Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Animer le territoire

 | 
Luc Greffier

1. Animer le Territoire

Texte intégral

1« Animer le territoire », un verbe d’action « animer » qui s’applique sur un complément d’objet « territoire ». Mais quel est cet objet ? Comment aborder cette notion de territoire alors qu’elle est aujourd’hui employée par de multiples opérateurs pour signifier des réalités souvent fort dissemblables ?

1.1 Le territoire, un produit de la société

2Le territoire est une notion géographique qui apparaît dans les travaux scientifiques de cette discipline au cours des années quatre-vingt (Claude RAFFESTIN, Marcel RONCAYOLO, Roger BRUNET, André FREMONT… en seront entre autres les promoteurs). Puis le terme et ses nombreuses déclinaisons (territorialité, territorialisation, terroir…) vont envahir le champ lexical de la géographie avant de poursuivre leurs diffusions vers d’autres champs, ceux des politiques et de l’action publique, du tourisme, de l’action sociale, etc., au point que l’on peut dire que la notion est présente pratiquement partout…

3Aujourd’hui encore, le terme de territoire reste très vivace, au point que l’on voit fleurir l’expression « nouveaux territoires ». Cette nouveauté n’est pas pour autant toujours garante d’innovation ou de modernité mais se limite parfois à de simples effets d’annonce ou d’image, alors qu’elle est par ailleurs objet de recherches, de réflexions ou de séminaires en lien avec les évolutions de notre société :

  • Bernard JOUVE et Christian LEFEVRE ont retenu cette expression pour le titre de leur ouvrage : Villes, métropoles. Les nouveaux territoires du politique (1999) ;
  • en 2002, s’est tenue à la Friche de la Belle de Mai à Marseille, une rencontre internationale intitulée les « Nouveaux territoires de l’Art » ;
  • Jacques COMMAILLE, professeur en sociologie politique du droit et de la justice à l’ENS Cachan discute, dans le cadre d’une conférence programmée par l’Institut français des Pays-Bas, des « nouveaux territoires du droit », ou les rapports entre le droit et ses vertus politiques ;
  • le territoire vient encore enrichir le marketing avec les « nouveaux territoires des produits et des entreprises », ces produits ou entreprises « localisés » étant censés intégrer les caractéristiques et les valeurs « positives » associées à leur lieu d’origine, de fabrication ou d’implantation.
  • 2 France-Info, du 16 janvier : « the 46 places to go in 2013 ».

4Le territoire peut être également considéré en tant que label identitaire. Certaines Villes, certains Etablissements Publics de Coopération Intercommunale, certains Départements, etc. sont parfois appréhendés, par leurs cadres dirigeants qu’ils soient élus ou techniciens, comme s’ils étaient des objets à promouvoir, des « marques ». A ce titre, ils s’engagent dans de véritables stratégies marketing pour se faire connaître, se distinguer et séduire : Montpellier communique sur le fait qu’elle a été estampillée par le New-York Time2 comme la « Ville française la plus avant-gardiste », alors que Marseille se targue d’être considérée par ce même journal comme la « Capitale française », la 2ième ville au monde « à visiter en 2013 » dernière Rio de Janeiro, Paris étant quant à elle reléguée au rang de 46ième. Cette mise en « marque » du territoire se traduit également par des effets de lifting langagier de certaines appellations considérées comme désuètes : ainsi, pour transformer leur image supposée trop négative, le département de la Seine-Inférieure est devenu celui de la Seine-Maritime, la Loire-Inférieure s’est transformée en Loire-Atlantique et les Côtes-du-Nord en Côtesd’Armor… Sur ce même sujet, lors de la « bidépartementalisation » de la Corse en 1976, les deux nouvelles entités territoriales ont été nommées « Haute-Corse » et « Corse du Sud », les termes « Corse du nord » ou « basse Corse » pouvant être connotés négativement.

5Pour le juriste Pierre LEGENDRE (1978), la racine étymologique latine du territoire, « jus terrendi », fait référence au droit de terrifier. Le territoire est ici considéré comme l’espace sur lequel s’exerce un pouvoir, celui parfois violent du seigneur sur ses serfs, du roi sur ses sujets, celui parfois autoritaire de la république sur ses citoyens (cf. la loi Le CHAPELLIER du 14 juin 1791, qui interdit toute forme de rassemblement, de corporation, de compagnonnage, le décret d’ALLARDE ayant quant à lui proscrit quelques semaines avant, au mois de mars 1791, les syndicats et les mutuelles).

6Partant de ce principe, si l’on cherche à identifier le territoire, il faut donc d’une part, chercher de la terre et d’autre part, identifier le/les pouvoir(s) qui s’exerce(nt) sur celle-ci.

7Cette conception du territoire, qui considère celui-ci comme un espace gouverné, fait lien avec la définition du territoire telle que la propose l’éthologie. Cette science du comportement animal définit en effet le territoire comme « un espace plus ou moins exclusif marqué et défendu en permanence par un individu ou un groupe d’individus. Sa fonction est d’apporter à l’individu ou au groupe d’individus une certaine sécurité pour y accomplir des tâches qui induisent une perte ou une diminution de la vigilance comme le repos, l’alimentation, la reproduction, l’élevage de la progéniture » (T. MALMBERG, 1980).

8En référence à cette conception éthologique du territoire on peut dire, comme l’a fait le géographe californien Edward W. SOJA (1971) que l’homme est un animal territorialisé. On peut aussi distinguer le territoire animalier du territoire humain en ajoutant, avec Claude RAFFESTIN (1987), que l'homme est un animal sémiologique, c’est-à-dire qu’il communique par signes, et donc sa territorialité est conditionnée par les langages, les systèmes de signes et les codes sociaux et culturels propres à sa culture. L’homme est en même temps objet et sujet du territoire. « Nous construisons nos maisons, et après se sont-elles qui nous construisent ». Le territoire ne peut ainsi être réduit à un simple décor, il possède des capacités influentielles, il interagit avec chacun, il nous conditionne en même temps que nous en acceptons progressivement ses impressions et ses réalités. Il faut ainsi toute la puissance du voyage, du dépaysement, pour prendre conscience des réalités territorialisées qui nous entourent, réalités qu’il nous arrive parfois de considérer comme universelles. Il en est ainsi pour des objets du quotidien, tels les signaux lumineux de circulation des passages piétons qui nous donnent une représentation normalisée de « l’homme traversant une rue ». Cette représentation, que l’on pourrait penser unique de par le monde, tout en restant dans des codes restreints de couleurs (verte et rouge), est aussi empreinte de distinction.

Exposition urbaine « Les passages piétons dans le monde » New-York. - 2011

9Le territoire ainsi illustré par cet « objet urbain » est celui des routines du quotidien, cet espace régulièrement fréquenté au point que des formes d’automatismes se mettent en place, au point que s’effacent les aspérités de nos cheminements, au point d’une banalisation de l’environnement. Certaines expressions populaires mettent en exergue ces routines. Untel va dire que « sa voiture connait le chemin », un autre marchera en « mode automatique » dans le labyrinthe d’un métro ou d’un réseau de transport en commun… Ainsi, nous nous adaptons à notre environnement, nous en intégrons les réalités et les contraintes jusqu’à l’acceptation de celles-ci. Il ne nous viendrait peut-être pas à l’idée de nous installer ou d’acheter une maison sous le dôme d’un volcan, pourtant un million de Napolitains vivent sous le Vésuve. Un Américain consomme plus de 600 litres d’eau par jour, un Français pratiquement 250 litres, un Malgache quelques litres, sans qu’aucun n’estime qu’il en a trop ou pas assez (données CNRS, dossier scientifique sur l’eau).

10La notion de territoire appliquée à l’homme a été approchée par Michel LAMY sous la forme d’enveloppes concentriques, qui, telles les pelures d’un oignon, se dessinent autour de chacun d’entre nous. Celui-ci distingue trois échelles : celle des enveloppes individuelles, celle des enveloppes sociales, et celle des enveloppes globales.

11La première des enveloppes individuelles est la peau. Celle-ci fait depuis toujours l’objet d’attentions multiples et évolutives avec l’histoire. On peut évoquer ici tout ce qui fait référence aux parfums, bronzage, toilette, entretien, cosmétique, maquillage, tatouage, intervention esthétique, piercing, scarification, etc. qui sont autant de marqueurs individuels, qui disent des choses sur chaque individu et sur la société dans laquelle il vit, même si ce qui « est dit » se résume parfois à un effet de style. Ainsi, la valeur symbolique du teint de peau a évoluée au fil de l’histoire, du blanc poudré des cours royales du XVIième siècle, au bronzage cuivré contemporain. Ces deux idéaux esthétiques sont une mise en scène d’une dimension symbolique distinctive, la peau blanche distinguant le noble du paysan halé par les travaux des champs, la peau bronzée distinguant à son tour celui qui est partie en vacances au soleil de ceux qui sont restés confinés sur leur lieu de travail éclairé au néon…

12La deuxième enveloppe individuelle est celle constituée par la vêture. Le vêtement en effet, au-delà de ses fonctions de protection diverses (froid, chaud, humidité, vent, etc.) est aussi un élément de personnalisation, d’individualisation, de différenciation. Il est également vecteur de reconnaissance (uniformes, tenues sportives, cravates, etc.) autant qu’un indicateur géoculturel : un cache-poussière en toile, un pull en laine Shetland, une veste en poil de yack, un sari en soie, une djellaba en poil de chameau, une parka en peau, etc., sont autant d’indices qui peuvent révéler une origine particulière de celui qui les porte. Le vêtement s’inscrit ainsi dans un contexte environnemental, social et culturel, on ne s’habille pas de la même façon en fonction du climat, des lieux que l’on fréquente, des gens chez qui on va. L’habillement est à lui seul une sémiologie complexe bien que visible par tous, tout au moins pour les couches superficielles, les sous-vêtements restant le plus souvent réservés à l’espace privé et intime, alors que le maillot de bain, qui en adopte les contours, s’exhibe dans l’espace public.

13La troisième enveloppe individuelle est celle qui concerne l’espace personnel. Cet espace est celui qui fait le plus référence à la territorialité animale. Pour Gilles DELEUZE et Felix GUATTARI, la notion même de territoire renvoie à la délimitation pour chacun de cet espace personnel constitué d’espaces de vie, de pensées et de désirs, un espace qui marque aussi la distance avec les autres et distribue « un dedans et un dehors » en termes d’appartenance. Ainsi, l’homme recherche à préserver une zone de proximité de laquelle il exclut l’autre, un espace vital définit par SOMMER (1965) comme « la distance qu’un organisme place habituellement entre lui et un autre organisme ». Cette distance interactionnelle est variable en fonction :

  • des situations perçues, on restera plus à distance lorsque l’on perçoit une situation de danger réel ou imaginaire, physique ou symbolique ;
  • des situations sociales, la distance de référence dans un bus ou une rame de métro bondés n’est pas la même que celle qui s’établit dans un espace ouvert comme une place de village ou une plage en bord de mer ;
  • de l’âge du sujet. Cet espace est selon les travaux d’Edward Twitchell HALL, absent chez l’enfant, il se construit chez l’adulte pour ensuite diminuer chez les personnes âgées).

14Cet espace vital intègre, selon cet anthropologue américain, quatre échelles de distances mobilisées en fonction des circonstances : celle de l’intime, celle individuelle, celle sociale et celle publique.

15Cette interprétation de l’espace vital nous permet de faire une transition entre les enveloppes individuelles évoquées précédemment et les enveloppes sociales.

