Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Coordination et coordinateurs

 | 
Luc Greffier
, 
Pascal Tozzi

II – L’animateur-coordinateur : figure de pouvoir et enjeux politiques

Texto completo

1Nous venons de voir que, dans le champ de l’animation sociale et socioculturelle, la notion de coordination s’illustre par une variété de statuts et une multiplicité de missions. Celles-ci, liées à des situations de terrain et des pratiques hétérogènes, constituent un ensemble aux contours difficiles à cerner. Au cœur de cet environnement et des processus complexes qui s’y jouent, nous proposons d’analyser, dans cette seconde partie, la figure et la fonction d’animateur-coordinateur au prisme de la légitimité, donc des jeux de pouvoir induits par les responsabilités managériales, administratives, autant que relationnelles au sens large.

2En effet, si la fonction de coordination procède de l’interface interne, entre animateurs et cadres supérieurs (dans un univers classique d’emboîtement hiérarchique), l’externalisation de ce rôle-frontière propulse aussi l’acteur au cœur d’autres enjeux et de rapports stratégiques avec une série de partenaires (parfois associés-rivaux) et de réseaux, qu’ils soient associatifs, publics parties-prenantes du projet, ou acteurs politiques (institutions territoriales). Se pose alors la question des paradoxes inhérents au cadre-intermédiaire, à la fois « entre-deux » et « point hybride » (DONZELOT 1984) au rôle complexe, parfois pris au piège d’un positionnement ambigu voire contradictoire, entre valeurs fondatrices du champ de l’action socioculturelle et responsabilités politico-statutaires de la coordination.

Fig. 2 : Les mises en tension de la fonction de coordination

1. L’animateur-coordinateur, un positionnement interne en tensions

3La première des tensions que l’on peut analyser est celle qui naît de la relation entre la fonction de coordination et le niveau de formation des coordinateurs. En effet, si l’on fait référence à l’étude présentée ci-avant réalisée par le cabinet Ithaque pour l’ONMAS (2008), les directeurs, en tant que cadres et cadres dirigeants, sont principalement positionnés en région Aquitaine sur des niveaux de formation de type I, les cadres intermédiaires sont à ce titre positionnés plutôt au niveau II, éventuellement au niveau III.

4En contradiction relative avec cette étude, le CREDOC (2003) identifie, en fonction des sources consultées, une quinzaine d’appellations pour nommer les emplois de niveau III et une dizaine pour ceux de niveau II, mais ne parle nullement des emplois de niveau I. Pour le CREDOC, les emplois de niveau II sont plutôt des postes de « direction ». Ainsi, les animateurs de niveau II apparaissent comme les cadres supérieurs de l’animation. Les emplois de niveau III correspondent à des postes de « responsable », de « coordination », « d’animation » d’une équipe composée elle-même d’animateurs. Pour le CREDOC ces salariés de niveau III pilotent les animateurs qui sont en prise directe avec le public : ils sont, en quelque sorte, des « cadres moyens » ou « intermédiaires » de l’animation.

5Les divergences ces deux études (ONMAS / CREDOC) confirment la difficulté de définir précisément le positionnement des coordinateurs sur le plan statutaire. Reste que la fonction de coordination intervient d’abord dans les relations verticales de la structure puisque le cadre intermédiaire est censé travailler en étroite collaboration avec la direction et les animateurs. A ce double titre et pour les théoriciens des organisations, le coordinateur se trouve potentiellement en possession du pouvoir inhérent à la figure du « marginal sécant ». Ce dernier est traditionnellement défini comme un « acteur qui est partie prenante dans plusieurs systèmes d'action en relation les uns avec les autres et qui peut, de ce fait, jouer un rôle indispensable d'intermédiaire et d'interprète entre des logiques d'action différentes, voire contradictoires » (CROZIER & FRIEDBERG 1977). Si, en termes de « topographie organisationnelle », la coordination est propice à ce positionnement interstitiel/intersécant, il revient évidemment à chaque coordinateur de s’emparer pleinement du rôle, d’en activer professionnellement les ressorts stratégiques.

6En ce sens, les dynamiques managériales actuelles, semblent propices à un « empowerment » du cadre intermédiaire qu’est le coordinateur. Ce terme est ici défini comme un accroissement du pouvoir, un enrichissement des champs d’action et des responsabilités des professionnels au sein d’une structure d’animation. Cette « capacitation » est le corollaire du « phénomène d’aspiration » qui marque le secteur de l’animation comme celui du travail social en général. Dans un contexte aux exigences, à la complexité et à l’économicisation croissantes, la fonction directoriale évolue vers une fonction qui se rapproche de plus en plus de celle d’un chef d’entreprise au sens strict. « Ce recentrage crée, derrière le directeur, un appel d’air » grâce auquel certains animateurs deviennent ce que nous avons nommé cadres intermédiaires : « De fait, de véritables adjoints de direction, amenés à remplacer les directeurs dans certaines circonstances » (LOUBAT 2000).

  • 14 D’après les travaux des psychologues de l’école de Palo-Alto

7Comme nous l’avons évoqué, cette position peut être un avantage et une source de pouvoir important pour l’animateur-coordinateur qui se situe au carrefour – et à la frontière – des trois logiques suivantes : animation, direction et administration. Mais la situation peut aussi s’avérer délicate. C’est le cas lorsque le cadre-intermédiaire, subissant par exemple des flous statutaires évoqués précédemment (ou ceux d’une absence de formation sanctionnant le passage à un « nouveau métier »), n’arrive pas à se positionner et se laisse coloniser par une des trois logiques précitées. Accentué par des configurations partenariales changeantes qui aboutissent à l’incessante reformulation des conflictualités, le risque est alors de subir la pression des « doubles contraintes » ou des « injonctions paradoxales »14 que peuvent induire les différents acteurs. En ce sens, « pour clarifier sa position, le cadre doit impérativement s'extraire de la dialectique quelque peu perverse dans laquelle il peut se trouver enfermé : celle d'un « cadre-tampon », bouc-émissaire de la direction et des personnels » (MOTTA 2003). Par ailleurs, en empruntant une formule utilisée par certains au sujet des éducateurs spécialisés devenus coordinateurs, on pourrait poser la question suivante : « En confiant à des animateurs une fonction de coordination d’équipe ou de projet, des directions cherchent-elles à participer à l’enrichissement des responsabilités du personnel ou à s’assurer un chef à moindre frais ? »… Il y aurait alors le risque qu’une logique individualisée de promotion et de recrutement interne introduise des distorsions dans l’affirmation d’une identité collective et claire du coordinateur.

8Jean-René Loubat évoque l’inconfort du coordinateur en des termes qui trouvent quelques échos dans le champ et les structures de l’animation : « On peut ainsi échafauder un système pervers, générant de fait une ambiguïté statutaire. La personne possède-t-elle un statut cadre ? Remplit-elle une fonction hiérarchique ? Cette position peut affubler le coordinateur d’un rôle peu clair et le faire soupçonner d’une motivation suspecte (…) Dans certains cas extrêmes, peuvent même être discernées des stratégies délibérées de la part de dirigeants qui tirent les « marrons du feu » de telles situations, en jouant sur une véritable double contrainte : « celle d’un coordinateur chef et pas chef à la fois », renvoyant dos à dos coordinateur et équipe en cas de problèmes ; voire en générant des pôles conflictuels au sein des équipes, nécessitant éventuellement l’intervention d’un superviseur extérieur, et donnant ainsi le champ libre à un management tacticien » (LOUBAT 1999).

