Version classiqueVersion mobile

L'animation, source de diagnostic

 | 
Ramon Ortiz de Urbina
, 
Jean-Luc Richelle

3. La démarche interrogée

Texte intégral

1Jean-Luc Richelle : L’exposé précédent se suffit à luimême pour comprendre la démarche de diagnostic permanent que l’équipe du centre d’animation Saint-Michel a adoptée. On comprend bien comment l’animation, déclinée en diverses actions, qui utilisent plusieurs outils créés d’ailleurs à cet effet, devient source de diagnostic. L’idée commune d’engager, suite à ce texte, un dialogue sur différents points vise à compléter la compréhension de l’ensemble et à en souligner des éléments heuristiques. Je relève en effet, de façon non exhaustive, quelques axes de réflexion qui me paraissent présenter des éléments d’analyse et de recherche pertinents pour des praticiens comme pour des chercheurs. Il ne s’agit pas de proposer des conseils pour des lecteurs qui voudraient s’appliquer à devenir des animateurs du diagnostic, mais plutôt une lecture de ce que l’expérience rapportée nous apprend. Cela ne nous exempte pas de pointer des faiblesses et des ressources à partir desquelles il paraît possible d’agir.

2Dans un premier temps, je souhaite interroger de façon générale l’expérience que tu as décrite pour que tu expliques la légitimité à la mener et également la difficulté à l’initier. Cette difficulté n’apparaît pas tellement jusqu’alors. On dirait qu’il est à la fois évident et facile d’engager ce type de démarche.

3Ramon Ortiz de Urbina : La démarche est semée d’embûches. Tout d’abord l’équipe doit avoir en tête que la remise en question est constante, or tout va bien quand une équipe ne change pas. C’est rarement le cas. Une équipe est amenée à bouger souvent. Dans une association qui voit passer plus de 400 personnes par an tous contrats confondus, où les contrats à durée indéterminée dépassent largement deux cents salariés répartis dans dix centres d’animation, il faut savoir que, pour beaucoup de raisons (mobilité, arrêts pour maladie, maternité, congés parentaux, sans solde ou de formation…) les personnes s’absentent. Bien sûr, je ne fais mention que des absences de plusieurs semaines et qui sont systématiquement remplacées.

4Quoiqu’il en soit, la formation des animateurs à cette démarche est… continue. Les animateurs constituant l’équipe du centre d’animation Saint-Michel apprécient d’y travailler mais sont conscients des difficultés, celle d’être partout à la fois, et celle de devoir adopter une démarche sur plusieurs niveaux, à la fois transversale entre les différents projets et à la fois dans la durée puisque chaque projet a sa propre dimension temporelle. Je m’explique : en 2004, je propose à l’équipe constituée alors, de porter un regard sur son travail et de le remettre en question. Nous constatons que chacun travaille dans son coin pour des dispositifs ou des actions spécifiques. Tout le monde parle de secteurs enfants, adolescents et adultes, sans penser au lien qui peut s’établir entre eux. Un exercice long et difficile commence donc, celui d’envisager le décloisonnement des dispositifs et des secteurs par la suppression des barrières qui existent. Pour cela, une liste de toutes les actions est établie par chaque référent d’action, chaque animateur étant responsable d’une ou plusieurs actions. Une consigne simple est donnée : envisager de mener à bien son ou ses actions, en regardant ce qui, chez les autres animateurs, peut venir compléter, nourrir la ou les siennes et comment cela peut se faire. A partir de ce moment-là, l’équipe décide de supprimer la notion de secteur par l’âge (enfants/adolescents/adultes), mais en définit trois autres : l’animation/l’administratif/les finances, avec la même mission de faire travailler ces secteurs ensemble. Un animateur a besoin de données administratives et financières pour travailler, comme le secrétariat d’accueil a besoin de l’accompagnement des animateurs et du lien avec la comptabilité, de la même façon que la comptabilité avance difficilement sans le secrétariat et sans le travail des animateurs. Tout le monde a besoin des autres, et chacun doit envisager et prévoir ses actions en y incluant les autres secteurs, mais également d’autres actions de l’animation.

5Cette remise à plat du travail ne va pas de soi et ajoute une difficulté à celle d’envisager la relation avec les autres : il faut que tous les animateurs soient à la fois dans l’espace qu’ils partagent et dans une projection temporelle des actions.

6Tout d’abord l’animateur qui veut conduire son projet, va regarder et connaître les autres projets pour imaginer comment ils peuvent s’enrichir mutuellement. Ensuite, il peut se projeter dans le temps, pour savoir si ce qui ressort des animations peut nourrir un futur diagnostic et pourquoi pas un changement d’orientation dans les projets.

7Le questionnement peut être permanent et discuté entre animateurs, partenaires, adhérents, soit de manière formelle lors de réunions d’équipe, de comité d’animation ou bien lors de rencontres provoquées avec des partenaires, soit de manière non formelle à n’importe quel moment. Evoluer sur plusieurs dimensions, à la fois spatiale et temporelle, est une difficulté, car les réponses ne vont jamais de soi et sont sans arrêt à re-questionner. C’est une remise en question du travail et des questions en elles-mêmes pour savoir si elles peuvent ou pas nourrir un diagnostic. L’animation au quotidien génère des questions qui intéressent forcément un diagnostic, encore faut-il en avoir conscience.

8Jean-Luc Richelle : D’accord, mais une prise de conscience n’est pas la garantie d’un comportement adéquat par la suite. Ce qui m’intéresse, c’est de comprendre ce qui a permis à l’expérience non seulement de voir le jour, mais de perdurer jusqu’à aujourd’hui. Les aléas de l’existence personnelle et professionnelle font qu’une équipe peut se lasser d’une expérience. Est ce que tu peux pointer ce qui te paraît être le facteur central sur lequel repose la fiabilité de la démarche et du même coup les limites qui y sont attachées ?

