Version classiqueVersion mobile

L’animal : un objet d’étude

 | 
Judith Förstel
, 
Martine Plouvier

L’animal, proche ou différent de l’homme ?

De la guerre animale à la guerre humaine

Jean Claude Favin Lévêque

Résumé

Cet article vise à proposer une histoire des théories et débats sur le parallèle entre guerre animale et guerre humaine. Dans un premier temps, il sera exposé un parcours des différentes interprétations du concept de guerre animale dans l’histoire des disciplines, de l’anthropologie sociale à la géostratégie ou à l’éthologie : Charles Letourneau à la fin du xixe siècle, Quincy Wright au milieu de la Seconde Guerre mondiale, puis Gaston Bouthoul et enfin Edward O. Wilson à la fin du xixe siècle. La deuxième partie s’attachera à la théorie du passage de la guerre de l’animal à la guerre de l’homme. Deux thèses majeures à cet égard seront examinées, celle de Konrad Lorenz du début des années 1960 qui souleva de grandes polémiques, puis celle récente de Wrangham et Peterson dans Demonic males. La conclusion soulignera certaines spécificités de la guerre chez l’homme et reviendra sur le doublet chasse-guerre pour mieux montrer les éléments de rupture entre les deux activités.

Texte intégral

  • 1 Bon 2009, p. 135.
  • 2 Leroi-Gourhan 1964, p. 237.

1Leroi-Gourhan (1911-1986), anthropologue, préhistorien et ethnologue, « l’un des principaux fondateurs de la préhistoire moderne »1, proposait dans son livre Le geste et la parole une analogie « Entre la chasse et son doublet la guerre »2.

2Cette analogie, souvent reprise, renvoyait à la notion de la continuité homme-animal, explicite depuis la révolution darwinienne. Si l’homme était animal, il pouvait être gibier. Il l’avait été indiscutablement pour les grands prédateurs, félidés, ursidés, hyénidés. Animal, il pouvait être prédateur pour les plus faibles que lui. Au cours du temps, il est même devenu le prédateur dominant. Pire, il put s’attaquer à son égal, chasser au sein même de son espèce et cela pour de multiples raisons, y compris le seul plaisir comme le comte Zaroff. Ses victoires étaient célébrées et exposées au travers des trophées pris au vaincu.

3La guerre ne serait-elle qu’une chasse un peu particulière ? Quelle place l’animal et la chasse ont-ils tenu dans l’approche anthropologique de la guerre ? Ces questions s’inscrivent dans une double perspective, celle des idées sur la relation homme-animal et celle de l’histoire du phénomène guerre. Dans une première partie, nous montrerons la permanence de l’idée de l’analogie homme-animal dans la littérature sur la guerre et son évolution pendant un siècle. Puis nous étudierons les thèses naturalistes de la seconde moitié du xxe siècle, proposant le passage du phénomène de l’animal à l’homme.

La guerre animale existe-t-elle ?

  • 3 Favin Lévêque 2016, p. 43.

4La recherche du phénomène guerre chez l’animal se retrouve de façon récurrente dans la littérature scientifique depuis les débuts de l’anthropologie moderne. Au xixe siècle, Charles Letourneau (1831-1902), secrétaire de la Société d’Anthropologie de Paris à la suite de Paul Broca (1824-1880), fut le principal initiateur de l’approche anthropologique de la guerre en France3. Rédacteur de la rubrique « Guerre (Sociologie) » du Dictionnaire des sciences anthropologiques (1889), il y consacra ensuite un ouvrage, La guerre dans les diverses races humaines, publié en 1895. Il inscrivait le phénomène dans le paradigme évolutionniste proposé par Lewis Morgan dans Ancient Society (1877), dans lequel l’humanité progresserait par les stades successifs de sauvagerie (les chasseurs-cueilleurs) puis de barbarie (le paysan néolithique) pour arriver à la civilisation. Il y associait trois phases dans l’évolution de la guerre. Dans la guerre animale :

« L’unique objet est d’exterminer les concurrents et souvent de les dévorer ».
« Ainsi pratiquée, la guerre ne diffère en rien de la chasse, ressource unique des animaux carnassiers. »

5Le mobile premier était l’anthropophagie :

« Rôtir et dévorer sur le champ de bataille même l’ennemi vaincu est sûrement glorieux et doux ; mais parfois le guerrier sauvage a, non pas moins de férocité, mais plus de prévoyance et il réserve ses prisonniers pour de futurs festins. »

6Au stade de la guerre animale, l’homme était un gibier, traité comme un autre gibier et regardé comme une source de protéines animales. Il pouvait même être « engraissé » et élevé pour un moment de fête ou de sacrifice. Dans cette guerre, le comportement de l’homme était le plus vil :

« Tout est légitime contre l’ennemi. »

7Cette phase animale de la guerre humaine n’était que la transposition du phénomène guerre qui aurait préexisté à l’homme dans le règne animal. Letourneau affirmait :

  • 4 Letourneau 1895, p. 15.

« Les origines biologiques de la guerre […] les peuplades animales connaissent aussi la guerre intestine et elle a, chez elles, les mêmes résultats que dans les sociétés des hommes primitifs.4 »

  • 5 Ibid., p. 21.

8Il montrait notamment la similitude dans le détail de la guerre chez les hommes et les fourmis qui préparent, combinent leurs expéditions, ce qui rappelait « les razzias que s’infligent mutuellement les groupes humains de races inférieures »5. Chez Letourneau, la référence animale se situait sur deux plans : la guerre humaine était la suite naturelle d’un phénomène qui existait dans le règne animal. Elle était par ailleurs de même nature que la chasse, l’homme chasseur prenant ses congénères comme gibier dans un strict but alimentaire. Telle était tout au moins la triste condition des peuples primitifs, la guerre bénéficiant des progrès civilisationnels comme le reste des phénomènes sociétaux.

  • 6 Wright 1942, p. 26.
  • 7 Ibid., p. 27.

9A study of war de Quincy Wright (1890-1970), sociologue spécialiste des relations internationales, fut un ouvrage majeur publié pendant la Seconde Guerre mondiale. Ayant posé que « la guerre avait été définie comme un contact violent d’entités similaires mais distinctes »6, il divisait l’histoire de la guerre en quatre phases dominées respectivement « par les animaux, les hommes primitifs, l’homme civilisé et le monde industriel »7. Il précisait dans le chapitre « Animal warfare », que l’étude de cette guerre :

  • 8 Ibid., p. 42.

« Pouvait contribuer à la compréhension des bases organiques et des tendances sociales de la guerre ainsi qu’à celle de l’influence des techniques militaires particulières et de la guerre en général sur la survie des sociétés et des races.8 »

10Il analysait les motifs, les fonctions, les techniques, et concluait par la « théorie de la guerre animale ». Il précisait le sens de cette expression :

  • 9 Ibid., p. 508.

« Par la théorie de la guerre, il faut entendre le système de propositions générales expliquant l’occurrence et les méthodes de la guerre.9 »

11L’appendice VIII lui permettait de détailler ces propositions générales. Mais il faisait dériver sa définition de la guerre animale de celle de la guerre humaine :

  • 10 Ibid., p. 479.

« Parmi les êtres humains, le terme “guerre” n’est habituellement appliqué qu’aux conflits violents où les deux côtés sont des groupes humains organisés. Employant la même conception, la guerre animale doit être confinée aux conflits violents entre organismes de la même espèce, excluant ainsi la forme de violence la plus mortelle, – celle liée à la nourriture – excepté dans les cas relativement rares de cannibalisme.10 »

12Par cette phrase, il rejetait le parallélisme avec la chasse. Par rapport à Letourneau, il inversait donc le sens de la référence animale. Celle-ci lui apparaissait surtout utile par le comparatisme qu’elle permettait, lequel comprenait les motifs de la guerre, ses fonctions, ses techniques. Mais il posait une ligne de démarcation entre les guerres animales et les guerres humaines.

  • 11 Ibid., p. 38.

« La guerre au sens sociologique ne pouvait pas exister comme un phénomène distinct avant l’émergence des sociétés humaines.11 »

  • 12 Bouthoul 2006, p. 13.

13Au lendemain du second conflit mondial, Gaston Bouthoul (1896-1960), sociologue français, fut le créateur de la Polémologie qu’il définissait comme l’« étude objective et scientifique des guerres en tant que phénomène social »12. Il identifiait plusieurs formes de luttes chez les animaux. S’il ne considérait pas comme une activité guerrière la chasse que les prédateurs mènent contre d’autres espèces, en revanche il associait ce terme aux conflits entre espèces voisines :

  • 13 Ibid., p. 63.

