Version classiqueVersion mobile

L’animation socioculturelle : quels rapports à la médiation ?

 | 
Luc Greffier
, 
Sarah Montero
, 
Pascal Tozzi

3ème Partie. La médiation au prisme des pratiques sociales et culturelles

La médiation culturelle en contexte muséal : un éclairage pour recadrer les pratiques d’animation auprès du jeune public

Thérèse Martin

Texte intégral

1. Cadre général

1.1 Les objectifs visés

1Alors que le nom attribué au personnel chargé de la mise en relation du public avec les objets exposés peut-être « médiateur » ou « animateur » ou encore « guide-animateur » dans le cas des musées du Québec, il paraît utile de préciser les rôles des uns ou des autres, et l’articulation possible entre « médiation » et « animation ».

  • 1 Dans le cadre de son travail sur les dispositifs filmiques de médiation, repris dans son Habilitat (...)

2Notre objectif vise à montrer comment – selon l'éclairage des sciences de l'information de la communication – le concept de médiation permet d'analyser des situations de médiation en contexte muséal. Ce sont les trois désignations de la médiation (Gellereau, 2004)1, à savoir la médiation comme transition, comme intermédiaire et comme lien qui montrent le rôle de la production de sens et qui par conséquent nous ont permis de comprendre ce qui se joue dans l’espace de la médiation, cet entre-deux, entre exposition et jeunes visiteurs. Appliquée à l’étude du phénomène de visite du jeune public de 7 à 11 ans, cette approche théorique permet de mettre en évidence ses modes d’appropriation de l’exposition.

3La prise en compte de ces trois désignations de la médiation constitue un enjeu en vue de leur application au sein des musées à propos des pratiques de médiation (cf. Martin, 2015a et 2016).

4Le terrain auquel nous nous référons est celui d’institutions muséales de sciences comme les Centres de Culture Scientifique, Technique et Industrielle CCSTI (à la Cité des Enfants de la Cité des Sciences à Paris notamment) et dans les musées d’histoire ou de civilisation, situés en France et au Québec. Les illustrations qui vont suivre s’appuient sur une méthode ethnographique d’observation d’enfants (de 7 à 11 ans) venant visiter des expositions dans le cadre familial. Afin de mieux appréhender l’interprétation de ces jeunes visiteurs, nous avons inventé une méthode, la mise en situation de rôle de « guide » (l’enfant devenant ainsi médiateur de l’exposition) proposée à la fin de la visite en famille. Pour l’analyse des « visites-guidées » des enfants, nous avons eu recours à ces désignations de la médiation afin d’étudier les cadres d’interprétation des visiteurs-enfants à partir de leur expérience de visite et de dégager ainsi des logiques d’interprétation.

  • 2 Glossaire critique réalisé par Commission française pour l’UNESCO et qui vise à clarifier la défin (...)

5En filigrane de cet article, nous tenons à souligner l’importance du rôle des médiateurs dans notre société en tant qu’acteurs de la transformation culturelle. Dans le glossaire critique, la « société de l’information »2 Y. Jeanneret (2005, p. 100) signale à propos de la médiation que le travail des médiateurs est mieux compris pour sa richesse ainsi que pour sa dimension créative dès que l’intérêt a porté sur les pratiques de médiation contribuant à la circulation des savoirs dans la société. Rappelons aussi que selon un mouvement de recherche sur l’animation, rattaché à l’ISIAT à Bordeaux, l’objet « culturel » ne doit pas être perçu seulement comme un fait social dont il faut saisir les contours, mais aussi et surtout comme un social en train de se faire, c’est-à-dire une construction et non un simple construit » (Augustin, Gillet, 2000, p. 81).

1.2. Un aperçu des définitions des termes « médiation » et « animation »

6Dans un premier temps, nous procédons à un survol des définitions des termes « animation » et « médiation » afin de mieux les situer ultérieurement (après avoir mentionné les apports des trois désignations de la médiation) l’un par rapport à l’autre.

7Dans le Dictionnaire le Robert, Alain Rey précise que le terme « animation » est emprunté au latin animare, issu lui-même de anima « souffle vital », « âme, animal ». Tandis que le terme « animateur » existait déjà en bas latin (le latin utilisé par le peuple) sous la forme de animator : le créateur, celui qui donne la vie (Rey, vol. 1, 1998, p. 146).

  • 3 TLF du CNRS accessible sur internet : http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8; (...)
  • 4 Voir aussi en Sociologie TLF : SOCIOL., en méthodologie des sciences psychologiques et sociales, l (...)

8Si l’on se réfère au Trésor de la langue française (TLF) du CNRS3, l’animation est définie comme Action de rendre animé, de conférer la vie4. Ou encore comme Action de mettre de la vivacité, de l'entrain. Et pour le terme Animateur – trice : il est mentionné « celui ou celle qui, par son tempérament, ses qualités, par son activité (souvent professionnelle) suscite auprès d'un groupe, d'un public une émulation, un intérêt, un accroissement d'activité ».

  • 5 Notamment : « En cette fin de matinée, l’animation de la rue marchande s’intensifiait de plus en p (...)

9Héloïse De Visscher (2014) illustre par des exemples la variété des emplois du mot « animation » et de « animer »5. Pour elle, tous cependant rendent compte « d’un mouvement, d’une intensité, d’un élan ». Elle rappelle que le mot « animateur » est polysémique car les usages couvrent un vaste champ et s’appliquent à des désignations multiples et distinctes (animateur d’un centre de vacances, animateur sportif, animateur socio-culturel…). À partir de l’origine du mot et de ses observations des faits, cette auteure considère « qu’un animateur, porté par l’énergie galvanisante qui le caractérise, (et ce quel que soit son terrain d’action) tend à mobiliser un groupe relativement à un ou des objectifs ». Elle a pu en effet repérer que « animateur » suppose « terrain d’action », « groupe », « intention de mobiliser », « objectif(s) ». Par exemple, pour ce qui est des objectifs, « un animateur divertit, informe, stimule la connaissance ou le réveil de connaissances, développe les capacités physiques, le sens critique et le sens de la citoyenneté, favorise le bien-être ».

10L’idée essentielle émergeant des définitions de l’animation (ayant pour origine le souffle vital) est de conférer la vie, de mettre de la vivacité, de l’entrain. L’animation est liée par conséquent à la forme donnée par la relation établie avec le public, qui prend un caractère d’émulation, d’élan, et l’animateur quant à lui fait preuve d’« énergie galvanisante » pour susciter un intérêt auprès de ce public. Cette intensité mise en œuvre pour donner vie aux objets, aux personnages ou à des phénomènes dans le contexte muséal serait en mesure de caractériser l’action d’animation en contexte muséal.

11Les chercheurs J. P Augustin et J.C Gillet (2000, p. 15) soucieux d’élaborer une théorie de l’animation retracent la genèse de l’animation sous l’influence de l’éducation populaire dans les années soixante. Selon eux, l’animation ne peut se réduire à une définition générale. La notion se présente d’abord comme « une méthode d’adaptation, d’intégration et de transformation sociales ». Et elle s’inscrit dans cette invention du quotidien au sens de M de Certeau, car il s’agit d’imaginer une démarche favorisant la valorisation différentielle des individus, des groupes et des espaces. Plus fondamentalement, elle peut participer de la production de la société en sollicitant les individus, en mobilisant leurs affects, leurs aspirations, leurs désirs.

  • 6 Médiation - Trésor de la langue Française accessible sur internet : http://atilf.atilf.fr/dendien/ (...)

12Quant à la définition de la « médiation », elle est définie comme le « fait de servir d'intermédiaire entre deux ou plusieurs choses » si nous nous appuyons dans un premier temps sur le Trésor de la langue française6 Les pratiques de médiation qui seront abordées par la suite s’inscrivent aussi dans le cadre de la médiation culturelle. C’est ainsi que la médiation est considérée comme « situation de médiation » si l’on s’en réfère à l’article de B. Dufrêne et M. Gellereau (2007). Cette notion de médiation conduit à s’interroger sur les « questions de structuration et d’appropriation » quand il s’agit de la production ou de la diffusion de la culture (Gellereau, 2004, p. 43). Ainsi dans l’espace de médiation d’une exposition, nous portons intérêt à la médiation entre le public et les objets exposés. Ce qui conduit à relier ce concept de médiation à la communication du musée, plus précisément aux stratégies de communication mises en œuvre par les concepteurs. Ceci revient aussi à analyser les transformations en jeu dans cet espace social que les visiteurs sont en voie de s’approprier.

2. Les trois désignations de la médiation : fondements

2.1. La médiation et la construction du sens par le visiteur

13Le concept de médiation et la médiation comme dispositif (dans le cas du dispositif de mise en situation de rôle de guide) sont développés de manière approfondie dans l’article (Martin, 2015b) – revue Communication & Organisation). Nous reprenons ici succinctement l’essentiel.

14Selon la définition qu’en donnent B. Lamizet et A. Silem (1997, p. 364-365), cet espace de médiation serait un lieu qui se prête à l’appropriation : « les structures de la communication font de l’espace social un espace qui fait l’objet d’une appropriation par tous ceux qui en font partie ». Chercher à comprendre les démarches interprétatives des jeunes visiteurs nous a conduit au cœur de l’approche de la médiation, celle vue sous l'angle de la construction du sens, en nous inspirant des travaux de M Gellereau. Elle mentionne que « sous l'angle de la construction du sens, le sens n'est pas immanent aux objets mais se construit par des sujets interprétants, dans des processus, grâce à des langages et des dispositifs » (Gellereau, 2007, p. 29). Elle invite ainsi à porter intérêt à « la part active » des publics dans la construction du sens (Gellereau, 2007, p. 38).

