Version classiqueVersion mobile

L’animation socioculturelle : quels rapports à la médiation ?

 | 
Luc Greffier
, 
Sarah Montero
, 
Pascal Tozzi

2ème Partie. Animation socioculturelle et médiation, des modalités de régulations collectives et politiques ?

Quelles médiations dans les actions mémorielles ? Le cas des quartiers en rénovation urbaine

Meriem Ben Mlouka

Texte intégral

  • 1 Thèse commencée en 2015, sous la direction de Jodelle Zetlaoui-Léger, intitulée « Participation cit (...)

1Le texte qui suit s’appuie sur des résultats de ma recherche doctorale en cours1 consacrée à la mobilisation des démarches mémorielles dans les projets de rénovation urbaine en France. La désignation « démarche mémorielle » renvoie aux actions qui accompagnent en général les phases de transition des projets de rénovation urbaine, et qui portent sur la mémoire des habitants et des quartiers. Ces actions-au même titre que les autres actions participatives financées par l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) - sont généralement organisées par les équipes projet en charge de la rénovation urbaine sous impulsion des élus et des porteurs de projets. En 2012 par exemple, 26 % des démarches participatives dans les projets de rénovation urbaine étaient des actions autour de la mémoire des lieux (Hauptmann, 2014). Parmi les outils mobilisés pour impliquer les habitants dans le cadre de ces travaux de mémoire, il y a les workshops, les démarches ludiques et artistiques, les permanences en maison du projet, les enquêtes, le travail avec les écoles etc.

  • 2 Je définis le principe de la participation tel que le présente Jodelle Zetlaoui-Léger, c’est-à-dire (...)

2Cette recherche tente de comprendre dans quelle mesure les modalités d’implication des habitants et les formes de coopération professionnelles déterminent la portée de ces démarches, en particulier dans leur rapport au projet urbain. Il s’agit d’identifier les outils et les méthodes qui ont été mis en place dans les travaux de mémoire dits « participatifs » réalisés dans le cadre du premier Programme National de Rénovation Urbaine (PNRU 2003-2013). Plus précisément, de comprendre : Quelle place effective a occupé la participation2 habitante dans ces processus de mise en mémoire et de rénovation urbaine ? Quelle place y réserve-t-on à la médiation ? Qui sont les acteurs « facilitateurs » des différentes démarches mémorielles engagées, et dans quelle mesure coopèrent-ils ? Quel sens les différents acteurs impliqués dans ces processus attribuent-ils à la notion de participation et de « coconstruction » ? Comment les acteurs politiques et professionnels des opérations de rénovation urbaine perçoivent-ils les initiatives mémorielles et leurs apports potentiels aux projets urbains ?

  • 3 Sur les questions relatives à cet axe, on se rapportera à certaines recherches présentées lors des (...)
  • 4 Voir notamment les interventions d’Héloïse Nez et de Jodelle Zetlaoui-Léger et la synthèse d’Hélène (...)

3Par ces questionnements cette thèse se situe à l'interface de la sociologie urbaine et de la sociologie des professions. Elle se place dans une continuité de travaux du Laboratoire Espaces Travail et de réflexions récemment suscitées3 par le Réseau Activités et Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme (Réseau Ramau) sur la question de la transformation des pratiques des professionnels de la ville face aux incitations à l’implication des habitants dans les projets urbains4. Elle s’inscrit également dans une lignée de travaux du laboratoire architecture ville urbanisme environnement (umr lavue) sur la question de la participation dans les quartiers populaires et dans la politique de la ville, à ceux s’intéressant aux « sans voix » (carrel, 2013) ainsi qu'aux « savoirs citoyens » (nez, deboulet dir., 2013. Elle mobilise des travaux traitant de la patrimonialisation dans les projets de rénovation urbaine (veschambre ; auclair) et plus précisément celle des productions mémorielles dans les territoires de la politique de la ville (Foret, 2011).

  • 5 Y compris lorsque cette dimension est très limitée et qu’elle joue le rôle essentiellement d’accept (...)
  • 6 « On constate, à la lecture de certains projets portés dans le cadre (des opérations financées par (...)

4Faisant l’hypothèse que les acteurs politiques utilisent souvent les démarches mémorielles pour justifier ou simplement donner une dimension participative au projet urbain5, ce travail n’oublie pas que, dans certains cas, elles peuvent aussi être mobilisées pour nourrir les réflexions menées lors de diagnostics urbain-social, contribuer à mieux déterminer les problématiques locales et intéresser les habitants au projet.6 Certains acteurs du projet urbain considèrent les opérations de recueil de la mémoire comme un moyen d’impliquer les habitants dans le projet. Car contrairement aux formes institutionnalisées de la participation, le travail de mémoire peut se présenter comme plus accessible à certaines populations préférant elles-mêmes prendre des initiatives (bottom up) (Zetlaoui-Léger, 2013), et plus réfractaires vis-à-vis de démarches qui se font du haut vers le bas. Mais alors qu’elles peuvent être mobilisées comme ressources, les initiatives mémorielles se retrouvent substituées à une vraie participation habitante à l’élaboration des projets urbains. Les craintes que peuvent avoir certains élus et porteurs de projets d’une relation avec l’habitant basée sur la valeur de l’espace est un motif qui peut expliquer pourquoi ce genre d’initiatives est rarement mobilisé comme ressource. Les habitudes de coopération entre les divers représentants des services municipaux, des bailleurs, des médiateurs locaux, et des experts de l'urbain contribuent aussi à expliquer l’absence de prise en compte de ces initiatives dans l’élaboration des projets urbains.

5Les éléments présentés dans ce texte reposent sur les résultats de l’analyse des matériaux récoltés dans le cadre de ce travail de thèse. Il s’agit d’une série d’entretiens qui a été réalisée auprès d’une vingtaine d’intervenants ayant été mandatés dans le cadre du premier Programme National de Rénovation Urbaine (PNRU) pour mener des projets à dimension mémorielle dans des quartiers en rénovation urbaine. Cette série a été effectuée sur la base d’un questionnaire commun et d’entretiens semi-directifs menés auprès d’une dizaine d’acteurs institutionnels et associatifs très impliqués dans les démarches mémorielles. Elle a permis de prendre connaissance du fonctionnement des projets engagés dans le cadre de démarches mémorielles accompagnant les opérations de rénovation urbaine, de la nature concrète de leur dimension participative et des modalités d’intervention des professionnels qui les mènent. Il s’agit principalement d’évoquer les pratiques professionnelles des intervenants, particulièrement les pratiques accordant une place importante à l’animation et à la médiation, et cela à travers le récit de situations de projets.

1. La démarche mémorielle : une démarche de médiation ?

  • 7 Le rapport Kédadouche (avril 2003) est une commande sur « la participation des habitants dans les o (...)
  • 8 Le rapport « Histoires, patrimoines et mémoires dans les territoires de la politique de la ville » (...)
  • 9 « Il s’agirait de labelliser « 400 à 450 projets par an », qui seraient choisis au niveau local, da (...)
  • 10 HAJJAT Abdellali, le 5 décembre 2013 « Les trente ans de la Marche. La promotion d’une égalité sous (...)

6En 2003, le rapport Kédadouche7 préconisait de faire venir la culture dans les quartiers, d’accompagner les opérations et d’engager un travail sur la mémoire des sites. Dix ans après, le rapport Blanchard8 est venu recommander la création d’un comité national « Histoires, patrimoine et mémoires dans les territoires de la Politique de la Ville » qui labelliserait des projets9, fédérerait des programmes, et accompagnerait le futur Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) (Girard, 2013). Ce rapport recommande également l’inscription de cette démarche dans le texte d’une loi qui entend, par ailleurs, « inscrire les actions portant sur l’histoire et la mémoire des quartiers dans la liste des opérations bénéficiant d’un concours financier de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine ». Mais le contexte de renouvellement urbain diversifie, voire complexifie le sens que peuvent prendre ces actions reposant sur des discours d’habitants. Leurs enjeux politiques, économiques, mémoriels et patrimoniaux dépassent les enjeux historiographiques présentés par des historiens (Fourcaut et Tellier, 2014). Notons à titre d’exemple le risque d’instrumentalisation des récits des mémoires de l’immigration dénoncé par Abdellali Hajjat. Dans son article sur « Les trente ans de la Marche », il alerte sur le fait que « la reconnaissance de l’histoire des quartiers populaires devient un outil pour établir la « cohésion sociale » avec les habitants de territoires objets d’opérations de rénovation/démolition ». Il y dénonce l’intention du ministre de la Ville, François Lamy, de s’approprier le capital symbolique d’évènements tels que les trente ans de la Marche en soutenant des initiatives mémorielles autour de tels événements. Ce soutien parait d’autant plus suspect qu’il participe par la même occasion à la promotion de la mémoire de l’immigration et des quartiers populaires comme dispositif de la Politique de la Ville.10

  • 11 Avec la création de l’Agence nationale pour la cohésion urbaine puis de l’observatoire national des (...)
  • 12 En 2012 par exemple, 26 % des démarches participatives soutenues par l’ANRU dans les projets de rén (...)
  • 13 A ce sujet du moment où sont engagées ces actions par rapport aux temporalités du projet urbain : n (...)

