Version classiqueVersion mobile

L’animation socioculturelle : quels rapports à la médiation ?

 | 
Luc Greffier
, 
Sarah Montero
, 
Pascal Tozzi

2ème Partie. Animation socioculturelle et médiation, des modalités de régulations collectives et politiques ?

Le positionnement des animateurs socioculturels dans l’espace politique spécifique aux Quartiers sensibles

Mustafa Poyraz

Texte intégral

Introduction

1Les quartiers populaires vivent depuis de nombreuses années un processus de « désaffiliation » (Castel, 2009), d’isolement et de repli sur soi (Lapeyronnie, 2008) dans le sens politique, spatial et social (par rapport à) vis-à-vis de la société globale. Les effets des dispositifs mis en place par les pouvoirs publics pour relier ces quartiers à l’ensemble de la société ont démontré leurs limites. Les acteurs de terrains continuent à chercher des nouvelles stratégies en lien avec les politiques publiques alimentant en permanence leurs propres paradoxes pour renforcer le levier de la médiation dans plusieurs secteurs d’activités. Les animateurs de quartiers apparaissent comme des acteurs principaux dans cette démarche de médiation sociale et politique. Ils développent différentes initiatives dans un cadre complexe où les multiples enjeux se croisent, s’enchevêtrent. Dans ce texte, nous proposons d’analyser comment les animateurs de quartiers s’approprient le rôle de médiateur dans l’espace institutionnel et politique tout en développant différentes stratégies en fonction de leurs parcours professionnels et personnels.

  • 1 Henri Lefebvre insiste particulièrement sur le caractère politique de l’espace ; selon lui « l’esp (...)
  • 2 La visite du Président de la République François Hollande à Théo, jeune blessé à coups de matraque (...)

2Nous devons souligner dès le départ que l’espace politique ne peut pas être limité au cadre dans lequel les acteurs politiques « légitimes » construisent leurs actions, leurs stratégies, il s’appréhende sur un champ beaucoup plus étendu. Mon argumentation part de l’idée selon laquelle les espaces de vie sont marqués par la politique (Lefebvre, 1972)1, par les interactions entre des acteurs imprégnés d’une manière ou d’une autre par les rapports politiques. L’acte de citoyenneté devient également réalité à partir de l’agir collectif puisque « l’agir-ensemble des hommes se produit essentiellement dans l’espace politique » comme le précise Hannah Arendt (2014). Mais l’ancrage politique des acteurs des quartiers populaires n’est pas immédiatement identifiable, car il passe par les appareils intermédiaires sous une forme souvent « dépolitisée ». Les rapports entre les représentants politiques et la population ne s'expriment plus par une relation directe, ils se manifestent de différentes manières, par l’intermédiaire de nouveaux acteurs, indépendamment des acteurs politiques identifiés. Car, du fait que les acteurs du champ politique aient développé une tendance à s’autonomiser à partir de « compétences spécifiques » (Bourdieu, 2000) les séparant du monde des profanes, il s’ensuit que les bouillonnements politiques spontanés restent sans réponse. Lorsque les jeunes manifestent leur hostilité à l’égard de la police et des représentants des institutions, bien que cela ne soit pas considéré comme une action politique « légitime », comme le signe annonciateur d’un malaise social profond, ils sont au cœur même des rapports politiques2. Comme cela se développe en dehors du champ réservé aux représentants politiques « légitimes », afin de préserver un équilibre au sein de la société, la nécessité d’avoir un relai, pour ne pas dire un substitut, s’impose. Les animateurs des quartiers s’inscrivent également dans ces rapports sociaux conflictuels comme des acteurs de la médiation politique.

3Notre argumentation s’appuie sur plusieurs dizaines d'entretiens effectués auprès des animateurs des quartiers populaires et des élus, d’une part, et sur les observations menées depuis nombreuses années au sein des équipements socioculturels implantés dans les quartiers dits sensibles. Nous avons concentré notre réflexion sur le rôle joué par les animateurs de quartier au travers de leur expérience professionnelle. En partant du fait que les animateurs, par leur présence quotidienne sur le terrain, construisent des interactions permanentes avec les différents publics et, à ce titre, maintiennent un espace relationnel privilégié en tant que médiateur dans ces territoires, nous nous posons les questions suivantes : quels sont les messages que véhiculent les animateurs au cours de ces temps communs avec les publics ? Est-ce que les messages portés par les animateurs représentent réellement le point de vue des décideurs politiques et des institutions ? A quel point le fait d’être en proximité avec les publics influe-t-il sur l’attitude des animateurs dans leurs actions ? Est-ce qu’il y a vraiment une orientation politique explicite à transmettre par l’intermédiaire des animateurs, provenant des représentants politiques ? Jusqu’à quel point le niveau de formation des animateurs et leurs cultures professionnelles peuvent-ils influer sur la médiation politique des animateurs ?

