Version classiqueVersion mobile

Autour de l'animation sociale et socioculturelle en France et en Espagne / Alrededor de la animación social y socio-cultural en Francia y España

 | 
Luc Greffier

3° Partie : L'animation et le rapport à l'autre, culture, langage, médiation ? / La animación y la relación con el prójimo, la cultura, el idioma, la mediación ?

Changements sociétaux et évolutions des pratiques professionnelles de l’animation. De l’importance des langues dans l’animation

Jorge Ibanez

Texte intégral

1Lors des rencontres bilatérales entre Aquitaine et Aragon le thème choisi, se référait aux changements sociétaux et à l’évolution des pratiques professionnelles de l’animation et plus particulièrement, en ce qui nous concerne, aux « nouvelles compétences ». Une réflexion sur l’importance des langues dans l’animation y a toute sa place. Cette réflexion s’inspire et s’appuie d’une part sur ma pratique de l’enseignement des langues, d’une manière générale d’abord, mais également dans un Institut Universitaire Technologique tourné vers les carrières sociales et notamment vers l’animation socioculturelle, et d’autre part sur l’expérience que j’ai acquise dans l’animation. Cette double expérience m’a amené à m’interroger sur cette pratique et à réfléchir sur la place des langues dans la formation des nouveaux animateurs et de façon plus générale, sur la place qu’elles occupent dans l’animation par rapport aux nouvelles compétences nécessaires et face aux derniers changements sociétaux et donc aux nouveaux enjeux de l’animation.

2Pour introduire mon intervention, j’aimerais commencer par reprendre ici les mots prononcés, au XVème siècle, par Antonio de Nebrija, grand intellectuel et linguiste espagnol, lorsqu’il est venu présenter à Isabel de Castilla, la première grammaire d’une langue « vulgaire », le castillan : «Majestad, siempre es la lengua compañera del imperio, sirve para identificar a un pueblo y unir a todas sus gentes. Y nadie sabe hasta donde puede llegar esta lengua».

3Antonio de Nebrija au XVème siècle, donne déjà une place prépondérante à la langue castillane et en décrit le rôle dans la construction de l’identité d’un peuple ainsi que dans la formation de son unité. Il va plus loin, il pressent sa future importance et se projette dans l’avenir, annonçant la diffusion et la propagation de celle-ci de part le monde. Nous sommes début 1492. Quelques mois plus tard le 12 octobre, Christophe Colón découvrait les Amériques. Nous connaissons aujourd’hui l’impact qu’a eu cette langue et pouvons dire que Antonio de Nebrija avait vu juste, sans toutefois réactiver ici le débat (ce n’est pas notre propos) sur la colonisation espagnole. Nous soulignons simplement les nombreuses interactions qui ont découlé de la diffusion de l’espagnol en Amérique.

4Pablo Neruda répond à sa façon sur cette colonisation. Il nous donne son point de vue sur la langue…

5«… Por donde pasaban quedaba arrasada la tierra... Pero a los bárbaros se les caían de las botas, de las barbas, de los yelmos, de las herraduras, como piedrecitas, las palabras luminosas que se quedaron aquí resplandecientes... el idioma. Salimos perdiendo... Salimos ganando... Se llevaron el oro y nos dejaron el oro... Se lo llevaron todo y nos dejaron todo... Nos dejaron las palabras.»

6Que l’on pourrait traduire ainsi,

7« … Là où ils passaient, ils laissaient la terre dévastée... Mais il tombait des bottes de ces barbares, de leur barbe, de leurs heaumes, de leurs fers, comme des cailloux, les mots lumineux qui n'ont jamais cessé ici de scintiller... la langue. Nous avons perdu... Nous avons gagné... Ils emportèrent l'or et nous laissèrent l'or... Ils emportèrent tout et nous laissèrent tout... Ils nous laissèrent les mots. »

8Paulo Freire, quant à lui, répond en élaborant la pedagogía del oprimido: «… tendrá, pues, dos momentos distintos aunque interrelacionados. El primero, en el cual los oprimidos van desvelando el mundo de la opresión, el segundo, en que, una vez transformada la realidad opresora, esta pedagogía deja de ser del oprimido y pasa a ser la pedagogía de los hombres en proceso de permanente liberación...”

9Encore une fois nous n’insistons que sur les interactions et ne pouvons entamer ici un débat qui nous éloignera de notre sujet.

