Version classiqueVersion mobile

L’animation socioculturelle : quels rapports à la médiation ?

 | 
Luc Greffier
, 
Sarah Montero
, 
Pascal Tozzi

2ème Partie. Animation socioculturelle et médiation, des modalités de régulations collectives et politiques ?

De la décentralisation de la médiation dans les pays en situation post-crise : cas des services socioculturels et de promotion humaine des mairies du District autonome d’Abidjan

Emmanuel Gala Bi Tizie et Roland Bini Koffi

Texte intégral

Problématique introductive

1De son accession à l’indépendance en 1960 aux années 1990, la Côte d’Ivoire a connu une relative stabilité sociopolitique et économique. La décennie suivante, quant à elle, a été marquée par plusieurs événements dont les plus significatifs sont : le décès du père fondateur de la nation (décembre 1993) qui va donner lieu à une crise de succession et la dévaluation du franc CFA (janvier 1994). Tous ces facteurs réunis ont milité à l’avènement de crises sociopolitiques vers la fin du 20ème siècle et surtout au début du 21ème siècle. Dès le mois de septembre 2002 en effet, le pays connaît une crise militaro-politique qui a atteint son pic à la suite des élections présidentielles de 2010. Les ivoiriens ont dû faire face aux affres d’une guerre qui opposait les hommes armés du candidat challenger (Alassane Dramane Ouattara) et les forces de défense et de sécurité (FDS) restées fidèles au candidat sortant (Laurent Gbagbo). Au sortir de cette crise, la population ivoirienne reste divisée : d’un côté les pro-Gbagbo, de l’autre les pro-Ouattara. Dès lors, depuis 2011, le défi de la médiation, voire de la réconciliation des ivoiriens reste une priorité de développement. En situation de reconstruction après ce conflit militaro-politique, la Côte d’Ivoire est en passe de réussir son redressement infrastructurel et économique. Elle apparaît comme un exemple de redressement économique après une dizaine d’années de crise. Le taux de croissance économique était de 8,4 % en 2015 (Alby, 2016).

2Cependant, la réconciliation des ivoiriens soulève encore des interrogations, ce malgré des dispositions macrosociales. Les politiques essaient, tant bien que mal, de réconcilier les populations et surtout de parer à toutes les éventualités de reprise des hostilités. Pour autant, l’adhésion de la population au discours politique reste partielle. De fait, le chantier de la réconciliation est inachevé. Malgré les initiatives de l’Etat symbolisées par la création de structures de médiation nationale et régionale (Commission Dialogue Vérité et Réconciliation en 2011, Commission Nationale de la Cohésion en 2015, Ministère chargé de la Cohésion en 2016, désignation d’un médiateur de la République et de médiateurs régionaux), de nombreuses personnes, dans plusieurs régions du pays, continuent d’exprimer leur désarroi quant à leur prise en compte dans le processus de réconciliation et de réparation. Ainsi, pendant que les campagnes de réconciliation et de réparation des préjudices sillonnent les régions ivoiriennes, et quand bien même que les acteurs politiques se muent en acteurs de médiation, tout ceci étant relayé par les médias publics, l’on assiste encore à des affrontements partiels.

3De fait, une exploration de l’espace social ivoirien permet de se rendre bien compte que la tension reste vive, et que la moindre divergence politique devient un facteur déclencheur de disputes et même d’affrontements. Les élections présidentielles de 2015 et le référendum pour l’adoption d’une nouvelle constitution en 2016 ont donné lieu à des révoltes ciblées, des saccages de bureaux de vote, des affrontements partiels à Abidjan et à l’intérieur du pays. Ce sont là des preuves manifestes des difficultés liées au processus de médiation mis en place pour ramener la paix. Or, les structures décentralisées, notamment les mairies, de par leurs Services Socioculturels et de Promotion Humaine (SSCPH), se doivent d’appuyer l’Etat dans ses actions sociales dont la médiation. Plus proche des populations, elles ont le devoir de promouvoir la cohésion locale. De fait, la politique de décentralisation de la Côte d’Ivoire fait des communes le premier cadre de rapprochement entre le politique, l’administration et les populations. En d’autres termes, les mairies (de par leur organisation et fonctionnement) sont censées être les premiers relais de l’action médiatrice entre groupements politiques de soutien à l’opposition ou au pouvoir.