7Depuis sa création, c’est-à-dire au moment du passage de la Politique de la Ville à une politique nationale entre 2003 et 200511, l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) a soutenu plusieurs « actions mémorielles ».12 Dans un rapport (Hauptmann (dir.), 2014) réalisé par l’ANRU et reposant sur un retour d’expériences sur les participations des habitants dans le cadre de la rénovation urbaine entre 2003 et 2013, ces actions sont appelées « actions d’accompagnement des évolutions ». Le rapport considère également qu’un travail sur l’histoire et la mémoire facilite la phase de transition13 dans laquelle des bâtiments et des espaces publics ainsi que de nouvelles constructions « changent la physionomie des quartiers et modifient les habitudes associées aux lieux ». Dans ce même rapport, les projets autour de la mémoire du quartier figurent parmi les sujets de concertation dans plusieurs projets de rénovation urbaine. Ils sont catégorisés comme dispositifs de médiation/sensibilisation, dispositif souvent utilisé en fin de projet PRU, et mobilisant plusieurs outils.

8Face à l’impératif que peuvent représenter des actions reposant sur l’histoire et la mémoire des habitants dans certains projets de rénovation urbaine, certaines pratiques professionnelles seraient en cours de transformation. C’est ce qu’avait déjà révélé une recherche préliminaire réalisée en 2014, qui mettait en exergue l'adaptation en cours de certaines pratiques patrimoniales comme celle de l’inventaire, au contexte urbain et social des lieux d’intervention, évoluant vers des démarches « collaboratives » ou « participatives » (Ben Mlouka, 2014). On pouvait alors constater que de telles démarches, visant à impliquer des habitants, obéissaient au procédé de l’enquête qui consistait à « récolter la parole », auquel se mêlait une rhétorique de la « pédagogie » conduisant à « expliquer l’histoire » aux habitants avec la visée plus générale d’obtenir des matériaux permettant de co-construire voire de « réécrire » l’histoire du quartier.

  • 14 Il s’agit de médiations à la fois par rapport à l’objectif d’adhésion à un projet, et aussi instrum (...)

9Ces procédés contribuaient, pour leurs protagonistes, à donner sens au processus de patrimonialisation qui est en cours. Se trouvait ainsi vérifiée l’hypothèse selon laquelle, pour les professionnels du patrimoine, impliquer d’une manière ou d’une autre des habitants dans la production de récits, nécessitait une évolution et une redéfinition de leurs propres pratiques. La collaboration avec de nouveaux acteurs comme les représentants d’associations locales faisant figure de « médiateurs » devenait alors, dans certains cas, nécessaire. Ce constat, m’a alors poussé à m’interroger sur le rôle de ces acteurs faisant figure de « médiateurs », un rôle qui me parait aujourd’hui celui d’un acteur clé dans l’alimentation de la dimension médiatrice des actions mémorielles. L’objet du présent article est de clarifier les objectifs visés par des « actions mémorielles » ayant accompagné le premier programme national de rénovation urbaine en s’intéressant aux différents types de finalités médiatrices14 qui sont poursuivies.

2. Finalités médiatrices des démarches mémorielles

10Les « actions mémorielles » menées dans les quartiers en rénovation urbaine peuvent être le résultat d’incitations lancées par les collectivités ou les bailleurs sociaux (appels à projet, sollicitations directes, etc.) ou d’initiatives d’acteurs associatifs, d’habitants et d’artistes, qu’ils se soient constitués en collectifs ou pas.

  • 15 Je lie ces activités aux objectifs des commanditaires et donc à la question des finalités.

11Pour plusieurs intervenants missionnés pour mener ces actions, l’activité de médiation réside justement dans le fait d’accompagner les mutations successives du quartier dans lequel ils interviennent. Cet « accompagnement » que certains d’entre eux se représentent comme de la « médiation » recouvre plusieurs activités15. Parmi ces activités, on retrouve la facilitation qui renvoie à l’existence d’un acteur qui serait le « relais » entre les habitants et les autres acteurs d’un quartier, qui permettrait notamment leur accès au terrain (population et espaces du quartier), et qui produirait des supports permettant la documentation sur ce terrain. Ainsi, il y a ici l’idée de participer au processus de médiation en cours dans le quartier par la production de livres.

  • 16 Notons ici l’existence de questionnements de la part de certains intervenants sur l’usage que font (...)

12Ces livres peuvent présenter, par exemple, un portrait de la vie dans le quartier à différents moments et selon différents points de vue, s’y mélangent parfois des photos personnelles et anciennes ainsi que des souvenirs individuels mais aussi partagées des habitants. Certains des auteurs de ces livres les considèrent comme des « outils de médiation » car ils peuvent représenter une ressource pour les travailleurs sur le terrain (animateurs, travailleurs sociaux etc.)16.

  • 17 Exemple d’action d’arpentage du terrain avec le service espaces verts et les habitants
  • 18 « On est en permanence face à des situations qui surprennent et pour lesquelles on est obligé de pa (...)

13Ce rôle de facilitateur leur est possible notamment parce qu’il s’appuie sur la perception souvent positive qu’ont les habitants du métier de l’intervenant (cas des artistes), ou de son implication (parfois sentimentale) dans le quartier (quand il est lui-même habitant par exemple), ou au contraire sur le fait qu’il représente le « tiers neutre et impartial » car extérieur à la ville (comme les reporters indépendants par exemple). Cette facilité qu’ils ont et qu’ils transforment en facilitation leur permet de réunir plusieurs acteurs sur un même projet17, et d’instaurer une relation de confiance et un dialogue qui les aident à s’introduire dans des appartements ou immeubles de quartiers qui sont parfois considérés par les Politiques comme « sensibles ».18 Cette confiance serait, selon eux, renforcée par les démonstrations de considération et d’intégration de ce qui est dit par les habitants pendant le travail de mémoire (ce qui est dit est pris en note dans des documents par exemple).

  • 19 Population considérée comme « exclue » des instances traditionnelles de participation par manque d’ (...)
  • 20 La valorisation peut être celle des récits de vie et des histoires personnelles des habitants. On p (...)

14Au-delà de la facilitation que les acteurs tentent de créer, et à l’image de la médiation de proximité, l’action mémorielle est mobilisée pour proposer aux publics qu’elle vise de nouveaux terrains d’expression. Cette forme de médiation se caractérise par le fait de s’adresser à des publics spécifiques19. Certains intervenants voient ainsi leur rôle résider dans le fait de « permettre aux habitants de s’exprimer librement et de dire ce qu’ils pensent de leur quartier ». Ils mobilisent des compétences telles que l’écoute et l’animation pour mettre à l’aise les habitants (pour s’exprimer dans des films par exemple) et « leur proposer un cadre confortable pour qu’ils puissent échanger » (avec eux). Ils font office d’« interprètes » et de « passeurs » d’histoires, recueillant la parole des habitants qu’ils impliquent dans leur projet pour la mettre en forme et la valoriser20 : « mettre en valeur les gens et leur donner le sentiment qu’ils existent ». Une mise en forme qui passe aussi par une mise image de la parole qui se traduit par des photos professionnelles voire artistiques des habitants mais aussi des aménagements intérieurs qu’ils ont réalisés dans leurs appartements.

  • 21 « Il se trouve que je n’ai pas ma langue dans ma poche et effectivement ça m’a permis de parler de (...)

15Cette valorisation, si elle a lieu après relogement ou rénovation, participe aussi quelque part à la communication auprès d’éventuels nouveaux arrivants auxquels on veut montrer le nouveau visage du quartier. Dans ces espaces d’expression qu’ils tentent de créer, les intervenants se considèrent comme des « porteurs de paroles » qui vont transmettre la réalité du quartier à l’extérieur, certains jouant également le rôle de messager ou d’intermédiaire qui va transmettre des messages concernant le quotidien des habitants et leurs doutes face aux transformations urbaines aux élus.21

16D’autres modèrent ce rôle et évoquent « une distance à ne pas franchir dans le reportage », les « coups de pouce filés aux gens » relèveraient plutôt d’un « rapport d’être humain à être humain » et non d’une quelconque mission de messager d’autant plus que le plus souvent, il peut être problématique pour ces intervenants dont les actions sont tributaires des financements de la Ville de s’afficher comme représentants des habitants.

