Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Animation & économie sociale et solidaire

 | 
Aurélie Carimentrand
, 
Marius Chevallier
, 
Sandrine Rospabé

Introduction

Texte intégral

  • 1 Nous avons choisi tout au long de cet ouvrage de privilégier une écriture non sexiste. Le féminin e (...)
  • 2 Nous proposons en fin d’ouvrage, une annexe d’explication des sigles.

1Cet ouvrage a été écrit à l'intention des futures animatrices professionnelles1 par un enseignant chercheur et deux enseignantes-chercheuses en sciences économiques qui se sont retrouvées autour d'une même conviction : l’éducation à l’économie sociale et solidaire (ou ESS2) des futures professionnelles du secteur renforce la visée émancipatrice de la fonction d’animation.

  • 3 Nous parlons tout au long de cet ouvrage des animatrices professionnelles qui exercent une activité (...)
  • 4 Sur 132 500 animatrices professionnelles, 73% travaillent hors fonction publique et donc principale (...)

2La mission professionnelle des animatrices3 consiste principalement à mettre en place des activités d'intérêt social dans les domaines culturels, éducatifs, de loisirs et de plein air. Les animatrices peuvent exercer leur métier au sein d’une multitude d’équipements : les centres sociaux et d’animation, les maisons des jeunes et de la culture (MJC), les foyers ruraux, les habitats jeunes, les fermes pédagogiques, etc. Si l'on considère que l'ESS consiste à agir collectivement pour contribuer à une transformation sociale conformément à des valeurs de solidarité et de coopération, la convergence de l'animation avec l'ESS est double. D'une part, la spécificité de l’animatrice est de travailler avec des groupes, d’accompagner des collectifs de citoyennes (qui plus est souvent dans un cadre associatif – statut phare de l’ESS4). D'autre part, les animatrices sont souvent considérées comme les héritières du mouvement de l’éducation populaire (ou EP), participant ainsi de l’éducation non formelle de publics variés.

3Cet ouvrage est constitué de trois chapitres bien distincts. Dans le premier, la lectrice pourra se familiariser avec le champ de l’économie sociale et solidaire. Cette présentation vise à mettre en lumière l’ESS au regard des éléments (valeurs, pratiques, organisations, etc.) qui résonnent par rapport à l’animation sociale et socioculturelle. Le second chapitre insiste sur la proximité des projets de l’animation et l’ESS, à travers une approche historique puis à travers des dynamiques actuelles. Ce faisant il montre l’intérêt de former les animatrices à l’ESS et questionne le programme pédagogique du DUT Carrières Sociales. Le troisième et dernier chapitre met l’accent sur l’éducation à l’ESS, comme champ d’action possible pour l’animatrice. Il en définit les contours et les principes pédagogiques puis illustre ces propos par des exemples de pratiques concrètes d’animation.

Notes

1 Nous avons choisi tout au long de cet ouvrage de privilégier une écriture non sexiste. Le féminin et le masculin seront utilisés alternativement comme « genres neutres » à chaque changement de chapitre.

2 Nous proposons en fin d’ouvrage, une annexe d’explication des sigles.

3 Nous parlons tout au long de cet ouvrage des animatrices professionnelles qui exercent une activité salariée d'animatrice sociale et/ou socioculturelle pouvant relever soit de la convention collective de l’animation (1988) soit de la convention des acteurs du lien social et familial (1983). Nous distinguons donc l’animation professionnelle et permanente de l’animation bénévole (par exemple l'encadrement de jeunes durant des séjours d'été par des animatrices BAFA - brevet d’aptitude aux fonctions d’animatrices, ou encore les CEE - contrat d’engagement éducatif

4 Sur 132 500 animatrices professionnelles, 73% travaillent hors fonction publique et donc principalement dans le secteur associatif. L’estimation du nombre d’animatrices professionnelles est soumise à débat. L'exploitation des données DARES conduit au chiffre de 132 500 animatrices et permet une ventilation entre les différentes structures d'embauche, couvertes par la convention collective de l'animation ou non. Le croisement d'autres sources de données produit une estimation de 165 500 animatrices (Segrestan et Gouju, 2013).

© Carrières Sociales Editions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter