Version classiqueVersion mobile

L’animation socioculturelle : quels rapports à la médiation ?

 | 
Luc Greffier
, 
Sarah Montero
, 
Pascal Tozzi

Conclusion3

Serge Briffaud

Texte intégral

  • 3 Texte proposé par l’auteur sous le titre : « Médier dans un monde sans milieu »
  • 4 Une focale est, précisément, une médiation, visant à faire exister au-delà de la diversité des dis (...)

1La « médiation » constitue l’une des trois « focales » à travers lesquelles la jeune UMR PASSAGES, créée le 1er janvier 2015, a choisi d’appréhender ce qui est au cœur de son projet scientifique, à savoir l’étude des relations entre la reconfiguration des spatialités et les changements globaux (changements au pluriels, regroupant aussi bien les mutations d’ordre environnemental – relatifs au climat et à la biodiversité — que celles qui relèvent de la globalisation économique et culturelle, et d’autres encore). Les deux autres focales s’intitulent « représentation/traduction » et « transition », et la centaine de chercheurs que compte PASSAGES, ainsi que les doctorants, se distribuent en nombre à peu près égal dans chacune de ces focales4.

2Interroger les reconfigurations contemporaines de la spatialité, c’est interroger les transformations qui se produisent dans les manières de (se) représenter l’espace et de le vivre. C’est questionner aussi – et je cite le projet scientifique de l’UMR – « les constructions intentionnelles, symboliques, identitaires et/ou politiques par lesquelles [les acteurs géographiques] mettent en forme le monde dans lequel ils vivent » (UMR PASSAGES, 2015, p. 7). Ce n’est pas interroger un rapport à l’espace compris comme rapport d’un en-soi de la société avec une réalité qui lui serait extérieure. C’est plutôt – pour reprendre les termes de Lévy et Lussault (2003) – explorer les modalités changeantes de la cristallisation et de la mise en visibilité (de la visibilisation) du social dans le spatial – modalités qui constituent donc ce qu’il convient de nommer la « spatialité ». L’hypothèse centrale est que les changements globaux bouleversent structurellement les conditions de cette cristallisation et de cette visibilisation. Le projet est ainsi d’interroger la manière dont les spatialités se reconfigurent en ce moment de l’irruption, dans toutes les dimensions de la co-production du social et du spatial, du système monde ou du système terre, qui fondamentalement relativise et désubstantialise toute distance et toute frontière, mais qui entraîne simultanément et a contrario, par réaction, une quête éperdue d’ancrage, de singularisation, d’exceptionnalité et de sécurisation ; exigeant des limites toujours plus nombreuses, plus marquées — limites qui constituent plus que jamais le langage spatial parlé par le social.

3Je vous propose quelques réflexions sommaires sur la manière dont la question de la médiation est impliquée dans cette problématique. Cela revient, a priori, à prendre quelque distance vis-à-vis de la question spécifique de la médiation socioculturelle, au cœur de ce colloque. J’espère montrer toutefois qu’en partant du spatial on peut aussi en venir à poser, et peut-être à éclairer, le problème qui me semble aujourd’hui au cœur de nos débats : celui de la médiation comme modalité de la fabrique du social.

4Je ne présenterais ici que quelques champs de réflexion, tel qu’ouverts par nos discussions et dont je me contente d’indiquer les coordonnées. Ce qui suit n’est toutefois pas une synthèse de séances de séminaire. Tout est dit avec mes propres mots et ne rend pas compte de toutes les directions suivies par nos débats.

1. Médiation et globalisation

5Une première réflexion, portera sur la manière dont ce phénomène de la globalisation et du changement global questionne l’idée même de « médiation », en tant qu’elle est porteuse d’une forme spatiale a priori du social. Dans le monde global, réticulaire et interconnecté — ce monde que définit la figure du globe, plutôt que celle du planisphère en deux dimensions — les positionnements ne peuvent être référés à un centre stable, absolu, définitivement fixé. Ce centre, en référence auquel chacun peut être assigné à sa place, ou la trouver, doit sans cesse être réinventé : telle est, sans doute, la tâche infinie désormais dévolue à la « médiation ». Car médier, c’est bien déterminer un centre et venir s’y placer. C’est du même coup instituer, doter de coordonnées, mettre à leur place, ces idées, personnes, groupes, au milieu desquels s’installent celui qui — ou ce qui — opère la médiation. Cette dernière ne peut qu’être partout dans un monde où le centre n’a plus de place fixe et doit être sans cesse relocalisé ; ce monde appelle des médiations créatrices de mi-lieux temporairement occupés, où se recoud un moment la trame locale du social, mais qui n’ont d’efficience que dans une situation donnée et dans un espace-temps limité. Dans le monde globalisé, la médiation est consubstantielle d’une spatialité et d’une socialité que Denis Retailié, l’un des grands animateurs de notre focale, qualifierait peut-être de « nomadique » (1998), parce que fondée sur un déplacement permanent de mi-lieu en mi-lieu.

2. Médiation et mutations des spatialités

6Ma deuxième réflexion portera sur les médiations par lesquelles passent, au quotidien, la spatialisation des acteurs sociaux. Cela m’entraînera vers la question du paysage et par ce biais vers celle de l’espace comme support d’une médiation sociale. Une première remarque est que l’un des changements majeurs apportés par les globalisations contemporaines est de nous mettre de plus en plus en présence de représentations spatiales qui envahissent notre cadre de vie, parfois émises par des appareils électroniques fixés sur notre corps — et qui nous permettent de faire varier à volonté les échelles auxquelles nous appréhendons l’espace, ou celles auxquelles nous nous appréhendons nous-mêmes dans l’espace. Les technologies de l’information et de la communication nous permettent ainsi de disposer, partout où nous sommes, d’une capacité accrue à éprouver, mais aussi à transcender notre localisation. Les représentations qu’elles proposent à cette fin ne s’en imposent pas moins à nous comme représentations de ce avec quoi nous sommes en contact par la simple médiation du corps. Un bon exemple est ce que produit l’usage du GPS dans les voitures, médiation spatialisante organisant désormais au quotidien notre saisi du monde. De telles médiations élargissent le champ de vision et d’écoute, placent l’invisible dans le champ du perceptible, mais elles favorisent simultanément, un moindre usage des messages sensoriels — une déconnexion des individus avec la matérialité de l’espace, ou plus précisément avec sa dimension sensible — avec cet espace relatif au corps et aux sens, qui tend aujourd’hui à ne plus être qu’annexé à la perception. Ces médiations-là fonctionnent comme toutes les autres. Car comme le rappelait Marie-Pierre Chopin, spécialiste de sciences de l’éducation, dans l’un de nos débats, toute médiation, si elle fait lien, fait aussi inévitablement obstacle. Ainsi le GPS, comme le dit Véronique André-Lamat, propose-t-il un espace à base de points réunis par des lignes, mais tend à ostraciser l’aire ; et l’on pourrait ajouter à détourner le regard du paysage et, sinon à le masquer, au moins à le vider d’une partie de sa substance.

7Ce à quoi nous assistons est ainsi sans doute, sinon à la disparition, au moins à la relativisation — de ce qui a été, au temps de la modernité, l’une des modalités majeures de la construction de la conscience de l’espace. Celle-ci mettait en jeu une distanciation spectatoriale — une prise de recul à la fois objectivante et subjectivante, qui entraîne vers le même point de vue distant, rassemble dans un même regard éloigné le savant et l’artiste, celui qui démêle les fils dont le monde est tissé et celui qui l’éprouve esthétiquement (Berque, 1995). Le paysage, qui est la forme que prend le monde appréhendé depuis ce point en retrait — fonctionne, pour l’un et pour l’autre regard, comme un médiateur. Il est ce par quoi on passe — ou on passait — pour imaginer un au-delà de ce qui s’offre à la perception sensorielle ; il est — ou était — l’actualisation dans le visible d’un tout encore invisible et que cette médiation permet de (se) représenter. Le paysage n’a ainsi longtemps existé que comme fenêtre ouverte vers un au-delà — que comme partie d’un tout-lié cosmique, qui pointe en lui et appelle vers lui le regard. Cet appel lui-même était aussi affaire de médiation : médiations littéraires, picturales, décryptages savants producteurs d’images connectives, qui donnaient prise au regard, le fixaient sur un fragment d’espace.

8Et ce paysage, figure métonymique liant la partie au tout, le local au global, a fonctionné depuis au moins la fin du Moyen Âge comme un médiateur privilégié de la cristallisation et de la mise en visibilité du social dans le spatial ; cela à la fois sur le registre matériel et immatériel. Les géographes anglo-américains en particulier se sont attachés à montrer comment la capacité à éprouver le paysage et à l’aménager, pour exalter sa capacité à signifier et à émouvoir, a fonctionné comme une source privilégiée de représentation et de légitimation du pouvoir, en Europe comme sur le terrain colonial (Cosgrove, 1984 ; Mitchell, 1994).

9Certes, cette expérience ou cette culture « paysagère » de l’espace n’est pas morte. Mais il n’en faut pas moins être attentif au tremblement de cette vieille médiation spatialisante ; Deux phénomènes aujourd’hui la menacent. Le développement d’abord de ces images et autres instances médiatrices qui nous permettent — ou semblent nous permettre — d’être en présence de ce tout dont le paysage moderne était la partie. La médiation paysagère semble en un mot avoir commencé à perdre de sa nécessité. Le deuxième phénomène qui déstabilise cette médiation spatiale est la prolifération même des représentations de paysage, qui envahissent le champ de l’expérience spatiale et cessent de fonctionner comme des percepts activables, permettant à notre regard de trouver prise dans l’espace matériel. Trop de représentations tue la médiation (Jakob, 2004).

10Cette question me paraît importante car c’est une part du système de cristallisation et de visibilisation du social dans le spatial qui est ainsi remise en cause. Cette évolution, au fond — mais il faudrait bien sûr développer ce point — ne tendrait-elle pas à libérer le champ du paysage — celui du monde sensible — des pouvoirs qui s’exercent sur lui et s’inscrivent en lui — des pouvoirs qui se montrent et se légitiment par lui ? Les enjeux de pouvoir, relativement au contrôle de la représentation et de la perception de l’espace, semble de fait se déplacer ailleurs, du côté d’un espace toujours plus déconnecté de la saisie sensorielle. Tout un champ de l’expérience spatiale ne devient-il pas du même coup disponible à l’invention d’autres modes d’inscription du social dans le spatial ? Et c’est ce qu’ont bien compris tous ceux — il y en a dans la salle — qui s’attachent aujourd’hui à faire de ce paysage pour partie débarrassé des regards qui régnaient sur lui, un outil privilégié de la médiation socioculturelle (Bercovitz et Briffaud, 2015).

3. La médiation, entre espace de représentation et représentations de l’espace

11Denis Retailié revenait dans un de nos séminaires sur la distinction que proposait Henri Lefebvre, dans La production de l’espace, entre espace de représentation et représentations de l’espace (Lefebvre, 1974). Il proposait de voir là l’un des fondements possibles d’une réflexion sur la médiation. L’espace de représentations est ce qui fixe le cadre dans lequel se construisent et s’expriment les représentations. C’est en lui que se trouvent les conditions de possibilités de chacune de ces dernières, ce qui les unit et ce qui les contraint. Sur cette base, la médiation peut se situer soit au niveau d’une mise en compatibilité des représentations hétérogènes dérivant d’un même espace de représentation, soit au niveau d’une tentative de co-construcion de cet espace lui-même. Médier, est-ce par exemple compatibiliser ou faire évoluer les points de vue de ceux qui discutent autour d’une carte, ou est-ce organiser la co-fabrication du fond de carte mis en discussion ? La réponse que l’on peut donner est que la médiation devrait se situer dans la fabrication des objets intermédiaires, des dispositifs et des situations médiatrices qui font émerger des représentations et des controverses. Aller en ce sens est éloigner la médiation du champ de l’arbitrage pour la rapprocher de la production même d’objets autour desquels peut se (re)tisser le social.

12Cette question de la situation de la médiation est cruciale au regard des nouveaux enjeux associés à la globalisation et au changement global, qui placent en permanence les acteurs sociaux en situation de confrontation à l’hyper-complexité, avec pour résultat de les rendre vulnérables à des représentations simplificatrices et mutilantes, qui ne leur permettent pas de problématiser leurs actions. Le changement global appelle ainsi la construction d’espaces de représentation qui rassemblent la complexité du monde et la placent à portée de regard et de délibération démocratique.

13Construire de telles médiations apparaît, à mon sens, comme l’un des horizons vers lesquels se diriger pour repenser la place, dans le nouvel espace du monde globalisé, de la figure du scientifique-expert.

Bibliographie

Bibliographie

BERCOVITZ R. et BRIFFAUD S. (2015). « Pour une pratique paysagiste de la médiation environnementale. Une expérimentation dans la Sèvre niortaise », in Luginbühl Y.(dir.), Paysage et développement durable, Victoires Éd., p. 42-70.

BERQUE, A. (1995). Les raisons du paysage, de la Chine antique aux environnements de synthèse. Paris : Hazan.

COSGROVE, D. (1984). Social formation and symbolic landscape. Madison: University of Wisconsin Press.

JAKOB, M. (2004). L'émergence du paysage. Genève : Infolio, p. 37 sq.

LEFEBVRE, H. (1974). La Production de l'espace. Paris : Economica.

LÉVY J. et LUSSAULT M. (2003), Dictionnaire de géographie, Paris : Belin.

MITCHELL, W. J. T. é. (Ed.) (1994). Landscape and power. Chicago: University of Chicago Press.

RETAILLÉ, D. (1998), « L'espace nomade », Revue de géographie de Lyon, 71-82.

UMR PASSAGES, (2015), Projet scientifique du laboratoire, p. 7

Notes

3 Texte proposé par l’auteur sous le titre : « Médier dans un monde sans milieu »

4 Une focale est, précisément, une médiation, visant à faire exister au-delà de la diversité des disciplines et des objets de chacun un collectif scientifique capable d’une visée commune ; de sorte que chacune des réunions de la focale « médiation » est une espèce de mise en abîme conduisant à mettre en branle un processus de médiation tout en tentant de penser son objet-même.

Auteur

Professeur, Ecole nationale supérieure d'architecture et de paysage de Bordeaux, UMR CNRS Passages 5319

© Carrières Sociales Editions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search