Version classiqueVersion mobile

L’animation socioculturelle : quels rapports à la médiation ?

 | 
Luc Greffier
, 
Sarah Montero
, 
Pascal Tozzi

1ère Partie. La médiation, une compétence de l’animateur ou un métier spécifique ?

Quand l’animatrice utilise ses compétences de médiactrice dans un projet de développement au Nigeria

Jeanne Landais

Texte intégral

Introduction

1Mon article s’articule autour d’une action menée au Nigeria de 2010 à 2014. Mon propos est de mettre en avant les différentes compétences que j’ai déployées sur ce projet pour tenter de répondre à la question « La médiation est-elle une compétence de l’animateur/trice ou un métier spécifique ? »

2Dans une première partie, je préciserai ce qu’est la médiation et ce qu’est l’animation professionnelle. Je m’appuierai pour cela sur différents écrits définissant la médiation et plus précisément sur les travaux de Jean-Claude Gillet proposant une modélisation de la profession. L’objectif de cette démarche étant de vérifier d’un point de vue théorique, comment ce projet mené au Nigeria fait écho aux différents concepts de l’auteur. J’élargirai la question de la médiation en la mettant en perspective avec la notion de « médiaction » développée par le même auteur. Cela me permettant de vérifier laquelle de ces deux notions correspond le mieux aux pratiques engagées dans le projet porté. Afin d’enrichir l’analyse, je m’appuierai également sur les travaux de Jean-Marie Lafortune un des correspondant du RIA (Réseau International de l’Animation) à l’Université du Québec à Montréal.

3Pour finir, je tenterai de démontrer que l’ensemble des compétences mises en œuvre dans la conduite de cette action, défendent l’hypothèse que la « médiation » n’est pas une profession en soi mais, en ce qui concerne les métiers de l’animation, une des compétences fortes de la profession.

1. Problématique générale et terrain

4Les différentes définitions de la médiation, en font une pratique facilitant le rétablissement de la qualité relationnelle dans le cadre de conflits. Elle tendrait à la résolution de situations relationnelles difficiles entre personnes ou groupes en conduisant les acteurs à se conformer par exemple à une décision de justice ou à un accord amiable. En France, la Chambre Professionnelle de la Médiation et de la Négociation (CPMN) définit la médiation comme : « Une discipline à part entière rigoureuse et dotée d'un processus structuré. Une manière de résoudre les conflits à même d'entretenir la liberté relationnelle et contractuelle, par-delà les aléas conflictuels ». Du côté de l’étymologie latine, « mediator » est un intercesseur ou entremetteur. Mot dérivé de « médius », formé sur la racine « med » au sens de « penser, réfléchir ». Le mot « médiation » prend au XVIeme siècle sa valeur moderne d'« entremise destinée à concilier ».

5Qu’en est-il alors des relations entre l’animation professionnelle et le concept de médiation ? L’animateur qui utilise cet outil est-il pour autant un médiateur ? Concernant la notion de médiation, Jean-Claude Gillet propose en 1995, le concept de « médiaction » qui serait, selon lui, plus proche des pratiques d’animation, c’est-à-dire de participation citoyenne active. Il développe l’idée d’un univers de l’animation proche du contrôle social et d’un second univers plus proche de l’action participative et d’un bouleversement éventuel de l’ordre établi. Dans cette approche, la médiation serait selon lui plus proche de la première définition quand la « médiaction » se rapprocherait davantage de la seconde.

6Jean-Marie Lafortune écrit en 2008 : « (…) la médiation culturelle est centrée sur l’élargissement des publics et la transmission de la culture. Inscrite dans la logique de la démocratie culturelle, la médiaction culturelle se tourne plutôt vers la reconnaissance identitaire des minorités et le renouvellement de la culture. La mise en œuvre de ces deux processus répond d’une double exigence démocratique, mais plonge les animateurs dans un rapport complexe aux dirigeants politiques, aux institutions culturelles et aux populations (…) ». La médiation est une technique de résolution de conflits qui répond à des processus structurés. Elle est sans doute utilisée par les animateurs professionnels en prise aux difficultés inhérentes à toute démarche collective mais me semble une pratique plus adaptée aux médiateurs conjugaux, à l’éducation spécialisée ou au secteur de la justice en général. Aussi, la notion qui me semble la plus proche des pratiques d’animation est celle de « médiaction », en tant que façon d’être et d’agir permettant l’action. Pour la mettre en œuvre, l’animateur doit avoir la légitimité suffisante lui permettant de créer les interactions nécessaires entre différents acteurs qui ne sont pas forcément en conflit mais dont les relations offriraient les ingrédients nécessaires d’une coopération.

