Version classiqueVersion mobile

Autour de l'animation sociale et socioculturelle en France et en Espagne / Alrededor de la animación social y socio-cultural en Francia y España

 | 
Luc Greffier

2° Partie : L'animation et les enjeux de la mise en marché / La animación y los problemas de mercantilizacion

La fragilisation des publics ou l'effritement de la cohésion sociale

Franck Wehrlé

Texte intégral

Introduction

1Quels sont les indicateurs qui nous permettent de déterminer si le public de notre territoire s'est fragilisé ? Comment pouvons-nous définir cette fragilisation ? Quels sont dès lors les effets et les enjeux liés à ces constats dans le domaine de l'animation sociale et socioculturelle ? Ces questions nous obligent à relier les territoires, les acteurs et les publics pour comprendre les interactions entre les projets d'animation et le contexte social et économique. Les techniques employées pour démontrer la fragilisation des publics nécessitent le partage des fonctions d'évaluation et d'animation (première partie). Nous pouvons également faire l'hypothèse d'une remise en question des identités sociales et professionnelles (deuxième partie), pour déterminer dans une troisième partie la fonction de coordination comme enjeu pour la cohésion sociale.

L'animation et l'évaluation : des fonctions partagées pour déterminer la fragilité des publics et pour adapter les projets au territoire

2Les projets d'animation mis en œuvre sur notre territoire concernent un public intergénérationnel (de la petite-enfance aux séniors). Les objectifs généraux sont de maintenir et de promouvoir la cohésion sociale et de faciliter les capacités des générations et des groupes de populations à vivre ensemble. Nous sommes particulièrement attentifs à la jeunesse car elle représente le trait d'union entre l'enfance et le monde adulte, elle favorise la vitalité et la créativité de notre société, et nous considérons son investissement indispensable pour notre avenir. Une démarche de participation avec les administrés est mise en place pour favoriser un développement territorial dans lequel les secteurs économiques, sociaux et écologiques convergent. La structuration et l'organisation territoriale placent la commune dans un travail permanent de partenariats entre les différentes institutions et niveaux de collectivités territoriales (communauté de commune, pays, agglomérations, département, région, État, caisse d'allocations familiales.)

3Les actions éducatives et sociales ne peuvent pas être dissociées les unes des autres dans la mesure ou l'éducation est partagée entre les différents acteurs, qu'ils soient professionnels, bénévoles ou parents, dans la mesure où l'accessibilité aux services petite-enfance, enfance et jeunesse doit être favorisée quel que soit le revenu des familles et dans la mesure où les actions de prévention et d'insertion concernent l'ensemble des classes d'âges.

4L'animation sur le territoire est globale car elle est transversale aux différents services de notre organisation (urbanisme, éducation, aides sociales, loisirs, sports et culture) et elle doit prendre en compte les attentes et les besoins de chaque génération pour que les actions culturelles, associatives et d'aménagement des espaces publics soient intégrées dans un même projet. Dès lors, les fonctions d'animation et de coordination sont partagées entre les élus et les techniciens pour développer un projet dans lequel les acteurs de l'éducation et du lien social se retrouvent dans différentes instances de travail et de validation pour mettre en place des actions.

  • 23 Dictionnaire encyclopédique Larousse.
  • 24 Gillet J-C., 1995, Animations et Animateurs, le sens de l'action, Paris, l’Harmattan.
  • 25 Société Française de l’Évaluation. La charte de l'évaluation. 2006.