1. Le Contexte D’intervention Des Animateurs

  • 3 Selon l’INSEE le taux de pauvreté s’échelonne dans les quartiers prioritaires de 37 % en Ile de Fr (...)
  • 4 Observatoire national de la politique de la ville (ONPV), Rapport, 2015.
  • 5 Le développement des réseaux économiques et relationnels au niveau mondial n’empêche pas la créati (...)

4Les territoires dits sensibles sont marqués par plusieurs niveaux de rupture par rapport à la société et à son fonctionnement. Avant tout, ils cumulent de nombreuses difficultés sociales qui touchent dans l’ensemble la population qui y habite. Les phénomènes de la pauvreté3 et du chômage bouleversent profondément la vie quotidienne des habitants de ces territoires. Selon le rapport de l’Observatoire national de la politique de la ville (ONPV)4 le taux de chômage est situé autour de 26,7 % dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, alors que le taux de chômage au niveau national est de 10 %. Ce chiffre devient beaucoup plus frappant concernant la situation des jeunes habitants de ces territoires. Le taux de chômage augmente jusqu’à 40-45 % chez les jeunes de 18-24 ans. Avec 4,8 millions d’habitants composé en grande partie d’immigrés ou descendants d’immigrés, ces 1300 quartiers de la politique de la ville constituent un réservoir de repli et de révolte à la fois5. Cette nouvelle « relégation territoriale » construite à partir d’un long processus de ségrégation socio-spatial (Vieillard-Baron, 2017) et politique constitue un champ de vulnérabilité et de tension inédit. Si cela révèle la profondeur du malaise social bouillonnant au sein de la société française (Spurk, 2010), cela ouvre également un champ de bataille politique (pour le moment on n’est pas encore en mesure d’en voir toutes les dimensions) incluant les nouveaux acteurs et les nouvelles attitudes.

2. L’évolution des politiques publiques à l’égard des territoires « désaffiliés » et le repositionnement des animateurs

  • 6 L’ancien maire de Sarcelles, Henry Canacos explique dans son ouvrage portant sur la période de la (...)
  • 7 Dans son analyse, Albert Meister situait les actions des animateurs à coté de celles des militants (...)

5Les intervenants sociaux ou culturels tentent, au nom des institutions et des représentants politiques, de construire les actions afin de maintenir les liens entre la société et ces territoires « désaffiliés ». Avant tout, les animateurs, par leurs références à la tradition de l’éducation populaire, essayent d’apporter les repères culturels et relationnels afin d’enrichir ces espaces appauvris en termes de ressources intellectuelles et politiques. Nous avons souligné à plusieurs reprises que les animateurs des années 1980 et 1990 étaient motivés pour tenter de relier ces espaces enclavés à l’ensemble de la société. Car ces quartiers étaient progressivement isolés du tissu social, spatial et politique de l’ensemble de la société. En quelque sorte, les animateurs se positionnaient dans ces espaces déconnectés pour construire des ponts, des passages en tant que médiateurs au nom des institutions et des représentants politiques. Il faut rappeler que dans ces années-là, les liens politiques n’étaient pas encore complètement rompus6. La rupture politique s’est achevée au croisement notamment de deux facteurs vers la fin des années 1990 : la diminution du nombre de militants7 issu de ces quartiers et le retrait progressif des acteurs agissant au nom des institutions pour transformer ces quartiers. Le remplacement des animateurs formés selon les références de l’éducation populaire par les animateurs « formés » par les repères propres à ces territoires en fait partie de ce même processus.

6Traditionnellement, la connexion politique d’un territoire périphérique à l’ensemble de la société se fait au travers de l’action des militants qui émerge au sein de ce territoire. Précédemment, les problèmes rendus manifestes dans ces espaces trouvaient également un mode d’expression au travers de regards critiques et de contestations. Ainsi, les classes populaires conservaient un lien fort avec les espaces politiques et institutionnels. Il nous semble que ce lien a une importance capitale pour prévenir l’enclenchement du processus de ghettoïsation et pour préserver le sentiment d’appartenance à la société.

  • 8 Nous devons rappeler également le débat engagé par la revue Esprit en 1972 sur le rôle des travail (...)

7Nous observons également ce processus concernant la nature d’intervention des animateurs. Dans les années 1980 et 1990, les animateurs s’appuyaient majoritairement sur les références issues du militantisme politique, c’est-à-dire de l’éducation populaire. « Sa formation lui permet même de devenir un militant apprécié » disait Albert Meister (1974)8 pour souligner le positionnement des animateurs à l’égard des liens politiques dans les années 1970. A travers des actions culturelles et éducatives, ils tentaient de relier les habitants des quartiers périphériques à l’ensemble des territoires. En l’absence de militants politiques et d'acteurs institutionnels, les animateurs de quartiers épuisent leurs potentiels d’action dans un contexte d’isolement et se font progressivement remplacer par des animateurs issus des quartiers. Nous pouvons désigner ce phénomène comme une autre rupture profonde. Car, les instances politiques et institutionnelles changent de stratégie à l’égard des quartiers pauvres : au lieu de renforcer les liens affaiblis à travers la mobilisation d’autres ressources, les décideurs politiques font le choix de privilégier l’entrée des acteurs issus des quartiers comme une réponse. Les entretiens effectués auprès des animateurs de quartier et des élus, au début des années 2000, démontraient clairement la transformation de l’orientation politique concernant les quartiers pauvres qui constituaient l’objet d’intervention des acteurs issus des mêmes territoires (Poyraz, 2003).

8Il s’agissait de gérer ces espaces où la pauvreté et l’immigration se retrouvent cantonnées dans une situation d’isolement, en s’appuyant uniquement sur les acteurs internes. Cette stratégie consistant à gérer les quartiers pauvres à distance a été justifiée par le développement de la violence et des contestations vis-à-vis des institutions et de leurs représentants. Les efforts déployés par les animateurs et les acteurs présents sur ces territoires afin de garder les liens institutionnels, culturels et politiques avec la société globale démontraient leurs limites devant la pression de la demande exprimée par la population, notamment des jeunes. Ces derniers voulaient accéder aux activités, avoir des lieux pour se rencontrer, sortir plus souvent de leur quartier pour voir autre chose. Comme le soulignait François Dubet (1987), les jeunes « galéraient » dans un espace éloigné de toutes les ressources qu’une ville peut fournir. Ces demandes se formulaient également sous forme de critiques voire de contestations qui devenaient de plus en plus irrésistibles pour les décideurs politiques et institutionnels. Ainsi, pour éviter les conflits et épargner les animateurs, ces derniers ont opté pour le choix de confier la gestion des équipements socioculturels de proximité aux animateurs issus des quartiers.

9Cela constitue un tournant fondamental dans la conception des politiques publiques. Encourager uniquement les ressources locales situées dans un cadre d’isolement sans avoir recours aux dynamiques externes risquait d’enfoncer encore ces territoires dans leur confinement. La nouvelle figure de l’animateur apparaissait dans ce contexte. Les grands frères remplaçaient les animateurs diplômés de l’époque avec un rôle à la fois social et politique pour réguler les relations entre les institutions et la population (Poyraz, 2003). Ainsi les liens institutionnels et politiques entre les espaces décideurs et les habitants des quartiers pauvres prenaient une autre forme, fondamentalement différente, aussi bien par la façon dont les moyens de médiation sont utilisés que par les motivations des nouveaux acteurs mobilisés.

10Cela constitue une petite rupture dans le sens où traditionnellement les animateurs s’inscrivent dans la politique publique comme porteurs des références de l’éducation populaire selon lesquelles l’approche critique et la citoyenneté constituent un socle indispensable. L’accès des citoyens à la culture, à l’éducation et à la politique tient également une place essentielle dans cette approche. Autrement dit, l’animateur se positionne comme un facilitateur qui accompagne les différents publics dans leurs pratiques quotidiennes afin de renforcer leurs implications en tant que sujets autonomes dans la cité. Selon Paolo Freire, c’est une démarche de « conscientisation » des citoyens qui éprouvent des difficultés pour accéder par les voies normales à des espaces qui procurent les ressources pour se maintenir dans un état d’autonomie (Freire, 1974). Dans ce sens, nous pouvons dire que l’animation socioculturelle est une ressource indispensable pour que les liens politiques se génèrent et régénèrent puisqu’elle facilite l’appropriation de supports culturels sine qua non pour l’exercice de la citoyenneté. Cela vient du fait que la culture promeut et entretient l’esprit critique et renforce la prise d’initiative des individus.

  • 9 La principale caractéristique de ce tournant est d’abandonner l’idée de relier ces quartiers pauvr (...)

11Sur ce point, l’animateur s’impose comme un acteur-médiateur culturel, éducatif et politique. Comme le souligne Joffre Dumazedier « c’est dans ce temps difficile que l’animateur est invité à exercer une action à la fois libératrice et régulatrice, pour être intermédiaire nécessaire entre une culture de plus en plus complexe et des pratiques culturelles souvent pauvres et encore appauvries par l’influence dominante des loisirs commerciaux en tout genre » (Dumazedier, 1986). Dès les années 2000, cette figure d’animateur se transforme et une nouvelle figure représentative de tournant des politiques publiques9 apparait au sein des quartiers populaires dotés d’autres ressources et d’autres méthodes de travail.

3. Trois tendances de médiation politique chez les animateurs

  • 10 Nous avons abordé particulièrement la question de ressources disponibles et accessibles dans les q (...)

12Cette nouvelle tendance se charge avant tout de régler les conflits qui devenaient quasi permanents entre les acteurs institutionnels et les jeunes des quartiers populaires. On en était à un point tel que les équipements socioculturels n’étaient plus en mesure d’assurer leur présence dans ces territoires. Les demandes et revendications des habitants (au fond, ils ne demandaient qu'à sortir de cette situation d’isolement) s’exprimaient sous forme de conflit et de dégradation des lieux. Les représentants des politiques publiques, au lieu de construire des espaces de dialogue permanents afin d’élaborer des réponses d’une manière collective, ont préféré mettre en avant les animateurs issus de quartiers comme des acteurs de médiation sociale et politique. Ce choix politique, entre autres, a profondément transformé le sens de l’action des animateurs. Car, les nouveaux animateurs étaient essentiellement porteurs des représentations élaborées au sein même des banlieues populaires et qui ne disposaient pas forcément des ressources intellectuelles requises pour encourager la médiation culturelle entre la population et la société globale10. Car la mobilisation des ressources croisées de la société globale et des territoires enclavés doit constituer l’objet principal des politiques publiques, sinon la préoccupation centrale des acteurs locaux.

13A partir du moment où les acteurs habituels investis du rôle de médiateur culturel et politique deviennent de plus en plus rares, le phénomène de fracture se produit inévitablement. Les animateurs issus de la tradition de l’éducation populaire, en tant que porteurs des repères culturels et politiques pour différents milieux sociaux, étaient capables de faciliter la mobilisation des ressources entre milieux et espaces sociaux distincts. Par contre, les animateurs venant des quartiers populaires n’ayant pas de bagage culturel suffisant pour véhiculer la curiosité intellectuelle dans le sens culturel et politique du terme, ont tendance à privilégier les ressources spontanément disponibles et accessibles dans un espace clos pour construire leur champ d’action.

14Certes, ils font de la médiation, y compris de la médiation culturelle, mais avec des armes différentes. « J’ai été embauché dans l’équipement jeunesse pour assurer la paix sociale, il ne faut pas raconter des histoires. Si je n’avais pas d’influence sur les jeunes vous croyez qu’ils allaient me donner du boulot » disait Ahmed, 28 ans, lors d’un entretien. Il travaille depuis neuf ans au sein d’une antenne jeune qui a traversé plusieurs situations conflictuelles avec la municipalité. Oumar, 35 ans, travail dans un autre Accueil jeunes en région parisienne depuis une quinzaine d’années. « Moi, j’ai grandi maintenant, ni la municipalité ni mes copains ils ne peuvent pas me manipuler comme avant. Je sais que la mairie voulait régler ses comptes sur nos dos, elle voulait que ça soit calme, le quartier ne bouge pas. Le reste ne les intéresse pas trop ; même si les gens se bouffent entre eux, ils ne vont pas bouger un petit doigt. Mais grâce à ça j’ai eu le boulot », précisait Oumar. Un autre animateur, Nabil, 29 ans soulignait que « de toute manière les choses sont faites ; nous on essaye de maintenir. On fait en sorte que le quartier reste calme et nous soyons tranquilles. Au centre social, nous recevons les enfants jusqu’à 15 ans, avec les plus grands on travaille sur les projets. Les élus viennent très rarement et évitent de rencontrer les jeunes. C’est nous qui remplaçons en quelque sorte les élus ; quand les gens ne sont pas contents, nous on est les premiers à recevoir les coups. Mais il ne faut pas trop se montrer du côté des institutions et des politiques. Il faut gérer les situations quoi ».

15Le directeur d’une maison de quartier située dans le nord de Paris soulevait une autre dimension liée à l’ethnicisation du champ de l’animation. « Il y a beaucoup de non-dit dans l’histoire d’embauche des animateurs ; mon arrivée dans cet équipement comme directeur est liée essentiellement à mon origine. Mais dans la présentation personne n’abordera çà. La municipalité sait que le public accueilli ici est majoritairement issus de l’immigration d’Afrique noire. Ils savent qu’un directeur classique aura beaucoup de difficulté pour pouvoir gérer ce lieu. Derrière ça, sûrement, il y a une stratégie, mais pour moi l’essentiel est de faire un travail en dehors de cette stratégie. On doit tout faire pour trouver des arrangements chaque jour, je ne dis pas des solutions mais des arrangements. Certains appellent ça médiation. Mais au bout de quelques années d’expériences je constate que c’est une situation piégée et dangereuse ; il n’est pas possible de développer une orientation cohérente et constante. Si j’arrive plus ou moins à résister pour ne pas dévier sur une ligne complétement communautaire je dois ça à mon éducation et ma formation ».

  • 11 Nous devons souligner que les animateurs ne sont plus seuls pour assumer ce rôle, il y a d’autres (...)

16Toutes ces précisions soulignent bien la complexité du positionnement des animateurs socioculturels travaillant dans les quartiers pauvres situés en banlieue. En premier lieu, on peut souligner la volonté explicite ou implicite des municipalités pour créer un corps intermédiaire voué à faciliter la gestion des territoires et pour réguler les demandes des habitants. Ainsi, les animateurs sont missionnés pour être en contact direct avec les enfants, les jeunes et les adultes de ces territoires où la pauvreté, l’accès à la culture, à l’éducation et à l’espace politique apparaissent comme des questions centrales. Autrement dit, les animateurs de quartier participent activement à l’organisation de la « cité » au nom des institutions et des représentants politiques avec un rôle de médiation11.