10Ce rappel historique a néanmoins tout son sens dans la problématique que nous traitons, il nous permet de poser la question suivante : L’animation aujourd’hui peut-elle ignorer les changements ? Peut-elle laisser de coté les nouvelles compétences ? Dans un monde qui bouge, dans lequel la citoyenneté européenne prend toute sa dimension, dans lequel les échanges sont multiples et réguliers et dans lequel les frontières disparaissent : la compétence linguistique, l’acquisition des langues et l’échange interculturel, ne sont-ils pas de nouveaux outils, des compétences nouvelles sur lesquelles, les futurs acteurs de l’animation devront compter ? L’inter culturalité n’est-elle pas un des enjeux que l’animation doit prendre en compte ?

11Cette analyse est peut être ambitieuse puisqu’elle place la réussite du renforcement et du développement de l’animation dans la compétence linguistique d’une part et dans la compréhension interculturelle de l’autre. Il est évident que cette dimension interculturelle est plus efficace si chaque partie est en mesure de comprendre, parce qu’il s’agit d’une interaction, qui se fait à plusieurs interlocuteurs. Les langues ont un rôle, et c’est indiscutable, dans l’interaction culturelle. Il est clair pour nous, que compétence linguistique, ne signifie pas uniquement langue anglaise; même si la connaissance de celle-ci est un atout, il n’est en aucun cas ni le seul ni suffisant. Nous avons ici une vision linguistique pluraliste et nous plaidons pour un enseignement linguistique pluraliste, qui s’appuie sur l’étude de plusieurs cultures et sur l’apprentissage de plusieurs langues.

12Les enseignements à l’IUT, laissent une place, bien qu’encore modeste, à cette pluralité qui a, au moins, le mérite d’exister. Il faudra sans doute, dans un deuxième temps, réfléchir aux différents moyens pour la développer.

13Les directives européennes et par conséquent les directives françaises, encouragent l’enseignement de plusieurs langues étrangères et ce de plus en plus et dans tous les secteurs de l’éducation, mais le quotidien est parfois différent et il y a encore des acteurs qui défendent la suprématie de l’anglais. Cette position est dangereuse car, d’une part elle formate la façon de penser et de concevoir l’animation et d’autre part elle augmente ou fait naître des déséquilibres par rapport aux autres langues étrangères et même, lorsqu’elles existent, par rapport aux langues régionales minoritaires. Il ne s’agit pas seulement de défendre les langues, notre position va au-delà. Car lorsque nous parlons de langue, il ne faut pas oublier que nous parlons en même temps de la culture qui l’accompagne, de l’histoire, de l’identité des hommes qui la pratiquent.

14Nous nous permettons d’accompagner notre démonstration par deux citations qui illustrent notre réflexion : « on n’habite pas un pays, on habite une langue, une patrie c’est cela et rien d’autre », écrit Emil Michel Cioran et Albert Camus insiste : « J’ai une patrie, c’est ma langue ».

15L’enseignement des langues est ainsi un réel enjeu, pédagogique bien sûr, mais pas uniquement. Il représente tout autant un enjeu social, politique, culturel et environnemental. Comment l’animation pourraitelle aujourd’hui, ne pas tenir compte des nouvelles caractéristiques multiculturelles dans la société ? Quant à l’enseignement, comment pourrait-il ne pas les prendre en compte ? Les futurs animateurs seront des animateurs socio-culturels mais peut être que l’on pourra intégrer la notion d’animateurs interculturels. Au-delà de la compétence professionnelle nécessaire, pour exercer aujourd’hui dans le champ de l’animation socioculturelle, cette maîtrise linguistique constitue également un apport personnel qu’il ne faut pas négliger. L’enseignement linguistique interculturel stimule et enrichit mutuellement. Il renforce la compréhension de sa propre langue, ouvre l’esprit vers d’autres cultures et surtout d’autres interlocuteurs. Il nous apporte une vision plus large du monde, qui peut participer d’une autre manière à la mondialisation. Cet enseignement est une invitation à l’altérité, une éducation. La connaissance et la compréhension de l’autre nous rendent plus tolérants à la différence. Il s’agit d’un apport personnel indiscutable et en même temps, d’une nouvelle compétence linguistico-culturelle professionnelle.

16Nous voudrions terminer notre réflexion en avançant deux postulats : les langues sont un élément de confrontation constructive et les langues sont un élément problématiseur dans l’animation. La rencontre avec l’altérité, avec la différence, avec d’autres cultures est une véritable épreuve, c’est cette épreuve que nous appelons confrontation, mais confrontation constructive puisqu’elle nous conduit à un échange, à une discussion, à un partage puis à une compréhension. Sans cette première opposition, il ne peut y avoir communication.

17C’est, peut-être dans cette confrontation que la langue et la culture donnent le meilleur d’elles-mêmes. C’est de cette confrontation que naîtra une invitation à construire.

