Version classiqueVersion mobile

Animer le territoire

 | 
Luc Greffier

2. Territorialiser l’Animation

Texte intégral

1L’animation est souvent perçue comme un ensemble d’activités réalisées par des adultes (plutôt jeunes en général) à destination d’enfants et de jeunes durant leurs temps libérés des contraintes scolaires et hors du milieu familial. C’est ainsi que le rapport présenté par Philippe VUILQUE à l’Assemblée Nationale (2000) précise que « l’animation peut se définir comme la conduite d’activités d’un groupe, d’une collectivité, essentiellement dans le domaine socioculturel » (p. 5). Le propos se poursuit alors sur le nombre d’enfants qui fréquentent les centres de vacances et de loisirs, les accueils collectifs de mineurs (ACM) dirait-on aujourd’hui, les accueils périscolaires…

« Animation : couverture du rapport de P. Vuilque »
Document de l’Assemblé Nationale

2C’est à notre sens, une conception bel et bien réelle de l’animation, réelle mais parcellaire, car l’animation a depuis bien longtemps « brisé » les frontières « souvent closes et sécurisées » des lieux d’accueil de mineurs pour élargir ses champs d’intervention.

2.1 Pour une conception élargie de l’animation

3En France, dans les années 70, la fédération des Maisons de Jeunes et de la Culture (MJC) a utilisé l’appellation « animation globale » (BESSE, 2008) pour parler d’une animation qui est alors mise en œuvre en dehors des espaces intérieurs de la MJC. Il s’agit d’une animation interventionniste et rendue visible sur les territoires, mais aussi d’une animation qui n’est plus réservée exclusivement aux plus jeunes, qui prend en compte les adultes, les familles, les retraités, les personnes en difficultés…

4Cette conception élargie de l’animation, trouve sa source dans l’histoire de l’Education Populaire, au sens où celle-ci peut se définir comme un projet politique qui se donne pour objectif, dans une perspective transformatrice, le développement des capacités des personnes afin qu’elles comprennent mieux leur environnement, qu’elles s’y situent pour parvenir à le transformer. A ce titre, on peut dire que l’animation est une activité qui s’est construite dans les interstices, en complémentarité mais aussi en tension ou en contradiction avec des champs de l’intervention éducative, sociale et culturelle beaucoup plus construits et institutionnalisés : celui de l’éducation formelle structuré autour de l’école (l’animateur comme l’anti-modèle du maître), de l’action sociale (le travail collectif comme mode d’intervention prioritaire de l’animation socioculturelle face à la relation individuelle du travail social traditionnel), de la culture (la revendication d’une conception démocratique de la culture, d’une culture populaire qui s’oppose aux logiques de la démocratisation culturelle et de la domination culturelle qui les sous-entendent).

5Cette animation, tout à la fois interstitielle et revendicative, peut ainsi se caractériser par la mobilisation d’actions « d’empowerment » ou de « capacitation » fondées sur la prise de conscience par l’individu des processus éducatifs, sociaux et culturels en œuvre dans toute société. Ces processus, qui se traduisent par des phénomènes de régulation ou de contrôle social, renvoient entre autres à des problématiques de domination éducative, de reproduction sociale, de transmission culturelle contre lesquels œuvrent nombreux acteurs de l’animation. On pourrait ainsi considérer, avec le philosophe Heinz WISMANN (directeur de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), qu’animer, au même titre qu’éduquer « ce n’est pas transmettre des connaissances, mais, au sens propre, (animer) c’est conduire quelqu’un hors de ce qui le tient prisonnier, fût-ce les canons de l’excellence scolaire ».

6L’animation pourrait ainsi être considérée comme le vecteur d’une dynamique émancipatrice, libératrice ou conscientisante. C’est en tout cas cette conception que semble défendre Jean-Claude GILLET lorsqu’il considère que l’animation, au sens socioculturel et professionnel du terme, « vise à réaliser une action réfléchie, c’est-à-dire une praxis pédagogique qui, à partir d’activités sociales, éducatives ou culturelles liées à un espace institutionnel ou à un territoire géographique, recherche certes de façon modeste mais bien réelle, l’approfondissement et l’élargissement d’une démocratie émancipatrice en utilisant les réseaux pertinents, les médiations opératoires et l’intelligence stratégique de l’animateur professionnel : celui-ci cherche à faciliter et permettre de développer la participation individuelle et collective (en priorité envers ceux qui sont écartés du pouvoir, du savoir et de la culture) pour la construction permanente d’une société plus solidaire entre tous et plus épanouissante pour chacun. » (GILLET, 2008, p. 121). L’auteur retient de cette définition cinq mots clés : « praxis, démocratie, participation, solidarité et épanouissement » qui traduisent à eux seuls l’ambition du « projet politique » de l’animation. Cette notion de « projet politique » étant ici à prendre au sens grec du terme, politikos, ce qui a trait du gouvernement de la cité. Et ce gouvernement a pour objet la répartition des pouvoirs, la conduite des affaires publiques, la définition et la mise en œuvre des actions qui concerne le bien commun, etc.

7Considérer l’animation selon cette approche, c’est aborder la notion non plus seulement en termes organisationnels, relatifs à la prise en charge de publics donnés (enfants, adolescents, jeunes, familles, retraités, etc.), mais c’est considérer l’objet en tant que vecteur d’une idéologie transformationnelle (NDIAYE, 2013) qui se donne pour ambition de peser sur la société. Cependant, cette conception de l’animation, bien que faisant explicitement référence aux valeurs émancipatrices de l’Education Populaire, est loin de faire l’unanimité, y compris chez les animateurs professionnels. En effet, si l’on repère les positionnements stratégiques de ceux-ci au sein du modèle d’analyse triangulaire de Jean-Claude GILET (1998), modèle qui met en tension les trois fonctions structurelles de l’animation, la technique, la médiaction et la militance, il semblerait qu’aujourd’hui les fonctions techniques et de médiaction prennent le pas sur celle de militance.

8Pour autant, cette dimension de militance ne s’efface pas totalement et nous devons reconnaître avec Mustafa POYRAZ (2013) que l’une des caractéristiques identitaires des animateurs reste toujours liée à leurs capacités à s’appuyer sur les dynamiques sociales de proximité et à construire des initiatives en dehors des institutions. Ainsi, on peut dire que le rôle des animateurs consiste à mettre en place des programmes d’animation dans le cadre d’une stratégie pédagogique et éducative spécifique aux publics auxquels ils sont destinés, avec plusieurs niveaux opératoires qui vont (en adéquation avec leur niveau de qualification) de la simple exécution, à l’expertise. Se cristallisent ici, de façon sous-entendue parfois, des désirs d’intervention dans une perspective, si ce n’est utopique d’une transformation de la société à long terme, tout au moins pragmatique d’un mieux-être immédiat. Il s’agit bien là d’une réelle mission de service public au service du public qui se traduit notamment par l’élaboration et la coordination d’un maillage de différents acteurs associatifs et institutionnels sur un territoire donné, le tout s’insérant dans le cadre des politiques de la ville, de la cohésion sociale, de la réussite éducative et de l’insertion socioprofessionnelle des jeunes, des adultes, des seniors et des personnes porteuses d’un handicap, etc. On peut à ce niveau, noter que cette dimension complexe de l’animation est loin de se limiter à une conception « franco-française ».

9En Espagne, notre collègue Fernando CURTO (2013), rejoint cette idée d’une intervention sociale affirmée lorsqu’il décrit l’animation dans son pays selon un processus historique scandé sur un rythme structuré en quatre décennies : celle de la vocation (années 70, où les actions sont fortement liées aux mouvements sociaux et aux engagements militants des acteurs), celle de l’occupation (années 80, l’animation étant considérée comme un moyen de « désidéologisation » des citoyens), celle de la professionnalisation (années 90, marquées par la montée en puissance des formations et la recrudescence du nombre de professionnels) et celle de régénération (années 2000, où se développent les tensions entre le politique « service public » et le marché). Cette dernière décennie est marquée d’une part, par l’idée que la bonne volonté ne suffit pas à elle seule pour agir efficacement (la formation socioculturelle des acteurs étant essentielle), et d’autre part, par l’exigence pour les animateurs de travailler en prenant en compte une demande sociale de plus en plus orientée vers la satisfaction des droits fondamentaux. Ces actions fondées sur un principe de résistance à toute soumission volontaire, sont alors conduites dans un contexte sociétal (et pas uniquement en Espagne) où ces droits fondamentaux sont de plus en plus difficiles à obtenir pour ceux qui sont repoussés aux marges du système.

« Education Populaire : une lutte permanente »
La Démocratie : c’est deux loups et un agneau qui votent pour savoir ce qu’il y aura à déjeuner.
La Liberté c’est lorsque l’agneau bien « instruit » conteste le vote. New-York - 2010

10Cette problématique de l’accès aux droits et aux savoirs est loin d’être nouvelle pour les animateurs, même si, par une sorte de recyclage de l’histoire, elle semble d’une acuité accentuée aujourd’hui. En effet, dès le début du XXième siècle, des mouvements d’origine populaire et contestataire se sont organisés. On peut retenir ici les universités populaires d’éducation mutuelle (mouvance d’Elisée RECLUS puis de Georges DEHERME qui ambitionnent de susciter la tolérance par l’instruction) ou encore les universités ouvrières (mouvance de Georges POLITZER qui revendique une transformation de la société). Même si les enjeux originels et les personnalités de ces mouvements restent propres à chacun d’entre eux, ils se mobilisent principalement pour défendre un intérêt commun : la popularisation des savoirs, cet « objet » singulier qui se multiplie lorsqu’on le partage.

11Aux Etats-Unis, dans les années quarante, le fondateur du « community organizing » Saul ALINSKY, inspiré par l’Ecole de Chicago et par les travaux du syndicaliste John L. LEWIS (en particulier ses cahiers de revendications), a milité pour une mobilisation populaire fondée sur l’organisation des habitants. L’ouvrage qu’il publie en 1971, « Rules For Radicals » est un véritable manuel de la mobilisation communautaire argumentée par plus de trente années de pratique dans les quartiers populaires de Chicago. L’auteur présente ses finalités par la formule : « Si MACHIAVEL écrivit « Le Prince » pour dire aux nantis comment conserver le pouvoir, j’écris « Rules for Radicals » pour dire aux déshérités comment s’en emparer » (p. 69). Partant du principe que « Le pouvoir provient de deux sources, celle liée à l’argent et celle qui émane des hommes » Saul ALINSKY y développe une méthode d’intervention fondée sur l’intérêt personnel, la recherche du pouvoir et les rapports de conflit.

« Marbre commémoratif à la mémoire de Saul Alinsky »

12« Rules For Radicals » a été traduit en français et publié aux éditions du Seuil en 1976 sous le titre « Le manuel de l’animateur social, une action directe non violente », puis une version nouvelle a été publiée par Aden à Bruxelles en 2011 sous le titre « Être Radical, Manuel pragmatique pour radicaux réalistes ». Cette conception d’une animation revendicative « social organizing » quant aux droits fondamentaux des individus, fait écho de ce côté-ci de l’Atlantique, à un élargissement et une diversification des champs d’intervention de l’animation. En effet, les animateurs sont amenés à investir des domaines précis (publics précaires, personnes fragiles, etc.) tout en conduisant des projets de plus en plus ancrés sur des territoires d’intervention déterminés par la nature des publics concernés et des cadres institutionnels compétents. L’animateur revêt ici les habits du « social organizeur », devient un « organisateur de territoire », pour reprendre l’expression utilisée par Thierry WAHL (2013) dans son rapport pour la création d’un Commissariat Général à l’Egalité des Territoires.

13En Suisse notre collègue de la Haute Ecole de Travail Social de Lausanne, Claudia DELLA CROCE, considère que « L’animation socioculturelle est un métier qui s’exerce dans des domaines de pratiques variés tout en maintenant des spécificités en termes de valeurs, de méthodologies d’intervention et de mise en œuvre » (2011, p. 11). Quels sont ces domaines ? Ceux du psychosocial, du socio thérapeutique et de la santé communautaire ; de la socialisation, du développement communautaire et local, de l’éducation populaire ; du monde associatif, du militantisme et des ONG ; de la culture ; du travail hors les murs ; du développement durable ; enfin de l’économie sociale. Et ces différents domaines, en fonction des référentiels politiques, administratifs et sociaux sur lesquels ils s’appuient, s’organisent et mobilisent des acteurs inscrits sur des échelles territoriales différentes.

  • 11 « El animator sociocultural, funciones, formacion, profesion » (1990).

14Cette conception protéiforme de l’animation a bien été argumentée par le chercheur français Pierre BESNARD, qui, poursuivant les travaux de Raymond LABOURIE, présente dans un ouvrage publié en espagnol11, un schéma de l’animation organisée en quatre domaines (vie quotidienne – loisirs – contreculture – socio-économique et politique) agrégeant chacun deux champs complémentaires, soit huit au total. Si parmi ces champs seulement deux font explicitement référence à la notion de territoire (animation de développement économique d’un territoire – animation sociale résidentielle et vie de quartier) on peut noter que cette notion ne peut totalement être exclue de la mise en œuvre de la plupart des six autres champs évoqués (animation de service sanitaire & social, éducation permanente – animation des loisirs – animation culturelle en lien avec les créateurs et les œuvres – animation contre-culture et de groupes informels – animation expression des cultures minoritaires – animation de promotion des idées, de défense des intérêts).

  • 12 Document de l’INJEP, n° 10, L’Education populaire au tournant des années soixante : Etat, mouvemen (...)

15Dans un texte intitulé « Le local à l’épreuve : le temps des recompositions »12 Jean-Pierre AUGUSTIN et Jacques ION (1993) présentent l’évolution du projet et des acteurs de l’Education populaire en France sur un rythme à quatre temps. Chacune des périodes identifiées fait référence à un fort substrat territorial :

  • planification et gestion urbaine, les grilles d’équipement ;
  • complicité contradictoire entre l’Etat et les mouvements d’Education populaire ;
  • nouveaux espaces et nouveaux acteurs ;
  • diversité des configurations locales.

16C’est dans ce contexte évolutif que de nouveaux animateurs professionnels commencent à agir. Ils s’appuient sur les compétences acquises en formation mais aussi sur la connaissance des territoires sur lesquels ils interviennent, sur leur capacité stratégique à se positionner parmi les acteurs institutionnels et sociaux, sur leur volonté à aller au bout des projets qu’ils accompagnent ou qu’ils portent avec ou pour les populations locales. Ainsi les auteurs précédemment cités évoquent-ils un « nouveau modèle d’animation (qui) apparaît dans l’espace en mutation de la France ».

  • 13 Barack Obama (1995, 2004) Les rêves de mon père, histoire d’un héritage en noir et blanc, autobiog (...)

17L’animation socioculturelle, que ce soit en Espagne, en France ou en Suisse, pour ne retenir que ces trois pays, est devenue, tout en se professionnalisant, un mode d’intervention sociale élargie qui agit au cœur de la société. L’animation en se territorialisant, participe à la régulation et à la transformation de celle-ci. Et ce, même si certains, dont Barak OBAMA, ancien « community organizer »13 devenu Président, estiment que l’animation sociale n’est pas en mesure de régler le fond des problèmes de société auxquels elle se confronte. En l’occurrence, celle-ci n’est souvent considérée que comme une fonction aux pouvoirs limités, sûrement nécessaire mais non suffisante pour produire les changements préalables au rétablissement des droits pour tous et particulièrement pour les plus opprimés.

2.2 Une territorialité de l’animation ?

18Si l’on revient en France, le processus de territorialisation de l’animation nous semble le résultat de différentes évolutions du contexte sociétal dans et sur lequel l’animation intervient. Dans une sorte de cheminement réversible, celle-ci est elle-même transformée par ce contexte sociétal.

19La première de ces évolutions est celle consécutive à la décentralisation, aux décentralisations devrions nous dire, qui depuis le début des années 80, animent le paysage politique par la redéfinition des compétences des collectivités locales et la montée en puissance des dispositifs dits « territorialisés ». Ces dispositifs influent sur les pratiques de l’animation, en redéfinissent parfois les contours, font apparaître de nouveaux acteurs ou reconfigurent la place de certains. A titre d’exemple, le conseil général de la Seine-Saint-Denis a créé en 2012 au sein de son pôle solidarité, une mission d’animation territoriale et professionnelle (MATPPS) qui a pour ambition de venir en appui aux circonscriptions pour accompagner le projet social territorial départemental. Celui-ci s’articule autour de trois axes en cohérence avec une philosophie de l’animation interventionniste : renouer la confiance avec les usagers, accentuer le travail collectif et la transversalité des services, valoriser l’intelligence collective et la solidarité territoriale, le tout en s’appuyant sur les acteurs de terrains et la valorisation du travail partenarial.

20Ces politiques territoriales, qui transforment les communes, les intercommunalités, les départements et les régions en véritables territoires de l’action, participent à la complexification du système animation et interrogent également le principe d’égalité territoriale. Comme l’évoque Benjamin MOIGNARD citant Ben AYED (2009) au sujet des politiques éducatives, « l’heure est à un nouvel ordre éducatif local qui privilégie le développement d’un registre d’intervention appuyé sur les collectivités locales au détriment d’une vision plus égalitariste et républicaine dans la prise en charge de certaines problématiques ». Les débats générés par la réforme des rythmes scolaires voulue par le ministère de l’Education nationale et la mise en œuvre opérationnelle de cette réforme dans le cadre des Projets Educatifs De Territoire (PEDT) montrent, si cela était nécessaire, l’importance de cette dimension territoriale et révèlent également les disparités qui en découlent, ne serait-ce qu’en ce qui concerne le passage ou non aux neuf demi-journées d’école.

21Le territoire, en référence à ce qu’exprime Thomas C. BOYLE dans ses romans parlant des violences urbaines aux Etats-Unis, est, pourrait-on dire, écartelé entre soumission et résistance, au même titre qu’il est confronté aux risques du repli sur soi-même. En effet, dissoudre la notion de territoire dans celle de proximité, présente le risque de l’enfermement du sujet dans un espace proche, le local au risque du « bocal ». Pascal BRUCKNER écrivait en collaboration avec Alain FINKIELKRAUT (1979), « Au coin de la rue l’aventure », un titre qui laisse supposer que le territoire de connaissance et reconnaissance de certains individus est extrêmement limité spatialement. Si la frontière est le coin de la rue, l’aventure du vaste monde commence alors ici, à quelques mètres ou centaines de mètres du « domos » protecteur. Dans une société qui valorise les mobilités « il y a ceux qui voyagent, et ceux qui survivent », qu’elles soient liées au travail, à la consommation, aux loisirs, etc., l’une des missions de l’animation territoriale serait de permettre localement l’accès à des ressources et des compétences favorisant ces mobilités.

22Il reste nécessaire de convaincre ceux qui considèrent que l’aventure est dangereuse, que la routine, elle, est mortelle. Mais l’aventure, bien que pouvant commencer au coin de la rue, n’est pas toujours accessible à tout le monde. C’est cette aventure, cette « déterritorialisation », cet apprentissage de la mobilité pourrions-nous dire, qu’une association bordelaise met en scène dans le cadre d’un « Bus des curiosités », appellation qui rend hommage aux « Cabinets de curiosités » de la Renaissance. Il s’agit d’un service culturel original basé sur le principe de la surprise. Un bus conduit les curieux vers une destination culturelle dont le contenu et le lieu sont tenus secrets. Seule la date et l’heure du rendez-vous de départ sont dévoilées. Vous savez ainsi d’où et quand vous partez, mais ignorez jusqu’au dernier moment votre destination. Une « extraction territoriale » qui exacerbe chez celui qui la pratique, l’imagination, l’attention, les sentiments liés à l’aventure… Une façon peut-être d’accepter le jeu de l’inconnu et de mesurer, dans un cadre rassurant, tous les potentiels de celui-ci.

  • 14 CAFEMAS ; Centre d’Analyse des Formations, des Emplois et des Métiers de l’Animation et du Sport « (...)

23La deuxième évolution qui peut être identifiée, est celle de la création en 1997, d’une filière animation dans la fonction publique territoriale. Cette filière rassemble, selon les données analysées par Jean-Louis GOUJU et Philippe SEGRESTAN14, de 46 000 animateurs territoriaux titulaires (p. 12) à plus de 100 000 si on comptabilise les personnels pédagogiques occasionnels associés aux Accueils Collectifs de Mineurs (p. 14). Un animateur territorial, c’est au sens statutaire du terme, un agent de la fonction publique qui, selon le cadre d’emploi, met en œuvre des activités d’animation dans le secteur périscolaire et dans les domaines de l’animation des quartiers, de la médiation sociale, de la cohésion sociale, du développement rural et de la politique de développement social urbain. Il peut participer à la mise en place de mesures d’insertion et intervenir au sein de structures d’accueil ou d’hébergement, ainsi que dans l’organisation d’activités de loisirs. Les titulaires des grades d’animateur territorial principal de 2ième et 1ère classe exercent quant à eux, à un niveau particulier d’expertise. Ils peuvent « concevoir et coordonner des projets d’activités socio-éducatives, culturelles et de loisirs, encadrer une équipe d’animation, être adjoints au responsable de service, participer à la conception du projet d’animation de la collectivité et à la coordination d’une ou plusieurs structures d’animation. Ils peuvent être chargés de l’animation de réseaux dans les domaines sociaux, culturels ou d’activités de loisirs et également conduire des actions de formation. » Cette inscription dans le champ de la Fonction Publique Territoriale interroge la place de l’animation et de l’animateur dans leurs rapports aux différents pouvoirs hiérarchiques et politiques. Frédéric LUCBERNET (2009), pose très clairement cette question dans son travail intitulé « Animateur et fonctionnaire sont-ils deux statuts compatibles dans une collectivité territoriale ? » avant d’y répondre par l’affirmative. Une réserve est toutefois émise quant à la nécessité pour l’animateur de développer des compétences stratégiques lui permettant d’agir tout en maintenant sa position de marginal sécant, interface entre demande sociale (Bottom-Up) et commande institutionnelle (Top-Down).

