Version classiqueVersion mobile

L’animation socioculturelle : quels rapports à la médiation ?

 | 
Luc Greffier
, 
Sarah Montero
, 
Pascal Tozzi

1ère Partie. La médiation, une compétence de l’animateur ou un métier spécifique ?

Quelles médiations dans les formations offertes par l’ESELx : l’ASC et ses frontières ?

Laurence Vohlgemuth, Joana Campos, Célia Martins, Ana Gama, Alfredo Dias, Maria João Hortas et Natália Vieira

Texte intégral

Introduction

1Alors que les communautés scientifiques et professionnelles promeuvent de nombreux colloques et séminaires autour du concept ou de l’activité de médiation dans différents champs, l’accroissement de la complexité et des fractures sociales conduisent à la recherche de réponses apportées par de nouveaux professionnels appartenant à des catégories professionnelles aux contours parfois encore indéfinis ou en cours d’affirmation. C’est dans ce contexte que l’Ecole Supérieure d’Education de Lisbonne (ESELx) propose, parmi ses offres de formation, trois licences différentes et un master qui préparent à des fonctions médiatrices : licences en Animation Socioculturelle, en Médiation Artistique et Culturelle, en Musique dans la Communauté et master en Education Sociale et Intervention Communautaire. Il nous semble particulièrement pertinent de réfléchir aux spécificités et complémentarités de ces formations en ce qui concerne les compétences développées en médiation(s).

1. Médiation(s) : quels champs d’application et quelles compétences ?

2Au Portugal, actuellement, la médiation et les médiateurs sont quasi absents des textes qui encadrent et organisent les domaines de formation et les catégories professionnelles. Dans la Classification Nationale des Domaines d’Education et Formation (CNAEF) publiée en 2005 par le Ministère des Activités Economiques et du Travail, le terme médiation n’apparait pas et il est difficile d’utiliser cette grille pour catégoriser une formation en médiation quel qu’en soit le champ d’application. Dans le Catalogue National des Qualifications (CNQ) qui catégorise les qualifications de niveaux non supérieurs, actualisé très fréquemment (dernière actualisation en date septembre 2016), la qualification de médiateur est inexistante. Le Ministère de la Justice, quant à lui, reconnaît, pour des fonctions très spécifiques, certaines formations en médiation familiale, pénale, du travail et de conflits et définit un statut du médiateur de conflits (Loi n.o 29/2013, du 19 avril). Ces formations sont des spécialisations qui suivent des licences très variées, ce qui conduit à nouveau à la difficulté de définir une identité professionnelle. Par ailleurs, les colloques et rencontres scientifiques et professionnels se centrent sur la réflexion autour de médiation sociale, médiation interculturelle, médiation artistique et culturelle, médiations transversales à plusieurs catégories professionnelles et à plusieurs champs disciplinaires.

3Giménez (1997, 2001) définit la médiation comme un système alternatif pour la gestion pacifique, positive et participative de la conflictualité sociale de forme préventive et régulée. L’auteur élargit le concept en le désignant comme une modalité d’intervention de tiers (Giménez, 2010, p. 67), orientée vers le rapprochement des parties par la communication et la compréhension mutuelle, l’apprentissage et le développement du vivre ensemble, la régulation de conflits et l’adéquation institutionnelle entre acteurs sociaux et institutionnels. En ce sens, la médiation peut être considérée comme un instrument facilitateur de la communication, stimulant la participation sociale et communautaire, promoteur de la cohésion sociale et encore comme un instrument de l’adaptation institutionnelle, quand nous nous référons à l’articulation entre institutions et personnes. Dans le cadre de la définition de la médiation, Torremorell (2008) distingue trois axes d’analyse : les intervenants, la situation conflictuelle et le processus de communication. Leur opérationnalisation conduit à différents modèles : résolution de problèmes, médiation transformative et communicationnelle.