4La présente analyse pointe du doigt la médiation post-crise en Côte d’Ivoire et s’interroge sur le rôle joué par les structures décentralisées. Pourquoi la médiation au sein des collectivités territoriales reste-t-elle inefficace ? Telle est la question à laquelle cette communication tentera de répondre en s’appuyant sur le cas des communes d’Abobo et de Yopougon, deux communes symboliques de la contradiction politique en Côte d’Ivoire (la première jugée favorable à Alassane Ouattara et la seconde à Laurent Gbagbo).

  • Quelle est la situation de la médiation dans le processus de réconciliation dans ces deux communes ?

  • Quelles sont les difficultés liées à l’action médiatrice des Services Socioculturels et de Promotion Humaines (SSCPH) ?

  • A quelles conditions la médiation initiée par les structures décentralisées (dans un processus de réconciliation) peut-elle être efficace ?

5Avant de répondre à ces questions, il convient de décrire l’approche méthodologique qui a servi d’appui à l’analyse du problème.

1. Approche méthodologique

1.1. Champ géographique, social et échantillon

6Les dispositifs et lieux de médiation doivent être mis respectivement avec leurs conditions socio-historiques d’émergence (Gaillard et Durif, 2007). En d’autres termes, il existe une adéquation entre les lieux de conflits et leur résolution par la médiation. Le choix du champ géographique et social a donc tout son sens.

7Cette étude s’est spécifiquement déroulée dans les communes d’Abobo et de Yopougon. Ce sont deux communes au nord du District autonome d’Abidjan, séparées par la forêt du Banco (Voir carte ci-après).

8Selon le recensement général de la population ivoirienne (RGPH, 2014), Yopougon et Abobo sont respectivement les communes les plus grandes et les plus peuplées du district d’Abidjan. De ce point de vue, aborder la question de médiation dans lesdites localités est une question de représentativité et de pertinence.

9En effet, ces deux communes symbolisent à elles seules les deux grandes tendances opposées pendant la crise post-électorale en Côte d’Ivoire. Abobo étant une commune dominée par les militants du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), et Yopougon dominée par les militants de La Majorité Présidentielle (LMP) (Commission Electorale Indépendante, 2010). Majorité ou pas, chacune des deux communes compte des militants des deux groupements politiques susmentionnés.

10C’est sur cette base que l’analyse de l’action médiatrice a été entreprise au sein des deux communes. Les données de l’enquête ont été recueillies auprès de 24 personnes issues de différents bords politiques.

11A Abobo comme à Yopougon, voici les caractéristiques des acteurs interrogés :

  • 4 groupements de soutien au RHDP (dont 2 à Abobo et 2 à Yopougon) ont été investigués, à raison de 03 personnes par groupement, soit 12 enquêtés ;

  • 4 groupements de soutien à LMP (dont 2 à Abobo et 2 à Yopougon) ont été interrogés, à raison de 3 personnes par groupement, soit 12 enquêtés.

12Les groupements de soutien enquêtés sont donc au nombre de 8, à raison de 3 personnes interviewées par groupement.

13Aussi, 4 responsables de Services Socioculturels et de Promotion Humaine (2 personnes à la mairie d’Abobo et 2 autres à la mairie de Yopougon) ont été interrogés.

14En somme, la taille de l’échantillon est de 28 individus qui ont donné leur avis sur la décentralisation de la médiation. Il s’agit ici de la technique d’échantillonnage au jugé.

1.2. Nature de l’étude, outil et méthode d’analyse

15Cette analyse, purement qualitative, vise à comprendre et à expliquer les contraintes liées à la décentralisation de la médiation en Côte d’Ivoire, spécifiquement dans les communes d’Abobo et de Yopougon. La technique d’entretien semi-directif a permis de collecter les informations utiles. Les guides d’entretien sont constitués des rubriques suivantes :

  • Caractéristiques sociales des enquêtés ;

  • Etat des lieux de la médiation dans les communes ;

  • Les difficultés liées à la médiation ;

  • Les conditions d’une médiation locale efficace.

