Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Animation & économie sociale et solidaire

 | 
Aurélie Carimentrand
, 
Marius Chevallier
, 
Sandrine Rospabé

Personnalités et vocabulaire de l’ESS46

Texte intégral

  • 46 Les explications ci-après ne sont pas des définitions : les termes et auteurs ne sont pas définis g (...)

Desroche Henri (1914-1994) est l’un des rares théoriciens de l’ESS à avoir également développé une réflexion sur l’éducation à la coopération. De plus d’un point de vue d’EP, il est également original en ce qu’il a privilégié une réflexion et une expérimentation sur la formation des adultes.

Dumazedier Joffre (1915-2002) fut cofondateur avec Georges Le Meur du Groupe de recherche sur l’autoformation en France. Ce chercheur est également important pour les animateurs et animatrices par son analyse de la place des loisirs dans la vie quotidienne.

Économie circulaire : par analogie avec l’écosystème naturel, l’économie circulaire considère que les déchets de chaque entreprise peuvent constituer les ressources d’autres entreprises plutôt que ces dernières prélèvent à nouveau dans leur environnement. Par exemple, la grande distribution jette des emballages plastiques qui peuvent servir aux entreprises du textile.

Économie collaborative : ensemble de démarches consistant à partager ou louer un bien (logement, voiture, tondeuse, etc.) ou mutualiser des ressources et compétences (ateliers fablab, do it yourself, imprimantes 3D, finance, espace de travail, etc.).

Économie plurielle : notion élaborée pour signifier que plusieurs modes de fonctionnement cohabitent dans le système économique. Critiquant la tendance moderne à ne considérer que deux alternatives (le libéralisme individuel au niveau micro ou la contrainte étatiste au niveau macro), l’économie plurielle rappelle qu’il existe aussi le niveau intermédiaire (méso) dans lequel l’économie est l’affaire de collectifs.

Économie sociale : terme issu de la fin du 19ème siècle désignant des organisations de producteurs ou de consommateurs organisés collectivement pour faire face à leurs besoins. Ce terme a été repris dans les années 1970 pour rassembler les entreprises partageant le principe « un homme =une voix » (coopératives, mutuelles, associations) dans un contexte de concurrence européenne menaçant la pérennité de leurs cadres juridiques.

Économie solidaire : terme issu des années 1990 pour désigner des organisations de personnes qui prennent en charge directement certains problèmes de société (chômage, pollution, mal-logement, désertification rurale, etc.). Dans certains pays, on parle plutôt de « nouvelle économie sociale », car la dynamique contemporaine d’émergence de ces dynamiques rappelle celle des entreprises d’économie sociale au 19ème siècle.

Économie sociale et solidaire : comme l’économie solidaire est parfois considérée comme une nouvelle économie sociale et que les organismes d’économie solidaire utilisent souvent les statuts juridiques de l’économie sociale, une fusion des deux concepts a progressivement été réalisée.

Entrepreneuriat social : partageant avec l’économie solidaire, la volonté de prendre en charge directement des enjeux de société, les entreprises sociales mettent plus l’accent sur des chefs d’entreprises diplômés que sur les dynamiques collectives pour atteindre leurs objectifs.

Freinet Célestin (1896-1966) : comme la plupart des théoriciens présentés dans cet ouvrage, ce pédagogue est à la fois engagé sur le plan de la théorie et de l’expérimentation. Selon lui, il faut autant prendre au sérieux les activités des enfants que celles des adultes : en confiant de réelles responsabilités à un enfant, ce dernier va se motiver tout seul sans avoir besoin de l’autorité ni de discipline. L’organisation du travail est alors définie de manière coopérative par l’éducateur et les enfants. L’ICEM (institut coopératif de l’école moderne) promeut sa pédagogie : www.icem-pedagogie-freinet.org.

Freire Paulo (1921-1997) est engagé dans la formation des adultes marginalisés (« pédagogie des opprimés ») en veillant à ce que la formation soit bien une voie d’émancipation et non de domination. Contre un enseignement décontextualisé de la lecture, il associe étroitement enseignement de la lecture et vie politique quotidienne : les apprentissages sont directement considérés comme un moyen d’améliorer son cadre de vie.

Gide Charles (1847-1932) est une figure caractéristique de l’ESS en ce qu’il s’est autant impliqué dans une carrière de coopérateur que de théoricien de la coopérative. En tant que militant de la coopération, il a promu l’idée d’une République Coopérative : les bénéfices des coopératives de commerçants peuvent être utilisés pour mettre en place des coopératives de production et d’habitation de sorte que progressivement toute la société fonctionne selon un mode coopératif.

Habermas Jürgen : ce penseur allemand né en 1929 développe la notion de démocratie délibérative : dans cette optique, plutôt que de concentrer le pouvoir dans les mains d’experts, les décisions doivent se prendre au maximum par la discussion et l’échange d’arguments entre citoyens. La décision est alors le résultat d’une dynamique collective. Il fait partie de l’Ecole de Francfort.

Innovation sociale : l’innovation sociale, c’est une nouvelle manière d’organiser une activité ou un groupe. En ESS, de 104 nombreux théoriciens cherchent à expérimenter concrètement leurs idées : ces expérimentations relèvent de l’innovation sociale.

Kropotkine Pierre ou Petr Alekseevitch (1841-1925) : intellectuel russe ayant parcouru l’Europe en exil et considéré comme l’un des pères fondateurs de l’anarchisme avec Bakounine, Proudhon et Stirner (Jourdain, 2013).

Ostrom Elinor (1933-2012) : ses travaux, reconnus par le « prix Nobel d’économie », ont montré que les systèmes collectifs traditionnels et modernes de gestion des ressources ne sont pas moins efficaces que les systèmes reposant sur la propriété privée ou la nationalisation.

Oury Fernand (1920-1998) est co-fondateur avec une psychologue de la pédagogie institutionnelle, dont il est à la fois théoricien et praticien. Considérant à l’instar de Foucault que l’école ressemble trop à une caserne subie par les élèves, il construit des outils (conseil de classe coopératif, quoi de neuf) pour définir collectivement l’espace de travail afin d’apporter repères, confiance et sécurité.

Polanyi Karl (1886-1964) : cet auteur est très fréquemment cité en ESS. Il a identifié quatre types de fonctionnements économiques de base : la redistribution qui passe par un prélèvement obligatoire par une hiérarchie ayant un pouvoir de contrainte, la réciprocité qui est une relation horizontale caractérisée par le souci de l’autre, le marché qui est une relation horizontale caractérisée par le souci de soi et l’administration domestique où l’on produit pour soi et ses proches (Servet, 2007).

Proudhon Pierre-Joseph (1809-1865) : cet intellectuel critique le socialisme étatiste et se réclame d’un anarchisme proche du socialisme associationniste. Il publie dans de nombreux journaux. Sa liberté d’expression lui vaut plusieurs incarcérations.

Socialisme associationniste : au sens large, le socialisme est une réaction au libéralisme. Il considère que la société ne peut pas fonctionner si les libertés individuelles sont trop importantes. Le socialisme associationniste propose une organisation collective de la société (par des associations, des coopératives, des mutuelles et autres formes collectives notamment testées dans les années 1830, 1848 et 1870).

Socialisme utopiste : terme très proche de celui de socialisme associationniste mettant plus l’accent sur la volonté d’expérimenter de nouveaux modèles de société, souvent à l’initiative de théoriciens et expérimentateurs comme Charles Fourier en France, Robert Owen en Angleterre, etc. Ce terme a été forgé par Friedrich Engels dans son ouvrage de 1880 « Socialisme utopique et socialisme scientifique » au sein duquel il associe le socialisme scientifique au marxisme.

Utilité sociale : l’économie monétaire donne une valeur aux biens et services produits par des entreprises. Mais l’entreprise remplit bien d’autres fonctions que l’on rassemble dans la notion d’utilité sociale. En ESS, elle est un objectif au même titre que la survie de l’entreprise et une priorité par rapport à la croissance de l’entreprise ou des revenus : lien social par la convivialité et la lutte contre les exclusions, développement local des territoires marginalisés, aspects écologiques, etc. (voir l’article 2 de la loi de 2014 sur l’ESS).

Utopie : de nombreux auteurs ont décrit des sociétés idéales, souvent pour critiquer indirectement leurs sociétés contemporaines. Utopie signifie étymologiquement sans (u-) lieu (-topie). À l’inverse, en ESS, ces efforts théoriques sont directement expérimentés : elles se réalisent concrètement dans un lieu, il est alors plus exact de parler d’hétérotopie (autre lieu, Foucault, 1984).

Villes en transition : plutôt que de se contenter d’initiatives individuelles et partielles, les « villes en transition » désignent des habitants d’une ville qui s’organisent collectivement pour envisager une nouvelle manière de vivre ensemble (transport, alimentation, énergie, etc.) notamment dans une perspective de l’après-pétrole.

Notes

46 Les explications ci-après ne sont pas des définitions : les termes et auteurs ne sont pas définis globalement mais uniquement en rapport avec le sujet de l'ouvrage.

© Carrières Sociales Editions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter