Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La montagne explorée, étudiée et représentée : évolution des pratiques culturelles depuis le xviiie siècle

 | 
Louis Bergès

Naissance et développement d’une nouvelle sensibilité

Des nouvelles des cimes : les échanges naturalistes sur la montagne au xviiie siècle (correspondance entre Villars, Picot de la Peyrouse et Ramond de Carbonnières)

Émilie-Anne Pépy

Résumé

Naturalistes spécialisés dans l’étude des milieux montagnards, Villars, Lapeyrouse et Ramond partagent une même passion pour les études de terrain, revendiquant la pratique régulière de courses en montagne, dans les Alpes et les Pyrénées. À la croisée des xviiie et xixe siècles, leurs objets d’étude, ainsi que leurs carrières, les entraînent dans des relations épistolaires suivies. L’étude de ces correspondances révèle les difficultés que doivent surmonter ces savants de province pour faire connaître leur expertise de terrain, alors que la production de savoirs sur ces milieux naturels s’avère de plus en plus concurrentielle, dans un contexte de recomposition des institutions savantes.

Texte intégral

  • 1 C. Demeulenaere, « Une tentative d’inventaire des richesses minières de la France », p. 9-16.

1Dès le xviie siècle, les Alpes puis les Pyrénées deviennent un véritable laboratoire pour les savants venus de l’Europe entière. La mode de l’exploration des montagnes se diffuse en Suisse dès la première moitié du siècle, exaltée par le poème Die Alpen d’Albrecht von Haller (1732). Dans la seconde moitié du xviiie siècle, ces montagnes sont parcourues, étudiées et cartographiées. Le contexte économique et culturel est alors favorable au développement des circulations internationales, engendrant une mise en contact sans précédent des voyageurs avec la montagne. Plusieurs phénomènes coexistent sans nécessairement se juxtaposer. Une transformation culturelle profonde conduit à dépasser les préjugés et appréhensions traditionnellement associés aux paysages de montagne. Cette nouvelle sensibilité amène les savants à s’intéresser aux mœurs des populations montagnardes. Ils enrichissent aussi les savoirs naturalistes sur la montagne, contribuant à constituer des champs d’étude spécifiques : minéralogie, glaciologie, botanique, ornithologie, etc. Dès le xvie siècle, les botanistes ont investi les alpages. Les représentants des autres branches des sciences naturelles, comme les minéralogistes, sont généralement arrivés plus tard sur le terrain, au gré des enquêtes diligentées par le pouvoir monarchique pour recenser les ressources minières du royaume1. La montagne sert enfin de terrain d’expérimentation pour les sciences physiques, la météorologie et la cartographie.

  • 2 É.-A. Pépy, « Décrire, nommer, ordonner », p. 27-42.

2Les recherches de Dominique Villars, Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse et Louis Ramond de Carbonnières portent sur les trois règnes de la nature (minéral, végétal, animal), non sans la tentation encyclopédique d’y inclure les sciences physiques, la météorologie et la topographie, qui entrent moins directement dans leurs préoccupations. Si leur production scientifique reste calibrée par les normes de l’inventaire naturaliste élaborées au xviiie siècle2, ils contribuent aussi, par leurs observations, à l’introduction de nouveaux questionnements sur le milieu naturel montagnard. Si ces trois savants, appartenant à la génération d’Horace Benedict de Saussure (1740-1799), ont été choisis comme point de départ de l’étude, c’est autant pour la richesse de leurs correspondances, que parce que leurs trajectoires suivent sensiblement la même course. L’objectif de cet article est de montrer quelles sont les difficultés auxquelles sont confrontés des savants travaillant dans et sur des espaces périphériques, qui doivent contourner les contraintes de la centralisation et tirer parti des modalités de la communication scientifique pour faire connaître les milieux naturels montagnards.

D’une montagne à une autre : trois naturalistes étroitement liés

3Villars, Lapeyrouse et Ramond de Carbonnières gravitent dans une nébuleuse de naturalistes en transit entre le système académique d’Ancien Régime et le nouveau modèle institutionnel issu de la Révolution. Ils traversent sans trop d’encombres la période révolutionnaire et l’Empire, et profitent du contexte politique favorable aux savants, à partir du Directoire, pour recycler leurs compétences dans les nouvelles institutions, voire pour occuper des fonctions politiques et développer des stratégies d’ascension sociale inédites.

Des hommes de terrain aux carrières parallèles

4Dominique Villars (1745-1814) est considéré comme l’un des principaux découvreurs des Alpes dauphinoises, et comme il l’écrit au couchant de sa vie :

  • 3 Bibliothèque Municipale de Grenoble, N 3335, lettre de M. Villars à M. de la Salette, s.d.

« Il n’existera pas beaucoup de botanistes qui pendant cinquante ans ait fait plus de cinquante courses parmi les montagnes.3 »

  • 4 Bibliothèque du Muséum d’Histoire Naturelle de Grenoble (désormais Bibl. MHN Grenoble), Villars EI (...)

5La grande affaire de la vie de ce médecin reste la botanique de montagne, qui l’amène à prendre en charge la fondation du premier jardin botanique de Grenoble au début des années 1780. À partir de 1795, ayant perdu son poste à l’hôpital militaire, il devient professeur de sciences naturelles à l’École centrale, avant d’obtenir un bâton de maréchal comme professeur à la Faculté de médecine de Strasbourg, dont il finit doyen. Si l’Histoire des plantes du Dauphiné (publié de 1786 à 1789) constitue son œuvre maîtresse, il est aussi l’auteur prolifique d’opuscules et mémoires dans lesquels il entend faire contribuer au progrès les connaissances sur la montagne. Il a également laissé des correspondances abondantes, partiellement éditées, et conservées au Muséum d’histoire naturelle de Grenoble. La relation épistolaire entre Villars et Lapeyrouse, engagée en 1786, se poursuit jusqu’en 18094.

  • 5 Bibliothèque du Muséum national d’Histoire naturelle (désormais Bibl. MNHN), ms. 1994/699-714, 16  (...)

6Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse (1744-1818), né dans une famille de négociants aisés, profite, dès le milieu de la décennie 1770, d’un riche mariage, puis d’un héritage généreux, pour quitter ses fonctions d’avocat à la chambre des Eaux et Forêts du parlement de Toulouse. Il se consacre exclusivement à l’animation de la vie académique toulousaine, et à l’histoire naturelle des Pyrénées. Entre 1763 et 1797, il effectue une dizaine de longs séjours dans les montagnes, qui lui fournissent matière à écrire une trentaine d’ouvrages et mémoires sur les fossiles, les minéraux, la faune et la flore, l’histoire géologique de la chaîne. Au début de la Révolution, il occupe un poste clé dans l’administration du district de Toulouse, puis renonce à toute fonction politique en 1792, ce qui ne l’empêche pas d’être emprisonné à partir d’octobre 1793. Après Thermidor, une double carrière scientifique s’offre à lui. Inspecteur des mines en 1794, il assure après 1796 des cours à l’École centrale de Toulouse et à l’École des mines de Paris. Il est nommé doyen de la Faculté des sciences de Toulouse en 1811 et contribue à la fondation d’un muséum d’histoire naturelle, alors qu’il est maire de la ville entre 1800 et 1806. Lapeyrouse entretient des relations amicales, puis concurrentielles, avec un nouveau venu dans les Pyrénées, Ramond de Carbonnières. C’est à propos de la découverte du Mont Perdu que leurs échanges sont de plus en plus intenses. En 1797, ils s’efforcent d’effectuer ensemble l’ascension de ce sommet, encore tenu pour le point culminant des Pyrénées. Ce projet fournit matière à une correspondance suivie pour la période 1795-17985.

7De dix ans plus jeune que Villars et Lapeyrouse, Louis Ramond de Carbonnières (1753-1827), issu de la bourgeoisie strasbourgeoise confinant à la noblesse, est juriste de formation. Rien ne le destine à devenir le pyrénéiste que l’on sait. Un voyage en Suisse effectué en 1777 le sensibilise pourtant à la montagne. Il doit au cardinal de Rohan, dont il est le secrétaire, la découverte de l’Auvergne, puis des Pyrénées en 1787, lorsque le prélat exilé à la Chaise-Dieu se rend aux eaux de Barèges. Ayant quitté le service du cardinal en 1788, il suit les cours d’histoire naturelle dispensés au Jardin du roi. Membre du club des Feuillants, Ramond obtient une députation en 1791. En août 1792, devenu suspect de par sa prise de position en faveur du clergé réfractaire, il se réfugie à Barèges où il poursuit ses courses et ses travaux d’herborisation. Emprisonné à Tarbes en janvier 1794, il n’est libéré qu’après Thermidor. En 1796, il devient professeur d’histoire naturelle à l’École centrale de Tarbes, et reprend contact avec le monde scientifique. Après 1800, ses activités politiques, qui lui vaudront un titre de baron d’Empire en 1809, l’éloignent des Pyrénées. Préfet puis député du Puy-de-Dôme, Ramond poursuit néanmoins ses recherches naturalistes dans les montagnes d’Auvergne.

Les enjeux des rapports interpersonnels

  • 6 Bibl. MHN Grenoble, Villars EI–D18, lettre de Villars à Lapeyrouse du 13 octobre 1796.
  • 7 P. Duris, Linné et la France, 1780-1850, p. 151-152.

8En tant que spécialistes des montagnes françaises, Villars, Lapeyrouse et Ramond entretiennent des relations étroites. Villars et Lapeyrouse se reconnaissent mutuellement comme des pairs, ce qui leur permet d’établir une relation de confiance. Chacun se considérant comme spécialiste de son terrain, qui le Dauphiné, qui les Pyrénées, le risque de concurrence est moindre. En 1786, Lapeyrouse, à l’occasion de ses recherches sur les saxifrages, sollicite l’expertise de Villars pour identifier des spécimens douteux ; leurs échanges à propos des plantes se poursuivent des années durant (fig. 1). Une certaine défiance à l’égard des botanistes parisiens les rapproche, particulièrement après leur commune nomination à l’Institut. Les querelles entre botanistes éclatent souvent autour d’accusations de plagiat ou de pillage d’herbiers ; le nom de Lamarck (1744-1829), accusé de s’approprier sans vergogne des spécimens montagnards, revient souvent dans leurs lettres. Ils échangent sans fard leurs impressions sur leurs collègues, tant sur leurs travaux que sur leurs caractères6. Villars comme Lapeyrouse reprochent aux savants de cabinet de se perdre dans l’élaboration de nouveaux systèmes au détriment de la connaissance de terrain. Eux restent intellectuellement proches des botanistes linnéens de Lyon et de Montpellier7. Alliances et antagonismes reflètent les lignes de failles du paysage éclaté de la systématique à la fin du xviiie siècle. Les botanistes parisiens de la nouvelle génération défendent la méthode dite naturelle face aux systèmes artificiels, visant particulièrement le système de Linné (1707-1788). Lapeyrouse, qui a choisi la classification linnéenne pour le premier volume de sa flore paru en 1795, se brouille successivement avec Lamarck, Cuvier (1769-1832) et Candolle (1778-1841), auxquels il reproche, en sus des questions de méthode, d’investir son terrain par le truchement de Ramond. Avant la Révolution, Lapeyrouse conservait un quasi-monopole sur les Pyrénées ; sa position académique à Toulouse lui permettait d’écarter les concurrents potentiels. L’arrivée de Ramond, qui procure de nombreux spécimens aux concurrents parisiens, lui semble mettre en péril sa position mandarinale.

Fig. 1. – Extrait d’une lettre de Villars à Lapeyrouse du 17 mai 1796.

Fig. 1. – Extrait d’une lettre de Villars à Lapeyrouse du 17 mai 1796.

Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle de Grenoble, Villars EI-D16.

  • 8 Bibl. MNHN, ms. 1994/710, lettre de Ramond à Lapeyrouse du 6 octobre 1797.
  • 9 Bibl. MHN Grenoble, Villars EI–D33, lettre de Villars à Lapeyrouse du 7 août 1801.

9Si le binôme constitué par Villars et Lapeyrouse fonctionne sur la longue durée de manière relativement harmonieuse, il n’en va pas de même de la relation entre Lapeyrouse et Ramond. Ramond se considère initialement comme le disciple de Lapeyrouse, mais la situation se tend lorsque l’élève dépasse le maître. Lapeyrouse se sent menacé par les premières publications de Ramond, alors que lui-même ne parvient pas à achever son chef-d’œuvre sur la flore pyrénéenne. Les lettres échangées entre 1795 et 1798 montrent ce retournement de situation : plus Ramond gagne en expérience, plus Lapeyrouse se crispe sur ses prérogatives, jusqu’au faux pas du Mont Perdu. En août 1797, leur tentative d’ascension a conduit leur collaboration dans une impasse. Quelques semaines après l’aventure, Ramond commence à publier ses observations8 ; Lapeyrouse, y voyant une tentative de le doubler, n’a alors de cesse que de lui mettre des bâtons dans les roues. Ramond lui reproche d’avoir fait détruire par ses étudiants, in situ, des échantillons de roche et des plantes sur lesquels il travaillait9. Il riposte par la publication des Voyages au Mont Perdu en 1801, où il se donne à voir comme un explorateur performant ayant guidé les pas d’un vieillard diminué. La brouille est consommée malgré les tentatives de médiation de Villars. Cet exemple montre que les correspondances privées en apprennent beaucoup sur les rapports de force entre savants. Les controverses constituent des moments révélateurs des forces en présence, qui pèsent dans la balance au moment de statuer sur la vérité scientifique. En botanique, les problèmes à résoudre portent sur l’identification des plantes, la découverte de nouvelles espèces, leur place dans des systèmes de classification dont on ne cesse d’éprouver les limites et que l’on veut réformer. Dans le domaine de l’étude des roches, les débats portent sur l’origine et les modalités de l’élévation des montagnes, la mesure de leur altitude, et leur composition géologique. Ramond, comme Palassou (1745-1830), s’oppose aux hypothèses formulées par Dolomieu (1750-1801) et Lapeyrouse sur la datation des couches calcaires observées dans les Pyrénées, et donc sur le scénario de l’histoire géologique de la chaîne.

L’expérience des marges de la République des sciences

10Pour comprendre le positionnement des savants dans les controverses, il convient de rappeler l’importance de l’économie de l’information dans l’élaboration et dans la communication des savoirs. Lorsque l’on s’occupe de milieux naturels périphériques, dans un contexte de centralisation de la production savante et de l’expertise, il est par ailleurs impératif de s’insérer dans les réseaux académiques adéquats pour faire connaître ses travaux et gagner en réputation.

Une culture matérielle fondée sur l’échange

  • 10 D. Rusque, « Faire circuler les objets naturalistes au xviiie siècle ».
  • 11 Bibl. MNHN, ms. 1994/700, lettre de Ramond à Lapeyrouse du 5 novembre 1795.
  • 12 Bibl. MNHN, ms. 1994/708, lettre de Ramond à Lapeyrouse du 1er juin 1797.

11Les sciences d’observation exigent des lectures et des comparaisons de spécimens qui génèrent un commerce matériel important entre les savants. Avant la Révolution, le réseau français de Villars comprend davantage de naturalistes de terrain et de praticiens que de membres des institutions parisiennes. Font partie de ses correspondants réguliers les minéralogistes Guettard (1715-1786) et Faujas de Saint-Fond (1745-1819), les botanistes méridionaux Amoreux (1741-1824) et Gouan (1733-1821), les Lyonnais La Tourrette (1729-1793) et Gilibert (1741-1814). Son intérêt pour la flore à l’échelle de l’arc alpin le conduit à développer son réseau en direction des pays germaniques et des Balkans, en passant par le Piémont (Allioni) et la Suisse (Saussure). Lapeyrouse connaît également bien Amoreux10 ; dans les années 1780, l’orientation de ses recherches le conduit à renforcer ses contacts avec des spécialistes des mines, comme Gillet de Laumont (1747-1834), qui devient en quelque sorte son représentant à Paris. Si les lettres peuvent emprunter les services de courrier habituels, il n’en va pas de même avec les herbiers, livres, graines et échantillons divers, souvent conditionnés dans des caisses. On recourt plutôt à des intermédiaires de confiance ; les correspondances s’étendent longuement sur la logistique des échanges. Outre les aléas des services postaux, les collections des naturalistes ont eu à souffrir du contexte politique. Lors de son départ précipité pour Barèges en 1792, Ramond abandonne ainsi à Paris un petit cabinet de minéralogie, et trois herbiers totalisant plusieurs milliers de spécimens. Avant son arrestation, il a le temps de reconstituer un nouvel herbier, qui lui tient compagnie dans les geôles de Tarbes, mais dont il se plaint de la dégradation en 179511. En 1796, sa nomination à l’École centrale de Tarbes l’oblige à reconstituer rapidement ses collections naturalistes, pour disposer de matériel pédagogique. Il doit alors faire face à des difficultés matérielles liées à l’éloignement des métropoles culturelles : en juin 1797, il demande par exemple à Lapeyrouse de lui procurer des yeux de verre destinés aux dépouilles d’oiseaux qu’il est contraint d’empailler lui-même, faute d’avoir pu trouver un homme de l’art12. La stratégie de Ramond consiste alors à renforcer ses contacts avec les principaux représentants des institutions parisiennes, l’Académie des Sciences et l’Institut, dont se rapprochent dans une moindre mesure Villars et Lapeyrouse.

Le savant de province face aux préjugés

12Des trois savants, seul Ramond acquiert une dimension véritablement nationale. C’est aussi celui dont la carrière scientifique ne décolle qu’après la Révolution, pendant le Directoire, au sein de cette République des savants qui encourage le recours systématique à leur expertise sur la société et sur l’économie. Villars et Lapeyrouse sont quant à eux représentatifs d’une autre catégorie, celle des savants des villes de province de la seconde moitié du xviiie siècle. Ils contribuent au développement des équipements culturels à Grenoble et à Toulouse, en promouvant l’installation de jardins botaniques associés à des bibliothèques et cabinets de curiosité. Ils s’investissent dans la vie culturelle de la cité par le biais des académies. Tous deux ont mené des recherches initiées à des fins utilitaires par les agents de l’État monarchique. Villars a ainsi participé à un voyage d’exploration du Dauphiné commandité par Pajot de Marcheval, intendant de Grenoble en 1775-1776, en compagnie de Faujas de Saint-Fond et Guettard, pour repérer le potentiel minier de la région. Quant à Lapeyrouse, il publie en 1786 un Traité sur les mines de fer et les forges du comté de Foix, à la demande des États du Languedoc.

13La revendication d’une expertise régionale constitue un premier pas vers une reconnaissance de la part des institutions centrales, qu’il convient de fréquenter régulièrement. Villars effectue une année de formation à Paris, est introduit au Jardin du roi, et y rencontre des personnalités scientifiques : les frères Bernard (1699-1777) et Joseph (1704-1779) Jussieu, Thouin (1747-1824), Le Monnier (1717-1799), Daubenton (1716-1800). Quant à Lapeyrouse, il entre en contact avec les réseaux parisiens grâce à des travaux d’ornithologie qui intéressent les encyclopédistes. Son élection à l’Académie royale des sciences de Stockholm en tant que membre étranger en 1785 contribue à asseoir sa stature. Il devient ensuite correspondant de la Société royale d’agriculture de Paris. Avant la Révolution, Villars est pour sa part membre de plusieurs sociétés savantes de province, correspondant de la Société royale de médecine de Paris et de l’Académie royale des sciences de Turin.

  • 13 J.-F. Saigey, F.-V. Raspail, Mémoires des sciences d’observation, p. 157.

14Pour Ramond, ces stratégies de rattachements académiques n’interviennent qu’après 1796. Comme Villars et Lapeyrouse, il est nommé à l’Institut, mais il est le seul à faire de cette position un tremplin. Alors qu’il est encore professeur à l’École centrale de Tarbes, les conclusions scientifiques qu’il tire de l’exploration du Mont Perdu lui assurent un succès d’estime parmi les savants de son temps, puis une place à l’Académie des sciences en 1802. Villars et Lapeyrouse exercent aussi des fonctions de professeurs dans les Écoles centrales. Lapeyrouse, en tant qu’inspecteur des mines, a en outre l’occasion de résider régulièrement à Paris après 1794, ce qui lui ouvre les portes des cabinets de travail des savants les plus réputés ; il obtient même de Le Monnier le manuscrit original de Tournefort (1656-1708), botaniste officiel de Louis XIV, la Topographie botanique des Pyrénées, ambitionnant d’en être le continuateur. Sa position est pourtant affaiblie par ses incessantes querelles, et les savants de la nouvelle génération le considèrent comme un provincial mal dégrossi qui n’a eu le mérite que de profiter d’un terrain d’études quasiment inexploré13. Villars aurait pu également prétendre à une carrière plus élevée : il n’a dû sa nomination à Strasbourg qu’à l’intervention de Fourcroy (1755-1809) dont il a conservé l’estime.

15Les trois savants ont bien conscience de la nécessité de fréquenter Paris, capitale scientifique dont ils reconnaissent la primauté en matière d’équipements culturels indispensables aux naturalistes. Les institutions savantes centrales constituent la clé de la validation des savoirs produits. À la fin du xviiie siècle, les jardins et serres du marchand collectionneur Cels (1740-1806), ainsi que le Jardin du roi devenu Jardin national en 1793, apparaissent comme des lieux de sociabilité incontournables pour les botanistes de quelque ambition, qui peuvent y consulter des herbiers et des collections vivantes de référence pour reconnaître précisément une plante. Dès le xviie siècle, la flore des massifs de montagne est représentée dans les banquettes du Jardin du roi. Les collections s’étoffent par la suite grâce aux voyages de savants comme Tournefort, et à la mise en place de réseaux de collecteurs procédant à des envois réguliers de graines et de plantes vivantes. Nos trois naturalistes s’inscrivent dans une longue tradition. Leurs échanges épistolaires montrent la confiance dont ils honorent l’institution et ses principaux représentants. Après sa sortie de prison, Ramond reprend contact avec les botanistes parisiens, essentiellement Desfontaines (1750-1833) et Lamarck, auxquels il a coutume d’adresser les échantillons qu’il ne peut identifier avec certitude. Il justifie sa démarche auprès de Lapeyrouse :

  • 14 Bibl. MNHN, ms. 1994/701, lettre de Ramond à Lapeyrouse du 16 décembre 1796.

« Vous avez raison. On ne fait point sans livres la critique botanique et l’on ne cite point de sinonimes sans auteurs. Aussi je consulte, et peut-être ne consulterais-je pas si j’étais au milieu des bibliothèques et des herbiers.14 »

16Il faut dire que Ramond se définit avant tout comme un découvreur, à la différence de ses deux collègues qui se sont plongés bien avant lui dans les arcanes des classifications. La sollicitation fréquente de ses contacts parisiens, auxquels il apporte du matériau inédit sans se mêler de leurs constructions intellectuelles, lui permet de parachever sa réputation d’explorateur, et de devenir un maillon incontournable des réseaux naturalistes.

La montagne dans la communication scientifique

17L’expérience des marges ne se résume pas à un déficit de visibilité. Pour les savants des périphéries, la publication de travaux spécialisés devient vite un défi, en raison de contraintes tant économiques que matérielles. En revanche, les récits de voyage et d’exploration en montagne conservent les faveurs d’un public sensibilisé aux savoirs naturalistes par le développement de cours publics, puis d’un enseignement spécifique pour la jeunesse.

Du rocher au papier, publier sur la montagne

  • 15 J.-M. Drouin, « L’histoire naturelle à travers un périodique, la Décade philosophique », p. 175-18 (...)
  • 16 Bibl. MHN Grenoble, Villars EI–D14, lettre de Villars à Lapeyrouse du 9 janvier 1796.
  • 17 Bibl. MNHN, ms. 1994/702, lettre de Ramond à Lapeyrouse du 9 mars 1796.

18Les thématiques liées à la montagne sont de plus en plus présentes dans la presse savante, dès la seconde moitié du xviiie siècle. Pour les savants, la voie de presse permet autant de faire valoir ses positions et de s’approprier symboliquement un terrain d’expertise, que de faire circuler de manière neutre et objective l’information scientifique. Sous l’Ancien Régime, les mécanismes de sélection institutionnelle favorisent les savants d’envergure européenne, dont les résultats sont publiés dans les Mémoires de l’Académie royale des sciences, le Journal de physique, etc. Quant aux académies locales, elles soutiennent des publications de moindre écho. Les spécialistes des espaces de montagne peuvent cependant communiquer dans des périodiques moins confidentiels, comme les Affiches du Dauphiné dans les années 1780, ou le Journal de Genève, qui relate les principaux voyages naturalistes après 1787. Après la Révolution, les revues des sociétés savantes locales reprennent le flambeau des publications des académies de province. À l’échelle nationale, la Décade philosophique, littéraire et politique, en activité entre 1794 et 1807, apparaît comme un des journaux de référence des savants dans un moment politique qui leur est favorable. Les domaines relevant des sciences naturelles y sont particulièrement mis en valeur15. Villars, qui ne connaît alors Ramond que de nom, peut y lire avec intérêt sa description de la cime du Pic du Midi16, publiée avec le soutien de Desfontaines17. Le Journal de physique, de chimie et d’histoire naturelle, et le Journal des mines (qui paraît entre 1794 et 1815), constituent également des organes majeurs de la communication scientifique. La présence de membres de l’Institut dans les comités de lecture favorise la publication par leurs pairs.

  • 18 Bibl. MHN Grenoble, Villars EI–D1, lettre de Villars à Lapeyrouse du 24 mai 1786.

19Dans les représentations des savants, la monographie reste au sommet de la hiérarchie symbolique des publications. À la fin de la décennie 1780, l’objectif scientifique premier de Villars et Lapeyrouse consiste à produire, sous forme de flores, un état des lieux du savoir sur la végétation montagnarde. Leurs auteurs s’appuient autant sur les écrits des botanistes anciens, que sur leurs propres recherches exploratoires pour découvrir et classer de nouvelles espèces. Il reste difficile de s’arroger la paternité d’une découverte, sachant qu’il est d’usage de consulter ses pairs avant de publier, donc de faire passer les spécimens entre plusieurs mains plus ou moins probes. La diffusion d’opuscules préparatoires, ou d’articles dans la presse savante, fait partie des stratégies pour baliser son terrain. En 1786, Villars a fait publier un prospectus pour annoncer son Histoire des plantes du Dauphiné, en partie pour se prémunir des menées peu délicates de Lamarck18.

  • 19 M. Pinault-Sørensen, Le livre de botanique (xviie et xviiie siècles).
  • 20 Bibl. MNHN, ms. 1994/714, lettre de Ramond à Lapeyrouse du 17 juin 1798.

20Pour publier une flore, il faut aussi résoudre le problème de la mise en image des plantes, en sollicitant le concours d’artistes spécialisés, plus difficiles à trouver dans les villes de piémont qu’à Paris. On connaît l’importance de l’image dans l’administration de la preuve. Lorsque l’on entend décrire une espèce botanique nouvelle ou rare, la mise en image facilite la communication auprès des pairs19. Beaucoup de botanistes manient eux-mêmes la plume, avec plus ou moins de talent : si Villars reconnaît ses limites en la matière, Ramond est en revanche un dessinateur accompli. En 1795, il entend finaliser une flore des Hautes-Pyrénées par l’ajout de gravures réalisées à partir de ses propres dessins. Faute d’avoir trouvé à Tarbes un graveur compétent, il sollicite l’aide de Lapeyrouse, en juin 1798, pour se procurer des planches de cuivre et une presse20. Recourir aux services de graveurs professionnels fait grimper le coût déjà élevé des monographies, ce qui ne facilite pas l’écoulement de ce type de production éditoriale, surtout dans le contexte économique de la Révolution. Les problèmes de financement donnent lieu à de récurrentes complaintes. En témoigne ce cri du cœur de Villars en décembre 1789 :

  • 21 Bibl. MHN Grenoble, Villars EI–D5, lettre de Villars à Lapeyrouse du 31 décembre 1789.

« J’ai déboursé 7 000 livres. Je dois encore plus de 3 [000] à mon imprimeur et je n’en ai retiré que trois environ. Que faire ? Je suis dans l’eau, il a fallu nager.21 »

  • 22 Bibliothèque Municipale de Toulouse, ms. 2093, correspondance de Lapeyrouse avec Gillet de Laumont (...)
  • 23 P.-I. Picot de Lapeyrouse, Figures de la flore des Pyrénées, avec des descriptions, des notes crit (...)
  • 24 P.-I. Picot de Lapeyrouse, Histoire abrégée des plantes des Pyrénées et itinéraire des botanistes (...)

21Avant la Révolution, Picot de Lapeyrouse entend puiser dans sa fortune personnelle pour produire un véritable chef-d’œuvre, tant scientifique qu’artistique. Sa magistrale flore des Pyrénées doit être publiée en plusieurs volumes, comportant chacun cent planches coloriées divisées en décades. Dès 1788, Lapeyrouse, par l’intermédiaire de son ami Gillet de Laumont, a l’ambition de faire travailler des graveurs parisiens renommés ; son choix se porte sur Jauinet22. Il souhaite un grand format, in 4°, pour un ouvrage destiné à faire date. Les évènements politiques, puis la perte de ses biens en 1793, le contraignent à mettre en sommeil ses ambitions. Après Thermidor, il tente de relancer le projet, avec la publication en 1795 d’un premier volume, essentiellement consacré aux saxifrages, illustré de 43 planches coloriées23. Faute de fonds, la série est interrompue sans que ne puisse paraître le second tome, conçu pour être illustré de 200 planches gravées. Renonçant à sa flore encyclopédique, Lapeyrouse, qui a compris que le récit de voyage contribuerait autant, si ce n’est davantage, à sa renommée, fait paraître en 1813 un ouvrage mixte, à la fois traité de botanique et compilation de ses itinéraires24.

  • 25 L. Ramond de Carbonnières, Carnets pyrénéens, édition établie par Pierre Debofle.
  • 26 E.-A. Pépy, « La connaissance de l’environnement au service du progrès. Le cas du médecin naturali (...)

22Depuis le début du xviiie siècle, les écrits sur la montagne sont protéiformes, mais le genre reste dominé par les récits d’exploration, composés à partir de la matière contenue dans les carnets de voyage tenus régulièrement sur le terrain. L’édition récente des Carnets pyrénéens de Ramond pour la période 1792-1795 permet de prendre la mesure de l’importance de ce type d’écrit dans la culture matérielle du naturaliste25. De même, une douzaine de carnets de voyage manuscrits de Villars sont conservés au Muséum de Grenoble ; l’auteur en a fait imprimer quelques-uns, d’autres ont été publiés de manière posthume26. La rédaction des carnets s’effectue sur le terrain, souvent quelques jours après l’observation. Ces notes, parfois illustrées de croquis, sont ensuite si nécessaire retravaillées à la plume pour pouvoir faire passer un document intelligible à d’autres savants, ou préparer une publication. Les recherches actuelles tendent à réévaluer le poids de cette littérature grise manuscrite dans l’élaboration des hypothèses et dans la construction des savoirs.

  • 27 F. Orlando, « L’histoire des montagnes et l’harmonie du monde chez Ramond de Carbonnières », p. 16 (...)
  • 28 P.-I. Picot de Lapeyrouse, « Voyage au Mont-Perdu, et observations sur la nature des crêtes les pl (...)

23Un des premiers succès éditoriaux de récit d’exploration en montagne est l’Ourésiphoïtès Helvéticus (1723) du médecin naturaliste Johann Jakob Scheuchzer (1672-1733), qui relate ses voyages dans les Alpes suisses. Ramond est sans doute celui qui s’inscrit le plus dans cette tradition ; avant la Révolution, il est autant, sinon davantage, homme de lettres que de sciences27. Sainte-Beuve le qualifie d’ailleurs de Saussure des Pyrénées, estimant que sa sensibilité poétique transparaît davantage que dans les textes de son confrère suisse. Parue en 1779, l’originalité de sa traduction des Lettres sur la Suisse de William Coxe est d’intégrer des commentaires tirés de son propre voyage en Suisse en 1777. Les Observations faites dans les Pyrénées (1789), et les Voyages au Mont Perdu (1801) reprennent les codes du récit d’exploration dont raffolent les lecteurs. La presse savante en fait également son miel, sachant que ce type de publication touche un public bien plus large que les cercles académiques. En 1797, le Journal des Mines publie les deux versions de l’expédition au Mont Perdu envoyées presque simultanément par les ascensionnistes28. L’affaire tourne en défaveur de Lapeyrouse, qui a livré un récit ambigu dans lequel il semble s’arroger la primeur des découvertes. Son diagnostic sur des formes pétrifiées observées près du lac, sous le sommet, achève de le discréditer aux yeux de la communauté scientifique. Là où Ramond décrit de manière convaincante des coquilles et organismes marins, plaidant en faveur de l’existence d’une couche de calcaire « secondaire », Lapeyrouse a vu avec enthousiasme des os de grands animaux, sans renoncer à la thèse du calcaire « primitif » que son collègue vient de mettre à mal. Entre les lignes de ces récits d’exploration se joue tout autant une controverse scientifique sur la datation des roches, qu’une bataille d’ego entre deux savants qui reste imperceptible pour le public non initié.

La diffusion des savoirs naturalistes sur la montagne auprès du grand public

  • 29 J. Rochas, Muséum de Grenoble, une histoire naturelle, p. 46-54.

24Avant la Révolution, Villars et Lapeyrouse jouent le rôle de passeurs de sciences auprès d’un public large. Les villes de piémont s’équipent plus tardivement que les autres de jardins botaniques, grâce à l’engagement des élites éclairées et des agents de la monarchie29. La flore montagnarde se doit d’y être bien représentée. Les collections sont mises en valeur dans le cadre des cours publics de botanique. Villars et Lapeyrouse se conforment aux méthodes de la démonstration telles que pratiquées au Jardin du roi/Jardin national. Les cours théoriques, qui abordent l’histoire de la botanique et présentent les grands systèmes de classement (Tournefort, Linné, Jussieu), s’accompagnent de démonstrations relevant d’une démarche plus expérimentale. Lors de ces séances, publiques, très matinales, et estivales pour profiter de la floraison, le professeur décrit les grandes familles de plantes en s’attardant sur leur anatomie et sur leur utilité pour l’homme, notamment dans le domaine thérapeutique. Initialement conçus pour les étudiants en médecine, chirurgie, apothicairerie et obstétrique, les cours publics s’ouvrent à un auditoire plus large d’amateurs, et de professionnels autres que ceux de la santé. La connaissance de la flore peut intéresser les cultivateurs, les artistes, voire les artisans utilisant des teintures végétales. Les objectifs des amateurs et curieux sont moins utilitaires : certains considèrent la botanique comme un loisir scientifique, d’autres veulent aller plus loin dans la connaissance de la nature, encouragés par les ouvrages de vulgarisation assez largement diffusés par les éditeurs. Les cours sont prolongés par des herborisations hors les murs organisées par les professeurs de botanique, et qui contribuent à initier le public savant ou amateur aux déambulations dans le milieu naturel montagnard. Ces pratiques d’enseignement de la botanique par l’expérience sensible sont transposées dans Écoles centrales à partir de 1795.