17La médiation dans ce type de projet est quelques fois interprétée comme une situation de communication. L’action mémorielle vise alors à améliorer les modes de communication entre des « communautés » qui cohabitent dans un même quartier, mais également entre les différentes parties impliquées dans le projet urbain. Le médium produit dans ces travaux peut alors jouer un rôle important dans la communication sur le projet de rénovation. Il peut être mobilisé comme un support qui explique aux habitants le rôle des différents acteurs impliqués dans le processus de rénovation urbaine. Par exemple, les livres produits à l’occasion de telles démarches peuvent renfermer, à côté des témoignages et des photos d’habitants et de démolitions, des plans et des images de synthèse des futurs aménagements, des photos d’éventuelles réunions de concertation, mais aussi des interviews de ceux qui œuvrent sur le terrain dans l’accompagnement de la transformation urbaine du quartier en question (structures municipales, bailleur social, etc.). Ces supports mêlant différents types de témoignages et de représentations visuelles peuvent être utilisés dans certains cas comme de véritables outils de communication et de légitimation politiques au service du projet de rénovation urbaine et de son « humanisation », participant à la stratégie de faire adhérer les habitants au projet politique.

  • 22 Une réalisatrice de documentaire qui a été accompagnée au début du projet par une sociologue qui fa (...)

18Pour certains intervenants, l’apaisement serait l’autre versant de leur activité de communication : l’exemple d’une action mémorielle qui avait comme objectifs (définis par la thématique de l’appel à projets et par la structure qui est intervenue) de faire connaitre les parcours migratoires et les héritages culturels des habitants d’un quartier en rénovation urbaine qui était considéré par l’OPHLM comme une « cité de gitans ». Cette action menée sous forme de web-doc et restituée aux habitants dans un cd aurait permis, selon la structure qui l’a menée, d’ouvrir le dialogue dans le quartier. Les intervenants22 sur ce projet ont considéré que cette catégorisation offrait une vision réductrice des origines et des parcours migratoires des différentes familles qui étaient présentes.

  • 23 « (…) j’ai fait beaucoup d’interventions en milieu scolaire, j’ai fait tout un travail de médiation (...)

19Par le choix des thématiques qu’ils ont abordées dans leur travail ainsi que par le choix des personnes interviewées, les intervenants ont tenté de faire dialoguer plusieurs points de vue notamment entre des familles maghrébines et des familles tziganes. Ce film aurait ainsi, selon sa réalisatrice, participé à rétablir un dialogue entre plusieurs familles et à apaiser certaines tensions qui existaient entre elles. Quand il s’agit d’actions mémorielles incluant des performances artistiques, la médiation s’apparente, pour plusieurs intervenants, à de l’éducation artistique. L’artiste intervenant développe des pratiques artistiques, didactiques et ludiques. Il se présente comme un animateur, un « chef d’orchestre » qui distribue des rôles et des « taches de fonction » aux participants. Ces pratiques sont beaucoup encouragées lorsqu’il s’agit de travailler dans le cadre de la rénovation urbaine avec un public « jeune » ou quand il s’agit d’intervenir en milieu scolaire23.

20La médiation comprend alors des actions de l’ordre de la sensibilisation, de la présentation ou encore de la pédagogie (Caune, 2006).

Conclusion

21La question de la participation au projet urbain n’est pas abordée de manière claire dans les travaux de mémoire réalisés à l’occasion d’opérations de rénovation urbaine. Cette dimension se cristallise, pour certains intervenants, dans l’idée du « déballage émotionnel », de la co-construction d’une certaine histoire locale, mais aussi de la création et de la diffusion culturelles.

22Il est intéressant de noter que l’idée d’impliquer les habitants dans la Politique de la Ville à travers ce type d’actions est apparue avec la loi d'orientation pour la ville dans laquelle le principe de participation apparaît clairement dans la Politique de la Ville pour la première fois. Il s’agit des mêmes politiques qui ont encouragé les dispositifs regroupés sous l’ensemble médiation citoyenne ou médiation de quartier qui sont nés d’initiatives de services d’animation urbaine et du secteur associatif lié au cadre de vie (Miburn, 2002). Depuis, beaucoup de Villes intègrent des actions mémorielles à dimension culturelle et/ou artistiques dans l’accompagnement social de leur population (Foret, 2011).

23Ces actions peuvent toutefois traduire une forme de « dichotomie entre les dimensions sociales et urbaines » (Auclair, 2017). C’est sur ces deux dimensions opposées que reposerait d’ailleurs l’enjeu majeur des opérations de rénovation urbaine. La finalité sociale consisterait à donner l’occasion aux habitants de parler, d’exprimer leurs doutes, leurs envies…, mais cela peut paraitre aussi comme l’occasion de montrer que la Ville peut proposer autre chose que des travaux (Auclair, 2014). La finalité urbaine consisterait dans la majorité des cas, à éviter les conflits autours du projet urbain, et à « faire passer la pilule » des démolitions. C’est ainsi que beaucoup d’actions se retrouvent instrumentalisées au service du projet politique (de rénovation urbaine) œuvrant pour sa mise en valeur et son acceptabilité, mais aussi pour une certaine illusion communautaire, par le traitement égal de chaque visage (Trémeau, 2001) (quand il s’agit d’action de valorisation des photos d’habitants par exemple). La notion de médiation qui se retrouve alors mobilisée pour désigner certains modes d’intervention dans ces actions s’éloigne de la seule résolution des problèmes, et l’objet « médiation » devient de plus en plus difficile à circonscrire, de même que l’activité à laquelle il correspond (Miburn, 2002).