  • 12 En nous appuyant sur l’ouvrage de Gérard Noiriel, Dire la vérité au pouvoir. Les intellectuels en (...)

17Ce fait souligne, entre autres, l’émergence d’une nouvelle conception de la démocratie selon laquelle la participation des citoyens ne se fait plus sans l’aide d’un corps intermédiaire spécialisé pour faciliter le fonctionnement du système politique. Il nous semble que cela peut être interprété comme la conséquence de la spécialisation de l’espace politique en dehors des relations quotidiennes qui se tissent en permanence. Pour pallier ce phénomène de rupture, les institutions et les représentants politiques jouent la carte de la participation en mettant en circulation certains dispositifs contrôlés par eux-mêmes. Effectivement, ces tentatives servent à donner un peu d’espoir aux acteurs concernés sur le terrain et revitalisent certains rapports entre les parties ; mais elles sont loin de mobiliser les citoyens pour pouvoir s’approprier l’espace politique. Le débat portant sur « le pouvoir d’agir » des citoyens s’inscrit dans cette approche institutionnelle qui est en permanence à la recherche d’une représentation acceptable de la démocratie. Les animateurs sont mobilisés dans ce cadre subtilement élaboré et légitimé par les représentants du monde intellectuel qui assument de plus en plus ce rôle de dépolitisation (Noiriel, 2010)12.

18En second lieu, il est intéressant d’analyser la perception de ce rôle par les animateurs et le développement de diverses stratégies de leur part. Les remarques des animateurs citées et les observations de terrain illustrent sans détour que les animateurs sont conscients de la stratégie des institutions et des représentants politiques. Très peu armés pour affronter la dureté du terrain, les animateurs se font leurs propres armes sur le terrain en s’appuyant sur les ressources disponibles et accessibles. Sur ce point, la question de la formation et du milieu d’appartenance de ces professionnels prend sens ; car, chaque acteur agit en fonction de ce qu’il est.

  • 13 En ayant un terrain d’intervention incertaine où les acteurs politiques, associatifs et institutio (...)

19Les animateurs de la première génération étaient plutôt motivés et instruits par des repères issus du militantisme politique qui les positionnaient dans une dimension critique à l’égard des institutions et capables d’analyser les conditions sociales dans lesquelles les quartiers pauvres étaient inscrits. Alors que les animateurs issus de quartier et issus de l’immigration trouvent d’autres sources de motivation pour agir. Bien que les pouvoirs locaux les positionnent comme le relais politique entre la population et les décideurs, les professionnels de l’animation s’approprient différemment ce rôle attribué par leurs institutions d’appartenance13.

20Dans la majorité des cas, nous avons observé que les animateurs de terrain transforment ce rôle à leur manière et en fonction de leurs ressources intellectuelles, selon leur milieu et en fonction de leur bagage (en termes de formation). Les demandes provenant de la population fragilisée, la plupart du temps d’origine immigrée, aussi bien dans le domaine culturel qu’éducatif et social, sont interprétées souvent sous l’angle de la reconnaissance de leurs singularités culturelles ou religieuses. Comme si la situation des quartiers pauvres était liée uniquement à l’appartenance religieuse et ethnique, et que les facteurs socioéconomiques liés aux conditions de vie n’avaient pas d’importance. Cette argumentation est liée, bien entendu, aux ressources intellectuelles sur lesquelles les animateurs de quartiers s’appuient dans leur processus de socialisation.

21Si le travail mené dans un territoire plus ou moins enclavé, où la population immigrée ou descendante d’immigrés, construisent de nouveaux espaces de survie pour pouvoir exister, s’appuie uniquement sur la proximité des valeurs entre les animateurs et la population, il est difficile de construire un espace ouvert à tous. Autrement dit, il est difficile de mener un travail de médiation sociale et politique avec des acteurs porteurs se limitant à des repères communautaires et religieux comme ressources intellectuelles et professionnelles.

  • 14 « L’éducation de quartier » revient à chaque fois dans le débat mené avec les intervenants sociaux (...)

22Ces ressources, si elles ne sont pas croisées avec d’autres ressources, peuvent jouer un rôle dans le renforcement du sentiment d’appartenance à une communauté ou à une religion. On est alors face à une situation de retournement, car les acteurs agissant au départ dans le but d'appuyer le fonctionnement du système, avec l’idée de renforcer les liens entre les institutions et la population, se trouvent dans une position inverse : de fait, ces acteurs se replient sur les ressources de départ, c’est-à-dire sur les repères communautaires et religieux. Cela les enferme naturellement dans une impasse qui alimente uniquement une vision ne dépassant pas les limites des cadres d’une conception liée aux intérêts supposés d’une communauté. Les nombreux entretiens réalisés auprès des professionnels de l’animation démontrent clairement les effets de cette approche sur le terrain. « Dans le quartier il y a une autre mentalité ; ça n’a rien à voir avec ce qui se passe ailleurs, c’est différent. Les enfants grandissent dans une autre ambiance, les voyous de coin ou les religieux devinent facilement le modèle idéal pour les gamins de quartier. Ça se passe comme ça parce que les gamins n’ont pas d’autres occasions pour voir autre chose. Education de quartier14 est en train de gagner de terrain chaque jour, c’est comme ça que certains jeunes révoltent contre le monde entier. Nous, en tant qu’animateur on veut que les choses changent mais j’ai l’impression que tout est fait pour que ces endroits restent dans une situation misérable. J’ai l’impression que tout le monde constate les choses mais personne ne peut rien faire » disait Sonia, animatrice travaillant dans un centre social dans le département du 93 en région parisienne.

23Chez les animateurs de quartier, nous avons identifié plusieurs tendances singulières :

1) Médiation par conscientisation politique : approche militante

24La première tendance concerne les animateurs et animatrices qui s’inscrivent dans l’approche exprimée par Sonia. Ce groupe d’animateurs est conscient des enjeux de ces territoires et du rôle joué par les équipements socioculturels implantés dans ces lieux. Les animateurs faisant partie de cette tendance jouent un rôle de médiation à la fois politique et sociale. Déjà, attirer l’attention sur certaines problématiques plus larges à travers des questions posées dans les quartiers pauvres peut provoquer une prise de conscience de la part des jeunes et des habitants en général. On constate que ce travail peut contribuer à l’émergence d’une nouvelle couche de militants en dehors des espaces dominés par la religion et les attitudes communautaires.

25Dans chaque quartier populaire, on voit apparaitre une nouvelle figure des jeunes élus venant des milieux populaires et souvent issus de l’immigration. Plusieurs entretiens réalisés avec les représentants de ces nouveaux élus nous donnent déjà une idée sur l’apparition d’un nouveau type de médiation politique. Cela peut être une voie intéressante pour relier ces territoires dans l’espace politique, cela peut même susciter certaines réticences chez les cadres politiques qui ont l’habitude de gérer les affaires publiques. Même s'ils ne sont pas nombreux, les animateurs appartenant à cette tendance, qu’on peut les qualifier comme militants, jouent un vrai rôle de médiation politique et culturelle pour maintenir les quartiers isolés dans une dynamique sociétale ouverte. Le renforcement de cette tendance peut encourager la création des espaces critiques qui, à son tour, peut mobiliser des ressources intellectuelles dans ces espaces désertés.

2) Médiation pour maintenir l’existant : approche d’adaptation Institutionnelle

26La seconde tendance s’inscrit dans une démarche qui consiste à maintenir la situation existante tout en trouvant un compromis à la fois avec les institutions et avec les différents publics. Les animateurs appartenant à cette mouvance développent une stratégie de médiation dans le seul but de se maintenir dans un espace professionnel en construisant un équilibre acceptable entre les règles institutionnelles et « l’éducation du quartier ». Ce profil correspond bien à l’esprit des politiques publiques en cours qui envisage au fond d’éviter la dégradation de la situation. En quelque sorte, c’est un compromis qui ne risque pas de bousculer les forces organisées selon les repères religieux et communautaires, c’est une forme de gestion à distance des quartiers pauvres qui s’appuie sur les animateurs comme relais politiques et institutionnels. Cette catégorie apparait comme représentant le plus fidèle de l’orientation politique en vigueur depuis plusieurs années. Le système de formation en cours renforce de plus en plus la généralisation de cette tendance dans les équipements socioculturels implantés dans les quartiers populaires.

27Les remarques des animateurs et nos propres observations démontrent que les efforts déployés pour être en conformité avec la ligne politique des décideurs ne suffisent pas pour pouvoir développer des initiatives créatives et pour éviter la tendance de repli au sein de la population. Ils jouent plutôt un rôle de tranquillisant social en tentant d’établir un équilibre entre les décideurs politiques et les habitants. Dans cette configuration, l’instrumentalisation des animateurs par les acteurs politiques peut être observée plus facilement.

3) Médiation politique conflictuelle : approche contestatrice ethnico-religieuse

28La troisième tendance représente une autre forme de médiation politique qui peut bousculer d’une autre manière les rapports de force au sein des quartiers et mettre en difficulté les institutions. Ces animateurs se référent souvent à des valeurs traditionnelles et religieuses, et tentent d’expliquer les conditions de vie dans lesquelles se trouvent les habitants de ces quartiers par les arguments religieux et culturels. Les paroles recueillies auprès des animateurs et des jeunes de quartiers populaires démontrent une forte tendance à la politisation dans les quartiers pauvres qui encourage les attitudes contestatrices et de révolte contre le système établi. Il s’agit d’une forme de socialisation politique à partir des arguments religieux et anticolonialistes.

29Cela peut être considéré comme une médiation politique dans le sens où les discours tenus mobilisent les jeunes vers l’appropriation d’une attitude politique, qui déborde souvent sur des actes de violences imprévisibles. Il nous semble que la volonté des institutions et représentants politiques visant à contrôler toutes les contestations et les canaux des critiques sociales favorisent fortement le développement de cette tendance au sein des travailleurs sociaux et au sein de la population. La quasi-absence des lieux intermédiaires où différents points de vue et différents milieux sociaux peuvent se croiser, constitue un handicap majeur pour l’apparition de critiques politiques qui soient capables de mobiliser les mécontentements existants au sein des banlieues populaires.

Conclusion

30Alors que les institutions et les instances politiques œuvrent pour perfectionner les instruments politiques et sociaux afin de maintenir les quartiers dans un espace de neutralité à la marge de la société, les animateurs de quartier, en tant que professionnels réputés par leur coté distant à l’égard des institutions, tentent de développer différentes stratégies pour invalider ce processus complexe. Bien qu’une partie d’animateurs s’inscrive dans la continuité des politiques publiques conçues comme relais politique par substitution, une autre partie, maintient une approche critique et militante afin d’agir dans le monde social en tant qu’acteur de transformation sociale. Cette dernière également se positionne comme un relai politique mais avec des objectifs complétement différents et mobilise d’autres ressources intellectuelles.

31Nous identifions une autre partie d’animateurs qui s’inscrit d’une autre manière dans les rapports sociaux de proximité et assume un rôle politique au sein des quartiers sensibles. Cette tendance, en mettant en avant la question communautaire et religieuse, fournit une argumentation singulière pour expliquer la misère de ces quartiers « désaffiliés ». Ainsi, les colères générées par la dureté de la situation socio-urbaine trouve un appui, une explication, un sens pour investir le champ de contestation et au-delà, cherchent un espace politique de confrontation. Si cette tendance nous épargne de l’émergence d’une situation de résignation, elle comporte un potentiel incontestable en terme violence aveugle et imprévisible. Malgré la différence de stratégies chez les animateurs socioculturels des quartiers pauvres, on constate un point commun : le fait de devenir un acteur politique de médiation dans un contexte où les acteurs politiques restent en retrait dans un espace spécialisé.

Bibliographie

Bibliographie

ARENDT Hannah, (ed. 2014), Qu’est que la politique ? Lonrai, Seuil, 303 p.

BOURDIEU Pierre, (2000), Propos sur le champ politique, Lyon, Presse universitaire de Lyon, 110 p.

CANACOS Henry, (1979), Sarcelles ou le béton apprivoisé, Paris, Editions sociales, 268 p.

CASTEL Robert, (2009), La montée des incertitudes. Travail, protection, statut de l’individu, Paris, Seuil, 458 p.

DUBET François, (1987), La galère : les jeunes en survie, Paris, Fayard, 497 p.

DUMAZEDIER Joffre, (1986), « L’ambition de culture populaire : un projet inachevé », Les cahiers de l’animation, no  55, pp. 109-130.

Esprit (1972), Numéro spécial 4-5, pp. 752-771.

FREIRE Paolo, (1974), Pédagogie des opprimés suivi de conscientisation et révolution, Paris, Maspero, 205 p.

GILLET Jean-Claude, (2006) L’animation en question, Ramonville Saint-Agne, Erès, 223p.

LAPEYRONNIE Didier, (2008), Ghetto urbain. Ségrégation, pauvreté, violence en France aujourd’hui, Paris, Laffont, 625 p.

LEFEBVRE Henri, (1972), Le droit à la ville suivi d’Espace et politique, Anthropos, 279 p.

MEISTER Albert, (1974), La participation dans les associations, Editions économie et humanisme, Paris, Les éditions ouvrières, 274 p.

NOIRIEL Gérard, (2010), Dire la vérité au pouvoir. Les intellectuels en question, Marseille, Agone, 311 p.

POYRAZ Mustafa, (2003), Espaces de proximité et animation socioculturelle, Paris, L’harmattan, 253 p.

POYRAZ Mustafa, (2003), « Animateur de quartier : un métier ethnique ? », Panoramique, no 65, 4e trimestre, pp. 175-184.

POYRAZ Mustafa, (2015), Intervention sociale et animation. Education populaire ou gestion communautaire ? Paris, L’Harmattan, 203 p.

Rapport (2015), Observatoire national de la politique de la ville (ONPV).

SPURK Jan, (2010), Malaise dans la société. Soumission et résistance, Lyon, Parangon/Vs, 158 p.

VELTZ Pierre, (2017), La société hyper industrielle. Le nouveau capitalisme productif, Condé-sur-Noireau, Edition du Seuil et La République des idées, 121 p.

VIEILLARD-BARON Hervé, (2017), « Les banlieues : des fractures spatiales aux dérives ségrégatives » in Ester BENBASSA et Jean-Christophe ATTIAS (dir.), Nouvelles ségrégations territoriales, Paris, CNRS Edition, pp. 83-98.

Notes

1 Henri Lefebvre insiste particulièrement sur le caractère politique de l’espace ; selon lui « l’espace a été façonné, modelé, à partir d’éléments historiques ou naturels, mais politiquement », « il a toujours été politique et stratégique », Le droit à la ville suivi d’Espace et politique, Anthropos, 1972, p. 187.

2 La visite du Président de la République François Hollande à Théo, jeune blessé à coups de matraque par des policiers le 2 février 2017, s’est effectuée au moment où les émeutes à Aulnay sous-Bois risquaient de se répandre au niveau national. Un article du Monde de 8 février 2017 illustrait bien le sens politique de ce mouvement avec son intitulé : « l’affaire d’Aulnay prend un virage politique ».

3 Selon l’INSEE le taux de pauvreté s’échelonne dans les quartiers prioritaires de 37 % en Ile de France à plus de 47 % en Provence-Alpes-Côte d’Azur et Languedoc-Roussillon-Midi Pyrénées, INSEE Première, No 1593, mai 2016.

4 Observatoire national de la politique de la ville (ONPV), Rapport, 2015.

5 Le développement des réseaux économiques et relationnels au niveau mondial n’empêche pas la création des zones où les rescapés des rapports de concurrences acharnées se réfugient. « La misère d’être exploités par les capitalistes n’est rien à côté de la misère de n’est pas être exploité de tout », précise Pierre Noel Giraud dans son ouvrage, L’homme inutile, publié en 2015, cité par Pierre Veltz, La société hyper industrielle, Seuil, 2017, p. 116.

6 L’ancien maire de Sarcelles, Henry Canacos explique dans son ouvrage portant sur la période de la construction des logements sociaux à Sarcelles dans les années 1960 et 1970, les dynamiques des relations politisées au sein de quartier et le rôle joué par les militants, Sarcelles ou le béton apprivoisé, Editions sociales, 1979.

7 Dans son analyse, Albert Meister situait les actions des animateurs à coté de celles des militants dans les années 1970, alors qu’aujourd’hui, les animateurs assument quasiment seuls la responsabilité de leurs démarches sous la responsabilité de leurs institutions. La participation dans les association, Editions économie et humanisme, les éditions ouvrières, Paris, 1974.

8 Nous devons rappeler également le débat engagé par la revue Esprit en 1972 sur le rôle des travailleurs sociaux concernant les quartiers pauvres et à l’égard des espaces de pouvoir. Dans le numéro spécial 4-5 de la revue esprit on voit apparaitre clairement la nouvelle configuration des rapports politiques entre la population et les espaces décisionnels. Les animateurs et les travailleurs sociaux se positionnent comme des nouveaux éléments qui absorbent progressivement les militants traditionnels qui jouent le rôle de la médiation politique.

9 La principale caractéristique de ce tournant est d’abandonner l’idée de relier ces quartiers pauvres à la société globale en mobilisant des ressources existant au sein de la société et de privilégier une gestion basée uniquement sur les ressources internes de ces territoires.

10 Nous avons abordé particulièrement la question de ressources disponibles et accessibles dans les quartiers populaires à travers une étude menée dans plusieurs quartiers situés en région parisienne. Selon celle-ci on est face à l’épuisement des ressources liées à la culture politique encourageant la naissance d’une approche critique de l’existant, et le développement d’une vision politique alimenté par l’approche religieuse et communautaire, Intervention social et animation. Education populaire ou gestion communautaire, L’Harmattan, 2015.

11 Nous devons souligner que les animateurs ne sont plus seuls pour assumer ce rôle, il y a d’autres acteurs qui émergent afin d’épauler ceux-ci dans leurs missions. Les médiateurs sociaux, les agents de développement social local, les adultes relais font partie de ce corps intermédiaire constitué souvent sur des repères paradoxaux.

12 En nous appuyant sur l’ouvrage de Gérard Noiriel, Dire la vérité au pouvoir. Les intellectuels en question, Agone, 2010, nous pouvons souligner le lien entre l’affaiblissement des résistances et la force critique provenant du monde intellectuel et l’enfermement des potentiels de contestations dans une dimension infertile, voire dangereuse dans le sens où la religion vient chasser sur ce terrain.

13 En ayant un terrain d’intervention incertaine où les acteurs politiques, associatifs et institutionnels interviennent en permanence en fonction de leurs propres objectifs, les animateurs doivent réajuster constamment leur stratégie à l’égard de ceux-ci. « Il devient alors un stratège où il est capable de faire combiner, c’est-à-dire de réunir, de calculer, d’organiser, y compris des combines, qui relève d’une intelligence plus sociale que technique », précise Jean-Claude Gillet, L’animation en question, Erès, p. 183, 2006, pour illustrer combien le champ d’action des animateurs est glissant et imprévisible.

14 « L’éducation de quartier » revient à chaque fois dans le débat mené avec les intervenants sociaux et les animateurs lorsqu’on aborde la pratique quotidienne des jeunes dans les quartiers dits sensibles. Avec ce terme ils désignent la particularité du contexte de socialisation au sein des quartiers où la référence à la religion, à l’immigration, à la lutte anticolonialiste, au pouvoir des hommes et à la violence constitue un repère central dans les relations entre les individus.

© Carrières Sociales Editions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search