Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Coordination et coordinateurs

 | 
Luc Greffier
, 
Pascal Tozzi

Table des annexes

Texte intégral

1Annexe 1 : L’encadrement dans la branche professionnelle de l’animation en Aquitaine.

2Annexe 2 : Une tension entre militantisme et professionnalisation, entre cadres permanents et intervenants vacataires.

3Annexe 3 : Des intitulés de poste très variés.

4Annexe 4 : Appellations des emplois de niveau III et II.

5Annexe 5 : Exemples d’offres d’emploi.

6Annexe 6 : Licences professionnelles portées par les départements Carrières sociales.

Annexe 1 : L’encadrement dans la branche professionnelle de l’animation en Aquitaine

7Les entreprises concernées par la Convention collective de l’animation en Aquitaine, analysées au travers de leurs réponses aux enquêtes nationales de l’observatoire de la branche, présentent plusieurs caractéristiques intéressantes mais globalement similaires à celles des autres régions. Ainsi :

  • 1/3 des entreprises en Aquitaine ont pour activité première, les activités d’éducation scolaire et périscolaires (contre ¼ au plan national). Elles totalisent 870 salariés (hors contrat d’engagement éducatif) ;
  • Les entreprises en Aquitaine sont d’une taille légèrement plus grande que la moyenne nationale : 46 % ont moins de 6 salariés (contre 53 % au plan national) ;
  • Les ¾ des salariés sont à temps partiel, proportion élevée mais identique à celle observée dans les autres régions ;
  • En Aquitaine en revanche, la proportion de CDD est légèrement supérieure dans la famille des métiers « animation ». Ceci est très probablement lié à l’activité dominante « éducation scolaire et périscolaire » qui emploie traditionnellement plus de CDD.

8L’étude relative à l’encadrement dans la branche professionnelle de l’animation en Aquitaine (ONMAS, Ithaque 2008), s’appuyant sur des données nationales fournies par l’OPCA Uniformation, extrapole à 300 le nombre de postes d’encadrement dans l’animation pour la Région. Parmi ces 300 postes, 129 (43 %) seraient positionnés sur des profils de « cadre intermédiaire », 171 (57 %) sur des fonctions de « direction ».

9Cette même étude note qu’au sein de la Fonction Publique Territoriale, il n’existe pas de catégorie A stricto sensu concernant la filière animation. Cependant, dans la famille « jeunesse et animation », l’INSEE Aquitaine a identifié et distingué une catégorie d’agents de catégorie « A » qui en 2005 rassemblait 61 personnes (soit 2 % sur un total de 3 075 agents).

10Par ailleurs, au sein de la filière administrative cette fois et relevant de la catégorie « A », le cadre d’emploi des attachés territoriaux comporte cinq spécialités dont l’animation. D’un point de vue statistique cependant, aucune étude ne fait de distinction parmi ces spécialités.

11Les emplois de l’encadrement et de la coordination sont qualifiés comme étant une catégorie composite d’où ressortent trois catégories :

  • La première catégorie concerne les salariés en situation de direction. Sont inclus dans cette catégorie les directeurs ou directeurs adjoints. Beaucoup de très petites associations cependant n’ont pas de cadre dirigeant salarié, cette fonction étant directement assumée par les élus, soit partagée entre les élus et l’unique salarié, qui n’a pas pour autant le titre « directeur ». Sont rattachés à cette catégorie les emplois de direction régionale situés dans les « têtes de réseau. »
  • La deuxième catégorie rassemble les responsables de services, d’équipes ou d’équipement, qui encadrent de petites équipes. Ce profil n’est présent que dans les entreprises d’une certaine taille comprenant plusieurs services ou équipes.
  • Enfin, la troisième catégorie est liée aux fonctions de coordination technique, à distinguer de celles de l’encadrement hiérarchique proprement dites. Ces fonctions de coordination technique sont plus difficiles à cerner car leur contour est nécessairement flou. Elles concernent essentiellement des salariés classés en catégorie « agent de maîtrise ».

12Les libellés des postes d’encadrement et de coordination identifiés par l’étude, peuvent être regroupés en 6 grandes catégories :

  • Directeur général, directeur (de pôle, de service, etc.) ;
  • Cadres / chefs de service / responsables (de secteur, de service, etc.) ;
  • Chargés de mission (sur des thématiques précises : formation, pédagogie, etc.) ;
  • Directeur de centre, d’ALSH, de halte-garderie, d’école de musique ;
  • Directeur adjoint de centre ;
  • Animateur – directeur de centre, ou responsable d’animation (pour des structures de taille moyenne ou pour des centres dénués d’adjoint)

13En complément de ces catégories, certains cas particuliers sont à signaler : pour les têtes de réseau, il existe des postes de délégué régional ou d’animateur départemental ; l’intitulé « coordinateur » peut être employé pour désigner les animateurs qui supervisent plusieurs centres de loisirs et participent aux instances territoriales de la Politique de la Ville.

14En termes de parcours professionnel, la promotion interne et l’ancienneté dans l’association sont les deux caractéristiques principales des encadrants en poste. L’engagement passé dans les activités de l’association est également à souligner.

15Le travail d’encadrement a lieu généralement à l’intérieur de relations hiérarchiques explicites. Plus rarement cette fonction d’encadrement/coordination se réalise sans lien hiérarchique : tel est le cas par exemple de certains animateurs – directeurs de centre de loisirs.

  • 1 Une seule exception a été identifiée concernant une des plus grosses associations régionales de l’ (...)

16Tous les directeurs d’association rencontrés appartiennent au groupe cadre. En revanche, pour les autres cadres, le positionnement conventionnel est en majorité celui des agents de maîtrise. En outre, sauf cas particulier1, les directeurs de centres de loisirs n’ont pas le statut de cadre.

17Concernant les emplois à venir et les postes à pourvoir, les profils recherchés peuvent être regroupés en deux catégories en rapport avec les niveaux hiérarchiques de « dirigeant » ou de « cadre intermédiaire » :

  • Pour les fonctions de directeur de centre ou de coordonnateur multi-centres, les titulaires du DEFA sont bien positionnés et correspondent aux compétences requises ;
  • Pour les autres cadres (directeur général, chef de service), des formations de niveau Master, avec des compétences dans les domaines administration/gestion et une aptitude à entrer dans les questions budgétaires.
  • Pour les fonctions de directeur d’association, des qualités en management et un sens politique (relations avec les élus, recherche de financement) sont en outre nécessaires. Et toujours une grande expérience du secteur.

18Ainsi, les compétences et les métiers sont en cours d’évolution, ce qui se traduit par des besoins de formation avérés particulièrement sur le registre de la gestion, liés à « la part et la technicité grandissantes des activités de gestion et de comptabilité, notamment pour la gestion des différents conventionnements, la participation plus active à l’élaboration du budget, la recherche de subventions. »

19Mais d’autres tendances peuvent également être repérées telles que :

  • La capacité à travailler avec des partenaires nouveaux (autres associations, structures de parents, services sociaux, Education Nationale…) ;
  • Le passage d’une culture de production (dans laquelle le respect des normes de production prime) à une culture de service (dans laquelle la relation continue établie avec le client est première).

20A terme, se profile pour les années à venir la difficulté de promotion interne qui était une caractéristique du secteur. En effet, compte tenu de la montée des exigences et du niveau de culture générale (administration, finances, management du personnel), cette élévation des compétences devrait s’accompagner par une diversité de profils des cadres, mais avec un niveau minimum de bac + 3 (Licence Professionnelle ou DESJEPS) ou bac + 4 ou 5 (Master 1 ou 2).

Annexe 2 : Une tension entre militantisme et professionnalisation, entre cadres permanents et intervenants vacataires

21Le Contrat d’Etude et de Prospective conduit en 1998 pour la branche de l’animation, rejoint celui fait par les centres sociaux sur la question de l’affaiblissement de la « force de production » militante : « comme toutes les structures appartenant au monde associatif, les entreprises de l’ASSC se trouvent confrontées à un militantisme associatif en très nette baisse ; il devient difficile de trouver des administrateurs motivés et compétents, de renouveler les Conseils d’administration. Ces difficultés sont accentuées par le niveau de responsabilité qui pèse sur les élus associatifs (particulièrement sur le président et le bureau), tant en matière de gestion et de sécurité des équipements que de gestion des ressources humaines. »

22Cela se traduit par un bénévolat des administrateurs de plus en plus orienté sur des questions « gestionnaire » car il semble, selon l’étude que le rôle des Conseils d’administration va en s’affaiblissant, notamment en ce qui concerne le choix des grandes orientations en matière d’activités, de projets… : « ce choix est bien souvent opéré en amont du Conseil d’administration par le directeur (et son équipe) lequel a, parallèlement, de plus en plus tendance à représenter la structure à l’extérieur. »

23Ainsi, la figure du directeur renforce peu à peu sa place « politique » dans le sens où celui-ci joue un rôle essentiel sur un double registre :

  • Celui relatif à la définition des orientations du projet associatif ;
  • Celui de représentation de l’association.

24Pour toutes ces raisons le binôme « élus associatif / professionnels », que symbolise les relations entre le président et le directeur, semble avoir de plus en plus de mal à fonctionner.

25Plus globalement, la sollicitation et la présence de bénévoles dans les structures associatives sont souvent motivées pour pallier des carences en personnel, ce qui peut se traduire par des frictions entre équipe permanente et équipe bénévole.

26Par ailleurs, la professionnalisation du secteur de l’animation et la complexification de l’environnement encouragent la polyvalence des animateurs permanents, salariés des structures, capables à la fois de monter des projets (en particulier en rédigeant les documents de cadrage et de financement). Cette polyvalence recherchée pour ces animateurs (plus en plus souvent appelés « coordinateurs ») va de pair avec une forte spécia-lisation des animateurs vacataires, ceux ou celles qui ne viennent que quelques heures dans la semaine pour encadrer une intervention technique, donner un cours de yoga, d’arts plastiques, etc.

27Dans un certain sens, cela conduit à une « administrarisation » des animateurs permanents, des coordinateurs, c’est-à-dire une évolution de leur métier vers des tâches de plus en plus centrées sur la coordination, la gestion d’équipe et l’organisation administrative du travail ; l’animation proprement dite étant « externalisée » à des spécialistes recrutés ponctuellement pour des vacations.

28Ce processus est illustré par les propos d’un directeur de centre social retranscrit dans le cadre du rapport ORSEU : « aujourd’hui, on est dans une logique de fonctionnarisation de l’animation, dans le sens où il y a une déconnection entre l’animateur et le public. Le travail de l’animateur consiste à appliquer un ensemble de techniques sans que ces techniques soient enseignées aux animateurs. De fait, ce n’est plus lui qui est en charge de conduire les actions, mais ce sont d’autres techniciens. La mission de l’animateur est réduite à préparer le cadre d’application de ces techniques, ce qui le dévalorise au vu du public ».

29Ce processus se traduit toujours pour ce même directeur par une dissolution de l’engagement militant dans une logique d’intervention professionnelle : « avant, les animateurs venaient de l’Education Populaire où les outils d’animation étaient bien appropriés. Aujourd’hui, ils viennent des centres de formation ou du champ de l’insertion. On leur apprend une démarche de gestion et de coordination ».

Annexe 3 : Des intitulés de poste très variés

30Selon la nature de la structure « employeur », selon le statut de l’animateur (public/privé) et selon la spécialisation de l’animateur, l’étude menée par ORSEU dénombre pas moins de 200 types de réponse lorsque l’on interroge les professionnels de l’animation sur l’intitulé de leur poste de travail.

31Il est remarquable qu’à un même champ professionnel soient associés autant de dénominations différentes. On voit que l’appellation « animateur » seule, paraît souvent insuffisante, voire pas assez légitime : il est alors nécessaire de préciser la fonction (animateur « spécialisé », « animateur CLSH », « coordinateur », etc.), une qualification (« animateur qualifié », « animateur responsable d’activité », « adjoint d’animation », etc.), un statut (« permanent », « occasionnel », etc.).

32Selon l’ORSEU, la très grande variété lexicale laisse apparaître un manque de référentiel commun et une volonté de se créer, localement, des identités professionnelles plus précises que la seule identité « d’animateur ». L’éclatement horizontal de l’animation a fait émerger d’innombrables « spécialités » au sein du métier. De même, le fait que l’animation s’est appropriée (ou a été orientée vers) de nouvelles problématiques sociales et politiques a conduit à l’ajout de nouvelles responsabilités et spécialités pour les animateurs, d’où des intitulés de poste parfois plus complexes.

33Le tableau page suivante synthétise les différentes réponses données par les répondants, après regroupement des termes ou formulations proches (ORSEU) et après un regroupement des intitulés que nous avons opéré selon une typologie organisée en cinq familles : « animateur », « cadre intermédiaire », « directeur », « autre animation » et « autre divers ».

Tableau : Les intitulés de poste de l’animation

Tableau : Les intitulés de poste de l’animation

Annexe 4 : Appellations des emplois de niveau III et II

34Source CREDOC (2003)

35Pour le site du Ministère de la Jeunesse et des Sports :

  • Niveau III : coordinateur
  • Niveau II : directeur de projet

----

36Pour le CEP sur les Foyers de jeunes travailleurs et Centres sociaux :

  • Niveau III : coordinateur, animateur coordinateur, responsable d’animation, animateur éducateur, directeur adjoint
  • Niveau II : directeur, directeur d’établissement, directeur d’association

----

37Pour le CEP sur l’Animation socioculturelle :

  • Niveau III : formateur, animateur de formation, responsable de secteur, coordinateur, chef de projet
  • Niveau II : responsable d’équipement, responsable de quartier, directeur, responsable de secteur

----

38Pour le CEP sur le Tourisme social et familial :

  • Niveau III : chefs de service, responsables de service, chefs d’équipes
  • Niveau II : directeur

----

39Pour la Fonction Publique Territoriale :

  • Catégorie B : animateur principal, animateur
  • Catégorie A : attaché spécialité animation

Annexe 5 : Exemples d’offres d’emploi

Annexe 6 : Licences professionnelle portée par les départements carrières-sociales

Notes

1 Une seule exception a été identifiée concernant une des plus grosses associations régionales de l’animation.

Table des illustrations

Titre Tableau : Les intitulés de poste de l’animation
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/468/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/468/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 235k

© Carrières Sociales Editions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540