16Deux méthodes ont servi à l’analyse et l’interprétation des résultats d’enquête : l’analyse de contenu et l’analyse dialectique.

2. Résultats

2.1. Décentralisation de la médiation dans le processus de la réconciliation : état des lieux

• Approche conceptuelle de la décentralisation de la médiation

17La médiation est un mode possible de traitement de la dimension conflictuelle des relations humaines ; c’est une approche clinique qui restitue la singularité du conflit, de son vécu et de son traitement… le maire ou la mairie fait partie des acteurs à qui l’on a traditionnellement (et à postériori) confié la médiation (Gaillard et Durif-Varembont, 2007).

18Dans le contexte ivoirien, la décentralisation de la médiation renvoie d’abord au transfert du rôle de médiateur, de l’Etat aux structures de l’administration décentralisée (Loi no 2003-208 du 07 juillet 2003), notamment aux mairies. La médiation est dans cette analyse appréhendée comme « régulateur » du lien social. Ce lien social est dual, donc nourrissant à la fois les interactions entre les acteurs et les résultats de ces interactions (Gaillard et Durif-Varembont, Op. cit.). Elle renvoie ensuite à la notion de médiation culturelle, au regard de la nature même des Services Socioculturels et de Promotion Humaine (SSCPH). Parler donc de la décentralisation de la médiation culturelle, c’est aller au-devant des gens avec des actions culturelles (Legault, 2012).

• Etat des lieux de la médiation à Abobo et à Yopougon

19Un bilan effectué auprès des responsables de Services Socioculturels et de Promotion Humaine a permis d’apprécier les actions médiatrices menées dans les communes d’Abobo et de Yopougon.

20D’après l’un des responsables du Service Socioculturel et de Promotion Humaine d’Abobo interrogé, « la réconciliation est une réalité dans la commune ». Et pour preuve, il affirme : « aujourd’hui, la liberté d’expression, de déplacement, de mouvement, de travail est de mise ». Ces déclarations mettent en évidence l’accalmie manifeste dans le pays après la crise post électorale.

21A l’opposé, les acteurs et membres des groupements de soutien aux politiques (dans leur ensemble) estiment que « la réconciliation n’est pas totale entre les populations ». A cet effet, un responsable de groupement de soutien au RHDP note : « cette situation est due essentiellement à l’indemnisation inachevée », tandis que pour un autre responsable de groupement politique de soutien à LMP : « c’est une affaire de justice du vainqueur ». Ces déclarations font ressortir deux facteurs, plus ou moins contradictoires, dont la prise en compte est nécessaire dans la médiation post-crise : l’indemnisation des victimes de la crise et la notion de « justice de vainqueur ». Dans le cas ivoirien, l’inachèvement du premier facteur donne naissance au second.

22Pour les SSCPH des mairies, il s’agit de contribuer à la promotion des potentialités humaines et culturelles locales. Le faisant, ledit service aide la mairie à résoudre les inégalités et à favoriser le « vivre ensemble » tant prôné. C’est dans cette logique que le SSCPH se doit d’organiser souvent des activités physiques, sportives, culturelles et de loisir ; l’objectif étant de renforcer les liens sociaux entre les populations. Ces dernières, dans leurs diversités (enfants, jeunes, adultes, vieux, hommes, femmes) sont prises en compte.

○ Action médiatrice du SSCPH d’Abobo depuis 2011

23Les actions de médiation réalisées par le SSCPH de la mairie d’Abobo ne sont pas spécifiques à cette commune, il s’agit d’actions classiques ou nationales. En d’autres termes, la médiation culturelle dans cette localité a consisté à l’organisation d’activités sportives ou culturelles regroupant des personnes de différents quartiers. Aux dires d’un responsable de cette direction : « ces actions rentrent dans le cadre des actions nationales. Abobo a bénéficié de financement d’un projet de réconciliation de l’Union Européenne ». Ce projet, dénommé Projet d’Appui à la Réconciliation et à la Cohésion Sociale (PARCS), a duré trois ans (2014-2016) et visait à promouvoir la cohésion sociale par des activités artistiques, culturelles et sportives.