  • 30 P. Duris, « L’enseignement de l’histoire naturelle dans les écoles centrales », p. 23-52.
  • 31 D. Villars, Mémoires sur la topographie et l’histoire naturelle, extraits du cours de l’École cent (...)
  • 32 Bibl. MHN Grenoble, Villars J. I 10, Cours de botanique, programme de cours, s.d.
  • 33 Bibl. MNHN, ms. 1994/710, lettre de Ramond à Lapeyrouse du 6 octobre 1797.

25Sous le Directoire, le chantier de l’enseignement secondaire débouche sur la création de ces établissements pensés pour offrir un enseignement scientifique solide en sus des classiques humanités30. Élus par un jury départemental sur présentation de leurs travaux, les professeurs des Écoles centrales ont toute latitude pour construire leur enseignement disciplinaire. Il leur faut inventer la méthode et les outils pédagogiques adaptés à un programme fort ambitieux, qui comporte l’étude des trois règnes de la nature, alors qu’il n’existe pas encore de synthèse dûment éditée. Dans leurs lettres, Ramond, Villars et Lapeyrouse partagent leurs expériences et leurs projets. Ils sont convaincus de la nécessité de combiner théorie et expérience, et entendent transmettre le goût des études de terrain. Le rythme des enseignements se calque sur la temporalité spécifique aux activités naturalistes : les dissections en zoologie se font l’hiver, l’observation botanique à l’époque de la floraison. La belle saison est aussi propice aux excursions pédagogiques, programmées toutes les semaines, parfois sur plusieurs jours31. Pour les jours de classe, la question des supports pédagogiques est cruciale. Villars organise son cours en deux temps : la leçon magistrale que les élèves retranscrivent sur des cahiers, puis les observations pratiques lors d’un temps de dialogue32. L’activité pédagogique des savants est étroitement liée à leurs propres pratiques scientifiques et à l’état de leurs recherches. Ramond envisage la publication de son cours, qu’il appelle son cahier de botanique, pour servir de manuel d’apprentissage, et pour présenter les nouvelles espèces qu’il a découvertes, même si leur identification n’est pas établie avec certitude33. Les étudiants les plus avancés ont l’opportunité de suivre leur maître dans ses propres courses. Dans les Pyrénées, Ramond comme Lapeyrouse puisent dans le vivier des élèves des Écoles centrales pour repérer des disciples de talent.

 

26Pour être en mesure de publier des travaux reconnus sur la montagne, les savants de province doivent faire leurs preuves au sein d’un système académique centralisé. Si leur production scientifique a pu être contrariée par des conditions matérielles défavorables à la réalisation de monographies spécialisées, notamment en raison du coût des illustrations, ils profitent en revanche de la fascination croissante du grand public pour ce type de milieu naturel, qui se traduit par un goût marqué pour les récits d’exploration. Villars, Lapeyrouse et Ramond ont joué le rôle de passeurs de science dans les villes de piémont, initiant à la montagne une nouvelle génération de citadins, qui contribuent à la généralisation de la promenade naturaliste.

Bibliographie

Demeulenaere Christiane, « Une tentative d’inventaire des richesses minières de la France : l’enquête du Régent, 1716-1718 », Documents pour l’histoire des techniques, no 16, 2e sem. 2008, p. 9-16.

Drouin Jean-Marc, « L’histoire naturelle à travers un périodique, la Décade philosophique », dans Corvol Andrée (dir.), La Nature en révolution, 1750-1800, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 175-181.

Duris Pascal, Linné et la France, 1780-1850, Genève, Droz, 1993.

Duris Pascal, « L’enseignement de l’histoire naturelle dans les écoles centrales (1795-1802) », Revue d’histoire des sciences, t. 49, no 1, 1996, p. 23-52.

Lapeyrouse Philippe-Isidore Picot (de), Figures de la flore des Pyrénées, avec des descriptions, des notes critiques et des observations, t. 1, Paris, imprimerie de Du Pont, 1795.

Lapeyrouse Philippe-Isidore Picot (de), Histoire abrégée des plantes des Pyrénées et itinéraire des botanistes dans ces montagnes, Toulouse, imprimerie de Bellegarrigue, 1813.

Lapeyrouse Philippe-Isidore Picot (de), « Voyage au Mont-Perdu, et observations sur la nature des crêtes les plus élevées des Pyrénées, 15 fructidor an V », Journal des Mines, premier trimestre, vendémiaire, brumaire, frimaire an VI, p. 39-66.

Orlando Francesco, « L’histoire des montagnes et l’harmonie du monde chez Ramond de Carbonnières », dans Bertrand Gilles et Guyot Alain (dir.), Des « passeurs » entre science, histoire et littérature, contribution à l’étude de la construction des savoirs (1750-1840), Grenoble, ELLUG, 2011, p. 167-220.

Pépy Émilie-Anne, « Décrire, nommer, ordonner. Enjeux et pratiques de l'inventaire botanique au xviiie siècle », Études rurales 1/2015 (no 195), p. 27-42.

Pépy Émilie-Anne, « La connaissance de l’environnement au service du progrès. Le cas du médecin naturaliste Dominique Villars (1745-1814) », dans Nijenhuis-Bescher Andreas, Pépy Émilie-Anne, Champeley Jean-Yves (éd.), L’Honnête homme, l’or blanc et le duc d’Albe, Mélanges offerts à Alain Becchia, Chambéry, LLSETI, 2016, p. 499-528.

Pinault-Sørensen Madeleine, Le livre de botanique (xviie et xviiie siècles), Paris, Imprimerie Nationale, 2008.

Ramond de Carbonnières Louis, Carnets pyrénéens, édition établie par Pierre Debofle, Pau, Monhélios, 2014.

Ramond de Carbonnières Louis, « Extrait d’une lettre du citoyen Ramond, associé de l’Institut national, et Professeur d’histoire naturelle à Tarbes, au citoyen Haüy, membre de l’Institut à Paris, sur deux voyages au Mont-Perdu, sommet le plus élevé des monts Pyrénées, 5 fructidor an V », Journal des Mines, premier trimestre, vendémiaire, brumaire, frimaire an VI.

Rochas Joëlle, Muséum de Grenoble, une histoire naturelle, Grenoble, Éditions du Muséum de Grenoble, 2007.

Rusque Dorothée, « Faire circuler les objets naturalistes au xviiie siècle, Jean Hermann comme intermédiaire dans les échanges entre la France méridionale et l’espace germanique », Liame, éd. numérique, 26 | 2016,
[URL : http://liame.revues.org/568]

Saigey Jacques-Frédéric, Raspail François-Vincent, Mémoires des sciences d’observation, t. 4, Paris, Rouen frères, 1830.

Villars Dominique, Mémoires sur la topographie et l’histoire naturelle, extraits du cours de l’École centrale du département de l’Isère, Lyon, Reymann et Cie, Paris, Bruno, an IX.

Notes

1 C. Demeulenaere, « Une tentative d’inventaire des richesses minières de la France », p. 9-16.

2 É.-A. Pépy, « Décrire, nommer, ordonner », p. 27-42.

3 Bibliothèque Municipale de Grenoble, N 3335, lettre de M. Villars à M. de la Salette, s.d.

4 Bibliothèque du Muséum d’Histoire Naturelle de Grenoble (désormais Bibl. MHN Grenoble), Villars EI–D1 à EI–D42, 42 lettres de Villars à Picot de Lapeyrouse, 1786-1809.

5 Bibliothèque du Muséum national d’Histoire naturelle (désormais Bibl. MNHN), ms. 1994/699-714, 16 lettres de Ramond à Picot de Lapeyrouse.

6 Bibl. MHN Grenoble, Villars EI–D18, lettre de Villars à Lapeyrouse du 13 octobre 1796.

7 P. Duris, Linné et la France, 1780-1850, p. 151-152.

8 Bibl. MNHN, ms. 1994/710, lettre de Ramond à Lapeyrouse du 6 octobre 1797.

9 Bibl. MHN Grenoble, Villars EI–D33, lettre de Villars à Lapeyrouse du 7 août 1801.

10 D. Rusque, « Faire circuler les objets naturalistes au xviiie siècle ».

11 Bibl. MNHN, ms. 1994/700, lettre de Ramond à Lapeyrouse du 5 novembre 1795.

12 Bibl. MNHN, ms. 1994/708, lettre de Ramond à Lapeyrouse du 1er juin 1797.

13 J.-F. Saigey, F.-V. Raspail, Mémoires des sciences d’observation, p. 157.

14 Bibl. MNHN, ms. 1994/701, lettre de Ramond à Lapeyrouse du 16 décembre 1796.

15 J.-M. Drouin, « L’histoire naturelle à travers un périodique, la Décade philosophique », p. 175-181.

16 Bibl. MHN Grenoble, Villars EI–D14, lettre de Villars à Lapeyrouse du 9 janvier 1796.

17 Bibl. MNHN, ms. 1994/702, lettre de Ramond à Lapeyrouse du 9 mars 1796.

18 Bibl. MHN Grenoble, Villars EI–D1, lettre de Villars à Lapeyrouse du 24 mai 1786.

19 M. Pinault-Sørensen, Le livre de botanique (xviie et xviiie siècles).

20 Bibl. MNHN, ms. 1994/714, lettre de Ramond à Lapeyrouse du 17 juin 1798.

21 Bibl. MHN Grenoble, Villars EI–D5, lettre de Villars à Lapeyrouse du 31 décembre 1789.

22 Bibliothèque Municipale de Toulouse, ms. 2093, correspondance de Lapeyrouse avec Gillet de Laumont (26 lettres).

23 P.-I. Picot de Lapeyrouse, Figures de la flore des Pyrénées, avec des descriptions, des notes critiques et des observations.

24 P.-I. Picot de Lapeyrouse, Histoire abrégée des plantes des Pyrénées et itinéraire des botanistes dans ces montagnes.

25 L. Ramond de Carbonnières, Carnets pyrénéens, édition établie par Pierre Debofle.

26 E.-A. Pépy, « La connaissance de l’environnement au service du progrès. Le cas du médecin naturaliste Dominique Villars (1745-1814) », p. 499-528.

27 F. Orlando, « L’histoire des montagnes et l’harmonie du monde chez Ramond de Carbonnières », p. 167-220.

28 P.-I. Picot de Lapeyrouse, « Voyage au Mont-Perdu, et observations sur la nature des crêtes les plus élevées des Pyrénées, 15 fructidor an V », p. 39-66. L. Ramond de Carbonnières, « Extrait d’une lettre du citoyen Ramond, associé de l’Institut national, et Professeur d’histoire naturelle à Tarbes, au citoyen Haüy, membre de l’Institut à Paris, sur deux voyages au Mont-Perdu, sommet le plus élevé des monts Pyrénées, 5 fructidor an V », p. 35-38.

29 J. Rochas, Muséum de Grenoble, une histoire naturelle, p. 46-54.

30 P. Duris, « L’enseignement de l’histoire naturelle dans les écoles centrales », p. 23-52.

31 D. Villars, Mémoires sur la topographie et l’histoire naturelle, extraits du cours de l’École centrale du département de l’Isère.

32 Bibl. MHN Grenoble, Villars J. I 10, Cours de botanique, programme de cours, s.d.

33 Bibl. MNHN, ms. 1994/710, lettre de Ramond à Lapeyrouse du 6 octobre 1797.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Extrait d’une lettre de Villars à Lapeyrouse du 17 mai 1796.
Crédits Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle de Grenoble, Villars EI-D16.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/11272/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access