24La troisième évolution fait référence quant à elle à la dimension dialectique des relations qu’entretient l’animation avec les espaces sur lesquels elle se développe. Cette forme d’hybridation est particulièrement bien analysée par Jean-Luc RICHELLE (2012) qui défend la thèse selon laquelle l’animation s’est fabriquée en même temps que la ville elle-même, et a évolué en fonction des représentations que les politiques publiques ont véhiculées des problématiques urbaines. Mais au-delà des représentations, l’animation territoriale a du intégrer les réponses qui ont été apportées par ces politiques, en particulier en termes de géographie du renouvellement urbain, et ce, depuis les programmes d’Habitat et Vie Sociale (HVS, années 70) jusqu’aux territoires du Programme National de Rénovation Urbaine (PNRU, années 2008 et suivantes). L’une des caractéristiques essentielles de ces programmes renvoie à leur dimension territorialisée (localisée). La zone d’impact direct de leurs actions étant géographiquement déterminée, leurs frontières effectives produisant des découpages bornés de façon précise. Par exemple, à Bordeaux, (voir page suivante) la Zone Franche Urbaine qui couvre 90 hectares, a un périmètre défini de « Lormont au nord jusqu'au droit de la rue Bouthier, il suit ensuite la berge de la Garonne, emprunte l'axe central de la rue Bouthier et remonte en direction du nord par la rue de Queyries et la limite des emprises ferroviaires ». Ainsi, en déambulant d’un côté à l’autre d’une rue, à partir de l’angle d’une place, on peut quitter, sans nécessairement s’en rendre compte, le territoire d’application de tel ou tel dispositif d’aide, d’accompagnement, d’allègement de la fiscalité, etc.

25Par ailleurs, ces politiques territorialisées sont aussi porteuses de sens symboliques. On peut citer par exemple ce maire qui dans les années 90, a refusé de s’engager dans les projets de Développement Social des Quartiers, parce que pour lui, l’image du DSQ était dévalorisante, disqualifiante, alors qu’il développait, pour sa ville, capitale régionale, des stratégies de communication fondées sur une ambition heureuse et une forte attractivité.

Carte au 1/25 000 de la zone franche de Bordeaux, décret n° 96-1154 modifié par le décret n° 2007-894 du 15/05/ 2007.
Source : Délégation interministérielle à la ville et au développement social urbain

26Dans ce contexte, signer un contrat DSQ, c’était reconnaître l’existence de territoires difficiles sur sa commune, c’était éventuellement induire des phénomènes de rejet pour les futurs habitants ou les nouvelles entreprises. Une façon de se convaincre que le « risque social » pouvait se dissoudre dans les enjeux économiques et la mise en scène d’un territoire idéalisé, d’un territoire heureux.

27Dans son ouvrage intitulé « Une ville socioculturelle ? Animation médiatrice et politique jeunesse à Bordeaux, 1963-2008 » Jean-Luc RICHELLE s’appuie sur l’exemple de l’Association des Centres d’Animation de Quartier de Bordeaux (ACAQB ; créée en 1963. Elle gère aujourd’hui pour la ville dix équipements à vocation sociale et culturelle dont sept agréés par la Caisse d’Allocations Familiales de Gironde), pour construire trois idéaux-types d’animation, chacun en rapport avec une représentation de la ville, bien aimée ou mal aimée. Chacun des modèles urbains d’animation qu’il propose présente une dominante qui caractérise, à un moment donné, les représentations des populations dans leur vie sociale et des animateurs dans leur vie professionnelle en relation avec ces populations et certaines formes du projet urbain.

28Ainsi l’auteur identifie successivement :

  • une animation socioéducative et culturelle fondée sur une rhétorique égalitaire construite à partir d’équipements socioculturels, correspondant à une ville romantique qui valorise le mythe du quartier village. L’animation socioéducative et culturelle, puis l’animation de quartier et l’animation globale mobilisées entre-autre par les centres sociaux et les MJC au cours des années 70-80, peuvent être perçues comme paradoxales : elles vont accompagner la fin des équipements spécifiquement dédiés aux jeunes en ouvrant leur accès à tous les publics et elles vont, à l’opposé, entretenir une culture de repli dans une identité territoriale affirmée ;
  • une animation prioritaire, ciblée sur des territoires désignés par la politique de la ville, associée à une ville éclatée qui présente une fragmentation sociale et spatiale, marquée par un triple processus de relégation, de périurbanisation et de gentrification (DONZELOT, 2006). Les jeunes de quartiers « sensibles » sont alors considérés comme une catégorie d’intervention sociale volatile et des expériences d’animation « souple » organisées à partir d’équipements légers sont proposées. Toutefois ces expérimentations trouvent leurs limites dans le manque de définition et de résultats ;
  • une animation médiatrice, envisagée comme une praxis, qui s’exerce selon une approche multi polarisée par la mise en œuvre de pôles d’animation qui partagent des projets à l’échelle d’une ville socioculturelle, nous pourrions dire aussi multiculturelle. Cette dernière résulte d’une urbanité de confrontation et d’une urbanité flexible qui préservent une certaine distance, tout en cultivant des liens ténus, entre les groupes sociaux. Cette approche multipolaire de la ville présente des configurations inédites de l’espace urbain reconverti en un espace d’actions, qui constitue un enjeu en termes de commutation sociale.

29À ce triptyque, « animation socioéducative – animation prioritaire – animation médiatrice », vient s’ajouter, selon l’équipe de recherche engagée dans le programme PArticipation et GOuvernace Dans les Ecoquartiers (ANR - PAGODE), de nouvelles perspectives ouvertes par la question de la durabilité urbaine (D’ANDREA, GREFFIER, TOZZI, 2013). Avec elles, se pose la question de savoir ce qui, dans l’animation territoriale, se trouve spécifié par la ville durable en construction et en particulier au sein des projets d’EcoQuartiers initiés par les concours lancés en 2009 et 2011 par le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie.

30Dans la perspective de répondre au cahier des charges de l’appel à projet, mobilisant les trois piliers social, environnemental et économique du développement durable, les projets d’Ecoquartiers se veulent plus collectifs, plus participatifs. Cette approche conceptuelle de la ville reste toutefois en lutte contre les externalités négatives de la ville moderne pensée de façon locale et globale, notamment dans ses dimensions écologiques, mais aussi en ce qui concerne les modes de vie ou les processus consuméristes. Au final, ces politiques urbaines territorialisées ne traduisent pas toujours l’idée d’une ville pensée par les habitants mais plutôt celle d’une ville pensée pour eux. A ce titre, ces projets urbains sont fortement interrogés au prisme de la participation, qui bien que souvent annoncée dans les programmes, n’est pas toujours effective dans les réalisations. Convaincus de ce constat, Marie-Hélène BACQUE et Mohamed MECHMACHE proposent, dans un rapport au Ministre délégué chargé de la ville (2013) « une réforme radicale de la politique de la ville : ça ne se fera plus sans nous, citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires ».

  • 15 Contraction de la dimension globale, au sens de « en lien avec les problématiques planétaires » et (...)

