Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Coordination et coordinateurs

 | 
Luc Greffier
, 
Pascal Tozzi

Éditorial

Volltext

  • 1 Les Cahiers de l’Animation, n° 3, 1973.
  • 2 Par convention, le terme générique d’animateur(s) regroupera les animateur(s) et animatrice(s), de (...)

1Le champ des activités sociales et socioculturelles est en constante évolution. Au sein de cet univers, agissent celles et ceux qu’Emmanuelle Levet-Gautrat appelle « des personnages carrefour qui symbolisent le lieu où se retrouvent et se télescopent tous les besoins, les désirs et les rêves des hommes et de la société »1. Ces personnages, autrement nommés « animateurs2 socioculturels », mus par une démarche a priori commune, « mobilisent des compétences générales et spécifiques autour d'un projet d'autonomisation et de socialisation d'un groupe d'individus (…) à partir d'une activité ou d'un ensemble d'activités qui servent de support et de moyen au projet proprement dit » (ROUSSEAU 1996). Mais lorsqu’on analyse plus précisément les réalités professionnelles de ces animateurs, la consistance définitoire précédente s’estompe au profit d’une dimension protéiforme de leurs pratiques et des responsabilités qu’ils assument.

2Depuis le début des années quatre-vingt-dix on assiste au développement de dispositifs publics en lien avec des approches de plus en plus territorialisées, à la montée en puissance de l’exigence du travail en réseau, à la structuration d’une filière de qualification professionnelle pour l’animation, à la complexité croissante des procédures relatives à la démarche de projet. Ces facteurs ont progressivement imposé la notion de coordination comme une référence permettant de positionner certains cadres intermédiaires du secteur.

  • 3 Cf. définition de l’Encyclopédie Universalis

3A la recherche d’une définition opératoire, la coordination qui peut s’entendre comme le « fait de coordonner, de diriger les initiatives ou les actions de plusieurs personnes vers un but commun3 » équivaut surtout à une mise en synergie, dans le cadre d’un système complexe, d’acteurs motivés par des intentions parfois contradictoires. Il s’agit alors de faire se rencontrer des contraires dans un jeu de relations gagnant / gagnant, de faire vivre une forme de gouvernance. Cette dernière se caractérise par l’effacement des pouvoirs centraux décisionnaires au profit de la multiplication des centres de décision mis en place par les différents acteurs impliqués dans le champ de l’animation socioculturelle. En même temps, les situations de terrain recouvrent des pratiques hétérogènes qui se traduisent par une variété de statuts et la multiplicité des missions réalisées par ces coordinateurs. Dans ce contexte, se pose la question des niveaux statutaires et des postures assumés par les animateurs professionnels lorsqu’ils sont amenés à coordonner une action ou un projet d’animation.

4Ainsi, le sujet de la coordination dans le champ de l’animation socioculturelle soulève un ensemble d’interrogations essentielles autant pour l’espace social dans lequel les coordinateurs interviennent, que pour leurs employeurs. Ce sont ces questions que nous nous proposons d’explorer: dans un premier développement sera analysée l’émergence d’un « cadre intermédiaire » qu’incarne l’animateur-coordinateur; dans une seconde partie, nous envisagerons ce dernier en tant que figure de pouvoir située au cœur d’enjeux politiques multiples.

Anmerkungen

1 Les Cahiers de l’Animation, n° 3, 1973.

2 Par convention, le terme générique d’animateur(s) regroupera les animateur(s) et animatrice(s), de même pour coordinateur(s)/trice(s).

3 Cf. définition de l’Encyclopédie Universalis

© Carrières Sociales Editions, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540