24En termes de fréquence d’activités visant spécifiquement à réconcilier, le même responsable précise : « il faut dire qu’en matière de réconciliation à proprement parler, en dehors du projet de l’Union Européenne (UE), nous-mêmes n’avons pas mené d’activités ».

25Au niveau de la démarche, convient-il de convier la population ou d’aller vers elle ? Répondant à cette préoccupation, un responsable de la mairie d’Abobo évoque la stratégie d’approche du SSCPH :

« Nous nous appuyons essentiellement sur notre répertoire. Nous avons des mouvements et associations enregistrés au SSCPH. Cette liste d’associations est notre première source de contact avec les populations. Nous avons les contacts des responsables. Donc, dès qu’il y a une activité, nous les convions ».

26Toutefois, le même responsable note : « nous ne nous appuyons pas sur les structures politiques justement pour ne pas impliquer la politique dans nos activités ». Cette affirmation relève purement et simplement de la marginalisation d’une tranche de la population du fait de sa position politique, alors qu’il est question d’un service public.

○ Action médiatrice du SSCPH de Yopougon depuis 2011

27A Yopougon, le service socioculturel et de promotion humaine reste dans la logique de la mairie d’Abobo. A titre d’exemple, un responsable du SSCPH de cette commune témoigne : « nous sommes chargé de proposer et d’organiser des activités socioculturelles, artistiques et sportives visant à rapprocher les populations. C’est en cela que nous sommes des acteurs de médiation… on s’en tient aux associations de jeunesse, de femmes et de personnes du 3ème âge ».

• Synthèse de l’action médiatrice au niveau de ces deux communes

28A Abobo comme à Yopougon, la situation post-crise n’a pas modifié la démarche d’intervention de la mairie et des acteurs ciblés. Les SSCPH sont restés fidèles à leurs stratégies traditionnelles, à savoir, travailler avec les associations apolitiques, tout en évitant les groupements politiques de soutien, spécifiquement ceux de l’opposition.

29Pour autant, à Abobo comme à Yopougon, lesdits services précisent avoir bénéficié d’un appui commun pour un projet de réconciliation. Les personnes qui ont pris part à ces activités « sont issues d’associations de tous les quartiers des deux communes », aux dires des responsables de mairie chargés de conduire le projet. D’après le rapport final du projet, les bénéficiaires étaient les suivants : les autorités locales et les leaders communautaires ; les populations des 2 communes ; les organisations associatives (de jeunes et de femmes) ; les acteurs socioculturels et sportifs ; les agents et cadres des 2 mairies.

30Ainsi, le bilan du projet PARCS fait état d’activités communes et distinctes visant à rapprocher les populations.

31L’essentiel de l’action médiatrice des SSCPH des mairies d’Abobo et de Yopougon se résume dans ce projet PARCS. Cependant, la mise à l’écart de certains groupements politiques limite l’impact de cette forme de médiation.

○ Que pensent les groupements de soutien aux partis politiques de la décentralisation de la médiation ?

32A Abobo, un responsable de groupement de soutien à l’opposition affirme ce qui suit : « nous n’avons jamais été convié par la mairie pour une activité,…, en tout cas pas en ma connaissance ».

33Selon un groupement de soutien au pouvoir à Yopougon : « une fois, nous avons été conviés à la mairie pour un truc avec l’UE. Mais bon, on est allé applaudir et puis on est revenu à nos habitudes. Et puis c’était pas dans le cadre de rapprocher les groupements politiques ».

34Ces affirmations démontrent que la médiation culturelle via les SSCPH des mairies de ces deux communes est « au point mort ». En effet, alors que les militants proches de l’opposition se sentent exclus des activités menées, certains du parti au pouvoir y participent par conformisme, sans rien y comprendre.

2.2. Les difficultés liées à la médiation

• Entre groupements de soutien : la rupture de la communication

○ Les difficultés rattachées aux SSCPH

35En matière de médiation culturelle, le rétablissement de la communication entre les différents groupes est un préalable. En l’absence de celle-ci, la première difficulté que rencontrent les SSCPH est l’engloutissement de leurs efforts dans des actions qui ne répondent pas au principe de rapprochement des populations. En effet, à Abobo comme à Yopougon, les efforts de médiation se font dans des secteurs non rentables. Ces structures n’ont pas fait de la médiation une activité principale. La communication entre les groupes n’est pas une activité identifiée des SSCPH.