16La première enveloppe sociale est celle du « domos » de la maison, de l’appartement, du mobil-home, de la yourte, de la tente, du carbet ou gazébo, etc. Cette niche écologique de l’Homme (LAMY), qui correspond à une partie de l’espace habité, peut être considérée comme une sorte de biotope dans lequel le sujet est loin d’être seul (de façon volontaire parce qu’il y vit avec des membres de sa famille, parce qu’il habite en collocation, parce qu’il cohabite de façon volontaire avec un ou plusieurs animaux dits domestiques, mais aussi de façon subie, par la présence d’insectes divers, d’araignées, de loirs, d’oiseaux ou chauve-souris dans les combles, etc.). Ce « domos », cette maison que l’on ouvre aussi aux proches, à des tierces personnes, est aussi le lieu où se renforcent les liens d’amitiés, où se tissent des liens sociaux. En Algérie, un proverbe populaire dit que l’on ne peut être trahi ou dénigré par quelqu’un que l’on aurait invité à manger chez soi, avec qui on aurait « partagé le sel ». Le « domos » lorsque sa configuration spatiale et son équipement l’autorisent, permet en effet d’organiser des repas familiaux ou amicaux, d’offrir un hébergement dans une chambre d’amis, ou d’accueillir un « couchsurfeur », labélisé ou pas.

17Cette « maison » s’ouvre dans certains cas sur un espace intermédiaire qui peut prendre à son tour différentes formes : jardin, terrasse, cour. Ces lieux, déjà dehors parce que soumis aux aléas de la météorologie, sont encore des « dedans », entourés de haies ou d’une grille, des lieux où l’on accueille des hôtes, où l’on tolère parfois l’intrusion du facteur ou du préposé aux compteurs d’eau, de gaz, d’électricité, ou à contrario, où l’on redoute au plus haut point l’intrusion d’inconnus (cf. photo ci-après).

18Ils constituent une extension de l’intériorité, une zone de transition de l’espace privé qui s’ouvre ainsi progressivement vers l’espace public, celui de la rue, du quartier, de la ville…

« Ne pas entrer, on tirera sur ceux qui pénètrent, on tirera aussi sur ceux qui survivent à la première salve »
photo prise à l’entrée d’un jardin particulier, 2013 - Sardaigne

19La deuxième enveloppe sociale est pour Michel LAMY celle de l’environnement rural ou urbain dans lequel est implantée la « maison ». Espace qui confirme l’instinct grégaire de l’humanité, « les hommes se rassemblent dans des villes pour vivre, ils y restent ensemble pour jouir de la vie » disait ARISTOTE. Cette enveloppe est celle qui marque le plus la transition entre l’espace privé et l’espace public, celle qui du hameau à la métropole incarne la « vie de quartier », celle qui fait ou défait les relations de voisinage.

20L’enveloppe suivante est celle de la région qui apparaît quant à elle comme le dernier espace connu, le dernier espace régulièrement parcouru et identifié. Cette enveloppe de « large proximité » est celle qui nous sépare de la dernière enveloppe constituée par le vaste monde, la biosphère dont dépend globalement notre existence, cet univers vivant « vaisseau de l’humanité », pour reprendre l’expression d’Albert JACQUARD (1987).

  • 3 Acronyme pour « Participation, Animation et Gouvernance Dans les Écoquartiers », programme financé (...)

21Le territoire, ainsi représenté sous forme d’enveloppes, sorte de marqueurs spatiaux qui tels des Matriochka s’emboitent les uns dans les autres pour déterminer une structure propre à chaque individu, peut être également appréhendé en tant que marqueur temporel. Pour Michel MARIE (1989) « le territoire, c’est du temps cristallisé » et, à ce titre, on peut dire que temps et territoire sont intimement liés. En effet, l’homme au cours de son histoire a transformé et continue de transformer, de qualifier et disqualifier les territoires. Et ces territoires ainsi anthropisés conservent comme une mémoire de ces transformations. Cette mémoire est rendue visible, par des effets ou des styles d’architecture, par des mises en scène urbanistiques, par des résidus, des ruines, des friches, etc. Cette mémoire peut également être racontée par des indicateurs invisibles si l’on considère par exemple les pollutions induites par certaines pratiques industrielles. Ce n’est pas inutilement que de nombreux projets de requalification urbaine (cf. programmes EcoQuartiers 2009 & 2011) incluent un volet de dépollution (ANR PAGODE3), ce n’est pas innocemment que le maire d’une commune de Gironde interdit, au grand étonnement des parents d’élèves, la pratique du jardinage dans la cours de récréation de son l’école. En l’occurrence, le sous-sol superficiel n’avait pas été totalement dépolluée lors de l’implantation de l’établissement sur le site d’une ancienne usine. On pourrait ainsi dire que le territoire raconte une ou des histoires, ou comme le dit l’écrivain Jean-Christophe BAILLY en parlant de la ville, que le territoire « écrit, partout, tout le temps, des phrases qui ne demandent qu’à être lues, déchiffrées, car (un territoire) c’est d’abord la lecture qu’en font tous ceux qui (le) parcourent : chaque passant est un lecteur, un interprète ». A ce sujet, les grecs anciens avaient deux façons de localiser les choses, ils parlaient de « topos », le lieu « où l’on est », qui a donné naissance à la topographie, la science descriptive et représentative des lieux, et ils parlaient également de « chôra » (BERQUE, 2012) terme qui s’est évanoui au fil de l’histoire et qui disait le lieu « d’où l’on est ». Cette appellation, « chôra », dont on trouve encore la trace sur certaines îles des Cyclades (Amorgos, Folégandros, Naxos…) pour nommer la bourgade « capitale ilienne », faisait donc référence à un lieu socialisé, un lieu faisant sens pour les individus, un lieu racontant des histoires tout en pouvant raconter l’Histoire.