15Dans son travail de recherche (Habilitation à Diriger des Recherches) lié aux mises en scène de la visite guidée, Gellereau s'intéresse plus particulièrement aux pratiques et processus de communication dans les phénomènes d'appropriation culturelle. Il vise à comprendre le rôle de la communication langagière et des dispositifs de médiation dans la construction d'interactions permettant de construire un « monde commun ». Dans cette perspective, elle s’est appuyée sur les travaux de différents auteurs axés sur l’analyse de l’espace public médiatisé. Il s’agit d’Habermas (1981), à propos des formes d’expression de l’acteur social. Ce théoricien propose une analyse scientifique de la raison en action, dans la pratique communicationnelle sachant que la condition de réussite de cette raison communicationnelle, au cœur de l'acte de communication est l'intercompréhension entre les membres de la communauté concernée.

  • 7 L’espace public « est d'abord et avant tout une réalité phénoménale, une réalité qui advient, et q (...)

16L’approche de L Quéré, orientée sur la sensibilité à la scénarité de l'espace public7 a inspiré Gellereau ainsi que celle de H Arendt pour qui « Le monde commun se construit par la capacité des individus à apparaître en public en offrant des points de vue différents, dans la rencontre des diversités ». Ce sont aussi les études empiriques et modèles de Watzlawick et de Goffman qui ont été sources d’inspiration pour prendre en compte tout ce qui, dans la mise en visibilité, détermine des formes de relation au monde et aux autres, tout en transmettant des contenus. Ce qui a conduit Gellereau à s'intéresser à la notion de médiation dans la problématique de l'espace public comme « monde commun ». L'importance accordée au rôle de la relation dans l'interprétation des messages est un axe essentiel de l'analyse des interactions (dans les dispositifs médiatisés, les scénographies d'une visite…).

2.2 La médiation comme transition

17La médiation comme transition, qui se manifeste à travers les opérations de mise en relation, entre les objets ou espaces de l’exposition, grâce aux médiations de l’exposition :

« Comme "transition" à travers les outils et supports de médiation, les formes de médiation, sont ce qui donne accès à une pratique de l’objet qui en permet l’usage ou participe à la formulation de cette pratique » (Gellereau, 2004 : 18).

18Appliquée dans le contexte d’observation du jeune public, des enfants peuvent s’appuyer sur cette médiation en tant que moyen pour chercher à comprendre. Elle regroupe la médiation par le guidage à l’interprétation (cartels et panneaux), la médiation par la mise en scène de l’exposition, la médiation des accompagnateurs (parents transmetteurs du guidage de l’exposition par exemple), ainsi que d’autres supports de médiation évoqués par les enfants (livres, films documentaires ou de fiction…).

19Les pratiques de médiation fondées sur la médiation comme transition peuvent se manifester à travers les mises en relation entre les objets ou espaces de l’exposition, et les savoirs contenus en partie sur les panneaux, les cartels qui constituent le guidage à l’interprétation. Les médiateurs peuvent aussi procéder à un lien avec une autre exposition sur un sujet similaire, avec d’autres sources documentaires comme des livres, des films documentaires ou jeux multimédia.

20Nous sommes tentée de rattacher cela au dispositif de médiation à caractère organisationnel par la communication, la circulation de l’information, les actions communes, mis en place par les animateurs-(trices) comme évoqué par Augustin et Gillet (2000, p. 170).

● Donner vie à des personnages ou des objets en vitrine, dans le cas de musées d’histoire

21La pratique de médiation peut recourir aux qualités d’animateurs en mesure de « donner vie » ou de donner « une âme » aux objets, pour reprendre les définitions précédemment indiquées. L’animateur joue ce rôle à l’aide de scénarii ou en inventant des mises en scène pour rendre plus « vivante » l’histoire de ces objets. L’animation devient ainsi une des façons de procéder à la médiation entre visiteurs et objets de l’exposition. Ce qui peut présenter un intérêt dans les musées d’histoire où le plus souvent sont regroupés des objets sans que le visiteur puisse toujours deviner l’usage ou imaginer le contexte d’usage à son époque. Des animateurs font preuve d’une « énergie galvanisante » pour inventer une mise en scène ou des moyens pour cette mise en relation entre objets et visiteurs. Ils peuvent présenter un objet encore plus insolite d’une collection non accessible ou un autre objet numérisé sur un iPad pour susciter une comparaison.

22Lors d’une fête nationale de commémoration de l’arrivée des Sœurs Ursulines et Augustines au Québec au 18ème siècle, les animateurs du musée des Ursulines ont monté une pièce de théâtre retraçant les épisodes de la vie des Ursulines. Les personnages évoqués dans l’exposition sont alors mis en scène et leur caractère émerge à travers les situations qui sont retracées. C’est faire appel aux arts de la scène pour faire revivre des étapes du passé. Dans ce cas, la scénette présentée en dehors des murs de l’exposition permet de mieux percevoir ce fragment du passé. Et les animateurs mettent leurs connaissances, leur savoir-faire et leur créativité au service de la médiation de l’exposition, de la compréhension de l’histoire.

23Nous pouvons suggérer d’autres façons de rompre le silence des objets enfermés dans des vitrines. Afin de permettre aux visiteurs de mieux s’approprier l’ambiance par rapport à l’éducation musicale des élèves Ursulines, il s’agirait de sortir des réserves des instruments de musique du 18ème siècle comme ceux présentés dans la salle d’éducation à l’art et de sensibiliser à leur sonorité par l’écoute. Ce sont les animateurs, ou une activité d’animation faisant appel à des musiciens qui feraient vibrer les cordes et proposeraient aux enfants de les toucher, ou de reconnaître la sonorité parmi quelques uns d’entre eux. Des musiciens pourraient interpréter des œuvres ou proposer des comparaisons avec des instruments plus actuels. Ces instruments de musique sont sortis du silence : ils sont mis en scène et résonnent pour s’imprégner de l’ambiance sonore ainsi reconstituée.

● Varier les modes d’approche de l’exposition

24Il s'agit de trouver des situations qui permettent aux enfants d'entrer en interaction avec ces objets qui deviennent des matériaux pour construire leurs propres connaissances, leur agilité dans la manipulation, dans la réalisation graphique… ou encore pour solliciter leur habileté pour créer, pour réaliser en fonction de leur perception de l’exposition, de leur compréhension.

25Mais il arrive parfois que des ateliers ont lieu de manière déconnectée de l’exposition, qui pourraient exister sans l’exposition, sans le musée. Ce qui constitue une dissonance dans la pratique de médiation.

26Les ressorts des pratiques de médiation consistent à faire varier les modes d’approche, comme permettre aux enfants de faire fonctionner leurs sens, prendre le temps d’observer avec des outils adéquats ou de dessiner, de comparer des spécimens avec ceux représentés dans l'exposition ou bien encore de toucher des objets ou des spécimens, de manipuler. Ce sont aussi des espaces dédiés à cette animation qui peuvent favoriser la médiation entre objets et public. Nous encourageons la prise en compte de ces espaces au moment de la conception des expositions.

● Des médiateurs pour une présentation d’ensemble

27En France, dans les Centres de Culture Scientifique, Technique et Industrielle CCSTI, il est proposé des ateliers où les enfants explorent en petits groupes l’espace de l’exposition qui peut être décomposé en sous-thématiques. L’intervention des médiateurs dans le domaine des sciences consiste à présenter l’ensemble de l’exposition repartie en ateliers identifiés par des maisons par exemple. Elle joue le rôle aussi de guidage des enfants en leur indiquant la consigne si ceux-ci ne l’ont pas devinée ou pas comprise ou plutôt si elle ne correspond pas à leur mode d’appréhension. Pour un public encore plus jeune (de 3 à 6 ans), ce type d’intervention devient incontournable. Pour des enfants de 7 à 11 ans, les expositions interactives de sciences prévoient de découvrir par soi-même.

● Des médiateurs pour pallier les limites d’un dispositif muséal de Centre de Sciences - CCSTI

28Nous citons à présent des situations dans lesquelles les médiateurs sont amenés à intervenir pour palier des dysfonctionnements lors de la conception. Il est assez fréquent de voir que les médiateurs sont amenés à réguler le déroulement de la visite de ces groupes, pour compenser l’inadaptation ou la complexité de dispositifs muséaux dont la consigne n’est pas bien formulée, ou l’explication sur le résultat à obtenir est insuffisante ou lorsque le propos d’un espace de jeu ne va pas de soi. Les médiateurs scientifiques interviennent pour permettre cette médiation comme transition. L’introduction de technologies interactives de manière insuffisamment maîtrisée lors de la conception peut générer une surcharge d’informations qui rend plus complexe le fonctionnement à plusieurs joueurs.

29En règle générale, le médiateur intervient pour préciser l’objectif du jeu et les règles pour y parvenir. Si les dispositifs interactifs sont prévus pour un fonctionnement autonome, dans ce cas présent il est alors obligé d’intervenir pour réguler les actions des joueurs. Son rôle indispensable consiste à décomposer la complexité du jeu, et ainsi palier l’inadaptation de toute évidence à ce tout jeune public (3 - 5 ans).

2.3. La médiation comme intermédiaire - dans le cas des musées d’histoire ou d’archéologie

30La médiation comme intermédiaire est définie comme le passage d’un monde à un autre :

« Comme « intermédiaire » la médiation est fondée sur l’idée de séparation des mondes et de négociation d’un sens acceptable ou compréhensible par les différents mondes. S’il s’agit d’un dispositif, on pourrait dire qu’il joue un rôle de mise en relation de mondes différents » (Gellereau, 2004 : 14).

31Appliquée dans le contexte d’observation du jeune public, elle se compose du monde du jeune visiteur (en référence à ses parents, à l’école, aux copains ou copines, aux livres ou aux films etc.), du monde de l’exposition (objets, activités, concepteurs) et du monde des scientifiques (les experts du sujet traité).

32Ce rapprochement entre des mondes peut avoir des similitudes avec le dispositif de médiation à caractère relationnel, par la construction et l’utilisation d’espaces et de temps permettant la rencontre de groupes de populations et d’autres acteurs mis en place par l’animateur professionnel en référence à Augustin et Gillet (2000, p. 170). En effet, les mises en relation peuvent porter sur des mondes issus d’espaces disparates ou provenant de périodes temporelles différentes.

33Dans le cadre de l’exposition Pirates ou Corsaires ? au Musée Pointe à Callières à Montréal, les enfants ont l’opportunité d’être sur un navire d’une grandeur proche de la réalité pour découvrir la vie de Corsaires. Pour profiter de cette scénographie originale, une activité de médiation consisterait à proposer aux enfants de jouer en équipe les différents rôles attribués aux membres de l’équipage, le capitaine et ses matelots afin de renforcer le vécu d’expériences. À travers ses qualités pour mettre de l’entrain, l’animateur peut susciter une émulation auprès du jeune « équipage » par l’organisation de jeux de rôles et en invitant les enfants à revêtir le costume approprié (ou symbolisant le personnage chargé d’une mission) et ainsi à entrer dans la peau des personnages. Il stimule ainsi chez les visiteurs l’identification à ces différents personnages liés aux postes attribués sur le navire et à leurs tâches en fonction des différents moments qui peuvent rythmer leur journée. En vivant ces expériences, les enfants sont en mesure de se rendre compte de manière plus pertinente de ce que pouvaient être les conditions de vie sur un navire et la mission du capitaine. Dans ce cas, c’est la médiation comme intermédiaire sur laquelle s’appuyer pour suggérer cette animation, le monde réel celui du navire sur lequel se trouvent les enfants et le monde des corsaires avec leur mission. S’imprégner d’un milieu nouveau pour les enfants et se projeter ainsi dans ce monde reconstitué (dimension ludique de la visite) ne peuvent que contribuer à une découverte active de la vie de Corsaire.

  • 8 Les Corsaires ne partaient pas à l’attaque de navires puisqu’ils répondaient aux attentes du Roi L (...)

34Sur l’un des murs de l’exposition est projeté un film (conçu par la société Ubisoft avec des images de synthèse) simulant une scène de capture d’un navire. Cela se rapproche plus de la situation de Pirates qui attaquent un navire pour le piller et le détruire contrairement à la mission des Corsaires8 privilégiée par les concepteurs de l’exposition qui souhaitent que le public reconnaisse qu’il s’agit bien d’un navire de Corsaires (et non de Pirates). Au moment de la projection du film, des « guides-animateurs (-trices) » selon le terme employé au Québec lèvent les bras en direction des personnages du film comme pour accompagner les pirates qui attaquent le navire, tout en poussant des cris pour simuler qu’ils attaquent aussi le navire. Ils sont souvent imités ou ils invitent les visiteurs à faire de même. Ce geste des guides-animateurs est en décalage par rapport au rôle de corsaire proposé aux enfants sur le navire, introduit par le personnage d’Iberville, et risque de semer la confusion. Si bien que la sensibilisation des visiteurs au fonctionnement du navire et à la mission assignée à l’équipage pourrait bien tomber dans l’oubli.

2.4. La médiation comme lien

35Concernant la troisième désignation, celle du lien, Gellereau s’inspire des chercheurs Lamizet et Wolton (1992 et 1997). La médiation comme lien

« (…) permet à chacun de prendre conscience des formes de son rapport au monde et le médiateur ou le dispositif de médiation, jouent un rôle intégrateur dans l'institution ou la société au travers de dispositifs qui organisent la relation du sujet au monde » (Gellereau, 2004 : 21).

36Elle trouve sa place quand des liens sont établis entre le jeune public et l’institution muséale. Des passages d’un monde à un autre, de leur monde vers le monde de l’exposition, et vers le monde des scientifiques ou des historiens, archéologues. Ce qui peut être rattaché au dispositif de médiation à caractère institutionnel par l’établissement de relations (groupes de populations, experts, décideurs) vers une négociation pour une prise de décision comptant parmi les dispositifs de médiation mis en place par l’animateur professionnel, identifié par Augustin, Gillet (2000, p. 170).

37Une animation pertinente autour de la scénographie est un moyen pour réaliser ces liens, pour une prise de conscience des différents métiers exercé par le personnel du musée ou qui gravitent dans la mise en place de l’exposition (l’apport des experts, des chercheurs dans le domaine).

38À propos d’une stèle d’un enfant présentée dans un musée, des jeunes visiteurs sont tentés de demander « De quoi est-il mort ? ». Le médiateur peut questionner l’enfant pour savoir s’il a une idée sur ce qui permettrait d’apporter des éléments de réponse. Le lien pourrait alors être fait avec le métier d’archéologue, en quoi il consiste, les méthodes de travail et les liens entre archéologues et le musée. Il arrive que ces métiers soient évoqués lors des visites. Cette prise en compte du musée devient parfois une thématique de la visite en insistant sur sa mission.

39C’est en effet à travers l’évocation de la « fabrication » de l’exposition, la provenance des objets exposés, leur installation dans le musée, la participation des scientifiques pour l’apport des connaissances sur le sujet qu’il est possible de sensibiliser les enfants sur ces collections qui font partie du patrimoine des citoyens, et donc des visiteurs. Ce qui participe à la culture muséale des enfants, s’interroger sur la réalisation d’une exposition, sur ce qui contribue à sa mise en place.

3. Articulation entre médiation et animation

  • 9 L’étude de l’expérience s’est appuyée sur les ouvrages de J. Caune, de J. Dewey sur l’expérience e (...)
  • 10 Cela est le cas au Palais de la découverte où les expositions temporaires sur les dinosaures, l’ex (...)

40Notre recherche sur l’expérience9 de visite des enfants dans le cadre des loisirs (en famille) nous a conduit à observer ce qu’ils « fabriquent » dans l’espace de médiation de l’exposition, leurs fabrications culturelles en référence au philosophe M. de Certeau (2005) à propos de la culture « ordinaire » et des « arts de faire ». Nous avons pu observer (Martin, 2011) que les expositions temporaires (Le festin des dinosaures ou Ombres et lumière10) pour lesquelles la médiation sensible est particulièrement travaillée par les concepteurs, sont des expositions qui suscitent le vécu de riches expériences. L’expérience esthétique tient alors une place prépondérante. Les mises en situations dans un rôle (matelot, archéologue) sont aussi des occasions de vivre des expériences. Au cours de ces expériences vécues, le personnel chargé de la médiation veille à permettre aux jeunes visiteurs de construire une cohérence d’ensemble, à relier expérience esthétique et exploration de connaissances. Il s’agit alors d’aider à la prise de distance et au sens critique. Les pratiques de médiation consistent à accompagner les visiteurs au cours de leurs explorations pour les aider à comprendre la consigne des manipulations interactives ou compléter les commentaires fournis par les panneaux ou cartels quand les visiteurs sont freinés par le fonctionnement d’un dispositif. Mais il est aussi possible de recourir à l’imagination, aux ressorts de l’animation à travers la mise en scène dans leur action d’accompagnement des visiteurs. En effet, parmi les définitions précédemment évoquées, il a été mentionné que l’animateur suscite auprès d'un public une émulation, un intérêt, un accroissement d'activité (TLF). L’activité d’animation est caractérisée par « un mouvement, une intensité, un élan » et par « une énergie galvanisante » portée par l’animateur (-trice) qui tend à mobiliser un public selon un ou des objectifs (de Visscher, 2014).

  • 11 « Le sens est donc le résultat d’une opération d’interprétation » extrait de la définition du term (...)

41Les objectifs de l’animation comme informer, stimuler la connaissance ou le réveil de connaissances, développer le sens critique et le sens de la citoyenneté, favoriser le bien-être peuvent trouver leur place dans un contexte muséal dans la mesure où celle-ci suscite des activités de construction de sens11 chez les visiteurs, en vue de favoriser ou de renforcer ainsi leur appropriation de cet espace social, l’espace de médiation. Dans cette perspective, l’animation est une forme de mise en relation « énergisante » ayant un rôle facilitateur ou catalyseur pour donner vie à des objets, des personnages ou des phénomènes et contribuer au vécu d’expériences. Elle intervient plus particulièrement dans ce qui relève de la mise en scène de la pratique de médiation muséale.

  • 12 C’est-à-dire « un ensemble de comportements mis en œuvre dans la réalité concrète quotidienne de s (...)

42À propos de cette habileté pour l’animateur(trice) à élaborer des scénarii, Augustin et Gillet (2000, p. 169) considèrent qu’elle constitue une véritable compétence12 et ils nomment « intelligence stratégique des situations » la fonction de médiance de l’animateur, opérateur de médiations. Plus précisément,

« Elle signifie un lien entre connaissance et actions ; elle intègre savoir, savoir-faire et savoir-être ; elle est conceptuelle et pratique, transversale ; elle suppose une fluidité du comportement ; elle permet de savoir lire entre les lignes, de percevoir de comprendre les enjeux, de construire des liens pour résoudre des problèmes. »

43Ce n’est qu’en situation, avec un contexte, des interactions, des rapports de force que cette habilité, cette ingéniosité existe (Augustin, Gillet, 2000, p. 170).

44Les pratiques de médiation visent aussi à relier des mondes, celui des enfants, des objets du musée et des personnes qu’elles soient issues du musée (concepteurs, taxidermistes, archivistes, experts) ou issues du domaine scientifique traité (chercheurs, archéologues…). L’imagination des animateurs-trices peut-être alors à l’œuvre pour apporter des éléments extérieurs à l’exposition servant à renforcer le propos, ou à effectuer des comparaisons entre le présent et le passé par exemple. Cette mise en scène peut présenter des formes aussi diversifiées qu’une manipulation dans un laboratoire expérimental, que par l’image (photographies, films), par la musique, par l’expression théâtrale. Notons que parmi les dispositifs de médiation mis en place par l’animateur(trice) ingénieur social et culturel, un dispositif de médiation à caractère symbolique à travers des moments de créativité, des manifestations conviviales est signalé par Augustin, Gillet (2000, p. 170). L’animation s’articule en quelque sorte à la médiation quand elle renforce son effet grâce à la mise en scène pleine d’entrain et d’émulation.

45En guise de conclusion, les pistes qui ont été suggérées selon les trois désignations de la médiation (médiation comme transition, comme intermédiaire et comme lien) sont en mesure d’ouvrir de nouvelles voies en matière de médiation muséale pour le jeune public ou de pointer les écueils éventuels de pratiques existantes. L’espace de médiation est un espace qui suscite l’interprétation et donne des occasions de vivre des expériences. L’animation contribue à la médiation muséale à condition d’avoir la préoccupation de créer un lien entre le public et ce qui est exposé, le propos ou les objets. Une animation qui n’établit pas de lien avec le propos de l’exposition court le risque de constituer un divertissement, voire une confusion dans la mesure où le public ne perçoit pas de cohérence avec l’exposition. En revanche, l’animation en tant qu’« énergie galvanisante » portée par l’animateur ou l’animatrice procure une intensité à cette relation en mettant en exergue certains aspects traités dans l’exposition et peut constituer un facilitateur pertinent dans la mise en relation entre public et exposition. C’est bien à travers la mise en scène de cette mise en relation entre les visiteurs et l’exposition que l’animation trouve sa place dans les activités de médiation au musée. L’imagination des animatrices et animatrices, et sa concrétisation sous la forme d’un scénario de visite approprié à la situation de médiation constituent des ressorts précieux pour les pratiques de médiation.

Bibliographie

Bibliographie

AUGUSTIN Jean-Pierre, GILLET Jean-Claude (2000), L’animation professionnelle : histoire, acteurs, enjeux, L’Harmattan, Collection Débats Jeunesses CAUNE Jean (2008), Pour une éthique de la médiation : le sens des pratiques culturelles, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, Coll. « Communication, médias et sociétés »

CERTEAU (de) Michel (2005), L’invention du quotidien. Arts de faire (2e éd.), Paris, Folio essais

DEWEY John (2006), Œuvres philosophiques III. L’art comme expérience, Pau, Éditions Farrago DUFRÊNE Bernadette, GELLEREAU Michèle (2004), « La médiation culturelle : enjeux professionnels et politiques ». In Les Sciences de l'Information et de la Communication. Entre science et professionnalisation, no 38, Hermès, CNRS éditions, p. 199-206

GELLEREAU Michèle (2007), « Pratiques culturelles et médiation ». in Sciences de l'information et de la communication : objets, savoirs discipline, OLIVESI Stéphane (dir.), Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, p. 31-42

GELLEREAU Michèle. (2004), Construire un monde culturel commun. Pratiques langagières et formes de médiation. Vol. 1 – Parcours de recherche et synthèse des travaux. Habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication (sous la direction de Bernard Delforce), Villeneuve-d’Ascq, Université Lille 3.

GOFFMAN Erving (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Éditions de Minuit (Œuvre originale publiée en 1974)

HABERMAS Jürgen (1981), (trad. franç. 1987), Théorie de l'agir communicationnel, Paris, Fayard.

http://www.cairn.info.ressources.univpoitiers.fr/resume.phpID_ARTICLE=CIPS_103_0579#anchor_plan

JEANNERET Yves (2005), « Médiation », in La « société de l’information » : glossaire critique, Documentation française, p. 105-107

JEANNERET Yves (2005), « Sens », in La « société de l’information » : glossaire critique. Documentation française. p. 126-128

JEANNERET Yves (2008), Penser la trivialité. Vol. 1, La vie triviale des êtres culturels. Éditions Hermès-Sciences-Lavoisier

LAMIZET Bernard, (1992). Les lieux de la communication. Mardaga.

LAMIZET Bernard, SILEM Ahmed (1997), « Médiation », Dictionnaire encyclopédique des sciences de l’information et de la communication, Paris, Éditions Ellipses, p. 436-437

MARTIN Thérèse (2011), L’expérience de visite des enfants en musée de sciences dans le cadre des loisirs : les logiques d’interprétation et enjeux d’un dispositif communicationnel, Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Michèle GELLEREAU, Villeneuve d’Ascq, Université Lille 3

MARTIN Thérèse (2015a), « Motivations à mettre en lumière la culture muséale des enfants : un enjeu de valorisation de l’éducation non formelle », Éducation et francophonie, 43(1), p. 63-79. Accessible sur internet : http://www.acelf.ca/c/revue/pdf/EF-43-1-063-MARTIN.pdf

MARTIN Thérèse (2015b), « Enjeux de la médiation : appui d’un dispositif méthodologique communicationnel et concept pour comprendre l’interprétation des enfants en contexte muséologique », Communication & Organisation, 48, p. 167-184. Accessible sur internet : https://communicationorganisation.revues.org/5121 ou http://www.cairn.info.ressources.univ-poitiers.fr/revue-communication-etorganisation-2015-2-page-167.htm

MARTIN Thérèse (2016), « Des figures d’enfants-interprètes dans le cadre des loisirs, sources d’inspiration pour la visite scolaire et les modes de transmission », Revue du Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines. Accessible sur internet : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01397580/document

QUÉRÉ Louis (1992), « L’espace public : de la théorie politique à la métathéorie sociologique » in Les espaces publics, Quaderni, no 18, automne 1992, p. 81.

QUÉRÉ Louis, (1992), « L’espace public : de la théorie politique à la métathéorie sociologique » in Les espaces publics, Quaderni, no 18, automne, p 81.

REY, Alain (dir.), (1998), Le Robert, dictionnaire historique de la langue française, tome 1, Paris, Le Robert

Trésor de la langue Française « Animation ». Accessible sur internet : http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=3743474205

Trésor de la langue Française « Médiation ». Accessible sur internet : http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=3743474205

VISSCHER (de) Héloïse (2014), « Éthique, déontologie : des questions d'animation », Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, numéro 103, (3), p. 579-610. Accessible sur internet :

WOLTON Dominique, (1997), Penser la communication. Paris : Flammarion.

Notes

1 Dans le cadre de son travail sur les dispositifs filmiques de médiation, repris dans son Habilitation à Diriger des Recherches.

2 Glossaire critique réalisé par Commission française pour l’UNESCO et qui vise à clarifier la définition et les enjeux de la société de l’information par la conduite d’une réflexion collective sur la notion dans sa globalité et sa complexité.

3 TLF du CNRS accessible sur internet : http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=233979330

4 Voir aussi en Sociologie TLF : SOCIOL., en méthodologie des sciences psychologiques et sociales, l'animation est la propriété générale des méthodes de conduite des groupes, méthodes qui ont pour but d'accroître la participation et de favoriser la progression du groupe vers ses objectifs.

5 Notamment : « En cette fin de matinée, l’animation de la rue marchande s’intensifiait de plus en plus »… « Emportés par leur élan, ils discutaient avec animation »…

6 Médiation - Trésor de la langue Française accessible sur internet : http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=3743474205

7 L’espace public « est d'abord et avant tout une réalité phénoménale, une réalité qui advient, et qui se manifeste comme phénomène sensible, à travers les pratiques sociales » ; extrait de Quéré (1992).

8 Les Corsaires ne partaient pas à l’attaque de navires puisqu’ils répondaient aux attentes du Roi Louis XIV – rappelé dans cette exposition à travers la parole ou texte du personnage le Capitaine d’Iberville à l’entrée de l’exposition. Contrairement aux pirates, qui pillaient et volaient sans distinction, ils défendaient le territoire de la Nouvelle-France contre les attaques des navires ennemis.

9 L’étude de l’expérience s’est appuyée sur les ouvrages de J. Caune, de J. Dewey sur l’expérience esthétique, et de E. Goffman sur les cadres de l’expérience.

10 Cela est le cas au Palais de la découverte où les expositions temporaires sur les dinosaures, l’exposition le festin des dinosaures en est un exemple. Elle a pu attirer un jeune public très sensible à la présentation animée de dinosaures de taille presque réelle, et impressionné par les griffes ou les dents tranchantes. Il en a été de même pour l’exposition temporaire Ombres et lumière à la Cité des enfants de la Cité des Sciences à Paris recréant une ambiance associant arts et sciences.

11 « Le sens est donc le résultat d’une opération d’interprétation » extrait de la définition du terme « sens » in La « société de l’information » : glossaire critique. Documentation française (p 126).

12 C’est-à-dire « un ensemble de comportements mis en œuvre dans la réalité concrète quotidienne de son travail, permettant une intervention moins aléatoire par l’articulation intégrée d’aptitudes, de traits de personnalité, de savoir et de savoir-faire ».

Auteur

Chercheuse, membre associé au Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l'art et Musicologie (CRIHAM) EA 4270, Université de Poitiers

© Carrières Sociales Editions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search