« L’opposition entre deux espèces voisines et concurrentes revêt l’aspect d’un état de guerre quasi perpétuel.13 »

14La guerre chez les animaux se retrouvait surtout chez les insectes sociaux.

  • 14 Ibid., p. 66.

« Mais c’est chez les fourmis que l’on trouve les penchants guerriers les plus caractérisés. La guerre représente la mise à exécution de buts systématiques d’ordre principalement guerrier.14 »

15Bouthoul poussa la comparaison entre les hommes et les insectes sociaux très loin, sur les mobiles, les intentions, l’organisation et les tactiques. Les insectes sociaux, affirmait-il :

  • 15 Ibid., p. 70.
  • 16 Ibid., p. 71.

« Connaissent, font et subissent la guerre à la manière des hommes. Leurs combats sont de véritables batailles rangées 15[…] ils ont la notion de la hiérarchie militaire et du commandement qui décide les attaques et ordonne les dispositions à prendre en vue des opérations militaires.16 »

16Constatant que ces observations ne se rencontraient pas chez tous les animaux (notamment pas chez les mammifères), Bouthoul proposait que :

  • 17 Ibid., p. 71.

« Chez les animaux tout au moins la guerre n’existe que là où se rencontrent trois phénomènes : la hiérarchie, le travail organisé et la propriété.17 »

17L’élément marquant de cette analyse de la guerre animale est que la comparaison était établie avec la guerre humaine classique ou moderne, non avec la guerre primitive comme c’est le cas le plus général dans les comparaisons homme-animal.

  • 18 Wilson 2000, p. 4.

18Edward O. Wilson (1929-) est un naturaliste majeur de la fin du xxe siècle, fondateur de la sociobiologie, définie comme « l’étude systématique des bases biologiques de tous les comportements sociaux »18. Il s’inscrit dans une évolution de la théorie de l’évolution marquée par Le gène égoïste de Richard Dawkins (1976). Il fournit le regard d’un éthologue, c’est-à-dire que son analyse du monde vivant est d’abord fondée sur la base des comportements animaux. L’extrapolation est ensuite prolongée vers l’homme en tenant compte de sa spécificité et de son exception culturelle. La discipline première de Wilson étant l’entomologie, il attribue sans hésiter aux fourmis le qualificatif d’espèces guerrières par excellence :

  • 19 Wilson et Hölldobler 1996, p. 73.

« Les fourmis, en particulier, sont peut-être les plus agressifs et les plus guerriers de tous les animaux […] Les bases de la politique étrangère chez les fourmis peuvent se résumer comme suit : agression sans trêve, conquête territoriale et annihilation par génocide des colonies voisines, chaque fois que c’est possible.19 »

  • 20 Ibid., p. 73-75.

19C’est le vocabulaire de la guerre humaine qui permet de décrire le monde belliqueux des fourmis dans un chapitre intitulé « Guerre et politique étrangère ». Les « stratégies » et « tactiques » y seraient dignes de Clausewitz20 et les expressions utilisées sorties directement du lexique courant de la guerre : « castes de soldats », « asperger de produits toxiques », « éclaireuses qui font des rapports du front », « fermer les rangs », « charger l’ennemi », « attaques suicides », « bombes ambulantes », « techniques de surveillance et propagande », « contingents de garde dans les zones frontières ». Wilson positionne également l’espèce humaine par rapport aux autres espèces, depuis les hyènes jusqu’aux fourmis en passant par les babouins :

  • 21 Wilson 2004, p. 104.

« Les meutes de hyènes s’affrontent dans des batailles rangées qui ne sont guère différentiables des guerres primitives […] Je suspecte que si les babouins Hamadryas avaient l’arme nucléaire, ils détruiraient la planète en une semaine. Et à côté des fourmis qui pratiquent assassinats, escarmouches et batailles rangées comme affaires de routine, les hommes sont de tranquilles pacifistes.21 »

  • 22 Wilson, 1971, p. 447.

20Toutefois, la guerre humaine n’est nullement la suite de la guerre animale. Quand la guerre existe chez une espèce, elle est le résultat d’une adaptation de cette espèce qui lui permet de survivre et réussir dans son environnement. Il n’est donc pas étonnant de constater que « les pires ennemis des fourmis sont des fourmis, juste comme les pires ennemis des humains sont d’autres humains »22, en cohérence avec les principes de la sélection naturelle de Darwin.

21En résumé de ces quatre exemples, la comparaison homme-animal s’est installée comme un préalable à toute réflexion sur la guerre humaine. De simple hypothèse proposant des analogies qui permettaient en retour de caractériser ou spécifier l’activité humaine, l’analyse des affrontements de certaines espèces animales aboutit à mettre en évidence des comportements, des tactiques fournissant des similitudes, qui peuvent être transposées, ou non, en principe explicatif.

22Si le recours à l’expression de guerre animale est généralisé, il cache des différences profondes. L’interprétation varie selon les auteurs, les époques ou les disciplines. Chez l’anthropologue du xixe siècle, Letourneau, l’évolutionnisme semblait impliquer une continuité allant de l’animal à l’homme. Pour le géopoliticien Wright, témoin de deux guerres mondiales, la guerre animale était plus une référence permettant de cadrer le concept et les caractéristiques de la guerre humaine. Le sociologue Bouthoul y voyait une similitude résultant du contexte socio-économique. Pour Wilson, le naturaliste de la fin du siècle, la guerre trouve sa source première dans le processus évolutionnaire qui explique l’émergence des comportements, y compris sociaux qu’ils soient animaux ou humains.

Le passage de l’animal à l’homme

23Si la guerre existe chez l’animal, cela ne fournit pas l’explication de son existence chez l’homme. La guerre est un phénomène minoritaire dans le monde animal : si la similitude est spectaculaire avec quelques insectes sociaux, des phénomènes proches ne peuvent être trouvés chez les mammifères que dans quelques espèces vivant en meute (Hyénidés, Canidés) et… chez certains primates. La question de l’existence de la guerre dans l’espèce humaine reste donc entière. Les réponses scientifiques sont nombreuses et variées. Parmi elles, nous en traiterons deux où l’origine de la guerre est fondée sur l’héritage animal de l’homme.

Konrad Lorenz et la transgression de l’ordre naturel

  • 23 Lorenz 2010, p. 5.

24La première de ces théories vient du père de l’éthologie, Konrad Lorenz (1903-1989), qui publia en 1963 un ouvrage consacré à l’agression, traduit en français sous le titre L’agression, une histoire naturelle du mal. L’agressivité est « l’instinct de combat de l’animal et de l’homme, dirigé contre son propre congénère »23. L’agressivité est innée car biologiquement utile. L’agression intra-spécifique a pour fonction de garantir la répartition d’une même espèce sur un territoire et la sélection des meilleurs combattants pour protéger la progéniture.

25L’agressivité est donc utile à la préservation de l’espèce, mais elle n’est pas sans limite dans la nature. En règle générale, l’agression intra-spécifique ne vise pas l’extermination des congénères. La nature crée des mécanismes d’inhibition ad hoc. Le combat entre animaux vise à déterminer le plus fort mais la violence est « régulée » (cérémonial, délai, combat avec fuite ou soumission et grâce). Les animaux les plus féroces sont pourvus des inhibitions les plus fortes.

  • 24 Ibid., p. 129.

« D’où ce phénomène paradoxal et singulièrement saisissant que les animaux les plus sanguinaires, surtout le loup, appelé par Dante la bestia senza pace, font partie des êtres pourvus des inhibitions antimeurtres les plus sûres qui soient dans le monde entier.24 »

26Dans les espèces vivant en groupe, l’agressivité est maîtrisée par la hiérarchie sociale car :

  • 25 Ibid., p49.

« Chaque individu d’une société sait lequel de ses compagnons vivant dans la même société est plus fort ou plus faible que lui-même. Il peut donc se retirer sans combat devant le plus fort et s’attendre, d’autre part, que le plus faible se retire sans combat devant lui.25 »

27Pour Lorenz, la formation de « rites phylogénétiques » est aux premières origines de la vie sociale des animaux. Il y a similitude entre les rites phylogénétiques des animaux et les rites culturels chez l’homme. Ceux-ci ont trois fonctions : supprimer les luttes intragroupes, consolider l’unité du groupe, et opposer le groupe à d’autres groupes semblables. Le paradoxe de l’homme est qu’il était naturellement peu dangereux pour ses congénères mais qu’en conséquence, il disposait de faibles mécanismes inhibiteurs.

  • 26 Ibid., p. 232.

« Tout le malheur vient précisément du fait qu’il est au fond une créature inoffensive et omnivore, ne possédant pas d’arme pour tuer de grandes proies et, par conséquent dépourvu de ces verrous de sécurité qui empêchent les carnivores “professionnels” de tuer leurs camarades de même espèce.26 »

28L’invention de l’arme provoqua une rupture dans le subtil équilibre élaboré par la Nature. Il devenait facile physiquement de tuer et cela d’autant plus que la distance entre les protagonistes rendait l’acte psychologiquement plus aisé. L’homme étendit sa domination sur tout son environnement et retourna ses armes contre ses congénères :

  • 27 Ibid., p. 234.

« Après que l’homme, grâce à ses armes et ses autres outils, sa vêture et son feu, eut plus ou moins maîtrisé les forces hostiles du milieu extra-spécifique, il régna certainement un état de choses où la contre-pression des hordes hostiles du voisinage était devenue le facteur sélectif principal, déterminant les prochains pas de l’évolution humaine. Rien d’étonnant à ce que ce facteur ait produit un dangereux excès de ce qu’on est convenu d’appeler les “vertus guerrières” de l’homme.27 »

La guerre chez les chimpanzés ?

29Konrad Lorenz surestimait un point, celui du supposé tabou dans le monde animal vis-à-vis du meurtre d’un congénère. Outre le monde des insectes sociaux, plusieurs espèces de mammifères témoignent de ce comportement soit dans des actes individuels, notamment l’infanticide, soit dans des actes collectifs, plus particulièrement les hyénidés ou canidés qui chassent et peuvent s’affronter en bandes. Enfin la violence est très présente chez les primates et plus particulièrement les Grands Singes. Il revint à Jane Goodall (1934-) de mettre cela en évidence chez les chimpanzés qu’elle étudiait dans la réserve de Gombe (Tanzanie) dans les années 70 :

  • 28 Goodall 1986, p. 317.

« Il y a une forme spéciale d’attaque, de niveau 4, qui est typiquement dirigée contre les chimpanzés des communautés voisines. C’est un assaut brutal sur une victime isolée par deux ou plus (jusqu’à 6 a été observé) adultes, habituellement des mâles, et durant plus de cinq minutes. De telles attaques ont été vues en 31 occasions. Toutes ont entraîné des blessures sévères.28 »

30Elle relata l’affrontement de deux communautés voisines et comment un groupe élimina progressivement tous les mâles du groupe voisin : les Kasekela tuèrent un par un les mâles Kahama (6 mâles de 1972 à 1977), agrandirent leur territoire puis se firent agresser à leur tour par les Kalande, autre communauté plus lointaine. Elle concluait en définissant la limite entre ces affrontements de chimpanzés et la guerre primitive des humains :

  • 29 Ibid., p. 533-534.

« Je suggère que jusqu’à ce que nos lointains ancêtres aient acquis le langage, ils n’auraient pas été pas capables de s’engager dans cette sorte de conflits intergroupe planifiés qui se sont développés en guerre, en conflit armé organisé. Le chimpanzé, comme résultat d’une combinaison unique de forts liens affiliatifs entre mâles adultes d’un côté et une attitude inhabituellement hostile et violemment agressive vis-à-vis des individus n’appartenant pas au groupe de l’autre, a clairement atteint un niveau qui le situe au seuil même des achèvements humains en termes de destruction, cruauté et conflit intergroupe planifié. Si jamais il développait le pouvoir du langage, et comme nous avons vu il se tient proche de ce seuil également, ne pourrait-il pas ouvrir la porte et faire la guerre avec les meilleurs d’entre nous ?29 »

31Les observations de Goodall, d’abord contestées, furent ensuite confirmées sur plusieurs sites d’observation des chimpanzés en milieu naturel. À Mahale (Tanzanie), Toshisada Nishida décrivit un phénomène similaire (7 mâles tués de 1969 à 1982). Scénarios identiques à Niokola-Koba (Sénégal) par Stella Brewer ou dans les forêts Tai de Côte d’Ivoire (Christophe et Hedwige Boesch) ou encore à Kibale en Ouganda (Gilbert Isabirye-Basuta). Cette similarité de comportement se doublait d’une sinistre singularité. Hommes et chimpanzés semblaient être les seules espèces à rechercher la mort de l’adversaire alors que laisser la vie sauve au vaincu semble la règle la plus courante.

  • 30 Wrangham and Peterson 1996, p. 131.

« Il n’y a que pour ces deux espèces que la mort du perdant fait partie du plan.30 »

32Il reviendra en effet à Richard Wrangham, primatologue et collaborateur de Jane Goodall à Gombe, et Dale Peterson de proposer une thèse explicative qui partait de la proximité phylogénétique mais allait au-delà :

  • 31 Ibid., p. 63.

« Que les chimpanzés et les humains tuent des membres des groupes voisins de leur propre espèce est, nous avons vu, une exception étonnante à la règle normale chez les animaux. Ajoutez notre proche parenté génétique avec ces singes et nous avons devant nous la possibilité que l’agression intergroupe dans nos deux espèces ait une origine commune.31 »

33Les auteurs ajoutèrent deux composantes pour documenter la comparaison et trouver une origine commune. En premier lieu, ils formulèrent la théorie du déséquilibre des forces : l’attaque intervient dans un contexte de supériorité numérique, qui réduit les risques encourus par les agresseurs mais scelle le sort de l’individu isolé, pris pour cible. Cette attitude semblait aller de pair avec la tendance à la coalition des mâles. En second lieu, l’organisation sociale marquée par une hiérarchie très forte des mâles était la conséquence de la patrilocalité, système où les femelles quittaient leur groupe de naissance pour se reproduire, alors que les mâles restaient dans leur groupe d’origine. Les mâles restaient donc « entre frères », sous la protection des mères, qui favorisaient leur ascension pour le meilleur statut dans la hiérarchie toute puissante des mâles.

  • 32 Ibid., p. 168.

« Deux conditions comportementales typiques des deux espèces – le gang et l’apparentement des mâles – suffisent pour expliquer cet horrible héritage de la sélection naturelle, l’inclination à rechercher des opportunités de tuer quand des voisins hostiles se rencontrent.32 »

  • 33 Ibid., p. 241.

34Pour Wrangham, le système humain patriarcal trouverait sa source dans « le monde social des singes de la forêt » qui est fondé sur « la dominance des mâles et la contrainte des femelles »33. Ce système tend par ailleurs à développer un sentiment de solidarité de groupe et de rejet vis-à-vis de l’externe, donc de tout autre groupe. Appartenance au groupe (ethno-centricité) et primauté de la violence sont donc les deux caractéristiques du monde des hommes, traits particulièrement favorables à l’affrontement des communautés.

Pourquoi la guerre humaine n’est pas la chasse

35La comparaison entre « guerre animale » et « guerre humaine » se retrouve donc à plusieurs niveaux du débat sur la guerre. Elle fournit une référence pour caractériser la guerre humaine en montrant quelles sont les utilisations possibles de la violence et en positionnant les usages pratiqués par l’homme. Dans un deuxième temps, elle peut proposer ou non une explication de l’origine de la guerre chez l’homme. En effet, soit le résultat de la comparaison peut être une différenciation profonde, et la source de la guerre humaine doit alors être spécifiée. Soit la comparaison aboutit à une proximité telle que la source semble découler naturellement d’un point commun.

36Dans ces analyses, la proximité chasse-guerre a été évoquée mais ne s’est pas imposée. Dans notre dernière hypothèse, celle d’une origine homme-chimpanzé similaire, l’exemple animal souligne au contraire la différence entre les deux concepts : quand le chimpanzé chasse le colobe, il partage le résultat de la chasse collective et les participants à la battue mangent le gibier qui a succombé. Quand les chimpanzés tuent ou blessent à mort un congénère, ils l’abandonnent sur le terrain. Le chimpanzé marque ainsi nettement la différence entre chasse et guerre.

37De fait, s’il existe une similitude de certaines pratiques, voire de tactiques entre les deux activités, il existe une différence profonde de sens entre les deux. La chasse repose sur une dissymétrie, celle existant entre la proie et le prédateur qui ne disposent ni des mêmes armes, ni des mêmes comportements. Face à la force, l’agilité, la ruse, la dissimulation sont des tactiques qui permettent aux proies de survivre. Les enjeux, un « repas » pour l’un, la vie pour l’autre, sont sans commune mesure.

38La guerre est fondée sur la symétrie. Les protagonistes de même espèce ont les mêmes armes, souvent les mêmes buts. Le risque létal est identique pour les deux parties. Le combat en est d’autant plus difficile. Dans ce contexte, l’homme se signale par trois particularités. La première, c’est l’outil qui rend facile l’acte de tuer. La deuxième repose sur le couple Haine et Vengeance : la haine de l’ennemi est un ressort de la violence guerrière ; la vengeance est une force qui enchaîne des ennemis l’un à l’autre dans le cycle de la violence. Le gibier ne se venge pas, l’homme si : en cas de défaite, sa famille est en danger de mort. La troisième est la dimension symbolique et culturelle de la guerre humaine. Certes les trophées apparaissent comme une pratique commune à la chasse et à la guerre. Mais le contenu symbolique de la guerre structure les sociétés dans leur organisation et leur fonctionnement d’une part, et dans le traitement de la mort d’autre part.

 

39En conclusion, la référence animale aide clairement à comprendre ce qu’est la guerre humaine et à mesurer toute la distance qui sépare l’homme de l’animal dans l’utilisation de la violence.

Bibliographie

Bon F. 2009, Préhistoire, La fabrique de l’homme, Paris, Éditions du Seuil.

Bouthoul G. 2006, Le phénomène guerre, Paris, Éditions Payot & Rivages.

Favin Lévêque J. C. 2015, « Quand Anthropologie et Préhistoire rencontraient la guerre : 1859-1914 », Bulletin du Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco, n° 55, p. 31-48.

Goodall J. 1986, The chimpanzees of Gombe, patterns of behavior, The Belknap press of Harvard University Press, Cambridge (Massachusetts)-London.

Leroi-Gourhan A. 1964, Le geste et la parole, 1. Technique et langage, Paris, Albin Michel.

Letourneau C. 1889, « Guerre (Sociologie) », dans Dictionnaire des sciences anthropologiques, Doin, p. 554-556.

Letourneau C. 1895, La guerre dans les diverses races humaines, Paris, L. Bataille et Cie Éditeurs.

Lorenz K. 2010, L’agression, Une histoire naturelle du mal, Flammarion, Champ sciences, (édition originale, « Das sogenannte Böse. Zur Naturgeschichte der Aggression. », Borotha-Schoeler, Wien, 1963).

Wilson E. O. 1971, The insect societies, The Belknap Press of Harvard University Press, Cambridge (Massachusetts)-London.

Wilson E. O. 2000, Sociobiology, The new synthesis, The Bellknap press of Harvard university press, Cambridge (Massachusetts)-London (1975).

Wilson E. O. 2004, On human nature, Harvard University Press, Cambridge (Massachusetts)-London (1978).

Wilson E. O. and Hölldobler B. 1996, Voyage chez les fourmis, Une exploration scientifique, Science ouverte, Paris, Éditions du Seuil.

Wrangham R. and Peterson D. 1996, Demonic males, apes and the origins of human violence, Boston-New York, A mariner book/Houghton Mifflin Company.

Wright Q. 1965, A study of war, seconde édition, The University of Chicago press, Chicago and London, (1942).

Notes

1 Bon 2009, p. 135.

2 Leroi-Gourhan 1964, p. 237.

3 Favin Lévêque 2016, p. 43.

4 Letourneau 1895, p. 15.

5 Ibid., p. 21.

6 Wright 1942, p. 26.

7 Ibid., p. 27.

8 Ibid., p. 42.

9 Ibid., p. 508.

10 Ibid., p. 479.

11 Ibid., p. 38.

12 Bouthoul 2006, p. 13.

13 Ibid., p. 63.

14 Ibid., p. 66.

15 Ibid., p. 70.

16 Ibid., p. 71.

17 Ibid., p. 71.

18 Wilson 2000, p. 4.

19 Wilson et Hölldobler 1996, p. 73.

20 Ibid., p. 73-75.

21 Wilson 2004, p. 104.

22 Wilson, 1971, p. 447.

23 Lorenz 2010, p. 5.

24 Ibid., p. 129.

25 Ibid., p49.

26 Ibid., p. 232.

27 Ibid., p. 234.

28 Goodall 1986, p. 317.

29 Ibid., p. 533-534.

30 Wrangham and Peterson 1996, p. 131.

31 Ibid., p. 63.

32 Ibid., p. 168.

33 Ibid., p. 241.

Auteur

Chercheur associé, Muséum national d'histoire naturelle, département de Préhistoire, UMR 7194

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search