7Selon Jean-Marie Lafortune, il y a deux types de médiation. Une médiation de premier ordre et une médiation de second ordre. « Centrée sur la régulation, voire la résolution de crises et de conflits, la médiation de premier ordre relève des modèles d’expertise... Sa finalité est pragmatique, en lien avec des pouvoirs institués. La médiation de deuxième ordre, requiert d’assumer l’indétermination dans une co-implication avec la situation des acteurs. C’est donc moins la recherche d’un consensus ou d’une résolution de problèmes qui guide la démarche que l’expérience partagée d’une collaboration permettant l’expression de difficultés dans des contextes de vie qui leur donnent sens (…) ». L’auteur introduit ensuite la notion de « médiaction » : « (…) Mettant en lien l’État, les institutions socioculturelles et les citoyens, la « médiaction » se donne pour objectif de mobiliser un ensemble de ressources internes à la communauté et de les articuler avec les apports externes en vue de susciter ou d’accompagner des projets de développement. »

8L’expérience que j’ai choisie pour illustrer ces apports théoriques, se déroule au Nigeria, dans un contexte de violences sociales, d’inégalités extrêmes, de corruption exacerbée et met fortement en exergue les techniques de « médiaction » sociale dont l’animateur use pour parvenir à construire l’action. Je propose d’étudier la façon dont l’ensemble du projet s’est développé et de démontrer que la « médiaction » si elle est un des outils centraux de l’animateur, n’est pas le seul et quelle n’est qu’une des composantes des rôles joués par celui-ci.

9Pendant 4 ans, j’ai développé un projet au Nigeria dans le bidonville de Makoko à Lagos. Dans ce pays, j’ai tour à tour été enseignante dans une école maternelle huppée, puis commerciale de vins français hauts de gamme. A Lagos, je me suis trouvée face à deux chocs de culture. Le premier étant la rencontre avec une mégalopole surpeuplée, où se côtoient grande misère, pétrodollars et corruption. Le second étant le milieu socioculturel expatrié dans lequel j’évoluais. Ce dernier est marqué par une prédominance d’hommes ingénieurs au travail et par une grande majorité de femmes assignées aux tâches ménagères et à l’éducation des enfants. Le parcours tracé pour les conjointes consistait en des brunchs dans les grands hôtels, l’organisation de cocktails privés, la participation à des œuvres de charité et de nombreux ateliers créatifs proposés dans des villas de luxes.

10Au Nigeria, les entreprises adoptent des règles de sécurité drastiques. Les kidnappings, la corruption et la criminalité organisée menacent les salariés étrangers, comme les cadres Nigérians. Les islamistes de Boko Haram, s’ajoutent aux craintes des employeurs. Des règles de conduite, des protocoles de sécurité, des gardes armés dans certaines zones et des quartiers interdits d’accès font partie du contrat d’expatriation. S’ajoutent, les contraintes dictées par le gouvernement par lesquelles les conjoints d’expatriés s’engagent à ne pas travailler dans le pays d’accueil.

11Le projet que je souhaitais développer se situait dans une de ces zones interdites d’accès aux expatriés. Il consistait à mettre en place des ateliers pédagogiques portés par des bénévoles en soutien à deux écoles du bidonville de Makoko, l’une francophone et l’autre anglophone. Il s’agissait de proposer des ateliers en petits groupes pour renforcer les savoirs et les apprentissages de base sur le principe des pédagogies actives. Makoko c’est plus de 70000 personnes qui vivent dans des habitations précaires, sans eau ni électricité. Le « village » est construit sur pilotis sur la lagune de Lagos face à l’île artificielle de « Banana Island » (25 mn de pirogue séparent ces deux territoires urbains aux contrastes abyssiniens). Banana Island est un des quartiers habitables les plus chers au monde. Makoko se subdivise en sept quartiers qui dépendent tous de l’autorité du chef traditionnel le « Baale ». Makoko a la réputation d’être dangereux, ultra violent et sale. La population y vit essentiellement du trafic, de la pêche et du commerce du bois. La vie y est traditionnelle et la principale langue est le Tofinu puis le Yoruba. Viennent ensuite le français et l’anglais car les Tofinou sont historiquement encrés entre le Nigeria anglophone et le Bénin francophone.