31Dans ce contexte de rénovation urbaine apparait un quatrième type d’animation que nous pourrions qualifier « animation coopérative et glocale15 » (GREFFIER & RICHELLE, 2013), moins liée à une déconnexion des territoires anciens que l’animation occupe, qu’à une approche sociétale collaborative (NOVEL & RIOT, 2012), multidimensionnelle et multiscalaire des espaces de pratiques. Elle est porteuse de sens dans une ville réticulaire, constituée d’un ensemble de réseaux, et remise en question par la priorité d’un développement durable. Les animateurs coopérants y jouent de nouvelles fonctions de veille critique et de pro-activité quant aux réseaux auxquels eux-mêmes participent avec les autres coopérateurs. Cette animation se spécifie par une articulation permanente entre la mise en œuvre d’activités et la réalisation d’un travail de recherche compréhensive sur la façon dont les habitants appréhendent leur environnement proche, leur quartier. On retrouve ici du lien avec le concept d’habiter présenté en première partie, concept qui nous semble être mobilisé de façon originale et opérationnelle par l’équipe du centre d’animation du quartier Saint-Michel à Bordeaux lorsqu’elle considère l’animation comme une source de diagnostic. Une façon permanente de découvrir ou de mieux connaître son quartier et les personnes qui y vivent (ORTIZ de URBINA & RICHELLE, 2013).

32Cette animation de quartier est également abordée par Mustafa POYRAZ qui, dans son ouvrage intitulé « Espaces de proximité et animation socioculturelle, pratiques des animateurs de quartiers au croisement de multiples enjeux politiques et sociaux » (2003), interroge la question de la territorialité de l’intervention sociale et l’identité de l’animateur de quartier sur un quadruple registre. L’auteur oppose ici différents statuts : l’animateur médiateur, l’animateur agent du contrôle social, l’animateur acteur de la culture ou l’animateur faiseur du lien social. Cependant, il nous semblerait intéressant de considérer que la dimension stratégique de l’animateur professionnel, dépassant ces rapports d’opposition, lui permet au contraire d’assumer les contradictions inhérentes à chacun, pour en synthétiser les pertinences dans un compromis (et non pas une compromission) opératoire.

33La quatrième évolution est celle relative à l’accentualisation de la professionnalisation du champ de l’animation. Ce processus se traduit par une augmentation conséquente du nombre d’animateurs salariés :

  • plus de 100 000 pour ce qui concerne la Commission Paritaire Nationale Emploi Formation (CPNEF) de la branche animation qui rassemble plus de 15 000 entreprises associatives ;
  • entre 45 000 et 100 000 pour la fonction publique territoriale ;
  • plus de 15 000 pour ceux employés dans le cadre de la convention collective des acteurs du lien social et familial « Centres Sociaux ».
  • 16 BPJEPS, DEJEPS, DSJEPS, DUT, Licences Professionnelles, Master Professionnels.

34Cette professionnalisation est de plus accompagnée par une élévation des niveaux de qualification de ces salariés en lien avec le développement d’une offre de formation professionnelle et universitaire16. La dimension professionnelle de l’animation s’est également renforcée avec l’apparition de la figure du cadre intermédiaire du coordinateur, souvent identifié dans les Politiques Educatives Locales (PEL) et dans les Contrats Educatifs Locaux (CEL) accompagnés par les Caisses d’Allocations Familiales (CAF). Cette accentuation du processus de professionnalisation du champ est également provoquée par les revendications que ces professionnels mobilisent pour affirmer leur reconnaissance statutaire. Positionnés sur une interface de type hiérarchique entre fonction d’animation et fonction de direction mais également de type médiatrice entre publics et institutions (GREFFIER & TOZZI, 2012), ces cadres intermédiaires participent, par la pertinence de leurs actions et leurs capacités stratégiques, au renforcement du métier d’animateur et aident de façon induite à la structuration du champ de l’animation territoriale.

2.3 Une modélisation de l’animation territoriale

35Nous partirons ici de l’hypothèse que l’animation territoriale peut être appréhendée et analysée à partir du modèle de la Formation Socio Spatiale de Guy DIMEO (1998) présenté en première partie. L’exploitation de ce modèle d’analyse permet de mettre en exergue et en tension les dimensions spatiale, économique, politique et idéologique constitutives de l’animation territoriale, celle-ci jouant, à partir d’équipements structurés, une fonction complexe de médiation entre les différents acteurs du système territorial.

« Animation et territoire, schéma représentatif de la fonction de médiation territoriale », d’après Luc Greffier in « l’Animation des territoires, les villages de vacances du tourisme social », l’Harmattan, 2006

36Ce modèle permet de considérer les différents espaces institutionnels de l’animation (centres socioculturel, point de rencontres, maisons des jeunes ou de quartier…) comme autant de systèmes complexes qui révèlent au travers de leur fonctionnement et de leurs inscriptions spatiales, de leurs cadres de pensée idéologiques et de leur gestion économique, les identités même des opérateurs qui les animent.

L’enjeu politique, ou l’impossible neutralité de l’animation socioculturelle

37Cet enjeu politique, défini ici au sens du pouvoir d’agir, peut être décliné à partir de différentes missions que les animateurs ou les systèmes d’animation s’octroient en fonction de leur histoire et des valeurs qu’ils défendent. Celles-ci, que l’on peut considérer prises en tension entre dynamiques émancipatrices et logiques consuméristes, se traduisent au travers des quatre principales missions évoquées par les animateurs lorsqu’ils parlent de leurs pratiques :

  • une mission de socialisation, partagée entre : des processus relevant des sociabilités restreintes, des processus qui font entrer l’individu dans la norme, des processus qui le libère et lui donne les outils d’une émancipation véritable ;
  • une mission de promotion : qui peut présenter des caractéristiques collectives et individuelles ou individualistes ;
  • une mission de production de nouveaux savoirs, l’animation comme un lieu où s’inventent de nouvelles formes d’action, où s’expérimentent de nouvelles pratiques pédagogiques, de nouvelles formes d’expression…
  • une fonction d’expérimentation de la gouvernance, sans tomber dans l’illusion de la toute-puissance du sujet, sans verser dans la démagogie ou la manipulation, sans opposer démocratie représentative et démocratie participative. Cette démocratie participative, nous en sommes convaincus, ayant besoin de la première pour pouvoir pleinement s’exprimer.

« Une idée peut changer le monde » mur de la bibliothèque, Brisbane, Australie - 2009

L’enjeu spatial et géographique, ou la nécessaire prise en compte de l’environnement

38Parler de l’espace ou de la géographie en termes d’enjeu pour l’animation socioculturelle c’est affirmer haut et fort que l’architecture et l’aménagement sont de véritables vecteurs éducatifs, représentent des formes silencieuses d’éducation. Alors que nous vivons, pour citer Antoine de SAINT-EXUPERY, « au sein de sociétés qui bâtissent beaucoup de murs mais ne fabriquent que peu de ponts » l’animateur professionnel ne peut passer à côté d’une analyse critique de l’environnement dans lequel il travaille, il agit, il vit. Que ce soit à l’échelle de sa commune, de son quartier, de l’équipement dans lequel il exerce ses activités, celui-ci ne peut ignorer les effets que l’environnement produit en termes d’apprentissage informel et en termes de construction de représentations sociales.

39Il s’agit de porter un regard sur le cadre des pratiques d’animation. Que ce soit des plus petits espaces intérieurs des équipements, des bâtiments, de la ville mais aussi des représentations que les médias peuvent en faire. Plutôt que d’offrir un point de vue figé, il s’agit pour l’animateur de s’inscrire entre utopie et déconstruction critique de s’interroger sur les forces (spatiales) qui nous gouvernent et sur la façon de les affronter.

40A l’échelle urbaine, si l’on dit parfois que « les murs ont des oreilles », on peut également affirmer que ceux-ci parlent : ils parlent pour nous dire la qualité du bâti, ils nous indiquent si leurs propriétaires sont attentifs à leur environnement, s’ils ont les moyens de s’occuper d’eux ou pas. Ils parlent pour nous dire aussi quelles sont les activités qu’ils abritent, ils nous disent des choses également lorsqu’ils sont là pour dissimuler ou cacher, ou au contraire, lorsqu’ils sont là pour montrer parfois même de façon exubérante ou ostentatoire. Ses murs peuvent être également le support d’expression d’une pensée populaire lorsque, pour combattre le slogan entraperçu sur un mur de Cayenne « murs blancs : peuple muet », des artistes réalisent, comme à Orgosolo en Sardaigne, des peintures murales revendicatives.

« Heureux le peuple qui n’a pas besoin de héro » Murales Orgosolo, Sardaigne - 2013

41L’inscription spatiale des équipements d’animation doit également être analysée au regard de leur territoire d’intervention. Il s’agit ici de s’interroger sur l’ancrage des situations d’animation mise en œuvre à partir de la structure, une façon de se poser la question « d’où l’animation est-elle produite (cf. Chôra, partie 1) : celle-ci se traduit-elle par des équipements et des aménagements spécifiques qui répondent aux finalités des opérateurs ? Les logiques de convivialité, de rencontre sont-elles identifiables par la mise en scène, l’agencement et l’articulation d’espaces porteurs de ces valeurs ? L’espace virtuel des réseaux d’information et de communication est-il accessible ?

L’enjeu économique, ou « un » n’égale pas toujours « un »

42« Dis-moi qui paye et je te dirai qui détient le pouvoir ». La formule est aussi courte que radicale mais a le mérite de poser la question de l’origine des ressources permettant la mise en œuvre des actions d’animation. « Un homme, une voix », la formule est aussi lapidaire et détermine une autre réalité économique, celle retenue par les entreprises de l’économie sociale et solidaire. Entre ces deux logiques, tout un univers où s’opposent d’un côté les tenants d’un libéralisme économique exacerbé et d’un autre côté ceux qui revendiquent la nécessité d’une fonction de régulation que le marché ne peut assurer.

43Les processus qui découlent de cette opposition se traduisent aujourd’hui par une accentuation du phénomène de « marchandisation » des services dans le champ de l’animation, de l’éducation, de la culture. Jacques ION et Jean-Paul TRICART (1984) ont très tôt identifié les enjeux qui en découlaient : « les activités de prestations de services (…) se voient concurrencées par le secteur marchand des loisirs, et requièrent de la part des animateurs une spécialisation technique de plus en plus poussée, impliquant l’abandon de visées éducatives et leur transformation progressive en récréologues à l’américaine ». Dans un contexte de crise financière (diminution des ressources d’Etat, fragilisation des collectivités territoriales, accentuation des besoins sociaux, ect.), on peut avec Pierre ROUSSEL (2013) identifier trois risques majeurs auxquels l’animation est confrontée : la transformation des rapports entre associations et entre associations et institutions par une accentuation de la prestation de service qui se traduit par une instrumentalisation du champ associatif ; la technicisation et désidéologisation de l’animation, celle-ci étant reléguée à une dimension d’« entertainment », de divertissement ; enfin la fragilisation économique du tissu associatif induisant un risque de renforcement de la précarité, que ce soit pour les salariés ou pour les usagers, induisant à son tour, par effet domino, un effritement de la cohésion sociale.

Un enjeu idéologique, ou la nécessité d’une liberté de conscience et l’obligation d’une cohérence entre les finalités recherchées et les actions mises en place

44C’est ici que se joue une grande partie de la dimension réflexive de l’animation. Il ne s’agit au fond pas tant de savoir-faire que de savoir ce que l’on fait, de faire en sorte que la mise en forme des actions ne prenne pas le dessus sur le fond. L’enjeu principal est celui de la mise en cohérence des actions avec les finalités recherchées. Si l’on considère essentielle la dimension « empowerment » ou « capacitation » de l’animation, la question centrale serait alors de savoir si les modes d'organisation et de relation « structure – usagers – territoire » développés par les équipes d’animation inscrivent les opérateurs dans des démarches partenariales avec l’ensemble des acteurs locaux y compris les publics, inscrivant ceux-ci dans une véritable démarche de participation.

45Cette insaisissable et labile participation, qui s’impose de plus en plus comme une évidence dans toute démarche de projet, alors que sa définition même reste multivalente, est décryptée et modélisée par le sénégalo-bordelais Cheikh SOW. Dans un ouvrage « plus on en parle, moins on en fait », le conteur-animateur-chercheur analyse des processus d’élaboration de projets participatifs et propose quatre modèles définis en fonction des rapports entretenus entre le projet – son ou ses responsable(s), porteur(s) ou animateur(s) – et les bénéficiaires de celui-ci. Ainsi, le projet serait, de façon différenciée, mis en œuvre « sur – des cobayes », « pour – des usagers », « avec – des acteurs », ou encore « par – des auteurs ».

46L’animation, bien que pouvant être présente sur ces quatre registres, ne doit pas oublier sa fonction libératrice, émancipatrice et co-éducative, ou, comme l’écrivait Paolo FREIRE : « personne ne sait tout ni personne n’ignore tout, personne n’éduque personne, personne ne s’éduque seul, les hommes s’éduquent entre eux par la médiation au monde ». Et à ce titre l’animateur ne peut rester sans voix face aux enjeux de la société dans laquelle il exerce. Il doit aussi choisir sa voie et assumer ses choix de façon raisonnée et argumentée, conscient que l’exercice de sa profession ne semble pleinement possible que dans un Etat démocratique. En France, cet Etat démocratique, porteur de liberté et de justice sociale, est depuis plus d’un siècle fondé sur un principe de laïcité. Ce principe de laïcité, qui pour Henri PENA-RUIZ « est de portée universelle et fera le tour du monde » (2013) doit être entendu ici comme le souci d’affirmer ce qui est commun à tous les hommes, qu’ils soient croyants de diverses religions, humanistes agnostiques, ou humanistes athées.

2.4 Qui anime le territoire ?

47Si l’on regarde ce qui se passe outre atlantique, au Québec, l’organigramme fonctionnel des réseaux communautaires et institutionnels associés aux « Tables de Quartier » (espaces de concertation pour un développement social local équitable) est à ce sujet saisissant. (voir schéma page suivante : Esquisse du réseau communautaire Montréalais et Québécois, source l’Autre Montréal).

48Ce schéma, réalisé par le collectif d’animation urbaine « L’Autre Montréal », présente les différents échelons territoriaux (local, régional et national) qui se superposent dans le système d’animation du territoire Montréalais.

49Ces trois échelons croisent également les regroupements sectoriels et multisectoriels de type associatif. Dans ce cadre, l’observateur français, imprégné d’une culture de la centralité héritée du pouvoir Jacobin aura vraisemblablement du mal à trouver la fonction principale de pilotage, celle-ci étant diffuse au sein d’un système dans lequel les revendications citoyennes sont fortement mises en avant, que ce soit sur des questions de logement, de santé, de sécurité alimentaire, d’aménagement urbain, d’éducation, de loisirs, d’emploi, de vie sociale locale…

  • 17 Montréal Communautaire, les solidarités en action dans la ville, L’autre Montréal, collectif d’ani (...)

50La finalité commune des vingt-neuf tables de quartiers qui œuvrent sur le territoire montréalais est, par une approche intégrée d’intervention sur le territoire, d’améliorer la qualité et les conditions de vie des populations locales : « on rêve tous d’habiter un quartier où il fait bon vivre, un quartier où les gens de tous horizons, classes sociales et origines culturelles confondues, cohabitent harmonieusement, un quartier qui nous ressemble et nous rassemble, un quartier pour lequel on a envie de s’engager »17.

51La table de quartier, à la fois agent mobilisateur dans son milieu, facilitateur de la concertation entre des acteurs aux intérêts divergents, activateur de la vie démocratique du quartier et leadership rassembleur dans sa communauté peut être considérée comme un « animateur territorial », lui-même animé par des professionnels (80 emplois directs pour les 29 tables montréalaises) et des habitants bénévoles qui s’investissent pour la réalisation de projets structurants pour leur quartier.

  • 18 Cette référence au pilier social, inclut les logiques de participation, la référence montréalaise (...)
  • 19 Consulter en outre, pour ce qui concerne les commerçants, le recueil « l’Animation des villes » pu (...)

52Si, pour revenir en France, on analyse les dossiers de candidature aux deux concours EcoQuartiers lancés par le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie en 2009 et 2011, qui avaient pour objectifs d’amener les collectivités territoriales à « penser » la ville et l’aménagement urbain dans une nouvelle dynamique intégrant les trois piliers « environnemental – économique – social18 » du développement durable, on peut voir apparaître parmi près de 700 dossiers étudiés dans le cadre du programme de l’Agence Nationale de la Recherche PAGODE, des profils d’animateurs particuliers : ceux dont l’activité est centrée sur l’Approche Environnementale sur l’Urbanisme (éco-technicien AEU), ceux amenés à intervenir à partir d’équipements socioculturels (animateurs socioculturels professionnels), ceux engagés sur la dimension économique (les commerçants et entrepreneurs animateurs du territoire)19, ceux dont l’activité est liée à la conduite de réunions ou au management du projet (chefs de projet), ceux qui assurent l’encadrement de pratiques sportives (éducateurs/animateurs sportifs), ceux qui agissent dans le champ de l’éducation à l’environnement (animateurs nature), etc. Des fonctions d’animation sont également associées à des personnes ayant des statuts que l’on pourrait a priori considérer comme hors champ, tels de façon exceptionnelle un maire, qualifié alors d’animateur principal du projet, un promoteur immobilier, ou plus souvent des gardiens d’immeuble.

53Concernant ce dernier statut professionnel, Isabelle SERY, responsable du département gestion urbaine et sociale de l’Union Sociale pour l’Habitat, considère que s’il faut mobiliser toutes les forces sociales d’un territoire pour mieux se faire entendre auprès des acteurs urbains, il reste nécessaire d’accompagner de nouvelles relations entre les habitants et les bailleurs sociaux. Et à ce titre, elle estime que les gardiens d’immeuble ont un rôle important d’interface à jouer. En effet, alors que les programmes de rénovation urbaine revendiquent un changement de perception de l’habitat, la « cité » devient « résidence », il serait minimaliste de limiter le changement à un simple renouvellement de vocabulaire, ou à quelques actions symboliques ou ponctuelles (balcons fleuris, fête des voisins, etc.). C’est dans la perspective de dépasser la superficialité de certaines approches, qu’un travail sur le fond et la durée a, par exemple, été engagé à Montfermeil. Ce travail s’appuie sur les gardiens d’immeuble qui ont pour mission de faire le lien entre : les habitants – le centre social – les bailleurs. Selon Isabelle SERY « le fait que les gardiens se soient mis à fréquenter le centre social, a transformé la relation qu’ils entretenaient avec les habitants », ils passent du statut de « collecteurs de loyers » à celui d’acteurs impliqués dans la vie du quartier.

« Représentation des relations entre Habitants et Bailleurs via l’interface centre social/gardien d’immeuble »
Schéma interprétatif de l’auteur

54Sur un tout autre sujet, on peut considérer que l’animation du territoire est du ressort des animateurs professionnels et que ceux-ci ont donc une mission d’interface entre les différentes parties prenantes concernées. A ce titre, l’une des premières questions à se poser serait celle de l’identité professionnelle de ces animateurs qui découle plus particulièrement des cadres de formation qui leur ont permis d’accéder à cette fonction. Du côté de l’univers des diplômes universitaires, les représentations associées à « l’animateur du territoire » sont multiformes. Si vous êtes en quête d’une formation supérieure sur ce sujet, l’offre proposée peut paraitre éclectique. En effet, une simple recherche par mots clés permet, sans aucune prétention d’exhaustivité, d’identifier facilement :

  • un master en « Aménagement et projets de territoire », Université de Toulouse le Mirail ;
  • un master en « Communication publique et animation des territoires », Université Catholique de l’Ouest (Angers) ;
  • un master en « Sciences du territoire, spécialité ingénierie du développement territorial », Université Joseph Fourier de Grenoble ;
  • un master « Espace ruraux et développement local », Université Paul Valéry de Montpellier ;
  • un master « Spécialité ingénierie de l’animation territoriale (SIAT) », IUT et Université Michel de Montaigne à Bordeaux…

55Le paradoxe si paradoxe il y a, est que chacune de ces formations annonce dans son programme sa volonté de former à différents métiers, dont celui d’animateur. Et ce, alors que les contenus de ces formations semblent différents, alors même que les équipes pédagogiques et les centres de recherche qui les portent sont eux-mêmes très variés. Mais finalement, moins qu’un paradoxe, cette situation n’est peut-être qu’une confirmation de la polymorphie du métier d’animateur territorial, chacun développant des compétences territoriales à partir d’un corpus de connaissances très différent, chacun développant des projets en allant chercher les compétences qui lui manque au sein des réseaux et des ressources mobilisables localement.

56Pour ce qui concerne l’équipe de formation et de recherche bordelaise (IUT et Université Michel de Montaigne), les contenus du Master professionnel Spécialité d’Ingénierie de l’Animation Territoriale (SIAT) conduisent les candidats à développer leurs compétences en matière de diagnostic territorial et de l’analyse stratégique (UE1), de conception, conduite et évaluation du projet (UE2), de communication (UE3), d’analyse des enjeux et des problèmes de société (UE4), de gestion et administration financière (UE5), mais aussi d’affirmer leurs capacités d’analyse socio-territoriale par des séminaires professionnels thématiques et un important travail de méthodologie de recherche dans le champ des sciences humaines et sociales (UE 6 & 7). Les mémoires professionnels ainsi réalisés par ces candidats, s’inscrivent de façon volontariste dans une démarche de recherche inductive qui se donne pour objectif d’interroger les pratiques et d’apporter des pistes d’analyse et d’intervention concrètes. Ainsi se construit une praxis de l’animation territoriale fondée sur l’interaction entre les champs d’intervention des praticiens et ceux des chercheurs, interaction féconde qui alimente les connaissances empiriques et théoriques du domaine sur des thèmes aussi larges que : « Réseau d'acteurs pour la réussite des jeunes : la dynamique du Marmandais » - « Les sirènes de la mutualisation dans l'Economie Sociale et Solidaire : quels effets sur l'organisation et les acteurs ? » - « Comment renforcer l'action de la communauté de communes du Pays Vernois ? » ou encore « Animer la participation »…

57Dans ce contexte territorial qui agrège de multiples acteurs, Christophe ARPAILLANGE (2013), chargé de mission développement local au GIP – Grand Projet de Ville des Hauts de Garonne, et chargé d’étude à la Mission des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, estime que « la légitimité des animateurs professionnels de territoire d’une part, et les moyens qu’ils ont de renforcer leur autonomie d’autre part, sont liés au développement de leurs capacités de traduction et de médiation ». Cette capacité d’agir pourra se renforcer en particulier en prenant appui sur deux modalités d’intervention : l’animation de partenariats institutionnels articulant dispositifs d’action publique et sources de financement ; l’appui à l’initiative et à l’expression de la parole habitante s’étayant mutuellement dans une logique de projet. A ce titre, de nombreuses expériences localisées montrent que l’animation n’a pas abdiqué toute capacité transformatrice et que de nombreux animateurs militent encore pour permettre aux habitants d’occuper une place dans le processus de définition et de mise en œuvre des politiques urbaines, dans un esprit de partage et de participation.

58Ce qui semble faire sens commun dans l’usage du terme d’animation territoriale, c’est la volonté d’effacement de la dimension hiérarchique. Celle-ci produisant une forme d’imposition du projet ou de l’action par celui qui la mène en direction de publics que l’on pourrait considérer « soumis », est délaissée au profil d’une relation plus horizontale qui invite ce public à un engagement plus fort et une participation plus active.

59Dans la perspective d’accompagner cette dynamique mobilisante, Franck WEHRLE (2013), coordinateur enfance-jeunesse, considère que l’animation du territoire doit être appréhendée au-delà de la fonction professionnelle de l’animation. Pour ce praticien-chercheur, si les communes et les intercommunalités sont reconnues pour leur rôle majeur dans le développement territorial, elles pourraient également devenir animatrices des territoires en participant à la construction d’une vision partagée de l’animation entre les différents métiers identifiés dans la fonction publique territoriale et entre les élus. Ainsi, l’animation territoriale peut être considérée comme un espace où se jouent les interactions entre différents acteurs politiques, institutionnels, économiques, sociaux (dont les habitants) qui représentent la communauté locale. Ce processus fait écho avec ce que Jean-Louis GUIGOU (1983) appelait le développement local, celui-ci étant « l’expression de la solidarité locale, créatrice de nouvelles relations sociales, qui manifestent la volonté des habitants d’une microrégion de valoriser les richesses locales, ce qui est créateur de développement économique ».

« Un nouveau projet de ville ? »
Rennes - 2011

60L’animation tout en se territorialisant au sens administratif et politique du terme, s’inscrit également dans ces espaces laissés libres, territorialise ces espaces, ces interstices qui pour le philosophe Jacques RANCIERE sont des lieux signifiant l’idée de restaurer la convivialité, de l’interaction, de la solidarité, du don.

61Les défis et enjeux qui émergent de ce modèle d’intervention sociale interrogent tous ceux qui sont impliqués dans les rapports public-privé, dans la construction de la démocratie et de la citoyenneté active, dans des pratiques émancipatrices et dans un engagement social auprès des populations les plus fragilisées, des minorités exclues ou dominées. Ainsi les animateurs interviennent souvent comme opérateurs de médiation au sein de problèmes de société, en particulier lorsque ces problèmes se territorialisent, développent des actions « pour créer des intervalles et occuper des espaces vides ou creux, ou des zones d’incertitude, par la mise en jeu de la créativité et de l’imagination dans un quotidien routinier dont tous n’acceptent pas la totalité et l’entièreté des pesanteurs qui voudraient les enserrer ».

62Si l’on considère que le territoire est un espace qui a pour dessein de maximiser les relations sociales, on mesure alors combien l’animation peut être appréhendée, dans un cadre socio-politique, comme un vecteur d’intervention et un référentiel d’action, et se positionne dans les espaces interstitiels entre individu et société dans une triple perspective de régulation, de promotion et de contestation sociales. Trois axes d’intervention peuvent alors être mobilisés (GILLET, 2000) :

  • un axe à vocation transformatrice : l’animation en tant que courant idéologique orienté vers la transformation sociale par la recherche et la « fabrique » d’un citoyen responsable ;
  • un axe à vocation conflictuelle : l’animation comme système de régulation sociale, visant à résoudre/dépasser les conflits de société, notamment entre tradition et modernité ;
  • un axe à vocation culturaliste : l’animation comme une tentative d’alliance politique et culturelle entre les couches moyennes techniciennes et intellectuelles et les couches populaires.

63Mais les frontières entre ces domaines d’action des animateurs territoriaux sont constamment en mouvement, réinterrogées au regard des expériences réalisées et des résultats obtenus. Pris dans un système complexe ou se jouent une multitude de relations entre acteurs aux intentions parfois communes, parfois divergentes mais aussi parfois en opposition, l’animation territoriale toute seule, pour paraphraser ce que dit l’écrivain américain Philip ROTH à propos de la littérature, ne peut rien faire, mais elle a une importance considérable !

Notes

11 « El animator sociocultural, funciones, formacion, profesion » (1990).

12 Document de l’INJEP, n° 10, L’Education populaire au tournant des années soixante : Etat, mouvements, sciences sociales, actes du colloque organisé par Peuple et Culture sous a direction de Geneviève POUJOL, pp. 111-123

13 Barack Obama (1995, 2004) Les rêves de mon père, histoire d’un héritage en noir et blanc, autobiographie, éditions Presse de la Cité, Paris, 571 p. (titre original, Dreams of my father, 1995, 2004).

14 CAFEMAS ; Centre d’Analyse des Formations, des Emplois et des Métiers de l’Animation et du Sport « Panorama des situations professionnelles du champ de l’animation », février 2013.

15 Contraction de la dimension globale, au sens de « en lien avec les problématiques planétaires » et locale.

16 BPJEPS, DEJEPS, DSJEPS, DUT, Licences Professionnelles, Master Professionnels.

17 Montréal Communautaire, les solidarités en action dans la ville, L’autre Montréal, collectif d’animation urbaine.

18 Cette référence au pilier social, inclut les logiques de participation, la référence montréalaise précédemment évoquée pouvant en être une traduction concrète

19 Consulter en outre, pour ce qui concerne les commerçants, le recueil « l’Animation des villes » publié en 1976 à l’issue des journées organisées par le ministre du commerce et de l’artisanat. Collection Dossier ouvert.

Table des illustrations

Légende « Animation : couverture du rapport de P. Vuilque »Document de l’Assemblé Nationale
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende « Education Populaire : une lutte permanente »La Démocratie : c’est deux loups et un agneau qui votent pour savoir ce qu’il y aura à déjeuner.La Liberté c’est lorsque l’agneau bien « instruit » conteste le vote. New-York - 2010
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/433/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende « Marbre commémoratif à la mémoire de Saul Alinsky »
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/433/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Légende Carte au 1/25 000 de la zone franche de Bordeaux, décret n° 96-1154 modifié par le décret n° 2007-894 du 15/05/ 2007.Source : Délégation interministérielle à la ville et au développement social urbain
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/433/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende « Animation et territoire, schéma représentatif de la fonction de médiation territoriale », d’après Luc Greffier in « l’Animation des territoires, les villages de vacances du tourisme social », l’Harmattan, 2006
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/433/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende « Une idée peut changer le monde » mur de la bibliothèque, Brisbane, Australie - 2009
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/433/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Légende « Heureux le peuple qui n’a pas besoin de héro » Murales Orgosolo, Sardaigne - 2013
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/433/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/433/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 957k
Légende « Représentation des relations entre Habitants et Bailleurs via l’interface centre social/gardien d’immeuble »Schéma interprétatif de l’auteur
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/433/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende « Un nouveau projet de ville ? »Rennes - 2011
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/433/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 296k

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search