9Ramon Ortiz de Urbina : Le diagnostic permanent tel que l’équipe du centre d’animation souhaite le mener nécessite de mettre en place une vigilance de tous les moments. Dès le projet social élaboré en 2003 « l’état de veille » était inscrit de manière permanente dans la démarche de l’équipe d’animation. Il a fallu attendre 10 ans pour que le projet 2013 le concrétise par la création d’un comité de veille territoriale, issu de la volonté des partenaires associatifs et institutionnels d’accompagner ce diagnostic. Si jusqu’alors le centre d’animation se retrouvait seul dans une démarche de diagnostic permanent, qu’il partageait tous les quatre ans avec ses partenaires, désormais, le partenariat régulier devient pour tous un outil de diagnostic exigeant.

10Le plus difficile dans cette vigilance de tous et de tous les moments est la prise en compte de cette réflexionaction par la totalité de l’équipe. L’équipe de direction reste référente du diagnostic car elle le porte depuis le début. L’intégration de l’équipe dans la démarche nécessite une exigence de la part de tous, qui peut être mise de côté dans le feu des actions. La connaissance ne serait-ce que des enjeux du projet social par les animateurs, demande à ce que tous soient sur la même longueur d’onde, reconsidèrent le travail ensemble, de façon transversale, en co-réflexion. Leur participation au comité de veille territoriale devrait le faciliter. Les comités de veille ne se présentant que tous les deux mois, certains animateurs peuvent dégager un temps de travail dont le contenu est développé et présenté aux autres en réunion d’équipe. Les réunions d’équipe constituent également des temps de préparation complémentaires aux comités de veille.

11Ceci étant, l’animation comme diagnostic peut avoir ses limites. Nous avons vu que c’est l’animation, par l’émergence de la parole, qui apporte certaines thématiques de réflexion. La première limite est le risque d’interprétation des propos recueillis. Eviter de faire dire à des personnes ce qu’elles n’ont pas dit demande une vigilance de la part des animateurs et un travail d’analyse avec les autres. L’analyse peut être subjective du fait que des questions posées lors d’enquêtes ou de jeux ne se veulent pas précises, mais laissent également la place à l’interprétation de la part des personnes. Lors de la création de questionnaires ou de jeux, l’idée d’introduire la métaphore est pertinente, mais n’apporte pas de réponses très précises, et ce que disent les personnes n’est pas vérifiable ou quantifiable, dans la mesure où elles révèlent des impressions. Nous avons cependant constaté que les réponses sont révélatrices des préoccupations, des problématiques vécues comme prioritaires par les personnes qui les mettent en avant spontanément, sans trop de calcul.

12Toutes ces questions/réponses, métaphoriques/approximatives, ne sont pas à mettre au même niveau que les données chiffrées. Toutes les réponses se complètent et laissent apparaître des notions qui ne sont pas recherchées par la précision des chiffres. La première notion interrogée par des questions très ouvertes est celle du vivre ensemble. En effet, questionner le vivre ensemble dans un quartier ou une ville est peut-être ce à quoi les animateurs sont le plus sensibles.

13Nous prenons les réponses comme elles viennent, en les considérant comme significatives d’un état d’esprit, en sachant que les personnes ne représentent qu’ellesmêmes. La capitalisation et le croisement de l’ensemble des réponses interviennent cependant dans l’analyse, une même personne pouvant répondre en faisant apparaître des incohérences. Par exemple, pour un questionnaire sur le quotidien, une personne répondait à la fois qu’il y avait trop de voitures dans le quartier et pas assez de place pour garer la sienne. Les paradoxes doivent aussi être pris en compte. Ils sont révélateurs des usages du quartier.

14Mais une autre limite peut être atteinte quand l’on considère qu’en définitive ce ne sont que peu de personnes sur l’ensemble des habitants qui ont répondu aux questions, qui ont participé aux jeux ou aux animations.

15Jean-Luc Richelle : Je comprends à partir de ce que tu développes, que le diagnostic permanent, entretient ou vise à maintenir, l’équipe de direction ayant une responsabilité en cela, une posture de veille, de vigilance, quant à la collecte de données, quant à l’analyse de celles-ci, ce qui pourrait se traduire comme une démarche de « chercheur » chez les praticiens, indépendamment bien sûr du statut scientifique professionnel de chercheur.

16Peux tu en dire plus de la capacité des praticiens à devenir chercheurs, à réfléchir leur pratique, à l’analyser, à la théoriser, dans des espaces professionnels. Le lien est certes difficile à opérer, entre des postures différentes mais complémentaires, qui tiraillent, « écartèlent » disent les étudiants durant leur travail de recherche, de même que les professionnels venus en formation. Ce lien entre pratique et recherche est-il rompu quand ces mêmes animateurs professionnels exercent et ne se trouvent plus en centre de formation ? Contre le cloisonnement des espaces d’expertise, ne peut-on pas défendre l’idée que des espaces de rencontre, de confrontation, peuvent être créés ? Cela invite des praticiens à adopter des postures leur permettant de devenir chercheurs à partir de ressources issues de leur expérience. Et de cette pratique, il me paraît possible de lire en filigrane un référentiel théorique (concernant l’animation, la pédagogie, la participation etc.) même s’il n’est pas exprimé de façon explicite par les animateurs. L’endogénéité qui entretient l’entre-soi des praticiens comme des chercheurs, rend difficile l’exercice, mais le fait de partir en formation apporte assurément une aération à l’animateur et lui facilite une prise de posture de praticien-chercheur.

17Ramon Ortiz de Urbina : J’espère que la démarche que nous avons construite nous positionne en tant que chercheurs, dans le sens où il est juste demandé de faire un pas de côté, de se distancier pour regarder le travail que nous faisons et pour le questionner en apportant une autre vision. C’est cette position « spatio-temporelle décalée » que je pointe dans les difficultés inhérentes à la démarche même. Il est nécessaire d’être à la fois dans l’action et dans une certaine distance pour l’analyser. Nous sommes assez éloignés de la simple réponse aux institutions, du simple exercice de réponse à une commande. J’espère que les animateurs ne sont pas vus que comme de simples exécutants. Avant de trouver des réponses par le biais de ce que nous savons faire, j’estime que nous devons, par ces réponses, questionner les institutions sans nous contenter de répondre à ce qu’elles attendent de nous. Je donne un exemple : en octobre 2012 le dernier comité de pilotage se réunit pour valider la proposition de projet social du centre d’animation Saint-Michel. Après présentation de celuici, un responsable territorial de la Caisse d’allocations familiales s’exprime en relevant que nos propositions sont justes et cohérentes, et arrivent à leurs fins par les chemins détournés d’un diagnostic partagé surprenant. Nous sommes arrivés au bon endroit par des chemins que personne ne s’attendait à prendre.