  • 24 Par la médiation de paroles d’habitants.

24Qu’elles soient sociales, culturelles, ou artistiques, etc., les médiations dans les actions mémorielles s’appliquent à la fois aux intervenants et aux outils, elles regroupent des pratiques bien différentes suivant la manière dont elles s’emploient à servir le projet politique. Mais, peut-on résumer la médiation par des compétences techniques ? Peut-on parler de médiation à partir du moment où il n’y a pas de transformation du projet par la parole24 ? Peut-on parler de finalité sociale quand il s’agit de permettre aux habitants de s’exprimer mais pas d’impacter le cadre de vie dans lequel ils vont évoluer ?

Bibliographie

Bibliographie

AUCLAIR Elisabeth, (2014) « Artistes, habitants et démolition : le rôle des projets culturels dans la rénovation urbaine », in Desponds D. Auclair E. et al., Les habitants acteurs de la rénovation urbaine ? PUR, 278 p.

BEN MLOUKA Meriem (2014), « Projet mémoriel et pratiques patrimoniales dans les quartiers de la rénovation urbaine. Entre mise en mémoire d’une architecture et mise en mémoire d’un discours » mémoire de recherche étudié dans le cadre de ma formation de DPEA Recherches en architecture en 2013-2014 à l’ENSA Paris La Villette.

CARREL Marion (2013), Faire participer les habitants ? Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires, Lyon, ENS Éditions, 273 p.

CAUNE Jean (2006), La démocratisation culturelle : Une médiation à bout de souffle, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 205 p.

FORET Catherine (2011), Mémoires et territoires, repères pour l’action, Lille, La Contre Allée, 80 p.

FOURCAUT Annie, TELLIER Thibault, (2014), « Les quartiers populaires vont-ils perdre la mémoire ? », Métropolitiques, <http://www.metropolitiques.eu/Les-quartiers-populaires-vont-ils.html>.

GIRARD Hélène (2013), « Le rapport « Blanchard » : 15 recommandations pour changer l’image des quartiers concernés par la politique de la ville », <http://www.lagazettedescommunes.com/204859/le-rapport-blanchard-15-recommandations-pour-changer-limage-des-quartiers-concernes-par-lapolitique-de-la-ville/>.

HAJJAT Abdellali (2013), « Les trente ans de la Marche. La promotion d’une égalité sous conditions », <http://www.laviedesidees.fr/Les-trente-ans-de-la-Marche.html>, 5 décembre.

HAUPTMANN Eléonore (sous la direction de) (2014), Participation(s) des habitants 2003-2013, Editions de l’Aube et Anru, 94 p.

HAUPTMANN Eléonore (sous la direction de) (2014), Participation(s) des habitants 2003-2013, Editions de l’Aube et Anru, 94 p.

MIBURN Philip (2002), La médiation : expériences et compétences, Paris, Editions de La Découverte et Syrcos, 180 p.

TREMEAU Tristan (2001), « L’artiste médiateur », in Hilleaire N. et Millet C., Les écosystèmes du monde de l’art, Artpress, no 22 hors-série, pp. 52-57.

ZETLAOUI-LEGER Jodelle (2005), « L’implication des habitants dans des micro-projets urbains : enjeux politiques et propositions pratiques », Les Cahiers de l’école d’architecture de la Cambre, no 3, pp. 99-110.

ZETLAOUI-LÉGER Jodelle (2013), « Urbanisme participatif », in Casillo I., Barbier R, Blondiaux L, et al., Paris, Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation, GIS Démocratie et Participation. Disponible sur : <http://www.dicopart.fr/fr/dico/urbanisme-participatif>.

Notes

1 Thèse commencée en 2015, sous la direction de Jodelle Zetlaoui-Léger, intitulée « Participation citoyenne et démarches mémorielles dans les projets de rénovation urbaine en France ».