36A cet effet, un responsable du SSCPH d’Abobo affirme : « même si nous avons réglé des différends entre certains groupes surtout de jeunes, nous n’en faisons pas une activité principale et donc pas d’organisation particulière pour ça (la médiation) ».

37Un autre de Yopougon déclare ce qui suit :

« Non, il n’existe pas encore de sous-direction ou autre spécifiquement en charge de la médiation. Cela fait partie des activités générales. Mais ce n’est pas un objectif principal ».

38Les actions de médiation sont sporadiques. Les SSCPH établissent rarement des contacts entre différents groupes de personnes. De ce fait, les groupements de soutien divisés par la crise politique n’ont pas d’occasion de se retrouver et d’échanger. Ce manque de communication entre belligérants est une limite fondamentale à la médiation. Cette situation pose la problématique de la formation et/ou du renforcement des capacités des acteurs des SSCPH.

○ Difficultés selon les populations

39Il est question à ce niveau d’évaluer la fréquence des contacts entre les groupements de soutien aux partis politiques. A cet effet, les groupements politiques ont partagé leurs expériences.

40Selon les groupements de soutien au pouvoir, « il n’existe pour l’instant aucun contact entre les pro-Gbagbo et nous ».

41Cette assertion est confirmée par un responsable de groupement de soutien à l’opposition : « Actuellement, c’est eux qui sont à la page. La réconciliation entre eux et nous n’est pas à l’ordre du jour. On n’a jamais mené d’activité ensemble. S’il y a problème, on doit nous mettre au fauteuil blanc normalement, et chacun s’exprime. Mais ici, ce n’est pas le cas ».

42La rupture de la communication entre les groupements est palpable et traduit l’inexistence de programme et de cadre de mise en relation. Ce manque de communication renforce la distance et consolide les différences entre des acteurs dont l’interaction est de plus en plus complexe. La trajectoire de la dualité traduit deux lignes parallèles qui finissent toujours par s’affronter au moindre contact. La difficulté de communiquer implique la complexité de produire une identité ivoirienne dans la différence.

• La médiation entre SSCPH et groupements de soutien : le manque de confiance et l’immobilisme

  • 25 Expression locale qui traduit le fait que des acteurs de même origine ou de même bord politique, id (...)

43Selon les groupements de soutien, la première difficulté en rapport avec la médiation de la mairie reste la marginalisation des groupements politiques. A ce niveau, les groupements de soutien à l’opposition sont plus expressifs. Aux dires d’un des membres de ces groupements, « ils font leur truc en séfon25 » ; « personne ne nous connaît ». Cela traduit la marginalisation des groupes d’opposition qui estiment n’être associés à aucune activité, à Abobo ou à Yopougon.

44Pour eux, leur non convocation est lié à leur appartenance politique. Ainsi, ils se sentent en retrait des actions menées par les mairies. Ces acteurs sont fragilisés du fait du sentiment de perte du pouvoir, une situation conduisant à la soumission ou au fatalisme et à la résignation (Gaillard et Durif-Varembont, Op. cit.). Le repli et le désespoir (Dupuy, 2004) sont manifestes chez les opposants.

45Les groupements d’opposition sont aussi intrigués par la gestion partielle et partisane des projets par les structures de la mairie, notamment les SSCPH. Selon eux, le chômage grandissant dans leur rang ne peut favoriser la réconciliation. La médiation de la mairie est, de fait, refusée à cause de « son parti pris ». Selon l’opposition, les projets d’emplois conduits par la mairie sont toujours biaisés par une gestion ethnocentrique. « Nous on chôme pendant que les autres travaillent. Comment peut-on faire confiance à un tel médiateur ? ». Cela se traduit d’après eux par les origines des agents de la mairie. « Avez-vous demandé à connaître le nom du directeur du service socioculturel ? », nous interrogeait un militant de l’opposition enquêté à Yopougon. Il continuait son argumentation en disant : « c’est sûrement un Ouattara, un Bakayoko ou un Sangaré, ou autre. Et la sous-directrice, c’est sûrement la même chose… donc c’est comme si la mairie leur appartient, ils ne donnent du travail qu’à leurs parents ».

46Comme on peut le constater ici, le tableau sombre décrit par des auteurs somme Dumont (1964) depuis les indépendances sur des pratiques de népotisme, de tribalisme, etc. refait surface en situation post conflit, obstruant le recours à une médiation culturelle efficiente.

47La médiation par l’offre d’opportunité (comme l’offre d’emploi) étant partisane, la réconciliation par les structures décentralisées reste limitée.

48Même les groupements de soutien au pouvoir ne manifestent pas d’enthousiasme quand on parle de la décentralisation de la médiation. Ils estiment ne pas être suffisamment associés à la gestion de la mairie. Selon eux, « la mairie ne communique pas sur ses activités… on ne connait pas son organisation, tout est mélangé à la mairie d’Abobo ». Aussi, ils pointent du doigt le problème du chômage et de l’indemnisation des victimes de la crise comme difficultés de la médiation. Un membre d’un groupement de soutien au pouvoir mentionne par ailleurs ce qui suit : « nous-mêmes qui sommes au pouvoir n’avons pas confiance aux autorités municipales, ce n’est pas les pro-Gbagbo qui vont leur faire confiance ». La question du manque de confiance entre les groupements politiques et les directions des mairies complique donc l’action médiatrice des structures décentralisées en générale, et des SSCPH en particulier.

49D’après les responsables des SSCPH, le faible niveau d’instruction, voire l’analphabétisme des populations est un problème pour la médiation. Selon un responsable du SSCPH à Abobo : « les gens n’ont pas les bonnes informations ». A Yopougon, l’un des responsables du SSCPH affirme que « l’analphabétisme est le véritable problème des actions des SSCPH ». De ce point de vue, l’on note une incompréhension entre les groupements et les SSCPH.

50L’autre difficulté identifiée au plan structurel, c’est l’immobilisme des SSCPH, contrairement à la politique de rapprochement des populations qui devrait les caractériser en tant qu’une entité décentralisée. « Quand nous avons l’occasion de faire la médiation, on n’hésite pas, du moins quand on est sollicité » (Un responsable SSCPH de Yopougon). De ce point de vue, l’on assiste à un immobilisme des SSCPH qui se traduit par le fait qu’ils attendent toujours d’être sollicités pour réagir.

2.3. Pour une efficacité de la médiation décentralisée

• Le préalable de la médiation entre SSCPH et groupements de soutien

51Dans le contexte ivoirien, les populations ont le sentiment que la mairie ne mène des actions qu’en faveur des personnes qui ont la même appartenance politique et ethnique que le maire. Il conviendrait donc de mener des actions en vue de changer cette perception. Cela se traduirait par la mise en place d’une politique de diversification des origines sociales des agents de la mairie afin que les uns et les autres se sentent représentés. Dans cette logique, le financement équitable des projets pourrait donner une sensation d’équité et de confiance.

52Par ailleurs, pour corriger leur immobilisme, les responsables des SSCPH gagneraient à adopter une attitude active qui consiste à aller vers toutes les couches sociales sans aucune forme d’exclusion.

53En outre, l’adaptation des activités des SSCPH au contexte post-crise est nécessaire. Cela sous-entend que ces derniers prennent désormais en compte les groupements politiques de soutien à opposition et ceux de soutien au pouvoir, dans la médiation culturelle. L’implication de ces groupements devrait se faire à travers des invitations récurrentes à des activités de rapprochement et d’échange.

54C’est pour assurer efficacement toutes ces tâches susmentionnées que nous recommandons la formation des médiateurs et le renforcement des capacités des responsables des SSCPH.

• La médiation efficace entre groupements de soutien aux politiques

55En partant du principe que la réconciliation est une condition sine qua non de l’émergence, l’on gagnerait à mettre un budget conséquent à disposition des SSCPH. Ainsi, la médiation culturelle sera une réalité à partir d’activités adéquates de rapprochement.