« La Chora d’Amorgos »
D’après la carte touristique de l’île d’Amorgos

22Le territoire qui nous intéresse, est un produit de la société situé à la conjonction des relations, parfois appelées « gouvernance », qui se tissent entre différents acteurs dont l’Etat, les collectivités locales, les entreprises, les groupes sociaux et l’individu. Dire « l’individu » et non pas « les individus » doit nous laisser ici entendre que chacun élabore son/ses propre(s) territoire(s) construit(s) à partir de ses pratiques spatiales mais aussi à partir de ses représentations. Et ce territoire, patiemment élaboré, s’imprègne de qualités, développe des vertus libératrices ou contraignantes :

  • il libère lorsqu’il est un havre de paix, un espace de tranquillité ou de plénitude. A ce sujet, l’écrivain américain Armistead MAUPIN, l’auteur des « Chroniques de San Francisco » se laisse aller à dire en parlant de Russian Hill, le quartier où il habite : « Je vis dans un endroit où on peut commettre des erreurs et où elles sont pardonnées, il n’y a pas ici de pression sociale »4. Il libère encore lorsqu’il sert de tremplin vers d’autres ancrages ou expériences. Comme le professe l’écrivain et ethnologue malien Amadou HAMPATE BA (1901-1991) « jeunes gens (…) bien enracinés en vous-mêmes, vous pourrez sans crainte et sans dommage vous ouvrir vers l’extérieur, à la fois pour donner et recevoir… ».
  • A l’opposé, le territoire contraint, lorsqu’il enferme le sujet et le stigmatise au point de le disqualifier socialement. Telles ces personnes dont les demandes d’emploi peinent à aboutir parce que la seule adresse domiciliaire indiquée sur leur curriculum vitae laisse penser à leur éventuel employeur qu’elles ne peuvent correspondre au profil recherché. Ce serait alors pour tenter de limiter de tels effets qu’ont été pensées les politiques de villes qui, selon Denise HELLY (1999) « visent des habitants dont l’Etat admet qu’ils ne sont pas comme les autres, ou plutôt qu’ils ne vivent pas dans des quartiers comme les autres ».

23La construction complexe matérielle et symbolique du territoire a été bien explorée par Henri LEFEBVRE (1974) lorsqu’il a développé l’idée de la « triplicité » de l’espace. Cette « triplicité » est fondée sur l’articulation de trois notions géographiques : l’espace conçu, l’espace perçu et l’espace vécu.

24L’espace conçu est celui des planificateurs, des urbanistes, des ingénieurs, mais aussi des politiques et des administratifs lorsqu’ils sont à l’œuvre pour découper, localiser, créer des frontières, des zones de transit, fonctionnaliser pourrait-on dire aussi. C’est-à-dire affecter un ou des usages (habitations, commerces, loisirs, circulations…) à un espace donné, c’est-à-dire, pour reprendre une expression américaine, fabriquer du « zoning ». L’un des espaces les plus symboliques de cette conception de l’aménagement qui déconnecte les lieux d’habitation, de travail et de vie est celui du « mall » américain, du centre commercial, dont « Aéroville » sera peut-être l’une des formes françaises les plus abouties : « Futur centre-ville du Nord Parisien » qui selon ses concepteurs doit être « un lieu exceptionnel pour satisfaire ses envies de shopping, de découverte ou de flânerie, un véritable théâtre de sensations ».

  • 5 IUT Michel de Montaigne, Université de Bordeaux 3.

25Cet espace conçu est l’espace dominant dans les sociétés modernes au point qu’il devient une référence incontournable pour localiser des pratiques professionnelles y compris de l’animation. Lorsque des étudiants de licence professionnelle « coordination de projet de développement social et culturel en milieu urbain5 » rencontrent, dans le cadre d’un travail de recherche-action, le directeur des « Chantiers de Tramasset », une association de l’économie sociale et solidaire qui a réinvesti un ancien chantier naval sur les rives de la Garonne, ce directeur leur situe le chantier selon trois échelles. D’abord sur le territoire du syndicat mixte du « Pays Cœur Entre-deux-Mers », ensuite sur celui de la communauté des communes du « Vallon de l’Artolie », et enfin sur celui de la commune de « Le Tourne ». Il inscrit ainsi son équipement dans un emboitement « gigogne » conçu par ces trois découpages administratifs, chacun mobilisant des compétences propres.

26Cet espace conçu est aussi celui pour lequel le pouvoir, l’imposition, s’exerce de la façon la plus puissante, au travers de multiples réglementations, telles celles décrites par les Plans Locaux d’Urbanisme (PLU), par les Schémas de COhérence Territoriale (SCOT) ou encore, sur un autre registre, par les Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF). C’est principalement l’espace conçu qui dicte, par voie réglementaire et parfois répressive, certaines de nos pratiques, certains de nos comportements, qui régule nos relations au monde et à autrui.

27La notion d’espace perçu, développée par Emile DURKHEIM (1912), fait référence à un espace qui résulte quant à lui des représentations et des activités humaines. L’espace apparaît ainsi comme perçu à travers les filtres sociaux propres à chaque individu. Cela se traduit par des formes représentatives de l’espace qui varient en fonction des cultures, des sociétés, des peuples, mais aussi en fonction de cycles temporels. Un même lieu ne sera pas perçu de la même façon tout au long d’une année ou d’une journée. Les conditions d’éclairage, de température, la présence ou l’absence d’autres usagers modifient les impressions ressenties. Cet espace perçu est en fait construit par chacun au travers d’un double filtre, celui de sa culture et celui de son environnement, articulation des valeurs psychologiques qui y sont projetées, « images que l’homme se fait de l’espace » (BAILLY & BEGUIN, 1990). La montagne ou la mer, avant d’être pour nous des lieux de vacances, de loisirs sportifs, etc., connotés positivement pour leurs valeurs de nature, de pureté et d’immensité, ont d’abord été les lieux chargés d’images négatives, des lieux qui abritaient les démons, « le diable a rassemblé les montagnes dans les Alpes pour libérer la plaine des Flandres ». Un autre exemple, illustrant cette interprétation de l’espace perçu pourrait être celui du jardin, cet espace intermédiaire ou transactionnel entre le dedans et le dehors. On peut remarquer à ce sujet les extrêmes différences de conception et d’aménagement qui existent entre un jardin à l’anglaise, à la française, à la chinoise (Feng Shui, de vent et d’eau) ou encore à la japonaise (Nihon Teien). De chacun de ces jardins, on peut regarder les trois autres avec un sentiment d’exotisme ou de rejet.

« Quatre représentations du jardin »

28On peut également s’interroger sur les usages réels ou fantasmés qui sont associés à ces jardins, du plus contemplatif, jardin d’agrément, espace d’apaisement où se pratique la marche tranquille, au plus utilitaire, quand celui-ci devient un lieu de production vivrière. A ce sujet, il nous faut noter que l’engouement actuel pour les jardins partagés (D’ANDREA & TOZZI, 2011), qui n’ont parfois de partagé que leur nom, tend à modifier nos représentations de l’espace vert urbain, de la « nature en ville ». Se joue ici la transformantion de l’espace du jardin public contemplatif, le lieu des promenades rituelles, des rogations urbaines familiales dominicales, en un espace dédié plus ou moins partiellement à la production de légumes, d’aromatiques, de condiments, plus rarement de fruits, le temps long et permanent de l’arbre n’étant pas toujours synchronisé avec le temps court du projet de jardin vivrier urbain. Dans une société de consommation exacerbée, l’image utilitariste du jardin productif revient en force, sa fonction nutritive est mise en scène, et nous pouvons l’interpréter en tant que processus d’appropriation de l’espace public par les habitants, par les riverains, comme la traduction d’un désir inconscient de « manger le territoire ».

29L’espace vécu, popularisé par André FREMONT dans son ouvrage intitulé « La région, espace vécu » (1976), est celui des pratiques spatiales et sociales des individus. Il est celui des parcours et des réseaux quotidiens liés au travail, mais aussi aux relations sociales familiales ou amicales, à la consommation, aux loisirs et aux vacances. L’espace vécu est celui qui nous permet d’appréhender de façon concrète, directe et sensible le monde, les échelles d’appréhension étant extrêmement diversifiées d’un individu à l’autre, des plus circonscrites (la maison, la rue, le quartier, la ville…) aux plus larges (le pays, le continent, le monde et pour quelques rares privilégiés, l’Espace terrestre proche de l’apesanteur). L’échelle régionale, au sens administratif du terme, incarne quant à elle la limite entre l’espace connu banalisé, plus ou moins régulièrement parcouru, et l’espace méconnu de l’immensité, de l’aventure, du vaste monde qui reste à découvrir.

« Représentation schématique de l’espace vécu », réalisation Guilhem Greffier

30Cet espace vécu intègre en fait deux expériences spatiales complémentaires :

  • celle qui fait référence à l’espace de vie, défini comme l’ensemble des lieux fréquentés par l’individu (FREMONT, 1984) : il se confond pour chaque sujet avec l’aire des pratiques spatiales, il se compose de lieux attractifs entre lesquels se dessinent des couloirs de circulation, les « non-lieux » tels que les évoque Marc AUGE (1992) ;
  • celle qui concerne l’espace social, constitué des interrelations qui se nouent au sein de l’espace de vie, imbrication de lieux et de rapports sociaux structurés soit de manière spatialement continue, soit dispersés et organisés sous forme de réseaux. La notion d’espace social nous dit qu’il ne suffit pas à l’individu d’être localisé « quelque part », mais que se pose la question des relations humaines qu’il est en mesure de nouer à partir de ce « quelque part ». Deux façons d’appréhender les relations qui se tissent entre l’espace social et les rapports sociaux peuvent être alors considérées. Pour certains, l’espace social serait un simple cadre dans lequel se joueraient des rapports sociaux, pour d’autres il serait un facteur explicatif des phénomènes sociaux (DI MEO, 1997), l’espace exerçant dans ce second cas comme une « puissance d’action » sur les pratiques sociales.

31Finalement, les espaces perçu et vécu peuvent être considérés tous deux comme la somme des représentations, des pratiques et des connaissances environnementales de chaque individu. Ils constituent ce que l’on appelle parfois l’espace anthropisé (au sens de l’appropriation idéelle ou matérielle qui est faite de ces espaces par chacun). C’est la mise en tension de cet espace anthropisé (propre à chaque individu) avec l’espace conçu (institutionnalisé), qui participe à l’élaboration de la notion d’« habiter ». Cette notion, a été explorée notamment par la philosophie d’HEIDEGGER qui considérait cet « habiter » comme notre « façon d’être au monde », comme une activité constitutive de l'être humain.

32De cette mise en tension de l’espace conçu avec l’espace anthropisé peut parfois émerger des difficultés telles celles révélées par un simple évènement météorologique :

Il a fait beau en Gironde les samedi 13 et dimanche 14 avril 2013. Le journal Sud-Ouest du lundi suivant relatait cette situation météorologique tout en mettant en exergue le décès par noyade de deux personnes sur les plages de Gironde au cours du week-end. Il y a eu également au cours de ces deux mêmes journées une dizaine de rescapés, sauvés de justesse de la noyade par des surfeurs. Selon la météo la saison balnéaire avait bien commencée, alors que selon l’Etat, la saison estivale est sensée commencer le 1° juillet avec l’arrivée des « Maîtres-nageurs Sauveteurs - CRS ». Pour faire face à cette situation, qui se traduit par une disparité des dispositifs de surveillance des plages en fonction des communes du littoral, certains élus locaux ont demandé une participation financière à la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB) située à 60 km de l’océan. Leur argument principal étant de dire que c’est majoritairement les habitants originaires de ce territoire qui se « déversent » lors des week-ends ensoleillés de présaison sur les plages de l’Atlantique. Et ils n’ont sûrement pas tort si l’on prend en compte les 4 heures de bouchons constatés le dimanche soir du 14 avril entre Lacanau et Bordeaux. Et pourtant, les élus de la CUB ont refusé cette participation.
Constat est fait que les territoires vécus de loisir des uns ne se limitent pas aux territoires conçus administratifs des autres, qu’il y a une césure spatiale qui génère des tensions liées à une disjonction des territoires, disjonction récurrente lorsque l’on parle de politique et d’aménagement local et qui doit nous amener à nous interroger sur l’échelle de territoire pertinent pour chaque situation.

  • 6 In la Géographie, n° 1 nouvelle formule (n° 1528), un désir d’îles, pp. 11-20.

33Cette confrontation entre espace conçu et espace anthropisé peut être également mise en évidence par un travail d’investigation fondé sur l’utilisation des « cartes mentales ». On peut considérer cet outil méthodologique comme un des moyens d’expression des représentations territoriales les plus faciles à mettre en œuvre : « Demandée de façon imprévue à un individu sans qu’il puisse avoir recours à une documentation, la carte mentale concerne un espace qu’il doit dessiner tel qu’il se le représente au moment où il est interrogé »6. A ce titre, la carte mentale n’est pas une carte géographique, au sens où celle-ci ne cherche pas à restituer la réalité d’un espace, mais la représentation que s’en fait le dessinateur. La carte mentale n’est pas le territoire, elle est par contre un excellent moyen pour interpréter et regarder la réalité : « Spontanéité et subjectivité sont les deux conditions fondamentales qui doivent présider à sa réalisation si l’on veut saisir à travers elle la perception, le sens des lieux et l’organisation du territoire propres à l’auteur de la carte » (Ibid.).

34Menée à bien par des étudiants de l’IUT Michel de Montaigne, une démarche d’investigation a été réalisée dans le quartier Saint-Michel à Bordeaux. Différents profils de publics ont été sollicités, les différentes frontières dessinées ont été intégrées « bien que différentes les unes des autres, les cartes mentales d’un espace donné ont souvent une valeur collective par rapport au groupe social auquel appartient l’individu sollicité » (Ibid.), et les résultats ont ensuite été reportés sur un plan urbain (cf. carte ci-après).

35Ce travail met en exergue la différenciation spatiale entre la réalité administrative du quartier (espace conçu) et les réalités socio-spatiales des deux groupes d’habitants interrogés. Ce même travail, reproduit à 5 ans d’intervalle montre également une évolution des limites socio-spatiales du quartier telles que perçues par les groupes d’habitants. Une des hypothèses de cette évolution pourrait être liée à l’installation par la mairie d’un espace sportif urbain en limite nord du quartier et le déplacement de la zone de marché vers cette même limite nord.

« Disjonction des territoires représentés par des groupes de résident du quartier Saint-Michel à Bordeaux »
Carte réalisée par des étudiants, IUT Michel de Montaigne

36Aux yeux des géographes, l’habiter désigne le processus dialectique de construction réciproque des individus et des sociétés par l’espace (thèse du déterminisme spatial) et en retour de l’espace par les individus et les sociétés. L’habiter est cette façon d’« être présent au monde et à autrui » (PAQUOT, 2007).

37L’habiter ne se limite donc pas au fait de se loger, l’habiter doit être considéré comme une extension du logement. L’habiter constitue à ce titre l’ensemble des lieux de vie mais aussi l’ensemble des éléments d’appréhension du monde, qu’il soit matériel ou virtuel. Habiter, c’est aller d’un lieu vers un autre, c’est aussi, de façon induite, être capable de maîtriser les mobilités physiques et les outils mis à notre disposition par les technologies de l’information et de la communication, cet univers immatériel qui abolit les distances, compresse le temps et virtualise plus ou moins exclusivement les relations sociales au risque parfois d’une déconnexion avec le monde réel.

38L’habiter traduit donc les rapports que l’homme entretient avec l’environnement, l’espace est ici comme un lieu commun, parce qu’on y vit, qu’on le parcourt et qu’on en parle : « mais ce n’est pas une sorte de scène vide où n’importe quoi pourrait arriver, au contraire l’espace est ce qui s’y passe…

Mais qu’est-ce que se passer ?
C’est avoir lieu justement » (GUILBAUD, 1979).

39Ainsi l’action et l’espace sur lequel se déroule cette action sont liés. Il faut « habiter » pour pouvoir « agir », revendiquent de nombreux acteurs du développement territorial tels ceux qui défendent la démarche « Stimuler le Territoire par l’Emploi et le Projet (STEP) ». Selon le réseau des Associations de Formation et d’Information Pour le développement d’initiatives rurales (AFIP), agir sur le territoire passe par une approche de proximité qui permet de créer et soutenir des dynamiques locales en s’appuyant sur les ressources elles-mêmes locales et en s’inscrivant dans une logique de réseau et de coopération.

40Deux représentations de cet espace habité, territorialisé, peuvent être opposées. La première représentation fait référence à un espace continu qui serait borné par sa frontière, tel le limès qui définissait les contours de l’empire romain, les murs qui encerclaient la ville féodale, le rivage qui détoure l’île, la haie qui borne le pavillon, etc. La seconde représentation est construite sur l’idée d’un espace discontinu, en forme d’archipel tels les comptoirs grecs, constitué par un ensemble de pôles identifiés reliés par des réseaux de circulation et de communication.

  • 7 Nom donné aux habitants du Vanuatu, anciennement Nouvelles Hébrides, archipel mélanésien situé au (...)