5La fragilisation renvoie par définition à l'affaiblissement, à la précarité, aux processus d'exclusion, à la vulnérabilité voir à l'inconsistance et à un caractère éphémère23. La fragilisation induit un processus de changement marqué dans le temps. Dans notre approche globale et réflexive de l'animation24 nous devons étudier cette hypothèse de la fragilisation des publics par la mise en place d'une démarche collective d'évaluation du projet éducatif et social de la commune. Enjeu des politiques publiques, cette évaluation devient elle même un projet. Elle nous engage dans une méthodologie qui repose sur plusieurs principes : l'évaluation continue, l'évaluation partagée, l'évaluation ciblée et l'évaluation dynamique25. L'élaboration d'un champ de questionnement et la formulation d'idées à priori permet au groupe de pilotage d'orienter le travail de diagnostic en formulant des objectifs. Cette démarche d'analyse repose sur un choix politique et peut permettre aux élus d'effectuer un bilan intermédiaire face à leurs engagements de campagne. Les indicateurs qui nous permettraient de déterminer si le public de notre territoire s'est fragilisé doivent être construits dans cette démarche pour garantir l'efficience et la pertinence des résultats observés, et surtout pour donner aux élus les outils d'aides à la décision afin de formaliser un nouveau projet d'animation ou de l'adapter.

  • 26 De Gaulejac V., 2011, Travail, les raisons de la colère, Paris Seuil.

6L'évaluation et l'animation sont des fonctions liées par la démarche de participation qui doit être développée. Le projet est construit puis mis en œuvre dans l'alternance des échanges entre les membres des comités de pilotage, technique et d'animation, pour permettre la remontée des besoins du public et des usagers et une validation des axes de développement par les décideurs. La composition des différents groupes de travail permet une répartition des objectifs et des tâches, elle peut varier en fonction du degré de participation souhaité. Considérer l'évaluation dans une démarche de projet permet de confronter les acteurs (représentants institutionnels des contrats signés avec la collectivité, élus, directeurs de services, agents) et les administrés usagés, face aux actions existantes et en perspective d'un développement futur. « L'évaluation devient un espace délibératif et un exercice pratique de démocratie quotidienne qui favorise l'élaboration de médiations »26

  • 27 Gillet J-C., Op. cit, p 184.

7La fonction d'animation est continue car elle doit être générée dans chaque comité mais également de façon intermédiaire entre les groupes, pour permettre l'émergence de points de vue différents et la recherche d'un compromis dans l'intérêt général. Les animateurs (quels que soient leurs niveaux de responsabilités) doivent faciliter les échanges, la communication, l'expression des points de vue et les propositions d'actions. Ils mettent en place des actions de médiation (médiaction27) en construisant « des conduites différentes pour des situations différentes ». Ils deviennent stratégiques pour promouvoir les échanges et les valeurs qu'ils contiennent en transposant (et transportant) les messages à d'autres groupes. Leurs compétences techniques dans l’ingénierie de projet, dans la production de synthèse, dans l'animation de réunion et dans la maîtrise des outils de communication permettent de donner des repères à chacun pour se situer dans cette démarche collective. Si les comités d'animation de la démarche d'évaluation sont liés à des structures d'accueil, les professionnels peuvent mener des actions d'animation pour que celles-ci intègrent le projet global tout en faisant partie, de fait, des projets d'actions de la structure. La fonction de médiation doit être partagée entre les professionnels, quels que soient leur cadre d'emploi et leur place (coordonnateur-directeur-animateur), pour que le sens de l'action soit préservé et porté par le collectif.

  • 28 Ville de Salles. Communauté de communes du Val de l'Eyre. Gironde.

8L'animation est indissociable au projet d'évaluation comme l'évaluation est indissociable aux projets d'animation. Cette démarche est en cours sur le territoire qui nous concerne28 et nous ne pouvons pas affirmer un processus de fragilisation des publics. Néanmoins, certaines observations nous permettent de construire des hypothèses en croisant l'expérience de terrain et les analyses macro économiques et sociales.

Les identités au travail : de la déférence à la défiance ; une sourde inquiétude

9Depuis le milieu des années 1990, (création de la filière animation dans la fonction publique territoriale (1996), du dispositif emplois jeunes « nouveaux emplois-nouveaux service » (1997), du contrat temps libre jeunes (1998), les collectivités locales ont employé des animateurs pour créer, développer,, structurer leur politique péri et extrascolaire et de jeunesse. L'aide apportée par la Caisse d'Allocations Familiales pour le financement des structures et pour la fonction de coordination, l'allègement des charges pour recruter des « médiateurs » ne pouvant pas être nommés animateurs devant être « nouveaux » pour rentrer dans le dispositif, ont permis d'inciter les collectivités à consacrer une partie de leurs budgets à ces politiques. Les professionnels de l'animation issus du monde associatif ayant rejoints les Conseils Généraux ou les CAF ont accompagné en tant que partenaires institutionnels les collectivités pour mettre en cohérence les politiques éducatives locales. Les fonctionnaires des DRDJS ont alors rejoint ces acteurs partenaires, en pilotant les contrats éducatifs locaux (CEL 1998) et en veillant au respect de la réglementation.

10Depuis 15 ans les animateurs se sont professionnalisés dans la fonction publique en essayant de se construire une nouvelle identité professionnelle, en prenant conscience de leur héritage lié à l'éducation populaire et aux mouvements associatifs et tout en affirmant leur place dans les organisations de travail. Les dispositifs ont changé mais les politiques de jeunesses sont devenues structurelles. Les rapports d'accompagnements se sont alors modifiés entre les animateurs (structurés en service et en équipe de travail, confrontés aux problématiques de terrain) et les partenaires institutionnels devenus des relais administratifs pour redistribuer des financements qui diminuent progressivement depuis 2007. Les niveaux d'expertises se sont rejoints ou inversés même si certains partenaires s'attachent à ré(ré)expliquer la méthodologie de projet à des professionnels qui la maîtrisent parfois mieux qu'eux, dernier rempart constituant leur identité professionnelle pour garantir leur place et leur rôle en tant que partenaire. Cette dynamique de professionnalisation des animateurs et de la filière animation dans la fonction publique recompose les rapports entre les acteurs concernant leur expertise territoriale pour développer les projets.

  • 29 http://www.rgpp.modernisation.gouv.fr
  • 30 LOI n° 2010-1563 du 16 décembre 2010

11Ce mouvement est accentué avec la révision générale des politiques publiques (RGPP29) et la réforme territoriale30 en cours, où les rôles, les places et les fonctions de chacun des acteurs sont remis en question. Quelle va être la composition des comités de pilotage locaux ? Quelle fonction de coordination des territoires pour les projets éducatif et socioculturel ? A quel niveau de territoire devront travailler les animateurs ? Quelle place et quelles fonctions vont avoir les partenaires institutionnels ? Quelle participation des administrés (passant avec la réforme du statut d'usagers à celui de client) pour adapter les projets à leurs besoins ? Cette révision des politiques publiques qui vise à passer d'une culture de moyens à une culture de résultat est-elle compatible avec les politiques de jeunesse élaborées depuis plusieurs années sur les territoires ? On peut faire l'hypothèse d'une fragilisation des identités au travail, mais on peut également affirmer l'absolue nécessité d'une prise de conscience des animateurs face aux enjeux politiques et de territoire pour qu'ils continuent à affirmer (et à construire) leur identité professionnelle en tant qu'acteurs stratégiques du développement social local.

  • 31 Dubar C., 1995, La socialisation, Construction des identités sociales et professionnelles, Armand (...)
  • 32 Erikson E, 1972, Adolescence et crise, la quête d’identité, Paris, Flammarion.
  • 33 Goffman E., 1974, Les rites d'interactions, Paris, Minuit.
  • 34 Maurin E, 2009 ; La peur du déclassement, une sociologie des récession, La république des idées, L (...)

12La construction des identités sociales et professionnelles est un processus permanent d'interactions entre le regard pour soi et le regard d'autrui. La socialisation est alors marquée par une succession de crises ou se reproduisent et se transforment les identités à partir de phénomènes multiples (Dubar31). Entre phénomènes de reconnaissance (Erikson32) et d'interprétation des rôles (Goffman33), les professionnels échangent les représentations réciproques de leur métier et de leur place les uns à coté des autres. Le contexte de changement et les incertitudes liées à la recomposition des compétences territoriales fragilisent les postures de chacun. Notre société semble affaiblie par une remise en question généralisée des identités professionnelles (justice, éducation, santé, police) et sociales, (débat sur l'identité nationale, stigmatisation des populations immigrées et plus particulièrement d'origine musulmane, accroissement des inégalités entre catégories, culpabilisation des chômeurs). La crise est économique et sociale. Le regard porté et les méthodes de communication employées par le gouvernement en place remettent en question directement les capacités des professionnels à exercer leur métier. L'absence de dialogue, d'écoute et de participation a rendu la cohésion sociale vulnérable. Les catégories sociales et professionnelles semblent exercer une défiance les unes envers les autres avec un sentiment partagé par toutes : la peur du déclassement34 (une personne sur deux).

13La fonction collective de l'animation semble plus difficile à mettre en œuvre pour élaborer, réaliser puis évaluer les projets (comparativement à 5 ans). Les partenaires sont moins disponibles et la planification des réunions devient un travail difficile tant les agendas de chacun semblent chargés. Les professionnels et les différents acteurs de la vie locale semblent fragilisés dans leur capacité à confronter leurs points de vue pour trouver des solutions aux conflits que leurs échanges pourraient faire émerger. L'énergie collective pour promouvoir des actions culturelles accessibles à tous, pour créer des nouveaux projets de loisirs, d'échanges et de découvertes, est affaiblie par le repli individuel des membres du groupe, par leurs inquiétudes non exprimées ou non entendues, par la fragilisation de leur identité sociale et professionnelle.

Un contexte économique et politique qui renforce les tensions des générations

  • 35 Paugam S., « RSA la naissance d'un régime de précarité assisté », www.mediapart.fr/club/blog/serge (...)
  • 36 Castel R, 2007, p 422, « Au delà du salariat ou en deçà de l'emploi ? L'institutionnalisation du p (...)
  • 37 Paugam S., 2007, (Sous la Dir. de), p 280, Repenser la solidarité, L'apport des sciences sociales, (...)
  • 38 Bilan des Point Information Famille (PIF) de la CAF. Avril 2011.
  • 39 ATD Quart Monde. Communiqué de presse. 3 janvier 2011. Constat d'une augmentation de l'échec scola (...)
  • 40 Chauvel L., 2007, p 285, « La solidarité générationnelle, bonheur familialiste, passivité publique (...)

14Nous pouvons émettre une seconde hypothèse concernant le public. Le contexte économique et social a fragilisé toutes les classes d'âges. La mise en place du RSA a conforté la fin d'une attitude compassionnelle de la société envers les pauvres et à affirmé une démarche de culpabilisation des personnes éloignées de l'emploi et en difficultés35 Un « sous salariat » est apparu en France avec des travailleurs précaires assistés. « On pourrait appeler précariat cette condition sous laquelle la précarité devient un registre propre de l'organisation du travail »36. « On assiste à une double précarité au travail (la contribution du salarié dans l'entreprise n'est pas valorisée, il éprouve le sentiment d'être plus ou moins inutile […] l'emploi lui même est incertain et précaire (vulnérabilité économique, restriction potentielle des droits sociaux) »37 Nous pouvons repérer des indicateurs pour évaluer les difficultés de chaque génération. Dans le secteur de la petite enfance, des études sont réalisées pour mettre en place des accueils aux horaires atypiques pour répondre aux besoins des familles. Les projets de soutien à la parentalité se développent pour accompagner les familles à surmonter leurs difficultés. Le nombre de demandes d'aides alimentaires a augmenté et de nouvelles épiceries solidaires se créent sur les territoires. Les processus de désaffiliation ne semblent pas avoir augmenté grâce au travail en transversalité des professionnels mais le nombre de bénéficiaires a augmenté ainsi que leur diversité. L'instruction des dossiers (CAF) de demandes d'aides au logement a augmenté comme conséquence d'une mobilité des locataires pour trouver un loyer moins élevé38. Les accueils de loisirs sont devenus des modes de gardes réguliers et une cohorte significative d'enfants ne partent plus ou peu en vacances avec leurs parents. L'aggravation de l'échec scolaire reste à mesurer au niveau local.39 La jeunesse flirte avec la virtualité et semble perdue dans ses jeux de représentations entre sa façade numérique et son image concrète avec ses difficultés pour se construire une situation sociale et professionnelle qui réponde à ses besoins de consommation. On peut faire le constat d'un « déclin objectif de la jeunesse du point de vue de ses propres moyens d'une réalisation autonome dont la génération de ses parents avait pourtant bénéficié voilà maintenant trente ans. Exiguïté du logement, éloignement des quartiers favorisés scolairement ou culturellement, restriction de la consommation concomitante d'un endettement inédit ».40 Au chômage des jeunes répond le chômage des séniors. L'emploi à temps partiel et précaire est partagé par les deux générations. Les séniors sont de plus en plus nombreux et constituent en majorité les « forces vives » des associations. Le renouvellement des bénévoles dans les associations avec des jeunes notamment semble de plus en plus difficile.

  • 41 Paugam S., op. cit., p22.

15On assiste à une « dualisation des attentes des générations »41 par rapport au rôle de l’État social entre les jeunes de moins de 35 ans qui demandent plus de politiques sociales et les personnes de plus de 55 ans qui tiennent un discours plus sévère et culpabilisateur envers les plus démunis. Les tensions entre générations s'affirment et dans le même temps, les tensions entre les secteurs publics et privés sont exacerbées par le gouvernement en remettant en cause le travail des fonctionnaires. Enfin, les dernières élections cantonales en France ont donné pour résultats l'augmentation du nombre de voix pour le parti d'extrême droite, le Front National, comme conséquence d'un thème de campagne basé sur la peur (crainte pour sa sécurité, peur de l'autre, peur d'être démunis). Le taux important d'abstention est également une source d'inquiétude s'il témoigne d'un manque d'intérêt des français pour la vie politique.

La fonction de coordination : enjeu pour la cohésion sociale

  • 42 Morin E., 2010, Ma gauche, François Bourin Editeur, Paris.

16Le processus de réforme engagé par le gouvernement a ignoré la participation des acteurs concernés par le changement en stigmatisant des populations et en fragilisant les identités de chacun et l'unité nationale. Les outils de communication doivent être réemployés pour mettre en place une pédagogie de la complexité42 afin d'aider les générations à comprendre les enjeux liés à la globalisation et à la mondialisation des échanges économiques, sociaux, culturels et écologiques. Il est urgent de proposer un nouveau projet de société et un nouveau discours politique qui prennent en compte la solidarité et l'égalité entre les populations et les générations quelles que soient leurs conditions sociales d’appartenances et leur culture d'origine, mais aussi le besoin individuel d'épanouissement personnel. Les discussions et les échanges entre les élus et les administrés doivent être accompagnés par les animateurs dont la créativité peut produire de nouveaux canaux de communication dans lesquels chacun pourra trouver sa place, alternativement en tant qu’émetteur et récepteur. Les projets d'animation et d'évaluation doivent favoriser la construction des messages, des actions et donc des projets de territoire.

  • 43 Ion J., 2000, Le travail social à l’épreuve du territoire, Dunod, Paris.
  • 44 Dictionnaire Le Robert, 2004.

17La fragilisation des publics et des acteurs peut-être éphémère à condition de redonner sens à la cohésion sociale. Comment animer le vivre ensemble ? Le « pool technico-politique »43 doit assurer la coordination de l'animation du territoire et du développement local, en affirmant une fonction d’ingénierie. Cette dernière peut être entendue par « une conception, une étude globale d’un projet sous tous ses aspects (techniques, économiques, financiers, sociaux), coordonnant les études particulières des spécialistes. »44 « L’ingénieur […] est un homme qui s’est spécialisé dans la mise en œuvre de certaines applications de la science » (Broglie). L’ingénierie de l’animation prend en compte l’actualité de la recherche scientifique (sociologie, psychopédagogie, sciences de l’éducation, géographie, sciences politiques) pour permettre aux acteurs de donner sens aux actions et aux projets. Elle doit développer une méthodologie qui rende possible l'émergence d'une unité dans laquelle les individus font groupe. Unis par le travail et les risques liés à la mobilité et la flexibilité ; unis par le temps libre et les libertés individuelles ; unis par la redistribution des richesses produites en commun ; unis par des territoires emboîtés les uns aux autres ; unis par la création d'actions et des événements partagés. Le sentiment de confiance doit remplacer celui de la défiance à trois niveaux : confiance en soi – confiance en l'autre – confiance en l’État (par le consentement des réformes utiles à l'intérêt général).

  • 45 Donzelot J., 1994, L'état animateur, essai sur la politique de la ville, L'esprit, Broché.
  • 46 Paugam S., 2007, op. cit, p 962.

18Au delà du besoin de mixité et de parité dans les projets d'action, la mixité peut être entendue entre niveaux de territoires pour favoriser la complémentarité entre un état animateur45 et des collectivités animatrices. Un animateur qui doit permettre la sécurisation des parcours professionnels46 avec la promotion de « marchés transitionnels du travail » où de nouveaux droits sociaux sont attribués aux individus pour accompagner et garantir les alternatives sociales et professionnelles : formations, congés parentaux, travail à mi-temps, mi-temps combinés, responsabilités bénévoles. Des animatrices qui coordonnent des projets éducatifs et sociaux dans lesquels les administrés peuvent concilier leur vie professionnelle et familiale et participer à la vie locale.

  • 47 Bier B., 2006, Vers l’éducation partagée, « Des contrats éducatifs locaux aux projets éducatifs lo (...)
  • 48 Guillemard A-M., 2007, « Une nouvelle solidarité entre les âges et les générations dans une sociét (...)
  • 49 Mondolfo P., 2005, Conduire le développement social, 2 ème édition, Paris, Dunod.
  • 50 Donzelot J., http://www.donzelot.org /articles/Refonder_la_cohesion_sociale_art_Jacques.pdf, p19.
  • 51 Gillet J-C., 2006, L’animation en question, Ramonville, ERES.

19Enfin, ces projets doivent favoriser l'éducation partagée. Ils se fondent sur une approche globale de l’enfant, du jeune et de l'adulte dans les temps et les espaces où il apprend. Ce concept renvoie à l’éducation permanente et à la formation continue où le sujet apprenant est reconnu par la diversité des savoirs (savoirs populaires, savoirs d’actions et d’expériences, savoirs profanes et quotidiens, savoirs scientifiques) mais aussi par les différentes formes d’éducation (éducation formelle, non formelle, informelle)47. Les animatrices doivent permettre aux générations de coopérer ensemble en étant vigilantes à la place laissée aux jeunes car au delà du constat d'une fragilisation par classe d'âges, on observe « un brouillage des âges qui bouleverse la séquence ordonnée et hiérarchisée des trois temps de vie : éducation – travail-retraite ».48 Les expériences et les connaissances peuvent se transmettre dans les projets associatifs et dans les organisations de travail. Pour autant, il reste encore à convaincre des utilités réciproques. Il faudrait « Déconstruire les représentations pour reconstruire les coopérations »49 afin de voir émerger une véritable cohésion sociale sur les territoires. Si la lutte contre les exclusions et pour l'égalité des chances est traduite uniquement en mesures relevant du souci de l'ordre public50 alors il est urgent de proposer du désordre comme appel à un nouvel ordre51 où les animateurs auront toute leur place pour redonner confiance dans la capacité de chacun à faire partie d'un collectif pour promouvoir la démocratie participative.

Bibliographie

Bibliographie :

Bier B., 2006, Vers l’éducation partagée, « Des contrats éducatifs locaux aux projets éducatifs locaux », Les cahiers de l’INJEP n° 7.

De Gaulejac V., 2011, Travail, les raisons de la colère, Seuil. 2011.

Donzelot J., 1994, L'état animateur, essai sur la politique de la ville, L'esprit, Broché.

Dubar C., 1995, La socialisation, Construction des identités sociales et professionnelles, Armand Colin.

Erikson E., 1972, Adolescence et crise, la quête d’identité, Flammarion.

Gillet J-C., 1995, Animations et Animateurs, le sens de l'action, Paris, l’Harmattan.

