Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Animation & économie sociale et solidaire

 | 
Aurélie Carimentrand
, 
Marius Chevallier
, 
Sandrine Rospabé

Animation et ESS, ça donne quoi en pratique ?

Texte intégral

  • 34 Dans ce chapitre, le genre neutre est le féminin.
  • 35 « Les discours sont contrastés entre « l’univers chaud de l’animation » (tout est possible et l’ani (...)

1Admettons que je sois animatrice socioculturelle34, que ce soit l’univers « chaud »35 de l’animation qui m’attire et que je défende un modèle de société basé sur une économie plus humaine, plus responsable, plus collective, plus solidaire, bref, une économie sociale et solidaire… Je fais quoi ? Ce troisième chapitre, construit à partir d’entretiens d’animatrices et d’expériences pédagogiques concrètes menées en DUT Carrières Sociales, donne quelques clés sur la place de l’animation dans ce champ très hétérogène (parfois hétéroclite !) qu’est l’ESS.

2« 1+1 =3, l’économie un jeu d’enfant ». C’est ainsi que s’intitulait le programme d’éducation à l’économie lancé par une structure d’éducation populaire bretonne, Les Petits Débrouillards, et reprise dans les cahiers d’espérance des Etats Généraux de l’ESS en 2011. Et si l’animation socioculturelle, s’attachait, par la mise en œuvre de projets d’éducation à l’économie (et à l’ESS), à œuvrer pour une transformation de nos sociétés vers un monde plus juste, plus égalitaire, plus respectueux de l’environnement et de l’homme ?

  • 36 Des réseaux comme le REEB (Réseau d’Education à l’Environnement en Bretagne) ou les Graines (Group (...)

3Il n’est pas exceptionnel de rencontrer une animatrice qui travaille en EEDD (Education à l’Environnement et au Développement Durable) ou en EACSI (Education à la Citoyenneté et à la Solidarité Internationale)36 mais on entend beaucoup plus rarement une professionnelle se positionner comme animatrice en EESS (Education à l’ESS). Cette partie défend l’idée qu’en complément de l’action des journalistes (travaillant dans des médias alternatifs comme l’Age de Faire, S !lence, Alternatives Economiques etc.), des enseignantes et des acteurs de l’ESS, les animatrices, par leurs compétences d’animation de groupe et les valeurs qu’elles ont héritées de l’éducation populaire peuvent créer des espaces de réflexions et d’actions autour de l’économie et de l’ESS. Et ce, qu’elles travaillent dans des structures « classiques » de l’animation (centre social, MJC, maison de quartier, Habitats Jeunes, CRIJ, EHPAD etc.), dans des structures de l’ESS plus institutionnalisées comme les CRESS (Chambres Régionales d’ESS) ou dans des structures d’ESS « nouvelle génération », comme des cafés associatifs ou coopératifs, des coopératives d’éducation populaire et des CJS (coopératives jeunesses de service).

4Ce chapitre commence par clarifier notre approche de l’éducation à l’ESS, ses principes pédagogiques et ses principaux enjeux (3.1). Puis, afin d’illustrer plus concrètement le lien entre animation et ESS, nous présentons des exemples d’expérimentations menées par nos étudiants en DUT Carrières Sociales, suivis de témoignages d’animatrices qui ont une pratique professionnelle en lien avec l’ESS (3.2).

Éduquer à l’ESS pour une réappropriation citoyenne de l’économie37

L’éducation à l’ESS : qu’est-ce c’est ?
Éléments de définition

5L’éducation à l’ESS vient s’inscrire dans un ensemble d’« éducations à » que Lucie Sauvé, professeure à l’UQAM – Université du Québec à Montréal – spécialiste de l’éducation à l’environnement, propose de regrouper sous le terme intégrateur d’« éducation pour le développement de sociétés responsables » (Sauvé, 2000) ou encore « d’éducation à l’engagement » (Sauvé, 1997). Ces « éducations à » se singularisent par : leurs objectifs (l’émancipation individuelle et collective, le développement d’un esprit critique et d’un pouvoir-agir et plus largement la démocratie, la transformation des pratiques sociales), leurs enjeux (la construction d’un principe de responsabilité dû au lien entre l’individuel et le sociétal), leur ouverture (elles convoquent des savoirs pluridimensionnels, des conduites, des valeurs) et enfin par leur dimension adisciplinaire (par la nature sociétale de leurs enjeux) (Lebeaume, 2004 ; Lange et Victor, 2006). L’historien de l’éducation populaire Jean-Marie Mignon les positionne comme de nouvelles pratiques permettant la réorientation de l’éducation populaire, notamment par l’action de jeunes associations militantes (Mignon, 2007).