18Notre deuxième postulat est que la langue est un élément « problématiseur » (nous sommes amenés à prendre une liberté linguistique en utilisant ce mot qui n’existe pas) dans l’animation. Cet élément « problématiseur » nait de la confrontation constructive multiculturelle. En effet, cela représente une difficulté et une contrainte que de comprendre une autre pensée, mais en même temps c’est un plaisir intellectuel ! Saisir, traduire, capter, utiliser les différents concepts inhérents à la notion d’animation en fonction de la civilisation et de l’environnement culturel, historique et social de chaque pays est un défi que l’on ne peut qu’avoir envie de relever. L’acceptation de cette relation interculturelle entrainera l’élément problématiseur de notre action et nous conduira donc à réfléchir et à nous interroger sur nos pratiques. Cette problématisation linguistique est peut-être une des actions les plus belles et les plus pertinentes que peut provoquer la confrontation des langues et leur utilisation dans l’animation.

19Ce nouvel apport linguistico-culturel, ne peut pas nous laisser indifférents, il nous fait découvrir d’autres horizons ainsi que de nouvelles possibilités qui vont modifier notre manière d’envisager nos actions, de les concevoir et de les mettre en pratique.

20Cette remise en question sera nécessaire et obligatoire pour comprendre et avancer. L’immobilisme, l’indifférence ou l’ignorance ne seraient que discrimination.

21Au delà de cette confrontation et de cette problématisation provoquées par cet enseignement, dont nous vantons les mérites, nous soulignons évidemment que l’enseignement pluri linguistico-culturel nous enrichit mutuellement, nous « rend plus riches », pour reprendre l’idée évoquée par Pablo Neruda dans ses mémoires.

22Ainsi l’enseignement des langues répond à la diversité culturelle de notre société et accompagne les changements sociétaux. Il s’agit d’une formation citoyenne et nous voulons la valoriser en tant que telle, elle aide à la préservation du patrimoine culturel et promeut les valeurs démocratiques de solidarité, de respect et de tolérance.

23Le respect du pluriculturalisme ou du multiculturalisme est une porte ouverte aux autres et ainsi que nous l’avons déclaré précédemment, une lutte contre la discrimination.

24Nous voudrions conclure et réaffirmer encore l’importance des langues dans l’animation, en soulignant les différents travaux de Jean Claude Gillet notamment, autour de l’animation dans les pays ibéroaméricains et sur la complexité qui existe dans l’utilisation, dans la compréhension et par conséquent dans la traduction des concepts, des termes, que la notion d’animation implique et que la réalité de chaque pays impose.

25En outre le travail de l’ISIAT développe et facilite également les échanges (ce dernier séminaire en est encore, s’il le fallait, une preuve) et les liens avec notre voisine, l’Espagne bien sûr, mais aussi avec sa proche cousine l’Amérique Latine. Par ailleurs, la création de la RIA « Red Iberoamericana de Animación » a favorisé les liens entre les différents acteurs de l’animation socioculturelle au sein du monde ibérique bien entendu mais vers d’autres réseaux également.

26Tout ceci montre bien que l’enseignement des langues a une importance capitale dans l’animation en général et que son intérêt est certain aussi au plus proche de nous dans l’apprentissage de la langue espagnole par les animateurs. C’est donc non seulement une opportunité (les échanges actuels avec l’Espagne et l’Amérique Latine en sont un exemple), mais aussi une découverte d’une animation jeune, prometteuse, nouvelle et créatrice d’emplois et enfin la possibilité d’un contact privilégié avec un " monde de l'animation " qui ne soit pas formaté ni dirigé par la pensée anglo-saxonne.

27Cela nous ouvre de nouvelles perspectives sur une démarche d’animation comparée où l’importance de l’enseignement des langues y trouve tout son intérêt, tout son sens.

Bibliographie

Bibliographie :

Neruda P., 1980, Confieso que he vivido, Confieso que he vivid, Memorias. Barcelona: Editorial Argos Vergara S. A.

Freire Paulo., 1970, Pedagogía del oprimido. Montevideo, Tierra Nueva [Buenos Aires, Siglo XXI Argentina Editores,]. (trad. franç. Pédagogie des opprimés, Maspero, Paris, 1974).

Gillet J.-C., 2004 L'animation Professionnelle Et Volontaire Dans 20 Pays-Tome 1 Edition L’harmattan.

Gillet J.-C., 2004 L'animation Professionnelle Et Volontaire Dans 20 Pays-Tome 2 Edition L’harmattan.

Gillet J.-C., 2007, Agora Débats/Jeunesse N 39,1er trimestre-L’animation et ses analogies-Des Enjeux Pour l’action Collective. L’harmattan.

Cioran E., 1987, Aveux et Anathèmes  – Editions Gallimard

Nebrija A., 1492, Gramática castellana

Auteur

Maître de conférences associé, IUT Michel de Montaigne

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search