bout du monde est un repaire de brigands qui descendent vers la capitale de la province au sud (Drontheim). Il cache dans ses entrailles des lieux hostiles (grotte de Wesberhog, la mine d’Apsyl-Corh ou la clairière de Ralph le géant)44. La montagne peut enfin servir de champ de bataille allégorique. Dans Les chants de Maldoror, Lautréamont fait d’une montagne imaginaire le lieu de toutes les violences et transgressions : accompagné de son bouledogue, Maldoror tue, viole, éventre, sous les yeux d’un berger45.

Le guerrier montagnard, héros romantique

22Sur le champ de bataille de montagne, différents personnages se côtoient ou se succèdent : le lieu est imaginé pour fabriquer des héros guerriers typiques.

  • 46 P. Borel, Rhapsodies, p. 83-85.

23Le montagnard, conservateur des mœurs et de la pureté originelle, est belliqueux dans l’âme parce qu’attaché à défendre à tout prix son cadre de vie et celui de ses ancêtres : monstre protecteur imaginaire (le Han d’Islande, l’Aïtor des Basques), brigand de grands chemins qui pille et tue les habitants des villes (l’illyrien Jean Sbogar), barde-soldat des monts d’Armorique chez Petrus Borel46. Andreas Hofer, l’aubergiste tyrolien, homme du peuple, est vu comme l’un des premiers soldats de la liberté par Wordsworth, mais le dernier roi maure d’Espagne de Chateaubriand est un guerrier vaincu, réfugié dans les montagnes au-dessus de Grenade, victime de l’histoire.

  • 47 A. Dumas, La boule de neige.
  • 48 L’aventure de Jean Ziska, aux côtés de l’« hérésie » de Jean Huss, est évoquée dans Consuelo (1842 (...)
  • 49 La lyre patriotique de la Grèce, odes de Zante Kalvos traduites par Stanislas Julien, p. 92-93.

24Plusieurs ethnotypes figés par une identité nationale font appel à la réminiscence historique : le montagnard caucasien sur le modèle de Moullah Nour, « le fléau du Daghestan », l’ennemi intime des Russes, dépeint par Dumas47 ; le rebelle bohémien, aveugle, Jean Ziska, rusé et cruel, qui sème la terreur à la tête de ses Taborites48. Le « klephte » issu des montagnes grecques tient sans doute une place à part : rebelle à toute autorité, icône guerrière de la lutte nationale, célébré par le poète Kalvos comme l’aigle des sommets, « immortel monument des rochers de Spezzia, Hydra et Psara où ne pénétra jamais la crainte du danger49 ». Tous ces personnages de roman ont en commun d’être l’archétype du guerrier montagnard idéal, habité par la foi du charbonnier, ennemi redoutable pour tout combattant « terrestre », autonome, endurant, mobile et insaisissable.

  • 50 Voir M. G. Artola Cornu, « Jean-Baptiste Camoussary (1815-1842), una primera aproximacion a su vid (...)

25D’autres traditions littéraires font appel à des figures contemporaines. Le guerrier basque, berger et contrebandier, dépeint par Humbolt se retrouve sous les traits d’un chef militaire navarrais célébré par le poète Camoussary : le général Zumalacarregui, mort au combat pendant la première guerre carliste, dont la réputation exceptionnelle a donné lieu à une importante postérité littéraire et artistique50. Une génération après, l’historien militaire Ducuing en a relevé tout l’intérêt :

  • 51 Voir F. Ducuing, La guerre de montagne (Navarre 1834-5 et Kabylie 1841-7), p. 24.

« Ce qu’il y a de force native et de grandeur primitive dans la population basco-navarraise fournirait d’innombrables thèmes à une époque héroïque digne du romancero.51 »

  • 52 E. Scribe, Œuvres complètes, p. 85-180.
  • 53 A. Dumas, Maître Adam le calabrais.
  • 54 G. Verga, I carbonari della montagna. Voir R. Atria, « Confini aperti del romanzo storico : I carb (...)

26Le brigand calabrais s’est doté d’un profil pittoresque grâce à l’occupation française dans le royaume de Naples sous la Révolution et l’Empire : avec son profil de conspirateur révolutionnaire, Fra Diavolo (Michele Pezza), chef de la rébellion montagnarde contre les Français de 1798 à 1806, est un véritable personnage de théâtre mis en scène par Eugène Scribe. Mais le guérillero sanguinaire, devenu à la mode sur les planches des théâtres parisiens, s’est transformé en bandit mondain, fringant et charmeur, dans le cadre idyllique de l’hôtel de Terracine sur les bords de la mer Tyrrhénienne52. Chez Dumas, le conspirateur « carbonaro », Placido Brandi père, cinq fois condamné à mort et rescapé, est victime d’injustice et réfugié en montagne par nécessité53. Avec Giovanni Verga, on revient au portrait classique du « carbonaro » italien destiné à accompagner l’expédition garibaldienne : Corrado en 1810 est un agitateur politique anti-français, retiré dans son château du Monte della Torretta, combattant secrètement l’occupant54.

  • 55 C. Nodier, Jean Sbogar…, p. 93-97.
  • 56 P. Mérimée, La Guzla…, Les Monténégrins, p. 245-248. Voir V. Yovanovitch, La « Guzla » de Mérimée  (...)
  • 57 G. de Nerval, Les Monténégrins ; pour le chant monténégrin, voir Poèmes divers.
  • 58 P. II Petrovitch-Njegoch, Les lauriers de la montagne.

27Le montagnard monténégrin véhicule une image relativement positive. Évoquée par la voix d’un des héros de Nodier, Lothario, qui voit dans Jean Sbogar, un « homme formidable » protecteur du pays illyrien55, celle-ci se développe aussi chez Mérimée qui en fait le thème central de la mystification littéraire créée autour du personnage imaginaire de Hyacinthe Maglanovich et de ses ballades de la Guzla. Féroce mais excessivement courageux, le « morlaque » ou « heiduque » serbe, affronte l’ennemi turc sans espoir et pour l’honneur56. Un autre montagnard serbe, célébré par Nerval dans son opéra-comique et son Chant monténégrin, est assiégé par Napoléon qui ne parviendra pas à le vaincre57. Le poème serbe « Gorski Viyenatz » de Pietr. Njegos, publié en 1847 et traduit en français sous le titre Les lauriers de la montagne, exalte l’action de combattants comme l’évêque Danilo ou le voïvode Drachko dans une lutte générale du peuple serbe contre l’occupant ottoman58.

  • 59 P. Borel, Rhapsodies, p. 33-37.

28Le brigand solitaire corse peut être considéré comme une sorte de guerrier domestique, porteur d’une vendetta perpétuelle, constamment sur ses gardes, à l’image d’Orso della Rebbia chez Mérimée. En revanche, dans le poème La Corse de Petrus Borel où le peintre voyageur est assassiné par erreur dans la montagne près d’Oletta, il est revêtu d’une image hostile sans rapport avec ses autres congénères européens59.

  • 60 Voir la pièce de P. Foucher, Guillaume Colmann ou les deux guides.
  • 61 A. de Musset, Un spectacle dans un fauteuil, p. 23.

29Les figures historiques de héros montagnards bénéficient généralement d’un portrait avantageux, celui de résistants, morts pour la défense de leur pays, mais la posture prise peut dépendre de la nationalité de son promoteur ; ainsi, Andreas Hofer, le héros du Tyrol en 1809 contre Napoléon, glorifié par Wordsworth, est réincarné dans une posture falote de guide de montagne dans le théâtre français60. Alfred de Musset, sans citer son héros historique, fait néanmoins l’éloge du peuple « tyrolien », « peuple héroïque et fier/montagnard comme l’aigle et libre comme l’air61 ».

  • 62 T. Gautier, La comédie de la mort, p. 339-350.
  • 63 J.-B.-A. Hapdé, La guerrière des sept montagnes…, p. 2-47.
  • 64 A. de Gobineau, Nouvelles asiatiques, p. 11-98.

30Les figures féminines ne sont pas absentes, car la montagne a ses guerrières. Sur le modèle des amazones, magnifié par Théophile Gautier dans le Thermodon62, voici Alisberthe, personnage légendaire de la pièce de Hapdé, assiégée et finalement vaincue dans son château par Henri de Saxe63. Oum Djehane, la danseuse de Shamakha, est une guerrière accomplie comme ses ancêtres de la tribu caucasienne des Lesghis : son aventure, relatée par Gobineau, est un morceau de bravoure où la beauté se révèle à la hauteur de la férocité de l’héroïne64.

31Tous ces êtres qui peuplent les montagnes sont-ils prédestinés au combat ? La surcharge folklorique et la célébration des vertus guerrières dans le cadre de la mythologie nationale ont permis de construire une image de soldat-citoyen pour le Suisse des montagnes et de brigand héréditaire en Corse et en Calabre. Pour les Illyriens, les Monténégrins et les Grecs, il se dégage plutôt une image charnelle de race martiale qui affleure lorsque le combat de ces peuples est évoqué. Chaque peuple montagnard dispose d’attributs guerriers qui appartiennent à ses traditions ancestrales et ses habitudes de combat, même si comme le fait remarquer Dumas :

  • 65 A. Dumas, Ammalat Beg…, p. 45.

« Il y a dans la montagne du pain, de l’eau, de la poudre et des balles, c’est tout ce qu’il faut à un montagnard.65 »

32Chacun dispose d’une arme symbolique : l’arbalète et la dague suisses, le stylet corse, le « hanzar » monténégrin, la carabine tyrolienne, le couteau de Calabre (« spada del popolo »), le fouet à longue mèche tcherkesse du Caucase, la sagaie des Kimos de Madagascar, la « claymore » (épée) et le « dirk » (sorte de lame) des Ecossais ; la « framée » des anciens Germains (sorte de lance longue et légère), le bouclier des Taborites de Ziska, le sabre ou « kandjar » du Daghestan. 

  • 66 A. de Vigny, Le trappiste : poème, p. 12-13.
  • 67 H. de Balzac, Louis Lambert suivi de Seraphita.