12Malgré ce contexte, je suis parvenue à développer un projet éducatif pour 500 enfants. J’ai mené cette aventure en associant une communauté précaire, trois multinationales, des entreprises Nigérianes et 45 bénévoles internationaux. Au démarrage de l’action, ces acteurs étaient sans liens les uns avec les autres ; leur coopération était pourtant incontournable pour construire cette action. Dans ce contexte très nouveau pour moi, c’est l’usage de la « médiaction » qui a sous-tendue la mise en œuvre de ce projet.

2. Une « médiaction » à 4 branches

2.1. Négocier et impliquer la communauté Tofinou

13Aux origines de l’initiative, j’ai rencontré « le Baale ». Le projet ne pouvait fonctionner que s’il était soutenu et porté par la communauté Tofinou. Cette posture correspond aux valeurs et au contenu politique de l’animation professionnelle, à savoir, la pédagogie participative. Cette démarche action impliquait un projet partagé et défini avec la communauté concernée. Ces échanges devaient participer à construire ma légitimité vis-à-vis des habitants du quartier. Le contour et les termes de notre action collective ont ainsi largement été négociés. « Le Baale » misait beaucoup sur l’éducation et faisait fonctionner deux écoles. Mais, lors de nos premières rencontres, il n’exprimait que des demandes financières.

  • 1 Monnaie du Nigeria. 20 Nairas représentent 50 centimes d’euro. J’avais en tête que mon expatriatio (...)

14Il a fallu de nombreuses rencontres pour s’accorder sur un projet qui n’apporte qu’une plus-value humaine et pédagogique et ne se substitue surtout pas à l’existant. Les enseignants étaient payés chaque jour par les 20 nairas1 que donnaient chaque parent à leurs enfants pour aller à l’école et je ne voulais pas toucher à ce fonctionnement. L’objectif était d’offrir aux enfants l’expérimentation d’outils pédagogiques participatifs, stimuler l’ouverture au monde et l’accès à la culture. Le projet intégrait aussi la formation des enseignants et l’apport d’outils pédagogiques. J’avais également négocié que la religion n’ait pas sa place dans nos ateliers. Une fois ces grands principes validés par « le Baale », la communauté n’avait pour seul engagement que celui de proposer un lieu adapté à proximité de l’école. Ce projet a donc reposé sur le libre consentement en écartant tout enjeu financier et religieux. Ce premier niveau de « médiaction » fût la recherche constante de l’adhésion des Tofinou à des objectifs et à des valeurs communes.

15Elle visait à obtenir la participation de la communauté et non pas à réduire notre action à un service. Les rencontres ont été nombreuses, parfois décourageantes tant les attentes d’assistance exprimées étaient éloignées des conceptions participatives dont l’animation est porteuse. Il faut comprendre que la culture de la charité est très ancrée dans la population nigériane. Elle exclue toute approche participative. Mais, je m’étais fait la promesse de préférer abandonner le projet plutôt qu’agir sans accord avec mes valeurs et sans perspective d’émancipation ou de progrès social. Aussi, n’étais-je au final pas pressée de conclure et cela a sans doute constitué une force. Les Tofinou non plus n’étaient pas impatients et c’est cette posture partagée qui nous a permis d’aboutir. Le libre consentement des parties est, je crois, un ingrédient incontournable de la coopération. Je n’ai rien lâché de mes valeurs, j’ai bu de nombreuses bières avec « le Baale », je l’ai écouté sous l’observation silencieuse de son conseil et, un jour, il n’a plus été question d’argent, mais seulement du lieu qui pouvait nous être proposé. L’accord fût scellé autour d’une « Béninoise » un peu tiède. Depuis ce jour, nous avons travaillé avec une communauté profondément impliquée. Cette adhésion a été un moteur essentiel, gratifiant et très encourageant pour les bénévoles qui se sont impliqués. Les équipes enseignantes du bidonville se sont également mobilisées et ont été fiables et efficaces dans l’organisation des groupes d’enfants.

2.2. Impulser la participation active de bénévoles internationaux

16Pour réussir ce projet, j’avais besoin de mobiliser de nombreux bénévoles. J’avais repéré les compétences de femmes que je côtoyais. Mais de nombreux freins empêchaient leur adhésion à cette dynamique de projet.

  • Le premier était la peur de sortir des parcours balisés par les services de sécurité des entreprises dont elles dépendaient. Leurs inhibitions étaient accentuées par la crainte de corrompre professionnellement leurs époux en enfreignant les règles contractuelles d’expatriation.
  • Le deusième frein était l’auto-dévalorisation très présente dans le discours de ces femmes. Souvent diplômées mais n’ayant que peu exercé, elles exprimaient peu de confiance en elles sur le plan professionnel. Certaines disaient qu’elles ne savaient plus rien faire et ne voyaient pas ce qu’elles pouvaient apporter au projet.
  • Le troisième frein était la diversité culturelle et la diversité des approches d’intervention sociale, d’action collective ou d’éducation.
  • Le quatrième frein était une pratique de la charité à laquelle était largement invité le milieu expatrié. Ces charités principalement organisées autour de la levée de dons induisaient peu de contact avec les populations visées et s’organisait plutôt autour de brunchs lors desquels étaient vendus divers objets fabriqués dans les ateliers créatifs de ces dames. Des pratiques qui de fait engageaient les femmes dans l’usage de compétences particulièrement genrées comme la couture ou la cuisine.

17Il fallait donc résoudre ces quatre niveaux de difficultés. En militante féministe, j’ai rapidement identifié que ce projet devait se bâtir sur deux axes en s’adressant à la fois aux enfants Tofinou mais aussi aux femmes qui m’entouraient. Un projet qui valorise les femmes dans leurs compétences, qui leur offre l’opportunité d’un contact direct avec la population locale et de rompre avec un entre soi étouffant. Le projet s’est donc construit à partir du parcours professionnel des bénévoles pour leur offrir des places intéressantes dans l’organisation en leur offrant ainsi de réactiver leurs compétences. Une ancienne directrice de la communication d’IBM en Angleterre a été chargée de la communication. Une médecin a été responsable de tous le programme pédagogique « Vie de la terre et biologie ». Une artiste a coordonné la peinture des salles de classes. Une bibliothécaire a mis en place la médiathèque ambulante, une ex secrétaire de direction a assuré les compte-rendu de réunion, puis la comptabilité.

18Ce pool international de bénévoles a été un atout pour le projet qui a mobilisé une richesse de compétences et d’expériences tout à fait exceptionnelles. Ce qui pouvait donc apparaitre dans les premiers temps comme un public présentant de nombreux « handicaps » et soumis à de nombreux freins s’est révélé un vivier d’énergie et de compétences inouïe et d’une rare disponibilité.

2.3. Approcher et impliquer la haute société nigériane

19La haute société nigériane est organisée autour de ses propres charités. Elles sont souvent religieuses et à visée plus électoraliste qu’émancipatrice. Les ultras riches pratiquent beaucoup la distribution d’argent ou de nourriture lors des fêtes religieuses et à l’approche des élections. Ils financent des orphelinats et communiquent de façon grandiloquente sur ces générosités. Cette population, composée de multimillionnaires proches du pouvoir et des affaires est peu en lien avec les expatriés, perçus avec mépris comme des migrants économiques, sans moyens comparables aux leurs.

20J’ai eu l’opportunité de travailler comme enseignante dans une école maternelle huppée du quartier de Lekki. Cette école maternelle proposait une scolarité en français pour les enfants de la haute société nigériane. J’ai fait le choix d’être travailleuse clandestine au Nigeria. Cette expérience m’a permis de tisser des liens privilégiés avec de nombreuses familles nigérianes et libanaises. Aussi, j’ai rapidement été invitée dans les plus beaux salons de Lagos et dans de nombreuses soirées privées.

21Par la suite, j’ai eu l’opportunité de prendre un poste de commerciale en vin français. Les parents d’élèves ont constitué la base de mon premier fichier client. Puis sont venus les clients Indiens, Libanais, Américains. En 19 mois, j’ai vendu tant de champagne et de grands crus français, que j’ai triplé le chiffre d’affaires de mon employeur. J’ai surtout constitué un fichier client un peu hors normes… J’ai monté le premier club privé de dégustation de vins français à Lagos et j’en ai profité pour parler à mes clients du projet Makoko. Autour d’un champagne millésimé, mes interlocuteurs étaient impressionnés, car eux-mêmes avaient une perception terriblement négative de ce quartier dans lequel ils n’osaient pas s’aventurer. Avec « le Baale » nous avons organisé des visites du quartier en pirogue pour ces Nigérians qui ne connaissaient que leurs beaux quartiers. Une grande partie de cette Hight Society a été éduquée en Angleterre et aux USA. C’est une génération souvent cultivée qui était séduite à l’idée de soutenir un projet en Afrique qui ne soit pas issue d’un modèle religieux mais d’une véritable volonté de promotion des individus par l’éducation. J’ai compris que cette « marque de fabrique française » séduisait.