41Cette double représentation de « l’habiter » est à la fois bien présente mais aussi synthétisée dans la mythologie et les coutumes (kastom) des ni-vanuatu7, qui considèrent au travers du symbole de « l’arbre et la pirogue » (BONNEMAISON, 1986, T1) les deux composantes d’un même concept : l’arbre immobile enraciné et la pirogue qui en est extraite et incarne ainsi la mobilité. L’arbre est aussi dans la « kastom », la métaphore de l’homme, « Comme le paysage est ponctué d’arbres, l’espace est parsemé d’hommes-lieux ». Alors que l’enracinement est une valeur essentielle pour le peuple mélanésien, « si les lieux font les hommes, ce sont les routes qui font les lieux », il n’en est pas moins autant « un peuple de voyage que de racine, un peuple de lieu qu’un peuple de routes ». Un peuple constitué « d’hommes lieux et d’hommes flottants » (BONNEMAISON, 1986, T2).

  • 8 Ouvroir de Cartographie Potentielle, en référence à l’OuLiPo.

42L’habiter est ainsi cette conjonction entre racine et mobilité, entre sédentarité et voyage, entre capacité à cultiver sa terre et enrichir sa connaissance du monde. L’habiter apparait comme le lieu des interactions qui se tissent entre spatialité, historicité et socialité. L’habiter est le lieu où l’on est (au sens spatial du terme), sans pour autant sombrer dans l’« icitude », cette mystérieuse notion mise en avant par l’OuCarPo8, qui se matérialise sur les plans via le pictogramme « vous êtes ici ». L’habiter est aussi le lieu où l’on est (au sens existentiel du terme) : sur le fronton de la maison des métallos (Paris 11ième) était inscrit en avril 2012, durant l’exposition de Malte MARTIN : « Ici tu es » et puis, plus loin, dans le passage qui même aux salles du centre culturel, « ailleurs ».

« Ici tu es… » Maison des métallos, Paris - 2012

1.2 Modélisation et contestation du territoire

  • 9 Ancien directeur de l’Unité Mixte de Recherche, Aménagement, Développement, Environnement, Société (...)

43Cette complexité du territoire humain a bien été étudiée et appréhendée par le géographe Guy DI MEO9 qui a élaboré un modèle de représentation et d’analyse du territoire, la « Formation Socio Spatiale » (FSS). Ce modèle est fondé sur quatre instances : géographique, idéologique, économique et politique, c’est-à-dire quatre ensembles de structures, quatre systèmes offrant chacun des liaisons internes et solidaires entre leurs éléments, entretenant aussi de l’un à l’autre de solides relations d’interdépendance (DI MEO, 1997). Ces quatre instances se soudent en deux couples « de manière à camper une infrastructure (géographique et économique) sorte de substrat matériel des lieux considérés et une superstructure (politique et idéologique) pure abstraction qui regroupe de manière tout à fait fictive les idées, les images et les pouvoirs, la mémoire collective et les représentations sociales qui régissent les groupes humains dans leur inévitable rencontre avec les lieux. L’ensemble agit comme un artifice, une fiction commode par laquelle nous décomposons, selon une méthode analytique et descriptive, la réalité sociale et territoriale, par nature insécable » (DI MEO, 1997). Ces quatre instances autonomes et complémentaires s’agencent telles les pièces d’un puzzle pour donner une réalité au territoire (cf. illustration ci-après).

« Représentation du territoire », d’après le modèle de la Formation Socio Spatiale de Guy Di Méo, réalisation Marina Estève, IUT Michel de Montaigne

44Ce modèle de la Formation Socio Spatiale présente en outre l’intérêt « d’être en capacité de modéliser des espaces d’échelle et de forme variées, tout en pouvant s’appliquer à des réalités territoriales plus ou moins affirmées ». A ce titre, sa géométrie variable et sa capacité protéiforme étendent son utilisation potentielle à toute entité spatiale y compris la plus étroite telle celle localisée à l’échelle d’un équipement d’animation, d’un quartier, d’une commune, etc., références spatiales souvent pratiquées et investies par les animateurs professionnels. Concernant spécifiquement l’animation professionnelle (voir partie 2), le modèle semble convenir également car il présente une double capacité : celle d’absorber par le filtre de chacune des instances la dimension temporelle, dimension « consubstantielle de toutes les instances, de tous les espaces, de tous les territoires » et celle d’intégrer de manière transversale la dimension sociale. Cette dimension est en effet l’essence même de la superstructure qui partagée entre instance politique et instance idéologique devient le creuset des représentations du monde et de la société et se révèle être « un cadre souple, dynamique et actif, à la fois social et territorial » (DI MEO, 1997).

45Mais le « Territoire » qui semble ici faire autorité, est en fait très loin de faire l’unanimité. Comme cela est souvent le cas, plus le processus de diffusion de la notion s’est amplifié, plus son utilisation a été critiquée, parfois même jusqu’à sa négation : « La fin des territoires » écrira en 1995 Bernard BADIE, (l’argumentation étant construite autour de trois constats : la mondialisation, la fin de la bipolarité, la crise des Etats) ; de son côté Paul VIRILIO dans « L’espace critique », met en tension le temps local chronologique et le temps mondial de l’immédiateté, pour nous convaincre que la décision échappe à la distance, à la proximité, au territoire ; Martin VANIER (2013) interroge « La métropolisation ou la fin annoncée des territoires ? » ; alors que Denis RETAILLE développe quant à lui les concepts d’espace nomade ou d’espace mobile qui effacent la territorialité matérielle.

46Cependant, comme le dit Michel SERRES, si « nous tenons avec notre smartphone le monde en main », il n’empêche que cette conception globalisante de notre environnement a besoin des territoires pour se matérialiser, se localiser.