2 Je définis le principe de la participation tel que le présente Jodelle Zetlaoui-Léger, c’est-à-dire « le fait de permettre à tous les habitants-usagers qui le souhaitent de s'impliquer à tous les stades d'élaboration d'un projet ». Selon cette définition, « la participation suppose la concertation (c'est-à-dire des temps de travail avec des groupes d'habitants, d'utilisateurs), la consultation et l'information ». Source : Zetlaoui-Leger (2005), « L’implication des habitants dans des micro-projets urbains : enjeux politiques et propositions pratiques », Les Cahiers de l’école d’architecture de la Cambre, no 3, pp. 99-110.

3 Sur les questions relatives à cet axe, on se rapportera à certaines recherches présentées lors des rencontres RAMAU 2012 organisées par le Réseau activités et métiers de l’architecture et de l’urbanisme sur « Les métiers de l'architecture et de l'urbanisme à l'épreuve de l'implication des habitants et des usagers ». La contribution de Jodelle Zetlaoui-Léger lors de ces journées sur « L’implication des habitants dans les projets d’écoquartiers en France. Vers des démarches intégrées » publié dans les Cahiers Ramau no 6, donne des éléments de résultats sur les différentes interprétations par les professionnels de la notion de « participation ».

4 Voir notamment les interventions d’Héloïse Nez et de Jodelle Zetlaoui-Léger et la synthèse d’Hélène Hatzfeld dans les actes de colloque RAMAU de 2013, Cahiers no 6.

5 Y compris lorsque cette dimension est très limitée et qu’elle joue le rôle essentiellement d’acceptation des démolitions, ou de pacification de la situation.

6 « On constate, à la lecture de certains projets portés dans le cadre (des opérations financées par l’ANRU), qu’ils s’inscrivent dans une problématique d’accompagnement social et sont une espèce de leurre à l’intention des populations, pour les détourner des vraies questions. Pourtant, ces actions pourraient être de formidables outils au service d’un aménagement du territoire. » Catherine Foret cite Jean-Barthélémi Debost dans son livre « Mémoires et territoires : repères pour l'action ».

7 Le rapport Kédadouche (avril 2003) est une commande sur « la participation des habitants dans les opérations de renouvellement urbain » faite par le ministre délégué à la Ville et à la rénovation urbaine, Jean-Louis Borloo en 2003 à Zaïr Kedadouche, chargé de Mission à l'Inspection Générale des Affaires Sociales.

8 Le rapport « Histoires, patrimoines et mémoires dans les territoires de la politique de la ville » (octobre 2013) est une commande du ministre délégué chargé de la Ville, François Lamy à Pascal Blanchard, historien spécialiste du fait colonial. Suite à l’animation d’une commission d’experts, d’élus et d’associatifs, Pascal Blanchard présente dans ce rapport cherchant à revaloriser la place de l’habitant au cœur des processus de participation à la Politique de la Ville, des recommandations largement critiquées (Fourcaut et Tellier, 2014).

9 « Il s’agirait de labelliser « 400 à 450 projets par an », qui seraient choisis au niveau local, dans le cadre des contrats de ville, ou au niveau national, par un Comité national « Histoires, patrimoine et mémoires dans les territoires de la Politique de la ville ». « Sur un même territoire, plusieurs partenaires pourront disposer du label (une mairie, une agglomération, une association, un laboratoire de recherche…) », détaille Pascal Blanchard. Le label permettrait de prioriser les aides publiques et de faciliter la diffusion des travaux locaux sur la mémoire d’un quartier ou de ses habitants - car ces habitants, souvent d’origine étrangère - expriment depuis longtemps « le désir que ''leur'' histoire, comme l’histoire de l’immigration ou celle de la colonisation (de l’esclavage aux indépendances) soient désormais prises en compte », écrit l’historien. ». Extrait d’un article du quotidien d’informations destiné aux élus locaux « MAIRE info » disponible sur :<http://www.maire-info.com/urbanisme-habitat-logement/ville/unlabel-pour-la-memoire-des-quartiers-populaires-article-16586#>.

10 HAJJAT Abdellali, le 5 décembre 2013 « Les trente ans de la Marche. La promotion d’une égalité sous conditions », <http://www.laviedesidees.fr/Les-trente-ans-de-la-Marche.html>.

11 Avec la création de l’Agence nationale pour la cohésion urbaine puis de l’observatoire national des zones urbaines

12 En 2012 par exemple, 26 % des démarches participatives soutenues par l’ANRU dans les projets de rénovation urbaine étaient des actions autour de la mémoire des lieux. Source : sondage réalisé par l’ANRU auprès de chefs de projets de rénovation urbaine

13 A ce sujet du moment où sont engagées ces actions par rapport aux temporalités du projet urbain : nous avons constaté qu’elles sont très rarement initiées en phase amont, mais précèdent et accompagnent les phases démolition et relogement, elles interviennent également dans les phases qui suivent les démolitions pour activer le processus de deuil.

14 Il s’agit de médiations à la fois par rapport à l’objectif d’adhésion à un projet, et aussi instrumentale pour faciliter des relations entre habitants et professionnels voire élus pendant le projet de rénovation urbaine.

15 Je lie ces activités aux objectifs des commanditaires et donc à la question des finalités.

16 Notons ici l’existence de questionnements de la part de certains intervenants sur l’usage que font ces travailleurs de leur productions (est-ce qu’ils s’en servent ? est-ce qu’ils ont le temps ? est-ce qu’ils ont les outils intellectuels pour s’en servir ?).

17 Exemple d’action d’arpentage du terrain avec le service espaces verts et les habitants

18 « On est en permanence face à des situations qui surprennent et pour lesquelles on est obligé de passer d’abord par un dialogue avant toute chose parce que dans ces quartiers qui vivent en huis clos, à partir du moment où quelqu’un de l’extérieur arrive, il faut passer par le dialogue, sinon il y a de l’agression. Après, nous on n’est jamais agressé (…) Ça semble être l’enfer français, mais on y est toujours très bien accueillis (…). Dans tous les quartiers où on arrive, on nous dit : « mais nous, on a eu M6, on a eu Capital, on a eu… et donc on ne veut plus parler à une seule caméra », donc là, on leur dit : « on a une caméra aussi, mais ce n’est pas la même caméra, c’est une caméra de lien social ». Entretien avec un auteur réalisateur qui a mené une action mémorielle dans un quartier en rénovation urbaine à Marseille.

19 Population considérée comme « exclue » des instances traditionnelles de participation par manque d’intérêt ou par sentiment d’illégitimité, c’est les « personnes les plus éloignées de la parole publique » comme les décrit Marion Carrel, ces personnes sont celles « qui ne s’expriment pas publiquement ou qui, peu acculturées au langage distancié du citoyen s’exprimant au nom de l’intérêt général, voient leurs interventions publiques généralement disqualifiées » (Carrel, 2013).

20 La valorisation peut être celle des récits de vie et des histoires personnelles des habitants. On peut ainsi lire dans une production mémorielle qui prend la forme d’un livre l’histoire d’une femme qui raconte son histoire personnelle : elle avait déjà quatre enfants à 21 ans (…), elle a dû quitter son travail de fonctionnaire pour se consacrer à leur éducation (…), avec son mari ils sont bénévoles dans une association (…), c’est un peu leur façon de rendre service à leurs concitoyens (…), ils ont entièrement réaménagé seuls l’appartement dans lequel ils ont été relogés, un appartement qui était catastrophique et dans lequel personne ne voulait emménager, etc.

21 « Il se trouve que je n’ai pas ma langue dans ma poche et effectivement ça m’a permis de parler de choses auxquelles les élus n’avaient pas forcément pensé, je me souviens même à un moment donné… la plupart des habitants de la ville ignoraient qu’il y avait une mosquée par exemple. J’ai rencontré la communauté musulmane, ils m’ont emmené dans leur mosquée qui était dans un sous-sol d’un immeuble qui allait être détruit et ils m’ont emmené là, ils m’ont parlé de leur problème qui était important puisque quand l’immeuble sera détruit où est-ce qu’irait la mosquée ! et c’était une question à laquelle la municipalité n’avait pas pensé (…) » Entretien avec un dessinateur et scénariste qui intervient en tant qu’opérateur dans le cadre d’un appel à projets (démarche pour recueillir la mémoire de vie d’un quartier transformé) lancé par une Ville des côtes d'Armor.

22 Une réalisatrice de documentaire qui a été accompagnée au début du projet par une sociologue qui faisait un travail de recherche sur le quartier.

23 « (…) j’ai fait beaucoup d’interventions en milieu scolaire, j’ai fait tout un travail de médiation autours de justement ce qu’est un projet artistique, je ne fais pas du tout passer le technique, je fais passer vraiment un process, ce que c’est justement qu’un regard artistique sur les choses qui nous entourent ! ce que c’est qu’avoir un point de vue, comment dessiner et mettre en forme ce point de vue (…) » Entretien avec un artiste peintre qui travaille beaucoup en résidence et qui a mené plusieurs actions mémorielles et artistiques dans une ville du Nord-Pas-de-Calais.

24 Par la médiation de paroles d’habitants.

Auteur

Doctorante, Laboratoire Espaces Travail, UMR CNRS Lavue 7218, Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-la-Villette

© Carrières Sociales Editions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search