9Contrepartie routinière à l’occupation des territoires de pouvoir, la position de marginal-sécant du coordinateur pose la question vive de la légitimité – reconnaissance/contestation – de cet « animateur hybride » et de son identité professionnelle. En lien avec certaines difficultés de positionnement et avec les aspects statutaires évoqués précédemment (partie I), la construction de cette identité s’opère grâce à un processus de séparation/intégration, avec ses revendications et ses dénis d’appartenance. Ces derniers expriment une volonté de différentiation vis-à-vis d’une identité antérieure, couplée au processus conjoint d’une création de nouveaux repères identitaires-professionnels. Traduisant en partie cela, les entretiens avec ceux qui parviennent à accéder aux postes de cadre-intermédiaire montrent que les récits sont très souvent porteurs d’un étrange évitement de l’appellation « animateur ». On aurait pu penser au contraire, que le fait d’être issu du monde de l’animation soit un facteur certain de légitimation auprès d’équipes d’animateurs. Pourtant, l’auto-perception des coordinateurs semble bien être différente : lorsqu’ils accèdent aux postes à responsabilités, ils n’ont de cesse de vouloir se départir des « habits de l’animateur » pour revêtir ceux plus valorisants « du chargé de mission, du responsable de…, du chef de service, du coordinateur » : tout mais pas ceux de l’animateur ! A l’inverse, des directeurs de structures au statut mieux défini et à la légitimité fonctionnelle stabilisée revendiquent fortement, avec parfois quelques accents nostalgiques, le fait d’agir selon une « éthique » de l’animation, voire même d’être des « animateurs avant tout ».

10Il semble donc que la difficulté à mettre en mots le travail extrêmement diversifié des cadres intermédiaires de l’animation s’accompagne d’une « nécessaire » rupture avec le fonctionnement plus familier du métier d’origine : il s’agit de se rattacher à une communauté professionnelle proche mais différente. Si l’on considère que la légitimité ne s’attribue pas, pas plus qu’elle n’est une donnée a priori ou immuable, on peut ici faire l’hypothèse d’une forme sémantico-symbolique de justification qui contribue au processus de construction et de production de son propre sens. Les animateurs-coordinateurs deviennent ainsi « les promoteurs et traducteurs d’une logique implicationniste, valable pour eux-mêmes » (PINTO ALBUQUERQUE 2003). Il est d’ailleurs vrai que le titre « d’animateur » ne concerne plus guère les emplois au niveau d’un cadre-intermédiaire. Comme nous l’évoquions précédemment « plus le niveau de diplôme exigé est élevé, plus les agents de l’animation recherchés sont nommés par d’autres hétéro-désignations que celle d’animateur » (DOUARD 2003). Sans oublier que l’animation elle-même a connu un « éclatement horizontal » ayant fait émerger d’innombrables « spécialités » au sein du métier...

11A ces tentatives de définition par « soi-même » d’une identité toujours en tension, il faut rajouter les aspects relationnels et transactionnels de la construction identitaire au sein de la structure employeuse. Sans revenir sur les aspects problématiques et les conflits d’intérêts évoqués dans les paragraphes précédents, éviter la « schizophrénie » de l’animateur-coordinateur et les « systèmes de management kafkaïens et stériles quand la légitimité et la technicité font le grand écart » (LOUBAT 2000) passe par une stabilisation interne de la légitimité coordinatrice. Au sein des structures, peuvent contribuer efficacement à cette stabilisation : la cohérence de l’encadrement au sens large, le travail à une complémentarité et à une distinction explicites des diverses fonctions, la maturité des équipes de professionnels, les appuis conventionnels renforcés, etc. Mais quand bien même une organisation ad hoc, une délimitation précise des « territoires » et des prérogatives, des équilibres internes pourraient être trouvés, cela ne résout pas pour autant les problèmes posés par la saisie extérieure de la figure de l’animateur-coordinateur, notamment par le politique. Lors d’un entretien, le directeur d’une structure évoquait le glissement récent de l’appellation de son poste de « coordinateur » vers celui de « directeur ». Dans le cas présent, ce changement n’a entraîné aucune évolution statutaire au sens strict. Le mobile essentiel était au final celui de la recherche d’une plus grande légitimité à représenter son entreprise associative aux yeux des partenaires.

2. La coordination à l’interface complexe entre projet et politique

  • 15 Cf. par exemple, Partenaires sociaux de la branche animation (2008)

12La catégorie « animation », et avec elle celle de sa coordination, de même que les nomenclatures utilisées – avec leurs pleins et leurs flous – sont évidemment politiques parce qu’elles résultent de combats idéologiques, de négociations multi-niveaux, de conflits sociaux et de l’action d’acteurs engagés. Nous ne reviendrons pas ici sur les travaux décrivant la codification et la construction historico-militante des catégories socio-professionnelles de l’animation en France15 ni sur les conflits du travail que cette structuration a pu et pourrait générer (PEYRES 2006). Pour autant, il ne faut pas sous-estimer l’impact de ces processus sur les effets de définition (ou de non-définition), sur les contours des catégories, des identités collectives des salariés et sur la façon dont elles sont reprises et portées par les structures et les organisations professionnelles (KIEFFER 2002).

13Certaines analyses font ressortir la « crise » ou le questionnement de la légitimité du service social au sens large, champ auquel nous rattachons l’animation socioculturelle. Deux aspects sont identifiés par ces travaux : d’abord, la perte ou la contestation des référentiels politico-idéologiques à la base de la professionnalisation et qui, jusque-là, en justifiaient son existence et son sens ; ensuite l’inadéquation ou la difficulté à répondre aux nouveaux problèmes et publics, de même qu’aux exigences rationalisantes de l’action sociale actuelle (PINTO ALBUQUERQUE 2003). En ce sens, déréglementation, désengagement de l’Etat, appels d’offre, instrumentalisation, externalisation ou municipalisation, délégation de service public, etc., sont autant de problématiques complexes qui font partie de l’action et du vocabulaire quotidiens des coordinateurs impliqués dans le domaine de l’intervention sociale.

14En outre, la fonction coordinatrice est « politique », notamment parce qu’elle s’intègre dans le mouvement plus global qui marque l’évolution des politiques publiques vers un ensemble d’initiatives multipolaires et de tentatives de coordinations explicites qu’on appelle aujourd’hui « l’action publique ». Dans ce contexte, les coordinateurs agissent dans des environnements qui peuvent concerner le secteur public d’une part et le secteur privé d’autre part. Mais ils se situent aussi à l’interstice/interface de ces deux secteurs et se retrouvent fortement impactés par les relations incertaines qui se tissent ou se détissent entre le public et le privé. A cela s’ajoute, face à la montée en puissance des politiques urbaines (de prévention, d’insertion, etc.), l’apparition de « nouveaux métiers » destinés à la mise en place de nouvelles politiques sociales, transversales et implicationnistes. Ces métiers, susceptibles d’être exercés par des animateurs, achèvent de brouiller les « juridictions » des professionnels : chargés de mission, chefs de projets, agents de développement local, et autres (AKIN & DOUARD 1999). Les catégorisations émergeantes opérées par les politiques se diffusent d’autant plus facilement que « la très grande majorité des animateurs est employée soit par des associations régies par la loi de 1901, soit par des municipalités » (CPNEF, Ithaque 2010), ces dernières recrutant aujourd’hui plus d’animateurs que les associations. Les appellations multiples sont également générées ou relayées par les institutions via les différentes informations qu’elles diffusent ou les rapports qu’elles produisent, de même que par les incontournables « appels d’offre » qui incitent les professionnels à profiler les projets et à réutiliser les catégories « en vogue ».

15Par ailleurs, l’existence de définitions et de politiques très diversifiées, variant entre les ministères, les collectivités territoriales et les acteurs de terrain, ajoute à la nébulosité du contexte et des pratiques, rendant la tâche et le positionnement du coordinateur plus ardus. Il ne s’agit pas seulement d’une confusion sur le sens des mots (animation, insertion, développement, social, culturel, etc.), mais bien de l’interaction complexe entre des mondes différents. Au cœur de la mise en œuvre des politiques, dont les cadres intermédiaires de l’animation sont parties-prenantes, les protagonistes tentent de communiquer avec des concepts, des référents, assimilés et interprétés de façons différentes – voire divergentes –. Notons au passage que ces divergences, ces problèmes de « traduction », rendent difficile l’intercompréhension, en même temps que crucial le rôle du coordinateur en charge de la fonction traductive.

  • 16 Notamment le Fonds social européen, l’Agence nationale de cohésion sociale et d’égalité des chance (...)

16Ajoutons enfin à ce tableau le fait que l’animation se soit appropriée – ou ait été orientée vers – de nouvelles problématiques sociales et politiques. Ces processus ont conduit à l’ajout de nouvelles responsabilités et spécialités pour les animateurs. D’où des intitulés de poste parfois plus complexes qui, par « contamination », vont avoir un impact sur les coordinateurs et leur positionnement. On peut citer l’exemple des assistants juridiques, des animateurs référents de demandeurs d’emplois, des médiateurs ou des animateurs de proximité, etc. Une autre tendance aussi conduit à l’émergence d’appellations supplémentaires : le développement des partenariats entre le secteur associatif et les nouveaux financeurs de l’animation16 qui incitent à la création de postes « fléchés », les termes de ce « fléchage » contribuant souvent à l’inflation nominale ambiante.

  • 17 Pour ce paragraphe, sur le thème voisin des éducateurs, cf. Alballéa (2000) et (1992) à qui nous e (...)

17En même temps qu’ils instituent, tous ces processus de catégorisation induisent autant d’imbrications que de décalages entre les différentes constructions sociales qui saisissent la figure intermédiaire de l’animateur-coordinateur. Il en découle les difficultés susmentionnées de classement, d’identification et d’identité des professionnels de l’animation-coordination. On mesure ici l’impact de la « catégorisation officielle » et politico-institutionnelle qui renvoient aux définitions administratives, aux lois et aux décrets, aux conventions et aux catégories forgées par les services en charge de classer ou de compter les professionnels17 du secteur animation (GILLET 2006). On pressent aussi le « tiraillement identitaire » qu’il peut y avoir ici avec la « catégorisation ordinaire » portée par les individus eux-mêmes, qui leur permet de s’identifier – ou pas – à tel groupe professionnel. Pour Alain Desrosières et Laurent Thévenot (1996), si la catégorisation ordinaire peut informer ou contester la catégorisation officielle, elle n’est pas indépendante de cette dernière qui finit souvent « par imposer sa représentation et ses découpages de la réalité, prédéterminant ainsi, pour partie, les processus de catégorisation ordinaire » (DESROSIERES & THEVENOT 1996). La confrontation entre ces deux catégorisations – auxquelles peut venir se rajouter celle du savant (politiste, sociologue, etc.) – « rend difficile la faculté d’être classé ou de se classer » (ALBALLEA 2000).

18Aux prises avec ce contexte particulièrement complexe qui questionne encore une fois l’identité dans sa construction sociale, l’animateur-coordinateur court aussi le risque de céder à l’injonction de compétence technicienne dont sont friands les décideurs politiques. La menace est celle d’un « appauvrissement » puisque « lorsque le politique interroge le professionnel, ce n’est pas du point de vue du sens, mais du point de vue de sa place dans la structure juridico-administrative. Lorsqu’il parle de légitimité et de reconnaissance, ce n’est pas en termes de service social, mais en termes de compétences et d’outils » (GARNIER 1999). Dans cette perspective, la mission de l’animateur devenu coordinateur « ne se mesure plus à une tentative vécue entre le mandat social d’encadrement et la volonté d’émancipation », le problème n’étant plus de « dénoncer la société mais de la produire » (DONZELOT & ROMAN 1998).

19Par ailleurs, dans un champ fortement marqué par la présence d’entreprises associatives, où l’emploi est en perpétuelle évolution, la professionnalisation des métiers et en particulier celle des cadres intermédiaires se trouve confrontée à une autre problématique : l’articulation délicate entre des logiques associatives (qui se veulent garantes de l’engagement et de la liberté des acteurs) et des logiques technico-gestionnaires garantes notamment de la pérennisation des entreprises et des emplois. Selon le propos plus significatif que représentatif d’un directeur de Centre social interrogé par l’ORSEU : « La logique professionnelle dans l’animation prime aujourd’hui sur ce qui était la logique militante d’antan. Avant, les animateurs venaient de l’Education populaire où les outils d’animation sont bien appropriés. Aujourd’hui, ils viennent des centres de formation ou du champ de l’insertion. On leur apprend une démarche de gestion et de coordination (…) l’évolution du métier va dans le sens de la fonctionnarisation ».

20Plus globalement, la récupération politique ouvre le risque que la maîtrise d’un savoir-faire « coordonnant », d’un idéal technique et d’une fonction instrumentale, s’instituent comme modèles identitaires hégémoniques et en représentations fonctionnelles dominantes. Car en même temps qu’elle fournit une justification symbolique et une légitimité, la compétence du coordinateur, décrétée institutionnellement, réduit ou confond celle-ci avec ce qui est prioritairement institué par le politique avec ses critères souvent éloignés des marqueurs identitaires ou des valeurs originelles du professionnel. En parallèle, on ne saurait pour autant sous-estimer le fait que ce « décret » s’opère parfois en coresponsabilité/connivence avec un champ socioculturel qui, tout en se professionnalisant, met lui-même en évidence l’idéal de sa technisation dans ses propres discours de légitimation professionnelle… Les aspects liés à la synchronisation de dispositifs illustrent ces processus. Par exemple, lorsque la Caisse d’Allocations Familiales 33, la Mutualité Sociale Agricole, la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Personnes, le Conseil Général 33 décident de normaliser les processus de demande d’aide au départ en vacances pour leurs bénéficiaires, la fonction de coordination est mise en avant afin de s’entendre sur l’établissement d’un dossier unique, d’une date commune de retour des demandes et autres aspects quasi-exclusivement techniques ou procéduraux… Se pose encore une fois l’inévitable question de la traduction/trahison qui s’opère au travers des relations se nouant autour du projet avec le politique, celle de la mise en conformité de l’action d’animation avec les attentes de ce dernier, via la coordination.

  • 18 Thème retenu pour la 2ième journée des coordinateurs organisée par les étudiants de licence profes (...)

21Ainsi, l’animateur-coordinateur se retrouve face au sens de l’action et du projet, mais aussi devant l’impératif de re-questionner, de retracer l’itinéraire allant « du sens à l’action18 », de la dimension conceptuelle vers la dimension pragmatique, de réinterroger les liens dialectiques entre la théorie et l’action, l’utopie et sa concrétisation, entre l’engagement et le technique. L’objectif ? Faire que le passage des uns aux autres n’implique ni la perte de son « âme », ni l’errance dans les limbes d’un état intermédiaire, flou, voire « mou ». Il s’agit bien ici de remettre au centre des discussions la question « idéologique » du projet de société, qui apparaît pour certains, impératif, et pour lequel des animateurs et des coordinateurs estiment agir au quotidien. Quitte peut-être à prendre le risque de transgresser les normes et routines organisationnelles ?

3. L’animateur-coordinateur : la ruse du passeur ?

  • 19 Pour cette partie, nous mobilisons de façon centrale les réflexions de Maria PINTO ALBUQUERQUE (20 (...)
  • 20 MARGANTIN, L., 1999. Système minéralogique et cosmologie chez Novalis, L’Harmattan, p. 130.

22Nous avons montré que l’animateur-coordinateur, cadre-intermédiaire et archétype d’une marginalité-sécante topographique, se trouve en différents espaces-frontières que l’on pourrait qualifier de « transactionnels », au cœur d’un ensemble multi-référentiel aux connexions multiples entre diverses rationalités. Une des conséquences est le débat récurrent sur la question de sa légitimité dans un champ socioculturel aux contours fluides et mouvants, mais parfois aussi celui autour d’une crise de l’identité professionnelle19. Pour y faire face, le réflexe « naturel » visant à réduire l’ » incertitude chaologique » de la coordination va souvent pousser les acteurs à mobiliser des arguments et des justifications pour la délimitation, pour la production de territoires et d’environnements stabilisés. Dans ces contextes, la concurrence devient alors inévitable puisque les différents professionnels vont emprunter des registres d’argumentation et de légitimation parfois très proches. Mais si ce qui hante toujours la pensée du « système de coordination » – a fortiori quand il s’agit de penser son positionnement professionnel dans le système – c'est le chaos, il n’y a finalement chaos que « tant que l’esprit se coupe de ce qu’il n’englobe pas, n’épouse pas, et refuse de se risquer au-delà de limites tracées arbitrairement »20. Dès lors, le maelstrom réserverait ses opportunités, à condition d’accepter le risque et ses multiples angoisses, de les reconsidérer en matrices de possibles.

23C’est la question de cette posture, de cette prise de risque et de la recherche d’un « inconfort créatif » qui se pose à l’animateur-coordinateur. Loin d’être démuni, car bénéficiant potentiellement d’une « capacité réticulaire » (ALTER 2005) et de ressources multiples (relationnelles, partenariales, techniques, etc.) liées à son rôle d’interface, le coordinateur peut réinterroger son empowerment de façon inventive. Sa posture originale peut lui permettre d’exploiter cette « dynamique des incertitudes » dont nous avons montré qu’il hérite, et ce afin de développer et diffuser de l’innovation. Le statut devient alors celui de « pionnier », au sens sociologique de « pris entre deux forces » : l’une « destructrice » car les pionniers ont la capacité de contester les normes établies ; l’autre « créatrice » puisqu’ils peuvent de façon « imprévisible » contribuer à l’émergence d’autres normes tirées de leur fonction principale qui est, via la coordination, de faire adhérer une partie de la collectivité à la diffusion de l’animation. Les conditions d’inconfort statutaire maintes fois soulignées, si elles deviennent « assumables » ou assumées, semblent donc pouvoir produire des potentialités d’action autant que des capacités spécifiques de « navigation » entre des ordres divers.

24En ce sens, plus que de comprendre et d’interagir avec des acteurs dans un régime d’action strict et relativement limité, le coordinateur professionnel devient « efficace » s’il parvient à se mouvoir entre des régimes d’action variés porteurs d’exigences et de contraintes différenciées et parfois profondément divergentes. « Face à la complexification des problématiques et des contextes actuels et à la pluralisation de lectures et de référentiels d’action, cette compétence interprétative-connexionnelle » des coordinateurs s’avère « absolument essentielle pour construire leur propre légitimité et même la légitimité de ceux qui interagissent avec eux et des contextes dans lesquels les actions se mettent en pratique ». Il s’agit de considérer que la pratique coordinatrice « s’institue dans la dialectique entre une logique statutaire, basée sur des présupposés fonctionnels et normatifs, et une logique constructive » (PINTO ALBUQUERQUE 2003), en comprenant que le cadre-intermédiaire de l’animation dispose toujours d’une marge certaine d’autonomie. Comme l’affirme Dominique Bondu : « l’action du professionnel s’inscrit dans le rectangle : commande sociale, demande sociale, convictions et finalités de l’acteur, réalité vécu du public. C’est sa capacité à maîtriser le jeu de forces à l’intérieur de cet espace qui lui confère sa professionnalité » (BONDU 1998).

25En ce sens, « être légitime » devient être capable de construire des « hybrides », d’inventer des passages entre des logiques différenciées en gardant la marge de manœuvre nécessaire au questionnement des ordres qui se rejouent sans cesse. Ce qu’écrit Marc-Henry Soulet au sujet du service social en général trouve une pertinence certaine dans le champ de l’animation-coordination : « Il faut que le service social s’affirme par un travail capable de révéler, dans un registre public, les divers fragments, décodés et recodés, du vivre-ensemble, travail qui n’acquiert de sens que par la capacité de gérer et de stimuler des débats sur les normes et les valeurs collectives » (SOULET 1998). Ainsi, le cadre intermédiaire de l’animation « s’apparente à un embrayeur et à un metteur en forme des bouillonnements des valeurs, à un travailleur de surface capable de faire se révéler sur la scène publique les différents vivre-ensemble. Prend fin le producteur d’unité normative, émerge le circulateur de la diversité normative, [en] position de dispatching, c’est-à-dire [en] une position sécante s’efforçant de déplacer les formes de l’être-au-monde d’un groupe social à un autre et réciproquement » (Ibid.)

  • 21 Nous nous appuyons ici sur les travaux de l’anthropologue africaniste Georges BALANDIER (1978) qui (...)

26C’est en cela que l’on pourrait dire, dans un raccourci certes cavalier mais néanmoins signifiant, que le coordinateur marche sur le même sentier que la figure anthropologique, « bousculatrice » et « déceptrice » incarnée par le dieu béninois Legba dont le pouvoir réside avant tout dans son ambiguïté21. Dans la généalogie des dieux de l'ancien Dâhomé, Legba apparaît comme le dernier-né issu d'une divinité androgyne. Il ne reçut la charge d'aucun secteur de l'univers en particulier, « mais la capacité de maîtriser les langues, d'être ainsi un interprète permettant aux divinités de communiquer entre elles et un envoyé des dieux auprès des hommes. Parce qu'il est le dieu de la communication, il est partout présent (…) il a sa place dans tous les groupes et dans toutes les maisons. Il est associé aux lieux de rencontre et de passage - les carrefours, les endroits publics et les seuils - » (BALANDIER 1978). Il est donc lié à une communication où se révèle la puissance en tant que capacité à atteindre ses propres objectifs et à accroître ses « ressources ». Plus que tout, en ayant la capacité d’intervenir partout et de « faire communiquer », Legba ruse avec les contraintes qui définissent l'ordre du monde et de la société. Il provoque l'action de liberté, il crée la possibilité de ne pas être totalement soumis à la nécessité du destin, ni aux pouvoirs et à leur force. Selon les récits, Legba est le seul qui ose s'opposer au dieu supérieur, à des groupes de dieux, au souverain, à la famille royale, aux dignitaires. Cette opposition aux ordres établis trace les limites du pouvoir en révélant que celui-ci « n'est pas entièrement confisqué », que les pouvoirs ne sont pas intangibles et que le changement est toujours possible. En ce sens, Legba occupe une position centrale : tout contrôle des forces sociales passe par lui. Honorat Aguessy précise ce point avec insistance : « Legba est au carrefour de tous les rapports humains » ; il permet à l'individu de ne pas être entièrement écrasé par la société… A bon entendeur, mesdames et messieurs les coordinateurs !

Notas

14 D’après les travaux des psychologues de l’école de Palo-Alto

15 Cf. par exemple, Partenaires sociaux de la branche animation (2008)

16 Notamment le Fonds social européen, l’Agence nationale de cohésion sociale et d’égalité des chances, l’Agence nationale de renouvellement urbain, les Régions.

17 Pour ce paragraphe, sur le thème voisin des éducateurs, cf. Alballéa (2000) et (1992) à qui nous empruntons les catégories et analyses utilisée ici.

18 Thème retenu pour la 2ième journée des coordinateurs organisée par les étudiants de licence professionnelle, département carrières-Sociales de l’IUT Michel de Montaigne, Bordeaux.

19 Pour cette partie, nous mobilisons de façon centrale les réflexions de Maria PINTO ALBUQUERQUE (2003) autour des processus de légitimation des pratiques de service social que nous transposons, en lien avec les entretiens réalisés pour ce travail, dans le champ de l’animation socioculturelle et de la coordination.

20 MARGANTIN, L., 1999. Système minéralogique et cosmologie chez Novalis, L’Harmattan, p. 130.

21 Nous nous appuyons ici sur les travaux de l’anthropologue africaniste Georges BALANDIER (1978) qui lui-même reprend en partie le travail d’Honorat AGUESSY (1973) : Essai sur le mythe de Legba, t. 1 à 3, Ed. Ronéo, Paris.

Índice de ilustraciones

Leyenda Fig. 2 : Les mises en tension de la fonction de coordination
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/465/img-1.jpg
Archivo image/, 43k

© Carrières Sociales Editions, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540