6Yvan Comeau, professeur en sociologie à l’école de service social de l’Université de Laval (Québec), s’est intéressé à l’éducation à l’économie sociale qui « agirait sur les modes de représentation et de classification […] et sur les habitudes, afin de structurer des organisations économiques différentes des entreprises capitalistes et les plus conformes possibles aux principes de l’économie sociale » (Comeau, 1998, p. 471). Au-delà de ce développement d’« une culture favorable à l’émergence et au développement des entreprises collectives », l’éducation à l’ESS est un processus pédagogique (« s’informer, comprendre, agir ») qui vise à une compréhension critique des enjeux économiques actuels.

7Si on s’inspire des propos de Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener (2013), l’éducation à l’ESS vise à renforcer l’émancipation des personnes dans une triple dimension : une dimension individuelle (pouvoir développer une conscience critique et une capacité d’agir), une dimension interpersonnelle, collective (avoir le pouvoir de changer le monde autour de soi, avec les autres) et enfin, une dimension politique (prendre le pouvoir sur ce qui peut nous exclure : l’ultra-libéralisme).

8Cette éducation s’attache à construire des processus éducatifs qui s’inscrivent dans la durée pour :

  • accompagner la compréhension par tous des mécanismes qui régissent l’économie dans la perspective de se mobiliser contre les problèmes sociaux et environnementaux qu’elle génère ;

  • informer, questionner, débattre et expérimenter autour d’alternatives existantes et à construire. Le rôle des animatrices dans l’éducation à l’ESS peut donc aller jusqu’à :

  • susciter des mobilisations collectives : coopérative jeunesse de service, zone de gratuité, action de sensibilisation, animation dans l’espace public sur l’ESS (porteur de parole par exemple) etc. ;

  • accompagner des habitantes qui souhaitent construire leur activité en s’appuyant sur les principes de l’ESS : une boulangerie biologique, une coopérative de panneaux solaires, un café-épicerie coopératif…

Des freins à prendre en compte

9Les résistances individuelles
L’éducation à l’ESS implique de modifier des représentations initiales pour en construire de nouvelles. L’individu peut alors se sentir menacé si cela touche à des structures profondes liées à son identité, son parcours de vie, ses pratiques sociales et son système de valeurs (Drion, 2005). Le processus pédagogique doit donc s’inscrire dans le temps.

10La force de l’idéologie économique dominante
Malgré les crises auxquelles doit faire face le système économique dominant, il a intégré et neutralisé les critique (Boltanski & Chiapello, 2002). De même, l’ESS présente aussi ce risque de constituer une forme de libéralisation de l’économie en facilitant la diminution de l’économie domestique (Perret et Roustang, 1993) par les services à la personne et de l’économie publique avec le remplacement d’emplois publics par des emplois associatifs plus précaires (Hély, 2009).

Les principes pédagogiques de l’éducation à l’ESS

11L’éducation à l’ESS s’inscrit dans la dynamique de réflexion autour du rôle de l’éducation dans la construction d’alternatives à notre modèle de développement. Il n’existe pas d’écrit sur les approches pédagogiques qui pourraient être les siennes. Elle s’inspire des courants de l’éducation aux droits humains, de l’éducation populaire, de l’éducation à la citoyenneté internationale tant dans ses méthodes pédagogiques que dans la perception du rôle « politique » que celles-ci ont de l’éducation. Ses approches pédagogiques ont pour perspective d’accompagner l’émancipation individuelle et collective des modèle(s) économique(s) dominant(s) qui nous oppriment, dans une dynamique de réflexion, d’action et de dialogue. Elles puisent dans les pédagogies « nouvelles » et de certains pédagogues comme Célestin Freinet*, Fernand Oury*, Paolo Freire*, etc.

12Une éducation à l’ESS émancipatrice et favorisant l’exercice d’une citoyenneté économique passe alors par plusieurs éléments :

  • un ancrage dans la réalité de vie des jeunes : elle part des représentations et des réalités des apprenants (l’alimentation, les vêtements, les mobilités, l’épargne, l’énergie etc.) ;

  • des pédagogies actives et coopératives basées sur un apprentissage expérientiel (le vivre-ensemble, le faire ensemble, etc.) et des modes de communication horizontaux, non directifs ;

  • elle appuie son approche éducative sur une perception holistique de l’individu qui prend en compte la personne dans son ensemble (la dimension intellectuelle, sociale, créative, artistique, spirituelle, etc.) et ses différentes manières d’apprendre :

  • elle remet au même niveau l’ensemble des savoirs : apprendre ce n’est pas seulement savoir, c’est aussi ressentir et agir ;

    • 38 Voir Hély et Moulévrier (2013) et le triangle, chapitre 1.

    c’est une éducation qui vise le développement de l’esprit critique. L’ESS y est questionnée y compris dans ses dérives vers un isomorphisme institutionnel38.

Un enjeu de développement au sein de l’éducation formelle et non formelle

  • 39 Accord-cadre de coopération entre le Ministère de l’Education Nationale, le Ministère délégué à l’E (...)
  • 40 Accord-cadre de coopération entre le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, le m (...)
  • 41 Le programme Jeun’ESS est un partenariat Public/Privé réunissant l’Etat, la Caisse des Dépôts, et s (...)

13Comme nous l’avons vu dans le deuxième chapitre, l’ESS a, dès ses origines, intégré un projet éducatif à son projet économique. Aujourd’hui, un état des lieux de la présence de l’ESS dans le domaine de la formation initiale montre sa place marginale au sein de l’école primaire, sa fonction de « découverte », d’« information » plutôt que de véritable objet de formation au sein de l’enseignement secondaire, et un cantonnement à des formations spécialisées à partir de licences 3 et souvent de masters dans l’enseignement supérieur (Demoustier et Wilson-Courvoisier, 2009). En 2012, l’association l’ESPER (L’Economie Sociale Partenaire de l’Ecole de la République) a publié un manifeste pour l’Education à l’ESS interpellant les pouvoirs publics sur l’importance d’une mobilisation pour le développement de cette éducation. Les politiques publiques se sont alors peu à peu investies de cette question. En témoignent les signatures d’accords-cadres de coopération entre pouvoirs publics et acteurs de l’ESS, dans le domaine de l’enseignement primaire et secondaire en 201339 et de l’enseignement supérieur en 201440 ou encore la mise en œuvre en 2011 du programme Jeun’ESS41 visant à promouvoir l’ESS auprès des jeunes, soutenir leurs initiatives et à favoriser leur intégration dans les entreprises de l’ESS. A la suite de la signature de ces accords cadres, l’ESPER développe des dispositifs pour accompagner les enseignants dans leurs démarches de sensibilisation à l’ESS. Elle propose un site de ressources sur l’ESS (www.ressourcess.fr) mettant à disposition des éducateurs jeux coopératifs, séquences de cours etc. En 2016, elle favorise (avec le relais local des CRESS) les projets de création, par les élèves, de structures d’ESS au sein des établissements scolaires avec le projet « Mon ESS à l’école » ou encore coordonne « la semaine de l’ESS à l’école » (ex « semaine de la coopération à l’école »).

  • 42 Vous trouverez où vous les procurer et où en trouver davantage dans la partie « Outils pour se form (...)

14Quelques exemples d’outils pédagogiques de sensibilisation à l’ESS42 :

Le traité Zz : jeu de découverte de l’ESS dans le monde
Conçu à partir de 24 initiatives réelles de l’ESS dans le monde, ce jeu (mélange entre le jeu de rôle et le jeu de plateau) permet de sensibiliser, à partir de 14 ans, à l’existence d’alternatives citoyennes au modèle capitaliste.

Fricsol : Jeu de plateau sur les finances solidaires
Le but de ce jeu est de créer une activité dans l’ESS en s’aidant des finances solidaires. Le parcours de création est agrémenté de défis ludiques et de questions plus sérieuses sur l’ESS.

Le café citoyen : court métrage sur l’ESS
Ce court métrage présente l’ESS, à travers la création d’une SCOP et les échanges d’un groupe d’amis dans un café. Même si on peut reprocher à ce film d’être un peu manichéen (la vertueuse ESS v/s le mauvais capitalisme), il permet une introduction au thème de l’ESS parlante aux jeunes, etc., et aux moins jeunes !

L’éducation à l’ESS dans l’animation : expérimentations concrètes

15Partant d’expérimentations menées en DUT Carrières Sociales et étudiant des profils concrets d’animatrices professionnelles, cette section explore comment le champ de l’animation socioculturelle peut investir la question de l’éducation à l’ESS.

Exemples d’expérimentations en DUT Carrières Sociales

16Que ce soit à Rennes, à Bordeaux, à Guéret ou ailleurs, les étudiantes et les enseignantes en Animation Sociale et Socioculturelle s’investissent dans de multiples initiatives d’ESS.

A l’IUT de Guéret

17L’IUT de Guéret, bien que récemment créé (2013), a rapidement vu apparaître des initiatives d’ESS sous forme de projets tutorés (la préparation d’une soupe à partir de légumes abîmés, la mise au point d’un jeu sur un marché de producteurs pour faciliter les échanges entre consommateurs et producteurs), de travaux de cours d’économie (création d’un jeu sur la sensibilisation aux mécanismes économiques de solidarité, documentaire sur le commerce équitable), de stages (accompagnement à la création d’une ferme pédagogique avec l’une des nombreuses initiatives d’ESS du Plateau de Millevaches, organisation des Rencontr’actées, Festival francophone des Tiers Lieux) et d’embauches en sortie de DUT. Plusieurs intervenantes professionnelles sont également directement impliquées dans l’ESS au sein de structures membres du réseau des acteurs de la Montagne Limousine, anciennement De Fil en Réseaux.

A l’IUT de Rennes

18Si les projets d’étudiantes en lien avec l’ESS se développent depuis quelques années, nous en retiendrons deux :

  • un projet tuteuré mis en place sur 12 semaines par un groupe de 4 étudiantes de DUT 1ère année. Ce projet consistait à animer des outils pédagogiques de sensibilisation à l’ESS qu’elles avaient euxmêmes créés (sur les thèmes de la monnaie locale, du tourisme solidaire, des énergies renouvelables) auprès de jeunes du territoire, en bac professionnel (dans une MFR – Maison Familiale Rurale) et auprès de 2 classes de 2nde et d’une classe de 1ère SES de lycées généraux ;

  • un projet de stage de 8 semaines centré autour du jeu de découverte de l’ESS dans le monde Le traité ZZ (cf. encadré ci-dessus). Une étudiante de DUT 2e année est intervenue 2 fois par semaine durant 6 semaines pour sensibiliser une classe de 2nde générale à l’ESS, aux droits humains, aux médias alternatifs en prenant pour fil conducteur le jeu pédagogique.

19Quel bilan tirer de ces expérimentations ? Ces projets posent la problématique de l’évaluation de processus « d’éducation à » qui au-delà, d’une évaluation des savoirs et savoir-faire pose la question complexe de l’évaluation de savoir-être. Il est donc compliqué de déterminer la prise de conscience générée et les valeurs transmises. Mais ces expérimentations en milieu scolaire mettent en évidence l’intérêt des pédagogies actives et de l’utilisation de jeux pédagogiques coopératifs qui permettent la réflexion et la mise en débat avec une approche ludique. Ces observations corroborent les conclusions émises par Eber (2003) sur l’effet des jeux pédagogiques utilisés dans l’enseignement de l’économie à l’université. Elles permettent également de mesurer la richesse de la coformation entre jeunes (scolaires et étudiants) qui questionne la place de l’apprenant et revisite le triangle pédagogique « savoir-apprenant-enseignant ».

A l’IUT de Bordeaux

  • 43 Se référer à l’ouvrage « Alternatiba, Animation, Alternatives » rédigé par les enseignants de l’IUT (...)

20Des associations locales comme l’écolieu Jeanot, Terre d’Adèles (jardin partagé et système d’échange local), l’atelier d’Eco-solidaire (ressourcerie), l’Épicerie (épicerie sociale du quartier des Capucins), l’ACESA (Agir Pour un Commerce Equitable et Solidaire en Aquitaine) ou encore Le petit grain (bar associatif) et AlterHa (sensibilisation à l’habitat participatif) figurent parmi les partenaires associatifs de l’IUT, lieux-ressources pour les uns, lieux de stages et d’emplois pour les autres. Et tous les ans, les évènements et rencontres organisés dans le cadre de la semaine de la solidarité internationale et de la semaine du développement local mettent en lumière des acteurs de l’ESS. En ce qui concerne l’éducation à l’ESS et plus spécifiquement l’éducation au commerce équitable (ECE), un jeu de rôle intitulé « Qui a le pouvoir ? » est animé par Malika, salariée de l’ACESA, dans le cadre des cours d’économie. Enfin en 2014, la journée étudiante organisée dans le cadre d’Alternatiba a permis à l’ensemble des étudiants en animation de rencontrer les acteurs qui se mobilisent pour apporter des réponses citoyennes au défi climatique43. Ils ont pu constater que ces initiatives émanent d’organisations de l’ESS : coopératives d’habitats, de covoiturage, associations de commerce équitable, monnaies locales… Un groupe d’étudiants de Licence Pro a par ailleurs réalisé une enquête auprès des habitants quant à l’implantation d’une monnaie locale à Bordeaux en partenariat avec le collectif Bordeaux en transition et la M.I.E.L (monnaie d’intérêt économique local).

Quatre portraits44

  • 44 Entretien réalisé par Marius : Florian le 26 janvier 2016. Entretiens réalisés par Sandrine : Laora (...)

Portrait 1. Laora S. Animatrice dans la coopérative jeunesse de service (CJS) de Maurepas, Rennes.

Petite biographie
Titulaire d’un BAFA, c’est par un DEUST « métiers du livre et de la documentation » en 2004 que Laora commence son parcours de formation universitaire, avec l’objectif d’être animatrice autour du livre. Très rapidement des expériences bénévoles, stages et petits boulots (autour du handicap) l’orientent vers l’animation professionnelle et la formation DUT Carrières Sociales. Elle travaille ensuite à Léo Lagrange (sur un programme de lutte contre la discrimination), puis au CRIJ (sur l’éco-citoyenneté des jeunes). Elle est maintenant salariée de l’AFEV. En parallèle, son parcours est émaillé de bénévolat auprès de demandeurs d’asile (en CADA), de l’accès au logement (avec l’association un Toit c’est un Droit), des droits humains, de formations européennes « Jeunesse en Action » organisées par le Conseil de l’Europe et de militantisme sur la question de la Palestine.

Parmi toutes ses expériences, Laora a été animatrice en CJS et c’est ce que nous allons approfondir ici.

Etre animatrice en CJS, ça veut dire quoi ?
Nées au Québec il y a plus de 25 ans, les Coopératives Jeunesse de Services (CJS) sensibilisent chaque année plus de 2500 jeunes québécois à l’entrepreneuriat coopératif. Elles ont été importées à titre expérimental en Bretagne en 2012 et on en comptait 32 en France en juillet 2016. Durant un été, un groupe de jeunes coopérants âgés de 16 à 20 ans, accompagnés de deux animatrices, s’initie au fonctionnement d’une entreprise coopérative, et s’organise collectivement pour proposer des services à la population sur leur territoire (jardinage, peinture, archivage, mise en rayon, etc.). « Ce sont des échanges de fou entre les jeunes, de la rencontre… Ok le projet il est au départ économique mais il n’est pas que sur une base de se faire de l’argent. Et c’est très clair dès le départ que la base c’est de monter un groupe, de créer un truc collectif donc oui, pour moi, c’est tout à fait un projet d’éducation populaire même si effectivement il y a ce volet économique mais je ne pense pas que ce soit incompatible. »

Chaque CJS est encadrée par deux animatrices, l’un avec un profil « économie-gestion », l’autre avec un profil « jeunesseéducation populaire ». Elles sont accompagnées par une marraine ou un parrain issues pour l’économique d’une Coopérative d’Activités et d’Emplois (CAE) sur la tarification, la facturation, le suivi comptable et la gestion, et pour la jeunesse d’une collectivité territoriale ou d’une association jeunesse/éducation populaire pour la gestion de la vie collective du groupe. Leur rôle est de conseiller et d’accompagner les jeunes au développement et à la consolidation de l’entreprise coopérative. Leur objectif principal est de favoriser la prise en charge de la CJS par les jeunes. Les animatrices passent progressivement du « faire pour » les jeunes au « laisser faire ».

Portrait 2. Aurélie M. Animatrice au Centre Régional
Information Jeunesse (CRIJ) Bretagne sur la citoyenneté

Petite biographie
Diplômée du DUT Carrières Sociales en 2002, Aurélie se dirige ensuite vers une licence professionnelle en géographie « animation, valorisation et médiation des territoires ruraux ». Elle entre très vite au CRIJ, d’abord par des stages (animation de projets européens de jeunes) puis en tant que salariée du secteur animation. Elle y est aujourd’hui référente du secteur citoyenneté. Parallèlement à ce parcours professionnel, Aurélie est engagée auprès d’associations de solidarité internationale et de défense des droits humains. Elle a également pris un congé sabbatique de 6 mois pour partir à la découverte d’initiatives d’ESS en Amérique Latine : « Ce projet m’a beaucoup nourrie et m’a aidée à continuer, à me dire que ça avait du sens de former les jeunes sur leur citoyenneté. »

L’ESS dans le secteur citoyenneté du CRIJ, ça se manifeste comment ?
Le secteur citoyenneté a pour objectif « d’accompagner les initiatives des jeunes, autour du bénévolat, de la vie associative, des initiatives, de l’expression, de tout ce qui est autour de l’ESS et de l’éco-citoyenneté et de ce qu’on appelle le dialogue entre jeunes et institutions ».

C’est dans ce sens qu’a été créé l’Etabli, structure mobile d’information et de sensibilisation des jeunes autour de l’écocitoyenneté, de la vie quotidienne, de la santé et de l’environnement « L’idée c’est de sensibiliser les jeunes en partant de leur quotidien sur leurs gestes au quotidien ici et ailleurs dans le monde ». Le secteur citoyenneté a également mis en place une pépinière associative qui accompagne une quinzaine d’associations de jeunes dans les secteurs de l’insertion, de la culture, du social etc. Depuis 2014, le CRIJ participe également au projet national PIMENT (Plateforme Initiative et Mobilisation des Jeunes pour Entreprendre Solidairement), projet « d’accompagnement des initiatives des jeunes, de l’émergence et la sensibilisation jusqu’à (peut-être) la création d’activités », dans un partenariat entre acteurs jeunesse, acteurs de la création d’activités et acteurs de l’ESS (Coopératives d’Activité et d’Emploi, pôle de développement de l’ESS). « Concrètement ce que donne PIMENT sur le territoire rennais, ce sont des actions de sensibilisation (sur certains festivals, comme Tamtam ou Quartiers d’été) avec des outils d’expression qui amènent à l’échange sur cette question de création d’activités pour des personnes qui ne viennent pas forcément pour ces questions là. Pour des personnes qui sont déjà sur des projets ou qui ont des idées de projets plus aboutis, on organise les soirées valise, des soirées d’échanges de pratiques et de savoirs. »

Par ailleurs, le CRIJ Bretagne est l’un des membres fondateurs du collectif des festivals engagés pour le développement durable et solidaire.

Portrait 3. Ludivine P. Animatrice à la Pachamama, ferme pédagogique, Saint Brice en Coglès (Ille et Vilaine).

Petite biographie
Son parcours dans l’animation commence avec un BAFA passé avant le Bac suivi d’expériences professionnelles d’animatrice loisirs et d’animatrice jeunesse (à Léo Lagrange en particulier) vécues parallèlement à ses études. Après 2 années de préparation du concours d’éducatrice spécialisée, un court passage à l’université, elle sort diplômée du DUT Carrières Sociales de Rennes en 2011. Parallèlement, elle s’investit bénévolement au SAMU social de Rennes. Après son DUT, elle décide de partir 6 mois, toute seule, en Amérique Latine : « Je n’avais pas envie de faire les parcours touristiques mais d’aller dans les communautés locales et de vivre comme eux. » A son retour, elle suit la licence professionnelle Coordinateur de projets en éducation à l’environnement pour un développement durable à Florac, diplôme qui la mènera ensuite à l’écolieu Jeanot dans les Landes, où elle expérimente par la création d’outils pédagogiques, l’analyse de pratiques d’animation, l’initiation à la menuiserie, l’apiculture etc. Elle alterne ensuite des petits boulots de saisonnière agricole et d’animatrice « des moments où on a besoin de mettre les mains dans la terre et des moments où on a besoin de pratiquer, réfléchir et analyser ». Son attrait pour l’éducation à la citoyenneté et la solidarité internationale (ECSI) est tel qu’elle la pratique en étant animatrice pour touristes dans une station de ski ! En 2015, elle est embauchée comme animatrice à la Pachamama.

Etre animatrice à la Pachamama, ça consiste en quoi ?
La Pachamama est une ferme éco-citoyenne qui rassemble sur un même lieu 3 projets : un GAEC en maraîchage biologique (en vente directe sur 3 marchés locaux et par des paniers), une entreprise individuelle d’élevage de vaches bio et depuis 2008, une association d’ECSI qui met en oeuvre des processus pédagogiques longs basés sur le triptyque « SensibiliserComprendre-Agir » : « On a bien compris que si on veut donner envie de passer à l’action, il faut qu’il y ait une longue temporalité ». La Pachamama repose sur un mode d’organisation horizontal, « du fait qu’il n’y en n’a pas un qui décide à la place de tout le monde [...] On s’écoute tous et on se respecte tous ». L’association réalise des projets d’éducation à l’ESS, même si elle ne les nomme pas comme tels : par exemple, sur 6 mois, une enquête vidéo « Sommes-nous des consom’acteurs » ou encore un reportage sur les acteurs de l’ESS du pays de Vannes, avec les stagiaires de l’AMISEP (Association d’insertion sociale et professionnelle) de Vannes. Etre animatrice à la Pachamama, c’est participer à toutes les activités. « C’est ce pour quoi j’aime travailler à la ferme. Y’a une diversité d’actions qui font que tu ne t’ennuies jamais ». Dans une même semaine, « tu peux être le lundi sous la pluie en train de ramasser des pommes », le mercredi « formatrice en BPJEPS sur la Solidarité internationale c’est quoi dans ton métier ? » et en fin de semaine travailler sur l’expression des colères des jeunes dans un collège.

Portrait 4. Florian B. Animateur à la Chambre Régionale de l’ESS (CRESS) du Limousin

Petite biographie
Florian a commencé l’animation à 17 ans avec un BAFA. Rapidement, il passe son BAFD et devient formateur à la Ligue de l’Enseignement Aveyron, tout en suivant une licence d’histoire en parallèle, puis une première année de master et un an d’IUFM (devenu ESPE) mais « c’était pas du tout en adéquation avec ma logique, mon fonctionnement ». Il fait alors un service civique à l’AFEV et entend parler des formations universitaires à l’ESS : « Le côté projet, émancipation, avoir un projet économique avec une ambition d’émancipation : pour moi l’ESS répondait à ces critères ». Il se forme alors à l’ESS dans la Licence gestion et management des PME option ESS au Mans et fait un stage dans une CAE (« ça se rapproche bien de l’éduc pop »). En Master 1, il part au Québec dans « une vraie structure d’éduc pop avec innovation sociale, d’émancipation des individus par le collectif et la notion de projet ». En Master 2 à Toulouse (Master Nouvelle Economie Sociale), il fait un stage à la CRESS Midi Pyrénées puis est 6 mois adjoint dans un CLAE au Mirail avant de travailler un an à Unis-Cité et d’être recruté à la CRESS Limousin pour la sensibilisation des jeunes et des moins jeunes à l’ESS.

Le projet “Junior Coop” à la CRESS du Limousin, c’est quoi ? [extraits de « La Junior Coop. Donne une chance à tes idées », Animation et Education, n° 255, p. 33.]

Ce dispositif « a pour ambition, explique Florian, concepteur et animateur du projet, de donner la chance aux idées des jeunes de se réaliser en leur permettant de tester et de confronter des idées, de découvrir la méthodologie de projet, ainsi que les acteurs essentiels de l’accompagnement à la création d’entreprise sur notre territoire et leur permettre d’accéder aux financements ». Il repose à la fois sur des contenus visant à faire découvrir l’entreprenariat social, une méthodologie issue de l’éducation populaire et donc des pédagogies actives et un cadre d’action : écoles, collèges, lycées essentiellement. A ce jour, par le biais de ce dispositif, plus de 600 jeunes ont été sensibilisés à l’économie sociale et solidaire. « Nous proposons, poursuit Florian, des dispositifs collectifs et des accompagnements individuels de formation à l’entreprenariat social construits en partenariat avec notre réseau de partenaires, selon des pratiques issues de l’éducation populaire ». Le dispositif est modulaire et les interventions varient de 1h30 à 12h (totalité des modules) suivant un schéma d’actions bien défini. A la demande des enseignants, une phase visite d’entreprises et de sociétés coopératives peut venir compléter ce travail.

Quelles valeurs portées, quelles compétences mobilisées ?
Des convictions personnelles affirmées autour des droits humains et de l’ESS

21Le militantisme est ancré dans leur vie quotidienne et professionnelle : « Je dirais que je suis militante de par mon mode de vie, tous les lieux où j’ai pu aller à travers la France étaient des lieux autogérés, avec des gens qui ont des valeurs aussi et qui les défendent, par le fait de consommer local, de toujours faire partie des luttes du territoire, et même nationales. Du coup, je dirais que je suis militante au quotidien… » (Ludivine)

22La sensibilisation à l’ESS peut aller au-delà de leurs missions d’animatrice pour englober la défense d’achats et de pratiques éco-responsables dans leur environnement professionnel : « Ce matin c’était la conférence de presse de Quartiers d’été […] j’arrive pour le pot et je vois que la bouteille de jus d’orange n’était pas issue du commerce équitable et quand tu te bats pour qu’à l’intérieur du festival ce soit que ces achats là et que là à la conférence de presse, y’en a pas... Alors tu te dis que ça ne va pas du tout… Et j’ai changé direct [rire]. » (Aurélie)

23L’animatrice n’est pas neutre : « On dit toujours, l’animateur il doit être neutre mais dans ce cas là, fais pas ce métier. On sait très bien où tu veux en venir […]. Quand tu bosses pour lutter contre les discriminations, t’es pas neutre de base. C’est une question politique qui n’est pas neutre. » (Laora). « T’as beau avoir toutes les compétences que tu veux, si toi-même tu n’y crois pas, si t’en n’as pas envie, c’est compliqué. » (Ludivine)

Une orientation éducative

24Un objectif d’émancipation des personnes : « Quand t’es issu des structures d’éducation populaire, normalement tu mets dans tes actions un sens d’émancipation du collectif et de l’individu. Tu fais pas que ton activité, en tous cas dans un certain courant. » (Florian). « Ça c’est vraiment dans les valeurs de l’information- jeunesse, donner l’information aux jeunes pour les rendre autonomes. » (Aurélie)

25L’utilisation de pédagogies actives : « En tant qu’animatrice… c’est être animatrice active, accompagner vers l’autonomie en utilisant des pédagogies actives. » (Aurélie). « La valise représente le bagage que chacun a ou va enrichir. On est sur le thème du voyage, donc on fait une croisière, on prend le train, ça c’est le côté très animation mais sans faire non plus centre de loisirs… » (Aurélie parlant des soirées valise du CRIJ sur l8a création d’activités des jeunes en ESS). « Le plaisir et le collectif sont des moteurs pour que les gens s’impliquent. Faut arriver que ça soit pas qu’un positionnement de maître et d’élèves. Tu les fais jouer et le contenu il passe sans problème, pas besoin de l’autorité. » (Florian). « [L’animation socioculturelle] c’est avoir une démarche pédagogique particulière, ne pas compliquer les choses, juste partager un moment, un repas, la dimension horizontalité, toujours faire par le jeu, jamais être descendant. » (Ludivine).

Des compétences en montages de projets participatifs

26Une capacité à observer les dynamiques de groupe en direct : « […] Tout ce qui est autour de la cohésion du groupe, la dynamique de groupe. C’est constant, dès qu’il y a un contrat qui te passe sous le nez, dès qu’il y a une petite dispute, dès qu’il y a quelqu’un qui doit les contacter et en fait non… Du coup, y’en a un qui déprime mais ça a des conséquences sur tout le groupe. Il faut toujours redynamiser, travailler pour que la dynamique reste en place. » (Laora, parlant des CJS).

27Une capacité à impliquer les personnes : « En ESS, quand t’es salarié, si tu veux que tes membres ils s’impliquent, il faut répondre à leurs besoins. Et ça l’animateur il sait super bien faire, c’est vraiment son métier. Connaître son public, adapter son discours, ses activités en fonction du public […]. Aussi il faut leur donner confiance pour qu’ils osent prendre la parole, donner leur avis, parler de ce qu’ils ressentent, ce qu’ils pensent. Et ça aussi, c’est un truc d’animateur. » (Florian).

28Des compétences en montage de projet : « Les compétences, c’est la gestion de projet, du partenariat, savoir travailler avec les autres, de l’organisation (il faut beaucoup d’anticipation), de l’analyse de pratiques (car il faut aussi savoir se remettre en question) » (Ludivine). « On est aussi très rodés pour monter des projets. Analyser les besoins d’un collectif et d’un territoire et proposer des solutions en fonction des ressources disponibles, planifier, prévoir les plans B en cas d’imprévus, évaluer. On est très tôt sensibilisés à la question des moyens : nos idées on les met vite en œuvre, donc on est réalistes sur les objectifs, que ce soit par rapport au budget, au matériel, au temps qu’on a, etc. » (Florian).

29Mais il ne faudrait pas croire que la sensibilisation à l’ESS par l’animation socioculturelle soit une chose facile. Comme on le soulignait déjà dans le chapitre 2, les acteurs de l’éducation populaire et de l’ESS restent souvent cloisonnés dans deux mondes. « Quand je travaillais sur le projet de structure mobile sur l’éco citoyenneté, t’avais d’un côté les professionnels de l’animation qui touchaient pas une bille en développement durable, les professionnels du développement durable qui ne savaient pas ce que c’était un jeune et les jeunes au milieu qui avaient envie certes […] » (Laora).

30Le rapprochement pourrait commencer par des formations qui touchent les acteurs de ces deux familles. « Y a pas tant de gens de l’éducation populaire qui viennent faire les formations d’ESS, celles que j’ai suivies en tous cas. En Licence Pro on était 3 d’éduc pop et à Toulouse, 2 seulement. » (Florian).

Notes

34 Dans ce chapitre, le genre neutre est le féminin.

35 « Les discours sont contrastés entre « l’univers chaud de l’animation » (tout est possible et l’animation est un facteur de transformation et de progrès social) et « l’univers froid » (une tentative impossible avec l’animation comme instrument de conservation et de normalisation sociale) » (Gillet, 1996).

36 Des réseaux comme le REEB (Réseau d’Education à l’Environnement en Bretagne) ou les Graines (Groupement Régional d’Animation et d’Information sur la Nature et l’Environnement) dans d’autres régions ou bien encore Ritimo (réseau d’information et de documentation pour la solidarité et le développement durable) ont contribué à professionnaliser des animatrices dans ces champs d’intervention spécifiques.

37 Ce paragraphe s’inspire de Rospabé (2014 et 2016) et d’extraits du livret pédagogique du jeu Traité Zz, co-écrit par Solène Bouyaux et Sandrine Rospabé.

38 Voir Hély et Moulévrier (2013) et le triangle, chapitre 1.

39 Accord-cadre de coopération entre le Ministère de l’Education Nationale, le Ministère délégué à l’ESS et la Consommation et l’ESPER, juin 2013.

40 Accord-cadre de coopération entre le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, le ministère délégué à l’ESS et la consommation et les acteurs de l’ESS, mars 2014.

41 Le programme Jeun’ESS est un partenariat Public/Privé réunissant l’Etat, la Caisse des Dépôts, et six entreprises et fondations de l’économie sociale (http://www.jeun-ess.fr/).

42 Vous trouverez où vous les procurer et où en trouver davantage dans la partie « Outils pour se former et animer en ESS » en fin d’ouvrage.

43 Se référer à l’ouvrage « Alternatiba, Animation, Alternatives » rédigé par les enseignants de l’IUT organisateurs de cette journée (Carrières Sociales Editions, en téléchargement gratuit sur le site internet de l’éditeur).

44 Entretien réalisé par Marius : Florian le 26 janvier 2016. Entretiens réalisés par Sandrine : Laora (le 19 mai 2016), Aurélie (le 1er juillet 2016) et Ludivine (le 24 novembre 2016).

© Carrières Sociales Editions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter