Version classiqueVersion mobile

L'animation, source de diagnostic

 | 
Ramon Ortiz de Urbina
, 
Jean-Luc Richelle

Préface

Jean-Luc Richelle

Texte intégral

1Le texte qui est ici proposé porte la conviction que l’animation socioculturelle est productrice de changement. La pratique d’évaluation diagnostique que revendique Ramon Ortiz de Urbina paraît à ce titre novatrice, car le travail de diagnostic partagé, initié dans le cadre de la demande d’agrément centre social auprès de la Caisse d’allocations familiales, pour le centre d’animation bordelais qu’il dirige, y prend une place particulière. Ce diagnostic ne correspond pas à « un moment » dans la vie de l’équipement, mais à un processus de travail permanent, et à chaque fois renouvelé. Je suis sensible à l’originalité de cette démarche et au sens qu’elle révèle, comme aux résultats qu’elle produit. Cette expérience peut intéresser des animateurs socioculturels, des étudiants qui se forment à cette future pratique, ainsi que ceux qui souhaitent la questionner comme objet de recherche.

2À passer du temps au centre d’animation Saint-Michel, j’ai ressenti une tension entre des actions et une réflexion qui les stimule, et qui entraîne une dynamique collective. Les pratiques de l’équipe d’animation qualifient l’animation socioculturelle comme une intervention qui accompagne un projet collectif. Cette conception particulière de l’animation mise en œuvre dans ce centre d’animation induit une posture professionnelle impliquée de ceux qui y participent. L’animation déborde l’organisation d’activités et de services, et prend une dimension plus globale, dont l’un des aspects est ici mis en évidence : elle est source de diagnostic.

3Ce centre d’animation de quartier est agréé centre social depuis plusieurs années. Afin d’obtenir un nouvel agrément de la Caisse d’allocations familiales quand le premier est expiré, l’équipe met en œuvre un diagnostic partagé, ce qui lui permet de reconsidérer son projet. Ce diagnostic paraît être un analyseur pertinent de la place que cet équipement socioculturel de proximité occupe dans un territoire, ainsi que de la façon de travailler de l’équipe d’animation. Il est facile d’imaginer a priori, puisqu’il s’agit d’une procédure de diagnostic partagé, que le partenariat local entre le centre d’animation, des institutions publiques et des associations, s’exprimera, que des thématiques concernant les préoccupations réelles de toutes les populations émergeront, pas simplement celles qui concernent les adhérents qui utilisent l’équipement, mais aussi celles de ceux qui n’y viennent pas, et que des méthodes de travail particulières seront activées par l’équipe d’animation à cette occasion. Le diagnostic fera apparaître les modes de relation engagés à l’interne de l’équipement, entre des animateurs et des adhérents, dont ceux mobilisés dans les instances du centre d’animation et lors de rencontres et de réunions.

4L’ambition de cet ouvrage, à partir d’une expérience écrite par un praticien, questionnée par un chercheur, anciennement praticien de l’animation, est de montrer l’intérêt d’une démarche inductive comme productrice de savoirs, dans un esprit de formation permanente pouvant bénéficier autant aux animateurs qu’aux chercheurs. Je défends l’idée que le savoir issu de l’expérience, et son analyse, constituent une ressource formative tout aussi pertinente que celui relevant de la recherche universitaire. C’est ce que l’équipe du département Carrières sociales de Bordeaux exprime, en associant des praticiens aux formations à l’animation sociale et socioculturelle, aux journées et aux colloques qui y sont proposés.

5Le choix d’analyser un tel moment que représente le diagnostic partagé n’est pourtant pas une facilité, car il risque de mettre à jour des éléments forts, qui constituent des appuis pour défendre la démarche, mais aussi des faiblesses derrière ce diagnostic émergeant. Toutefois, le risque d’énoncer, dans un ouvrage, cette pratique d’animation et les actions qui la composent comme étant à l’origine du diagnostic, fait partie de la confrontation qu’accepte son auteur. Dans une première partie, ce dernier explique le cadre dans lequel l’expérience s’inscrit. Puis il décrit les animations mises en œuvre, en choisissant d’en détailler trois. Il rapporte que cette démarche, après avoir été expérimentée depuis plusieurs années, garde une souplesse, une capacité à être transformée. Le dialogue engagé avec Ramon Ortiz de Urbina, dans une troisième partie, me permet d’interroger la légitimité, l’authenticité et les limites de cette démarche. L’objectif de la diffusion de ces propos et échanges, est qu’elle soit créatrice de réflexions et c’est pourquoi nous la soumettons aux lecteurs.

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search