56En outre, la prise en compte des alliances à plaisanterie dans le processus de médiation pourrait s’avérer utile, d’autant plus que les groupes ethniques, aussi diversifiés qu’ils soient, sont unis par des liens culturels.

57Au-delà de tous ces facteurs, la libération des partisans de l’opposition par une grâce présidentielle serait une liberté morale pour les groupements de soutien à l’opposition actuelle.

58En somme, le rétablissement de la communication comme action principale de la médiation (Duriez, 1997) parait indéniable. C’est à travers des échanges récurrents que les groupes opposés ont une chance de s’accorder sur l’essentiel. Cela passe par une contextualisation adéquate de la médiation basée sur des fondements idéologiques et institutionnels propres à la société ivoirienne. « Nous devons pouvoir penser de nouvelles formes de management adaptées permettant à la fois le renforcement du lien social et la motivation des acteurs (Gaillard et Durif-Varembont, Op. cit.)

Conclusion

59La réconciliation en Côte d’Ivoire est freinée par les défaillances observées dans le processus de médiation. L’objectif de cette étude était d’analyser la décentralisation de l’action médiatrice afin d’en déterminer les difficultés et les conditions d’une médiation efficace. L’atteinte d’un tel objectif a nécessité la circonscription de l’analyse à Abobo et à Yopougon. Ainsi, dans chacune de ces deux communes, les groupements politiques d’opposition et de soutien au pouvoir ont été interrogés en vue de faire le point sur la question. Les données recueillies auprès d’eux ont été confrontées à celles des structures décentralisées des mairies des différentes communes. Cette étude a mis en relief la méconnaissance des Services Socioculturels et de Promotion Humaine par les groupements politiques et les populations en général. Ces services cantonnés dans leur mission d’organisation d’activités socioculturels, artistiques et sportives marginalisent souvent les groupements politiques, de peur de se voir coller une étiquette politique. Mais dans le contexte post-crise ivoirien, les services socioculturels, à l’image de toute la mairie, ont une coloration politique aux dires des populations. La crise du lien social est perceptible et le manque de confiance entre groupements politiques et structures décentralisées aggrave la situation.

60L’acteur de médiation que devait être les services socioculturels et de promotion humaine inspire méfiance et adopte un comportement attentiste. Par ailleurs, le manque de continuité dans les actions en faveur de la réconciliation et les blocages liés à l’emprisonnement en cours de leaders politiques sont autant de facteurs qui indiquent que la décentralisation de la médiation n’est pas effective en Côte d’Ivoire. La médiation n’est pas une action prioritaire pour les mairies. Elle est rare et ponctuelle. Elle est à l’image de la politique de réconciliation nationale. A Abobo comme à Yopougon, le projet de l’UE dénommé PARCS est le seul qui a prévalu ces dernières années. La médiation est engloutie dans un ensemble d’actions dont les objectifs de réconciliation ne sont pas clarifiés. Cette proximité inexploitée prive les services socioculturels et de promotion humaine d’une action fondamentale pouvant donner un sens à leur rôle dans le contexte ivoirien actuel.

61La médiation, devrait être un processus continuel et récurrent qui vise à rapprocher des acteurs ou groupes d’acteurs opposés, à les concilier autour d’un essentiel, en vue de résoudre la crise du lien social et de faciliter les interactions humaines.

62Sous ce rapport, il conviendrait d’user efficacement des activités des Services Socioculturels et de Promotion Humaine, mais aussi des ressources culturelles, afin de mettre en place une médiation participative visant à promouvoir quotidiennement la réconciliation par la prise en compte des groupements politiques. Parvenir à la réconciliation nécessite, plus qu’une déconcentration régionale de la médiation, une décentralisation efficace de cette dernière. Il s’agit ici d’un développement de la médiation par des actions innovantes afin de parvenir à un processus qui permet, lors d’un conflit, l’intervention de personnes extérieures et formées, pour dépasser le rapport de force et trouver une solution sans gagnant ni perdant (Diaz et Liatard, 1999). Toutefois, l’efficacité de la médiation, pour notre part, repose plus sur des facteurs endogènes qu’exogènes.

Bibliographie

Bibliographie

ACKA Félix Sohuily (2000), Un médiateur dans les institutions publiques Ivoiriennes : L’organe présidentiel de médiation, Abidjan, Afrilex, 41 p.

ALBY Stéphane (2016), « Côte d’Ivoire : Toujours dynamique », ECO Emerging, BNP PARIBAS 1er Trimestre, pp. 25-26.

CATHELIN Mélanie (2011), « La Côte d’Ivoire entre division interne et stratégies internationales », ISS Analyse, Institut d’Etudes de Sécurité de l’Union européenne, pp. 1-9.

Décret no 95-816 du 29 septembre 1995 portant création, organisation et fonctionnement de l’Organe Présidentiel de Médiation (OPREM).

DÉVÉRIN Yveline (2006), « Crise ivoirienne : du bon usage de la médiation », Pambazuka News : Forum pour la Justice Sociale en Afrique, No 8, GRESOC-UTM/SEDET-Paris VII, 10 p. En ligne http://www.pambazuka.org/fr/category/features/35125.

DIAZ Babeth, LIATARD-DULAC Brigitte (1999), Contre violence et mal-être : la médiation par les élèves, Paris, Nathan Pédagogie, 93 p.

DUPUY François (2004), Sociologie des changements, pourquoi et comment changer les organisations, Paris, Dunod, 304 p.

DUMONT René, (1964), « L’Afrique noire est mal partie », Revue française de science politique, vol 14 no 3, pp. 188-190.

DURIEZ Pierre (1997), Médiation et médiateur, définitions typologie, pratiques, T.2, Pub. C.I.C.J/I.N.J.E.P. Multigraph, Nanterre, 158 p.

GAILLARD Bernard, DURIF-VAREMBONT Jean-Pierre. (2007), La médiation : Théories et pratiques, Paris, L’Harmattan, pp. 11-17.

GALA Bi Tizié Emmanuel, BINI Koffi Roland (2015), « Les services socioculturels et de la promotion humaine des mairies de la ville d’Abidjan face aux défis de prise en charge des personnes âgées », Les Cahiers de l’IGRAC, 11, pp. 301-322.

http://www.jeuneafrique.com/mag/367583/economie/devaluation-franccfa-spectre-de-1994/, consulté le 6/01/2017.

http://www.jeuneafrique.com/128203/archives-thematique/la-mort-dhouphou-t-boigny-2/, consulté le 6/01/2017.

KOULIBALY Mamadou et al (1992), « Crise économique et programmes d’ajustement structurel en Côte d’Ivoire », in revue GIDIS-CI, pp. 10-23.

Institut Nationale des Statistiques, Principaux résultats du RGPH 2014. http://www.ins.ci/n/RGPH2014.pdf, consulté le 6/01/2017.

LEGAULT Caroline, (2012), « Musées et médiations culturelles », Enjeux des industries culturelles au Québec : identité, mondialisation, convergence, Québec : Presse de l’Université du Québec, pp. 161-192.

Loi no 2000-513 du 1er Août 2000 portant constitution de la 2ème République de la Côte d'Ivoire et instituant un organe de médiation dénommé : Le Médiateur de la République.

Loi no 2003-208 du 07 juillet 2003 portant transfert et répartition des compétences de l’Etat aux collectivités territoriales.

Loi no 2014-389 de Juin 2014 relative à la médiation judiciaire et conventionnelle.

Loi no 2014-451 du 05 août 2014 portant orientation de l'organisation générale de l'Administration Territoriale.

SORO Doh Sielé (2014), « La Stratégie et le Plan de Communication du Médiateur de Côte d’Ivoire : Communication et médiation traditionnelle », Session de formation des collaborateurs des médiateurs de l’AMP-UEMOA.

Notes

25 Expression locale qui traduit le fait que des acteurs de même origine ou de même bord politique, idéologique, religieux, ou encore ethnique, s’accordent des faveurs, sans tenir compte des autres.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/838/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

Auteurs

Maître-Assistant, Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Côte d’Ivoire

Chercheur, Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Côte d’Ivoire

© Carrières Sociales Editions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search