18Cette méthode de « recherche-action » n’est pas simple pour les animateurs, mais elle permet de cultiver la curiosité et, surtout, de se mettre en position d’apprenant au cœur de sa propre pratique. Bien sûr, j’espère que les animateurs complètent cette recherche par des lectures, ce que je les incite à faire, et au moins, ils ont l’occasion de la nourrir lors de commissions pédagogiques qui leur sont proposées régulièrement dans leur temps de travail et que la direction générale m’a demandé d’animer avec l’aide de collègues directeurs. Des temps de réflexion sont également proposés au sein de l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux, que j’estime être des temps de formation permanente, lors des réunions mensuelles qui réunissent l’ensemble du personnel d’animation. C’est à nous, directeurs d’équipes, de proposer des temps de réflexion en interne quand la majorité des animateurs disent qu’ils n’ont pas de temps à y consacrer, tant l’action est prégnante et chronophage. Or si la pratique n’est pas questionnée, elle finit par se scléroser. Cette manière de travailler n’est pas forcément liée à de la théorie, c’est plutôt une analyse de pratique, une recherche de réponses en la questionnant, tout en acceptant de se laisser surprendre, sans en avoir peur, par des éléments disparates venus de l’extérieur.

19J’espère aussi, très humblement, que cet ouvrage permettra de beaux échanges en amenant beaucoup d’autres questions.

20Jean-Luc Richelle : Les notions d’équipe et de travail d’équipe ressortent de manière importante. Qui fait partie de l’équipe et à quel titre ? Y a-t-il plusieurs équipes, dont l’équipe de direction, et comment leurs relations s’articulent-elles au projet du centre social ? Tu évoques le fait qu’à un moment donné vous avez effacé cette sectorisation des animateurs et cet attachement à des dispositifs, qui rend d’ailleurs leur statut précaire, qui se traduit par une juxtaposition d’interventions ou un morcellement de l’animation. Il me semble que chacun doit opérer un travail personnel pour intérioriser une nouvelle pratique professionnelle et pour la cultiver avec les autres, qui ne va pas de soi, ce qui prend des habitudes à contrepied, ainsi que tu le dis, et qui va modifier un fonctionnement individuel et collectif. Peux-tu en dire plus, en souligner l’intérêt et dire le temps que cela a pris ?

21Ramon Ortiz de Urbina : Dans ce que tu demandes je trouve souvent plusieurs questions en une. Je vais donc essayer de répondre à toutes.

22Tout d’abord il a fallu travailler la notion d’équipe avec toutes les personnes en poste à Saint-Michel. Cette notion est très liée à celle de projet global du centre d’animation et nous avons commencé à la questionner très tôt en mettant à plat l’ensemble des projets, des dispositifs, des actions qui étaient menées par un ensemble de personnes. Jusque-là, quand on demandait à un animateur de définir son travail, il l’intégrait systématiquement à un « secteur enfants », à un « secteur ados » ou à un « secteur familles » ce qui avait le don de m’agacer et qui m’énerve toujours quand je l’entends. Je vais te raconter un exemple d’où tout est parti. Quand je suis arrivé au centre d’animation Saint-Michel, je voyais souvent des adolescents entrer à l’accueil, ne dire bonjour à personne et demander systématiquement où étaient les animateurs. J’ai pris conscience à ce moment-là que l’accueil était l’affaire de tous les membres de l’équipe, et que les adolescents comme les autres devaient être accueillis et renseignés sans être renvoyés à leurs animateurs référents. A partir de cet exemple, nous avons tous réfléchi pour changer notre posture et chacun avait la mission de s’intéresser au travail des autres pour pouvoir répondre à n’importe quelle personne qui se présentait à l’accueil. Ceci a permis, petit à petit, d’éliminer la notion de secteur. Les animateurs du centre d’animation Saint-Michel répondent maintenant et tout simplement qu’ils sont « animateurs ou animatrices du centre d’animation Saint-Michel », ce qui ne laisse rien montrer de leurs missions respectives mais qui au moins ne les cantonne pas à une mission particulière et sectorisée. Quand ils le disent naturellement, j’en suis assez fier, ne serait-ce que quand je vois les regards étonnés des autres animateurs. Personnellement, quand je dois me présenter et définir mon travail, je me présente en qualité de directeur bien sûr, mais je rajoute souvent que je suis « animateur… d’équipe ». Je considère mon poste de direction en jouant sur les mots, comme devant proposer à une équipe une direction à prendre ensemble. La direction fait donc partie de l’animation et a fortiori pour les adjoints ou adjointes de direction qui n’ont pas un statut de cadres ni de cadres intermédiaires.

23Comment chacun en est arrivé là ? Cela n’a pas été si simple, car il a fallu, en commençant le travail ensemble, décortiquer chaque « secteur » pour mieux en déterminer d’autres. J’ai déjà expliqué cette démarche de décloisonnement des actions au service d’un même projet d’établissement élaboré en écrivant le projet social proposé à la Caisse d’allocations familiales et à ses partenaires pour l’agrément.

24Peut-on dire que cela aura pris du temps ? Ce qui est certain, c’est que ce temps de la redéfinition des projets, par leur connexion entre eux, n’est jamais terminé. Cette posture de décloisonnement de l’animation fait partie intégrante du travail quotidien des animateurs du centre d’animation. Elle ne s’achève jamais, car elle doit être rediscutée à chaque changement d’équipe. Quoiqu’il en soit, il ne faut jamais s’estimer arrivé et comme le dit le proverbe : « c’est en marchant que se fait le chemin ».

25Je ne pense pas que cette démarche soit facile pour qui que ce soit, mais je crois fermement qu’elle facilite le vivre et le travail ensemble dans une équipe. En dehors du poste de direction qui conserve une responsabilité hiérarchique, la démarche n’installe aucune hiérarchie entre les personnes, mais montre que tous les « secteurs » définis ainsi ont besoin des autres pour avancer.

26L’idée de « contrepied » vient du fait que personne ne nous a obligés à réfléchir cette démarche d’ensemble. Les actions se seraient faites même sans cela, mais au moins cette idée mettait à mal certaines habitudes qui empêchaient de réfléchir aux actions menées. En arrivant dans ce centre d’animation, quand je posais la question « pourquoi faisons-nous cela ? », les membres de l’équipe me répondaient souvent « nous l’avons toujours fait ». C’est peut-être ce genre d’échange qui a amené l’équipe à se questionner davantage et à tenter de chercher les réponses ailleurs que dans les habitudes de travail.

27Jean-Luc Richelle : Tu évoques l’action collective partenariale, mais on peut se demander la réalité qu’elle prend, c’est à dire comment le partenariat s’exprime, au sein notamment du comité de veille. Dans la mesure où un certain nombre d’institutions y participent, comment les relations peuvent-elles rester authentiques, sans nécessairement devenir consensuelles ? Est-ce un partenariat de convenance, ou comment celui-ci se distingue t-il d’un espace de retenue, voire de contrôle, de l’action collective engagée ? Est-ce que l’équipe du centre d’animation évite d’évoquer certains sujets, surtout s’ils concernent des questions « politiques » de proximité, les questions de logement et de rénovation urbaine du quartier par exemple ?

28De plus, est-ce que des habitants participent à des réunions comme celles du comité de veille avec des représentants d’institutions ? Trop souvent, la réalité ne correspond pas aux intentions généreuses de la vie démocratique. L’histoire montre que plusieurs dispositifs de la politique de la ville « courent » après la participation des habitants, tout en les faisant fuir. Des citoyens sont invités dans des réunions publiques d’information, type conseils de quartier, mais les élus associatifs ou les simples citoyens qui pourraient être volontaires, se retrouvent rarement autour d’une table en tant que partenaires. Ils sont considérés comme habitants bénéficiaires de services, et les professionnels et techniciens (travailleurs sociaux, fonctionnaires, etc.) décident pour eux. Est-ce une question que vous avez réfléchie et quelle réponse y apportez-vous ?

29Ramon Ortiz de Urbina : Dans les rapports avec les partenaires, j’en reviens à la posture de chercheurs des animateurs et non pas à celle de simples praticiens qui répondent à une commande institutionnelle. Nous devons encore et encore montrer que nous allons plus loin qu’une simple réponse à une convention, tout en restant dans le cadre fixé, mais toujours en faisant preuve d’imagination. Laissons de côté une vision binaire du partenariat où il y aurait d’un côté les commanditaires et de l’autre les « exécutants ». Pensons plutôt que ces derniers montrent de la conviction à proposer un projet, à le défendre, à chercher des soutiens et de l’accompagnement, et donnent plus que ce à quoi les partenaires s’attendent, et cherchent à surprendre.

30Dans un projet à défendre, je tiens vraiment à ce que les idées retenues ne rentrent pas en concurrence entre et avec les différents partenaires, mais que chacun y trouve plutôt son compte. N’imagine pas que je veuille faire plaisir à tout le monde. Je suis satisfait des relations que je peux avoir avec les partenaires, dans la mesure où elles me permettent de m’exprimer librement, où je dis tout ce que j’ai à dire, où je peux vraiment défendre un projet. Dans ces cas-là, le terme de « convaincre » me convient tout à fait car l’idée de vaincre, de remporter une bataille par la négociation et la conviction, la détermination que je peux y mettre, me plaît. Je prends cette posture de lutteur en adoptant une stratégie, dans l’organisation de la prise de parole entre nous, pour défendre un projet face à des politiques, des directeurs de services par exemple. Défendre un projet plus qu’un financement me ravit, et c’est cette attitude que j’adopte, soit en tant que directeur de centre d’animation, soit en tant que président de Chahuts. Défendre un projet auquel je crois, voilà ce qui m’anime.

31Je ne veux pas dire que je considère les partenaires comme la Mairie ou la Caisse d’allocations familiales comme des adversaires, mais les moments où les idées se confrontent et où il faut les défendre, sont importants et nécessaires pour mieux se connaître et travailler ensemble.

32La présence de la Mairie et de la Caisse d’allocations familiales au comité de veille territoriale n’est pas contraignante, au contraire elle est une plus-value, elle nous aide à avancer puisque chacun apporte sa contribution. Les services du développement social et urbain, de la direction générale de l’urbanisme, de la jeunesse, de la vie associative, le maire adjoint, le délégué du Préfet, les conseillers territoriaux de la Caisse d’allocations familiales, ont été présents à chaque groupe de travail thématique, lors de la démarche de diagnostic partagé. Ils ont participé au même titre que des partenaires associatifs ou que des personnes habitant le quartier. C’est la première fois que nous pouvons articuler le social et l’urbain, ce qui n’était pas le cas avant. A chaque avancée du diagnostic et jusqu’à la validation du projet, voilà la question qui leur était insidieusement posée : « Etesvous toujours prêts à nous suivre ? » Une fois de plus, et comme avec une équipe d’animation, un sens a été donné au projet, une direction, et chacun était libre d’accepter ou de poser des conditions de fonctionnement. L’idée d’être contrôlé par les institutions ne me gêne absolument pas, dans le sens où nous devons rendre des comptes, tirer un bilan et faire une évaluation ensemble d’un projet. L’évaluation fait également partie de la défense d’un projet. Je dois être honnête, certains ajustements sont possibles en fonction de certains critères d’éligibilité que posent des partenaires, mais sans jamais oublier pour qui nous travaillons, c’est à dire les personnes que nous accueillons et avec qui nous agissons. Je rajoute que le diagnostic permanent devient un support de négociation et devient une force.

33Le projet du centre d’animation est basé sur l’accompagnement des personnes dans un contexte de requalification urbaine et sur leur participation à la vie de leur quartier. Je reconnais que le sujet est très sensible et politique puisqu’il est question « d’éducation politique » des habitants de la cité et de la part que chacun est en droit de prendre dans son organisation. Il est aussi question de démocratie participative que tous les politiques revendiquent et tentent de mettre en place, ne serait ce que dans les conseils de quartier. Nous avons pu ainsi poser comme postulat de départ la participation d’habitants au comité de veille territoriale et il a été accepté.

34Il ne faut pas oublier que le projet éducatif de l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux inscrit le travail d’animation socioculturelle pour et avec les personnes, et l’émancipation des personnes, dans une volonté de construction d’esprit critique. Ces notions sont inscrites dans la convention triennale établie avec la Mairie. Je suis d’accord que depuis longtemps les personnes que nous accueillons et que nous étiquetons comme « habitants », « adhérents », « adultes », « ados », « jeunes », « enfants », « familles », « familles monoparentales », « parents », « usagers », « primo arrivants », « élèves », « populations », « publics », « bénéficiaires », « bénévoles », sont considérées comme bénéficiaires des actions décidées par les professionnels. La réflexion n’est pas cantonnée au centre d’animation Saint-Michel. Dans le rapport moral 2011 de l’association rédigé pour l’assemblée générale de 2012 sur le thème des « partenariats », notamment à partir d’entretiens que j’ai effectués auprès des équipes d’animations, et de leurs écrits, l’ensemble des équipes considère les « adhérents » comme les premiers partenaires, ce qui montre bien une évolution dans la prise en compte des personnes accueillies dans les centres d’animation.

35Ceci dit, au centre d’animation Saint-Michel nous tentons de pousser encore plus loin cette question de « pour et avec » les personnes, en inversant le concept. Nous allons opérer deux inversions consécutives. La première : disons « avec et pour », et cela permet d’envisager avant tout le travail ensemble et dans les deux sens, plutôt qu’un travail des professionnels orienté à sens unique vers les bénéficiaires. La deuxième : pensons maintenant que les propositions de travail sont faites par les personnes, et que celles-ci ont besoin des professionnels pour les mener à bien. Le résultat sera le même, mais pas la démarche, puisque ce sont les personnes qui auront travaillé à leurs propres questionnements, avec l’aide bien sûr des professionnels qui apportent leurs compétences pour les ajouter à celles des personnes qui les ont sollicités.

  • 1 Voir la notion d’intelligence stratégique que Jean-Claude Gillet introduit dans l’ouvrage Animatio (...)

36Jean-Luc Richelle : Je relève avec intérêt les convictions qui alimentent les choix d’action et les stratégies mises en œuvre avec les partenaires et avec les populations pour l’émergence de coopérations1. Est ce que tu as des exemples concrets d’actions qui rassemblent des professionnels et des populations dans cette fabrique, dans cette démarche de faire avec et ensemble ?

37Ramon Ortiz de Urbina : C’est dans cette optique que nous avons commencé à travailler, il y a quelques années avec le « cercle des adhérents » qui est chargé de la programmation des loisirs, festivités, événements, à partir de leurs propositions qui sont soumises ensuite aux professionnels. A partir de là, tout le monde essaie de réfléchir à ce que l’on peut faire ensemble et au partage des tâches. Depuis trois ans un « réseau parents » s’est aussi constitué, issu du dispositif d’aide à la fonction parentale. Des parents ont pris les commandes des propositions avancées par le groupe, avec les professionnels comme co-pilotes. Leurs propositions ne concernent pas les loisirs, mais des projets d’accompagnement des familles, des actions de solidarité, d’échanges, tout en ne laissant jamais de côté la convivialité, et en y associant les enfants.

38Depuis deux ans, le « cercle des adhérents » et le « réseau parents » ont des temps de réunion communs. Les actions peuvent se faire avec n’importe quel animateur de l’équipe, en mélangeant les enfants, les adolescents et les adultes, comme par exemple une formation aux premiers secours (AFPS) organisée pendant les vacances de Noël et qui a réuni des adhérents de tous âges et des professionnels.

  • 2 Consultable sur le site de l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux :www.cen (...)

39L’idée de « laboratoire social et culturel », qui est le projet social du centre d’animation Saint-Michel2 pour la période 2013-2016, est bien issue de cette démarche de travail avec les personnes, pour faire cheminer tout le monde ensemble et pour que chacun apprenne des autres. Le tout est d’admettre que nous n’avons aucune idée de la réponse finale, qu’il faut se laisser le temps de la recherche, que c’est le processus qui compte et non pas le résultat, et que peut-être tout cela nous fera aboutir à d’autres questions.

  • 3 Pour une approche de cette notion développée par Jürgen Habermas, enrichie notamment par Oscar Neg (...)
  • 4 Eliasoph Nina, (2010) L’évitement du politique : comment les américains produisent l’apathie dans (...)
  • 5 Ortiz de Urbina Ramon (2013) Le principe de laïcité dans l’animation socioculturelle, in Richelle (...)

40Jean-Luc Richelle : Un élément qui me paraît particulièrement original dans la pratique d’animation présentée comme source, et non finalité, de diagnostic, c’est la création de ce type d’espaces publics que tu évoques comme étant des lieux de discussion, de débats, que l’équipe d’animation rend possibles. Cette pratique d’ouverture d’espaces publics3 de communication entre participants autour de diverses thématiques libère des expressions qui débordent l’institution, que le centre d’animation ne contrôle pas a priori, et permet une confrontation de ressentis, d’idées, etc. Cela change l’image qu’on peut avoir d’un centre d’animation qui est alors perçu comme un lieu de conversations, de débats d’idées, et non simplement d’activités, qui ouvre des moments de discussion et invite la question philosophique, la question politique, etc., et ne l’évite pas. Certaines associations, qui revendiquent des valeurs d’éducation populaire, censurent toute discussion politique en leur sein sur des sujets d’actualité qui concernent pourtant les personnes qui les fréquentent, réduisant la vie démocratique à laquelle elles prétendent initier par ailleurs. Nina Eliasoph4 a étudié ce sujet aux Etats Unis, mais plusieurs auteurs français étudient également la vie des associations, et font aussi ressortir leur dynamique et les transformations sociales qu’elles produisent. Le dernier colloque à l’IUT sur les rapports de l’animation au champ politique, dans lequel tu es d’ailleurs intervenu5, a abordé ces questions. Initier de tels espaces participe de l’éducation populaire, citoyenne, des populations qui s’en emparent, qui y participent. Peut-on dire que cela permet aux personnes, outre peut être de partager un vécu, qui n’est pas toujours semblable d’ailleurs alors qu’elles fréquentent le même quartier, de prendre conscience de leur capacité d’agir individuellement ou collectivement dans et sur leur propre vie ? Est-ce que des formes de solidarité résultent de ces expériences, qu’elles soient appuyées ou non par l’équipe du centre d’animation ?

41Ramon Ortiz de Urbina : Ce que je trouve important, ce sont les représentations que se font les personnes d’un centre d’animation. Quand nous avons pu poser la question de comment le centre d’animation était perçu, lors d’enquêtes durant une démarche de diagnostic, ce qui vient dans les premières réponses est que c’est un lieu d’échanges, d’expression, d’écoute et aussi un lieu où des « professionnels sont en sandwich entre des populations et des politiques ». Certains nous associent fortement à la municipalité et peuvent nous renvoyer un regard méfiant sur des tentatives de manipulation des idées, puisqu’après tout « c’est la Mairie qui paye », a-t-on pu s’entendre dire trivialement.

42Dans les espaces de parole que nous avons pu initier, bien sûr nous ne contrôlons pas toujours ce qui va être exprimé, mais nous tenons dès le début à poser un cadre qui interdira l’irrespect des propos visant des personnes, des propos discriminants ou bien des prises de positions politiques partisanes. Les valeurs et les principes vécus dans l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux sont notamment le respect, des valeurs humanistes, la laïcité, dans un esprit qui exclut les positions partisanes, mais qui n’empêche pas des débats « politiques » dans le sens de l’organisation de la cité. De même, rien ne nous empêche de parler religion, à partir du moment où les professionnels de l’animation socioculturelle ne se font pas les partisans de telle ou telle confession.

43Ce qui est proposé aux personnes présentes lors de rencontres, causeries, débats… est un espace de respect et d’écoute de la parole. Ceci permet à chacun de donner son avis, sans que personne ne vienne régler ses comptes ou dans un autre sens ne soit pris en otage par les propos d’un participant qui utiliserait l’espace de parole pour faire passer des messages agressifs. Dans ces espaces de parole ou dans les manifestations organisées avec Chahuts ou l’Université populaire de Bordeaux, je sais que nos deux partenaires privilégiés pour le « laboratoire social et culturel » iront peut-être plus loin dans leurs propos face aux institutions. Le support artistique peut être utilisé pour s’exprimer, alors que l’on ne pourrait pas le faire sans ce support dans une autre situation. En tant que président de Chahuts, je porte la parole de la personne morale que je représente, et l’écoute des interlocuteurs est différente en fonction de cette position qui n’est plus celle de directeur du centre d’animation Saint-Michel. Avec l’expérience que j’ai acquise, je sais ce qui peut être dit et ce que je peux entendre ou ne pas admettre, dans la conviction que je peux avoir de mes droits et de mes devoirs de discrétion professionnelle.

44Lors d’un rendez-vous avec le maire adjoint du quartier, je devais le convaincre de l’utilité de notre projet de « laboratoire social » avec l’Université populaire de Bordeaux pour le quartier Saint-Michel. Ce projet ouvre des espaces de concertation avec des personnes habitant le quartier, volontaires pour participer à l’expérience dans le contexte particulier de requalification urbaine que vit Saint-Michel depuis quelques temps, et pour quelques années encore. Ces personnes devront s’accorder sur des insuffisances repérées, des manques, des insatisfactions, des évolutions observées dans le quartier, puis auront à chercher elles-mêmes des réponses à leurs questions, avec l’aide de professionnels de l’animation socioculturelle, d’artistes, de sociologues, d’universitaires invités. Le sujet est délicat, éminemment politique, puisqu’il s’agit d’observer des changements dans l’organisation de la vie du quartier, ce qui implique aussi les pouvoirs publics. Ce qui nous différencie d’un conseil de quartier par exemple est l’idée de formation, de promotion et de valorisation de l’expression des personnes, l’introduction d’une démarche d’éducation populaire. Les problématiques aborderont les domaines du social aussi bien que du culturel, sans craindre ce qui pourrait se dire au sein de cette expérience participative.

  • 6 Dans ce sens je recommande à tous la lecture de La puissance des pauvres, de Majid Rahnema et Jean (...)

45Le projet initié avec l’Université populaire de Bordeaux, de conscientisation des populations à partir de leur vécu du quartier, amènera chez les personnes, je l’espère, une prise de conscience de leur pouvoir de réflexion et d’action, en prenant appui sur un esprit de solidarité et de convivialité6.

46Pour conclure ma réponse, je souhaite dire que les espaces de parole ne doivent pas être une « foire aux mots », et nous ne souhaitons surtout pas faire des promesses aux personnes réunies, ce qui serait dangereux, car les promesses de « solutions » ne pourraient pas être tenues et aboutiraient à du mécontentement. Nous ne nous situons pas systématiquement en porteurs de paroles ou en messagers entre les personnes et les institutions. Dans ce cas-là nous ne sommes pas que des médiateurs, mais plutôt des créateurs d’espaces intermédiaires de travail sur le chemin des prises de décisions.

  • 7 J’ai par ailleurs développé ces trois types d’animation, à partir du terrain que constitue l’assoc (...)
  • 8 Cf les travaux de Jean-Claude Gillet sur la médiaction, depuis son premier ouvrage Animation, anim (...)

47Jean-Luc Richelle : Sans explorer les différents types d’animation que le centre d’animation, centre social, développe de façon complémentaire, peux-tu en dire plus sur l’animation médiatrice que l’équipe met en œuvre. J’entends par cette fonction de médiation, la recherche de rapports nouveaux entre des populations, dans des échanges, dans des partages même éphémères de territoires, comme au sein d’espaces interstitiels, à partir d’animations et de projets partagés. Il est assez facile de repérer des projets d’animation socioéducative et culturelle, parce qu’ils se traduisent dans des équipements d’animation. Il reste aussi facile d’identifier des projets d’animation prioritaire7 dans le cadre des dispositifs de la politique de la ville. Par contre, des projets d’animation médiatrice qui mobilisent un réseau d’acteurs à une échelle plus large que le quartier, paraissent plus diffus. Est-ce que l’équipe du centre d’animation Saint-Michel s’engage dans ce type d’animation et en tire des éléments au service du diagnostic ? Est-ce que cette animation médiatrice permet de médier entre des acteurs qui ne se rencontreraient pas sans l’intervention des animateurs ?8

48Ramon Ortiz de Urbina : Avant de répondre directement à la dernière partie de ta question je souhaiterais revenir sur le « pour et avec », ou plutôt sur le « avec et pour » adopté à Saint-Michel, que je vais regarder par le prisme de la médiation. Est-ce de la médiation ? Je suis tenté de répondre par l’affirmative puisque les personnes sont amenées à effectuer un parcours d’un point à un autre, pour accéder à, avec l’aide, les compétences, l’accompagnement des animateurs socioculturels. Des professionnels font le lien entre l’objet à atteindre et les personnes en recherche. Dans le travail effectué à Saint-Michel, nous essayons de regarder cela différemment, même si nous pensons qu’un centre d’animation est un espace de médiation entre les institutions et les habitants. Les personnes accueillies et les professionnels vont travailler ensemble à un objectif commun. Où se trouve donc la médiation et à qui bénéficie-t-elle, si même les professionnels arrivent à leurs fins avec l’aide des personnes qu’ils sont censés aider ? Bien sûr, le « laboratoire social » est un projet particulier et je reconnais qu’un travail d’accès aux droits ou à la culture est plus simple, en ciblant les bénéficiaires plus précisément. Dans ce cas-là, d’un côté il y a des personnes en demande et de l’autre des personnes qui y répondent. Par contre, dans les objectifs du « laboratoire social » nous sommes tous engagés ensemble, même si le stade ultime du projet, sa finalité, trouve comme premiers bénéficiaires les personnes accueillies et non les professionnels.

  • 9 La notion de pôle d’excellence a été proposée pour la première fois en 2002 par l’association des (...)

49Venons-en maintenant à ce que tu évoques en dernier, à savoir l’animation qui dépasserait les frontières du quartier d’implantation du centre social. Par quel biais arrive-t-elle à sortir d’un cocon, comme le font les « pôles d’excellence »9 de l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux, qui s’ouvrent à la ville entière par l’organisation de festivals ? J’entends par pôle d’excellence des points géographiques sur un territoire, où se croisent des expressions artistiques et des projets socioculturels. Ils mettent en œuvre des festivals comme « Queyries fait son cirque », festival organisé rive droite par le centre d’animation Bastide-Queyries, « Clair de Bastide » festival d’expression contemporaine autour de la danse organisé par le centre d’animation Bastide-Benauge, « Eclectic » organisé par le centre d’animation Saint-Pierre ou le « Festival de l’été » autour de l’expression artistique urbaine organisé par le centre d’animation du Lac. Y arrivent-ils et ne s’ouvrent-ils pas dans ce seul sens où des personnes qui habitent d’autres quartiers peuvent venir, mais sans arriver à inciter les résidents impliqués dans ces pôles d’excellence à aller dans d’autres quartiers ? Seuls des projets partagés entre différents quartiers permettent cette ouverture sur les autres, tels « Ma voix et toi » qui rassemble des enfants de plusieurs quartiers dans un partenariat avec l’Opéra national de Bordeaux, « l’arbre à chansons » qui rassemble également des enfants de plusieurs centres d’animation avec le groupe Calame, et enfin « Queyries fait son cirque » qui rassemble sur la piste des enfants qui ont travaillé les arts du cirque pendant toute l’année. Il existe moins de groupes d’adultes « mobiles » pour des projets transversaux et il est parfois difficile de faire participer des personnes d’un quartier à des projets d’autres territoires. Il nous arrive de penser que la notion de quartier/territoire peut être enfermante pour des animateurs, mais elle peut être protectrice pour des personnes qui n’ont pas l’habitude de sortir de chez elles. Toutefois, même sans être labellisés pôles d’excellence, des centres d’animation suscitent cette mobilité urbaine et des rencontres quand ils organisent des festivals, comme par exemple « Un quartier qui bouge » par le centre d’animation Bordeaux-Sud.

50J’en viens enfin au centre d’animation Saint-Michel, qui est aussi un « pôle d’excellence » lié aux arts de la parole, mais qui contrairement aux autres centres d’animation, co-construit celui-ci avec une autre association qui se nomme « Chahuts ». Si Chahuts est implanté dans le quartier Saint-Michel et y trouve ses sources d’inspiration, le travail qui y est proposé est nomade et s’adapte à n’importe quel territoire où Chahuts trouvera un terreau favorable au développement d’actions participatives. Les projets respectifs des deux équipes sont fortement imbriqués. Ainsi, les propositions de sortir du quartier, voire de la ville, les nourrissent l’un comme l’autre.

51Le centre d’animation implanté dans le quartier Saint-Michel accueille énormément de monde de l’extérieur du quartier, pendant le festival Chahuts du mois de juin. La dynamique créée alors, valorise l’action du centre d’animation dans son ouverture aux autres, incitant par là-même les personnes habitant le quartier à adopter la même démarche d’ouverture et d’accueil. Je pense que si cette démarche n’était pas initiée par les animateurs et les animatrices du centre d’animation et l’équipe de Chahuts, les personnes trouveraient moins de facilité au « nomadisme ». Ceci dit, Saint-Michel est un quartier particulier, qui accueille tout Bordeaux chaque semaine pour les différents marchés qui investissent l’espace public. Etant un quartier de centre ville, ses habitants savent aussi prendre les transports en commun pour en sortir. Enfin, la tradition d’accueil des populations étrangères dans ce quartier est encore prégnante et montre que le cocon est habité par des personnes venues d’ailleurs. La mobilité y est donc envisagée facilement.

52Plus que des médiateurs, je dirais que les animateurs sont des facilitateurs de lien, car tout le monde n’a pas besoin d’eux pour s’ouvrir aux autres, restons humbles.

53Jean-Luc Richelle : Quelles perspectives envisages-tu, à moyen ou plus long terme, pour cette expérience : va-t-elle perdurer ou se transformer ? Est-elle transférable d’un centre d’animation ou d’un centre social à un autre ? Peut-elle s’adapter à d’autres territoires ? Au moins, des animateurs peuvent-ils facilement s’approprier ce qui constitue les invariants de la démarche ? Enfin, alors que tu clôtures l’ouvrage qui analyse l’expérience vécue, et que le projet de « laboratoire social et culturel » est déposé, pour les quatre années à venir, est ce que toutes les réponses ont été apportées ?

54Ramon Ortiz de Urbina : Cette expérience est en train de se transformer avec la création du comité de veille territoriale qui réunit un bon nombre de partenaires, ce qui montre que la démarche de diagnostic permanent est globalement acceptée. De plus, jusquelà, seule la dernière orientation du projet social du centre d’animation proposé pour l’agrément, intitulée « Maintenir un état de veille et de réflexion permanent sur l’évolution du territoire et de ses composantes », positionnait le diagnostic comme action avec un comité de veille. Aujourd’hui, plusieurs actions issues d’autres orientations nourrissent le diagnostic permanent, telles que « le laboratoire social » avec l’Université populaire de Bordeaux, « un journal de quartier », « travaux, vous êtes ici » avec Chahuts, ce qui n’empêchera pas d’imaginer d’autres actionsanimations-réflexions en cours de route, d’où nous tirerons de nouveaux éléments de diagnostic. Les perspectives sont donc très ouvertes.

55Quant à la question de la transférabilité d’une telle démarche d’un quartier à un autre ou d’un centre d’animation à un autre, j’ai envie de répondre qu’elle dépend des personnes et non pas des territoires. Elle dépend aussi du degré d’appropriation d’un projet par une équipe, en dehors des équipes de direction sur qui reposent en grande partie la conduite et la gestion de tout projet. Si on demandait à l’équipe du centre d’animation Saint-Michel de s’installer dans un autre quartier pour mettre en place la même démarche, la méthode serait identique.

56Les questions seraient différentes, mais il est évident que personne ne peut connaître à l’avance les questions qui vont être posées, ni, de surcroît, les réponses qui vont être apportées. Tout dépend, d’un côté, de la dynamique qu’une équipe sait insuffler dans un quartier et d’un autre côté, de l’envie des personnes qui habitent ce quartier de participer. Je crois que tout peut commencer par une rencontre et l’enthousiasme de faire ensemble qu’elle fait naître. Notre expérience a ainsi vu le jour, à partir d’une curiosité, d’un intérêt pour l’environnement immédiat, les parcours individuels pouvant enrichir les parcours collectifs. Pour conclure, je dirais que je ne sais pas si toutes les réponses ont été apportées. Je pense que les questions induisent la recherche alors que les réponses peuvent l’arrêter. Alors, ne devrions-nous pas aimer et cultiver nos questions comme l’écrit R. M. Rilke ? Enfin, je vais prendre le contrepied de ta dernière question quand tu me demandes si toutes les réponses ont été apportées, et parce que je ne me sens jamais totalement arrivé : « Toutes les questions ont-elles été posées ? »

Notes

1 Voir la notion d’intelligence stratégique que Jean-Claude Gillet introduit dans l’ouvrage Animation, animateurs : le sens de l’action, (1995).

2 Consultable sur le site de l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux :www.centres-animation-quartiersbordeaux.eu.

3 Pour une approche de cette notion développée par Jürgen Habermas, enrichie notamment par Oscar Negt (L’espace public oppositionnel), lire Paquot Thierry, (2009) L’espace public, Paris : La Découverte, coll. Repères.

4 Eliasoph Nina, (2010) L’évitement du politique : comment les américains produisent l’apathie dans la vie quotidienne, Paris : Economica, coll. Etudes sociologiques.

5 Ortiz de Urbina Ramon (2013) Le principe de laïcité dans l’animation socioculturelle, in Richelle Jean-Luc, Rubi Stéphanie, Ziegelmeyer Jean-Marc, (2013) L’animation socioculturelle, quels rapports au politique? Bordeaux : Carrières sociales éditions, pp. 327-244.

6 Dans ce sens je recommande à tous la lecture de La puissance des pauvres, de Majid Rahnema et Jean Robert, (2008) Actes Sud.

7 J’ai par ailleurs développé ces trois types d’animation, à partir du terrain que constitue l’association des centres d’animation de quartiers dans Richelle Jean-Luc, (2012) Une ville socioculturelle : animation médiatrice et politique jeunesse à Bordeaux 1963-2008, Bordeaux : Carrières sociales éditions.

8 Cf les travaux de Jean-Claude Gillet sur la médiaction, depuis son premier ouvrage Animation, animateurs : le sens de l’action, en 1995, au dernier traitant de l’animation Morceaux choisis sur l’animation 1972-1995 : analyse critique, en 2010, aux éditions l’Harmattan, collection Animation et territoires qu’il dirige.

9 La notion de pôle d’excellence a été proposée pour la première fois en 2002 par l’association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux. «Deux idées maîtresses ont guidé ce choix : permettre aux adhérents de tous âges d’accéder à des activités de grande qualité mobilisant des ressources humaines et techniques importantes et favoriser la mobilité des personnes entre les quartiers avec des projets fédérateurs. Six pôles d’excellence sont aujourd’hui pilotés par les centres d’animation : pôle environnemental/ferme pédagogique du Lac, pôle arts de la parole/Saint-Michel avec Chahuts, pôle arts du cirque/Bastide-Queyries, pôle Bastide en danses/Bastide-Benauge, pôle arts plastiques et artisanat d’art/Monséjour, pôle culture écriture lecture multimédia/le Court Brouillon à Saint-Pierre. (Cf.www.centres-animation-quartiers-bordeaux.eu).

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search