33Le récit guerrier ne se réfère pas qu’à des objets, des lieux, des personnages historiques ou légendaires. Certains auteurs comme Alfred de Vigny ont une vision intemporelle du guerrier de montagne, multidimensionnelle, presque dégagée de tout repère géographique parce que modélisée à partir de l’épopée ossianique : avec le personnage du Trappiste au Monserrat en Aragon, Vigny distingue, sans leur conférer des attributs particuliers, « parmi ces montagnards, ces robustes bergers, aventuriers hardis, chasseurs aux pieds légers, qui rangent sous sa loi sa troupe volontaire…66 » Balzac à son tour, fait de Wilfrid, son héros allégorique de Seraphita, perché avec Minna sur le mont du Falberg en Norvège, un simple montagnard du Nord, lassé de porter l’épée dans les plaines67.

Un nouvel l’horizon : l’Orient guerrier et ses montagnes

34Les montagnes d’Orient tiennent une place particulière dans les récits guerriers de l’époque romantique. Les peuples montagnards du Proche-Orient et d’Asie aux lois incertaines, considérés comme inaptes aux libertés modernes, sont au cœur du désir de scènes exotiques, de tableaux bigarrés, d’images fantastiques et somptueuses, de rêveries sensuelles, bourrées d’éléments étranges et séduisants qui constituent une théâtralisation éloignée de la grisaille européenne dans laquelle la violence guerrière est un trait particulier à la fois des lieux et des hommes.

35Ces montagnes imaginées par le romantisme littéraire ont un périmètre très étendu puisqu’elles commencent en Espagne et trouvent leurs limites asiatiques dans l’Azerbaïdjan et le Caucase russe. C’est dans cette vaste aire géographique que l’on retrouve les sommets escarpés d’Andalousie, les monts du Monténégro, du Liban, de Grèce, d’Afrique du Nord, de Crimée et d’Asie centrale.

  • 68 J.-B. C. Delisle de Sales, Le vieux de la montagne : histoire orientale traduite de l’arabe.

36Un premier texte significatif de ce mouvement paraît à la fin de la Révolution en France : Dans Le Vieux de la Montagne, Delisle de Sales s’attache à mettre en valeur tous les caractères d’un récit oriental dans le cadre imaginaire de la montagne libanaise avec en ligne de mire les amours contrariés d’Ariel, le plus beau des anges et Bouton de rose, la sultane, sur fond de « grotte aux merveilles » et de septième croisade68.

  • 69 Plusieurs écrivains français ont voyagé en Orient : Chateaubriand en Palestine et en Turquie en 18 (...)

37À partir de Chateaubriand, grand initiateur du voyage littéraire en Orient, ce sont des « pèlerinages d’écrivains promeneurs et excursionnistes » qui permettent de cultiver cette source nouvelle d’inspiration : l’Orient mythique est ainsi fait de montagnes étranges peuplées de guerriers farouches en Kabylie, au Caucase et au Liban en passant par la Grèce et l’Anatolie que l’écrivain souhaite découvrir afin d’en faire connaître le sens et les secrets à tous ses lecteurs69.

  • 70 En 1843, dans la Revue indépendante, Georges Sand publie une traduction libre de l’épopée de Kourr (...)

38Peut-être faut-il voir dans ces voyages la confirmation d’une inspiration préconçue plus que la découverte d’un nouvel horizon ; la méconnaissance du pays et de ses habitants n’empêchera d’ailleurs pas des écrivains comme Victor Hugo de s’inspirer du paysage oriental, quitte à utiliser comme Georges Sand des traductions d’œuvres littéraires existantes70.

  • 71 E. Fouinet, la caravane des morts.
  • 72 E. Fouinet, Les anémones de Noman.

39La rêverie « orientale » prend parfois une dimension tragique. Chez l’orientaliste Ernest Fouinet, Hamid, le héros de La caravane des morts, va accomplir un crime presque rituel « en plongeant son poignard dans le sein d’un homme…, près d’une montagne carrée… » mythique, celle constituée par « les immenses débris de la cité détruite [de Babylone] et de la tour géante de Nemrod71 ». Dans Les anémones de Noman, c’est la montagne-désert qui sert de refuge au moine Arsenios face au danger situé dans la plaine, celui du Roi de Hira, le tyran Noman qui massacre son peuple avec force détails de cruauté. Les allées et venues de guerriers envoyés pour tirer l’ermite de son refuge font du sommet de la grotte où il se cache le point central du récit : l’arbitre de la montagne obtient finalement la conversion du Roi et triomphe de la violence guerrière qui se situait cette fois-ci dans la plaine72.

  • 73 T. Gautier, La comédie de la mort, p. 343-344.
  • 74 G. Flaubert, Salammbô. Il s’agit de la bataille du défilé de la Scie (Djebel Ressas près de Zaghou (...)

40Théophile Gautier sur les rives du Thermodon au pied des monts d’Amazonie, au bord de la Mer Noire, raconte la terrible bataille qui voit la défaite légendaire des Amazones face aux héros grecs, Hercule et Thésée : la vision du carnage est d’autant plus singulière qu’il s’agit de corps féminins démembrés73. Au pied du défilé de la Hache près de Carthage se déroule une autre bataille célèbre, celle de la guerre des mercenaires de l’Antiquité cours de laquelle Hamilcar, le chef carthaginois, tend un piège aux révoltés ; Flaubert les imagine cernés sur la montagne dont ils descendent seulement pour mourir crucifiés par les vainqueurs74.

  • 75 E. About, Le roi des montagnes.
  • 76 P.-A. Ponson du Terrail, Le voleur du grand monde, III, Le seigneur de la montagne.

41Edmond About, dont l’hostilité envers le peuple grec est avérée, considère le « paysage affreux » des montagnes de l’Attique comme un décor oriental : parlant du brigand Hadji-Stavros, il le voit comme un « héros en ruine », entouré de ses chiens qui dévorent vivants ceux que le maître désigne75. Dans le Caucase, Kouban, le terrible seigneur de la montagne, émir des Tcherkesses, manifeste sa barbarie, selon Ponson du Terrail, contre les Russes qui tentent de s’emparer de son « aoul » : aux prisonniers français et russes qui ont tenté de pénétrer dans la forteresse par les souterrains, il promet les yeux crevés, la langue et les mains coupées76.

  • 77 G. Sand, « Les aventures et les improvisations de Kourroglou… ».

42À côté de la violence des combats, il y a aussi place pour la clémence : c’est ce que retient surtout Georges Sand dans son portrait de Kourroglou, le bandit-ménestrel turkmène de la vallée de Samas en Azerbaïdjan : poursuivi par Reyhan l’arabe, le héros écrase son ennemi, mais au lieu de lui ôter la vie, il le conduit dans son repaire pour l’accueillir dignement77.

  • 78 E. Fouinet, La caravane des morts

43Les montagnes d’Orient ont une histoire multimillénaire où la guerre est partout présente, elles façonnent l’habitant comme cette jeune esclave kurde dépeinte par Fouinet : le khan de Perse fait défiler devant lui une prisonnière de guerre enlevée dans les gorges du Kurdistan, « son teint robuste et ses yeux pénétrants et la hardiesse de sa démarche annonçaient une jeune fille grandie dans l’air fortifiant et salubre des montagnes, habituée à les gravir, d’un pas ferme et sans crainte78 ».

  • 79 A. de Lamartine, Antar, p. 171-178.

44La montagne orientale est aussi un lieu de sacrifice : dans l’épisode de la mort du poète-guerrier arabe Antar, Lamartine décrit une montagne mythique d’Arabie, où le héros, blessé à mort, se tient toute une nuit à l’entrée d’un défilé, « la vallée des gazelles » faisant face à ses ennemis pour permettre à sa famille et sa caravane de rejoindre les tentes d’une tribu amie79.

45En Orient, plus qu’ailleurs, les valeurs de liberté et de résistance farouche à l’envahisseur attirent l’attention des écrivains : chez Ponson du Terrail, le chef guerrier libanais Mar Eddin rencontre le sultan de Constantinople pour proclamer le désir d’émancipation de son peuple :

  • 80 P.-A. Ponson du Terrail, Les Fils de Juda, un conte des mille et nuits.

« Les peuples du Liban sont des peuples guerriers ; le vent de la liberté a toujours soufflé au sommet de nos montagnes et rafraîchi nos vallées profondes. Nous résisterons80 ! »

46Le récit guerrier « oriental », à travers ses particularités, a puissamment contribué à populariser l’image d’une montagne, lieu de guerre et de souffrance.

 

  • 81 A. Dumas, La comtesse de Charny, p. 664.

47La figure littéraire du guerrier montagnard et de son champ de bataille suscite plusieurs questions dans le cadre de cette étude : tout d’abord, la mythification de la guerre de montagne a-t-elle intéressé les stratèges militaires autant que les amateurs de fiction ? Partant du point de vue de Jomini sur les guerres nationales en zone de montagne, on peut remarquer l’affirmation d’une force structurante du nationalisme au cours du xixe siècle révélée à travers les combats menés par les peuples montagnards (Calabrais, Basques, Cosaques, Azeris, Libanais, Tyroliens, etc.). Alexandre Dumas insiste sur la géographie montagnarde au service de l’esprit d’indépendance mais pas forcément de celui de la liberté81.

48Au terme de cette exploration où la réflexion esthétique tient une place importante, il convient de s’interroger aussi sur la place de la guerre dans la sacralisation littéraire de la montagne. Où sont passés les décors d’apothéose ? Le récit guerrier n’est pas un discours élégiaque, il est inutile de rechercher de sublimes décors de spectacle dans la violence guerrière ; peut-être pourra-t-on voir dans la redécouverte des langues perdues des guerriers des hauts sommets (le basque, le gaélique) une sorte de beau, idéal à contempler. Mais cette quête du beau fait ici sentir ses difficultés autour des contradictions assumées d’un modèle multiforme, traversé par le discours politique ou religieux. Quelques morceaux de bravoure existent pourtant sur le nombre de récits guerriers étudiés : la poursuite des Grecs au sommet du mont Erymanthe de Lamartine, l’extermination des mercenaires révoltés par Hamilcar vu par Flaubert. Ils témoignent de la vigueur de récits aux accents dramatiques qui se veulent une belle fenêtre ouverte sur la montagne, ses paysages et ses secrets.

Bibliographie

About Edmond, Le roi des montagnes, Paris, 1857.

Artola Cornu Maria Guadalupe, « Jean-Baptiste Camoussary (1815-1842), una primera aproximacion a su vida e a su obra », Anuario del seminario de Filologia vasca Julo de Urquijo, San Sebastian, 22 février 1988, p. 391-443.

Atria Rosario Marco, « Confini aperti del romanzo storico : I carbonari della montagna », La letteratura degli Italiani : rotte, confini, passaggi, XIVe congresso nazionale degli Italianisti, Genova, 2010, DIRAAS, Università degli di Genova 2012, sessioni parallele, ed. electronica, 13 p.

Balzac Honoré de, Louis Lambert suivi de Seraphita, Paris, 1842, 325 p.

Barthélémy Jean-Jacques (abbé), Le voyage du jeune Anacharsis en Grèce, Paris, 1788, 5 tomes.

Blanchard Rubio Laetitia, « Impressions de guerre : images et imaginaires de la première guerre carliste (1833-1840) », Cahiers de la Méditerranée, no 83, 2011, p. 147-162.

Bonaparte Joseph, Moïna ou la villageoise du Mont-Cenis, Paris, 1799.

Borel Petrus, Rhapsodies, Paris, 1832.

Buffon, Histoire naturelle, générale et particulière, tome IV, supplément 1777.

Chateaubriand, Œuvres complètes, tome XVIII, Les martyrs, livre X, Paris, 1826.

Chateaubriand, Le dernier abencérage, Paris, 1807.

Claris de Florian Jean-Pierre, Guillaume Tell ou la Suisse libre, Paris, nouvelle éd., 1832.

Claris de Florian Jean-Pierre, Gonzalve de Cordoue ou Grenade reconquise, tome 3, Paris, 1791.

Clausewitz Carl Von, Schriften-Aufsätze-Studien-Brife, herausgegeben von Werner Hahlweg, vol. 1, Göttingen, 1966.

Catel Olivier, « Les Natchez de Chateaubriand : histoire et destin d’un texte en sursis à travers la correspondance (1797-1827) », La lettre et l’œuvre ; perspectives épistolaires sur la création littéraire et picturale au xixe siècle, Université Clermont-Ferrand II, 2009, p. 72-81.

Cirot Georges, « Le chant d’Altabiscar », Bulletin hispanique, 1936, vol. 38, p. 65-67.

Cottin Sophie, Malvina, Paris, an IX, (3 vol.).

Delisle de Sales Jean-Baptiste Claude, Le vieux de la montagne : histoire orientale traduite de l’arabe, Paris, an VII, (4 vol.).

Ducuing François, La guerre de montagne (Navarre 1834-5 et Kabylie 1841-7), Paris, 1868.

Dumas Alexandre, La comtesse de Charny, nouvelle éd. complète électronique, Paris, 2016.

Dumas Alexandre, La boule de neige, Paris, 1879, 270 p.

Dumas Alexandre, Maître Adam le calabrais, Paris, 1839, 150 p.

Dumas Alexandre, Othon l’archer, Paris, 1853, éd. illustrée.

Dumas Alexandre, Les frères corses, Paris, éd. illustrée, 1853.

Dumas Alexandre, Ammalat Beg, Paris, A. Cadot, 1859, (2 vol.).

Encyclopédie méthodique : art militaire, Paris, 1797, tome IV supplément, article guerre.

Erckmann-Chatrian, Contes de la montagne, Hugues le loup, Paris, 4e éd. 1873.

Fauriel Claude, Chants populaires de la Grèce moderne. Chants historiques, Paris, 1824-1825, (2 vol.).

Flaubert Gustave, Salammbô, Paris, 1863, 475 p.

Folard Jean-Charles de (Chevalier), L’esprit du chevalier Folard, tiré de ses « Commentaires sur l’histoire de Polybe », pour l’usage d’un officier, de main de maître, tome 1, Paris, 1754.

Foucher Paul, Guillaume Colmann ou les deux guides, Paris, 1837, 32 p.

Fouinet Ernest, la caravane des morts, Paris, 1836, tome 1.

Fouinet Ernest, Les anémones de Noman, Tours, 1855, 284 p.

Fouinet Ernest, La caravane des morts…, tome 2.

Gautier Théophile, La comédie de la mort, Paris, 1838.

Gobineau Arthur de, Nouvelles asiatiques, Paris, 1876.

Hapdé Jean-Baptiste Augustin, La guerrière des sept montagnes ou la laitière des bords du Rhin, mélodrame en trois actes, Paris, 1805, 49 p.

Hugo Victor, Les Orientales, Paris, 1829, XVII.

Hugo Victor, Han d’Islande, Paris, 1823, (2 vol.).

Hugo Victor, La légende des siècles, cycle héroïque chrétien, V, le jour des rois, Paris, 1862.

Humbolt Wilhem von, Berichtigungen und Zusätze… Ueber die Cantabrische oder Vaskische Sprache, Berlin, 1817.

Jomini Antoine de, Précis de l’art de la guerre, Paris, 1838, nouvelle éd., Perrin, 2001.

Jouty Sylvain et Odier Hubert, Dictionnaire de la montagne, Paris, 2009, 883 p.

Kálvos Andréas, La Lyre patriotique de la Grèce, odes traduites du grec moderne de Kalvos, traduction Stanislas Julien, Paris, Peytieux, 1824, 95 p.

Koray Adamance, Appel aux Grecs traduit du grec moderne d’Atromète, natif de Marathon, avec la proclamation d’Ypsilanti aux Français, Paris, 1821.

Lamartine Alphonse de, Le dernier chant du pèlerinage d’Harold…, XXVI-XXVII.

Lamartine Alphonse de, Jocelyn : épisode, journal trouvé chez un curé de campagne, tome 1, 3e époque, Paris, 1836, (2 vol.).

Lamartine Alphonse de, Antar, Paris, 1864.

Lautréamont, Les chants de Maldoror, Paris-Bruxelles, 1869-1874, chant III.

Mérimée Prosper, Colomba, Paris, 1841.

Mérimée Prosper, La Guzla ou choix de poésies illyriques recueillies dans la Dalmatie, la Bosnie, la Croatie et l’Herzégovine, Paris, 1827.

Montepin Xavier de, Le médecin des pauvres, Paris, [1843], éd. illustrée.

Montesquieu, Œuvres complètes, L’Esprit des Lois, livre XVIII, Paris, 1796.

Morel-Borotra Natalie, « Le chant et l’identification culturelle des Basques (1800-1950) », Lapurdum, revue d’études basques, V, 2000, p. 351-381.

Musset Alfred de, Un spectacle dans un fauteuil, La coupe et les lèvres, poème dramatique, Paris, 1833.

Nerval Gérard de, Les Monténégrins, opéra-comique en trois actes, Paris, 1849, 54 p.

Nodier Charles, Jean Sbogar, Paris, 1832.

Olmedo Joaquin José, Canto a Bolivar, Londres, 1826, 80 p.

Pavlof Caroline, Les Préludes, Lochiel Warning, traduction du poème de Thomas Campbell, Paris, 1839.

Petrovitch-Njegoch Pierre II, Les Lauriers de la montagne, Paris, 1917, 162 p.

Picaud-Monnerat Sandrine, « La réflexion sur la petite guerre à l’orée du xixe siècle : l’exemple de Clausewitz (1810-1812) », Stratégique, n° 97-98, 2005, p. 123-147.

Pivert de Senancour Étienne, Oberman, Paris, 1804, tome 2, lettre LXX.

Ponson du Terrail Pierre-Alexis de, Les Fils de Judas. Un conte des mille et nuits, Paris, 1866.

Ponson du Terrail Pierre-Alexis de, Le voleur du grand monde, III, Le seigneur de la montagne, Paris, 1870.

Rollin Charles, Histoire romaine, Paris, 1782, tome 10.

Rousseau Jean-Jacques, Projet de constitution pour la Corse, édité par R. Chesnais, Paris, Nautilus, 2000.

Sand Georges, « Les aventures et les improvisations de Kourroglou… », La Revue indépendante, 3e rencontre, janvier 1843, p. 422-425.

Sand Georges, Œuvres de George Sand, Simon. Consuelo. Jean Ziska. Melchior. Mouny-Robin, Bruxelles, Hauman et Cie, vol. IV, 1843.

Scribe Eugène, Œuvres complètes, tome 10, Fra Diavolo, livret opéra comique, Paris, 1830.

Sinardet-Seewald Emmanuelle, « La victoria de Junin. Canto à Bolivar de Joaquin José Olmedo », America, cahiers du CRICCAL, no 41, 2012, p. 197-205.

Schiller Friedrich, Wilhelm Tell, schauspiel von Schiller, Zubingen, 1804.

Van Thieghem Paul, Ossian en France, Paris, 1917, 2 tomes.

Verga Giovanni, I carbonari della montagna, Catania, 1861, (4 vol.).

Vigny Alfred de, Le trappiste : poème, Paris, 1823.

Williams John, Wordsworth translated: a case study in the reception of british romantic poetry in Germany, 1804-1914. Blombury Publ. 2009.

Wordsworth William, « Hofer, 20th october 1809 », The friend, 1815.

Yovanovitch Voyslav, La « Guzla » de Mérimée : étude d’histoire romantique, Paris, 1911, 602 p.

Notes

1 Montesquieu, Œuvres complètes, p. 5.

2 Buffon, Histoire naturelle, générale et particulière, p. 506.

3 Encyclopédie méthodique : art militaire, article guerre, p. 677.

4 Chevalier de Folard, Abrégé des commentaires sur Polybe, p. 390.

5 Ch. Rollin, Histoire des Romains, p. 315.

6 J.-J. Rousseau, Projet de constitution pour la Corse, p. 45.

7 C. Von Clausewitz, Shriften-Aufsätze-Studien-Brife, herausgegeben von Werner Hahlweg, Göttingen. Voir S. Picaud-Monnerat, « La réflexion sur la petite guerre à l’orée du xixe siècle : l’exemple de Clausewitz (1810-1812) ».

8 A. de Jomini, Précis de l’art de la guerre, p. 241-247.

9 J.-P. Claris de Florian, Guillaume Tell ou la Suisse libre.

10 F. Schiller, Wilhelm Tell, schauspiel von Schiller.

11 W. Wordsworth, « Hofer, 20th october 1809 ». Voir J. Williams, Wordsworth translated: a case study in the reception of british romantic poetry in Germany, 1804-1914.

12 Chateaubriand écrit Les Natchez entre 1797 et 1798, mais ne publiera que beaucoup plus tard un texte remanié (1826). Il se sert ensuite du matériau primitif pour René et Atala, respectivement publiés entre 1801 et 1802. Voir O. Catel, « Les Natchez de Chateaubriand : histoire et destin d’un texte en sursis à travers la correspondance (1797-1827) », p. 72-81.

13 La première traduction française est celle du marquis de Saint Simon, Temora : poème épique en VIII chants composé en langue erse ou gallique par Ossian fils de Fingal. La plus connue est celle de F-P-F. Le Tourneur, Poésies galliques traduites sur l’anglais de M. Mac Pherson.

14 La bataille est racontée au chant VII. Voir P. Van Thieghem, Ossian en France.

15 S. Cottin, Malvina.

16 É. Pivert de Senancour, Oberman, p. 196-197.

17 Chateaubriand, Œuvres complètes, p. 90.

18 Voir J.-P. Claris de Florian, Gonzalve de Cordoue ou Grenade reconquise, p. 157-158.

19 Chateaubriand, Le dernier abencérage.

20 W. Von Humbolt, Berichtigungen und Zusätzeueber die Cantabrische oder Vaskische Sprache. Le chant de Lelo qui parle du combat des Basques dans les Pyrénées au temps de César date du xvie siècle.

21 Joseph-Augustin Chaho (1811-1858), poète basque originaire de Tardets, élève de Nodier, fondateur du journal Ariel en 1844, y publie son texte « Aïtor, une légende cantabre » (numéros 36 à 40, juin-juillet 1845).

22 Il s’agit de l’œuvre du poète équatorien Joaquin José Olmedo, Canto a Bolivar, publié à Guayaquil en 1825, puis à Londres et à Paris en 1826. Voir E. Sinardet-Seewald, « La victoria de Junin. Canto à Bolivar de Joaquin José Olmedo », p. 197-205.

23 J.-J. Barthélémy, Le voyage du jeune Anacharsis en Grèce. L’épisode est narré au tome premier, introduction, p. 128 à 133.

24 A. Koray, Appel aux Grecs traduit du grec moderne d’Atromète, natif de Marathon, avec la proclamation d’Ypsilanti aux Français.

25 C. Fauriel, Chants populaires de la Grèce moderne.

26 Voir La lyre patriotique de la Grèce, odes de Zante Kalvos traduites par Stanislas Julien.

27 J. Bonaparte, Moïna ou la villageoise du Mont-Cenis. La bataille évoquée est celle conduite par le général Dumas le 9 mai 1794, au cours de laquelle les troupes françaises reprennent le col aux Austro-sardes.

28 Voir C. Pavlof, Préludes, Lochiel Warning, p. 35-38.

29 J. J. Olmedo, Canto a Bolivar. Le poème de 909 vers, dans sa version de 1826, n’a pas fait l’objet à l’époque d’une traduction française.

30 Sur l’authenticité douteuse de l’œuvre, voir G. Cirot, « Le chant d’Altabiscar », p. 65-67 et N. Morel-Borotra, « Le chant et l’identification culturelle des Basques (1800-1950) », p. 351-381.

31 V. Hugo, La légende des siècles, p. 113-127.

32 G. Sand reprend la version du récit de Jacques Lenfant dans sa Guerre des Hussites parue en 1731 : la bataille dite de « Maleschaux », datée du 6 juin 1424, se déroule dans les montagnes de Bohème au nord de Prague. Voir aussi G. Sand, Jean Ziska, p. 214.

33 J.-B.-A. Hapdé, La guerrière des sept montagnes ou la laitière des bords du Rhin, mélodrame en trois actes.

34 Erckmann-Chatrian, Contes de la montagne, p. 81-276.

35 A. Dumas, Othon l’archer, p. 18.

36 C. Nodier, Jean Sbogar, p. 55.

37 P. Mérimée, Colomba, p. 104-105.

38 A. Dumas, Les frères corses, p. 2-3.

39 V. Hugo, Les Orientales, p. 185-186.

40 A. de Lamartine, Le dernier chant du pèlerinage d’Harold, p. 97-100. Le poète se réfère à un événement survenu pendant le soulèvement d’Épire réprimé par Ali Pacha, le 16 décembre 1803 à Zalongo, mis en scène en 1827 par Ary Scheffer dans un tableau célèbre, La ronde des femmes Souliotes au bord du précipice.

41 X. de Montepin, Le médecin des pauvres, p. 14.

42 A. de Lamartine, Jocelyn : épisode, journal trouvé chez un curé de campagne, p. 92-95.

43 P. Mérimée, La Guzla ou choix de poésies illyriques recueillies dans la Dalmatie, la Bosnie, la Croatie et l’Herzégovine, p. 67-69.

44 V. Hugo, Han d’Islande.

45 Lautréamont, Les chants de Maldoror, p. 141-182.

46 P. Borel, Rhapsodies, p. 83-85.

47 A. Dumas, La boule de neige.

48 L’aventure de Jean Ziska, aux côtés de l’« hérésie » de Jean Huss, est évoquée dans Consuelo (1842), La Comtesse de Rudolstadt (1843) et Jean Ziska (1844).

49 La lyre patriotique de la Grèce, odes de Zante Kalvos traduites par Stanislas Julien, p. 92-93.

50 Voir M. G. Artola Cornu, « Jean-Baptiste Camoussary (1815-1842), una primera aproximacion a su vida e a su obra », p. 391-443, et L. Blanchard Rubio, « Impressions de guerre : images et imaginaires de la première guerre carliste (1833-1840) », p. 147-162. Le poème sur Zumalacarregui fait partie des poèmes basques écrit par Camoussary en 1839 (manuscrit numérisé consultable : http://www.bilketa.eus/fr/).

51 Voir F. Ducuing, La guerre de montagne (Navarre 1834-5 et Kabylie 1841-7), p. 24.

52 E. Scribe, Œuvres complètes, p. 85-180.

53 A. Dumas, Maître Adam le calabrais.

54 G. Verga, I carbonari della montagna. Voir R. Atria, « Confini aperti del romanzo storico : I carbonari della montagna ».

55 C. Nodier, Jean Sbogar…, p. 93-97.

56 P. Mérimée, La Guzla…, Les Monténégrins, p. 245-248. Voir V. Yovanovitch, La « Guzla » de Mérimée : étude d’histoire romantique.

57 G. de Nerval, Les Monténégrins ; pour le chant monténégrin, voir Poèmes divers.

58 P. II Petrovitch-Njegoch, Les lauriers de la montagne.

59 P. Borel, Rhapsodies, p. 33-37.

60 Voir la pièce de P. Foucher, Guillaume Colmann ou les deux guides.

61 A. de Musset, Un spectacle dans un fauteuil, p. 23.

62 T. Gautier, La comédie de la mort, p. 339-350.

63 J.-B.-A. Hapdé, La guerrière des sept montagnes…, p. 2-47.

64 A. de Gobineau, Nouvelles asiatiques, p. 11-98.

65 A. Dumas, Ammalat Beg…, p. 45.

66 A. de Vigny, Le trappiste : poème, p. 12-13.

67 H. de Balzac, Louis Lambert suivi de Seraphita.

68 J.-B. C. Delisle de Sales, Le vieux de la montagne : histoire orientale traduite de l’arabe.

69 Plusieurs écrivains français ont voyagé en Orient : Chateaubriand en Palestine et en Turquie en 1806-1807, Lamartine en Palestine, au Liban, en Syrie et en Turquie en 1832-1833, au Liban et en Turquie en 1849 ; Baudelaire sur les côtes d’Égypte et de Palestine en 1841-1842, Nerval en Égypte, en Syrie au Liban et en Turquie en 1843, Dumas en Algérie en 1846 et au Caucase en 1858-1859, Flaubert en Égypte, en Syrie et au Liban de 1849 à 1851, Théophile Gautier en Algérie en 1845, en Turquie en 1853 et en Égypte en 1869.

70 En 1843, dans la Revue indépendante, Georges Sand publie une traduction libre de l’épopée de Kourroglou, chanteur turkmène, recueillie oralement du persan par l’orientaliste et poète polonais Alexandre Chodzko (1804-1891) qui l’a ensuite mis en forme en anglais.

71 E. Fouinet, la caravane des morts.

72 E. Fouinet, Les anémones de Noman.

73 T. Gautier, La comédie de la mort, p. 343-344.

74 G. Flaubert, Salammbô. Il s’agit de la bataille du défilé de la Scie (Djebel Ressas près de Zaghouan dans le Nord tunisien) en 238 av. J.-C.

75 E. About, Le roi des montagnes.

76 P.-A. Ponson du Terrail, Le voleur du grand monde, III, Le seigneur de la montagne.

77 G. Sand, « Les aventures et les improvisations de Kourroglou… ».

78 E. Fouinet, La caravane des morts

79 A. de Lamartine, Antar, p. 171-178.

80 P.-A. Ponson du Terrail, Les Fils de Juda, un conte des mille et nuits.

81 A. Dumas, La comtesse de Charny, p. 664.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search