Gillet J-C., 2006, L’animation en question, Ramonville, ERES.

Gillet J-C. et Raibaud Y., 2006, (Sous la direction de) Mixité, Parité, Genres dans les métiers de l'animation, Animation et territoires, L'harmattan. Goffman E., 1974, Les rites d'interactions, Paris, Minuit.

Ion J., 2000, Le travail social à l’épreuve du territoire, Paris, Dunod.

Maurin E., 2009, La peur du déclassement, une sociologie des récession, La république des idées, Le Seuil.

Mondolfo P., 2005, Conduire le développement social, Paris, 2ème Ed., Dunod. Morin E., 2010, Ma gauche, Paris, François Bourin Editeur.

Paugam S., 2007, (Sous la Dir. de), Repenser la solidarité, L'apport des sciences sociales, Le lien social, PUF.

Notes

23 Dictionnaire encyclopédique Larousse.

24 Gillet J-C., 1995, Animations et Animateurs, le sens de l'action, Paris, l’Harmattan.

25 Société Française de l’Évaluation. La charte de l'évaluation. 2006.

26 De Gaulejac V., 2011, Travail, les raisons de la colère, Paris Seuil.

27 Gillet J-C., Op. cit, p 184.

28 Ville de Salles. Communauté de communes du Val de l'Eyre. Gironde.

29 http://www.rgpp.modernisation.gouv.fr

30 LOI n° 2010-1563 du 16 décembre 2010

31 Dubar C., 1995, La socialisation, Construction des identités sociales et professionnelles, Armand Colin.

32 Erikson E, 1972, Adolescence et crise, la quête d’identité, Paris, Flammarion.

33 Goffman E., 1974, Les rites d'interactions, Paris, Minuit.

34 Maurin E, 2009 ; La peur du déclassement, une sociologie des récession, La république des idées, Le Seuil.

35 Paugam S., « RSA la naissance d'un régime de précarité assisté », www.mediapart.fr/club/blog/serge-paugam.

36 Castel R, 2007, p 422, « Au delà du salariat ou en deçà de l'emploi ? L'institutionnalisation du précariat », in Repenser la solidarité, sous la direction de Paugam S., Le lien social, PUF.

37 Paugam S., 2007, (Sous la Dir. de), p 280, Repenser la solidarité, L'apport des sciences sociales, Le lien social, PUF.

38 Bilan des Point Information Famille (PIF) de la CAF. Avril 2011.

39 ATD Quart Monde. Communiqué de presse. 3 janvier 2011. Constat d'une augmentation de l'échec scolaire en 2010. Proportion des élèves de CM2 ne maîtrisant pas les connaissances de bases : 11,5 % en 2007 contre 18 % en 2009

40 Chauvel L., 2007, p 285, « La solidarité générationnelle, bonheur familialiste, passivité publique » in Repenser la solidarité, op. cit.

41 Paugam S., op. cit., p22.

42 Morin E., 2010, Ma gauche, François Bourin Editeur, Paris.

43 Ion J., 2000, Le travail social à l’épreuve du territoire, Dunod, Paris.

44 Dictionnaire Le Robert, 2004.

45 Donzelot J., 1994, L'état animateur, essai sur la politique de la ville, L'esprit, Broché.

46 Paugam S., 2007, op. cit, p 962.

47 Bier B., 2006, Vers l’éducation partagée, « Des contrats éducatifs locaux aux projets éducatifs locaux » Les cahiers de l’INJEP n° 7.

48 Guillemard A-M., 2007, « Une nouvelle solidarité entre les âges et les générations dans une société de longévité», in Repenser la solidarité, Op. cit,

49 Mondolfo P., 2005, Conduire le développement social, 2 ème édition, Paris, Dunod.

50 Donzelot J., http://www.donzelot.org /articles/Refonder_la_cohesion_sociale_art_Jacques.pdf, p19.

51 Gillet J-C., 2006, L’animation en question, Ramonville, ERES.

Auteur

Coordonnateur éducation – enfance – jeunesse, Ville de Salles, Aquitaine

© Carrières Sociales Editions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search