47La disparition annoncée du territoire est aussi celle de sa dissolution en lui-même, dans ce que Bruce BEGOUT appelle la « Suburbia », dont l’archétype est Los Angeles, cette agglomération constituée de banlieues infinies où sont massés les habitants des sociétés contemporaines. Et c’est, selon le philosophe, pour résister à la dissolution territoriale de l’espace public, que ces habitants reconstruisent des lieux où ils peuvent se reconnaitre, ces « Gated Communities » ou CIB (Common Interest Developments). Ces projets résidentiels, qui apparaissent comme une volonté de s’extraire de toute relation hiérarchisée à la ville administrative (ne pas lui verser d’impôts) constituent des communautés fermées qui fuient les autres gens, rassemblent des personnes désireuses de se retrouver entre soi, partageant les mêmes valeurs (sécurité, tranquillité de voisinage, etc.) ou les mêmes constats d’appartenance (âge, classe sociale, etc.)

48La fin des territoires peut être également annoncée de façon plus ambivalente : Dominique PAGES (1997) publie « de la fin des territoires à l’ambiguïté de leur réinvention » ; Benoit ANTHEAUME et Frédéric GIRAUT (IRD, 2005) écrivent « le territoire est mort, vive les territoires », le territoire à l’instar du phœnix renaissant de ses cendres.

49Pour d’autres, le territoire devient sujet agissant, résiste, au sens où celui-ci devient indocile. Ainsi, Alain PENVEN, dans son ouvrage « Territoires rebelles : intégration et ségrégation dans l’agglomération rennaise » (1999), propose, dans le cadre d’une recherche en géographie urbaine et sociale, une analyse des phénomènes de précarité et de leur traitement dans le cadre de ce qu’on appelle communément les politiques de la ville et du développement social urbain.

50Jusqu’alors déterminée par l’écoulement du temps, la fin du ou des territoires peut également faire référence à la fin spatiale de celui-ci : où le territoire s’arrête-t-il ? Il semble en effet difficile d’évoquer la notion de territoire sans parler des frontières qui bornent celui-ci. Cette notion de frontière et les limites au sens spatial et social qu’elle engendre, est particulièrement bien mise en scène par Robert GEDIGUIAN dans son film « L’argent fait le bonheur » (1992). Cette chronique populaire se déroule dans une cité des quartiers Nord de Marseille où deux jeunes « chefs de bande » rivaux s’affrontent et tracent à la peinture sur les murs et au sol une ligne jaune qui coupe en deux la place située au pied des immeubles. Une façon concrète de délimiter leur territoire respectif :

51Le premier annonce violement au second : « - Maintenant on est d’accord, chacun chez soi, toi là-bas et moi ici, personne de chez toi ne dépasse la ligne », et le second de répondre sur le même ton : « personne de chez toi non plus… »

  • 10 Jean-Jacques ROUSSEAU, Du contrat social ou principes du droit politique : p. 361, vol. 3, Œuvres (...)

52Ainsi le territoire apparait-il comme un objet protéiforme, si nous devions retenir une seule chose ce serait qu’il est une utopie concrète et bien vivante, mais une utopie complexe qui n’existe pas en soi. Le territoire, bien plus qu’un concept géographique n’existe que parce qu’il y a des hommes qui le font vivre, qui le transforme, se l’approprient. Si comme l’écrivait Jean-Jacques ROUSSEAU, ce sont « Les maisons (qui) font la ville », ce sont avant tout « les citoyens (qui) font la cité »10. Ce territoire ne doit être ni essentialisé, ni oublié : il agrège en même temps des caractéristiques matérielles et symboliques, il joue une fonction identitaire indéniable, tout en pouvant être porteur de dynamiques sociales exemplaires ou a contrario présenter des inerties insurmontables. Si l’on considère que le territoire peut-être plus ou moins « vivant », plus ou moins animé, on peut aussi envisager l’appréhension du territoire à partir de cette notion « d’animation ». C’est ce que nous nous proposons d’aborder dans les pages qui suivent.

Notes

2 France-Info, du 16 janvier : « the 46 places to go in 2013 ».

3 Acronyme pour « Participation, Animation et Gouvernance Dans les Écoquartiers », programme financé par l’ANR dans le cadre de l’appel à projets « Ville durable » (2010-2013) et conduit par une équipe de chercheurs de l’UMR CNRS 5185 ADESS. http://pagode.hypotheses.org/

4 Les carnets de route de François BUSNEL, Rosebud production, 2011-2012.

5 IUT Michel de Montaigne, Université de Bordeaux 3.

6 In la Géographie, n° 1 nouvelle formule (n° 1528), un désir d’îles, pp. 11-20.

7 Nom donné aux habitants du Vanuatu, anciennement Nouvelles Hébrides, archipel mélanésien situé au nord de la Nouvelle-Calédonie.

8 Ouvroir de Cartographie Potentielle, en référence à l’OuLiPo.

9 Ancien directeur de l’Unité Mixte de Recherche, Aménagement, Développement, Environnement, Société, Santé, n° 5183 du CNRS.

10 Jean-Jacques ROUSSEAU, Du contrat social ou principes du droit politique : p. 361, vol. 3, Œuvres complètes, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 5 vol., 1959-1995.

Table des illustrations

Légende Exposition urbaine « Les passages piétons dans le monde » New-York. - 2011
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende « Ne pas entrer, on tirera sur ceux qui pénètrent, on tirera aussi sur ceux qui survivent à la première salve »photo prise à l’entrée d’un jardin particulier, 2013 - Sardaigne
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/431/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende « La Chora d’Amorgos »D’après la carte touristique de l’île d’Amorgos
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/431/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Légende « Quatre représentations du jardin »
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/431/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende « Représentation schématique de l’espace vécu », réalisation Guilhem Greffier
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/431/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende « Disjonction des territoires représentés par des groupes de résident du quartier Saint-Michel à Bordeaux »Carte réalisée par des étudiants, IUT Michel de Montaigne
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/431/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende « Ici tu es… » Maison des métallos, Paris - 2012
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/431/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende « Représentation du territoire », d’après le modèle de la Formation Socio Spatiale de Guy Di Méo, réalisation Marina Estève, IUT Michel de Montaigne
URL http://books.openedition.org/cse/docannexe/image/431/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540