4Quel que soit le modèle adopté, il est attendu que le médiateur socioculturel puisse dominer des techniques et des procédures pour organiser, promouvoir, coordonner et faciliter le dialogue entre des groupes de personnes et communautés dans des contextes locaux, publics, privés ou de caractère social, visant leur inclusion dans la société. Pour répondre aux intentionnalités, la formation des médiateurs repose sur des dispositifs qui privilégient un ensemble de principes qui lui sont propres : volontarisme, confiance, aide des parties, neutralité, co-protagonisme des parties, négociation et légitimation (Giménez, 2001). Ces principes permettent une action dans trois grands domaines d’intervention : « diagnostic, planification et évaluation de l’intervention au niveau de l’animation socioculturelle ; communication et dialogue interculturel ; gestion et médiation de conflits » (Oliveira et Freire, 2009, p. 25). D’où un ensemble de compétences pour l’intervention professionnelle organisées en trois dimensions : le savoir-faire, le savoir et le savoir-être (Oliveira & Freire, 2009). Sur ces dimensions, reposent les compétences prises en compte pour la construction de parcours formatifs dans le cadre de la médiation : communication interpersonnelle ; reconnaissance de la diversité (des situations et des personnes), gestion de conflits, éthique et déontologie.

5En réponse aux défis des sociétés contemporaines, la médiation sociale s’affirme comme une ressource qui cherche, de forme organisée, à contribuer au renforcement de la cohésion et des liens sociaux (Oliveira & Freire, 2009). Dans une perspective qui considère la dynamique des relations humaines, elle s’assume comme un processus coopératif pour le renforcement du dialogue et des liens sociaux, la valorisation positive du conflit et des différences, et la promotion de la participation des citoyens dans la résolution de leurs problèmes (Giménez, 1997).

6Nous pouvons donc considérer la médiation interculturelle comme une forme spécifique de médiation sociale développée en contextes pluriethniques et multiculturels. Ainsi, la médiation interculturelle est une modalité d’intervention, dans et sur des situations sociales de diversité socioculturelle significative, portant une attention particulière à l’autre, à sa revalorisation et à la reconnaissance dans la différence (Giménez, 1997). Les principes et méthodes de la médiation interculturelle visent (1) le rapprochement des parties, (2) la communication et la compréhension mutuelle, (3) l’apprentissage et le développement du vivre ensemble. Simultanément, elle s’assume comme une forme de régulation de conflits et d’adéquation institutionnelle, entre acteurs sociaux ou institutionnels ethnoculturellement différenciés. En synthèse, la médiation sociale, médiation interculturelle comprise, contribue à : (1) promouvoir des relations coopératives, que ce soit au niveau préventif ou au niveau de la résolution de conflits installés ; (2) faciliter la communication et la découverte participée de solutions ; (3) recréer l’instance de dialogue ; (4) renforcer les possibilités de restaurer les ressources liées : à l’augmentation de la socialisation, à l’élaboration de normes de collaboration, à la reconnaissance de l’autre et à la responsabilité individuelle et sociale.

7La médiation artistique et culturelle, quant à elle, apparait comme un modèle d’intervention qui concilie deux logiques, celle de démocratisation de la culture et celle de démocratie culturelle avec une attention spéciale à la spécificité des publics et des objectifs de développement de la citoyenneté, « d’une part, elle prolonge la diffusion de la culture légitimée pour gagner progressivement des couches de population de moins en moins familières avec les œuvres capitales. D’autre part, elle favorise les partenariats avec des acteurs d’autres champs professionnels, l’accueil de pratiques culturelles et artistiques jugées moins nobles dans les institutions, l’écoute des besoins et la prise en compte des goûts de tous. » (Lafortune, 2013, p. 3).

8Pour qu’il soit possible de surmonter la tension entre le renforcement de la fracture entre les publics « cultivés » et les publics peu familiarisés avec les œuvres légitimes et l'émancipation de tous par l'expérience esthétique, il est nécessaire de modifier le lieu et la représentation des productions artistiques. Pour cela, la scène artistique doit devenir « un espace de transformation réciproque entre ceux qui produisent des formes esthétiques et ceux qui s’en emparent » (Ratier & Innocenti, 2010, p. 103). Maurel (2010) va plus loin encore et affirme que le « travail de la culture » dépasse le champ de la culture et mène à une authentique transformation non seulement de la culture, en tant que modes de vie, discours et œuvres mais également du sujet lui-même, des relations sociales et politiques.

9Ainsi, « la fonction de la médiation n’est pas tant de convertir le non-public d’une activité sensible ou d’une institution en spectateur concerné – ce qui n’est en aucun cas négligeable – que de permettre à chacun de mieux se construire par des pratiques culturelles où l’art porte sa propre efficience en termes d’expressivité, d’énonciation et de relation au sein d’un cadre de vie ordinaire et d’un environnement sociopolitique donnés » (Henry, 2014, p. 87).

10Face à ces finalités définies, il nous reste à préciser les compétences nécessaires aux professionnels qui exercent la médiation artistique et culturelle. Tâche délicate puisque « Le travail de médiation, dans ses différentes configurations professionnelles, fait appel à des gammes de compétences et des champs d’expertise relativement importants. » (Aubouin, Kletz, et Lenay, 2010, p. 8) Les actions du médiateur artistique et culturel s’appliquent sur trois champs d’intervention : « la gestion de projets multi partenariaux, la planification et la mise en œuvre d’actions culturelles ou artistiques visant à créer des passerelles entre culture et public, ou entre différents publics et la communication sur les actions » (Commission nationale de la certification professionnelle, 2012). Pour ce faire, doivent être développées :

  • (1) la capacité d’adaptation et gestion de l’interactivité,
  • (2) la capacité à prendre appui sur les connaissances et les regards des publics pour en faire des ressources communes et des objets de dialogue avec les œuvres,
  • (3) la capacité à faire bénéficier l’institution de connaissances des publics, acquises lors des interventions,
  • (4) des compétences en conception, suivi et réalisation opérationnelle d’un projet culturel,
  • (5) la capacité à créer et à animer un réseau de partenaires,
  • (6) des savoirs et savoir-faire liés à la pratique artistique ou scientifique,
  • (7) des connaissances relatives aux différents publics (Aubouin et al., 2010).

11Nous sommes donc face à une pratique professionnelle qui s’applique sur différents objets, dans différents champs, mais qui, somme toute, doit reposer sur des principes et des compétences professionnelles communs fondamentaux (Silva, Carvalho & Aparício, 2016). Notre analyse portera sur des pratiques formatives de l’ESELx et nous identifierons un ensemble de compétences transversales dans le champ de la médiation.

2. Méthodologie

12Afin de réfléchir sur les programmes de formation mis en place à l’ESELx, pour les formations en animation socioculturelle, éducation sociale et intervention communautaire, musique dans la communauté et médiation artistique et culturelle, en ce qui concerne les dimensions de la médiation travaillées et les identités professionnelles ainsi construites, nous analyserons, dans toutes les fiches d’unité curriculaire (FUC) de ces formations, les objectifs, contenus et stratégies de travail énoncés.

13Nous situerons ces unités curriculaires (UC) dans le parcours formatif des étudiants indiquant le(s) cours qu’elles intègrent, leur désignation, le domaine scientifique auquel elles appartiennent, leur caractère obligatoire ou facultatif, le nombre de crédits qui leur est associé et l’année de formation où elles prennent place.

14Ces fiches seront lues et analysées à la lumière des dimensions proposées précédemment en ce qui concerne les compétences transversales des médiateurs, à savoir :

  • (1) d’adaptation et gestion de l’interactivité/communication,
  • (2) de reconnaissance et valorisation de la diversité (des situations et des personnes),
  • (3) de conception, suivi et/ou réalisation opérationnelle de projet,
  • (4) de création et animation de réseau de partenaires
  • et (5) de mobilisation de principes éthiques et déontologiques.

15Pour ce qui est des compétences ou savoirs spécifiques à chacun des champs d’application, nous procèderons de forme différente, faisant émerger des données recueillies les catégories d’analyse.

3. Quelles Médiations dans les formations offertes par l'ESELx ?

16Nous tenterons de répondre à la question ci-dessus à travers l’analyse des FUC de chacun des cours considérés.

3.1 Licence en Animation Socioculturelle(LASC)

17Globalement, nous pouvons affirmer que la formation offerte dans la LASC est orientée vers ce qui est défini comme Médiation Interculturelle et Médiation Sociale, bien que les UC du domaine artistique apportent une contribution importante, surtout en ce qui concerne les procédures et techniques. Les UC du cours qui contribuent le plus directement pour cette formation appartiennent essentiellement à deux domaines scientifiques, Sciences Sociales et de l’Education (CSE) et Formation Artistique et Sportive (FAD), bien qu’il existe quelques registres relatifs au domaine des Langues et Littérature (LL). Ces apports sont plus significatifs en 2ème et 3ème années du cours et s’orientent vers trois compétences (adaptation et gestion de l’interactivité/communication, reconnaissance et valorisation de la diversité des situations et des personnes, conception, suivi et/ou réalisation opérationnelle de projet), qui dans leurs énoncés, d’une forme générale, cherchent à s’inscrire dans le cadre de la formation en ASC, très particulièrement en ce qui a trait à l’intervention dans des contextes auprès de publics diversifiés (tableau 1).

18La matrice professionnalisante de la formation des animateurs socioculturels gagne visibilité avec l’analyse de la distribution des énoncés relevés aussi bien dans les parties contenus, objectifs que méthodologies, avec une forte orientation vers une intervention basée sur des procédures analytiques, théoriques et réflexives, amplement situées dans le cadre théorique des CSE. Les registres des compétences inscrits dans les UC de FAD sont surtout relatifs aux aspects/dimensions procédurales et techniques de la médiation.

19C’est surtout dans les UC optionnelles que nous trouvons le plus grand nombre de registres de contenus relatifs à la médiation, sans surprise, dans la mesure où c’est dans l’offre optionnelle que se concentrent les UC relatives à la médiation : Médiation Multiculturelle en Contextes Educatifs, Médiation Familiale et Gestion et Médiation de Conflits.

20La distribution selon les dimensions de compétences de médiation (tableau 1) se concentre surtout sur celles d’adaptation et gestion de l’interactivité/communication, de reconnaissance et valorisation de la diversité (des situations et des personnes), de conception, suivi et/ou réalisation opérationnelle de projet (159 des 174 références identifiées). Les références explicites aux compétences relatives à la mobilisation de principes éthiques et déontologiques et à la création et dynamisation de réseaux de partenariats sont plus résiduelles.

Tableau 1 LASC — Compétences de médiation dans les sections Contenus, Objectifs et Méthodologies

Compétences

Contenus

Objectifs

Méthodologies

Total

CT1 - adaptation et gestion de l'interactivité/communication

39

27

10

76

CT2 - reconnaissance et valorisation de la diversité (des situations et des
personnes)

16

11

10

37

CT3- conception, suivi et/ou réalisation opérationnelle de projet

16

21

9

46

CT4 - création et animation de réseau de partenaires

4

0

0

4

CT5 - mobilisation de principes éthiques et déontologiques

2

7

2

11

Total

77

66

31

174

Source : FUC de LASC

3.2 Master en Education Sociale et Intervention Communautaire (MESIC)

21La formation offerte dans ce master est orientée vers la médiation qui s’inscrit dans la Médiation Sociale et Interculturelle. Les UC du cours qui contribuent le plus directement pour cette formation se centrent surtout sur les compétences relatives à la conception, suivi et/ou réalisation opérationnelle de projet (21 des 32 références, cf. tableau 2), sans surprise, compte tenu de la spécificité de ce master et la nécessité de réaliser un projet final de recherche ou d’intervention (objet de la 2ème année de formation dans sa totalité). Analytiquement, pour ce cours, la distribution des compétences par année ou domaine scientifique n’est pas pertinente puisque ce plan de formation s’inscrit intégralement dans le domaine des CSE et que les UC de 2ème année sont entièrement consacrées à l’accompagnement de l’élaboration des projets de recherche ou d’intervention. Dans l’analyse autour des concepts, contenus, objectifs et méthodologies, nous pouvons constater une surreprésentation de la compétence relative à la conception, suivi et/ou réalisation opérationnelle de projet, largement située dans l’UC de Laboratoire de Méthodes et Techniques d’Intervention. Globalement, les énoncés relevés dans l’analyse des objectifs et des méthodologies présentent un nombre moins élevé de références explicites, mais avec une distribution similaire à celle des contenus, c’est-à-dire, avec des valeurs plus élevées pour les compétences de conception, suivi et/ou réalisation opérationnelle de projet.

Tableau 2. MESIC Compétences de médiation dans les sections Contenus, Objectifs et Méthodologies

Compétences

Contenus

Objectifs

Méthodologies

Total

CT1 - adaptation et gestion de l’interactivité/communication

2

1

0

3

CT2 - reconnaissance et valorisation de la diversité (des situations et des
personnes)

3

0

0

3

CT3 - conception, suivi et/ou réalisation opérationnelle de projet

10

6

5

21

CT4 - création et animation de réseau de partenaires

2

1

0

3

CT5 - mobilisation de principes éthiques et déontologiques

0

1

1

2

Total

17

9

6

32

Source: FUC de MESIC

3.3 Licence en Musique dans la Communauté (LMC)

22Dans la LMC, l’analyse des compétences mises en évidence dans les sections, contenus, objectifs et méthodologies des FUC permet d’affirmer que la formation est orientée vers la médiation qui s’inscrit plutôt dans la Médiation Sociale et non pas dans la Médiation Artistique et Culturelle comme nous pourrions nous y attendre. Les compétences de médiation le plus souvent énoncées dans les FUC sont, dans l’ordre d’importance, la reconnaissance et valorisation de la diversité des situations et des personnes, l’adaptation et gestion de l’interactivité/communication et la conception, suivi et/ou réalisation opérationnelle de projet. 151 registres sur les 156 comptabilisés concernent ces trois compétences. La compétence de mobilisation de principes éthiques et déontologiques n’a qu’une présence résiduelle dans les FUC analysées et aucune référence n’est faite à celle de création et animation de réseau de partenaires (Tableau 3).

23La prédominance des compétences de médiation dans les UC de 1ère année est visible aussi bien dans la section des contenus et objectifs que dans celle des méthodologies, cependant, des UC de 3ème année mentionnent des compétences en médiation dans la section des objectifs. Bien que la majorité (37) des UC de la licence soit du domaine scientifique de la musique (Pratique Vocale et Instrumentale, Sciences Musicales et Formation Musicale) et promeuve 113 compétences de médiation, proportionnellement, ce sont les 6 autres domaines scientifiques (FAD, LL, MCT et CSE) qui contribuent pour la formation des étudiants avec 43 compétences explicitées.

Tableau 3. LMC - Compétences de Médiation dans les sections de Contenus, Objectifs et Méthodologies

Compétences

Contenus

Objectifs

Méthodologies

Total

CT1 - adaptation et gestion de l’interactivité/communication

10

28

10

48

CT2 - reconnaissance et valorisation de la diversité (des situations et des
personnes)

25

18

20

63

CT3 - conception, suivi et/ou réalisation opérationnelle de projet

9

19

12

40

CT4 - création et animation de réseau de partenaires

0

0

0

0

CT5 - mobilisation de principes éthiques et déontologiques

0

5

0

5

Total

44

70

42

156

Source : FUC de LMC

3.4 Licence en Médiation Artistique et Culturelle (LMAC)

24En ce qui concerne le cours de LMAC, notre analyse a porté sur les 162 crédits ECTS correspondant aux UC obligatoires ou d’option fermée, les 18 crédits restants pouvant être choisis par les étudiants dans un cursus de formation artistique de l’ESELx ou d’une autre institution d’enseignement supérieur. La première constatation que nous pouvons faire est que toutes les compétences transversales des médiateurs énoncées ci-dessus figurent dans les programmes des UC de ce cursus. Seules 3 UC sur 29 analysées ne font aucune mention aux compétences en médiation.

25Prédominent largement, les énoncés relatifs aux compétences de communication, reconnaissance et valorisation de la diversité (Tableau 4). La compétence de conception, suivi et/ou réalisation opérationnelle de projet a une présence significative dans les propositions de formation. Par contre, les compétences de création et animation de réseau de partenaires et de mobilisation de principes éthiques et déontologiques sont plus rarement mentionnées dans les programmes, mais elles sont objet de travail dans plusieurs UC, en particulier celles d’initiation à la pratique professionnelle qui totalisent plus du tiers des crédits de la formation.

26Les compétences transversales de médiation sont travaillées tout au long de la formation avec un accroissement de l’importance qui leur est donnée en 3ème année.

27Les UC du cours qui plus particulièrement centrent leur travail sur le développement de compétences en médiation appartiennent aux domaines scientifiques des CSE. Cependant, tous les domaines scientifiques mobilisés dans cette formation (CSE, Arts, Pratique Professionnelle (PP), Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) et LL) participent au développement des compétences en médiation des étudiants. Alors que dans les UC des Arts, des LL et des TIC, les compétences développées sont celles de communication, de valorisation de la diversité et la méthodologie de projet, dans les UC des CSE et de la PP, toutes les compétences transversales de médiation sont travaillées.

28Les compétences d’adaptation et gestion de l’interactivité sont développées en ayant recours à différents langages – TIC, langue maternelle, langues étrangères, expressions artistiques, visant des objectifs d’émission, réception, interaction aussi bien à l’écrit qu’à l’oral, avec une attention particulière pour la gestion des conflits et des processus de changement, à travers des activités pratiques de communication en situations diversifiées.

29Les diversités qui sont reconnues et valorisées peuvent être celle des publics, des cultures, des objets et langages artistiques, des organisations ou des contextes de réception et de production artistiques. Les méthodologies pour cette reconnaissance passent par la réflexion, mais également par des expériences de rencontres.

30Les compétences nécessaires au travail de projet sont développées de sorte à ce que les étudiants puissent conduire toutes les phases du projet, les connaissances acquises à partir de l’analyse sont mobilisées pour l’intervention.

31En ce qui concerne la compétence de création et animation de réseau de partenaires, nous trouvons dans les programmes des UC, des contenus qui s’y réfèrent, des objectifs d’identification de réseaux de partenaires et dans l’UC d’intervention de 3ème année, en parallèle avec ces objectifs d’identification, une conception et mise en œuvre d’un projet en médiation artistique et culturelle. Néanmoins il n’est pas explicité que les étudiants devront créer ou animer un réseau de partenaires.

32La compétence de mobilisation de principes éthiques et déontologiques passe par la connaissance, la réflexion et le développement d’attitudes appropriées lors d’interventions en contextes authentiques.

Tableau 4. LMAC - Compétences de Médiation par domaines scientifiques

Tableau 4. LMAC - Compétences de Médiation par domaines scientifiques

Source : FUC de LMAC

4. L'ASC et ses frontières

33L’analyse par cours est illustrative des différences dans l’offre formative de l’ESELx. La médiation est présente dans la formation de ces professionnels, de forme conditionnée par la nature de chaque plan de formation, aussi bien au niveau théorique que méthodologique. Nous tenterons de mettre en évidence les spécificités de la formation en ASC.

34Nous pouvons signaler une présence fragile, dans toutes les formations, des énoncés de mobilisation de principes éthiques et déontologiques en tant que compétence considérée essentielle dans le champ de la médiation (Tableau 5).

Tableau 5. LASC, MESIC, LMC et LMAC — Compétences de médiation

Tableau 5. LASC, MESIC, LMC et LMAC — Compétences de médiation

Source: FUC des plans de formation LASC, MESIC, LMC, LMAC

35Toutes les formations analysées développent, chez les étudiants, des compétences pour la conception, mise en œuvre, suivi et évaluation de projets de nature diverse, dans la plupart des domaines scientifiques mobilisés. Si nous considérons, comme Isabel Guerra, que la méthodologie de projet est « un ensemble d’opérations explicites qui permettent de produire une représentation anticipée et finalisante d’un processus de transformation du réel (…), un accompagnement intellectuel de la production de changement » (2002, p. 119), alors elle est effectivement indispensable à tous professionnels ayant une intervention sociale ou de développement local.

36En consonance avec des textes fondateurs universels (UNESCO, 2001 ; CE, 2008), la reconnaissance et la valorisation de la diversité représentent 162 énoncés dans l’ensemble des programmes des formations en analyse. La diversité culturelle est valorisée dans toutes les formations analysées avec des nuances en fonction des profils professionnels visés. Alors que la formation en Médiation Artistique et Culturelle, comme nous pouvions le prévoir, met l’accent sur la diversité des langages artistiques, et que la formation de musiciens qui concentre le plus grand nombre de références de cette compétence se centre sur l’individuel et le groupe de formation avec lequel il intervient sans prendre en considération un encadrement social plus large, l’animation socioculturelle tient compte de la dimension territoriale, des migrations et des groupes minoritaires présents sur le territoire.

37Pour ce qui est de la compétence d’adaptation et gestion de l’interactivité, la plus présente dans l’ensemble des formations (Tableau 5), nous pouvons signaler des compétences spécifiques en fonction des formations envisagées. Les formations de musiciens dans la communauté et de médiateurs artistiques et culturels donnent la priorité à la maîtrise de différents langages (langue maternelle, langues étrangères, TIC et arts) alors que celle en animation socioculturelle donne priorité à la dynamique de groupe et la gestion des conflits.

38Finalement, c’est peut-être en ce qui concerne la compétence de création et animation de réseaux de partenaires que nous trouvons une plus grande spécificité de chacune des formations. Cette compétence est absente du cours de formation des musiciens dans la communauté. Les médiateurs artistiques et culturels se doivent d’identifier les partenaires et les réseaux, les étudiants en Master d’Education Sociale et Intervention Communautaire sont formés pour concevoir des projets avec des partenaires ou en réseaux. Aux animateurs socioculturels, quant à eux, est attribuée la compétence de former des réseaux, ayant pour objectif, entre autres, l’inclusion sociale. Ces réseaux de partenariats sont associés au profil de l’ASC et doivent être mobilisées pour contribuer au développement local.

Notes conclusives

39Reprenant la proposition de Torremorell (2008) qui considère que c’est surtout la nature du processus mais également les protagonistes qui permettent d’établir la ligne de distinction entre différentes modalités de médiation, l’analyse menée permet de conclure que, bien qu’il y ait des compétences transversalement présentes dans les cours analysés, il y a, malgré tout, dans les dispositifs qui mobilisent la médiation dans la formation des professionnels, des spécificités qui vont à la rencontre des intentionnalités formatives. Ces spécificités contribuent à la définition de frontières entre catégories et profils professionnels. D’une part, nous trouvons les cours qui forment des professionnels pour une intervention que nous pouvons désigner comme sociale qui s’encadrent dans les modèles de médiation sociale et interculturelle (LASC, LMC et MESIC), d’autre part, la LMAC qui s’inscrit dans la médiation artistique. C’est dans la LASC qu’émerge un ensemble d’UC qui, conceptuellement et méthodologiquement, se centre sur différentes modalités de médiation et qui travaille de forme explicite et approfondie la discussion autour du profil de médiateur sur le plan social. C’est dans la LMAC que la distinction et la définition du profil professionnel de médiation artistique s’exprime. Cependant, l’analyse permet de conclure que, indépendamment des modèles théoriques de référence de chacun des cours et des contextes et protagonistes avec lesquels travailleront les futurs diplômés, ce sont les compétences d’adaptation et gestion de l’interactivité/communication et de reconnaissance et valorisation de la diversité (des situations et des personnes) qui sont transversalement considérées dans la formation de ces professionnels, avec des variations peu significatives face aux profils visés.

40Nous pouvons affirmer que ce type d’analyse revêt une certaine importance dans le processus d’amélioration des formations d’enseignement supérieur, concrètement, dans le développement d’une formation qui se base sur la réflexion autour des processus de définition, affirmation et distinction des profils professionnels des groupes pour lesquels sont offertes les certifications. Les résultats obtenus permettent encore de conclure sur la nécessité de renforcer et adapter les dispositifs de formation surtout en ce qui concerne la création et dynamisation de réseaux de partenariats et la mobilisation de principes éthiques et déontologiques.

41Enfin, pour approfondir la connaissance sur les champs de développement de la médiation dans le cadre de ces professionnels, nous considérons qu’il est nécessaire d’avancer dans la recherche et de procéder à une analyse intensive des expériences formatives mises en œuvre, surtout dans les UC d’initiation professionnelle qui constituent un espace qui incorpore majoritairement le développement de la compétence relative à la conception et/ou mise en œuvre et/ou suivi de projet.

Bibliographie

Bibliographie

AUBOUIN, Nicolas, KLETZ, Frédéric et LENAY, Olivier (2010), Médiation culturelle : l’enjeu de la gestion des ressources humaines, Paris, Consulté sur http://www2.culture.gouv.fr/culture/deps/2008/pdf/cetudes-2010-1.pdf

CONSELHO DA EUROPA (2008), Livro Branco do Diálogo Intercultural “Viver Juntos em Igual Dignidade”, Estrasburgo, Conselho da Europa, Consulté sur http://www.coe.int/t/dg4/intercultural/Source/Pub_White_Paper/WhitePaper_ID_PortugueseVersion2.pdf

COMMISSION NATIONALE DE LA CERTIFICATION PROFESSIONNELLE. (2012) Le Répertoire National des Certifications Professionnelles Consulté sur http://www.rncp.cncp.gouv.fr/grandpublic/visualisationFiche?format=fr&fiche=14595 GIMÉNEZ, Carlos (1997), « La naturaleza de la mediación intercultural », Migraciones, no 2, pp. 125-129.

GIMÉNEZ, Carlos (2001), « Modelos de mediación y su aplicación en mediación intercultural », Migraciones, no 10, pp. 59-110.

GIMÉNEZ, Carlos (2010), Mediação Intercultural. Cadernos de apoio à formação 04, Lisboa, Alto Comissariado para o Diálogo Intercultural (ACIDI), 88 p.

GUERRA, Isabel (2002), Fundamentos e Processos de uma Sociologia de Acção, Estoril, Princípia Editora, 254 p.

HENRY, Philippe (2014), Un nouveau référentiel pour la culture ?, Toulouse, Editions de l'Attribut, 253 p.

LAFORTUNE, Jean-Marie (2013) « De la démocratisation à la démocratie culturelle : dynamique contemporaine de la médiation culturelle au Québec » In. MARTIN, Laurent et POIRRIER, Philippe Démocratiser la culture. Une histoire comparée des politiques culturelles. Territoires contemporains, nouvelle série – no 5 URL : http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/publications/Democratiser_culture/JM_Lafortune.html.

MAUREL, Christian (2010), « Le travail de la culture : des concepts aux pratiques », In LIOT, Françoise, projets culturels et participation citoyenne, pp. 23-33, Paris, L'Harmattan.

OLIVEIRA, Ana et FREIRE, Isabel (2009), Sobre... a Mediação Sócio Cultural, Lisboa, Alto Comissariado para o Diálogo Intercultural (ACIDI), 52 p.

RATIER, Jean-Paul et INNOCENTI, Laura (2010), « Qu'est-ce qu'une action culturelle appropriée ? », In LIOT, Françoise, projets culturels et participation citoyenne, pp. 99-114, Paris, L'Harmattan.

SILVA, Ana Maria, CARVALHO, Maria de Lurdes et APARÍCIO, Miriam (2016), « Formação, profissionalização e identidade dos mediadores sociais », in SILVA, Ana Maria, CARVALHO, Maria de Lurdes et OLIVEIRA, Lia, Sustentabilidade da Mediação Social : processos e práticas, pp. 93– 104, CECS, Braga.

TORREMOREL, Maria Carme. (2008), Cultura de Mediação e Mudança Social, Porto, Porto Editora, Coleção Ciências da Educação Século XXI, 96 p.

UNESCO (2001), Déclaration universelle de l'UNESCO sur la diversité culturelle, consulté sur http://unesdoc.unesco.org/images/0012/001271/127160m.pdf

Table des illustrations

Titre Tableau 4. LMAC - Compétences de Médiation par domaines scientifiques
Légende Source : FUC de LMAC
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/772/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 5. LASC, MESIC, LMC et LMAC — Compétences de médiation
Légende Source: FUC des plans de formation LASC, MESIC, LMC, LMAC
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/772/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

Auteurs

Professeure, ESELx-IPL/Unidade de Investigação e Desenvolvimento em Educação e Formação (UIDEF-IEUL)

Professeure, ESELx-IPL/Instituto de Geografia e Ordenamento do Território (UL)

Professeure, Escola Superior de Educação de Lisboa (ESELx - IPL)

© Carrières Sociales Editions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search