22J’ai développé autour de moi, un réseau d’acteurs puissants et influents. Cela a contribué à construire ma légitimité auprès des multinationales. Les embrassades dans les cocktails huppés sont un baromètre social extrêmement important et remarqué à Lagos et les cadres d’entreprises ont vite identifié quels étaient mes réseaux relationnels nigérians.

23Cet axe illustre bien comment l’animateur use de ses réseaux multiples, y compris parfois extérieurs au champ. Est alors à l’œuvre la dimension stratège de l’animateur, sa capacité de synthèse des enjeux et des pouvoirs en présence, sa capacité à convaincre et à constituer un réseau d’acteurs potentiels.

2.4. Rassurer & impliquer le secteur privé

24Les multinationales avaient des craintes légitimes concernant la sécurité et ne soutenaient pas le projet. Lors des premiers échanges avec les cadres influents, j’étais plutôt perçue comme une idéaliste un peu inconsciente. La réalité de mon expérience professionnelle en France et les diplômes que je tentais de mettre en avant obtenaient un crédit limité auprès d’eux.

25Au Nigeria, les entreprises surprotègent les conjoints. Mais cette surprotection est dictée par une lecture des besoins de la femme un peu traditionaliste. L’objectif des entreprises est avant tout de faciliter le bien-être des hommes au travail et cela passe par la bonne santé de leur famille. Il y avait donc un embarras certain à accompagner un projet qui sortait des usages habituels et impliquait de bouger les lignes particulièrement sensibles des services de sécurité. Les entreprises rencontrées nourrissaient également de gros doutes sur la réelle motivation de la communauté Tofinou à co-construire un projet sans enjeu financier. Cette méfiance était argumentée par les nombreuses expériences portées par les filiales de grosses entreprises qui avaient abouti à des situations de corruption. J’ai décidé d’éviter les décideurs expatriés et obtenu un rendez-vous avec un responsable sécurité Nigérian qui connaissait bien Makoko. Il m’a écouté et a téléphoné au « Baale ». Ils ont discuté en Yoruba. « Le Baale » a du accepter que nos pirogues partent de Banana Island avec des gardes armés d’Etat, les Mopol. C’était une question d’assurance pour les entreprises. Cette adhésion des services de sécurité m’a clairement donné les moyens d’agir. Sans cette clef, je n’aurais pas pu proposer le bénévolat aux femmes que je sollicitais. Les agents de sécurité ont également été des vecteurs de communication précieux car ils ont témoigné de l’organisation et de la mobilisation parfaite de la communauté sur place.

26Ma légitimité s’est également construite par la reconnaissance de mon réseau nigérian. Certains cadres supérieurs qui connaissent parfaitement l’Afrique ont mesuré la nature de mes contacts lagossiens. Ils étaient gouverneurs, juges, « chief », directeurs de banques, etc. Cela a légitimé ma posture et a également soutenu l’envie de femmes de plus en plus nombreuses à s’investir dans un projet devenu presque « tendance » dans les salons ! Certains cadres supérieurs méfiants au départ, (peut être poussés par leurs épouses qui s’y épanouissaient ?), ont finalement soutenu la démarche et ont proposé de donner une autre envergure au projet en proposant un soutien financier conséquent. Cela a abouti à la promesse d’un budget de 900 000 $ pour la reconstruction complète des deux écoles du quartier.

27Le travail de communication a été un vecteur essentiel du succès de ce projet auprès des entreprises. Il a permis de mettre en place des comptes rendus réguliers et adaptés à la culture des multinationales. Des visites d’entreprise dans le bidonville ont été mises en place et ont fait parler de Makoko. Une page Facebook a permis aux financeurs d’obtenir des informations actualisées sur le développement du projet. C’était également un espace de témoignage participatif pour les bénévoles et les professeurs des écoles. L’organisation de divers événements culturels pour nos partenaires privés, comme l’orchestre d’enfants ou l’exposition photos, a également été une belle vitrine pour les entreprises partenaires.

3. Théoriser la compétence « médiaction » de l’animateur dans ce projet

28La médiation telle que définie dans la charte de la médiation sociale (2011) est « un processus de création et de réparation du lien social et de règlement des conflits (…) ». Cette définition me semble répondre davantage à un mode d’intervention dans le cadre d’un conflit quand la « médiaction » me semble mieux définir le mode d’intervention de l’animateur professionnel. Contrairement à la médiation, la « médiaction » n’implique pas forcément la présence d’une logique de conflit. Jean-Marie Lafortune donne la définition suivante : « En privilégiant l’écoute et le dialogue, en facilitant une meilleure compréhension des situations, des points de vue et des comportements de chacun, la médiaction permet de faire émerger des solutions nouvelles et adaptées à l’évolution de la société et à favoriser l’autonomie des individus. » Jean-Claude Gillet écrit : « Le pôle de la médiaction concerne les stratégies d’adaptation des moyens aux fins, la rencontre, les ressources des acteurs, les réseaux, le partenariat, les médiations, la construction du lien social, la facilitation, la socialisation par les interactions, la communication, l’échange, les négociations, les transactions, la reliance, le rôle d’intermédiaire ou de médiateur joué par l’animateur, le fait de fédérer les énergies (…) »

29Le libre consentement et la participation des habitants étaient au centre de la conduite de cette action de transformation. Des jeux d’influences constants cherchant l’adhésion de la communauté, des enseignants, des bénévoles, des financeurs, de la société civile. Mais cette position nécessite à la fois le désintéressement et la légitimité suffisante auprès des acteurs concernés. Or, cette légitimité n’est pas un acquis ou un métier en soi mais se construit par une capacité à créer du lien, à mobiliser et motiver. A Lagos, l’expression favorite est « Nothing for free » qui signifie que l’on ne fait jamais rien gratuitement. Le bénévolat favorise la construction d’un statut désintéressé (en tout cas financièrement). Cela a permis d’éviter que l’argent ne vienne pervertir la notion d’engagement de la communauté. Cela m’a permis également de m’opposer à la demande d’un pasteur évangéliste qui m’ordonnait de cesser tous les ateliers afin de procéder au baptême collectif de 400 enfants. La communauté Tofinou avait construit avec moi les contours du projet, son caractère laïque et a respecté ses engagements comme j’ai respecté les miens. La co-construction fut sans doute la grande force de cette action.

30Les quatre axes de « médiaction » activés dans ce projet illustrent la posture du « marginal sécant » développée par Michel Crozier (1977) dans laquelle l’animateur se trouve parfois engagé. Le marginal sécant est un acteur, partie prenante de plusieurs systèmes d'action en relation les uns avec les autres. Il joue un rôle d'intermédiaire et d'interprète entre des logiques d'actions parfois différentes ou contradictoires.

31De la même façon, ma posture « médiactrice » consistait à avoir un pied dans des « mondes » différents. Cela implique une posture décrite par Michel Crozier comme « le royaume des relations de pouvoir, de l’influence, du marchandage et du calcul ». Jean Marie Lafortune (2008) légitime quant à lui, « Une troisième forme de médiation… dans laquelle les intervenants s’engagent sans connaître précisément les dynamiques qui en résulteront. Tributaire des événements, cette démarche exige paradoxalement préparation et entraînement, poursuite d’intérêts et abandon de soi. Il s’agit alors de faire émerger des possibles et de favoriser leur appropriation, d’accompagner le cheminement par lequel tous peuvent choisir ce qui leur paraît réalisable et soutenable à la fois pour eux et pour la communauté (…) ». Il rejoint ici Jean-Claude Gillet pour qui « Un professionnel de l’animation doit aborder son territoire comme un espace où se confrontent des acteurs, dont les logiques d’action se jouent dans un réseau de contraintes et de ressources dans un champ traversé par des enjeux multiples qui vont l’obliger sans cesse à modifier sa position à l’intérieur de cette triangulation que constituent les figures de l’animateur militant, de l’animateur technicien et l’animateur médiateur. En ce sens l’animateur n’est pas un pur technicien apolitique, mais l’acteur d’une praxis sociale et culturelle, un professionnel qui sait saisir les opportunités capables de permettre à tous de devenirs citoyens-décideurs ».

Conclusion et axes de réflexion

32Les différentes postures mises en œuvre dans ce projet de développement me semblent démontrer que la médiation est une des composantes de l’identité de l’animation professionnelle. Ce projet a engagé de nombreuses compétences transversales. La « médiaction » y apparaît comme indissociable d’autres champs de compétences. Sans ces autres compétences l’animateur « médiacteur » serait sans doute un professionnel un peu bancal. La dimension stratégique c’est-à-dire, la capacité à sortir de son champ pour mieux le réinvestir, la dimension militante qui implique de l’engagement, des valeurs et parfois aussi un peu de capacité transgressive, la dimension technique qui implique la capacité à traduire comptablement un projet, à en assurer la logistique et l’organisation sont indissociables de la « médiaction ».

33C’est encore aujourd’hui le tryptique modélisé par Jean-Claude Gillet qui traduit ce qui caractérise le mieux l’identité de l’animation professionnelle. Mais cette théorisation de la profession est inégalement appropriée par les professionnels du champ. La dynamique de formation des futurs acteurs de terrain, les expériences partagées et théorisées constituent sans doute le socle indispensable de la consolidation de l’identité profonde d’une profession hétéroclite et qui manque cruellement aujourd’hui de « penseurs-passeurs ».

Epilogue

34Le projet de Makoko a été mis en difficulté par des acteurs religieux ou politiques. En juillet 2014, le Gouvernement de Lagos a décidé de récupérer le potentiel foncier de la zone. Les forces armées d’Etat ont été dépêchées sur place pour l’évacuation de la population, et sept habitants ont été tués dont deux enfants et un « Baale ». Pour des raisons évidentes de sécurité et d’intérêts commerciaux, le projet s’est arrêté. Les multinationales engagées ne pouvaient pas s’opposer au pouvoir politique local. Cependant, la société civile a déclenché une contre-attaque politique par le biais de l’ONG « Human’s rigth » qui a entamé d’âpres négociations avec le pouvoir politique qui ont abouti par l’arrêt du démantèlement de la zone. Aujourd’hui, de nouveaux acteurs ont repris de nombreuses actions. Une personnalité du Nigeria, que je connais bien, poursuit l’action, me donne des nouvelles et s’implique encore pour la scolarisation des enfants Tofinou. Cet épilogue est pour moi positif et démontre que ce projet a enclenché une dynamique durable.

35J’ai parfois des nouvelles du « Baale » et de certaines bénévoles pour qui le projet a été un véritable tremplin. Certaines femmes ont trouvé un emploi au Nigeria, d’autre ont repris un travail en rentrant dans leur pays d’origine et beaucoup m’ont témoigné à quel point cette expérience les avait marquées, nourries et transformées. Les Tofinou accueillent de nombreux projets et Noa, le jeune frère du « Baale », anime une page Facebook très dynamique sur les projets d’écoles.

36Avec du recul, je crois que l’essentiel de ce projet n’a pas été l’action en elle-même mais plus profondément le processus conscientisant par lequel chacune des parties a participé, à son niveau, à s’affranchir d’une situation en développant son pouvoir d’agir.

Bibliographie

Bibliographie

CROZIER Michel, FRIEDBERG Erhard, (1977), L'acteur et le système, Paris, Seuil.

Comité Interministériel des villes, (2001), Charte de la médiation sociale, 1er octobre..

GILLET Jean-Claude, (1995) Animation et animateurs - Le sens de l’action, Paris : L’Harmattan, coll. Technologie de l’Action sociale.

GILLET Jean-Claude (2008) Des animateurs parlent, Editions de L’Harmattan, collection « Animation et Territoires »

GILLET Jean-Claude (2009) Mémoires professionnels master Animation, L’Harmattan

LAFORTUNE Jean-Marie, (2008), « De la médiation à la médiaction : le double jeu du pouvoir culturel en animation », Lien social et Politiques, no 60, automne, p. 49– 60.

Notes

1 Monnaie du Nigeria. 20 Nairas représentent 50 centimes d’euro. J’avais en tête que mon expatriation ne durerait pas et que la pérennité de mon projet n’avait rien de certain alors que cette communauté avait réussi à faire fonctionner deux écoles depuis plus de 10 ans.

Auteur

Animatrice socioculturelle, cadre attachée à la direction du centre social « la Pépinière » à Pau

© Carrières Sociales Editions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search